La mare aux mots
Parcourir le tag

Contes

Contes peu ordinaires

Par 9 juin 2015 Livres Jeunesse

récits extraordinairesNinon a peur de la neige. Une peur panique que personne ne comprend. On se moque d’elle, on trouve qu’elle exagère. Son père finit même par l’obliger à pelleter la neige lors d’une tempête. Un cauchemar pour Ninon. Jusqu’à ce qu’une rencontre ait lieu. Une rencontre magique, surnaturelle, qui permettra à la jeune fille d’affronter ses craintes.
Ulysse comprend les oiseaux. Il les entend penser, décrypte leurs sentiments. Tout le monde se moque, personne ne l’écoute. Un jour, il rencontre des corbeaux. Et ces oiseaux noirs mystérieux n’ont pas fini de le surprendre et de l’inquiéter.
Un jeune garçon rencontre un soir un « ours-lumière ». Une sorte de fantôme. Il n’ose en parler à personne, puis finit par se confier à Nmi, la sorcière du village qui lui livrera les secrets de la créature mystérieuse.
Récits extraordinaires est un recueil de trois nouvelles fantastiques. Trois contes qui mettent en lien des enfants et la nature. Ce sont aussi trois récits initiatiques : chacun d’eux va faire une rencontre qui changera le cours de sa vie et lui permettra de grandir. Jean-François Chabas nous propose des histoires aux allures de contes. L’ambiance, le vocabulaire employé, les tournures de phrases, le rythme du récit : on imagine très bien ces histoires lues et mises en scènes.
Trois histoires peu ordinaires pour rêver et grandir !
Le même vu par Les riches heures de Fantasia et Délivrer des livres.

Les 9 vies de philibert salmeckPhilibert Salmeck (il a fallu que je le lise à haute voix pour comprendre qu’il y avait un jeu de mots dans ce nom de famille) est un jeune milliardaire. Alors que tous les membres de sa famille disparaissent les uns après les autres, il décide de se faire transplanter les neuf vies de son chat. Enfant gâté qui ne connaît pas la valeur de l’existence, il les gâche les unes après les autres : électrocution, noyade, saut dans le vide… Lorsqu’il ne lui reste plus qu’une vie, il prend conscience de la fragilité de l’existence et décide de se cloîtrer chez lui.
Les 9 vies de Philibert Salmeck est un roman unique en son genre. D’abord déroutée par ce scénario étrange et le ton très caustique, j’ai progressivement été séduite par l’humour noir omniprésent de ce récit. John Bemelmans Marciano se sert de Philibert pour parler des grandes peurs des hommes dans ce conte fantastique joliment illustré par Sophie Blackall.
Un roman aux multiples facettes qui peut tour à tour déranger, faire rire ou émouvoir !
Le même vu par Les riches heures de Fantasia.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean-François Chabas (
Féroce) et Sophie Blackall (Dis, tu dors ?).

Récits Fantastiques
de Jean-François Chabas
L’école des loisirs
8 €, 125 x 190 mm, 80 pages, imprimé en France, 2013.
Les 9 vies de Philibert Salmeck
Texte de John Bemelmans Marciano (traduit par Mickey Gaboriaud), illustré par Sophie Blackall
Les grandes personnes
16 €, 155 x 230 mm, 161 pages, imprimé en Espagne, 2014.

À part ça ?

 Hoang Tien Quyet réalise des origamis en papier humide !

Marianne

You Might Also Like

L’histoire vous dit peut-être quelque chose…

Par 4 mai 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection d’ouvrages dont les histoires sont généralement connues… mais qui s’éloignent parfois de l’originale.

une bible 3dAu début, il n’y avait rien. Rien. Rien du tout. Puis Dieu a inventé la lumière et bien d’autres choses, dont l’Homme. Le premier s’appelait Adam. D’une de ses côtes, Dieu fit la première Femme, elle ne portait pas de nom. Ils vivaient heureux dans l’Eden jusqu’au jour où la femme fit ce qui était pourtant interdit : croquer dans une pomme de l’arbre de la connaissance. Ensuite, il y eut Caïn et Abel, Noé, Abraham et plus tard, bien plus tard, Jésus.
Que l’on soit croyant ou non, Une bible de Philippe Lechermeier et Rebecca Dautremer est un sublime ouvrage. Près de 400 pages magnifiquement (et le mot est faible) illustrées. Certaines histoires sont connues soit parce qu’on a une culture chrétienne, soit parce qu’on a regardé les grosses productions cinématographiques avec Charlton Eston. On parle du déluge et de Noé, de l’exode et de Moïse qui ouvrit les eaux, de Jonas et du poisson géant, la crucifixion de Jésus… Les Une biblehistoires sont de beaux contes, surtout racontés par Philippe Lechermeier qui alterne les genres littéraires (prose, poésie, théâtre…). C’est souvent très noir et ça ne s’adresse pas aux plus jeunes. C’est, dans tous les cas, un ouvrage extraordinaire, un livre comme on en voit peu, entre le livre d’art et l’album jeunesse, un livre qu’on ne se lasse pas de feuilleter, de regarder, d’admirer. Le genre de livre qu’on ne range pas dans une bibliothèque, qu’on laisse plutôt à portée de main, qu’on soit croyant ou non.
Un des textes les plus anciens, revu pour être relu « comme un roman », sublimé par les illustrations extraordinaires d’une de nos plus grandes illustratrices.
Plus d’informations (extraits, vidéos…) sur le site de Rebecca Dautremer.
Le même vu par Le cabas de Za et Livres et merveilles.

La moufle Palluy RibeyronAlors qu’il marchait dans la neige, Igor a perdu sa moufle. Pour Souris Jolie, c’est une aubaine ! Elle a trouvé où se protéger du froid. Mais alors qu’elle est bien installée, elle entend un petit bruit, c’est Grenouille Fripouille qui aimerait bien la rejoindre… Sourie Jolie ne peut pas laisser son amie dehors, elle l’invite. Tant qu’ils ne sont que deux…
Christine Palluy réécrit ce grand classique en lui donnant une nouvelle fin. Le texte est poétique et les mots bien choisis, c’est un régal de le lire à voix haute. Les illustrations sont signées par le génial Samuel Ribeyron, un pur bonheur !
Un conte classique revisité avec poésie tant dans le texte que dans les illustrations. Une des (la ?) plus belles versions du conte.
Le même vu par Des livres etc et Enfantipages.

Le Petit Chaperon rouge reste un des plus grands classiques et surtout un des contes les plus revisités. Trois nouvelles versions viennent de sortir.

Le Petit Chaperon rouge n'a pas tout vuElle a neuf ans et vit avec sa mère. Elle adore le rouge alors sa mère lui a fait un manteau rouge à capuche. Elle l’adore et le porte tout le temps, si bien qu’on l’a appelée Le Petit Chaperon rouge. Aujourd’hui, elle va voir sa grand-mère quand, tout à coup, elle heurte une chose poilue et malodorante…
Beaucoup d’humour dans Le Petit Chaperon rouge n’a pas tout vu, mais un humour subtil, poétique. On rencontre les personnages (Le Petit Chaperon rouge, le loup, les animaux de la forêt et la grand-mère) un par un et ils s’expriment tous à la première personne. Le loup est gourmand mais n’a aucune intention de manger qui que ce soit ! Les illustrations sont délicates. La fin risque de vraiment vous surprendre !
Une version poétique et drôle du Petit Chaperon rouge.

Le petit chaperon rouge les contes défaitsParce que sa mère était folle de rouge, elle ne l’habillait qu’en cette couleur. Elle lui avait même fait faire un petit chaperon rouge, forcément c’était devenu son surnom. Un jour qu’elle allait voir sa mère-grand malade pour lui porter un petit pot de beurre et une galette elle rencontra un loup un peu menteur…
Pas le même genre d’humour que dans le précédent, ici, on se marre bien. Le Petit Chaperon rouge consulte un psy à cause de sa mère qui ne l’habille que d’une couleur ou demande à un facteur combien ça coûterait de poster le petit pot de beurre et la galette plutôt que de se déplacer. Les répliques de la petite fille et du loup sont tordantes et la fin (un peu cruelle) a scié ma fille !
Une version loufoque du Petit Chaperon, un humour très BD.

Un petit chaperon à croquerIl était une fois une petite fille qu’on surnommait Le Petit Chaperon rouge à cause de son habit. Elle avait un sacré caractère et à force de lire l’histoire du Petit Chaperon rouge elle savait qu’il fallait se méfier du loup… pourtant un jour elle fit exprès de parler fort pour l’attirer, et forcément il arriva…
Une autre version pleine d’humour du célèbre conte. L’auteur se sert du fait que tout le monde connaisse l’histoire (y compris les héros) pour tout chambouler. Là encore, c’est assez proche de l’univers BD tant dans l’ambiance que dans les illustrations (et la plupart du texte est sous forme de dialogue dans des bulles).
Une version déjantée et vraiment drôle du Petit Chaperon rouge.

On quitte le Petit Chaperon rouge (mais vous trouverez tous les Petit Chaperon rouge qu’on a croisé sur le blog ici)… même si l’on va le recroiser dans les deux albums suivants.

La petite fille de pain d'épiceSongeant à sa propre fille, une vieille dame avait cuisiné une petite fille de pain d’épice. Mais à peine l’avait-elle mise sur le rebord de la fenêtre pour refroidir que celle-ci s’était enfuie pour ne pas être mangée… Sauf qu’elle tomba nez à nez avec Le Petit Chaperon rouge qui justement n’avait plus de galette à cause d’une grand-mère trop gourmande. Notre petite fille de pain d’épice fila et rencontra… le Petit Poucet !
Vous l’aurez compris, ici Céline Lamour-Crochet adapte le Petit bonhomme de pain d’épice et lui fait rencontrer des personnages de contes. Les enfants adorent retrouver dans des histoires inédites des personnages qu’ils connaissent déjà. Ici, ils sont ravis de voir à chaque page le héros d’un de leurs contes préférés. Florian Le Priol accompagne le texte avec des couleurs chaudes et des illustrations pleines de vie.
Un conte revisité qui va ravir ceux qui aiment recroiser les personnages de leurs histoires préférées.

Il n'y a pas d'autruches dans les contes de féesJe ne sais pas si vous avez remarqué (c’est pourtant évident), mais dans les contes dont nous venons de parler (et dans ceux dont nous allons parler ensuite), il n’y a pas d’autruche ! Je sens que vous êtes en train de réfléchir, « même dans… » et non dans aucun ! Vous allez peut-être trouver ça étrange, vous allez penser à un oubli ou un complot anti-autruche. Rien de tout ça, il y a une bonne raison à cette absence.
Dans cet album hilarant, Gilles Bachelet met en situation l’autruche dans les contes classiques et très vite on comprend pourquoi cet animal est absent de ces histoires. Imaginez l’autruche avec un chaperon rouge, dans un lit pendant cent ans ou face à sept nains… Gilles Bachelet s’amuse à ridiculiser l’animal… et l’on s’amuse avec lui.
Dix-huit grandes planches pleines pages pour un album drôle et décalé.

Rapidement, quelques autres livres de contes récemment sortis.

pas de violon pour les sorcièresTrois sorcières sont entrées sans frapper dans la maison de la famille ours. Elles ont décroché les violons du mur et en ont joué mais les ont cassés. Papa ours s’est demandé qui avait joué de sa contrebasse, maman ours s’est demandé qui avait joué de son violoncelle et Petit Ours s’est demandé qui avait joué de son violon.
Une version pleine de rythme des trois petits cochons illustrée par Joëlle Jolivet.

le vilain petit canardUne cane qui couvait eut la surprise de voir sortir de l’un de ses œufs un caneton très laid. Très vite, elle décida de s’en débarrasser, comment pouvait-elle élever un enfant aussi différent ? Notre vilain petit canard erra donc avant de rencontrer quelqu’un qui l’accepta. Un classique d’Andersen, revisité ici par Pascal Vilcollet dans un album petit format.

Les musiciens de BrêmeQuatre animaux (un âne, un chien, un chat et un coq) dont plus personne ne voulait se rencontrèrent un jour. Ensemble, ils décidèrent de partir à Brème pour être musiciens. Mais leur route croisa celle de dangereux bandits. Ensemble, on est plus forts. Un classique des frères Grimm qui ressort en format souple chez le Père Castor illustrée par Amélie Dufour.

la Belle au bois dormant MajewskiParce qu’une méchante fée lui avait jeté un sort, une princesse était condamnée à dormir cent ans. Dans cette belle version illustrée par Marc Majewski, l’histoire ne s’arrête pas au mariage avec le prince, la suite de l’histoire (que je n’avais lue que dans le magnifique ouvrage de Jean-Jacques Fdida) est aussi présente.

Le Chat bottéLe fils d’un meunier ne reçut qu’un chat comme héritage. Il trouvait cet animal totalement inutile. La suite de l’histoire lui prouva le contraire. Autre grand classique sorti dans la même collection que le précédent (Contes & Classiques chez Magnard Jeunesse), Le Chat botté est, quant à lui, joliment illustré par Sandrine Desmazières.

les contes de fées illustrés usborneLa belle au bois dormant, Le Rossignol et l’empereur, La Belle et la Bête, Le Peintre et les dragons, La Fille du roi et la grenouille et cinq autres contes classiques sont regroupés dans Les contes de fées illustrés sorti chez Usborne. On aime les recueils de contes (surtout avec une belle couverture à l’ancienne comme ici), malheureusement les illustrations intérieures sont d’une autre époque… et pas de la meilleure !
Le même vu par Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués des ouvrages de Philippe Lechermeier (Ce qu’il y avait sur l’image…), de Rébecca Dautremer (Babayaga, Le loup de la 135e, La chèvre aux loups et Les deux mamans de Petirou), de Christine Palluy (Les Tip-Top et les plans secrets, Qui a enlevé Odilon ?, Histoires d’aventurières, Princesses d’Afrique, Princesses de la cour de Versailles aux palais de Vienne et Princesses de tous les pays), de Samuel Ribeyron (Yllavu, Ce n’est pas très compliqué, Les plus belles chansons anglaises et américaines, 38 perroquets, Le grand papa et sa toute petite fille, Super Beige, Super Beige, le retour, Beau voyage, Yllavu, Pi, Po, Pierrot et Salade de fruit. Et aussi les films Et 10,11,12 Pougne le Hérisson, L’hiver de Léon, Le printemps de Mélie et L’été de Boniface), de Charles Perrault (Peau d’âne, Le chat botté, Cendrillon, Le chat beauté, Le petit chaperon rougeLe chat botté et Le petit Poucet dans la collection Les contes en chanson chez Larousse, Peau d’âne illustré par Charlotte Gastaut, Le petit chaperon rouge dans une version « herbier » et une version sans texte et Cendrillon en petit théâtre d’ombre), de Zelda Zonc (C’est pas toi qui commandes !, On est de vrais espions !, Kikekoa et Ornicar, On est de vrais espions !), de Rémi Chaurand (Quel beau troubadour !), de Céline Lamour-Crochet (La veilleuse pour Juliette, Laurélie la chauve souris et Ydriane), de Florian Le Priol (Patatra la p’tite sorcière et les crapauds), de Gilles Bachelet (Le chevalier de Ventre-à-terre), de Joëlle Jollivet (Le ventre de l’arbre et autres contes d’Afrique de l’Ouest, Légendes de Bretagne, Le schmat doudou, Au loup, Zoologique et 10 p’tits pingouins autour du monde), de Kochka (Les cygnes sauvages, À l’heure du loup, Le rossignol et l’empereur de Chine, Peau d’Âne et Dans ma ville il y a…), des Frères Grimm (Contes de Grimm, Grimm contes choisis, Tom Pouce, Les musiciens de Brême, Le vieux Cric Crac, Le voleur de lune, Les musiciens de Brême, L’homme à la peau d’ours, Tom Pouce, Le petit chaperon rouge, Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance), d’Amélie Dufour (Tom Pouce et Où est cachée la maîtresse ?) et de Sandra Desmazières (Le garçon qui voulait se déguiser en reine). Retrouvez aussi notre interview de Christine Palluy, de Samuel Ribeyron et de Florian Le Priol

Une bible
Textes de Philippe Lechermeier, illustrés par Rebecca Dautremer
Gautier Languereau
45 €, 250×275 mm, 381 pages, imprimé en Italie, 2014.
La moufle
Texte de Christine Palluy, illustré par Samuel Ribeyron
Milan dans la collection Mes albums Milan
9,90€, 205×255 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Le Petit Chaperon rouge n’a pas tout vu
de Mar Ferrero (traduit par Cécile Hermellin)
Gallimard Jeunesse Giboulées
10,50 €, 180×238 mm, 40 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Le Petit Chaperon rouge
Texte de Fabrice Colin d’après Charles Perrault, illustré par Zelda Zonk
Playbac dans la collection Les contes de fées défaits
11,90 €, 207×245 mm, 32 pages, imprimé en Slovénie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Un petit chaperon à croquer
Texte de Rémi Chaurand, illustré par François Maumont
Milan dans la collection Mes albums Milan
9,90€, 200×245 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2015.
La petite fille en pain d’épice
Texte de Céline Lamour-Crochet, illustration de Florian Le Priol
La Palissade
13,90 €, 290×195 mm, 36 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées
de Gilles Bachelet
Seuil Jeunesse
15,20 €, 300×305 mm, 22 pages, imprimé en Belgique, 2008.
Pas de violon pour les sorcières
Texte de Catherine Fogel, illustré par Joëlle Jolivet
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 1995).
Le Vilain Petit Canard
Texte de Sophie Koechlin d’après Andersen, illustré par Pascal Vilcollet
Deux coqs d’or dans la collection Mes contes préférés
4,90 €, 153×156 mm, 32 pages, imprimé en Roumanie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Les musiciens de Brême
Texte de Kochka d’après les Frères Grimm, illustré par Amélie Dufour
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,75 €, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2015.
La Belle au bois dormant
Texte de Charles Perrault, illustré par Marc Majewski
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & Classiques
13,90 €, 280×238 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Le Chat botté
Texte de Charles Perrault, illustré par Sandra Desmazières
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & Classiques
13,90 €, 280×230 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Les contes de fées illustrés
Collectif
Usborne
16,95 €, 181×229 mm, 352 pages, imprimé en Chine, 2015


À part ça ?

conteurs.netVous aimez les conteur-euse-s, vous voulez recevoir un-e conteur-euse dans votre structure ou vous êtes vous-même conteur-euse ? Conteurs.fr c’est le portail du conte et des arts de la parole. On peut y trouver les festivals ou les spectacles qui vont se dérouler près de chez nous, contacter des conteur-euse-s, regarder des vidéos, voir les dernières parutions de CD/DVD et bien d’autres choses encore. Le site est un peu confus, pas toujours facile de s’y retrouver mais avec un peu de patience et de recherche vous devriez trouver ce que vous cherchez ! Une newsletter hebdo vous assurera de ne rien louper. Vous pouvez vous y abonner ici.

Gabriel

You Might Also Like

La chronique numérique : histoires pour s’endormir

Par 3 mai 2015 Livres numériques, Numérique

Le marchand de sable va passer, il est temps de franchir la porte du royaume des rêves, bonne nuit… Aujourd’hui, deux petits livres numériques à lire le soir pour nous accompagner dans ce long voyage.

Et si la nuitLe premier, Et si la nuit…, est un ebook enrichi d’Adèle Pedrola illustré par Douglace, et réalisé par l’Apprimerie.
La nuit tombe sur la ville, il est temps d’aller au lit. Tout se fait silencieux, on se prépare : on installe les doudous qui vont veiller sur notre sommeil ; on se brosse les dents et on n’oublie pas le verre d’eau à portée de main, au cas où ; enfoui sous la couette, on compte les moutons et nous voilà embarqués jusqu’au petit matin. Voici le monde de la réalité, avec ses petits rituels du soir. Mais derrière le miroir, les choses prennent une autre forme : les étoiles murmurent, les doudous se font agents secrets, indiens Et si la nuitou pirates, les réverbères se transforment en fleurs géantes, la sonnerie du réveil devient le « bzzz bzzz » des abeilles qui préparent le miel pour le petit-déjeuner. Et si la nuit… se présente comme un livre d’une dizaine de pages, délicatement animées. À chaque page, le texte offre un mot passerelle, en couleur ou plus gras, « vent » ou « étoile », sur lequel le lecteur peut cliquer pour naviguer entre réalité et imaginaire.
Jusqu’à présent spécialisée dans les adaptations de classiques littéraires, L’Apprimerie nous offre ici son premier livre Et si la nuitinédit. Elle reste ici fidèle à sa volonté de proposer une expérience de lecture immersive, en explorant de nouvelles pistes de réflexion sur le lien entre texte et illustrations. Une fois de plus, le résultat est formidable. L’univers sonore créé par Emmanuel Seguin est doux et léger ; il invite à la rêverie et accompagne délicieusement les illustrations de Douglace, très graphiques, toutes en rondeur et aux coloris francs. Il faut aussi noter le travail formidable mené sur la typographie. Tout y est élégant, délicat, intelligent et inventif. Décidément, L’Apprimerie est un « laboratoire éditorial » qui déménage !
Bande-annonce :

Bonne nuit cirqueBonne nuit cirque est la suite de Bonne nuit, berceuse numérique du même éditeur, Fox and Sheep. Dans le premier opus, on souhaitait bonne nuit aux animaux de la ferme ; ici c’est au tour des animaux du cirque.
Nous voilà donc transportés dans un cirque. La nuit tombe et la petite chouette se prépare à aller se coucher. Tout à coup retentit un barrissement d’éléphant. Nous voici transportés dans un cirque. Les animaux aussi ont sommeil. Chacun se trouve dans sa maison et il faut leur éteindre la lumière. Il est temps de se coucher : finis les tours de magie pour le lapin, les espiègleries de l’ours dans sa roulotte, les jongleries duBonne nuit cirque serpent, les acrobaties du l’éléphant, les clowneries des puces sauteuses, les jeux de ballon du phoque, et les facéties du lion. Dans chaque maison, on éteint la lumière pour que les animaux puissent s’endormir. Puis c’est le tour de la chouette. Et le nôtre enfin. Deux modes d’utilisation sont possibles : la lecture automatique (l’appli se transforme alors en petit dessin animé), ou bien le mode jeu (dans lequel c’est au lecteur d’éteindre les lumières). On peut aussi choisir la saison : nuit d’été ou nuit d’hiver sous la neige (et c’est vraiment joli !).
Bonne nuit cirqueBonne nuit cirque est une jolie appli, toute simple et douce, au graphisme réussi. On peut lui reprocher d’être un peu courte, surtout si on ne télécharge pas les animaux supplémentaires disponibles en achats in-app (1,99 € pour trois animaux, le singe, le poisson et le cochon), mais elle s’adresse en priorité aux tout-petits.

Et si la nuit…
Texte d’Adèle Pedrola, illustrations de Douglace, création sonore d’Emmanuel Seguin, conté par Patrick Mancini
L’Apprimerie
Prix constaté : 6,99 € (Apple et Cartealire).
Bonne nuit cirque
de Heidi Wittlinger
Fox and Sheep
Prix constaté : 2,99 € (Apple).

À part ça ?

Conte moiN’hésitez pas à télécharger ici Conte-moi, une petite appli gratuite issue d’une collaboration entre Tralalère et l’association Deci-delà, qui réunit cinquante contes francophones traditionnels. Ici, pas d’enrichissement ou d’interactivité. Les contes ont été collectés sur place par des associations locales — cinq pays sont représentés, Mali, la Mauritanie, le Sénégal, Haïti et le Maroc — et sont lus par des conteurs, en français et en langue vernaculaire (wolof, arabe, bambara, etc.). Chaque conte est illustré d’un dessin réalisé par un artiste du pays d’origine. On peut choisir les contes par pays, par titre, au hasard ou bien encore écouter (ou lire) le conte de la semaine. Simplissime mais vraiment chouette. Cette appli fait partie d’un projet plus vaste de valorisation du patrimoine oral francophone. Dix de ces contes ont ainsi donné lieu à une série de films d’animation (en partenariat avec TV5 Monde), visibles ici, et quatre à des adaptations en livres cd publiés par les Éditions des Braques (La Fourmi et le Roi Salomon chroniqué ici, La Princesse orgueilleuse chroniqué , Les Moitiés, et Le Garçon aux grandes oreilles chroniqué ici).

Erica

You Might Also Like

Loup !

Par 20 avril 2015 Livres Jeunesse

Le jour où loup gros est devenu bleuLoup gris se morfond, il a faim, mais il n’a rien à se mettre sous la dent. Soudain, il aperçoit un énorme pot, peut-être contient-il de quoi se régaler ! Il faut aller voir… mais Loup gris tombe dedans et ressort couvert de peinture bleue ! Et si être bleu était finalement un avantage pour chasser ? Qui se méfierait d’un loup bleu ?
Quel bonheur de retrouver le loup un peu nigaud héros de La bonne humeur de Loup Gris de Gilles Bizouerne et Ronan Badel ! On rit (à ses dépens) tant grâce à l’histoire que grâce aux dessins hilarants. Le jour où Loup Gris est devenu bleu est donc le deuxième épisode des aventures de Loup Gris… On en espère d’autres !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

la culotte du loupLe loup se lève, les trois petits cochons n’ont qu’à bien se tenir ! Il enfile sa culotte et… Oh non sa culotte est trouée ! Il faut en acheter une autre, mais seulement pour ça il faut des sous et pour avoir des sous il faut travailler. Notre loup se fait donc embaucher jusqu’à avoir les moyens d’acheter la culotte qui lui plaisait… mais voilà qu’il a envie d’une culotte plus chère…
La culotte du loup de Stéphane Servant et Laetitia Le Saux c’est quasiment devenu un classique ! C’est pour cette raison que Didier Jeunesse a la bonne idée de le ressortir en petit format à la couverture souple (et donc à petit prix). L’histoire est vraiment drôle et le texte savoureux.
Une histoire de loup pour rire en famille.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Un petit bout de bib(liothèque) et La soupe de l’espace.

Lou p'tit loup jalouxLou P’tit Loup adore les enfants, c’est le premier à aller à la rencontre des plus jeunes que lui. Mais le jour où il apprend qu’il est maintenant grand frère, cet enfant-là il ne l’aime pas et il décide même de s’en débarrasser.
Je vous parlais il y a peu de Lou P’tit Loup, voici donc sa toute dernière aventure, Loup P’tit Loup est jaloux. Antoon Krings parle avec beaucoup de justesse de l’arrivée des petits frères et petites sœurs et de la jalousie que ça peut déclencher. Comme d’habitude, ses illustrations sont pleines de douceur.
Pas facile pour un petit loup de ne plus être enfant unique !

Le loup et la PouletteJean est un loup, mais un loup amoureux d’une poulette. Seulement, voilà, une poulette, ça ne peut pas aimer un loup ! Jean a beau essayer de changer en faisant du sport ou un régime, il reste un loup et Rosie la poulette se moque de lui !
Le loup et la poulette est une petite histoire pleine d’humour aux illustrations très graphiques. On y parle d’amour, de vouloir changer pour une personne dont on est amoureux alors qu’au final ça ne sert à rien (il faut être aimé pour ce que l’on est).
Un album plein de charme sorti chez À pas de loups.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

SERGE Le Loup BlancSerge est un loup blanc né dans une famille de loups noirs. Autant sa famille est cruelle et carnassière, autant Serge est doux comme un agneau. Forcément, entre Serge et sa famille ça fait des étincelles ! Alors, notre loup blanc décide de fuir. Il va quitter cette famille, sans se retourner.
C’est un peu un classique le coup de l’enfant différent (l’histoire la plus connue étant celle du Vilain petit canard), ici c’est donc un loup blanc dans une famille noire, un loup « gentil » dans une famille « méchante » (je résume rapidement), un loup plus ou moins végétarien dans une famille carnivore. Malgré quelques maladresses (les noirs sont les méchants, les blancs les gentils, le loup végétarien qui au final accepte de manger du pâté…), Serge le loup blanc est un album drôle et tendre, les illustrations de Grégoire Mabire sont colorées et pleines d’humour.
Un album plein d’humour sur la différence et la tolérance.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Gilles Bizouerne (La bonne humeur de Loup Gris et Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde), Ronan Badel (P’tit Napo, Cucu la praline met son grain de selCucu la praline mène la danse, Le cahier de Leïla, de l’Algérie à Billancourt, Lyuba ou la tête dans les étoiles, Les Roms, de la Roumanie à l’Île-de-France, Le carnet secret de Timothey Fusée, La bonne humeur de Loup GrisDragons père et fils, Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresseHenri ne veut pas aller au centre de loisirs, Cucu la praline se déchaîne, Emile se déguise, Bob le loup, Émile veut une chauve-souris, Émile est invisible, Émile fait la fête, Émile veut un plâtre, La mémé de ma mémé, Tout ce qu’une maman ne dira jamais et Le pépé de mon pépé), de Stéphane Servant (Cheval Océan, Le cœur des louves, Le gros goûter, Nos beaux doudous, Boucle d’ours, Le machin, Le crafougna et Le masque), de Laetitia Le Saux (Tu te crois le lion ? et Boucle d’ours) et d’Antoon Krings (Lou P’tit Loup et les abeilles, Lou P’tit Loup et la bergère et L’herbier des drôles de petites bêtes). Retrouvez aussi nos interviews de Ronan Badel et de Stéphane Servant.

Le jour où Loup Gris est devenu bleu
Texte de Gilles Bizouerne, illustré par Ronan Badel
Didier Jeunesse
12,50 €, 250×250 mm, 36 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
La culotte du loup
Texte de Stéphane Servant, illustré par Lætitia Le Saux
Didier Jeunesse dans la collection Les p’tits Didier
5,50 €, 165×165 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Lou P’tit Loup est jaloux
d’Antoon Krings
Gallimard Jeunesse Giboulées dans la collection Lou P’tit Loup
6,20 €, 195×195 mm, 28 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Le loup et la poulette
d’Elis Wilk
À pas de loups
14 €, 190×250 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Serge le loup blanc
Texte d’Émilie Boré, illustré par Grégoire Mabire
Les éditions Clochette dans la collection Le LivreAmi
13 €, 210×270 mm, 24 pages, imprimé en Union Européenne, 2015.


Gabriel

You Might Also Like

La chronique numérique : des contes pas comme les autres

Par 19 avril 2015 Livres numériques, Numérique

Pipo et l'histoire inachevéePour un lutin, Pipo a une drôle de dégaine : un pantalon trop court, une seule chaussure et une chaussette trouée, un gros nez avec des pustules. Son rêve ? Être le héros d’une histoire. C’est ce qu’il va devenir, avec l’aide du lecteur. Pipo et l’histoire inachevée est un conte interactif, développé par Slim Cricket.
L’aventure commence par la convocation de Pipo par le roi. Pipo n’est pas très courageux, pourtant il ne peut tout de même pas contrevenir aux ordres du roi lui-même. Le voilà donc parti pour traverser une forêt hostile, pleine de monstres méchants et poilus. En route, il va rencontrer un dragon malheureux (il a perdu ses couleurs), un prince en larmes (il ne sait même pas jouer du luth), une méchante reine affligée d’un trou de mémoire (elle mélange les paroles de toutes ses formules magiques) et une princesse en retardPipo et l'histoire inachevée (son cocher s’est transformé en cricket). Ils sont tous bien ennuyés. Mais surtout, ils sont malheureux parce qu’ils voudraient bien ne pas correspondre aux stéréotypes des personnages de contes de fées. Le dragon voudrait bien être pompier, le prince star de rock, la méchante reine messagère de l’amour, et la princesse aventurière. Pipo va alors se transformer en vrai héros pour les aider à accomplir leurs rêves.
Le lecteur n’est pas en reste : c’est lui qui va aider Pipo à chaque étape de son aventure. Au fur et à mesure qu’il avance dans l’histoire, il gagne des « capacités » — colorier l’image, ajouter des sons, corriger le texte de l’histoire, animer les personnages — grâce à des jeux très diversifiés : retrouver des sons pour pouvoir colorier le dragon, reconstituer les mots de formules magiques, conduire le carrosse de la princesse en évitant les obstacles et en ramassant des engrenages. Au cours de l’histoire, le lecteur peut intervenir dans l’histoire — mais il faut auparavant avoir gagné la capacité correspondante — en coloriant les papillons d’un tap sur l’écran, en faisant chanter les oiseaux ou encore courir les petites souris.
Pipo et l'histoire inachevéeAvec une bonne dose d’humour, Pipo et l’histoire inachevée nous parle du destin : est-on obligé d’être ce qu’on attend que nous soyons ? Ne peut-on pas changer la fin des histoires ? Ici, on inverse les rôles et on change les stéréotypes. Et c’est bien agréable ! Surtout quand c’est fait de manière aussi intelligente. Même si l’histoire manque un peu de cohérence parfois (moi, je ne sais toujours pas pourquoi Pipo avait été convoqué par le roi…), ce conte est un vrai régal. L’appli est très interactive, et le lecteur est vraiment sollicité pour faire avancer l’histoire. Quant aux jeux qui l’entrecoupent, ils sont tous très bien faits et s’adaptent réellement à des lecteurs d’âge varié. Par exemple, pour reconstituer les formules magiques, dans le premier niveau, les syllabes sont écrites (il faut donc reconnaître les lettres) ; dans le deuxième, elles sont sonorisées (on reconnaît alors les sons) ; dans le troisième, rien n’est indiqué. La prise en main est très facile et la navigation très fluide, notamment grâce au sommaire que l’on peut afficher sur la gauche de l’écran.
Une chouette histoire, dans un univers drôle et décalé, avec des jeux intelligents. Mais que demander de plus ?
Bande-annonce :

Les Habits neufs du présidentLes Habits neufs du président est basé sur le conte bien connu d’Andersen, d’origine espagnole. Et c’est un éditeur espagnol, El Pudu Studios, qui nous en donne ici une version assez originale.
Il était une fois, dans un pays lointain et imaginaire, un président qui n’avait qu’un seul souci, être à la mode. Il possédait des milliers de costumes magnifiques, et parader était son plus grand plaisir. Du coup, il avait bien sûr une conseillère en image… Le jour du grand défilé annuel approche, et le président… n’a rien à se mettre… Sa conseillère doit donc lui trouver un nouveau costume, mais un vraiment exceptionnel ! Les Habits neufs neufs du présidentC’est alors que deux escrocs font leur apparition et proposent de fabriquer un habit dans un tissu si magnifique que seuls les gens qui ont bon goût pourront le voir. Quant aux imbéciles, ils ne verront rien puisque ce sont des imbéciles. Tope là, marché conclu. Mais chacun n’a alors plus qu’une question en tête : verra-t-il ce fameux costume ou bien est-il un idiot imbécile ?
Si l’histoire est ici assez proche du conte originel (elle est surtout transposée dans le monde d’aujourd’hui), ce qui fait l’originalité de l’appli, c’est le mode d’utilisation de la tablette. Le conte est découpé en huit tableaux. Au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture, Les Habits neufs du présidentun chemin en pointillé indique le tableau suivant, mais rien n’oblige à le suivre. Chaque tableau présente une scène de l’histoire. Le texte s’affiche (attention, il n’y a pas de sonorisation ici) et disparaît en cliquant sur une croix. Puis on retourne l’écran, le décor se transforme, et on accède à un jeu en lien avec l’histoire : aider le président à s’habiller, à récupérer l’or du pays emporté par les deux escrocs, faire courir autour du monde la conseillère en image en sautant les obstacles ou encore aider le président à s’échapper en se cachant derrière les bosquets pour cacher sa nudité… Bizarrement, les jeux n’ont pas de fin. C’est-à-dire que soit on perd et le jeu recommence immédiatement, soit on décide nous-mêmes de retourner la tablette. Il n’y a aucun lien avec la progression de l’histoire, ce qui peut paraître un peu frustrant. Quant aux tableaux de l’histoire, s’ils sont animés, ils ne sont en aucune façon interactifs. Les Habits neufs du présidentC’est aussi un choix graphique fort qui donne à cette appli sa particularité. Décors et personnages sont faits de feutrines et de cartons découpés, et c’est assez réussi.
Étrange appli que celle-ci. L’association entre texte et jeux est très intéressante, et l’univers graphique vraiment travaillé et séduisant. C’est vraiment chouette de retourner la tablette, de voir le décor dégringoler et se reconstituer avec les mêmes formes pour donner quelque chose de différent. Mais quelles drôles d’idées que de ne pas avoir intégré une option lecture du texte et d’avoir choisi des jeux qui n’ont pas de fin définie…

Pipo et l’histoire inachevée
Slim Cricket
Prix constaté : 3,99 € (Apple) et 3,49 € (Android) ; version lite gratuite (Apple).
Les Habits neufs du président
Texte et animation de Luis L. Navarro, illustrations d’Isabelle Zambelli
El Pudu Studios
Prix constaté : 1,99 € (Apple).

À part ça ?

Ciné puzzlesLe Forum des images vient de sortir une petite appli gratuite, Ciné puzzles. À partir de quatre images au choix, tirées de vieux films, Le Petit mécano de Dave Fleisher, Kiriki acrobates japonais de Segundo de Chomon, Voyage à travers l’impossible de Georges Méliès et Koko dessinateur des frères Fleisher, on peut choisir de faire des puzzles de quatre, neuf ou seize pièces, en se chronométrant ou non. Une fois l’image reconstituée, elle s’anime pour nous faire découvrir un petit (à peine quelques secondes) extrait du film avec une légende explicative (qui peut être lue ou écoutée). Une jolie façon de s’initier à l’histoire du cinéma et de découvrir quelques chefs d’œuvres d’animation. On attend avec impatience les mises à jour annoncées, qui permettront de télécharger plus de puzzles !
Ciné puzzles est disponible gratuitement sur Apple et Android.

Erica

You Might Also Like

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.