Oh !

Aujourd’hui, je vous propose deux livres qui nous font pousser des « Oh ! » d’émerveillement, deux livres pop-up merveilleux.

OH MON CHAPEAUPour dessiner un chapeau, c’est très simple, un demi-rond et un trait et voilà… sauf qu’un coup de vent le fait s’envoler ! Il faut vite dessiner une voiture et nous voilà partis à la poursuite du chapeau.
Quand je vous dirai que Oh ! Mon chapeau est signé Anouck Boisrobert et Louis Rigaud, vous devinerez déjà qu’on va parler d’une merveille graphique. Ici, tout commence donc par une main qui dessine un chapeau puis celui-ci s’envole et l’on va le chercher, page après page. Et plus on tourne les pages plus les pop-up sont élaborés. Où est donc ce chapeau ? Parmi les voitures ? Dans le parc ? À la bibliothèque ? Pas facile de le retrouver, d’autant qu’un singe s’en est emparé. Alors on regarde à travers les animations qui s’ouvrent devant nos yeux ébahis. Les auteurs jouent aussi avec le typo (le mot banane a une forme convexe là-haut flotte au-dessus du reste du texte, les lettres de panique sont comme agitées).
Une pure merveille !
De très belles photos sur le site de La soupe de l’espace.

Le petit théatre de Casse-NoisetteC’est Noël. Clara et Fritz décorent le sapin. Ils attendent que le parrain de la petite fille arrive, le surprenant Drosselmeier qui vient toujours les bras chargés de cadeaux étonnants. Les enfants ne sont pas déçus, Drosselmeier leur a apporté des automates, des poupées et des robes, des soldats de plomb, des confiseries et un bien étrange casse-noisette en forme de prince…
Vous connaissez certainement ce grand classique, Casse Noisette, mais en voici une magnifique version. L’histoire nous est d’abord intégralement racontée par Roxanne Marie Galliez puis sur les pages suivantes on entre dans le décor, un petit théâtre de papier s’anime devant nos yeux. Les illustrations signées Hélène Druvert sont pleines de douceur sans mièvrerie. L’objet est absolument magnifique, délicat.
Un régal pour les yeux !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Anouck Boisrobert et Louis Rigaud (Tip Tap) et Roxane Marie Galliez (J’ai laissé mon âme au vent).

Oh ! Mon chapeau
d’Anouck Boisrobert & Louis Rigaud
Hélium
16,90 €, 220×280 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Le petit théâtre de Casse-Noisette
Texte de Roxane Marie Galliez d’après Alexandre Dumas, illustré par Hélène Druvert
De La Martinière Jeunesse
18 €, 170×240 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.

La chronique numérique : La tête dans les étoiles

Pierrot PierretteOn commence par un conte numérique interactif plein de surprises pour les petits doigts curieux, adapté d’un album éponyme de Nicolas Gouny, paru chez Scarabéa.
Ça parle de quoi ? Pierrette est malade et Pierrot s’inquiète. Elle a attrapé une maladie étrange : la tristesse. Elle reste couchée, et n’a plus envie de rien. Mais comment peut-on guérir de la tristesse ? Un docteur donne à Pierrot le remède : la fleur de lune, mais il faudra aller la cueillir sur… la lune ! À califourchon sur une étoile filante, Pierrot entreprend son voyage vers la lune pour rendre ses couleurs à son amie de cœur.
Pierrot PierretteÇa marche comment ? Très simplement, en fait. Le lecteur a deux possibilités : lire l’histoire seul ou bien l’écouter. Dans chaque scène (quatorze au total), se dissimulent des animations interactives. Aucun indice ne les signale, mais elles sont toutes en lien étroit avec le texte. Ainsi, par exemple, « Pierrot plante l’étoile. Puis il attend… il attend » : au lecteur de se saisir des étoiles et de les planter une à une. Au fil des pages, il pourra ainsi faire courir Pierrot autour de la lune, faire tomber la neige, planter un arbre de lune, y faire pousser les fameuses fleurs de lune et bien d’autres choses encore.
Pierrot PierretteEt j’en pense quoi ? Cette appli est sortie des ateliers de Audois et Alleuil. Ici, on aime beaucoup beaucoup cette maison d’édition numérique dont les applis sont toujours pleines d’intelligence et de sensibilité, avec un graphisme très réussi. Et Pierrot Pierrette ne déroge pas à cette règle. Disons-le tout de go, c’est un magnifique livre numérique, empreint de poésie et de douceur. Et non non, ce n’est pas une histoire triste ; bien au contraire, c’est une histoire sur l’espoir et sur l’amitié. Les illustrations en noir et blanc, avec quelques touches de couleurs, de Nicolas Gouny créent un univers visuel onirique, délicat et tendre. L’accompagnement musical est en parfaite harmonie avec l’histoire, et la conteuse est tout à fait formidable ! Quant aux animations, ce sont de vraies petites merveilles. Quel bonheur de pouvoir faire pousser soi-même un arbre lunairePierrot Pierrette (vous avez vu le mien, à côté, pas mal, non ?) ! Et je vous laisse découvrir la dernière scène où l’on peut observer, en bougeant sa tablette, le ciel étoilé avec Pierrot et Pierrette. On se met sur un lit, on éteint les lumières, et le ciel s’offre à nos yeux écarquillés. Chaque scène est source d’émerveillement et ouvre un espace pour rêver.
Courez vous régaler les doigts !

AstropoloQuittons la lune pour la planète Tropy avec un second coup de cœur : une appli scénarisée de huit jeux, parue chez Les Trois Elles Interactive.
Ça parle de quoi ? Polo, un astronaute, entreprend à bord de son astronef une expédition dans l’espace. Sa destination : la planète Tropy. Mais avant d’y arriver le lecteur devra l’aider à relever quelques défis…
Ça marche comment ? Astropolo, c’est un voyage en huit étapes, qui sont autant de jeux interactifs et éducatifs qui explorent les nombreuses potentialités de la tablette. AstropoloPremière étape, on construit sa fusée, en la personnalisant bien sûr ! Puis le voyage commence, et tour à tour, toutes les facultés du lecteur vont être mobilisées. Sa voix, pour faire décoller une fusée ou endormir un petit martien. Sa rapidité, pour attraper les rennes du Père Noël, partis en goguette avec tout un troupeau d’animaux, et pour pulvériser les obstacles qui s’accumulent sur le chemin de Laïka, un petit chien qui veut rejoindre sa niche. Sa précision, pour aider M. Kisnot à retrouver sa bonne humeur en lui dessinant des cœurs. Son rythme, pour faire danser Polo. Au bout Astropolode ce chemin, une petite surprise récompensera l’apprenti astronaute. Quelques détails techniques : la navigation de l’appli est bien pensée et très fluide. Les consignes s’affichent à l’écran, mais il n’y a pas d’audio. Un lecteur doit donc expliquer aux plus petits les différentes consignes.
Et j’en pense quoi ? À travers ces mini-jeux, ce sont la créativité, la coordination, la maîtrise de la voix, la motricité fine, la compréhension qui sont sollicitées. Rien d’étonnant puisqu’il s’agit d’une appli des Trois Elles, maison d’édition interactive orientée vers la pédagogie Montessori. Ici, l’enfant est donc actif, ses sens sont stimulés pour un apprentissage ludique. Et pour être ludique, ça l’est ! Quant aux sens… Les oreilles ? Fans de musique classique, passez votre chemin. L’aventure se déroule sur Astropolofond de musique électronique entraînante et joyeuse. Les yeux ? Le graphisme de l’appli, qui est l’œuvre de Chloé Mazlo, plasticienne et cinéaste d’animation, est remarquable et très fantaisiste. Tous les décors et personnages sont faits en papiers découpés, dans des coloris assez vifs. Ça réveille, et ça bouge dans tous les recoins. Chez nous, on monte à plusieurs dans le vaisseau spatial et on se partage les missions. Celle où il faut blablater et faire suffisamment de bruit, et pendant assez longtemps, pour faire décoller la fusée remporte un vrai succès ! Crise de fous rires à la clef.
Pour les astronautes en herbes, mais pas que… Entrez dans l’astronef de Polo, vous n’en ressortirez pas de sitôt : on y joue, on y rigole, et on y apprend.

Bande-annonce :

Pierrot Pierrette
texte et illustrations de Nicolas Gouny, musique de Bit the Bit
Audois et Alleuil
Prix constaté : gratuit pour le lancement (Apple ; Android)
Astropolo
Scénario et graphisme de Chloé Mazlo, musique de Matias Elichabehere
Les Trois Elles Interactive

Prix constaté : 2,99 € (Apple)

À part ça ?

Le vilain petit canardOyez Oyez, un nouveau journal est né, Le Vilain Petit Canard. C’est un journal bimestriel qui s’adresse aux enfants, plutôt grands, mais surtout aux curieux, quel que soit leur âge, et qui sort de l’ordinaire : « on peut y raconter des histoires, s’y poser des questions, confronter des points de vue, changer d’avis, et surtout surtout tout ça à plusieurs, parce qu’on n’est jamais trop de fous ». Aux commandes, deux illustratrices pour la jeunesse, Hélène Maurel et Géraldine Alibeu. Elles nous concoctent un joyeux bric-à-brac qui réunit des contes, des bandes dessinées, des reportages, des bricolages. Le vilain petit canardDans le numéro 1 (le numéro 2 vient de sortir), on a pu lire la naissance du monde d’après la mythologie grecque, des conseils pour devenir des éco-aventuriers, des poèmes de l’espace, des histoires bien sûr, et un super dossier sur le féminisme avec en plus des conseils pour adopter un langage non sexiste… En prime un poster ! Tout cela sur le ton de l’humour, de la blague un peu potache. C’est une drôlement chouette lecture ! On peut s’abonner à la version papier ou numérique. Merci à Véronique Soulé et à son émission Écoute ! il y a un éléphant dans le jardin, qui m’ont fait découvrir ce nouveau canard.

Erica

Grand-mère et grand-père

Aujourd’hui, on rend une nouvelle fois hommage aux grands-parents !

Louna est timide. Tout le monde la trouve trop dans sa bulle, mais elle ce qu’elle aime, c’est le calme et la tranquillité. Elle aime par-dessus tout aller chez sa grand-mère, dont elle est très proche, qui la comprend et avec qui elle partage de merveilleux moments : chansons, secrets, histoires, repas,… Quand elle est chez elle, ce qu’elle aime plus que tout, c’est voyager dans la tapisserie de la chambre bleue : se perdre dans les motifs de la toile de Jouy, et s’inventer des histoires ! N’avez-vous jamais fait ça également ?
Quelle poésie et quelle tendresse dans cet album ! Magdalena Guirao Jullien trouve les mots justes et simples pour retranscrire toute la complicité qui existe entre cette petite fille et sa grand-mère. Quant aux illustrations de Christine Davenier, qui trouvent leur place dans les motifs du papier peint, elles sont pleines de vie et traduisent parfaitement la rêverie de Louna et les rapports si complices qu’elle entretient avec sa grand-mère.
Louna est la chambre bleue est un magnifique album pour enfants, une ode à l’enfance, au rêve, et aux doux moments du quotidien !

C’est bien connu, souvent, chez les grands-parents, c’est un peu la fête ! Souvent, on peut choisir le plat, l’activité, le programme télé.. C’est le cas de ce petit garçon qui passe tous les mercredis chez son grand-père. Mais pour une fois, il aimerait que Papy choisisse et décide un peu plus… Après un petit temps de latence, la journée s’annoncera finalement pleine de surprises !
Discret, pas forcément très démonstratif, ce grand-père déborde d’amour pour son petit-fils et ça se sent ! Avec C’est Papy qui choisit, Jean Leroy nous propose une histoire simple et tendre, pleine d’humour et de justesse et les illustrations de Jean-Luc Englebert sont douces et expressives.
Une jolie histoire pour raconter le quotidien et les relations particulières entretenues avec les grands-parents !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Magdalena Guirao Jullien (La petite fille du tableau), Christine Davenier (Ca roule pour Clara !), Jean Leroy (Canaille fête son anniversaire, Un jeune loup bien éduqué, Anoki, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…) et Jean-Luc Englebert (Les poupées, c’est pour les filles). Retrouvez également notre interview de Jean Leroy.

Louna et la chambre bleue
Texte de Magdalena Guirao Jullien, illustré par Christine Davenier
Kaléidoscope
13 €, 225 x 300 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014.
C’est Papy qui choisit
Texte de Jean Leroy, illustré par Jean-Luc Englebert
Pastel
10,50 €, 157 x 215 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

georges fantomeLe nouveau numéro de Georges est sorti ! Il s’appelle Fantôme et il vaut le détour, comme toujours ! Il a même quelque chose en plus des numéros habituels, avec sa couverture phosphorescente. Comme une enfant, j’aime le recharger à la lumière, puis tout éteindre et voir le titre et les fantômes briller dans le noir ! Son intérieur est entièrement à colorier, tout en noir et blanc ! Retrouvez une histoire de Lili Scratchy, les aventures de Pampi et Gorri, une visite des catacombes, des mots en roumain, des jeux, un labyrinthe et même toutes les explications pour fabriquer un thaumatrope, cet appareil pour voir s’animer une image !
Magazine Georges, numéro Fantôme, Éditions Grain de sel, 9,90 €.

Marianne

Chine d’hier et d’aujourd’hui

Chine, scènes de la vie quotidienneLa gymnastique matinale dans les rues, les files d’attente bondées devant les guichets de gare, les gens qui mangent dans la rue, les parties de Mah-jong, les danses du soir, les mariages en blanc… Bienvenue en Chine.
Chine, scènes de la vie quotidienne est un magnifique ouvrage entre l’album et le documentaire. Bien trop beau et poétique pour être un vrai documentaire, ici on se laisse emporter, on dévore tous les textes (alors que généralement dans un documentaire on pioche), on se régale des illustrations. On pense plus à un carnet de voyage, de souvenirs, d’anecdotes. Étant allé en Chine, j’ai reconnu des tas de choses (celles que je cite plus haut notamment), sans jamais de jugement, sans caricature.
Un magnifique ouvrage pour les amoureux de la Chine… et pour tous ceux qui voudront découvrir ce beau pays à travers les yeux d’un voyageur.
À noter que Chine, scènes de la vie quotidienne vient de recevoir la pépite du meilleur documentaire.

Chontes de ChineSavez-vous pourquoi les Chinois disposent des banderoles rouges aux portes le jour du réveillon du Nouvel An et mangent des boulettes de riz sucré le lendemain, pourquoi ils célèbrent les amoureux le septième jour du septième mois et les familles se réunissent pour manger des gâteaux de lune le quinzième jour du huitième mois ? Il est possible que ça ait un rapport avec un démon chassé, une prophétie ancienne, des amoureux célestes qui ne se retrouvent qu’une fois par année ou une déesse bannie vivant sur la lune.
Contes de Chine regroupe huit très beaux contes Chinois à l’origine de fêtes. Une belle façon de découvrir la Chine à travers ses célébrations et ses légendes. Les illustrations sont magnifiques et les histoires très belles. En fin d’ouvrage, pour compléter les histoires, on trouve des recettes, des loisirs créatifs (les lanternes de papier et les cerfs-volants) ou encore un caractère chinois à recopier, chaque fois en rapport avec une des légendes, une belle idée.
Un grand et beau livre pour découvrir les célébrations chinoises à travers les légendes dont elles sont issues.

10 contes de ChineUn empereur qui fit peindre deux hommes autour de la porte de sa maison pour faire fuir un démon, une femme qui dû faire pousser les bambous plus rapidement, l’homme qui inventa l’écriture chinoise, une petite fille née dans une courge ou encore une jeune fille, nommée Mulan, qui s’habilla en homme pour combattre à la place de son père malade. Dix contes de Chine.
C’est un peu le même principe que le livre précédent (c’est d’ailleurs le même auteur), ici on nous propose dix contes importants en Chine, des contes qui nous expliquent aussi les traditions, les croyances ou tout simplement des éléments de la Chine d’aujourd’hui (écriture, signes du zodiaque…). Les textes sont magnifiques et se lisent aussi bien par les jeunes lecteurs que par les adultes (ou même en histoire du soir).
De beaux contes de Chine en livre de poche (donc petit prix et à emporter partout !).

4 femmesLiu Lanzhi vivait avec l’homme qu’elle aimait et une belle-mère qui la maltraitait et faisait tout pour la faire partir. Yingtai s’habillait en homme pour avoir le droit d’étudier. Dame She  mena une armée alors qu’elle était centenaire. Ying Ying, à qui sa mère refusait le droit d’épouser celui qu’elle aimait. Quatre femmes.
Wang Shu Hui est une dessinatrice de bande dessinée chinoise des années 30. Fei édite ici quatre histoires de femmes dans un magnifique album. Quatre adaptations de grands classiques de la littérature chinoise (on reconnaît d’ailleurs l’histoire qui a inspiré Les amants papillons). Quatre histoires qui montrent des femmes qui se battent, qui combattent, qui ne se laissent pas faire. Quatre histoires qu’on pourrait qualifier de féministes.
Un très beau recueil de bandes dessinées qui met à l’honneur quatre femmes chinoises.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Nicolas Jolivot (Le calligraphe), de Guillaume Olivier (Voilà le loup), d’He Zhihong (Que fais-tu bébé ? et Voilà le loup) et de Gwen Keraval (Drôle de planète !, Yoshka et La sorcière au nez de fer).

Chine, scènes de la vie quotidienne
de Nicolas Jolivot
HongFei
21,90 €, 249×248 mm, 100 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Contes de Chine. L’origine des grandes fêtes
Texte de Guillaume Olive, illustré par He Zhihong
Seuil Jeunesse
18 €, 209×308 mm, 54 pages, imprimé en France, 2014.
10 contes de Chine
Texte de Guillaume Olive, illustré par Gwen Keraval
Flammarion Jeunesse dans la collection Castor poche contes
6,10 €, 136×180 mm, 128 pages, imprimé en Espagne, 2014.
4 femmes
de Wang Shu Hui (traduction Mathilde Colo)
Fei
25 €, 213×170 mm, 416 pages, imprimé en Italie, 2014.

Gabriel

Des histoires et des musiques à écouter

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle sélection de CD et livres-disque (et même livres musicaux).

Bouc Cornu, Biquette et ses biquetsEt je commence par un duo qu’on adore, Fabienne Morel et Debora Di Gilio alias Huile d’olive et Beurre salé. Après L’ogresse poilue (version italienne du Petit Chaperon Rouge) et La poulette et les trois maisonnettes (version bretonne des Trois petits cochons) c’est maintenant au Loup et les sept chevreaux qu’elles s’attaquent.
Dès que Biquette a le dos tourné, Bouc Cornu tente d’entrer dans la maison où sont restés les biquets. Seulement, ils ne sont pas stupides, ils entendent bien que ce n’est pas la voix de leur mère… Bouc Cornu va devoir être rusé !
Mais quel régal ! Comme à chaque fois avec ce duo on prend énormément de plaisir à écouter l’histoire racontée et chantée. On rit, on sourit, on ne s’ennuie pas une seconde. Le seul souci avec les livres-disques Syros c’est souvent le son… là encore ! On est loin de la qualité de chez Didier Jeunesse, Oui-dire ou Chut ! C’est un peu dommage. Côté illustration, comme dans les deux premiers livres-CD du duo, c’est Nathalie Choux qui met en image le conte avec des illustrations pleines de pep’s et de couleurs. Sur chaque page, deux petites souris suivent le récit… une sorte d’alter ego de nos conteuses.
Encore une vraie réussite pour Huile d’olive et Beurre salé, un duo dont on est super fans. Un livre-disque qui va encore tourner en boucle ici pendant un petit moment !

AprèsHindbad et les Babouches de 7 lieues Huile d’olive et Beurre salé, une autre de nos conteuses préférées. On avait adoré Le voyage de M’toto lunettes (qu’on avait même vu en spectacle), Sylvie Mombo revient avec un nouveau livre-disque : Hindbad et les Babouches de 7 lieues.
Tout le monde aime Hindbad, c’est un garçon charmant. Mais le jeune homme n’a pas de travail et quand il arrive à se faire embaucher comme porteur d’eau il est bien vite mis à la porte à cause de son ingéniosité. Alors Hindbad s’en va, il part à la rencontre des quarante voleurs qui vivent non loin de là. En chemin, il rencontre un vieux musicien, il entend parler d’une princesse et il trouve de bien étranges babouches…
C’est un voyage merveilleux que nous propose Sylvie Mombo. On l’écoute nous conter la grande aventure de Hindbad et notre esprit voyage au son de la musique de Zeki Ayad Çölaş (saz, oud, violon, lyre crétoise, derbouka, daf, bendir et flûte traversière). Parfois, on entend même le musicien conter en turc. L’histoire est digne des grands contes d’orient, on pense bien sûr aux contes des mille et une nuits.
C’est toujours avec un énorme plaisir qu’on retrouve Sylvie Mombo, ce voyage qu’elle nous propose est encore une vraie réussite.
La bande-annonce du spectacle.

Petites histoires du mondeJean-Claude Carrière nous raconte des Petites histoires du monde… et l’on se régale ! On rit aux petits contes, tels des histoires tantôt drôles tantôt philosophiques, venues du monde entier. Généralement très courtes (entre 20 secondes et 2’30), les histoires vont faire autant sourire les parents que les enfants (voire même, soyons franc, parfois plus les parents que les enfants, car c’est souvent plein de non-sens).
L’habillage musical est composé de oud tunisien, guitare à 8 cordes, bendir et petites percussions et accompagne à merveille la voix du conteur. Les illustrations d’Anna Forlati sont superbes. Bref, on a eu un gros coup de cœur pour ce livre disque très original.
Un petit bijou pour tous ceux qui aiment l’humour absurde et les contes du monde.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Comptines & berceuses tsiganesAutre coup de cœur, Comptines & berceuses tsiganes sorti chez Didier Jeunesse. Vous connaissez certainement la superbe collection Comptines du Monde de chez Didier Jeunesse, c’est toujours extrêmement réussi, tant dans les choix musicaux que dans les interprétations et dans le livre qui accompagne le CD. Ici, est-ce parce que cette musique-là me touche particulièrement, mais je trouve l’ouvrage particulièrement bon. J’écoute l’album en boucle depuis que je l’ai reçu ! Les amateurs de musique tsigane retrouveront avec plaisir Ederlezi (ici sous le titre Herdelezi), Ušti ušti baba ou encore Keren chavorrale drom. Des chansons venues de Hongrie, République Tchèque, Macédoine, Russie, Bulgarie, Roumanie, Turquie et Slovaquie, chantées en hongrois, romani et roumain. Les merveilleuses illustrations du livre sont signées Nathalie Novi. On retrouve, comme d’habitude, les paroles, les traductions et des indications sur les chansons. Le seul souci de Comptines & berceuses tsiganes c’est que ma fille risque de ne pas l’avoir souvent pour elle…
Un magnifique livre-CD plein d’émotion pour les amoureux de musique tsigane… et leurs enfants ! Le cadeau à offrir à Noël, au neveu qui vient de naître et à l’arrière-grand-mère !
Extraits sur le site de l’éditeur.

Coffret berceuses du mondeEt puisqu’on parle de cadeaux… Didier Jeunesse a la bonne idée de ressortir le superbe Les plus belles berceuses du Monde (compilation de quatre de ses plus beaux livres-CD) avec 3 inédits dans un magnifique coffret au pelliculage « soft touch » qui contient, en plus du livre-CD, une illustration d’Aurélia Fronty sur beau papier, à encadrer. Un cadeau de naissance (mais pas seulement) idéal.
Extraits sur le site de l’éditeur.

Enfantillages 2La plupart d’entre vous doit déjà connaître Enfantillages, l’album d’Aldebert sorti en 2008 (l’album est d’ailleurs disque d’or) et peut-être Enfantillages 2 sorti l’année dernière. Voilà que ce deuxième opus ressort dans deux nouvelles versions : un coffret CD/DVD avec le spectacle filmé et un livre-disque. Ici, on chante, on danse avec les enfants, c’est le genre de disque qui plaît aux plus jeunes et n’exaspère pas trop les grands ! C’est bourré de duos, on retrouve notamment Ours, Didier Wampas, Les Yeux Noirs, Bénabar, Louis Chédid, Alexis HK, François Morel, Carmen Maria Vega… et bien d’autres ! On parle de la vie quotidienne des enfants, de leurs mensonges, de la famille, de l’amour…
Dans la version avec DVD on peut donc, en plus du CD, assister au concert filmé. Ici pas de duo et la qualité fait un peu spectacle filmé par France 3 Bretagne dans les années 90, mais les enfants vont adorer retrouver l’ambiance du concert qu’ils ont vu en vrai ou découvrir la version live avec des moments pleins d’humour autour des chansons.
Aldebert Enfantillages 2 livreC’est le même CD (sans le DVD) que l’on retrouve dans la version livre-CD, mais ici les chansons sont illustrées par Simon Moreau.
Aldebert est un artiste que nous suivons depuis plusieurs années, avant qu’il fasse des chansons pour les plus jeunes. Ses disques pour enfants sont à l’image de ce qu’il fait pour adultes et il reste surtout un artiste à voir sur scène… et les occasions ne manquent pas ! Il a joué à guichet fermé à l’Olympia il y a peu (et reviendra à Paris en avril), mais passera bientôt à Nantes, Besançon (chez lui), Marseille, Bruxelles… Retrouvez ses dates ici.
Écouter l’album.

Lili Moutarde comédie musicaleLili Moutarde est une petite fille, elle a deux sœurs (Lili Tempête, une vraie furie, et Lili Farfouille, qui passe son temps à tout décortiquer) et un frère (Titi Chewing-gum qui colle en permanence). Seulement, Lili regrette le temps où elle était seule, elle aimerait se débarrasser de ces trois garnements et rester seule avec ses parents… Elle décide donc de les mettre dans un train… et qu’ils aillent au diable !
Lili Moutarde est une comédie musicale signée Christiane Oriol. Et contrairement à Aldebert ici ça ne va pas forcément rassembler parents et enfants ! Les chansons rythmées et faciles à reprendre risquent de beaucoup plaire aux enfants… et vite exaspérer les parents ! Mais les disques pour enfants sont faits à la base pour eux, non ? Alors on leur donne le CD, ils l’écoutent dans leur chambre, s’éclatent, chantent à tue-tête… et l’on est tranquille pendant au moins une heure !
Extraits sur le site de l’éditeur.

Enquete à l'orchestreLe compositeur est mort ! L’enquêteur va mener l’enquête. Est-ce les cordes que le compositeur faisait jouer comme des forcenées ? Le premier des violons tenait d’ailleurs à la main un étui noir assez suspect… Est-ce les cuivres qui sont si violents ? Le souci c’est que tous ont un alibi… Pourtant le compositeur est bien mort !
Avec son brin de folie habituel, Lemony Snicket rend hommage à la musique… Et quel bel hommage ! Comme dans Piccolo et Saxo ou dans Pierre et le Loup, ici on se familiarise avec les instruments de l’orchestre, mais avec une vraie histoire. Une intrigue policière même ! Le texte de l’auteur des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est ici raconté par le génial Pépito Matéo, et comme d’habitude avec ce grand conteur (ah Sans les mains et en danseuse…) c’est un pur régal. Côté illustration, les dessins de Louis Thomas nous font penser à Sempé et à Philippe Dumas.
Encore un savoureux disque pour les amoureux de musique et de belles histoires sorti chez Didier Jeunesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

L'Oiseau de feuUn tsar avait un jardin extraordinaire dans lequel un pommier produisait des fruits d’or. Le tsar aimait venir les regarder chaque matin avant de commencer sa journée. Jusqu’au jour où les pommes commencèrent à disparaître… Le tsar chargea ses fils de mener l’enquête.
Le célèbre conte L’Oiseau de feu nous est ici conté par Élodie Fondacci et illustré par Aurélia Fronty, vous imaginez déjà la beauté de l’objet ! Sous fond de musique de Stravinsky, on écoute donc l’histoire où il est question d’un oiseau de feu, de sorcier, de princesse et d’amour…
Un magnifique conte superbement illustré par Aurélia Fronty.

Mes plus belles musiques classiques pour les petits 2Après StravinskyBach, Debussy, Mozart, Beethoven, Fauré, Schubert, Offenbach et dix autres grands compositeurs réunis dans un très joli livre pour les tout-petits. Dix-sept morceaux parmi les plus belles musiques classiques vont enchanter les enfants et émerveiller les parents (ou l’inverse). Le livre (illustré par Aurélie Guillerey, Vincent Mathy, Clotilde Perrin et Charlotte Roederer) est cartonné et donc on peut le laisser à portée des plus jeunes sans trop de risque (la pochette contenant le CD se détache aisément). Pour chaque morceau, tantôt rythmé, tantôt lent, une double page illustrée avec un petit texte poétique.
Un ouvrage très réussi pour transmettre le goût de la musique classique aux plus jeunes.

la berceuseOn quitte les musiques classiques, mais on reste avec les plus jeunes pour écouter des berceuses du monde. Nathalie Manguy interprète des chansons venues du monde entier : Turquie, Sri Lanka, Brésil, Cameroun, Japon, Pologne… Le résultat est superbe, un disque de berceuses d’une grande qualité, d’une belle « unité » (on n’a pas une impression de morceaux jetés en vrac comme ça peut arriver sur ce genre de disques). Elle chante en créole, en hébreu, en arabe, en français… en reprenant les techniques vocales et le phrasé si particuliers de certaines langues. Ses berceuses sont toujours chantées avec une infinie douceur, énormément de justesse. Le livret du disque nous propose les textes des chansons et leurs traductions.
Un magnifique disque de berceuses, un des plus beaux que j’ai entendu.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

On termine par deux livres musicaux… mais sans CD !
Paco et l'orchestrePaco se promène dans la forêt, tout le monde se prépare pour le concert de ce soir. L’ours s’est mis au piano, l’éléphant au violon et le cochon au xylophone. Il va être rudement chouette ce concert !
Paco est au cirque ! Le fifre joue de la flûte traversière, une autruche bottée de la clarinette, un éléphant funambule de la trompette… et ils ne sont pas les seuls à bien connaître la musique ! Il ne s’ennuie pas, Paco !
Les deux livres sortis dans cette nouvelle collection (Mes petits livres sonores chez Gallimard) sont illustrés par Magali Le Huche et l’on se régale ! Les illustrations sont pleines de malice, colorées, vivantes.Paco et la fanfare Les sons (qui se déclenchent en appuyant sur les pages) ne sont pas trop courts et mettent bien en valeur les instruments. Car ici c’est de ça dont il s’agit : les instruments de l’orchestre dans Paco et l’orchestre et ceux de la fanfare dans Paco et la fanfare (en fait, les titres sont assez logiques). On entend les instruments, le son qu’ils produisent. En fin d’ouvrage, ils sont tous rappelés.
Une super nouvelle collection pour apprendre les instruments, illustrée par une de nos illustratrices préférées.

Retrouvez tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués sur l’album Pinterest qui leur est consacré.

Bouc Cornu, Biquette et ses biquets
Texte de et raconté par Fabienne Morel et Debora Di Gilio, illustré par Nathalie Choux
Syros
18,90 €, 260×260 mm, 40 pages, CD : 15 min. env., imprimé en France, 2014.
Hindbad et les Babouches de 7 Lieues
Texte de et raconté par Sylvie Mombo, musique de Zeki Ayad Çölaş
Tchekchouka
14 € (prix moyen constaté), CD : 31 min. env., 2014.
Petites histoires du monde
Texte de et raconté par Jean-Claude Carrière
Bulles de savon
20,90 €, 257×292 mm, 43 pages, CD : 24 min.env., imprimé en Union Européenne, 2014.
Comptines & berceuses tsiganes
Collectif, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
23,80 €, 273×270 mm, 60 pages, CD : 52 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les plus belles berceuses du monde – Éditions Luxe
Collectif, illustré par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
29,90 €, 280×285 mm, 57 pages, CD : 59 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Enfantillages 2
d’Aldebert, illustré par Simon Moreau
Sony Music (CD + DVD) et Gallimard (Livre-disque)
16 € (prix moyen constaté, CD+ DVD) et 24 € (livre-CD), 255×295 mm (livre-CD), 48 pages (livre-CD), durée du CD : 57 min.env., durée du DVD 90 min. env., imprimé en France (livre-CD), 2014.
Lili Moutarde, comédie musicale
Texte de, raconté par et chanté par Christiane Oriol
Eponymes Jeunesse
13 € (prix moyen constaté), CD : 67 min. env., 2014.
Le compositeur est mort – Enquête à l’orchestre
Texte de Lemony Snicket (traduit par Pépito Matéo et Nathaniel Stookey), raconté par Pépito Matéo, illustré par Louis Thomas, musique de Nathaniel Stookey
Didier Jeunesse dans la collection Un livre, un CD
23,80 €, 265×265 mm, 36 pages, CD : 30 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
L’Oiseau de feu
Texte de et par Élodie Fondacci, illustré par Aurélia Fronty, musique d’Igor Stravinsky
Gautier Languereau dans la collection Des histoires en musique
22,90 €, 280×270 mm, 32 pages, CD : 28 min. env., imprimé en France, 2014.
Mes plus belles musiques classiques pour les petits 2
Collectif, illustré par Aurélie Guillerey, Charlotte Roederer, Clotilde Perrin et Vincent Mathy
Gallimard Jeunesse dans la collection Éveil musical
16,90 €, 215×215 mm, 36 pages, CD : 53 min. env., imprimé en Europe, 2014.
La berceuse
de Nathalie Mainguy
Victor Mélodie
15 € (prix de vente conseillé), durée : 30 min. env., 2014.
Paco et l’orchestre
de Magali Le Huche
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits livres sonores
13,50 €, 185×210 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.
Paco et la fanfare
de Magali Le Huche
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits livres sonores
13,50 €, 185×210 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.