La chronique numérique : Méli-mélo sonore

Et si, pour la dernière chronique de l’année, histoire de changer, on ne parlait pas de Noël ? Ne vous inquiétez pas, je ne fais pas l’impasse totalement : dans le À part ça, je vous présenterai une box « spéciale fêtes », pour préparer les fêtes de fin d’année avec les enfants… Mais pour le moment, après la musique la semaine dernière, voici les bruits.

Les Bruits de ma maisonLes Bruits de ma maison est un livre interactif dans lequel on suit un petit garçon dans la quête de tous les bruits familiers qui résonnent dans nos maisons. Le soleil se lève, le petit garçon se réveille dans sa chambre. La maison est encore silencieuse, mais très vite la journée commence : la petite sœur pleure, les marches craquent sous les pas des enfants, la maman prépare le déjeuner de midi en écoutant la radio, le chat Igor fait des bêtises, la machine à laver tourne, etc. L’agitation règne dans tous les coins de la maison. Une journée ordinaire, dans une famille ordinaire…
Les Bruits de ma maisonÇa marche comment ? Il s’agit d’explorer toutes les pièces d’une maison, de la cuisine au grenier, à la recherche de tout ce qui peut faire du bruit. Et cela prend un peu de temps puisque les trente et une pages qui composent ce livre sont animées et bruissent de tout un tas de sons. Certains bruits sont explicitement cités dans le texte, d’autres non. Les objets peuvent être déplacés, et certains interagissent les uns avec les autres. Dans la chambre du petit garçon, en bazar (je vous ai dit que c’était une vraie famille !), sur laquelle s’ouvre le livre, l’histoire raconte que le héros se réveille en baillant et soupirant tandis que sa petite sœur pleure, mais ce qui n’est pas dit, c’est que la trottinette grince, les pales de l’hélicoptère « tchop-tchopent », le mobile tourne en faisant Les Bruits de ma maisonde la musique… Les illustrations des pages sont assez détaillées, et ce qui laisse plein de recoins à fouiller. Pour capter l’attention du lecteur, un petit jeu de cache-cache a été ajouté : dans chaque scène se cachent un nombre déterminé de mouches et de fourmis que le lecteur doit retrouver. L’application propose deux modes de lecture, écouter l’histoire ou la lire. Mais à n’importe quel moment, il est possible de changer ces options. Une télécommande permet de visualiser le sommaire, d’écouter la page lue, d’afficher ou non le texte, et de couper ou non la musique (mais pour écouter les bruits, mieux vaut l’éteindre). Lorsque le texte est affiché, les mots qui décrivent ou retranscrivent un son (crisser, bouillonner, biiiiip) apparaissent en couleur soulignés, il suffit de cliquer dessus pour entendre le bruit en question ; et à l’inverse lorsqu’on clique sur l’endroit qui fait le bruit, le mot grossit et vibre.
p17Et j’en pense quoi ? L’histoire en elle-même n’est pas captivante, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Plutôt de montrer que notre quotidien est peuplé de bruits que nous finissons par ne plus entendre et de nous les faire redécouvrir. L’ergonomie de l’application est très bien faite et pensée. Les mots cliquables permettent d’apprendre à mettre un nom sur les sons de notre vie courante, et c’est une excellente idée. De même que le jeu de cligne-musette (c’est joli comme autre nom du cache-cache : on cligne de l’œil et on met dans sa musette, ici mouches et araignées !), qui ajoute un petit défi et nous incite à explorer l’histoire, et l’écran, jusqu’au bout. Lorsque la lecture du livre est finie, s’affiche un compteur de petites bêtes qui indique combien de mouches et de fourmis ont été trouvées. À ce jour, il me manque toujours deux fourmis !! Un joyeux brouhaha familial très chaleureux.

Les Jeux du livre des bruitsLes Jeux du livre des bruits, c’est l’imagier sonore numérique issu du célèbre Livre des bruits de Soledad Bravi dans la collection Loulou et compagnie de L’École des loisirs. À l’origine, il s’agissait donc d’un imagier de bruits avec à droite une illustration et à gauche une petite phrase du type « La poule, elle fait côt côt ». Le même principe est repris dans l’application, mais adapté au numérique et avec beaucoup de talent.
Les Jeux du livre des bruitsÇa marche comment ? L’appli comporte quatre sections. « À la découverte » constitue l’imagier proprement dit : sept planches de huit illustrations à découvrir de deux façons, « Drôles de bruits » ou « Raconte-moi », c’est-à-dire avec ou sans les voix des comédiens qui lisent le texte. La présentation est identique au livre original mais les images sont animées. « À la suite » est un jeu dans lequel l’enfant doit reproduire une séquence de bruits de plus en plus longue. Avant de se lancer, mieux vaut avoir bien parcouru l’imagier, parce que le « tntntnstn », faut quand même savoir que c’est le bruit du Les Jeux du livre des bruitslapin… Ici, il est possible de choisir niveau « entraînement » ou « compétition ». « Memory », avec trois niveaux possibles, est un simple jeu de memory ; une fois la paire trouvée, on entend le bruit lié à cette illustration. Enfin « Rap des bruits » permet de mixer les bruits sur un rythme donné (trois choix sont possibles : rythme des champs, rythme des villes et rythme de la nature). Pour chacun des rythmes, on peut s’inspirer du rap qui est proposé en exemple.
Les Jeux du livre des bruitsEt j’en pense quoi ? Le ton de l’appli est donné par les illustrations. Les dessins, larges aplats de couleurs vives, trait net et minimaliste, sont gais, expressifs et drôles. Ce sont des comédiens professionnels qui ont prêté leur voix et qui font parler objets et animaux, et leur plaisir à lire ces onomatopées est manifeste. Du coup, ils sont vraiment très bons, et le « ouin ouin » du bébé, ou le « beurk » des épinards, c’est un régal pour les oreilles. Les bruits sont aussi bien tirés de notre quotidien que des bruits d’animaux plus Les Jeux du livre des bruitsprévisibles. Pourtant, l’inventivité se trouve à chaque page, et c’est plein de surprises. Essayez d’imaginer quel bruit fait un escargot ou encore une prise électrique… Les jeux sont agréables et bien faits, particulièrement le « Rap des bruits », qui est le plus original. Dommage que l’on ne puisse pas enregistrer le rap composé ! L’appli offre aussi la possibilité d’écouter le livre dans sa version anglaise (la diction du comédien est très claire). Et voilà une façon ludique et rigolote de se familiariser avec la langue anglaise.

Bande-annonce :

Les Bruits de ma maison
écrit par Kora Sonne, illustré par David Arumi, raconté par Ségolène Bouët, musique de Lee Yo
Zabouille éditions
Prix constaté : version Lite gratuite (Apple, Android), pour la version complète 3,99 € (Apple) et 3,98 € (Android).
Les Jeux du livre des bruits
écrit et illustré par Soledad Bravi
Europa-Apps/L’École des loisirs
Prix constaté : 2,69 € (Apple).

À part ça ?
À part ça, et bien, vous avez dû le remarquer, c’est Noël et son cortège de fêtes de fin d’années. Vous avez plusieurs enfants à la maison, plutôt des grenouilles, et vous vous demandez comment les occuper intelligemment ? Bloom vient de sortir une BBBox C’est la fête pour vous donner un coup de main. C’est une box numérique, et totalement dématérialisée. On y trouve : des pistes audio, des décorations à télécharger, des fiches d’ateliers, quelques recettes, et de la papeterie (invitations et autres) à télécharger toujours. BBBox C'est la fêteBloom, c’est une maison d’édition spécialisée dans la production de programmes audio pour les enfants (leurs applis radio sont formidables, on en a chroniqué une ici). L’originalité de cette box tient donc bien sûr aux pistes audio. Ici, c’est Marianne James qui raconte une histoire, celle d’une sorcière, Crasbouillasse, qui, un beau jour, dans un square, enlève un enfant ! Ses copains vont partir à sa recherche et découvrir l’histoire de la sorcière. Qui n’en est pas une, puisqu’en fait c’est une fée, la fée Fête, et qu’elle va leur apprendre à organiser une super fête. L’histoire est découpée en plusieurs pistes audio (assez courtes, donc bien adaptées à l’attention des enfants), qui correspondent à différents ateliers à faire tous ensemble ou chacun de son côté. Les enfants vont faire des quizz, jouer aux statues, apprendre la chanson de la fée, fabriquer des canapés en forme de pingouins et de coccinelles et des cocktails aux couleurs étranges, une boule à facettes, des canons à confettis, des masques et des perruques, et inventer des chorégraphies. La bande-son est très travaillée, mêlant voix, bruitages et musique, et Marianne James incarne parfaitement cette fée un peu exubérante, elle y met le ton et toute sa persuasion. Les ateliers s’enchaînent sans fausse coupe, et sont diversifiés, mélangeant jeux collectifs et ateliers plus calmes. Les enfants ne s’ennuient pas une seconde. Après, on les couche, et ils nous ont préparé notre fête à nous ! À nous les canapés rigolos, et les déhanchements sous la boule à facettes ! Testée (l’histoire) et approuvée par deux enfants, je vais m’empresser de sortir la boîte magique pour le Premier de l’an (et ça marche aussi pour les anniversaires)… Prix : 39,90 € (sur le site de Bloom).

Erica

Tous à la cuisine !

Aujourd’hui, pour l’avant-dernière chronique de l’année (on aurait pu faire pour la dernière, mais je n’aime pas bouleverser les bonnes habitudes et la chronique numérique c’est le dimanche), on s’y est tous mis ! Marianne, Erica et moi (et même ma compagne et mes filles), on est tous passés en cuisine ! On va tous ensemble vous parler aujourd’hui de livres de cuisine (pour Marianne et moi) et d’appli (pour Erica). Allez on met les tabliers et c’est parti !

Le pain perdu du Petit PoucetJe commence par mon chouchou tant sur le plan graphique qu’au niveau du concept que sur le côté gustatif : Le pain perdu du Petit Poucet et autres recettes de contes de fées. Ici, on va faire des miniquiches de Blanche Neige (ce qui lui va bien) aux sept parfums des sept nains, du gâteau au yaourt et au miel de bébé ours (un pur régal), du pain d’épice d’Hansel et Gretel, une cocotte endormie à laisser mijoter 100 ans de La belle au bois dormant et bien sûr le cake d’amour de Peau d’âne ! Une petite cinquantaine de recettes toutes inspirées de contes (et même si parfois c’est tiré par les cheveux, ce n’est pas grave, le livre est beau et les recettes super bonnes). Ici pas de photos, je sais que pour certains c’est un bémol, mais les recettes sont simples et l’on adore les illustrations ! Bref, un super livre de cuisine !

Du Monde dans Ta cuisineAprès les voyages imaginaires, les vrais voyages ! Du monde dans ta cuisine propose en effet de visiter le monde et ses spécialités culinaires : du soda bread (pain irlandais) ou des aprepas venerolanas (galette de farine de maïs farcie du Vénézuéla) au petit déjeuner, bol de ramen (nouilles japonaises) ou de la pizza pour manger dans la rue, pour le pique-nique une salade grecque ou une salade veggie… bref, il y en a pour tous les goûts et chaque fois la recette est complétée par des infos sur le pays et sur le plat en question ! Niveau illustration, Thomas Baas accompagne avec humour et esthétisme les recettes. Les ingrédients et les ustensiles sont croqués genre vieux catalogues. Seul (mais pas des moindres) bémol… les deux recettes testées n’ont pas été concluantes ! Le Brownie n’était absolument pas cuit (la recette était d’ailleurs assez étrange) et le couscous extrêmement fade… Ajoutons que la maquette n’est pas des plus pratiques quand il s’agit de suivre une recette (c’est trop fouillis)… dommage !

 

Le grand livre de la cuisineOn reste chez Gallimard avec Le grand livre de la cuisine. Fini les illustrations dessinées, ici ce sont des photos (et elles sont magnifiques) qui accompagnent les recettes ! C’est un ouvrage bien plus classique que les précédents avec des tas de conseils, mais des recettes plutôt originales : feuilleté de tomates confites et d’aubergines, boules de riz, pittas garnies, petits pains de tournesol, muffins aux carottes et aux oranges… Chaque fois, c’est bien expliqué avec des photos par étapes avec un logo pour les étapes à faire sous la surveillance des parents. C’est typiquement le genre de livre hyper pratique pour les enfants ! Ici, nous avons testé les pâtés de pommes de terre (avec du haché végétal) et toute la famille s’est régalée ! Un livre qui va vite devenir un de nos classiques !

 

Bonbons et friandisesBon fini les pommes de terre, les épinards ou les topinambours… place aux bonbons ! Grâce à Bonbons et friandises sorti chez Usborne on va pouvoir faire des mini-meringues à la vanille, des cannes à la menthe, des délices au beurre de cacahuète, du pop-corn au caramel, des caramels mous aux noix… Bref, je sens que comme moi vous avez déjà l’eau à la bouche ! Pour être franc, je n’ai pas eu le temps de tester les recettes, mais je sais que chez Usborne c’est toujours bien fait, et à portée des enfants. C’est expliqué étape par étape (texte + illustrations) et l’on voit toujours la photo du résultat final. On trouve aussi des tas de conseils et (on sent qu’Usborne est anglais) la liste des allergènes ! Un livre parfait pour régaler toute la famille pendant les fêtes.

Amélia la sorcièreAvant de laisser la parole à Marianne et Érica, je termine par un livre de chez La Palissade qui, comme souvent, propose une histoire avec recette. Ici, c’est l’histoire d’Amalia, la sorcière qui adore le potiron et pour Halloween elle met les petits plats dans les grands. Voyez plutôt le menu : Velouté de potiron aux châtaignes en entrée, suivi d’un risotto aux champignons et aux noisettes. Et en dessert Cupcakes aux toiles d’araignées. Amalia attend ses invités avec impatience, surtout les écureuils qui apportent certains des ingrédients (les noisettes et châtaignes). Allez hop tous en cuisine !
À la fin de la jolie histoire, on trouve la recette du gâteau aux noisettes (sans gluten) qu’on va préparer avec les écureuils ! On regrette juste de ne pas avoir les recettes de l’histoire, mais on se régale avec le gâteau. Un album original pour allier histoire et gourmandise !

Et je laisse la place à Marianne !

je cuisine comme un grandJe commence par un livre aux recettes simples et efficaces ! Mais qu’est-ce qui peut bien se cacher derrière ces drôles de noms : « Les petits cavaliers », « Le plat du dragon », « Le délice du grand méchant loup », ou bien encore « Le cric-crac-croque » ? Et bien figurez-vous qu’il s’agit de recettes salées et sucrées, variées, et adaptées aux jeunes cuisiniers ! Une pizza, des farcis, des sandwichs pour le pique-nique, des bouchées apéritives, un cake au saumon (testé et approuvé), un cocktail fruité, des mendiants au chocolat (savoureux), un crumble….
Dans Je cuisine comme un grand, j’ai retrouvé des recettes que j’utilisais déjà avec les enfants, comme les roses des sables ou les boules de fromage frais aux légumes, mais j’en ai également découvert d’autres, tout aussi simples et savoureuses. Certaines recettes ne nécessitent même pas d’utiliser le four et permettent donc aux enfants d’être presque complètement autonomes. Je trouve qu’il y en a pour tous les goûts : du chocolat, des fruits, de la viande, du poisson, des légumes, tout le monde devrait y trouver son bonheur !
Pour chaque recette, Olivier Chaput nous propose des explications claires et simples, illustrées par Oreli Gouel. Et détail pratique qui a son importance : les pages sont plastifiées et ne craignent pas les projections, les spirales sont pratiques pour garder le livre ouvert sur le plan de travail !

cuisine vert avec hubertEt on enchaîne avec des recettes à base de haricots verts, de poivrons, de courgettes, de concombre, de petits pois, de brocolis, d’épinards… Tous ces légumes qui ne font pas toujours rêver les enfants finalement ! Hubert relève le défi de nous proposer des recettes originales pour les cuisiner : une soupe, des fagotins, des feuilletés, des muffins, une crème… C’est original, savoureux (pour ce que j’ai pu essayer…), et le livre n’est pas seulement un livre de cuisine. On trouve également ce petit personnage Hubert pour nous présenter les recettes, avec de courtes histoires, et des pages de bandes dessinées. Les recettes d’Aurélie Renard en elles-mêmes sont assez détaillées (il y a même parfois presque trop de choses sur la même page) et les recettes bien imagées grâce aux illustrations d’Aurélien Heckler, et avec un peu d’aide, les enfants apprennent à apprécier les légumes de saison !
Un beau livre cartonné pour impressionner les petits et les grands !

Et c’est maintenant au tour d’Érica :

Du monde dans ta cuisineEncore Du monde dans ta cuisine ? Oui, mais cette fois-ci, c’est la version numérique puisque quatre chapitres du livre papier ont été adaptés en format e-pub3 : De bon matin, Street food, Douceurs et C’est la fête. Chaque e-book s’ouvre, après une petite introduction, sur une carte du monde avec les spécialités dont les recettes sont proposées, entre quatre et six selon les e-books. On clique donc sur la recette choisie. Une première page présente le plat, souvent avec une anecdote sur son origine. Vient ensuite une liste des ingrédients, puis la recette détaillée, Du monde dans ta cuisinechaque étape donnant lieu à une nouvelle page. Un clic sur les mots surlignés en jaune (par exemple cul-de-poule, bain-marie ou volette) permet d’afficher leur définition. À la suite de chaque recette, on trouve des informations sur un des ingrédients (les sucres naturels, les céréales ou encore le rôle du pain dans les différentes religions et même une petite histoire du chocolat), et enfin un petit jeu de mémoire dans lequel on doit retrouver les ingrédients qui composent le plat. Ici, pas d’animation ni de sonorisation, mis à part dans le jeu (une voix indique juste si l’ingrédient placé dans le bol fait bien partie de la recette ou non).
Du monde dans ta cuisineAlors puisque c’est un livre de cuisine, les recettes, elles valent quoi ? J’avoue que je n’ai pas tout testé. Je me suis attaquée à la pizza (ma spécialité, origines italiennes obligent !) : résultat correct même si rien ne vaut une longue levée (en une heure, la pâte n’a pas vraiment le temps de pousser…). D’autres recettes, pas essayées, m’ont laissée un peu dubitative : le cake à la banane sans œuf ni lait, la pâte brisée avec moitié moins de farine que de beurre… Et question fonctionnalités ? Du monde dans ta cuisineL’avantage est surtout celui de l’objet en lui-même, à savoir que la tablette, c’est pratique et confortable à utiliser dans une cuisine ! Contrairement au livre, où les recettes tiennent sur une grande page, les étapes sont bien séparées et expliquées. Les illustrations sont très chouettes, et les explications et anecdotes sur les ingrédients sont bien trouvées. La bonne idée du livre, c’est qu’au lieu de proposer des recettes par pays, on découvre les différences culturelles par repas, ou plutôt par « occasion ». Pour le petit-déjeuner, ce sont des recettes aussi bien salées que sucrées qui nous sont proposées : si en Angleterre, on avale des œufs au bacon, les Vénézuéliens se régalent d’Arepas, galettes de farine de maïs farcies, tandis que les Irlandais préfèrent un pain complet aux flocons d’avoine avec de la marmelade. Pour le coup, ces e-books proposent vraiment un voyage culinaire varié et amusant.

Jojo's kitchenJe vous présente Jojo, un cuisinier un peu particulier, totalement étourdi, l’air un peu ahuri et qui ne craint pas les taches. Il ne parle pas, il grogne, il ronfle et il rote ! Sa cuisine est à son image, un désastre : placards rafistolés, plaque de cuisson et ustensiles sales, nourriture en état avancé de décomposition dans les placards… Et pourtant, aujourd’hui, Jojo a décidé de nous inviter à dîner, mais pour cela, il va falloir l’aider à préparer le repas. Au menu : tomate-mozzarella, spaghettis à la bolognaise et pana cotta. Jojo est donc derrière son plan de travail, Jojo's kitchenet il nous indique, au moyen de bulles dessinées, ce dont il a besoin pour sa recette : tomates, couteau, basilic, etc. À nous de fouiller dans la cuisine pour lui donner ce qu’il réclame, et vite, sinon… il s’endort ! Il s’agit donc d’ouvrir le frigo, les tiroirs et les placards pour trouver tous les ingrédients. Mais pas seulement : on doit aussi découper les tomates, mettre de l’eau dans la casserole, allumer le gaz (attention à l’incendie !), touiller la sauce, hacher, mixer. Et tout cela avec son doigt. Le plus drôle évidemment consiste à donner à Jojo's kitchenJojo autre chose que ce qu’il demande. Une casserole à la place du couteau, et voilà qu’il se la met sur la tête et frappe dessus avec un marteau. Une fois le plat réalisé, on se met à table et on déguste avec Jojo le résultat.
Alors, oui, c’est un peu décalé. Voici un jeu d’anti-imitation avec un anti-héros. Faudrait quand même voir à ne pas faire exploser la cuisine pour de vrai après. Mais comment apprend-on, si ce n’est en faisant des erreurs ? Et c’est tellement drôle ! Jojo fait tout ce que l’on ne peut pasJojo's kitchen faire dans la vraie vie : jeter par terre dans un coin la brique de crème une fois celle-ci vide, se moucher dans son torchon, envoyer valser les assiettes et les couteaux. Par ailleurs l’appli est tout à fait fluide. Une main index pointé indique à l’utilisateur ce qu’il doit faire. Après, il ne reste plus qu’à passer en cuisine pour mettre en pratique ce que Jojo nous a appris. C’est plein d’humour et de dérision et les enfants en redemandent.
Bande-annonce :

Quelques pas de plus…
Retrouvez tous les livres de cuisine que nous avons chroniqués regroupés dans un album Pinterest.

Le pain perdu du Petit Poucet
de Seymourina Cruse, illustré par Marie Caudry
Thierry Magnier
21,20 €, 260×327 mm, 90 pages, imprimé eu Portugal, 2014.
Du monde dans ta cuisine
de Carole Saturno, illustré par Thomas Baas
Gallimard Jeunesse
18 €, 250×308 mm, 96 pages, imprimé en Europe, 2014.
Le grand livre de la cuisine
d’Aya Nishimura, Paul Jackman et Kate Blinman (traduit par Bruno Porlier), illustré par Takashi Mifune
Gallimard Jeunesse dans la collection Ne plus jamais s’ennuyer
17,80 e, 215×275 mm, 128 pages, imprimé en Chine, 2014.
Bonbons et friandises
d’Abigail Wheatley et James Maclaine (traduit par Claire Lefebvre)
Usborne
10 €, 207×248 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2014.
Amélia la sorcière
Texte de Carine Foulon, illustré par Élise Catros
La palissade
12,50 €, 245×250 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Je cuisine comme un grand
Texte d’Olivier Chaput, illustré par Oreli Gouel
Eyrolles Jeunesse
15,90 €, 195 x 260 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2014.
Cuisine Vert avec Hubert
Texte d’Aurélie Renard, illustré par Aurélien Heckler
La palissade
11,50 €, 185 x 210 mm, 41 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-certifié, 2014.
Du monde dans ta cuisine
écrit par Carole Saturno, illustré par Thomas Baas
Gallimard jeunesse
Prix constaté : 2,99 € par e-book (sur Apple : De bon matin, Douceurs, C’est la fête, Street food).
Jojo’s kitchen
illustré par David Berlioz, musique par David Anquetin
Appicadabra
Prix constaté : gratuit pour la version Lite (Apple), 1,79 € pour la version complète (Apple).

Gabriel, Marianne et Érica

On ne va pas s’ennuyer pendant les vacances !

C’est presque une tradition chez La mare aux mots, avant les vacances il faut une chronique loisirs créatifs ! Car pendant ce genre de période, il faut occuper les enfants ! (et demain, on continuera un peu sur le thème puisqu’on parlera cuisine !)

Mes poupées à décorerOn commence par habiller des poupées grâce à une maison d’édition qu’on aime beaucoup : Le vengeur masqué. Quatre silhouettes cartonnées sont fournies, on peut les colorier… ou pas ! Et des tas de vêtements sont proposés ! On pourra les habiller à la mode des saisons de l’année et là aussi on peut colorier ! La petite mallette propose aussi des socles pour mettre les poupées debout (et pourquoi ne pas en faire de la déco) et un livret pour nous donner des idées. Les vêtements s’accrochent grâce à des encoches (mais ne sont pas toujours faciles à « encocher ») et donc on peut changer les poupées. Tout se range dans la boîte qui se referme grâce à un bouton pression et elle se transporte facilement avec sa poignée. Ludique et pratique, donc, mais aussi esthétique grâce aux jolies illustrations de Gaëlle Duhazé !

 Inès La StylisteC’est un peu le même principe avec Inès La Styliste et Manon La Princesse, deux coffrets sortis chez Hugo Jeunesse et illustrés par Vivi La Blonde, sauf qu’ici la poupée est en plastique souple et les vêtements sont des autocollants repositionnables. Ici, on pourra habiller les deux jeunes filles suivant l’aventure qui nous est contée dans les livres qui les accompagnent. Ici aussi, tout se remet ensuite dans le petit coffret. Même si j’avoue trouver Mes poupées à décorer plus ludique, plus pratique et plus esthétique, je sens que le côté « histoire » des personnages va plaire et qu’il y aura des fans de ces deux coffrets-là.

Festive animal kit On décore un peu ? Festive animal kit de chez Mibo propose des animaux à découper pour faire des guirlandes, des déco à poser ou à mettre dans le sapin ou pourquoi pas décorer des cadeaux ! Même si le thème est un peu Noël, c’est tellement joli qu’on peut les laisser toute l’année ! Le principe est très simple, les formes sont prédécoupées, on les détache et l’on peut soit les poser sur des supports (fournis) soit passer un fil dans un trou prédécoupé. Petit plus (pas si petit d’ailleurs), ici c’est du papier recyclé et des encres végétales… bref on adore ! La maison va être super jolie grâce aux animaux très graphiques de ce joli pack.

Tout en carton !Maintenant, on va travailler un peu avec les enfants, et l’on va même recycler ! Grâce à Delphine Doreau (qu’on aime décidément beaucoup), on va créer des maisons de poupées, des fusées pour les jouets et même de vraies cabanes en carton ! On a chaque fois la liste de matériel nécessaire, les patrons et vraiment tout est expliqué clairement, longuement, avec détails. C’est richement illustré et le résultat a l’air franchement superbe (mais mon honnêteté habituelle me force à vous dire que par manque de temps je n’ai pas encore pu tester).
Encore un super livre d’activités proposé par un auteur qui ne manque pas d’idées géniales pour occuper les enfants !

bracelets du mondePour terminer, on fait des bracelets ? Dans le coffret Bracelets du monde, on va trouver du fil, des perles, des sequins, des boutons… et un livret pour nous donner pleins de conseils pour utiliser tout ça ! On va pouvoir suivre les modèles pour fabriquer des bracelets shambala (Tibet), Kumihimo (Japon), tahitien, indien… et pourquoi pas en offrir à Noël ? (c’est tellement plus sympa d’offrir des cadeaux faits main) Dans le livret on trouve des conseils sur les couleurs, la mode, les accessoires… seul bémol, tout est au féminin ! (erreur que le dossier ne presse n’a pas fait d’ailleurs !) Mais bon ne boudons pas notre plaisir et filles comme garçons, tous autour de la table pour un super atelier bracelets !

Quelques pas de plus…
Une sélection de cahiers d’activités et de loisirs créatifs regroupés dans un tableau pinterest.

Mes poupées à décorer
Illustrations de Gaëlle Duhazé, texte de Sophie Amen
Le vengeur masqué
16,50 €, 225×180 mm,12 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Inès la styliste
Texte de Marion Besnard, illustré par Vivilablonde
Hugo Jeunesse dans la collection Habille ta poupée
14,95 €, 150×210 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2014.
Manon la princesse
Texte de Marion Besnard, illustré par Vivilablonde
Hugo Jeunesse dans la collection Habille ta poupée
14,95 €, 150×210 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2014.
Festive Animal Kit
Illustrations de Madeleine Rogers
Mibo / Coq en pâte
Autour de 12 €, imprimé en UK sur papier recyclé, 2014.
Tout en carton !
de Delphine Doreau
Eyrolles Jeunesse
13,90 €, 195×260 mm, 60 pages, imprimé en Chine, 2014.
Bracelets du monde
de Karine Thiboult, illustré par Lili La Baleine
2 coqs d’or dans la collection Mon petit coffret
10,95 €, 130×180 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Un à part ça spécial presse ça vous tente ? Surtout qu’offrir un abonnement c’est un super cadeau de Noël (car il dure toute l’année !). Quatre revues/journal 100 % SANS PUB !

Revues décembre 2014On commence avec mon magazine préféré, Cram Cram ! Le magazine jeunesse qui voyage nous amène cette fois au Chili ! Comme d’habitude, c’est grâce à une famille qui a fait le voyage qu’on découvre le pays, les habitants, la faune et la flore locale… Les photos sont superbes et l’on fait un beau voyage sans quitter sa chambre ! On retrouve les rubriques habituelles : blagues, animaux du mois (le lama), de grandes histoires (Le cavalier, le renard et l’œuf de jument et La princesse qui allait jouer aux échecs au bout du monde, toutes deux illustrées par Lucie Riolland), le jouet de grand-père Daniel (une famille hérisson qu’on va fabriquer avec des cardères), du loisir créatif et une recette ! Encore un super numéro, pour cette super revue !
Plus d’infos : http://www.cramcram.fr.

Une autre revue qu’on adore, La petite salamandre ! La revue des enfants curieux de nature. Au programme : rencontre avec le rougegorge, apprendre à différencier une châtaigne et un marron d’inde, un dossier sur le bouquetin (avec de magnifiques photos comme d’habitude) et puis des jeux, des BDs, des loisirs créatifs, une recette, des astuces, le courrier des lecteurs, des conseils lectures, un poster… Il y a de quoi lire ! Les amoureux de la nature se régalent !
Plus d’infos : http://www.petitesalamandre.net.

La Hulotte est de retour ! Le journal le plus lu dans les terriers s’intéresse cette fois-ci à la mulette perlière (ou moule perlière ou moule d’eau douce). Et comme d’habitude avec cette revue (plus proche du livre finalement) on va TOUT savoir ! C’est chaque fois un dossier hyper complet, très documenté. Et c’est tellement bourré d’humour, de clin d’œil qu’on ne s’ennuie pas une seconde ! La Hulotte c’est une super revue, disponible uniquement par abonnement, qui est capable de nous intéresser à des animaux qui ne nous attireraient pas vraiment au départ. Un magazine qui existe depuis plus de quarante ans et dont on garde tous les numéros précieusement !
Plus d’infos : http://www.lahulotte.fr.

On termine avec Biscoto, le journal plus fort que costaud ! Cette fois-ci ce journal qui met la banane est un spécial Le poil de la bête ! BD, nouvelles, jeux, poster, blagues… bref le programme habituel (de qualité) de ce journal original. Les fans de BD l’adorent, ça change totalement de ce qu’on trouve en presse jeunesse… on est fan ! Et si ça nous aide à reprendre du poil de la bête…
Plus d’infos : http://biscotojournal.com.

Gabriel

Parlons d’art

Allez il reste peu de chroniques avant Noël, je vous ai sélectionné aujourd’hui des livres qui parlent d’art, de beaux livres à mettre sous le sapin.

Le louvre raconté aux enfantsOn commence avec une collection que j’aime beaucoup avec Le Louvre raconté aux enfants sorti chez De la Martinière Jeunesse. Un grand et beau livre de près de 150 pages pour découvrir l’un (le ?) des plus beaux musées de France. L’auteur, conservateur en chef au Musée du Louvre, nous propose de découvrir les collections de ce bel endroit. On commence en Égypte avec Le grand sphinx ou encore La stèle de Hammurabi puis on part découvrir les Arts de l’Islam avec notamment Le lion de Monzon ou le Poignard à tête de cheval. On découvrira aussi des meubles et objets précieux, des sculptures (c’est ce que je préfère au Louvre d’ailleurs), les Arts premiers et bien sûr la peinture (dont la célèbre Joconde). Pour chaque œuvre, l’auteur nous explique son histoire, sa provenance… et bien sûr il nous raconte beaucoup de choses sur les pays d’origine et le musée lui-même. Les photos sont superbes, la maquette claire et moderne, on se régale !
Un magnifique livre d’art qui donne envie d’aller au Louvre (re)voir les œuvres en vrai.

bizarre biz'artDans un tout autre style, moins « beau livre », mais peut-être plus abordable par les enfants, Bizarre biz’art ! propose de découvrir des chefs-d’œuvre les plus étranges et délirants de notre monde (sic). Le Sphinx de Gizeh, l’armée de terre de l’empereur Qin, la Tapisserie de Bayeux, la tour de Pise, La laitière de Vermeer, les statues de l’île de Pâques… On parle ici d’œuvres connues (mais pas forcément étranges et délirantes d’après moi) avec une maquette et un langage à hauteur des plus jeunes (8 ans d’après l’éditeur). Et tout est fait pour les intéresser : un héros récurent (un robot qui découvre aussi les œuvres), des quizz et des jeux, des rabats qui s’ouvrent pour voir l’œuvre en très grand, un langage facile à comprendre avec des textes qui s’adressent directement au lecteur, des mots expliqués dans la marge… bref, voilà un livre qui risque de les attirer fortement et très vite de les passionner. C’est super bien fait, c’est intelligent, ludique, on adore !

Street ArtStreet Art sorti chez Larousse n’est pas, quant à lui, un livre jeunesse, mais il risque de beaucoup plaire aux ados. L’art est partout dans la rue. Peinture, scuptures, tags… peints par des anonymes ou par Bansky, simples gribouillis ou grandes fresques, on croise souvent des œuvres de rues. Ce grand et beau livre leur rend hommage. Comme pour un livre sur la grande peinture, on a envie de les voir en vrai. Certaines donnent l’impression d’être en relief et sont complètement bluffantes. D’autres plus politiques, critiquent la société ou provoquent la réflexion. « C’est un peu le Facebook de la rue, l’étendard de la vraie vie ; ces petites ou grandes choses sur lesquelles on tombe lorsqu’on se déplace à pied ou en voiture, et qui suscitent un débat. Rectification : c’est mieux que Faceboook, car plus proche de la vraie vie. Il n’y a pas de manipulation du message ou de l’image de l’artiste – c’est là, juste devant nous » explique Anat Ronen dans l’avant-propos et résume parfaitement ce grand et beau livre d’Art.

Léon art fictionUne autre façon de faire découvrir l’art aux enfants, le faire à travers une histoire. J’avais découvert cette collection de Léon art & stories avec L’envol des couleurs (chroniqué ici) et, malgré un a priori dubitatif, j’avais été très agréablement surpris. Deux nouveaux albums sortent dans la collection : Sous la grande vague (d’après l’œuvre d’Hokusai) et Azulie dans la nuit (d’après Chagall). Ici, les auteurs ont écrit un récit qui est entièrement illustré par des dessins des peintres (généralement des détails de tableaux). Dans le premier on va suivre l’histoire d’un pêcheur et son fils séparés en mer par un tsunami, dans le second l’histoire d’Azulie, une jeune violoniste qui voyage dans des mondes imaginaires.
C’est vraiment un concept intéressant parce que les enfants écoutent (ou lisent) l’histoire qui leur est racontée et se familiarisent, par la même occasion, avec l’œuvre d’un grand artiste. Une collection à suivre, donc.

Quelques pas de plus…
Tous les livres qui parlent d’art que nous avons chroniqués sont regroupés dans un tableau Pinterest.

Le Louvre raconté aux enfants
Textes de Nicolas Milovanovic
De La Martinière Jeunesse
19,80 €, 295×265 mm, 140 pages, imprimé en France, 2014.
Bizarre biz’art, record & curiosités
Textes de Eva Bensard, illustrés par Fransoua
Place des victoires jeunesse dans la collection Ma petite histoire de l’art
14,95 €, 267×248 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2014.
Street art
Textes de Russ Thorne (traduits par Delphine Nègre)
Larousse dans la collection Essai & documents
25 €, 300×290 mm, 192 pages, imprimé en Chine, 2014.
Sous la Grande Vague
Texte de Hélène Kérillis, illustrations de Katsushika Hokusai
Léon art & stories dans la collection Art-Fiction
16 €, 270×240 mm, 35 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Azulie dans la nuit
Texte de Nancy Guilbert, illustré par Marc Chagall
Léon art & stories dans la collection Art-Fiction
16 €, 270×240 mm, 35 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Pas vraiment un livre d’art… mais si quand même… Pas vraiment une chronique (je ne l’ai pas encore lu) mais juste une photo… Parce que j’en parlerai en janvier mais ça serait dommage de ne pas l’ajouter dans vos cadeaux de Noël…

10848363_709658039142046_1442196186_n[1]

Plus d’infos : http://www.rebeccadautremer.com/actus/bible.

Gabriel