La mare aux mots

Des BD et encore des BD

Par 24 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de BD lues récemment… et y’a du coup de cœur !

Hilda – T5 – La forêt de pierres
de Luke Pearson (traduit par Basile Béguerie)
Casterman dans la série Hilda
16 €, 220×300 mm, 80 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Kushi – T1 – Le lac sacré
Scénario de Patrick Marty, dessins de Golo Zhao
Les éditions Fei dans la série Kushi
9,50 €, 180×130 mm, 93 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Rose – T1 – Double vie
Scénario d’Émilie Alibert et Denis Lapière, dessins de Valérie Vernay
Dupuis dans la série Rose
12 €, 212×292 mm, 48 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
La différence invisible
Scénario de Julie Dachez, dessins de Mademoiselle Caroline
Delcourt dans la collection Mirages
22,95 €, 200×265 mm, 196 pages, imprimé en France, 2016.
Contes Arabes en bandes dessinées
Collectif
Petit à petit dans la collection Contes traditionnels en BD
14,90 €, 190×260 mm, 96 pages, imprimé en Italie, 2017.
Contes Asiatiques en bandes dessinées
Collectif
Petit à petit dans la collection Contes traditionnels en BD
14,90 €, 190×260 mm, 96 pages, imprimé en Italie, 2017.
Nowam – t1 – Par amour de l’art
de Téhem
BD Kids dans la collection Les héros Je Bouquine
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.
Les Super Super – T4 – Capes sur le monde
Scénarios de Laurence Gillot, dessins de Lucie Durbiano
BD Kids dans la collection Les héros Astrapi
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.
Ariol – T12 – Le coq sportif
Scénario d’Emmanuel Guibert, dessins de Marc Boutavant
BD Kids dans la collection Les héros J’aime lire
11,50 €, 160×203 mm, 128pages, imprimé en France, 2017.
Anatole Latuile – T10 – Sauve qui peut !
Scénarios d’Anne Didier et Olivier Muller, dessins de Clément Devaux
BD Kids dans la collection Les héros J’aime lire
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.

De l’importance du foyer

Par 23 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, le foyer est au centre de deux albums. Il prend d’abord forme à travers une famille recomposée, puis devient galerie à travers une espèce d’imagier des maisons.

Ma famille 3 + 1 = 7
Texte de Isha Bottin, illustré par Gaspard Talmasse
Les éditions de la bagnole
13,90 €, 237×315 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.
Les Maisons des autres enfants
Texte de Luca Tortolini, illustré par Claudia Palmarucci
Cambourakis
16 €, 240×320 mm, 48 pages, imprimé en Lettonie, 2016.

Les invité.e.s du mercredi : Françoise de Guibert et Clémence Pollet

Par 22 mars 2017 Les invités du mercredi

Hasard du calendrier, nos deux invitées du jour viennent de sortir un ouvrage ensemble, Dis où tu habites un magnifique documentaire animalier qui vient de paraître à La Martinière Jeunesse : Françoise de Guibert et Clémence Pollet. La première a accepté de répondre à nos questions, la seconde nous fait visiter son atelier et nous parle de la façon dont elle travaille. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Françoise de Guibert

Pouvez-vous nous dire quelques mots du superbe documentaire Dis, où tu habites que vous venez de sortir avec Clémence Pollet à La Martinière Jeunesse ?
C’était un grand plaisir de retravailler avec Clémence Pollet après Dis, comment ça pousse ? J’avais aimé ses fruits et légumes mais ses illustrations animalières m’ont bluffée ! Car cette fois, on explore les habitats des animaux, de la coquille de l’escargot au terrier du blaireau. Le livre parle d’espèces très variées dont certaines communes et peu connues, le balanin des noisettes ou la patelle par exemple, qu’elle a dessinés avec beaucoup de sensibilité. Je dois à une amie naturaliste la découverte passionnante de ces mille petites bêtes qui nous entourent.

J’aimerais aussi que vous nous parliez d’un héros dont mes filles sont totalement fans, Eliott.
Ah Eliott ! Par le plus grand des hasards, il porte le prénom de mon fils ! Une belle aventure partagée avec l’illustrateur Olivier Latyk et l’éditrice Élise Lacharme chez Gallimard. Ce petit tigre a fait sa rentrée à l’école maternelle au moment où mon garçon y entrait ce qui m’a permis d’observer de près les réactions des petits pendant ces premiers jours. Olivier était dans le même état d’esprit à l’école de sa fille. D’ailleurs un enfant a fait le plus beau des compliments au livre lors d’une dédicace en s’écriant : « Regarde papa ! C’est mon école, c’est ma maîtresse ! » un oiseau, donc. Notre envie avec ce nouveau petit héros : montrer un enfant, enfin un tigre, d’aujourd’hui, entouré de sa famille mais aussi de ses copains et même des copains de ses parents qui viennent pour l’apéro et, ça, c’est chouette parce qu’Eliott adore le saucisson. La série arrive à son dixième titre avec Eliott a une petite sœur (Klara !) et un hors-série va paraître au printemps, un format à l’italienne où l’on retrouvera Eliott et ses parents faisant les courses sur le marché. Un thème idéal pour Olivier et ses grandes images riches mais très lisibles !

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Jeune fille, je me suis morfondu sur mon avenir bien incertain : qu’allais-je bien pouvoir faire ? (j’étais en DEUG de géographie !) Jusqu’au jour où j’ai trouvé un job d’été en librairie jeunesse. J’ai alors réalisé que je connaissais plein de livres, leurs auteurs et leurs illustrateurs, les noms des éditeurs, je me souvenais des histoires et pouvais conseillé des clients… j’avais trouvé mon élément : le livre jeunesse. J’ai ensuite travaillé dix ans dans l’édition jeunesse pour finalement quitter Paris et devenir auteure un peu par la force des choses. Tant mieux, je crois être bien meilleure auteure qu’éditrice !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Ma maman a été bénévole dans la bibliothèque pour enfants de ma commune, il y avait des livres à la maison, plein, et mes parents nous ont longtemps lu des livres à voix haute, des moments précieux. J’entends encore mon père rigoler comme un bossu en lisant les histoires du Petit Nicolas ! Petite, j’ai été marquée par les images d’albums comme La vache orange ou Poule rousse au Père castor, les imagiers de Richard Scarry ou encore le génial Préfèrerais-tu ? de John Burningham auquel on répondait très sérieusement avec mes frères (Préfèrerais-tu manger une grenouille ou sauter dans les orties ?!). Mais c’est en lisant mes premiers romans seule que j’ai rencontré les livres comme on rencontre des personnes. Je pense notamment aux romans de la bibliothèque internationale chez Nathan, ils étaient tous réussis. Mes deux préférés : La petite fille de la ville de Liouba Voronkova offert par ma grand-mère et qui m’a émue à en pleurer ; et Tom et le jardin de minuit de Philippa Pearce, relu à tous les âges, qui m’a entraînée dans son monde hors du temps. J’ai aussi adoré un roman d’aventures qui s’appelait Black Jack (Leon Garfield) et débutait avec la résurrection d’un pendu. Et aussi les deux jumelles interchangeables de Erich Kastner… et Lassie chien fidèle… et Moumine le troll… et les Contes de la rue Broca

Que lisez-vous en ce moment ?
Je viens de terminer le premier tome de Sauveur et fils de Marie-Aude Murail qui m’a donné envie de lire le deuxième vite. J’entame Les bottes suédoises de Henning Mankell, un peu inquiète de ne pas y trouver la force des Chaussures italiennes. J’ai beaucoup aimé récemment S’enfuir, le récit d’un otage raconté en BD par Guy Delisle (merci Alfred pour le conseil !) et L’île Louvre de Florent Chavouet dont j’adore les dessins et l’humour. Je bouquine aussi des essais historiques sur le XVIIe siècle (voir question suivante).

Quels sont vos projets ?
Je suis une auteure hétéroclite, j’aime expérimenter et quand ça change ! Parmi les projets, il y a des romans historiques dans la France de Louis XIV, trilogie initiée par ma complice en fiction Laurence Schaack ; un nouveau documentaire pour La Martinière toujours avec Clémence Pollet ; un livre dont vous êtes le héros imaginé par l’ébouriffante Florie Saint-Val.
Je suis aussi très contente, une petite histoire écrite mais aussi illustrée par moi-même sortira dans le numéro d’avril de Mes premiers j’aime lire. Ça s’appelle Petit Radis veut jouer au foot et ça m’a beaucoup plu de dessiner !

Bibliographie sélective :

  • Dis, où tu habites ?, album illustré par Clémence Pollet, Seuil Jeunesse (2017).
  • Série Eliott, illustrée par Olivier Latyk, Gallimard Jeunesse (2014-2017), que nous avons chroniqué et ici.
  • Sin le veilleur, album illustré par Audrey Calleja, Seuil Jeunesse (2016).
  • Série Gus le chevalier minus, illustrée par Dankerleroux, Gulf Stream (2016).
  • Love, Mode d’emploi, co-écrit avec Laurence Schaack, illustré par Jacques Azam, La martinière jeunesse (2016).
  • Les sœurs Ramdam, album illustré par Ronan Badel, Thierry Magnier (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • 3 (ou 4) amies (trois tomes), co-écrits avec Laurence Schaack, Nathan (2014-2015).
  • Maman et Papa, album illustré par Vincent Bourgeau, Le baron perché (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • 1001 manières de se déplacer, avec Véronique Gaspaillard, Gulf Stream (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • 1001 manières de naître et de se reproduire, avec Véronique Gaspaillard, Gulf Stream (2012), que nous avons chroniqué ici.


Quand je crée… Clémence Pollet

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur.trice.s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur.trice.s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur.trice.s dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement, nous demandons à des auteur.trice.s et/ou illustrateur.trice.s que nous aimons de nous parler de comment et où ils.elles créent. Cette semaine, c’est Clémence Pollet qui nous parle de quand elle crée.

Je construis mes images en collage, aux crayons de couleur, à la gouache ou à l’encre noire. Je fais également beaucoup de gravure taille douce (eau-forte, aquatinte, pointe sèche) ou taille d’épargne (linogravure). En fonction de la technique, je suis soit assise à mon bureau chez moi à Pantin, soit derrière les presses de mon atelier de gravure à Malesherbes dans le Loiret. Mon bureau est mobile, je n’ai pas arrêté de déménager depuis le début mes études. Paris, Strasbourg, Bologne, Troyes, Grasse, Betanzos, Montreuil, Londres, Tours, aujourd’hui Pantin, demain ? Dans chacun de ces lieux de vie, je réussis à me créer un petit coin bureau que j’ai plaisir à retrouver. J’ai partagé un atelier avec d’autres travailleurs indépendants quand je vivais à Londres, j’en garde un bon souvenir mais préfère travailler chez moi. J’aime bien me lever le matin et prendre mon temps. Répondre à mes mails ou commencer un dessin en buvant mon premier thé de la journée. Je suis souvent sortie le soir mais quelques fois je m’accorde une soirée travail pour mon plus grand plaisir.
Lorsque je travaille sur un album, le déroulé est à peu près toujours le même. Après d’éventuelles recherches graphiques, je commence à travailler sur le chemin de fer. Tout se met en place à ce moment (concept de l’illustration, rapport texte/image qui en découle, composition des images). Nous échangeons beaucoup avec l’éditeur. C’est très rare que ma première proposition soit la bonne… Ce temps de travail me demande beaucoup de concentration. Dans ce cas je travaille plutôt en silence ou avec un léger fond musical. Le temps de la réalisation des images est très différent, mon esprit ne se concentre alors plus que sur la forme. Dans ce cas, je suis plus disponible et aime écouter les émissions de l’après-midi sur France Culture. J’ai des semaines plutôt musique, et là j’alterne entre ma playlist très éclectique (France Gall, Metronomy, MIA) et FIP. En ce moment je travaille sur quatre chemins de fer, autant dire que mon ouverture sur ce qui se passe autour de moi est quasi nulle.
En parallèle de mes livres, je crée des images comme ça, détachées de tout projet. Elles me viennent au réveil, en lisant un texte ou en me baladant dans les musées. Je n’hésite pas à reprendre le jeu de couleur ou la composition d’une œuvre qui me plaît. Un petit tour au British Museum ou au musée d’Orsay m’est toujours bien utile en cas de panne d’inspiration.

Clémence Pollet est autrice et illustratrice.

Bibliographie sélective :

  • Il était une fois… La traversée, illustration d’un texte de Véronique Massenot, HongFei (à paraître en avril).
  • Une poule sur un mur, illustration de textes de divers auteur.trice.s, P’titGlénat (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon grand livre-disque de comptines, illustration de textes de divers auteur.trice.s (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • La ballade de Mulan, illustration d’un texte de Chun-Liang Yeh, HongFei (2015).
  • Contes d’un roi pas si sage, illustration d’un texte de Ghislaine Roman, Seuil Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Loup un jour, illustration d’un texte de Céline Claire, Rouergue (2014).
  • La langue des oiseaux et autres contes du palais, illustration d’un texte de Chun-Liang Yeh, HongFei (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Rémi : d’après Sans famille d’Hector Malot, illustration d’un texte d’Alain Paraillous, Amaterra (2013).
  • Mon coffret pour découvrir la ferme, De la Martinière Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • L’auberge des ânes, illustration d’un texte d’Alexandre Zouaghi et Chun-Liang Yeh, HongFei (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Le Petit Chaperon bleu, illustration d’un texte de Guia Risari, Le baron perché (2012).
  • Soupe de maman, illustration d’un texte de Karin Serres, Rouergue (2011).
  • L’ébouriffée, illustration d’un texte d’Hélène Vignal, Rouergue (2009).

Le blog de Clémence Pollet : http://clemencepollet.wordpress.com.

Des chats !

Par 21 mars 2017 Livres Jeunesse, Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Aujourd’hui, des chats, des chats et encore des chats ! On commence par l’histoire très tendre d’un chaton abandonné et de sa jeune maîtresse, avant de se lancer dans la construction des félins les plus célèbres d’Internet !

Le petit chat de Lina
Texte de LEE (traduit par Corinne Atlan), illustré par Komako Sakaï
l’école des loisirs
12,70 €, 220×278 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2017.
Mes super Paper Toys chats
Créations de Daniel Stark et Maria Tabet, illustrations de Pete Fowler
Glénat jeunesse dans la collection Glénat créatif kids
9,90 €, 235×305 mm, 40 pages, imprimé en, 2017.

Voyage dans l’espace et le temps

Par 20 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on plonge en plein Paris communard, à la rencontre de Louise Michel et Jules Vallès et puis on migre direction l’Italie et ses mille et une merveilles…

La commune
Texte de Christophe Ylla-Somers, illustré par Yvan Pommaux
l’école des loisirs
11,80 €, 232×300 mm, 36 pages, imprimé en France, 2017.
Une Italie
de Johan Dayt
Maison Eliza
14,50 €, 125×220 mm, 88 pages, imprimé en France, 2017.