Coeurs de pères

Aujourd’hui, je vous présente deux albums coup de cœur, qui mettent les pères à l’honneur !

papa îleBetty et Jean-Louis seront bientôt parents. Pour Jean-Louis, c’est encore un peu abstrait : quel père sera-t-il ? Comment être un super papa ? Jouer au foot, plonger, bricoler, très peu pour lui… Mais Betty a sa petite idée : elle sait quel père il sera ! Un papa-île, un papa-cheval, un papa-avion…
Que de douceur et d’émotion dans cet album ! J’ai envie de l’offrir à tous les futurs ou jeunes papas de mon entourage !
Papa-île est une magnifique histoire, à la fois simple et belle, comme je les aime…  Emile Jadoul rend hommage aux pères et c’est une réussite ! Pas de fioritures, pas de niaiseries, mais des mots forts et des illustrations qui donnent le sourire. Un sourire attendri et ému.
Un album fort et simple, un coup de cœur !

La piscineNager, sauter, plonger, le tout sous le regard admiratif de son papa qui a pris du temps alors qu’il est débordé, c’est fantastique ! Mais pourquoi est-ce que ça passe si vite ? Alors qu’une heure peut parfois être si longue dans d’autres circonstances… C’est la subjectivité du temps !
Nadia Roman a un véritable talent pour raconter le quotidien. Avec La piscine, j’ai eu l’impression d’avoir de nouveau cinq ans et de passer un moment à la piscine municipale, le dimanche matin. Tout y est, des yeux qui piquent à cause du chlore aux cheveux qui fouettent le visage, en passant par le maillot qui rentre dans les fesses quand on plonge. Et dans le même temps, il y a énormément d’émotion qui se dégage de cette histoire : le temps précieux et partagé, l’admiration des enfants pour leurs parents, la douceur des petits moments du quotidien… Les illustrations d’Amélie Falière, colorées et à l’air un peu rétro, nous plongent (sans mauvais jeu de mots) au cœur de cette belle histoire !
Voici un album qui donne envie de profiter et de prendre le temps, même quand ça paraît un peu difficile !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Émile Jadoul (Canaille fête son anniversaire, Ça sent bon la maman, Comme un secret, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe, Mon bonnet, Les mains de papaÀ l’eau, Hourra, Aglagla, Tout le monde y va, Gros pipiÀ la douche et À la folie) et Amélie Falière (Moi je, Le petit-déjeuner et Qu’est-ce qui mijote dans ma marmite à mots ?). Retrouvez également notre interview d’Émile Jadoul.

Papa-île
d’Émile Jadoul
Pastel
12,50 €, 208 x 300 mm, 22 pages, imprimé en Italie, 2014.
La piscine
Texte de Nadia Roman, illustré par Amélie Falière
Les éditions du Ricochet
13,70 €, 260 x 263 mm, 30 pages, imprimé en Pologne, 2014.

À part ça ?

Je vous parle souvent de Georges, ce magazine hors du commun, original et joliment illustré.
Georges a besoin de vous pour se développer (et oui, un magazine sans aucune publicité et d’une telle qualité demande un certain investissement financier…) et lance un appel à financements via la plateforme Ulule ! Comme on dit,  « les petits ruisseaux font les grandes rivières »…

Marianne

De bien beaux contes

La lune nueLa lune ne se plaisait pas à vivre nue, elle alla voir sa mère, la grande et vaporeuse Nébuleuse Voie Lactée, elle pourrait lui donner un habit. La lune voulait une robe qui brille de mille couleurs dans la nuit, elle l’eut. Sauf que trois jours plus tard elle commença à se sentir bien serrée dans ce nouveau vêtement. Il fallait l’agrandir. Sa mère lui obéit… mais trois jours plus tard…
C’est un très beau conte qu’a écrit Marie Sellier. Une histoire aux allures de conte classique. Le texte est poétique et les illustrations d’Hélène Rajcak l’accompagnent à merveille.
On parle bien entendu ici des cycles de la lune, mais on peut y voir aussi un message sur le corps, sur le fait de s’accepter qu’on soit trop maigre ou trop rond, sur le corps qui change. On pense à Peau d’âne et ses robes couleurs du soleil ou couleur de nuit…
Un très joli conte, plein de poésie tant dans le texte que dans les illustrations (que je vous invite à découvrir ici).

ÀPERCE NEIGE et les trois ogresses noter que Talents Hauts vient de ressortir dans la même collection Perce-Neige et les trois ogresses, qui était une des histoires de Contes d’un autre genre de Gaël Aymon (le plus beau des trois), dans un très bel album. Peggy Nille a retravaillé ses illustrations et même ajouté quelques inédits. On parle ici d’un jeune garçon sensible (trop aux yeux de son père) qui va être chassé du royaume et recueilli par des ogresses. Une sorte de version « inversée » de Blanche-Neige (ici, le garçon va faire le ménage chez les ogresses et être réveillé par une jeune fille). Une magnifique histoire superbement illustrée.

UnCygnes Sauvages roi, qui avait onze fils et une fille, se remaria à la mort de son épouse avec une femme méchante qui ensorcela les princes afin de les transformer en cygnes et confia leur sœur à un paysan. Un jour, cette dernière partit à la recherche de ses frères…
Vous connaissez certainement ce très beau conte d’Andersen, il est ici réécrit par Kochka et magnifiquement illustré par la talentueuse Charlotte Gastaut. Plusieurs livres sont déjà sortis dans cette collection, on vous en a déjà parlé, et comme pour les précédents on retrouve les illustrations avec des parties dorées. Les planches sont superbes, comme chaque fois et nos yeux se régalent. Le texte est assez difficile pour les plus jeunes, c’est typiquement le genre d’album qu’on offre aux grands enfants… ou qu’on s’achète pour soi même !
Encore un classique illustré magnifiquement par Charlotte Gastaut.

UnLa Belle et la Bête David Sala riche paysan qui avait tout perdu s’égara un jour dans une forêt. Il trouva refuge dans un château où il ne croisa personne. En partant il cueillit une rose pour sa plus jeune fille, il n’aurait pas dû, il déclencha la colère de l’habitant du château, la Bête.
Vous connaissez très certainement l’histoire de La Belle et la Bête, ne serait-ce que par le chef d’œuvre de Cocteau avec Jean Marais. Ici, c’est l’histoire originale et intégrale de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont qui ressort illustrée par un des plus grands illustrateurs, David Sala. Les planches sont absolument somptueuses et comme dans le précédent on y trouve des parties dorées… sauf qu’ici ce n’est pas forcément une réussite… Elles paraissent vraiment rajoutées et gâchent un peu le magnifique travail de David Sala, comme si l’on avait ajouté des autocollants à des toiles de maître… c’est un peu dommage. Malgré tout, ça reste un magnifique ouvrage, avec, là aussi, un texte pas toujours évident pour les plus jeunes (il date du XVIIIe siècle).
Un album jeunesse proche du livre d’art.

EtPeau d'âne Demy puisqu’on parlait de Jean Marais et un plus haut de Peau d’âne, De La Martinière Jeunesse vient de sortir une très belle version du conte écrite par Jacques Demy, lui-même ! Le texte est ici illustré par des photos du film (on retrouve donc Catherine Deneuve, Jean Marais, Delphine Seyrig…) dans une maquette qui fait édition classique, l’édition est magnifique avec sa tranche dorée. Un cadeau idéal pour les amoureux du chef d’œuvre de Jacques Demy… et les autres !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués plusieurs livres de Marie Sellier (10 tableaux et des animaux, Le secret de grand-mère, 10 tableaux et un ballon rouge, Le fils de Picasso et Dragons & Dragon), Gaël Aymon (Le secret le plus fort du monde, Ma réputation, Le fils des géants, L’anniversaire à l’envers, Les souliers écarlates, La princesse Rose-Praline, Une place dans la cour, Contes d’un autre genre et Giga Boy), Peggy Nille (Lily cherche son chat, Mon cher petit coeur, La Princesse Optipois, Le petit oiseau au grain de blé, Le voleur de lune, Le Petit Chaperon Rouge, Les amoureux du ciel, Le nom du diable et Contes d’un autre genre), Kochka (À l’heure du loup, Le rossignol et l’empereur de Chine, Peau d’Âne et Dans ma ville il y a…), Charlotte Gastaut (Boucle d’Or & les 3 ours, Peau d’âne, PoucetteMon amie est princesse et Mais que fait la police ? ), Andersen (La petite sirène version Anna Karina, La petite sirène lu par Marie Tirmont, La petite sirène illustré par Alexandra Huard, Contes inédits : Le compagnon de voyage, Le petit Ole Ferme l’oeil, Le goulot de Bouteille, Le Rossignol et l’empereur de Chine, un CD regroupant plusieurs de ses contes, La petite fille aux allumettes illustré par Fabrice Backès, Les habits neufs de l’empereur illustré par Parastou Haghi et un recueil sorti chez Lito, Contes d’Andersen), David Sala (Féroce) et Charles Perrault (Le chat botté, Cendrillon, Le chat beauté, Le petit chaperon rougeLe chat botté et Le petit Poucet dans la collection Les contes en chanson chez Larousse, Peau d’âne illustré par Charlotte Gastaut, Le petit chaperon rouge dans une version « herbier » et une version sans texte et Cendrillon en petit théâtre d’ombre). Retrouvez également l’interview de Gaël Aymon et de Peggy Nille.

La lune nue
Texte de Marie Sellier, illustré par Hélène Rajcak
Talents Hauts
14,90 €, 217×302 mm, 48 pages, imprimé en Union Européenne, 2014.
Perce-Neige et les trois ogresses
Texte de Gaël Aymon, illustré par Peggy Nille
Talents Hauts
16,50 €, 256×338 mm, 28 pages, imprimé en Italie, 2014.
Les cygnes sauvages
Texte de Kochka (d’après Andersen), illustré par Charlotte Gastaut
Père Castor
13,50 €, 240×300 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014
La Belle et la Bête
Texte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, illustré par David Sala
Casterman dans la collection Les albums Casterman
16,95 €, 270×250 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2014
Peau d’âne
Texte de Jacques Demy (d’après Charles Perrault)
De La Martinière Jeunesse
17 €, 220×285 mm, 144 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Quand j'étais petit (c'était avant)Et puisqu’on parle de beaux livres pour enfants dans cette chronique, j’avais envie de vous parler d’un beau livre plutôt pour les grands. Quand j’étais petit (c’était avant) nous délivre une série de « quand j’étais petit… » de Philippe Nessman. Rappelez-vous, cette époque où pour entrer dans une voiture fermée à clé, les passagers devaient attendre que le conducteur y pénètre puis se contorsionne pour déverrouiller, une à une, toutes les portières, cette époque où l’on découvrait toujours qu’une bonne partie des photos était inutilisable quand on faisait développer une pellicule, cette époque de Groquick, du Lucky Luke avec une cigarette et du scotch sur les cassettes pour pouvoir à nouveau enregistrer dessus quand on avait cassé la languette en plastique. On n’est pas du tout ici dans le « c’était mieux avant », il s’agit plutôt de nous faire sourire en nous rappelant des choses qu’on avait parfois oubliées. En plus, le livre est magnifique (il est édité chez Palette… qui fait toujours un beau travail d’édition), c’est typiquement le livre qu’on offre en cadeau (en tout cas moi je sens que je vais en offrir).
140 phrases madeleine réunies dans un très bel ouvrage.
Plein de choses à découvrir sur la page Facebook du livre.
Quand j’étais petit (c’était avant) de Philippe Nessmann, 19 €, Palette….

Gabriel

La chronique numérique : une invitation au voyage…

C’est parti pour la première chronique numérique de La Mare aux mots. Tout d’abord je suis vraiment heureuse de pouvoir partager avec vous mes découvertes, mes coups de cœur, bref d’explorer ce nouveau continent qu’est le numérique (et un grand merci à Marianne et Gabriel pour leur accueil !). Parce que oui, il recèle des trésors, d’intelligence, de créativité, d’humour, et qu’il serait vraiment dommage de passer à côté. Alors pour commencer ce voyage quoi de mieux qu’une première chronique sur… le voyage ? Et le hasard fait bien les choses puisque ce week-end, c’est le début des vacances ! Embarquement immédiat !

Première étape : un voyage exotique.

L'Amazonie de LuluL’Amazonie de Lulu

C’est quoi ? Le troisième volet d’une collection de docufictions numériques et interactifs, Lulu et Zazou.

Ça parle de quoi ? C’est l’histoire de Lulu, voyageuse du bout du monde (qui nous avait déjà emmenés en Australie et en Polynésie dans les tomes 1 et 2), toujours accompagnée de son inséparable ami, Zazou le chat. L’Amazonie de Lulu nous plonge en plein cœur de la forêt amazonienne, à la découverte du Brésil et de sa culture. Après une rapide présentation géographique du pays, l’aventure commence à Belém. À bord d’un bateau, Lulu et Zazou L'Amazonie de Luluparcourent l’Amazonie, font la connaissance des animaux qui peuplent la forêt (singes hurleurs, crocodiles…), visitent une fazenda (une ferme de buffles), et rencontrent la tribu des Yanomani.

Ça marche comment ? Le lecteur part à la découverte d’un pays en une vingtaine d’étapes, organisées autour d’un dialogue, d’un jeu ou d’une chanson. Chaque page contient des animations interactives (dialogues, très amusants, entre animaux, qu’on active en cliquant dessus, soleil à « réveiller » en frottant l’écran), et un petit piou-piou vert caché que l’on doit retrouver. Le livre contient cinq jeux intégrés à l’histoire (fabrication d’une coiffe de plumes, tir à l’arc ; je vous laisse découvrir les autres !) qui comportent plusieurs niveaux L'Amazonie de Luluet font appel à la dextérité ou à la logique. À tout moment, on peut passer d’un tableau à un autre, revenir en arrière ou bien avancer en cliquant sur une carte géographique qui indique le parcours de Lulu et Zazou et ses étapes. Le livre se referme sur une « Fabrique des cartes postales », qui permet de créer une image-souvenir de son voyage et de l’envoyer par mail.

Et j’en pense quoi ? C’est un véritable plaisir que ce livre numérique. L’ambiance sonore est particulièrement travaillée, et réussie ; la musique qui accompagne le lancement du jeu (la même pour toute la collection) est agréable (bien que les chansons L'Amazonie de Lulupeuvent sembler un peu superflues). Lulu nous fait découvrir, de façon ludique et très documentée l’Amazonie ; c’est elle qui nous sert de guide. Quant à Zazou, ses répliques pleines d’humour ponctuent l’aventure. De nombreuses trouvailles jalonnent le voyage, comme ce lever de soleil magique sur le fleuve, qui fait s’envoler les oiseaux en un nuage doré. Les illustrations un peu vintage de Stéphanie Bertault s’accordent magnifiquement avec l’histoire.

N’hésitez pas à vous embarquer dans un voyage joyeux et coloré.

Bande-annonce :

L’avis de DéclicKids : http://www.declickids.fr/lamazonie-de-lulu-en-route-pour-une-nouvelle-aventure-bresilienne-ipad-iphone.

Deuxième étape : les mondes imaginaires d’un petit chien malicieux.

Les Mondes de Polo Les Mondes de Polo

C’est quoi ? Quatre jeux poétiques dont le héros est le petit chien rêveur créé par Régis Faller (ses aventures, sans texte, sont éditées chez Bayard).

Ça parle de quoi ? Chaque jeu forme une petite histoire. Dans « Polo dans les nuages », Polo, un beau matin, s’aperçoit que la princesse Prune a oublié sa couronne chez lui. Il se met alors en chemin, de nuage en nuage, jusqu’au château de celle-ci. Dans « Polo et les mélodies souterraines », Polo se retrouve dans les profondeurs de l’île des Luniens, il y découvre la musique lunienne et invente de nouvelles mélodies. Dans « Polo et la plante merveilleuse », notre héros, perdu dans un labyrinthe végétal, doit retrouver une fleur de lune pour l’offrir à son amie. Enfin, « Polo et la carte au trésor » nous plonge dans les profondeurs de l’océan, à la recherche d’un trésor.

Ça marche comment ? Ces petits jeux (dont deux sont des jeux de plateforme) font appel à l’habileté et la mémoire : chercher son chemin à travers les lianes, récupérer des perles Les Mondes de Poloprécieuses en évitant les poissons, créer des mélodies et sauter de nuage en nuage en évitant les pièges. Les consignes apparaissent sous forme de dessins dans des bulles : comme dans les albums, aucun texte ici. Et si l’on rate une mission ? Pas besoin de recommencer tout le jeu, on reprend le parcours au début de la scène. Le tout manque un peu de fluidité de circulation. Notamment dans le labyrinthe végétal où passer d’un tableau à l’autre peut se révéler assez difficile. Les différents jeux requièrent de la minutie ; exit donc les smartphones.

Les Mondes de PoloEt j’en pense quoi ? Malgré ces quelques défauts, cette application est une petite merveille de poésie. Polo, c’est tout un monde de douceur et de rêverie, sans parole. Les histoires (car les jeux sont scénarisés) ne manquent pas d’humour (le trésor que récupère Polo sous la mer est… un chapelet de saucisses !) et les jeux bien pensés. L’univers sonore de Polo est vraiment chouette ; et même après plusieurs lectures, j’adore toujours écouter les petites chansons des Luniens…   Ces mondes sembleront peut-être lents et répétitifs à certains — il ne se passe pas grand-chose dans les mondes souterrains — mais, là où priment la vitesse et l’action, ils sont une respiration nécessaire de notre imaginaire, et laissent la part belle aux rêves. Enchanteur et réjouissant.

Bande-annonce :

L’avis de DéclicKids : http://www.declickids.fr/les-mondes-de-polo-adorables-petits-jeux-ipad-iphone.

Dernière étape : un voyage sonore.

Bloom prodLa Radio des enfants : En route !

C’est quoi ? Comme son nom l’indique, c’est une radio pour les enfants. Oui, une radio, même pas interactive, juste une radio. Mais alors, quelle radio !!

Ça parle de quoi ? Après deux opus (Y’en a marre et Trop fort !), la radio pour les enfants s’attaque à la thématique du voyage. Ouvrez vos oreilles, installez-vous confortablement, et c’est parti pour un tour du monde qui nous mène de l’Asie du Sud-Est à l’Australie en passant par Babylone.

Ça marche comment ? Ici, pas de jeu ni d’animation. L’écran affiche juste une image fixe. C’est le son qui fait tout. Neuf courts programmes mêlent micros-trottoirs avec des enfants, documentaires, histoires, chanson, et même une séance de gym ! On y découvre que les zèbres sont noirs avec des rayures blanches et à quoi servent ces rayures, la tradition des poupées sans souci au Guatemala, la mythologie babylonienne, ou encore toutes les manières de jouer aux osselets. On écoute d’une traite, programme par programme, dans l’ordre que l’on veut, en se concentrant ou bien en vaquant à ses occupations.

Et j’en pense quoi ? C’est un drôle de challenge que d’utiliser un outil comme la tablette sans exploiter ses potentialités. Rien à voir, rien à toucher, c’est déconcertant quand on a une tablette entre les mains. Et pourtant, c’est vraiment réussi. Les enfants accrochent, les parents aussi. Les voix nous intriguent, nous bercent, nous font réfléchir. Et la réussite, c’est que cela ouvre un espace de parole. Bref, vous l’avez compris, cette appli, je l’emporte en vacances, c’est sûr !!

Le site avec des extraits : http://bloomprod.fr.

L’avis de DéclicKids : http://www.declickids.fr/la-radio-des-enfants-en-route.

L’Amazonie de Lulu
écrit par Vanessa Pol et David Herschel, illustré par Stéphanie Bertault, musiques par David Herschel, Jeremy Moyer et Maarit Korhonen
Zanzibook
Prix constaté : 2,99 € (Android), 2,69 € (Apple).
Les mondes de Polo
de Régis Faller
Bayard Jeunesse
Prix constaté : Premier jeu gratuit puis 1,69 € (Android), 3,59 € (Apple).
La Radio des enfants : En route !
Bloom Prod
Prix constaté : 2,79 € (Android), 2,69 € (Apple).

À part ça ?

On n’a pas forcément besoin de grand-chose pour voyager : quelques élastiques, une pincée de punaises, une louche d’inventivité, quelques cuillerées de patience, et nous voilà partis vers la lune avec un drôle de court-métrage de Guillaume Blanchet, Le Grand Voyage d’Elastika : http://videos.arte.tv/fr/videos/le-grand-voyage-d-elastika-de-guillaume-blanchet–7804586.html

Erica

Quand les illustratrices conçoivent des livres ludiques

Lily Cherche son chatOn commence avec Peggy Nille, illustratrice que nous aimons beaucoup. Avec elle, on va chercher le chat de Lily !
Mia a disparu, Lily le cherche page après page… il va falloir l’aider ! En cherchant Mia on cherchera aussi huit petits lapins dans un jardin, un grand ibis à col vert parmi une nuée d’oiseaux, une cithare chez les Indiens et tant d’autres choses encore. Car avec Lily on va voyager ! Mia a eu l’idée de s’enfuir à travers le monde et l’on va donc visiter des pays fabuleux comme la Russie, le Japon ou le Pérou !
Les planches de Peggy Nille sont magnifiques, pleines de couleurs et le livre est aussi beau que ludique (voir même culturel puisqu’on y apprend des choses sur les pays).
Un régal, ici on adore !

C’estSUIVEZ LE GUIDE ! PROMENADE AU JARDIN encore un chat qui est au cœur de Suivez le guide, promenade au jardin de Princesse Camcam ! Avec lui, on se promène à travers un grand jardin, maintenant que la pluie a cessé, et l’on rencontre une famille de loirs, des petits chiens ou encore des grenouilles. Mais surtout, il y a des tas de volets à soulever ! Et ils sont parfois bien cachés (certains sont tout petits) ! On prend du plaisir à les débusquer puis à découvrir ce qu’ils cachent. Je dirai même que l’album a fait un véritable carton auprès de mes filles. Et il faut dire que les très belles planches ne gâchent rien !
Un album plein de surprises… Jusqu’au dénouement de l’histoire !

OnL'ile magique termine notre voyage par une grande aventure, on y plonge avec plaisir, car c’est Marion Billet qui nous y convie !
Avec Loustic, on va chercher et ouvrir des flaps ! Dans cet album, destiné aux plus petits, on accompagne Loustic à la pointe aux Orques. Mais pour ça, il faut retrouver la carte de l’île où vit notre compagnon d’aventure. En ouvrant les placards, soulevant les rideaux ou fouillant dans le frigo on devrait bien trouver ! Une fois la carte en main, c’est parti ! Nous voilà dans la forêt de la Biche aux Fleurs, Edgar barre le chemin, mais si on lui trouve dix fleurs jaunes on pourra continuer. On traversera ensuite une grotte lugubre, le lac Baleine, on passera Chez Roberto, le roi des cocktails qui nous proposera de tourner une roue pour faire des mélanges, dans un labyrinthe de galeries souterraines… bref on va faire un beau voyage et avant d’arriver à destination on devra soulever des volets et utiliser notre sens de l’observation ! Une fois sur place, on aura même un cadeau !
Un livre cartonné très ludique et plein de surprises avec des illustrations bourrées de pep’s et très colorées qui cartonnent auprès des petits.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Peggy Nille (Mon cher petit coeur, La Princesse Optipois, Le petit oiseau au grain de blé, Le voleur de lune, Le Petit Chaperon Rouge, Les amoureux du ciel, Le nom du diable et Contes d’un autre genre), Princesse Camcam (Une rencontre, Le jardin de Clara, Je danse à l’Opéra, L’album de famille, Marie de Paris, Marie voyage en France, Drôles de marchés ! et La fille aux cheveux d’encre) et Marion Billet (Les oiseaux exotiques, Les instruments du monde vol. 2, Vive Noël !, Chamalo aime l’école, Les instruments du monde, Les animaux de la savane, Les animaux du jardin, Les mini imagiers magnets : Les fruits, Les mini imagiers magnets : Les animaux de la ferme, Paul et Félicie se préparent pour l’école, Boucle d’Or et les trois ours, Chamalo et sa baby sitter et Chamalo est jaloux). Retrouvez aussi nos interviews de Peggy Nille, Princesse Camcam et Marion Billet.

Lily cherche son chat
de Peggy Nille
Nathan
13,90 €, 260×310 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Suivez le guide, promenade au jardin
de Princesse Camcam
Autrement
14,50 €, 216×280 mm, 22 pages, imprimé en Chine, 2014.
L’île magique, la grande aventure de Loustic
de Marion Billet
Père Castor
15 €, 260×280 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2014.

Frère adopté et océan de larmes

La cigogne de fer qui déposa mon petit frèreTous les bébés ne naissent pas dans les roses ou dans les choux, certains arrivent par avion. C’est le cas de Young, le petit frère de Johanna et Ivan. Les camarades d’école ne les croient pas, un bébé, ça va se chercher à la maternité, pas à l’aéroport ! C’est pourtant bien là que les enfants vont rencontrer ce petit frère à la peau couleur de lune et aux yeux en amande.
On parle beaucoup d’amour dans La cigogne de fer qui déposa mon frère. Le ventre de la maman n’a pas gonflé pour accueillir Young, mais les cœurs eux vont le faire. Les illustrations sensibles et délicates de Lola Roig accompagnent à merveille le texte de Guénola Moreau. La poésie côtoie l’humour, tant dans le texte que dans les illustrations.
Un livre extrêmement délicat pour parler de l’adoption.
Des visuels intérieurs (et une vidéo) sur le site de l’éditeur.

ParceUn océan de larmes qu’il n’a pas la bonne réponse en classe, parce qu’il n’aime pas ce qu’il mange à la cantine, parce qu’il a été victime d’injustice, cet enfant rentre avec des flaques de larmes au pied. À la maison, ses parents se disputent et ne sont pas là pour lui… les flaques vont se transformer en océan.
On change complètement d’univers graphique ! Un océan de larmes est un album qui nous vient de Corée et ça se sent dans les illustrations. On parle ici des chagrins, parfois énormes, du fait de ne pas être entendu… et de pleurer ! Ces larmes qui font du bien et emportent tout sur leur passage.
Un album très graphique pour parler des larmes salvatrices.
Des extraits sur le site CultureBD.

La cigogne de fer qui déposa mon frère
Texte de Guénola Moreau, illustré par Lola Roig
Zoom éditions
14 €, 180×280 mm, 40 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.
Un océan de larmes
de Seo Hyeon (traduit par Yeong-Hee Lim)
La pastèque
13 €, 216×229 mm, 40 pages, imprimé en Malaisie, 2014