La mare aux mots

Une grand-mère bien présente et deux grands-pères plus absents

Par 20 septembre 2019 Livres Jeunesse

Avec les livres du jour, on va rire et verser quelques larmes.

La fois où mémé a vaincu un taureau
Texte de Vincent Cuvellier, illustré par Marion Piffaretti
Nathan
6,95 €, 165×210 mm, 28 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2019.
Mon grand-père s’efface
Texte de Gilles Baum, illustré par Barroux
Albin Michel Jeunesse
13,50 €, 210×270 mm, 44 pages, imprimé en France, 2019.
Lettres à mon cher grand-père qui n’est plus de ce monde
Texte de Frédéric Kessler, illustré par Alain Pilon
Grasset Jeunesse
13,90 €, 205×175 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2017.

En avant la musique

Par 19 septembre 2019 Livres Jeunesse

Les deux livres d’aujourd’hui nous font découvrir le monde de la musique ! Ouvrez grand les oreilles et préparez-vous à frapper des mains et à taper des pieds… C’est parti !

Mes premières activités de musique
Texte de Madeleine Deny et Morgane Raoux, illustré par Etsuko Watanabe
Nathan
14,90€, 230×270 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2019.
Mes grands airs de musique classique : un concert sons et lumières
Texte d’Emilie Collet, illustré par Séverine Cordier
Gründ dans la collection Mes premiers livres sonores
16,95 €, 228×228 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2018.

 

Les invité·e·s du mercredi : Tristan Gion et Serge Bloch

Par 18 septembre 2019 Les invités du mercredi

Tristan Gion vient de sortir deux magnifiques albums aux éditions Aleph, ses illustrations sont extraordinaires… forcément, j’ai eu envie de lui poser quelques questions sur son parcours. Ensuite, c’est avec le grand Serge Bloch que l’on part en vacances. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Tristan Gion

Parlez-nous de votre parcours
J’ai réalisé mes études dans le graphisme (la communication visuelle) dès la sortie du collège, à commencer par un CAP dessin d’exécution, puis un bac professionnel artisanat et métier d’art jusqu’à une licence professionnelle en 2015 dans une petite école en Mayenne ! En parallèle, je me suis toujours débrouillé seul en autodidacte, autant pour l’illustration, les logiciels ou encore l’animation 2D.

Vous venez d’illustrer deux magnifiques ouvrages aux éditions Aleph, Idunn et Gromislav, comment s’est passée la rencontre avec cette maison d’édition ?
Je m’baladais dans la rue, cheveux au vent, le cœur à nu, lorsqu’Emmanuelle m’est tombée dessus et… Non je rigole ! Comme 95 % des gens avec qui je travaille, Emmanuelle, des éditions Aleph, m’a trouvé par internet. Dès le premier appel on a tout de suite accroché !

Comment avez-vous travaillé sur l’illustration de ces deux textes (inspiration, recherches, techniques…) ?
Lorsque je découvre un texte, je commence par faire un petit gribouillage sur papier pour anticiper la composition. Puis je réalise un gros gribouillage sur ordinateur. Et pour terminer je peaufine mon trait avant de passer à la couleur et aux motifs. Comme de nombreux illustrateurs/trices je pense. Généralement je ne vais pas chercher d’inspiration pendant mon temps de travail, ça c’est un intérêt quotidien. Cependant, je réalise tout de même des recherches, mais essentiellement sur des faits d’histoire, et dans ce contexte particulier, sur la mythologie évidemment.

Y a-t-il des illustrateurs et des illustratrices dont le travail vous touche ou vous inspire ?
J’avais encore des cours d’histoire de l’art lorsque je découvris avec fascination le mouvement Art nouveau, avec des illustrations folles de traits de courbes et de motifs ! Je ne suis certainement pas insensible aux perspectives et compositions des cubistes, mais essentiellement le travail de Juan Gris. Naturellement, la touche poétique de l’art naïf et surréaliste me touche particulièrement dans mon univers.
Actuellement, je suis époustouflé par les travaux de Tom Moore et de son équipe. Le Chant de la mer et surtout Le secret de Kells m’inspirent continuellement, ainsi que les aquarelles d’Amélie Fléchais, Sandra Dieckmann, Anne Montel… les décors d’Yvan Duque, la poésie de Marina Muun, ou le trait de Tarmasz et pleins d’autres…

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
J’ai récemment appris à aimer lire ! Mais étant petit, j’ai été bercé avec du Claude Ponti.
Une fois ado je regardais beaucoup les Lanfeust de Troy, Thorgal, Les Aigles décapitées, bref beaucoup d’histoires et d’aventures épiques ! Et j’avoue, j’aimais bien piquer des « Manara » de temps en temps, pour découvrir les secrets du corps féminin (l’adolescence quoi !).

Ici ce sont deux contes que vous venez d’illustrer, est-ce que vous avez une attirance particulière pour ce genre littéraire ou souhaitez-vous illustrer d’autres types de récits ?
À la base, je n’étais pas particulièrement orienté mythes et légendes. Mais découvrir ces diverses cosmogonies, ainsi que la culture d’un peuple, ses traditions, ses costumes et tous leurs motifs… tout ceci a enrichi mon travail. En bref… je re-signe à tout moment pour travailler avec Aleph.

Des projets en cours ?
Oui, on essaie d’acheter une maison mais les banques n’aiment pas trop le statut d’artiste-auteur…
Sinon, avec mon amoureuse, on lance notre deuxième financement participatif pour un cahier de coloriage (j’ai trop de boulot en ce moment dans la communication pour le mettre en couleurs… hô hô !)
Mais pas encore de futur livre en vue.

Bibliographie  :

  • Gromislav, illustration d’un texte de Carole Trébor, Aleph (2019).
  • Idunn, illustration d’un texte d’Anne-Claire Bondon, Aleph (2019).
  • Léonard l’inventeur, illustration d’un texte de Bénédicte Boucays, Fleurus (2019).
  • Légendes du monde animal, collectif, Fleurus (2018).


En vacances avec… Serge Bloch

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… Des livres, de la musique, des films… sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Serge Bloch que nous partons ! Allez, en route ! 

5 albums jeunesse…

  • Marcelin Caillou, de Sempé
  • Le jongleur de Notre-Dame, de R.O. Blechman, Gallimard
  • Un monsieur tout esquinté, de Nicolas et Roland Topor
  • Moi, si j’étais grand, d’Eva Janikowsky et Lázlo Réber
  • Der Struwelpeter (Crasse Tignasse), du Dr Heirich Hoffman

5 romans…

  • Don Quichotte, Cervantes
  • Seul dans Berlin, Hans Fallada, Folio
  • Les saisons de la nuit, Colum McCann
  • Shosha, Isaac Bashevis Singer
  • Brothers, Yu Hua

Dr Folamour5 films…

  • Les raisins de la colère, John Ford
  • Les sept samouraïs, Akira Kurozawa
  • Le dictateur, Charlie Chaplin
  • Docteur Folamour, Stanley Kubrick
  • Roma, Alfonso Cuaron

5 CD…

  • Jimi Hendrix, Are you experimented
  • Alain Bashung, Bleu pétrole
  • Pergolesi, le Stabat Mater (Barbara Bonney, Andreas Scholl…)
  • Schubert, quintette in Major, D.956 (Jasha Heifetz)
  • Leonard Cohen, The future

5 artistes…

  • Alexander Calder
  • Saul Steinberg
  • Paul Klee
  • Mireille Vautier (ma femme)
  • James Castle
  • et beaucoup d’autres

5 BD…

  • Astérix (période Goscinny)
  • Spirou (période Franquin)
  • Lucky Luke (période Goscinny)
  • Le gros dégueulasse, Reiser
  • Dessins d’humour, Siné, les cahiers dessinés

5 lieux…

  • Le plateau de Lussan dans le Gard
  • Le lac du Schiessrothried, dans les Vosges
  • East village, NYC
  • Le parc des Buttes Chaumont, Paris
  • Mon atelier

Serge Bloch est auteur et illustrateur.

Bibliographie jeunesse sélective :

  • Série Zouk, BD dont le scénario est signé Nicolas Hubesch (2012-2019), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Max et Lili, illustrations de textes de Dominique de Saint-Mars, Calligram (1992-2019).
  • Série SamSam, scénario et dessins, Bayard (2000-2019).
  • Mon chez-moi n’est plus chez moi (le déménagement), illustration d’un texte de Susie Morgenstern, Gallimard Jeunesse (2018).
  • La valise rose, illustration d’un texte de Susie Morgenstern, Gallimard Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Eux, c’est Nous, illustration de textes de Daniel Pennac, Jessie Magna et Carole Saturno, CIMADE (2015).
  • Le cinéma, avec Julie Stephen Chheng, Les éditions Volumique (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le grand livre de la bagarre, illustration d’un texte de Davide Cali, Gallimard Jeunesse (2013).
  • Catalogue de bêtises (très) culottées, illustration d’un texte d’Élisabeth Brami, Seuil Jeunesse (2013).
  • Mon copain bizarre, illustration d’un texte de Jean Guilloré, Bayard Poche (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Les contes de la folie Méricourt, illustration d’un texte de Pierre Gripari (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Moi, j’attends, illustration d’un texte de Davide Cali, Sarbacane, 2005.
  • Graine de bébé, illustration d’un texte de Thierry Lenain, Nathan (2003), que nous avons chroniqué ici.
  • L’école de Léon, texte et illustrations, Albin Michel (2000).

Le site de Serge Bloch : https://www.sergebloch.com.

Deux albums drôles et poétiques

Par 17 septembre 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui je vous propose deux albums drôles et poétiques pour vous mettre de bonne humeur durant ce mois de rentrée, l’hilarant Comment ranger sa chambre en 7 jours seulement d’Audrey Poussier et le très beau Où tu lis toi ? de Cécile Bergame et Magali Dulain… Bonne lecture !

Colette et Mo sont frères et sœurs et partagent la même chambre. Comme tous les frères et sœurs, il et elle aiment se chamailler, jouer… mais certainement pas ranger. Ce qui n’est pas vraiment du gout du « petit bonhomme du rangement » qui passe son temps à hurler ! Mais pas d’inquiétude ! Mo et Colette ont élaboré une technique infaillible pour ranger leur chambre en 7 jours seulement !
Audrey Poussier propose une méthode pour ranger sa chambre en une semaine… avis aux amateur·trice·s, vous pourrez voir si cela fonctionne à la fin de l’album ! Le livre est très drôle, très bien construit. On suit sur une semaine, du lundi au dimanche, nos deux héros et héroïne qui, il faut bien l’avouer, ont des techniques TRÈS originales pour ranger leur bazar… Le lundi « ils trient » (mais à leur manière), le mardi ils se bagarrent (logique), le jeudi tout passe par la fenêtre. Les parents sont symbolisés par le « petit bonhomme du rangement » qui passe son temps à s’énerver… jusqu’au dimanche ! Comment ranger sa chambre en 7 jours fera rire aux éclats petit·e·s et grand·e·s et permettra de relativiser l’épreuve du feu que constitue le rangement d’une chambre !
Un album très amusant et original !

Où est-on le mieux pour lire ? Dans le rayon de soleil qui lèche le plancher ? Ou dans les vallées du linge à repasser ? Dans la baignoire ? Sur un arbre ? Ou dans un fauteuil ?
Où tu lis, toi ? est un album splendide. Cécile Bergame nous propose une véritable ode à la lecture et chaque lecteur et lectrice se retrouvera dans l’interrogation initiale. On voit évoluer un petit garçon dans différents endroits… mais toujours un livre à la main. Le texte est très poétique, le héros lit « dans les plis du chien ensommeillé », mais également « sous l’escalier qui n’en finit pas de monter ». Les illustrations de Magali Dulain sont des petits bijoux que l’on se plaît à contempler de longues minutes. Elles nous plongent dans une ambiance rassurante, douce et colorée. C’est une invitation à dévorer des livres, partout, tout le temps, que nous proposent l’autrice et l’illustratrice. Une fois l’album refermé on n’a qu’une hâte : rouvrir un autre livre ! Pari réussi !
Un album coup de cœur, esthétique et onirique !

Comment ranger sa chambre en 7 jours seulement
d’Audrey Poussier
L’école des loisirs
12,70 €, 190×260 mm, 56 pages, imprimé en France, 2019.
Où tu lis toi ?
Texte de Cécile Bergame, illustré par Magali Dulain
Didier Jeunesse
13,10 €, 235×275 mm, 44 pages, imprimé en France, 2019.

Du Japon à la Suède

Par 16 septembre 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux romans, dans le premier on va faire la rencontre d’une jeune japonaise harcelée à l’école, dans le second d’une jeune suédoise qui vient de perdre sa mère.

Chère Fubuki Katana
d’Annelise Heurtier
Casterman
14,90 €, 145×221 mm, 305 pages, imprimé en Espagne, 2019.
La reine de la comédie
de Jenny Jägerfeld (traduit du suédois par Rémi Cassaigne)
La Martinière Jeunesse dans la collection Fiction J.
13,90 €, 140×205 mm, 270 pages, imprimé en France, 2019.
Secured By miniOrange