Des mouches, une fourmi et un poulpe

le samouraï et les 3 mouchesAlors qu’il est arrêté pour souper dans une auberge, un samouraï est importuné par trois voyous envieux de ses armes. Sans les toucher, sans leur parler, il va leur faire prendre leurs jambes à leur cou et le laisser finir son repas en paix.

Dans ce nouvel album dont le texte est une suite d’haïkus, Thierry Dedieu nous montre encore son talent graphique. Ici, il nous parle d’utiliser sa dextérité et son intelligence, plutôt que sa force et ses armes. Et même s’il y aura des morts, les hommes, eux, resteront en vie. Un très bel album extrêmement graphique avec de belles couleurs fortes sorti chez HongFei, un éditeur qu’on aime beaucoup.
Des extraits en ligne.

Cher BillOscar a un nouveau correspondant, Bill. Il lui écrit, lui raconte sa vie, ses passions. Bill l’intrigue, il dit être bleu, lui qui est gris. Ils parlent ping-pong, pâte à modeler, judo. Ils parlent du temps qu’il fait, de comment c’est là où ils habitent. Ils s’envoient des photos, des dessins ou des objets. Ils comparent leurs couleurs préférées, leur liste au père Noël et leur score à Super Marco. Vivement la classe de mer qu’ils puissent se rencontrer !

Cher Bill est un très bel album signé Alexandra Pichard. Une belle histoire entre des correspondants qui m’a rappelé bien des choses. On parle ici de la différence, Bill et Oscar ne sont vraiment pas les mêmes (entre une fourmi et un poulpe, il y a peu de similitudes), mais ils apprennent à se connaître, à accepter l’autre tel qu’il est, à s’adapter. On parle aussi bien entendu de l’amitié, de la correspondance. Une histoire tendre et poétique avec de bien belles illustrations. Un album épistolaire pour les enfants, pour peut-être leur donner à eux aussi l’envie de tenter la très belle expérience d’avoir un correspondant.
Extraits en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Dedieu (Une fraise en hiver, Turandot, Poisson Chat, Un mur sur une poule, j’ai adopté un crocodile, Dragons de poussière et Le maître des estampes) et d’Alexandra Pichard (Puisque c’est comme ça, je m’en vais !Les socquettes blanches, Nina et les oreillers et Muette). Retrouvez aussi notre interview de Thierry Dedieu.

Le samouraï et les 3 mouches
de Dedieu
HongFei
11,90 €, 176×240 mm, 30 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Cher Bill
d’Alexandra Pichard
Gallimard Jeunesse dans la collection Gallimard Jeunesse Giboulées
14,50 €, 200×280 mm, 48 pages, imprimé en Europe chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Brèves de cancresSaviez-vous que le rôle d’un Président de la République était de voyager et d’embrasser des gens ? Qu’Hitler n’avait pas que des mauvais côtés (il a détruit les tableaux nuls comme ceux de Picasso) ? Que le genre de récit auquel appartient Le château de ma mère est le genre campagnard ? Que la différence entre un porc et un cochon c’est que le premier est plus sale ? Que c’est Mitterrand qui a donné le droit de vote aux femmes en l’an 2000 ? Que la principale cause de l’alcoolisme est la soif ? Que les plus grandes découvertes du XXe siècle sont Picard et Harry Potter ? Je suis certain que non ! Et bien vous l’apprendrez et de nombreuses autres choses encore dans un livre absolument hilarant qui vient de sortir chez Chifflet&Cie, Brèves de cancres. Réponses poétiques, pensées où l’on devine l’opinion des parents, contresens… On se régale !
Brèves de cancres, Chifflet&Cie, 128 pages, 10 €.

Gabriel

Histoires d’amitié

Aujourd’hui, faisons honneur à l’amitié, ce sentiment à la fois universel et si particulier !

pile poil pour deuxChien a rangé dans sa petite valise bleue tous les trésors qu’il possède. D’après lui, il a là tout ce qu’il lui faut pour être heureux : une pomme de pin, un bâton, un bouton, des feuilles, un galet… Fier, heureux, et comblé, il s’endort sur sa petite mallette, mais au réveil, il n’est plus seul ! Souris l’a rejoint. D’abord un peu méfiant, il finit par bien vouloir jouer un peu avec elle. Mais une fois sa nouvelle amie repartie, il est bien malheureux. La forêt est silencieuse, et surtout les petits trésors de la valise bleue ne suffisent plus !

Cette valisette est finalement Pile-poil pour deux ! Deux amis qui se découvrent, s’enrichissent, partagent… Ça vaut tous les trésors du monde ! Avec un texte simple, tendre, drôle et rythmé, Tracey Corderoy donne une grande place à l’amitié et à l’échange. Les illustrations de Rosalind Beardshaw sont magnifiques avec leurs collages et leurs petits détails, et complètent parfaitement cette jolie histoire ! Avec en plus une couverture qui brille, c’est le pompon !

l'histoire de la chauve-souris qui voulait se faire des amisCharlie est une chauve-souris et elle n’a pas d’amis. Forcément, quand on vit la tête en bas, les relations sociales sont parfois difficiles. L’eau des pingouins est glaciale, et elle n’aime pas le poisson. Les gorilles qui se cherchent des puces, ce n’est pas pour elle non plus. Les lions qui flemmardent au soleil, sans façon ! Les oiseaux qui piaillent, ça fait trop mal aux oreilles ! Dure dure la vie de chauve-souris. Mais après tout, les autres animaux aussi sont capables de faire des efforts pour se mettre à sa portée ! C’est ça l’amitié !

Essayer de ressembler aux autres pour s’intégrer, souffrir de la solitude, vouloir être populaire : plein de choses difficiles pour Charlie ! Mais Sarah Dyer ne fait pas pleurer dans les chaumières bien au contraire : on rit des tentatives de la petite chauve-souris de se faire des amis, et on s’attendrit de la jolie chute ! Et surtout, les illustrations mettent la tête à l’envers : si vous avez toujours rêvé de vous glisser dans la peau de ces animaux qui vivent la tête en bas, c’est le moment !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un autre livre de Rosalind Beardshaw (Pile-poil).

Pile-poil pour deux
Texte de Tracey Corderoy (traduit par Anne Krief), illustré par Rosalind Beardshaw
Gallimard Jeunesse
12,50 €, 255 x 275 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2014
L’histoire de la chauve-souris qui voulait se faire des amis
de Sarah Dyer
Circonflexe
13 €,220 x 277 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014

A part ça ?

Nicolas Jolly compose des dessins uniquement à base de petits traits d’encre. On a parfois l’impression de voir des empreintes digitales dans le dessin !

Marianne

Emotions au programme !

Aujourd’hui, je vous présente deux romans pour adolescents, qui m’ont beaucoup émue. C’est simple : deux romans, deux coups de cœur !

charlieLuce était en classe de quatrième. Elle avait treize ans. Et elle a rencontré Charlie, qui vivait alors dans la rue. Une rencontre forte pour les deux personnages, qui va bouleverser leurs vies respectives…

Je ne livre pas beaucoup plus de détails de ce court roman intense, mais je peux vous dire que j’ai vraiment été séduite. Je connaissais François David comme auteur d’albums, souvent un peu en décalage avec la réalité, oniriques et fantastiques, et là, il nous présente une histoire au contraire bien ancrée dans le quotidien, avec ses joies, ses peines et ses difficultés. En réalité, il s’est inspiré d’une histoire vraie, et à la fin de l’ouvrage, on découvre une interview très intéressante de Luce, Laure dans la « vraie vie », par l’auteur. Un vrai plus ! Mais traiter d’un sujet quotidien et vécu n’empêche pas la poésie, les jolis mots et la tendresse. Une vraie réussite !

ApresLaVagueMaxime a seize ans. Il est en vacances dans un bel hôtel en bord de plage, en famille. Les vacances s’écoulent paisiblement, mais comme dans toutes les familles, il y a parfois quelques accrocs. Les parents vont se balader de leur côté, les jumeaux restent à l’hôtel. Rien de plus normal, c’est la vie. Sauf que la vie va prendre une toute autre tournure : nous sommes en 2004, et une énorme vague déferle sur la région. Le tsunami. Et Maxime doit lâcher la main de sa sœur…

Préparez les mouchoirs. J’ai plusieurs fois eu la gorge serrée à la lecture de ce roman. Premièrement, à cause de l’événement en soi : c’est rare que l’on traite du tsunami dans les romans pour adolescents, et c’est déjà émouvant. Mais surtout pour tout le reste. En effet, bien au-delà de la catastrophe, Orianne Charpentier nous parle surtout de tout le reste : le deuil, la culpabilité, le traumatisme qui s’installe durablement, et tout ce que cela implique pour un adolescent de seize ans… Le titre, Après la vague, est particulièrement bien choisi. Pourtant, ce n’est  pas larmoyant. Je dirais plutôt percutant ! Et plein d’espoir également !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de François David (L’homme, Un rêve sans fin, Georges Brassens, à la lèvre un doux chant, Vole vole vole et Les bêtes curieuses). Retrouvez aussi notre interview de François David.

Charlie
de François David
Le Muscadier dans la collection Place du marché
6,90 €, 125 x 190 mm, 67 pages, imprimé en Slovaquie, 2014
Après la vague
de Orianne Charpentier
Gallimard Jeunesse dans la collection Scripto
8,90 €, 130 x 200 mm, 161 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Prenez place au cœur d’un feu d’artifice !

Marianne

Moteur, ça tourne, action !

Aujourd’hui, je vous présente deux romans pour plonger au cœur de l’adolescence, caméra au poing !

dis-moi qu'il y a un ouraganLéa change de lycée. C’est donc « la nouvelle » avec tout ce que cela comporte comme difficultés. Elle essaie tant bien que mal de se faire sa place au milieu des autres adolescents. Lorsqu’un prof leur lance le défi de réaliser un court-métrage, elle va bien être obligée de faire équipe, et les autres de l’intégrer. Dans son groupe de travail, il y a Moussa, bouddhiste, Pauline qui a peur du moindre microbe, Quentin le poète, et Jennifer qui attire tous les regards ! Il va falloir faire des efforts, des compromis, essayer d’unir ses forces… Moteur, action !

A la fois drôle et émouvant, Dis-moi qu’il y a un ouragan aborde l’adolescence et le monde du lycée sous un angle original. Autour d’un projet comme celui-ci, forcément, les différences ressurgissent. Et en même temps, comme l’objectif est commun, il faut aller dans le même sens. L’occasion pour Fabrice Emont de dresser des portraits à la fois émouvants et plein d’humour de ces adolescents à fleur de peau, dans lesquels les lecteurs se reconnaîtront peut-être !

sur le toitUn groupe d’adolescents se retrouve sur le toit d’un immeuble et l’un d’eux filme les autres. Tout le monde est là, se raconte, se livre, avec ses forces et ses faiblesses, son histoire. Il y aussi des liens entre eux évidemment, et tout n’est pas toujours simple ! Tout le monde sauf Flora, qui jusqu’au bout est attendue…. Mystère !

Écrit comme si le lecteur tenait dans sa main une caméra avec un style très bref, haché, et puissant à la fois, Sur le toit est un roman pour adolescents original. D’abord déstabilisée par ces phrases très courtes, je ne comprenais pas toujours tous les liens, et progressivement, je me suis habituée et le film a pris forme. Frédérique Niobey nous propose de faire la connaissance de personnages forts, avec lesquels on s’émeut, au fil de leurs confidences ! Court mais intense !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres chroniques de romans qui traitent d’adolescence avec le tag : Adolescence.

Sur le toit
de Frédérique Niobey
Le Rouergue dans la collection Doado
10,20 €, 140 x 205 mm, 121 pages, imprimé en France, 2013
Dis-moi qu’il y a un ouragan
de Fabrice Emont
Gallimard Jeunesse dans la collection Scripto
10,90 €, 130 x 200 mm, 261 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Pour continuer sur le thème des films, admirez donc ces cascades à l’ancienne !

Marianne

Vous dansez ?

Tourne, tourne, tourne
Ça va tourner les p’tits jupons
Chauffe, chauffe, chauffe
Ça va chauffer les p’tits chaussons
Danse, danse, danse
Ça va danser dans les foyers
Danse danse danse, Henri Dès.

Aujourd’hui, on va parler de danse ! Que ce soit chez nous en écoutant de la musique ou carrément à l’opéra, aujourd’hui on va bouger en rythme, avec grâce… ou pas ! Et l’on commence par des livres pour les petits.

Coco DanseAttention le spectacle va commencer ! Tout le monde est bien installé ? L’éléphant s’avance, fait quelques pointes pendant que la souris chante. La chanson continue, les autres animaux rejoignent la scène avec grâce. Mais tout à coup, les paroles de la chanson prennent une tournure à laquelle on ne s’attendait pas… et c’est la cata !

The show must go on ! Peu importe ce qu’il se passe, le spectacle doit continuer (d’ailleurs, le public est ravi !). Avec beaucoup d’humour, Dorothée de Monfreid nous fait assister à un drôle de spectacle. Parle-t-on ici aussi de jalousie ? Un bien joli petit album cartonné sur le spectacle et la danse.
Le même vu par Des livres, etc.

Viens danser !Souris est triste… Il lui faut de la musique, une musique gaie. Elle allume sa radio et voilà que l’envie de danser est irrésistible. Elle bouge en rythme, se déhanche et elle est bientôt rejointe par la Tortue. Toutes les deux dansent maintenant quand arrive Loup puis Crocodile, Hippopotame, Éléphant, Chimpanzé et Ours. Ça danse dans tous les sens ! Mais tout à coup… la musique s’arrête ! Que va-t-on faire ?

On danse dans Viens danser ! de Natacha de Bradké et Émilie Philipot ! Au son des onomatopées, tout comme les héros de l’histoire on est dans le rythme, on a envie de bouger. Ici, en plus de parler de danse, on évoque le bonheur d’avoir des amis, de partager, de ne pas être seul. Un très chouette album coloré et cartonné pour les tout-petits.
Le même vu par Enfantipages.

ma poupée ballerinePour son cinquième anniversaire, sa mère lui avait fabriqué une poupée avec une étoile sur le nombril. La petite fille aimait habiller sa poupée en danseuse. Avec son tutu, elle lui ressemblait vraiment. Mais un jour, alors qu’elle l’a amené à son cours de danse, la poupée tombe du sac… les chaudes larmes n’y firent rien, la poupée restait introuvable.

Ma poupée ballerine est un bel album sur l’amitié entre un enfant et sa poupée. La danse n’est pas ici le sujet, mais elle est en arrière-plan. Les illustrations de Junko Shibuya tout en tissus brodés sont très particulières, on accroche… ou pas ! Une très jolie histoire sur une petite danseuse et sa poupée en tutu.
Le même vu par Enfantipages et Maman Baobab.

EntrechatsMacha est le genre de petite fille qui adore s’amuser avec ses camarades. Ses jeux préférés ? Monter aux arbres, chat perché, le foot et se bagarrer ! Alors forcément quand les petites filles passent à côté d’elle, elles rigolent… C’est quoi cette fille qui joue à des jeux de garçons (sic). Macha en a assez ! Elle voudrait avoir des amies et décide de s’inscrire à la danse. Comme le dit Mlle Petitpas, son professeur, il va falloir beaucoup travailler !

Le début m’a un peu dérangé, le côté « jeux de filles »/« jeux de garçons »… et la fin m’a surpris (un retournement de situation des plus plaisants). Même si l’histoire manque un peu de crédibilité (la petite fille qui aime la bagarre et le foot et qui a d’un coup envie de faire de la danse… et devient la meilleure élève en peu de temps…), voilà un album plein d’humour avec des illustrations qui font un peu BD, un album qui déconstruit (un peu maladroitement) les stéréotypes sexués.

Moussy & le fantôme de l'opéraMoussy va passer le concours d’entrée à l’Opéra seulement voilà, la souris n’est pas aussi menue que les sœurs Fluettes et l’on se moque d’elle, la qualifiant de grassouillette. Moussy décide de se priver quand vient l’heure du repas, seulement passer un concours le ventre vide… ce n’est pas l’idéal.

On vous a parlé régulièrement de Moussy la souris petit rat, le personnage créé par Nathalie Infante dont les aventures se lisent généralement dans des livres à dérouler (on ouvre des pans au fur et à mesure de l’histoire et quand on arrive à la fin on a déplié une grande image). On ne pouvait pas vous parler d’ouvrages sur la danse sans vous reparler de Moussy et c’était l’occasion de vous présenter ceux qu’on n’avait pas encore chroniqués. Donc ici, on parle de surpoids, de la « norme », des moqueries et surtout de s’assumer. Une histoire tout en rimes et aux couleurs qui pétillent.

La souris petit ratMoussy a été sélectionnée, elle va participer à un spectacle et elle va même avoir un bel habit cousu sur mesure. Seulement, voilà… quand Moussy vient le chercher, un fantôme se manifeste et la prévient qu’il ne la laissera pas en paix si elle touche à ce costume…

Autre aventure de la petite souris de Nathalie Infante, donc, avec ici une histoire de fantôme… qui n’est peut-être pas ce qu’on croit ! On parle ici de la peur, de la jalousie, de la compétition. Et c’est ici aussi un livre à dérouler avec un texte en rimes et plein d’humour (et de suspense !). Moussy c’est vraiment un héros qu’affectionnent les enfants.

Un crocodile dans le ventreCerise aime danser. En tutu et chaussons, elle fait des pointes et des entrechats. Plus tard, elle sera petit rat ! Seulement, depuis que son papa est parti, Cerise est triste, chaque nuit elle se relève en cachette pour manger ce qu’elle trouve dans les placards. Bientôt, elle ne rentre plus dans ses vêtements de danse. Maman se fâche, une danseuse, ça doit être mince ! Peu de temps plus tard, Cerise est même renvoyée du cours de danse…

Ici, on parle du diktat de la minceur que les danseuses connaissent bien. Cerise est bien triste de ne plus être dans les normes… mais très vite, elle apprendra qu’il n’y a pas qu’une forme de danse et que tout le monde n’a pas les mêmes exigences. Même s’il y a quand même quelques maladresses (en gros, parce qu’elle a des rondeurs elle est faite pour la danse africaine, un cours de danse exige rarement de ses danseuses d’être filiformes… surtout un cours de danse où les danseuses ne sont pas en chignon…), c’est un album pour s’aider à s’accepter et trouver sa voie.

Pieds de cochonsUn vieux loup maigre et miteux découvrait un nouveau quartier de la ville quand il tomba sur une affiche : Le lac des truies, les ballets de Bayonne, chorégraphie : Jean Bon d’York ! Le texte était déjà alléchant, mais la photo encore plus : des petits cochons merveilleusement juteux étaient représentés. Il lui fallait entrer, et bondir sur la scène pour dévorer les petits danseurs… sauf que…

Pieds de cochons de James Marshall et Maurice Sendak a quand même pris un sacré coup de vieux ! Tant dans les illustrations que dans la mise en page, mais quelle histoire originale ! Le loup va se laisser surprendre par la beauté de la danse et oublier pourquoi il est là. C’est aussi ça l’art, ça nous cueille, nous transporte, nous fait oublier le reste.

Rose et automateIl avait été abandonné depuis longtemps, si longtemps qu’il ne sait plus depuis quand. Il avait fallu un petit rat pour le sortir. Elle lui avait souri, l’avait caressé, dépoussiéré, ça l’avait tant ému. Puis elle lui a même parlé, cherché le reste de son corps (car il n’y avait qu’une tête) et avec l’aide du vieux machiniste elle l’a entièrement remonté. Quand il a été enfin complet, il s’est mis à danser, la petite fille n’avait plus qu’une envie… danser avec lui !

Mais qu’elles sont belles les planches de François Roca ! La grande taille de l’album les met parfaitement en valeur et l’on admire le travail de l’illustrateur à chaque page. Son acolyte (ils ont signé plusieurs albums ensemble), Fred Bernard a écrit un texte extrêmement poétique, l’histoire d’un vieil automate retrouvé par une jeune danseuse, et surtout l’histoire de celle-ci qui va se battre pour réhabiliter l’automate. On parle aussi ici du plaisir de danser. C’est extrêmement beau, le genre d’album dont on ne se sépare pas.

On quitte les albums pour passer aux documentaires.

JOSEPHINE Baker la danse libéréeAu milieu des années 20, une jeune fille danse devant un public médusé, elle est à moitié nue et elle a conquis le public européen. Ce n’était pas gagné pour la jeune Joséphine que tout le monde appelle Tumpie. Née dans une famille pauvre, elle a commencé à travailler à huit ans comme femme de ménage. Elle a tout fait pour quitter cette misère et vivre de sa passion : la danse.

Joséphine Baker, la danse libérée est un petit livre sorti dans la collection Des graines et des guides dont on vous a déjà parlé ici. Une super collection qui, chaque fois, nous présente un homme ou une femme qui a marqué l’histoire, la culture. Construits comme de courts romans, légèrement illustrés, c’est chaque fois une lecture passionnante. Ici donc on va mieux connaître la vie de cette danseuse qui a marqué la France des années 20 et dont la générosité reste célèbre. On regrette juste parfois que l’auteur n’ait pas plus détaillé certaines choses, certaines périodes, passant trop vite à la suite. Encore un livre très intéressant de la collection Des graines et des guides chez À dos d’âne.

Les arts de la danseLes arts de la danse de Carole Laffon sorti chez Mango jeunesse est un documentaire dont la couverture matelassée avec sa belle photo attire. Les photos intérieures sont un peu moins sympa… Elles semblent parfois datées et ne sont pas toujours en adéquation avec le texte (par exemple, pour accompagner un texte sur le fait de danser pieds nus à partir de trois ans… on voit des enfants en chaussures !). Ici, on parle des différentes danses, de quand commencer, des vêtements, des cours… le livre aborde vraiment tout des premiers pas aux professionnels. Mais c’est un peu fouillis… En fin d’ouvrage, on trouve des quizz sur l’art de la danse et un vocabulaire technique. Un documentaire à destination des plus jeunes pour une première approche, qui aurait mérité des photos plus adaptées et un classement plus réfléchis.

La danse racontée aux enfantsNous (j’ai demandé son avis sur ces trois documentaires à ma compagne qui a fait de la danse pendant plusieurs années) avons été plus enthousiastes sur La danse racontée aux enfants de Christine Beigel sorti chez De la Martinière jeunesse. Déjà, ici les photos sont superbes, les thématiques claires et la mise en page attrayante. L’Histoire de la danse, les différentes danses, les costumes, les décors, la danse au cinéma… les thèmes sont un peu les mêmes que dans l’ouvrage précédent, mais ici on parle moins des cours de danse, c’est plus un livre sur l’art de la danse que sur son apprentissage. Mais voilà un livre extrêmement réussi visuellement qui donne donc envie de s’y plonger, un livre original qui traite de sujets qu’on ne trouve pas souvent dans les livres pour enfants. Mais ça reste quand même un ouvrage qui s’adresse aux plus grands par rapport à Les arts de la danse.
Le même vu par Enfantipages.

Copains de la danseOn termine par un classique : la collection Copains et son tome sur la danse : Copains de la danse. Ici, c’est extrêmement complet. Plus de 250 pages pour explorer la danse, son Histoire, les différentes danses, les vêtements… mais ici on va aussi voir la fabrication d’un chausson de danse ou savoir qui a inventé les pointes, voir la différence entre le vaudeville et le music-hall, s’essayer au smurf et apprendre à se faire un cataplasme à l’argile. On est proche ici de l’encyclopédie ! Copains de la danse est un livre extrêmement complet, richement illustré (avec des dessins pleins de modernité et des photos très bien choisies). LE livre pour tout savoir sur la danse.

Quelques pas de plus…
D’autres livres qui parlent de danse que l’on a chroniqués : Jeu de piste à LondresL’ours qui danseLes ailes de la sylphideIsadora DuncanFlamingo, La catcheuse et le danseur, Moussy, danseuse de balai, Je danse à l’Opéra, Petites danseuses, Lilichou l’atelier ballerines, Tonnerre de catch, Danse, Prosper, danse ! et Philo mène la danse.

Coco danse
de Dorothée de Monfreid
L’école des loisirs dans la collection Loulou & Cie
10,70 €, 205×205 mm, 24 pages, imprimé en Malaisie, 2009.
Viens danser !
de Natacha de Bradké et Émilie Philipot
L’école des loisirs
11,20 €, 191×220 mm, 28 pages, imprimé en Malaisie, 2011.
Ma poupée ballerine
de Junko Shibuya
Autrement
12,50 €, 170×230 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2013.
Entrechats
Texte de Rosine & Claire Wortemann
p’titGlénat dans la collection Vitamine
11 €, 306×215 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Moussy & Le fantôme de l’opéra
de Nathalie Infante
Les Éditions Marie-Louise dans la collection Roll Story
6€, 160×120 mm, 18 pages, imprimé en France, 2010.
Moussy la souris petit rat
de Nathalie Infante
Les Éditions Marie-Louise dans la collection Roll Story
6€, 160×120 mm, 18 pages, imprimé en France, 2009.
Un crocodile dans le ventre
Texte d’Anne Ferrier, illustré par Roseline d’Oreye
Pastel
11,20 €, 180×250 mm, 35 pages, imprimé en Belgique, 2008.
Pieds de cochons
Texte de James Marshall, illustré par Maurice Sendak
L’école des loisirs
13,70 €, 200×230 mm, 30 pages, imprimé en France, 2001.
Rose et l’automate de l’opéra
Texte de Fred Bernard, illustré par François Roca
Albin Michel Jeunesse
19 €, 290×365 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2013.
Joséphine Baker la danse libérée
Texte de Marianne Stjepanovic, illustré par Pauline Sciot
Éditions À dos d’Âne dans la collection Des graines et des guides
7,50 €, 105×150 mm, 50 pages, imprimé en Italie, 2013.
Les arts de la danse
Textes de Caroline Laffon
Mango dans la collection Qui sommes nous ?
13,50 €, 255×310 mm, 59 pages, imprimé en Chine, 2012.
La danse racontée aux enfants
Textes de Christine Beigel
De la Martinière Jeunesse
14,50 €, 291×262 mm, 70 pages, imprimé en France, 2012.
Copains de la danse
Textes d’Agnès Izrine, illustrés par Sophie Lebot, Jérôme Brasseur et Claude Cachin
Milan dans la collection Copain
14,95 €, 195×255 mm, 254 pages, imprimé en Chine, 2013.

À part ça ?

l'age heureuxAnnées 60, Delphine, petit rat à l’Opéra de Paris, a été choisie pour interpréter un grand rôle dans Galatée. Certains ne comprennent pas pourquoi c’est elle et non pas la très sage et très talentueuse Julie. Mais le maître n’en démord pas, ça sera elle. Un soir, Delphine et ses amies réussissent à monter sur les toits de l’Opéra, ce qui est formellement interdit. Julie en profite pour les enfermer à l’extérieur afin qu’elles se fassent avoir et punir. C’est grâce à une amie que j’ai connu L’âge Heureux, une série de 1966 qui existe en DVD. Quatre épisodes de 50 minutes en noir et blanc dans lesquels on suit donc de jeunes danseuses de l’Opéra de Paris. On est plongé dans les années 60 avec ses rites, sa mode, sa vie quotidienne mais aussi, donc, dans la vie des petits rats de l’Opéra de Paris. L’intrigue principale rend le tout passionnant. Une série à découvrir de toutes urgences, que vous aimiez la danse ou pas.
Une vidéo composée d’extraits.
L’âge heureux de Philippe Agostini, d’après un roman d’Odette Joyeux, autour de 20€.

Gabriel