La mare aux mots
Parcourir tous les billets de

Marianne - La mare aux mots

Baleines poétiques

Par 23 avril 2015 Livres Jeunesse

la baleine du bus 29Ce matin, à l’arrêt de bus, une dame au physique imposant semble attendre.  Elle semble passer beaucoup de temps dans la rue (en réalité, on comprend rapidement qu’elle y vit…), a des comportements étranges et tous les passants détournent le regard. Tous sauf cette petite fille, qui ose aller à sa rencontre, entrer dans son univers si particulier et partager avec elle des moments singuliers…
Ode à la tolérance et à l’ouverture d’esprit, La baleine du bus 29 est un album qui ne laisse pas indifférent. À la première lecture, j’étais émue par le texte sensible et juste de Christine Beigel et les illustrations oniriques d’Alessia Bravo (La baleine du bus 29 est son premier album et je pense que je vais suivre de près les suivants). Puis, en revenant sur cette histoire, j’ai découvert les nombreux sujets de fond qu’il aborde, discrètement et poétiquement : l’exclusion sociale, l’indifférence, mais aussi la tolérance, la solidarité et le partage… On passe devant cette dame sans y prêter attention, on lui jette un regard méfiant, on n’ose pas échanger avec elle parce qu’elle diffère un peu de la norme (elle sourit dans le bus, c’est fou n’est-ce pas ?)… Et pourtant, si tout le monde savait quels trésors elle renferme !
Un album à découvrir, original, poétique et sensible pour s’ouvrir aux autres et à la différence.
Vous pouvez découvrir des visuels de cet album sur le site de l’illustratrice Alessia Bravo.
Le même vu par Enfantipages.

si tu veux voir une baleinePour réussir à voir une baleine, il faut respecter quelques règles et surtout s’armer de patience. Il faut évidemment être à proximité d’un océan, mais ce n’est pas tout. Il faut surtout être très attentif et se concentrer : ne pas perdre son regard dans les nuages aux formes multiples, les herbes folles du jardin fourmillant de petits insectes, ou les roses à la couleur si particulière…
Garder le cap, ne pas abandonner, et se concentrer : voilà comment on pourrait résumer le message délivré par Si tu veux voir une baleine, cet album poétique à la chute bien pensée et illustrée. Julie Fogliano met à l’honneur la patience et la persévérance, avec tendresse et humour. Les illustrations d’Erin E. Stead sont comme toujours douces et pleines de délicatesse, en harmonie avec l’atmosphère de cet album qui invite à prendre le temps et à ne jamais abandonner !
Un album au message fort à la fois simple et philosophique !
Vous pouvez découvrir des illustrations de cet album et même une vidéo, sur le site d’Erin E. Stead.
Le même vu par Le tiroir à histoires et Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres albums de Christine Beigel (Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), Julie Fogliano (Et puis, c’est le printemps) et Erin E. Stead (Et puis, c’est le printemps et Ours a une histoire à raconter).

La baleine du bus 29
Texte de Christine Beigel, illustré par Alessia Bravo
Motus
13 €, 250 x 250 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2015.
Si tu veux voir une baleine
Texte de Julie Fogliano, illustré par Erin E. Stead
Kaléidoscope
12 €, 185 x 235 mm, 30 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.

À part ça ?

Maciek Janiki nous présente une ville de papier.

Marianne

You Might Also Like

Ah, l’amour !

Par 16 avril 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux histoires d’amour, deux coups de cœur !

Attention chantier amoureuxHubert creuse des tunnels. C’est son métier et sa passion. Maud, creuse aussi des galeries. Mais elle, elle préférerait écrire des livres pour enfants. Alors quand ils se rencontrent, ils parlent nécessairement de trous et de sous-sols, et Maud imagine toutes les histoires qu’elle pourrait écrire sur cet homme passionné…
Quelle histoire d’amour singulière que celle qui naît entre ses deux personnages, Hubert et Maud ! Pierre-Emmanuel Dufour nous fait vivre leur rencontre, la naissance de leurs sentiments. C’est plein de délicatesse et de tendresse, et les illustrations de Julie Grugeaux fouillées et originales nous laissent entrevoir leur univers souterrain, si particulier.
Attention ! Chantier amoureux est un album simple comme on les aime, qui met du baume au cœur et le sourire aux lèvres !
Vous pouvez feuilleter cet album en ligne sur le site des éditions L’initiale.

Les amoureux du livreLe petit bonhomme à moustache vit sur la page de gauche. La petite dame aux cheveux frisés vit sur celle de droite. Ils sont très amoureux l’un de l’autre. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais il y a un hic, un obstacle infranchissable : la reliure du livre, ce fossé qui les sépare. Heureusement que le lecteur est là pour leur permettre de se retrouver régulièrement, à chaque fois qu’il tourne la page, et que le personnage de droite retrouve celui de gauche.
En lisant cette drôle d’histoire, j’ai immédiatement pensé à La paire de chaussures, un des Contes de la Rue Broca de Pierre Gripari. Cet amour qui paraît impossible à vivre tant les obstacles sont nombreux, et qui finalement triomphe ! Cette fois, Frédéric Laurent implique directement le lecteur, et j’aime cette interactivité qui naît entre l’objet du livre et celui qui lit ! Dorénavant, à chaque fois que je tournerai une page, je me dirai que je permets peut-être à deux personnages de se retrouver !
C’est optimiste, léger et plein d’humour tant dans le texte que dans les illustrations ! Les amoureux du livre est une belle réussite !
Vous pouvez consulter quelques pages de cet album sur le site des éditions Balivernes.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres albums de Julie Grugeaux (L’accumulatôr à bidouilleries) et Frédéric Laurent (La vraie fausse histoire du Minotaure, L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus). Retrouvez également notre interview de Frédéric Laurent.

Attention ! Chantier amoureux
Texte de Pierre-Emmanuel Dufour, illustré par Julie Grugeaux
L’initiale
12 €, 200 x 200 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Les amoureux du livre
de Frédéric Laurent
Balivernes dans la collection Calembredaines
13 €, 240 x 240 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?

Jim Denevan dessine sur le sable, et c’est assez impressionnant !

Marianne

You Might Also Like

Loups et cochons !

Par 4 avril 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, mettons à l’honneur des loups et des cochons comme on en voit peu !

Le loup à la bonne odeur de chocolatLes loups ont une odeur forte. Une odeur de forêt et d’animal. Mais ce n’est pas le cas de Loulou, qui sent le chocolat. Tout le monde se moque de lui, il est désespéré. Alors, pour ressembler à tout le monde, il décide de se rouler dans une flaque, dans la boue des cochons, dans l’essence du tracteur. Ah ça, pour sentir mauvais, il sent mauvais ! Mais il n’est pas heureux pour autant…
Vouloir changer pour plaire n’est pas nécessairement source de bonheur et d’épanouissement personnel : c’est ce que nous enseigne Loulou, dans cette histoire pleine d’humour et de tendresse. Paule Battault nous propose un texte drôle et rythmé et les illustrations de Maud Legrand sont très belles, colorées et vivantes.
Le loup à la bonne odeur de chocolat est un album au message fort pour apprendre à s’accepter et à ne pas lutter contre sa nature !

Les trois petits championsLes trois petits cochons sont de vrais champions. Ensemble, ils ont tout gagné ! Des concours de tricot, le concours de cochons pendus, le tournoi de Wimblechon, le Tour de Ferme 2014… Une vraie équipe de choc, soudée et imbattable. Un jour, ils reçoivent la visite du vieux loup qui aimerait beaucoup voyager. Il a besoin pour cela d’un accompagnateur. Lequel des trois saura se distinguer et pourra partir bronzer sous les cocotiers avec leur vieil ami ? Excellente question…
Un album où cochons et loup sont amis, ce n’est pas si fréquent. Et c’est bien agréable : pas de méchants dans cette histoire ! Un peu de rivalité, beaucoup d’amitié et d’entraide, mais aucune mièvrerie ! Coralie Saudo nous propose une aventure vraiment drôle, avec des dialogues façon bande dessinée bien pensés et des illustrations fourmillant de détails humoristiques, mêlant dessin, collages et photos.
C’est drôle, très original et l’on retrouve un beau message d’amitié et de solidarité.
Vous pouvez consulter quelques pages de cet album sur le site des éditions Balivernes.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Maud Legrand (La girafe en maillot de bain) et Coralie Saudo (Viiite !, Mon monde de 1 à 1000 et bien plus encore…, À l’école des poussins !, Le vieux-vieux monsieur du 33e étage, Ca… caca… catastrophe !, Un pour tous, tous poussin, Et si je mangeais ma soupe ?, Au pied de ma lettre, Habille-toi, Zaza !, Ma classe de A à Z, Le petit pot de Zaza, Jour de grève chez les marmottes, Tout seul !, Tous ensemble !, S’échapper d’une île, 101 moutons au chômage, Manolo, un boudeur de petit fantôme et Manolo, un cochon de petit fantôme). Retrouvez également notre interview de Coralie Saudo.

Le loup à la bonne odeur de chocolat
Texte de Paule Battault, illustré par Maud Legrand
L’élan vert
12,70 €, 236 x 297 mm, 16 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les trois petits champions
de Coralie Saudo
Balivernes dans la collection Calembredaines
13 €, 240 x 240 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?

Peregrine Church a décidé de rendre les jours pluvieux plus gais ! Il a peint au sol des dessins qui se révèlent au contact de l’eau. Étonnant !

Marianne

You Might Also Like

Plaisir de lire !

Par 26 mars 2015 Livres Jeunesse

En tant qu’orthophoniste, je rencontre nécessairement beaucoup d’enfants en difficulté avec l’apprentissage de la lecture. Je suis donc particulièrement intéressée par les albums qui leur permettent de lire en confiance, en retrouvant par exemple les mêmes mots d’une page à l’autre. Ils mettent du sens sur ce qu’ils lisent et prennent de l’assurance ! Voici trois albums dans cette veine, découverts récemment !

c'est pas la même choseZoé et Noé sont jumeaux. Alors certes, ils font beaucoup de choses ensemble et se ressemblent physiquement, mais ils sont aussi très différents. L’une aime lire, l’autre aime rire. L’un reçoit un masque, l’autre un casque. L’une saute dans la mer, l’autre saute dans la mare. Et ainsi de suite…
Pour chaque double page, Irène et Pierre Coran nous présentent les deux personnages qui font chacun une action semblable, mais différente. De courtes phrases, toujours sur le même modèle légendent les belles illustrations colorées en papier découpé de Lauranne Quentric. Le plus souvent, un seul mot varie d’un personnage à l’autre, et la lecture est donc aisée, même pour les lecteurs hésitants ou débutants.
C’est pas la même chose est un album simple, aéré, et plein de tendresse !
Des extraits sur le site des éditions Mouck.

le livre de petit oursPetit Ours se promène. Armé de son crayon, il amadoue les animaux les plus menaçants de la jungle. Une peluche pour le gorille, une trompette pour le crocodile, une couronne pour le lion… À chaque fois, un coup de crayon magique, et le danger s’éloigne !
Quand il se promène dans les contes classiques, c’est la même chose ! Un arbre qui s’enroule autour de l’ogre, une colombe qui vient voler le chapeau de la sorcière et découvrir son crâne nu et pointu, un pique-nique pour les trois ours en colère après Boucle d’Or… Là encore, personne ne lui résiste !
un conte de petit oursLe livre de Petit Ours et Le conte de Petit Ours sont deux albums d’Anthony Browne, dont la première édition date de 1989. Ils ressortent aujourd’hui avec une nouvelle couverture, et n’ont pas pris une ride. Je ne connaissais pas ces histoires, mais j’ai beaucoup aimé cette idée du dessin magique qui transforme le cours de l’aventure. À chaque fois, une grande image et une phrase simple, qui varie très peu à chaque page. Les illustrations sont vivantes, pleines d’humour et en disent plus encore que le texte !
Deux beaux albums qui mettent en avant la force de l’imaginaire et de la créativité pour se sortir des situations les plus délicates !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Lauranne Quentric (Ti Moun dit non !) et d’Anthony Browne (À calicochon).

C’est pas la même chose
Texte d’Irène et Pierre Coran, illustrations de Lauranne Quentric
Éditions Mouck
12 €, 205 x 237 mm, 36 pages, imprimé en Europe, 2015.
Le livre de Petit Ours
d’Anthony Browne
Kaléidoscope
10,90 €, 256 x 277 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2014.
Un conte de Petit Ours
d’Anthony Browne
Kaléidoscope
10,90 €, 257 x 266 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Quand je pense que quand j’étais enfant, j’aimais créer des bonshommes avec des éléments naturels trouvés en balade… J’étais vraiment une petite joueuse à côté des créations fleuries de Flora Forager !

Marianne

You Might Also Like

Rire et écologie font bon ménage !

Par 21 mars 2015 Livres Jeunesse

On verra demainPaco, en bon paresseux (l’animal hein, aucun jugement de valeur dans mes propos, je vous rassure), remet toujours tout au lendemain : ranger sa chambre, jouer avec ses copains… En grandissant, cette tendance à la procrastination ne s’arrange guère. Jusqu’au jour où des castors, qui avaient besoin de bois pour construire un barrage, après avoir abattu tous les arbres de la forêt, en viennent à attaquer son arbre. Tout d’un coup, c’est la panique… Il doit les convaincre de ne pas toucher à son refuge ! Alors il leur raconte les secrets de cet arbre, la vie des espèces qu’il abrite et qu’il a eu le temps et le loisir d’observer depuis toutes ces années. Les castors sont subjugués !
Qu’il est malin ce Paco ! Ce paresseux, un animal que l’on voit peu en littérature jeunesse, est attachant. Sous ses airs d’animal pataud et fainéant, toujours un peu ensommeillé, il est en fait très futé ! Et si on l’écoutait ? Et si on prenait le temps d’observer ce qu’il se passe autour de nous ? Michaël Escoffier et Kris di Giacomo forment un duo toujours aussi fort ! Avec On verra demain, ils nous offrent un texte et des illustrations tendres, vivants et pleins d’humour ! La chute est comme souvent, très bien pensée ! Et puis l’air de rien, au-delà de cette histoire de paresseux, on trouve un message écologique, pour inviter le lecteur à réfléchir à la destruction des forêts et des espèces animales qui y vivent.
Une fois de plus, je suis conquise !
Des extraits de cet album sur le blog de Kris di Giacomo et sur celui de Michaël Escoffier.
Le même vu par Maman Baobab.

mamie faut pas gâcherMamie « Faut pas gâcher » a toujours une idée pour ne pas gaspiller ! Attacher les bouts de crayons usés et donc trop petits ensemble pour former un crayon arc-en-ciel, transformer les dessins ratés en costume de dragon, mettre les épluchures de clémentine dans l’eau du bain pour la parfumer… Elle a décidément réponse à tout ! Toujours une solution, une idée, un principe, pour lutter contre le gaspillage !
Mariko Shinju voulait faire passer un message sérieux avec humour et au travers d’une histoire pleine de tendresse, et c’est réussi ! Parler d’écologie, de protection de la planète et de chasse au gaspillage tout en livrant une belle histoire de complicité entre une grand-mère et son petit-fils, c’est bien plus agréable ! Les illustrations sont originales et le texte bien pensé, les conseils étant bien adaptés au quotidien des jeunes lecteurs.
Un album tendre et utile !
Des extraits de cet album sur le site des éditions Nobi-Nobi.
Le même vu par Délivrer des livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Michaël Escoffier (La maîtresse vient de Mars, 20 bonnes raisons d’aller à l’école, Le moustoc, 20 bonnes raisons de croire au Père Noël, Ouvre-moi ta porte, Le chevalier noir, L’anniversaire, La croccinelle, Le ça, Tous les monstres ont peur du noir, Trois petits riens, Le jour où j’ai perdu mes super pouvoirs, Zizi, Zézette, mode d’emploi, Le grand lapin blanc, Vacances à la ferme, Bonjour FacteurLa plume, Sans le A et Bonjour Docteur) et Kris di Giacomo (L’anniversaire, Trois petits riens, Sans le A, Le jour où j’ai perdu mes supers-pouvoirs, Prune cherche son style, Prune et la colo d’enfer, Quand le loup a faim, Prune : la grosse rumeur, Prune : le fils de la nouvelle fiancée de papa, et Prune et l’argent de poche). Retrouvez également nos interviews de Michaël Escoffier et Kris di Giacomo.

On verra demain
Texte de Michaël Escoffier, illustrations de Kris di Giacomo
Kaléidoscope
13 €, 210 x 305 mm, 26 pages, imprimé en Italie, 2014.
Mamie « Faut pas gâcher »
De Mariko Shinju (traduit par Fédoua Lamodière)
Nobi-Nobi
13,50 €, 220 x 306 mm, 40 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.

À part ça ?

Quand j’étais enfant, j’aimais regarder le dessin animé Les Moomins. Cette année, ils fêtent leurs 70 ans, et à cette occasion, la Cité Internationale de la Bande dessinée propose, jusqu’au 4 Octobre 2015, une exposition en l’honneur de ses créatures que j’ai longtemps prises pour des hippopotames.

Marianne

You Might Also Like

Copy Protected by Chetans WP-Copyprotect.