En avant la musique !

Aujourd’hui, je vous présente deux albums de musique pour enfants !

réoSoizic le moustique, Monsieur le Hibou, Yvon et Yvonne le couple de hérissons, une petite souris, une baleine, un petit chat, et surtout la « Mouchenillaraignéefourmi », cette bestiole mal identifiée : voilà quelques-uns des personnages que chante Réo ! Ça swingue, on danse, on chante et on entonne les refrains ! Les amis de la Mouchenillaraignéefourmi est un album plein de vie. Non seulement les paroles sont gaies, mais en plus la musique tient une vraie place ! Ce ne sont pas de simples fonds sonores, mais de vraies mélodies ! Les animaux sont mis à l’honneur et Réo raconte de vraies petites histoires !
Un album à écouter en famille !

ballades enfantinesJacques Prévert, Charles Trénet, Henri Salvador, la tour Eiffel, l’opéra, les quais de Seine, la pluie.. Nous voilà transportés à Paris !
Domitille et Amaury de Crayencour rendent hommage aux belles ballades du XXème siècle, pleines de poésie, et joliment mises en mélodie. De grands classiques sont remis au goût du jour, et on se laisse bercer par ces jolis mots qui racontent finalement de belles histoires ! Un joli livre accompagne le disque, avec de très belles illustrations d’Hélène Druvert, tout en bleu, blanc, rouge. Là encore, les vieilles mélodies n’ont pas pris une ride ! Un spectacle a également été construit à partir de l’album !
Ballades enfantines est un album à écouter avec plaisir, à Paris ou ailleurs !

Quelques pas de plus…
Retrouvez tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués sur l’album Pinterest qui leur est consacré.

Les amis de la Mouchenillaraignéefourmi
de Réo
Harmonia Mundi
13 €, 74 minutes, 2013.
Ballades enfantines
de Domitille et Amaury de Crayencour
Naïve Jeunesse
12,99 €, 24 minutes, livre de 26 pages, 2014.

Deux qui s’aiment

Aujourd’hui deux albums coups de cœur, deux albums qu’on lit avec les poils qui se dressent.

Ce n'est pas compliquéAvec Louise, sa voisine, ils ne parlent pas beaucoup. Ils se regardent à travers la fenêtre puis ils se retrouvent pour dessiner. Avec leurs craies, ils mettent de la couleur sur le sol de la rue et tant pis si les voitures passent sur leurs dessins. C’est une forêt qu’ils dessinent. Parce qu’un jour Louise lui demande ce qu’il a dans la tête, le petit garçon se dit que ce n’est pas compliqué de savoir… suffit d’ouvrir du bon côté…
Ce n’est pas très compliqué est un album extraordinaire, d’une infinie poésie. Tant dans les illustrations que dans le texte. Samuel Ribeyron est un grand auteur/illustrateur, il le prouve encore ici. On va visiter la tête du petit garçon, les forêts qu’elle contient. Puis Louise déménagera et l’on ira voir ce qu’il y a dans le cœur du héros de l’histoire, ce n’est pas très compliqué, il n’y a qu’à ouvrir du bon côté.
Les illustrations sont magnifiques, et HongFei a fait un beau travail d’édition avec ce livre : un beau papier, des pages épaisses, un grand format.
Ce n’est même pas un coup de cœur, c’est au-delà. Un des plus beaux (le plus beau ?) albums de cette année. Un ouvrage à découvrir absolument, à offrir à ceux qu’on aime.
De nombreuses illustrations intérieures sur le site de HongFei (et même une interview de Samuel Ribeyron à propos de ce livre).

AvantLe petit voleur de temps lundi, il ne la connaissait pas, il ne savait même pas qu’elle existait, les jours se ressemblaient… puis il l’a vu. Il l’a regardé pendant ce qui lui a semblé être un instant, mais d’après son ami c’était long. Il voulait tout savoir d’elle, il imaginait sa vie. Mardi, elle a donné une enveloppe à son ami, pour lui. Elle lui donnait rendez-vous jeudi… mais jeudi c’est loin… si loin…
On parle ici du temps et de relativité des durées (quand on regarde celle qu’on aime, le temps passe plus vite que quand on attend de la revoir), mais on parle surtout d’amour. Le texte et les illustrations de Nathalie Minne sont délicats et poétiques. Là aussi, il y a un beau travail d’impression, c’est un grand ouvrage avec une couverture légèrement en relief.
Une magnifique histoire d’amour avec des illustrations délicates, un ouvrage d’une extrême poésie.
Plusieurs illustrations sur le blog de Nathalie Minne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Samuel Ribeyron (Les plus belles chansons anglaises et américaines, 38 perroquets, Le grand papa et sa toute petite fille, Super Beige, Super Beige, le retour, Beau voyage, Yllavu, Pi, Po, Pierrot et Salade de fruit. Et aussi les films Et 10,11,12 Pougne le Hérisson, L’hiver de Léon, Le printemps de Mélie et L’été de Boniface). Retrouvez aussi notre interview de Samuel Ribeyron.

Ce n’est pas très compliqué
de Samuel Ribeyron
HongFei
16,50 €, 257×348 mm, 42 pages, imprimé en Slovénie, 2014.
Le petit voleur de temps
de Nathalie Minne
Casterman dans la collection les albums Casterman
14,95 €, 280×360 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2014.

On joue… mais on se marre aussi !

Chez LiliChez Lili, on s’amuse ! Dans la cuisine on cherche les Pom-Pom, sur le balcon on relie les points pour voir apparaître des fleurs, sur le canapé raconteur d’histoires il faut remettre des saynètes dans l’ordre, dans la chambre on essaye de retrouver des éléments…
Chez Lili est un cahier d’activités déjantées signé Lili Scratchy. Ici, les activités sont vraiment sympas pour les enfants, elles sont variées, pleines d’humour (humour potache comme on aime). Très souvent, les cahiers d’activités réalisés par des illustrateurs sont vite barbants pour les enfants, ici ils vont vraiment s’amuser.
Un cahier d’activité plein d’humour et original sorti chez Les fourmis rouges et signé Lili Scratchy.
Des extraits en ligne.

EtLe cahier d'exos rigolos si l’on jouait avec les parents ? On va leur coller des habits, répertorier les phrases qu’ils disent tout le temps, lister les qualités de parents idéals, relier des onomatopées à ce qui a pu les déclencher…
J’avais beaucoup aimé Le livre qui t’explique enfin tout sur les parents de Françoize Boucher (même si je n’ai pas été fan de tous les suivants), donc j’étais ravi de retrouver l’ambiance mordante de l’album dans ce cahier d’activité… qui n’en est pas vraiment un. Soyons francs, vous n’occuperez pas des heures vos enfants avec les exos proposés dans cet ouvrage, c’est généralement complètement farfelu, on s’amuse bien, on rigole même, mais il y a peu de vraies activités. Françoize Boucher en profite pour faire passer quelques petites choses sur la tolérance, l’amour (et même l’écologie). Seule ombre au tableau, vous le savez j’ai horreur des marques citées dans la littérature jeunesse et ici un célèbre fabriquant de pâte à tartiner à la graisse est cité… mais c’est un tout petit bémol.
Un cahier d’exos où y’en a pas vraiment, mais on rigole pas mal et c’est l’essentiel !

Quelques pas de plus…
Une sélection de cahiers d’activités et de loisirs créatifs regroupés dans un tableau pinterest.

Chez Lili
de Lili Scratchy
Les fourmis rouges
13,90 €, 220×310 mm, 64 pages, imprimé en Italie, 2014.
Le cahier d’exos rigolos
de Françoize Boucher
Nathan
11,90 €, 210×280 mm, 96 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

Mystères en bande

Aujourd’hui, je vous présente deux romans pleins de vie et de mystères !

Le club de la pluie et le pensionnat des mystèresRose Dupin entre à l’internat des Pierres-Noires. Elle se lie d’amitié avec Nadget et Ambroise et tous les trois forment une bande de copains bien sympathique, le Club de la Pluie. Un jour de pluie, ils voient tomber de la tour de l’école des petits papiers, comme des appels au secours… Une enquête mystérieuse débute alors pour le trio, qui va tenter de résoudre L’énigme de la tour !
Mais ce n’est pas tout ! Dans une deuxième aventure, ils vont avoir affaire au Voleur de Saint-Malo
Une bande d’enfants attachants, un chien qui les suit partout, des rencontres farfelues, et des mystères inquiétants,… Tous les ingrédients du bon roman d’aventures pour enfants sont réunis, et on trouve à ce petit groupe de détectives en herbe des airs de Club des Cinq. J’ai beaucoup aimé, mais en même temps, avec Malika Ferdjoukh (dont je suis une grande admiratrice) aux commandes, je ne suis pas étonnée ! Le texte est simple pour les jeunes lecteurs autonomes, mais plein de rebondissements, de bons dialogues et d’aventure. Quelques savoureuses illustrations de Cati Baur (qui a déjà collaboré avec Malika Ferdjoukh pour l’adaptation en bande dessinée de Quatre sœurs) ponctuent le récit, et arrivé au bout des deux enquêtes proposées dans Le club de la pluie au pensionnat des mystères (racontées chacune par un personnage différent), on en redemande !
Un coup de cœur inquiétant et amusant !

les filoutinnenLiisa (les deux i ne sont pas une faute de frappe mais  une particularité de ce prénom finlandais !) est sur la route des vacances avec ses parents et sa sœur, et cela ne la réjouit guère. Elle sent qu’elle va grandement s’ennuyer et elle n’a pas trop le cœur à la fête ! Mais les vacances vont prendre une toute autre tournure puisqu’elle va être kidnappée involontairement par Les Filouttinen, une famille de bandits un peu particuliers, qui au départ cherchent surtout à dérober bonbons, toiles de tente, et autres objets du quotidien ! Elle va vivre un été de course-poursuites et de braquages dans cette famille loufoque mais attachante, et elle nous emmène avec elle !
Qu’il est décapant ce roman ! On sourit et on se passionne pour cette folle aventure déjantée au cœur de la Finlande ! C’est toujours joyeux, à l’image de tous ces personnages, qui sous des airs de bandits sont très attachants ! Siri Kolu nous embarque avec eux dans ce grand voyage et c’est bien agréable !
Un roman pour s’évader du quotidien, et s’imaginer des vacances folles !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Malika Ferdjoukh (La bobine d’Alfred, Un été à Montréal, Quatre sœurs, 1. Enid (BD), Quatre sœurs, 2. Hortense (BD), L’assassin de Papa, Sombres Citrouilles, Les quatre sœurs, 4 saisons (BD), Aggie change de vie et Quatre sœurs (BD)).

Le club de la pluie au pensionnat des mystères
Texte de Malika Ferdjoukh, illustré par Cati Baur
L’école des loisirs dans la collection Neuf
8,50 €, 125 x 190 mm, 82 pages, imprimé en France, 2014
Les Filouttinen
de Siri Kolu (traduit par Alexandre André)
Didier Jeunesse
14,20 €, 148 x 216 mm, 101 pages, imprimé en France, 2013

Diable effrayant et coeur d’artichaut

Bonnets rouges et bonnets blancsIl y a bien longtemps, une femme élevait seule ses quatre fils. Ils vivaient dans une extrême pauvreté aussi un jour, la mère décida de perdre ses enfants en forêt. Ceux-ci trouvèrent refuge dans la seule maison qu’ils avaient vue, celle de Man Bouloukouni, la femme de Compère Diable. Mais quand ce dernier rentra, les enfants durent bien se cacher…
Bonnets rouges et bonnets blancs est un conte antillais qui nous rappelle plusieurs points du Petit Poucet (la perte en forêt par la mère/les parents, le refuge dans la maison de Compère Diable/de l’ogre, les bonnets échangés qui font que les enfants du monstre auront la gorge tranchée à la place des héros…). C’est la conteuse Praline Gay-Para qui nous le raconte et c’est comme à chaque fois avec elle un régal à lire à voix haute, le texte est particulièrement bien ciselé, bien rythmé, on prend autant de plaisir à le lire que les enfants à l’écouter. Côté illustration, Rémi Saillard signe de belles planches aux couleurs chaudes.
Un grand et bel album pour nous faire découvrir une version guadeloupéenne du Petit Poucet.
Des visuels intérieurs sur le site de Didier Jeunesse.

Carlapourquoi je ne suis plus ton amoreux était une ourse ravissante, mais elle avait un souci… Elle changeait tout le temps d’amoureux… Jacques était bien malheureux, car il était amoureux d’elle, et très vite elle l’avait délaissé pour un autre en argumentant que celui-ci était plus beau. Alors Jacques avait fait tout ce qu’il fallait pour être beau et Carla était revenue. Mais Carla était repartie pour un plus riche… Alors Jacques avait tout fait pour devenir riche… et quand il devint richissime, Carla était revenue. Puis ce fut pour un plus fort… Et vous devinez ce que fit Jacques…
D’abord un peu dérangé, je l’avoue, par le choix du prénom certainement pas anodin, j’ai finalement été entraîné par l’humour de cet album et surtout par la chute de l’histoire. Disons-le franchement, on sourit à la lecture de Pourquoi je ne suis plus ton amoureux, mais on rit à la fin ! Philippe Jalbert (dont nous avait déjà parlé Marianne), signe un album plein d’humour, tant dans le texte que dans les illustrations, mais ce n’est pas que drôle. On parle ici de l’amour, de ce qu’on est prêt à faire par amour, d’être aimé pour ce que l’on est.
Un album vraiment très drôle signé Philippe Jalbert et sorti au Seuil.
Le même vu par Clarabel.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Praline Gay-Para (Ogres et Ogresses, Ti Moun dit non !, Aïcha et l’Ogre, Petit beignet rond et doré, L’ogresse et les sept chevreaux et Au loup !), Rémi Saillard (Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes, Ogres et ogresses, Petit Beignet rond et doré, Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue, et Ami ou ennemi ?) et Philippe Jalbert (La déclaration et Trop, c’est trop !).

Bonnets rouges et bonnets blancs
Texte de Praline Gay-Para, illustré par Rémi Saillard
Didier Jeunesse dans la collection Contes du monde
14,20 €, 240×310 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Pourquoi je ne suis plus ton amoureux ?
Texte de Philippe Jalbert
Seuil Jeunesse
13,50 €, 260×260 mm, 40 pages, imprimé en France, 2014.