La mare aux mots
Parcourir le tag

Amitié

Tendres rebelles

Par 12 mars 2015 Livres Jeunesse

perdus au muséeLa classe de Mlle Simone est en sortie. Au programme, le musée du coin ! Tout le monde porte une belle casquette rouge, pour être facilement identifié. La maîtresse rappelle encore et encore les règles élémentaires de bonne tenue et de sécurité, et la visite commence. Justin et Noémie sont ensemble dans le bus et dans le rang. Ils se serrent la main très fort et admirent les tableaux… Et soudain, c’est le drame ! Ils sont toujours ensemble, mais autour d’eux, plus de copains, plus de maîtresse ! Ils sont clairement perdus. Ensemble, ils n’ont peur de rien, et ne s’inquiètent pas plus que ça… Ils prennent même quelques libertés !
À deux, on ne risque rien (ou presque) et l’on est plus fort ! Il suffit d’avoir un bon ami, quelqu’un sur qui compter, et le poids que l’on a sur le cœur dans certaines situations angoissantes (en l’occurrence, se perdre dans un musée…) s’allège ! C’est ce que nous rappelle Laure Monloubou avec Perdus au musée !. À la fois dans le texte et dans les illustrations, elle réussit toujours aussi bien à mêler situations du quotidien et message plus profond !
C’est drôle, tendre, jamais mièvre et ça fait du bien !

sauvageSauvage vit dans les bois depuis toujours. Tous les animaux ont pris soin de son éducation et elle est totalement épanouie. Un jour, elle rencontre des animaux inconnus, qui lui ressemblent vaguement physiquement et qui l’emmènent vivre chez eux. C’est du grand n’importe quoi ! Ils se coiffent, ils parlent une drôle de langue, ils mangent avec des couverts… Décidément, avec eux, elle ne se sent pas du tout à l’aise ! Sa place est dans la forêt, un point c’est tout !
Ces grands yeux et cette coiffure fleurie sur la couverture m’ont immédiatement attirée, intriguée. Et j’ai bien fait de m’aventurer dans cette histoire, qui nous rappelle qu’il est aussi important d’écouter son cœur pour s’épanouir que de respecter la vie sauvage ! Avec Sauvage, Emily Hughes nous propose de belles illustrations fouillées, expressives et colorées et un texte simple qui va droit au but !
Un album pour revenir à l’essentiel !
Le même vu par Le cabas de Za, La littérature jeunesse de Judith et Sophie et Le tiroir à histoires.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Laure Monloubou (Maman arrive…, Jacinthe, Mais pourquoi ? et Danse, Prosper, danse !). Nous l’avons également interviewée.

Perdus au musée !
de Laure Monloubou
Kaléidoscope
12,80 €, 186 x 287 mm, 34 pages, imprimé en Italie, 2015.
Sauvage
de Emily Hughes
Autrement Jeunesse
12,50 €, 275 x 238 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2014.

À part ça ?

Vadim Trunov a photographié des écureuils en train de jouer !

Marianne

You Might Also Like

Solitudes

Par 9 mars 2015 Livres Jeunesse

Le Noël de MargueriteMarguerite Godin ne sort plus beaucoup de chez elle. Elle ne reçoit plus trop non plus, ça la fatigue trop. Et même si c’est Noël, elle se réjouit ne pas être dérangée dans son quotidien. Son mari, ses amies, tout le monde est mort autour d’elle. Il ne lui reste que ses enfants. Mais Marguerite les rassure, c’est mieux pour elle si elle reste seule. Et puis sortir est si dangereux ! Marguerite pourrait glisser et se blesser, attraper des maladies ou tomber sur des voyous. Alors ce soir, veille de Noël, Marguerite a préparé un petit plateau repas spécial Noël, elle a repéré de bons programmes télé, elle sait qu’elle va passer une bonne soirée. Mais soudain, on frappe à la porte…
Le Noël de Marguerite est un album somptueux. Les illustrations de Pascal Blanchet sont superbes, la maquette de l’ouvrage elle-même est magnifique et même le papier est beau ! On nous parle donc ici de la solitude, parfois choisie, des personnes âgées et des surprises de la vie. On parle aussi de la peur. Peur de sortir, peur des autres, peur du changement, peur de la mort. Même si le héros principal est une personne âgée, les enfants pourront projeter leurs propres peurs. L’album se passe à Noël, mais ce n’est pas un album sur Noël, Noël n’est qu’un détail ici. Le texte, assez long, est plutôt pour les jeunes lecteurs.
Un magnifique album sur la solitude et sur les surprises que nous offre la vie.
À noter : cet album a reçu le prix de la Foire de Bologne en 2014.
Des extraits sur le site de l’éditeur et le même vu par Le cabas de Za.

Deux amisTom est nouveau dans sa ville. Il n’y connaît personne, il s’ennuie un peu. Avant Tom vivait à la campagne, ses champs lui manquent. Mais un jour Tom rencontre un chien. Un chien seul, comme lui. Le chien s’appelle Bémol, c’est écrit sur sa médaille. Il est bien à quelqu’un, Tom le sait, mais en attendant il est heureux, il a un ami.
Une belle histoire d’amitié, Deux amis de Claire Freeman et Kate Hindley. L’histoire, jamais mièvre, de la rencontre entre un enfant qui se sent seul et un chien perdu. Tom, qui n’est pas égoïste, sait que Bémol manque à quelqu’un et va aider son compagnon à retrouver sa véritable maison… même si ça lui ferait de la peine de le perdre (rassurez-vous, la fin ne sera pas triste).
Un grand album tendre et drôle, avec de belles illustrations, pour se rappeler quel bonheur c’est d’avoir des amis.
Le même vu par Parfums de livres, Le tiroir à histoires et Les lectures de Liyah.

Le Noël de Marguerite
Texte d’India Desjardins, illustré par Pascal Blanchet
La Pastèque
16,40 €, 230×300 mm, 68 pages, imprimé en Asie, 2014.
Deux amis
Texte de Claire Freedman (traduit par Virginie Cantin), illustré par Kate Hindley
Milan
11,90 €, 266×266 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

L’amour n’a pas de genre, de race, d’âge, de handicap, de religion…

Gabriel

You Might Also Like

Une pointe d’envie ou de jalousie

Par 24 février 2015 Livres Jeunesse

les copains de la collineBen et Théo sont les meilleurs amis du monde. Ils passent leur temps à jouer ensemble dans des boîtes en carton et à s’inventer de folles histoires. Sam les observe et aimerait beaucoup les rejoindre. Un jour, il ose. Alors que Théo l’accueille à bras ouverts, Ben a plus de mal à lui faire une place… Il a peur de perdre son ami de toujours… Et pourtant, s’il savait à quel point ils pourraient s’amuser tous les trois !
Les copains de la colline est une très belle histoire racontée avec délicatesse par Linda Sarah et joliment mise en images par Benji Davies. On a l’habitude des albums traitant de l’amitié, mais là, le sujet est abordé sous un autre angle : il est parfois difficile d’accepter de changer l’ordre établi, de partager son amitié, ses jeux et ses secrets.
Original, sensible, et coloré, cet album est une réussite !

le magicien et la funambuleNino est magicien dans un cirque. Son numéro est le plus attendu, le plus applaudi, le plus renommé. Mais la lassitude le guette, il a perdu l’envie. Jusqu’au jour où Lucile, une funambule, fait son entrée dans la troupe. Nino est à la fois admiratif et un peu envieux de l’aura qu’elle dégage… Il l’observe timidement, de loin. Puis, un soir, le contact s’établit, bien malgré eux…
J’ai été impressionnée par les belles illustrations de cette histoire. Elsa Oriol utilise la peinture. Les couleurs, les expressions des personnages, les mouvements des artistes : tout est magnifiquement rendu. Quant à l’histoire, pleine d’émotion et de délicatesse, elle nous plonge dans les coulisses du cirque.
Le magicien et la funambule est une belle histoire pour rêver et s’émouvoir !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Elsa Oriol (Cendrillon et Le pipi de Barnabé).

Les copains de la colline
Texte de Linda Sarah (traduit par Mim), illustré par Benji Davies
Milan
11,90 €, 285 x 250 mm, 30 pages, lieu d’impression non précisé, 2014.
Le magicien et la funambule
d’Elsa Oriol
Kaléidoscope
13 €, 252 x 316 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

georges popLe nouveau Georges est sorti ! C’est le numéro Pop et je vous promets que ça va swinguer ! L’histoire du Moon Walk, Panpi et Gorri qui se déhanchent dans un festival de musique, un juke-box en papier à fabriquer, l’interview d’une animatrice radio (Valli de France Inter), le vocabulaire de la danse en anglais, des explications pour fabriquer un bouteillophone, il y a tout ça et bien plus encore dans ce numéro très musical ! C’est gai, coloré, festif, et toujours aussi original !
Magazine Georges, numéro Pop, 9,90 €, éditions Grains de Sel.

Marianne

 

You Might Also Like

Il y a de la dispute dans l’air !

Par 17 février 2015 Livres Jeunesse

une place au soleilUne petite souris est bien décidée à prendre du bon temps. Elle aimerait pouvoir bronzer en paix ! Mais c’est sans compter sur l’hippopotame, qui avec sa carrure imposante lui fait de l’ombre. Ou bien le crocodile qui ronfle comme un tracteur. Et puis le tigre qui lui jette ses papiers de bonbon tandis que les éléphanteaux chahutent et l’arrosent… Impossible d’être tranquille ! Elle envoie tout le monde sur les roses… Mais elle devrait se méfier et ne pas trop les titiller !
On rit de ses petites manies et de ses réparties, et finalement, on s’attendrit ! Cette histoire de Jean Leroy est bien pensée, pleine d’humour, et les illustrations très modernes, colorées et stylisées de Sylvain Diez sont une réussite pour retranscrire l’ambiance un peu électrique de ce coin de plage.
Une place au soleil est un album original, qui fait sourire et réchauffe au cœur de l’hiver !

les rameursUn castor, un ours et un élan décident de faire du canoë entre amis. Mais ce n’est pas gagné ! Chacun donne son avis sur la meilleure technique à employer pour ramer, tourner, manœuvrer, et c’est vite la débandade entre les trois amis… S’ils ne font pas quelques concessions et quelques efforts pour se coordonner, ça risque d’être une vraie catastrophe !
On ne s’ennuie pas ! Les disputes de ces trois amis sont drôles, et en même temps on a envie de leur expliquer qu’il y a sûrement d’autres manières de faire pour s’en sortir ! Les dialogues sont drôles et très rythmés, et les illustrations très expressives, presque à la manière d’une bande dessinée !
Les rameurs est une histoire à la fois drôle et sensible pour mettre en avant l’esprit d’équipe !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean Leroy (C’est Papy qui choisit, Canaille fête son anniversaire, Un jeune loup bien éduqué, Anoki, Canaille a oublié son doudou, Canaille ne veut pas aller à l’école, Canaille va chez le docteur, Canaille n’aime pas la soupe et Si j’étais un oiseau…), Sylvain Diez (Sinon…!) et Nicholas Oldland (Gros câlin). Retrouvez également notre interview de Jean Leroy.

Une place au soleil
Texte de Jean Leroy, illustré par Sylvain Diez
Kaléidoscope
12 €, 216 x 265 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014.
Les rameurs
de Nicholas Oldland (traduit par Alice Boucher)
Bayard Jeunesse
10,90 €, 210 x 210 mm, 30 pages, imprimé en Malaisie, 2015.

À part ça ?

Les images de Merve Ozaslan, mélange d’anciennes photographies et de paysages en couleurs me touchent particulièrement !

Marianne

You Might Also Like

Histoires d’ours

Par 10 février 2015 Livres Jeunesse

coda petit ours blancBlancs comme la neige, Coda et sa mère, deux ours polaires, sont presque invisibles. Heureusement, parce que le chasseur rôde… Malheureusement, leur museau noir va les trahir… Réussiront-ils à échapper à Boba ?
Que de douceur dans cet album ! Rury Lee nous emmène dans le froid polaire, sur les traces de ces grands et majestueux animaux menacés. Grâce aux illustrations d’Emanuele Bertossi, on se croit vraiment en pleine tempête de neige, et on ressent tout l’amour de la mère ourse pour son petit, qu’elle tente de protéger à tout prix.
Une belle histoire pleine de tendresse et d’émotion, pour se souvenir que la nature est fragile, face à l’horreur humaine…
Vous pouvez feuilleter quelques pages de cet album sur le site des éditions Circonflexe.

L'enfant qui avait oublié sa peurApeuré, un enfant marche sans s’arrêter pour oublier sa détresse. Il avance sans but, et a peur que son cœur ne tombe en miettes s’il s’arrête. Lorsqu’il se retrouve nez à nez avec un gros ours à la fourrure épaisse, il n’a pas d’autre choix que de s’arrêter. Ils vont se confier l’un à l’autre, et avancer ensemble. Dorénavant, ils pourront compter l’un sur l’autre.
Nathalie Wyss nous livre un conte de saison, au cœur de la forêt enneigée, plein d’espoir et de douceur, pour apprivoiser ses peurs. Les illustrations de Béatrice Boutignon sont très délicates, tendres et chaleureuses.
Un bel album, pour apprendre qu’à deux, on est plus fort !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Nathalie Wyss (L’œil du tigre) et Béatrice Boutignon (Tous les animaux ne sont pas bleus et Tango a deux papas et pourquoi pas ?).

Coda, petit ours blanc
Texte de Rury Lee, illustré par Emanuele Bertossi
Circonflexe
13 €, 245 x 285 mm, 42 pages, imprimé en Chine, 2015.
L’enfant qui avait oublié sa peur
Texte de Nathalie Wyss, illustré par Béatrice Boutignon
Le baron perché
16 €, 250 x 285 mm, 32 pages, imprimé où, 2015.

À part ça ?

Sonja Hinrichsen a demandé à 60 personnes de faire des traces dans la neige, pour former une œuvre d’art !

Marianne

You Might Also Like

Copy Protected by Chetans WP-Copyprotect.