La mare aux mots
Parcourir tous les billets de

Marianne - La mare aux mots

Hiver et autres saisons…

Par 28 février 2015 Livres Jeunesse

gaufrette et nougat jouent avec la neigeIl a neigé. Gaufrette et Nougat entreprennent de fabriquer un beau bonhomme de neige. Mais il fait froid, les gants sont mouillés, Gaufrette veut rentrer. Ils décident alors de continuer leur construction dans la baignoire de la salle de bains et se mettent en quête des accessoires nécessaires pour compléter le bonhomme. Quand ils reviennent, il a disparu…
On retrouve Gaufrette et Nougat, la souris et le chat, amis inséparables, avec grand plaisir ! Ils sont toujours aussi complices et vivent des aventures simples mais intenses, en lien avec la vie quotidienne des enfants. Le texte de Didier Jean et Zad parle aux plus jeunes, sans mièvrerie et les illustrations de Sophie Collin, vivantes et colorées regorgent de détails amusants.
Gaufrette et Nougat jouent avec la neige est un nouvel épisode de cette série, que l’on aime toujours autant !
Vous pouvez feuilleter quelques pages de cet album sur le site des éditions Utopique.

 

les secrets de la forêtLa forêt connait tout des animaux et des plantes qui vivent en son sein. Au fil des saisons, elle accueille des animaux, voit la neige recouvrir le sol, les feuilles tomber et l’eau des ruisseaux couler… Les couleurs changent, les paysages évoluent, et le cycle des saisons recommence infiniment.
Les secrets de la forêt est un très bel album. Les illustrations d’August Hall sont magnifiques, lumineuses, et délicates. Et le texte de George Ella Lyon, simple et poétiques à la fois, nous plonge au cœur de la nature, presque à la manière d’un documentaire.
Un album simple pour en prendre plein les yeux et parler des saisons et du temps qui passe.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Didier Jean et Zad (Mais quelle idée !, Mes rêves au grand galop, Paris-Paradis, Parle-moi Papa, Comme deux confettis, Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman, et Les artichauts) et Sophie Collin (Gaufrette et Nougat jouent au papa et à la maman, Le secret de Lili, La folle journée de Marie-Belle). Retrouvez également notre interview de Didier Jean et Zad.

Gaufrette et Nougat jouent avec la neige
Texte de Didier Jean et Zad, illustré par Sophie Collin
Utopique dans la collection Gaufrette et Nougat
9,50 €, 200 x 200 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les secrets de la forêt
Texte de George Ella Lyon (traduit par Félix Cornec), illustré par August Hall
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
13 €, 262 x 212 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Vera Von Wolferen construit des maquettes uniquement avec du carton recyclé, de couleur grise. De jolis mondes miniatures !

Marianne

You Might Also Like

Une pointe d’envie ou de jalousie

Par 24 février 2015 Livres Jeunesse

les copains de la collineBen et Théo sont les meilleurs amis du monde. Ils passent leur temps à jouer ensemble dans des boîtes en carton et à s’inventer de folles histoires. Sam les observe et aimerait beaucoup les rejoindre. Un jour, il ose. Alors que Théo l’accueille à bras ouverts, Ben a plus de mal à lui faire une place… Il a peur de perdre son ami de toujours… Et pourtant, s’il savait à quel point ils pourraient s’amuser tous les trois !
Les copains de la colline est une très belle histoire racontée avec délicatesse par Linda Sarah et joliment mise en images par Benji Davies. On a l’habitude des albums traitant de l’amitié, mais là, le sujet est abordé sous un autre angle : il est parfois difficile d’accepter de changer l’ordre établi, de partager son amitié, ses jeux et ses secrets.
Original, sensible, et coloré, cet album est une réussite !

le magicien et la funambuleNino est magicien dans un cirque. Son numéro est le plus attendu, le plus applaudi, le plus renommé. Mais la lassitude le guette, il a perdu l’envie. Jusqu’au jour où Lucile, une funambule, fait son entrée dans la troupe. Nino est à la fois admiratif et un peu envieux de l’aura qu’elle dégage… Il l’observe timidement, de loin. Puis, un soir, le contact s’établit, bien malgré eux…
J’ai été impressionnée par les belles illustrations de cette histoire. Elsa Oriol utilise la peinture. Les couleurs, les expressions des personnages, les mouvements des artistes : tout est magnifiquement rendu. Quant à l’histoire, pleine d’émotion et de délicatesse, elle nous plonge dans les coulisses du cirque.
Le magicien et la funambule est une belle histoire pour rêver et s’émouvoir !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Elsa Oriol (Cendrillon et Le pipi de Barnabé).

Les copains de la colline
Texte de Linda Sarah (traduit par Mim), illustré par Benji Davies
Milan
11,90 €, 285 x 250 mm, 30 pages, lieu d’impression non précisé, 2014.
Le magicien et la funambule
d’Elsa Oriol
Kaléidoscope
13 €, 252 x 316 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

georges popLe nouveau Georges est sorti ! C’est le numéro Pop et je vous promets que ça va swinguer ! L’histoire du Moon Walk, Panpi et Gorri qui se déhanchent dans un festival de musique, un juke-box en papier à fabriquer, l’interview d’une animatrice radio (Valli de France Inter), le vocabulaire de la danse en anglais, des explications pour fabriquer un bouteillophone, il y a tout ça et bien plus encore dans ce numéro très musical ! C’est gai, coloré, festif, et toujours aussi original !
Magazine Georges, numéro Pop, 9,90 €, éditions Grains de Sel.

Marianne

 

You Might Also Like

Il y a de la dispute dans l’air !

Par 17 février 2015 Livres Jeunesse

une place au soleilUne petite souris est bien décidée à prendre du bon temps. Elle aimerait pouvoir bronzer en paix ! Mais c’est sans compter sur l’hippopotame, qui avec sa carrure imposante lui fait de l’ombre. Ou bien le crocodile qui ronfle comme un tracteur. Et puis le tigre qui lui jette ses papiers de bonbon tandis que les éléphanteaux chahutent et l’arrosent… Impossible d’être tranquille ! Elle envoie tout le monde sur les roses… Mais elle devrait se méfier et ne pas trop les titiller !
On rit de ses petites manies et de ses réparties, et finalement, on s’attendrit ! Cette histoire de Jean Leroy est bien pensée, pleine d’humour, et les illustrations très modernes, colorées et stylisées de Sylvain Diez sont une réussite pour retranscrire l’ambiance un peu électrique de ce coin de plage.
Une place au soleil est un album original, qui fait sourire et réchauffe au cœur de l’hiver !

les rameursUn castor, un ours et un élan décident de faire du canoë entre amis. Mais ce n’est pas gagné ! Chacun donne son avis sur la meilleure technique à employer pour ramer, tourner, manœuvrer, et c’est vite la débandade entre les trois amis… S’ils ne font pas quelques concessions et quelques efforts pour se coordonner, ça risque d’être une vraie catastrophe !
On ne s’ennuie pas ! Les disputes de ces trois amis sont drôles, et en même temps on a envie de leur expliquer qu’il y a sûrement d’autres manières de faire pour s’en sortir ! Les dialogues sont drôles et très rythmés, et les illustrations très expressives, presque à la manière d’une bande dessinée !
Les rameurs est une histoire à la fois drôle et sensible pour mettre en avant l’esprit d’équipe !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean Leroy (C’est Papy qui choisit, Canaille fête son anniversaire, Un jeune loup bien éduqué, Anoki, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…), Sylvain Diez (Sinon…!) et Nicholas Oldland (Gros câlin). Retrouvez également notre interview de Jean Leroy.

Une place au soleil
Texte de Jean Leroy, illustré par Sylvain Diez
Kaléidoscope
12 €, 216 x 265 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014.
Les rameurs
de Nicholas Oldland (traduit par Alice Boucher)
Bayard Jeunesse
10,90 €, 210 x 210 mm, 30 pages, imprimé en Malaisie, 2015.

À part ça ?

Les images de Merve Ozaslan, mélange d’anciennes photographies et de paysages en couleurs me touchent particulièrement !

Marianne

You Might Also Like

Affûtez vos crayons !

Par 14 février 2015 Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Aujourd’hui, on crée, on colorie, on imagine ! Bref, on ne s’ennuie pas !

mon cahier à inventerIl va falloir dessiner, inventer, écrire, créer ! Avec Mon cahier à inventer, on ne se contente pas de colorier ! Pour chaque double page, une grande scène s’offre au lecteur, et des questions lui permettent de se creuser les méninges pour remplir l’espace et laisser libre court à son imagination.
Moose Allain et Alexander Allain proposent un bel outil original, riche et pas trop enfantin, pour exprimer sa créativité à tous les âges !

cahier des dinosauresLe Cahier des dinosaures s’intéresse uniquement… aux dinosaures !
Il regorge de détails documentaires et d’anecdotes sur ces reptiles. Mais pour dynamiser l’ensemble et apprendre sans en avoir l’air, on trouve également une multitude d’activités : reconnaître une silhouette, relier une mâchoire à l’aliment le plus approprié, écrire les noms compliqués des animaux… Carina Louart et Séverine Assous s’associent pour offrir aux paléontologues en herbe de quoi s’instruire et s’amuser !

faune et flore de la forêt tropicale à colorierPour ceux qui préfèrent les grenouilles, les perroquets, les caméléons, les serpents, et les bananiers, Faune et flore de la forêt tropicale à colorier tombe à point nommé !
Là encore, on associe une partie documentaire qui fourmille de petites informations sur les animaux et les végétaux qui peuplent la jungle, au coloriage pour se détendre et s’instruire ! Les couleurs sont chatoyantes, le dessin est plein de détails : voilà de quoi s’évader sans bouger de chez soi !

Quelques pas de plus…
Une sélection de cahiers d’activités et de loisirs créatifs regroupés dans un tableau pinterest.

Mon cahier à inventer
de Mosse Allain et Alexander Allain
Tourbillon
10,99 €, 250 x 250 mm, 90 pages, imprimé en Chine, 2014.
Cahier des dinosaures
Texte de Carina Louart, illustré par Séverine Assous
Actes Sud Junior
13,50 €, 250 x 320 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2014.
Faune et flore de la forêt tropicale à colorier
Texte de Susan Meredith, illustré par Jenny Cooper
Usborne
6,95 €, 216 x 250 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Sauvons le Louvre est un jeu en ligne dans lequel le joueur se glisse dans la peau du directeur du musée du Louvre en 1940, qui doit tout faire pour sauver le patrimoine artistique des ravages de la seconde guerre mondiale. À la fois ludique et instructif !

Marianne

You Might Also Like

Les invité-e-s du mercredi : Mickaël El-Fathi et Martine, institutrice (+ concours)

Par 11 février 2015 Les invités du mercredi

Aujourd’hui c’est mercredi ! Nous vous proposons l’interview de Mickaël El-Fathi, un auteur et illustrateur qui nous invite au voyage ! Suite à cette interview, vous pourrez tenter de gagner un exemplaire de Moi, quand je serai grand, je serai voyageur, un bel album qui donne envie de prendre la poudre d’escampette ! Ensuite, c’est avec Martine, une enseignante marseillaise que l’on a rendez-vous pour Dans la classe de ! Bon mercredi !


L’interview du mercredi : Mickaël El-Fathi

Mickaël El FathiParlez-nous de votre parcours…
Un atelier d’art, des études de cinéma d’animation, plusieurs années à travailler dans les effets spéciaux, en tant que graphiste et réalisateur 3D. Jusque là, rien de plus classique.
Oui mais voilà, à 28 ans, je lâche tout et décide de voyager. D’abord avec des sponsors, seul, façon aventurier de l’extrême, puis sans sponsor mais avec ma compagne.
Plusieurs années de crapahutage dans ce charmant pays qu’on appelle le Monde pour finir en Nouvelle-Zélande, ce petit joyau à l’autre bout du globe. Il en fallait un beau projet pour revenir en métropole ! Beau… comme écrire des albums jeunesse !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
À part Tom-Tom et Nana, je lisais plutôt de la littérature pour adultes : des BD de Comès, des romans de science-fiction, d’aventure… Un peu plus tard, j’ai plongé dans le grand bain des romans historiques d’aventure, comme Les trois Mousquetaires qui m’a fait essuyer une larme, Le chevalier de Pardaillan, un héros incroyable, le chevalier De La Barre, blasphémateur, Monte Christo, le plus grand vengeur de tous les temps…

mo-moLe voyage tient-il une place aussi importante dans votre vie que dans vos livres ?
Cela a été le cas, jusqu’à peu. Maintenant que je me suis sédentarisé, le voyage prend plutôt la forme d’escapades dans les Pyrénées. C’est l’avantage des montagnes. Qu’on soit dans un massif pyrénéen, himalayen ou caucasien, on y retrouve toujours des éléments communs : des crêtes enneigées, des animaux sauvages, des lacs d’altitude et un horizon qui déguerpit à toute vitesse.

Comment partagez-vous votre temps entre l’écriture et l’illustration ?
L’illustration prenant un temps infiniment plus long que l’écriture, j’y consacre naturellement une très large partie de mon quotidien. Puis, soudain, quand l’inspiration vient, je me lance sur mon clavier et j’écris. N’étant pas un écrivain inné, l’écriture est pour moi un travail laborieux. Je peux mettre plusieurs années avant de mettre un point final à une histoire. Finalement, c’est peut-être encore plus long que les illustrations…

Les illustrations de Momo et de Moi, quand je serai grand, je serai voyageur, sont tout à fait différentes. En fonction du projet, comment choisissez-vous la technique ?
J’aime aborder chaque projet différemment, en fonction du sujet, de mon envie du moment, de certaines contraintes. Pour Moi quand je serai grand, je serai voyageur, par exemple, j’ai commencé les illustrations en voyage. Je n’avais sous la main que mes aquarelles. Le choix fut vite fait. Et puis ce medium apporte une légèreté qui convenait bien au texte. Pour Mo-Mo et d’autres livres en cours, je prends beaucoup de plaisir à mixer le dessin et le médium informatique. Cela engendre des images qu’on n’a pas l’impression d’avoir vu tous les quatre matins, qu’on les aime ou pas.

moi quand je serai grand je serai voyageurOù puisez-vous votre inspiration ?
Un peu partout ! Chaque projet m’amène à m’intéresser de très près à des domaines différents : le tapis berbère, les organismes microscopiques, les volcans, les arbres, les paresseux, etc… Je régurgite aussi les milliers de choses observées au cours de mes voyages et qui mettent parfois plusieurs années avant de trouver leur finalité sur une toile, un livre, un texte…

Quels sont vos projets ?
Un album sur les bienfaits qu’apporte l’eau à un paysage, à une communauté. Un autre sur l’histoire du plus vieil arbre du monde et les relations entre l’homme et la forêt. Des collaborations avec des auteurs, prévues pour 2016. Et enfin, un essai de 800 pages sur les légumes et féculents oubliés du 16ème siècle. Non, je plaisante !

Bibliographie :

  • Mo-Mo, 2014, Motus, que nous avons chroniqué ici.
  • Moi, quand je serai grand, je serai voyageur, 2014, Océan Jeunesse, que nous avons chroniqué ici.

Le site de Mickaël El-Fathi : http://www.mickaelelfathi.com.

Concours :
Comme je vous l’annonçais en début d’article, les éditions Océan Jeunesse vous proposent de gagner un exemplaire de Moi, quand je serai grand, je serai voyageur (chroniqué ici). Pour cela, il vous suffit de commenter cet article en indiquant que vous souhaitez participer au tirage au sort, et pourquoi pas nous parler d’un souvenir de voyage ! Nous tirerons au sort cinq gagnants ! Vous avez jusqu’à mardi, 20h !


Dans la classe de Martine

Régulièrement, un-e instituteur-trice nous parle de livres de sa classe. Ouvrages qu’il-elle aime lire aux élèves, ouvrages que ses élèves aiment particulièrement, livres du moment ou éternels… Les maître-sse-s connaissent bien la littérature jeunesse, nous leur donnons la parole (et si vous voulez être un des prochains invités envoyez-nous un mail à danslaclassede@lamareauxmots.com). Cette semaine, c’est Martine Thibault qui nous parle des livres de sa classe. Martine est enseignante à Marseille en grande section de maternelle.

Le moment de l’histoire est un moment tout particulièrement attendu, chaque matin par mes élèves de grande section. Après les rituels, les enfants se regroupent devant le tableau, face à moi. Et là, ils découvrent l’album que je leur ai choisi et ils annoncent en chœur « c’est le moment de l’histoire ! ». C’est un moment assez magique différent du reste de la journée de classe que j’apprécie aussi car j’aime les surprendre par les choix que je fais en fonction d’un thème que je veux travailler ou d’un auteur que je tiens à leur faire connaître. Derrière mon livre, je les observe et j’aime découvrir sur leur visage la tristesse, la joie, la peur, l’émerveillement ….

je veux pas aller à l'écoleLe jour de la rentrée, pour « apprivoiser » et détendre mes petits élèves, j’adore leur raconter Je veux pas aller à l’école de Stéphanie Blake.
C’est l’histoire d’un petit lapin, Simon, qui est angoissé par la rentrée des classes et qui répond inlassablement à ses parents qui tentent de le rassurer « ça va pas non ! »
Je modifie ma voix, je crie, je chuchote …la classe rit aux éclats, elle est conquise et moi je suis ravie quand tout le monde reprend en chœur avec moi « ça va pas non ! ».

Au mois de novembre, je fais un travail particulier sur les droits des enfants. Je leur lis Homme de couleur de Jérôme Ruillier. HOMME DE COULEURC’est l’occasion de leur apprendre la tolérance, le respect de la différence. C’est un texte poétique tiré d’un conte africain connu grâce au poème de Senghor Poème à mon frère blanc.
Ruillier nous présente un homme blanc qui change de couleur selon les situations (au soleil, quand il a froid, quand il a peur…) et un homme noir qui lui, reste invariablement noir : d’où la subtilité du titre « homme de couleur ». Certains enfants de ma classe sont surpris par cette lecture, d’autres rassurés, mais jamais personne ne reste indifférent !

LA CHAMBRE DE VINCENTDans un tout autre genre, La chambre de Vincent de Kimiko et Solotareff, nous fait pénétrer dans la vie de Vincent Van Gogh, plus précisément dans sa chambre.
C’est l’histoire de Mitsou et Kimi, deux adorables petites souris peintres, qui habitent dans la chambre de Vincent. Tout se passe très bien pour elles car Vincent les laisse tranquilles, jusqu’au jour où Mitsou se prend la patte dans un piège ! L’intrigue est lancée…Qui a posé ce piège ? Est-ce Vincent ? Paul ? La femme de ménage… Les enfants se prennent au jeu et un vrai échange s’installe entre eux pour tenter d’identifier le coupable.
Il est préférable, bien sûr, de lire ce livre quand les enfants ont déjà rencontré quelques œuvres de Van Gogh. C’est dans l’album d’Anthony Browne, Les tableaux de Marcel que nous découvrons les peintres et Van Gogh en particulier.

patatrasEt puis, comme j’adore Philippe Corentin, je leur fais découvrir cet auteur plein d’humour qui renverse tous les stéréotypes !
Dans Patatras, le loup est affublé d’un nez rouge, « il est », comme l’écrit Corentin, « complètement pas très malin » !
Dans Tête à claques  on jubile ! Un petit loup râleur, froussard qui ne sait pas jouer « au loup », des lapins malins et effrayants avec leurs énormes dents qui y jouent mieux que lui et qui essaient de lui apprendre!
Dans Mademoiselle Sauve-qui-peut, une petite fille espiègle ridiculise le grand méchant loup qui tremble de peur devant elle !
Des histoires pleines d’humour, qui nous replongent dans l’enfance avec bonheur.
Dans tous ses albums, Corentin aborde en dédramatisant  tous les thèmes chers aux enfants: la jalousie dans la fratrie dans Machin Chouette, la peur du grand méchant loup dans Mademoiselle Sauve-qui-peut, la peur du noir dans Papa !
mademoiselle sauve qui peutLes albums de Corentin sont de toute évidence une « lecture-plaisir » mais invitent aussi à travailler la langue : les différents registres, les jeux de mots, les expressions …
Voilà comment il se définit : « J’essaie de faire rire les enfants, c’est tout. Ça les enquiquine le pathos « gnangnan cucul » que le soir on leur lit au lit pour les endormir (plus tard, à la seule vue d’un livre ils somnoleront). C’est le contraire qu’il faut faire : il faut les réveiller avec des histoires qui les font rire. Les enfants adorent les chatouilles, alors chatouillons-les dès le matin avec des livres guili-guili. Moi je fais des livres guili-guili. » Philippe Corentin.

Bonne lecture !

You Might Also Like

Copy Protected by Chetans WP-Copyprotect.