La mare aux mots
Parcourir le tag

Éditions courtes et longues

L’art pour l’art

Par 24 mai 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on se plonge dans le monde de l’art grâce à deux albums bien différents : le premier vous fera découvrir ou redécouvrir les plus grands peintres occidentaux tandis que le deuxième vous permettra de vous amuser avec la collection du Musée de l’Orangerie !

Peintres, qui êtes-vous ?
Texte de Jean René, illustré par Marcelino Truong
Bulles de Savon 
18,95 €, 276x 348 mm, 44 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Le cahier du Musée de l’Orangerie
Collectif
Éditions courtes et longues
9,90 €, 210×278 mm, 48 pages, imprimé en France, 2015.

You Might Also Like

Les grandes questions des petits…

Par 15 mars 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on interroge les croyances populaires et le mensonge avec deux personnages sympathiques et touchants, le hérisson Hérodote et le petit Clovis…

You Might Also Like

Gipsy, Rom et Vitalabri

Par 20 juillet 2015 Livres Jeunesse

Ce sont trois albums magnifiques que je vous propose aujourd’hui.

Les vitalabriPersonne n’aime les Vitalabri. Soit à cause de leurs nez (que certains trouvent trop rond, d’autres trop pointu), à cause de leurs yeux (marron, bleus ou noirs), parce qu’ils sont trop grands ou trop petits. Certains ont même un chapeau, d’autres n’en ont même pas… Bref, il y a mille et une raisons de ne pas aimer les Vitalabri et de les chasser. Alors ils marchent sur les routes, cherchent un endroit où ils seront acceptés, un pays à eux. Toujours, ils gardent l’espoir de trouver cet endroit. En attendant, ils jouent de la musique… Ah oui j’avais oublié de vous dire qu’en plus ils jouent de la musique…
Énorme coup de cœur pour ce magnifique album/roman graphique sorti chez Actes Sud Junior. Jean-Claude Grumberg signe un texte aussi drôle que poétique, une histoire riche en émotion. Bien sûr, on pourra reconnaître ces Vitalabri qu’on chasse et qu’on expulse, qui se cherchent un endroit à eux et qu’on finit même par marquer (avec un V sur le front) pour mieux les reconnaître. Jean-Claude Grumberg se moque avec beaucoup de justesse des anti-Vitalabri qui trouvent toujours les raisons les plus saugrenues de ne pas les aimer. Son texte est accompagné par des illustrations de Ronan Badel absolument superbes, d’après moi parmi les plus belles de cet illustrateur. Et même l’objet-livre est beau avec sa couverture à bord franc.
Un magnifique ouvrage entre l’album et le roman qui fait autant sourire qu’il émeut. Un des plus beaux livres que j’ai lus ces derniers temps.
Le même vu par Enfantipages.

GipsyParce qu’elle était tombée du nid, une pie s’était retrouvée au sol. Blessée. Perdue. Elle fut recueillie par un petit garçon et sa famille qui vivait dans une roulotte. Depuis, elle vit avec eux, voyageant sur les routes, sans jamais rester au même endroit. Son nid, c’est le voyage.
C’est une nouvelle fois un très bel album que nous proposent Marie-France Chevron, Mathilde Magnan et les éditions Courtes et Longues. Un grand album aux belles illustrations et au texte poétique. On y parle donc ici d’une pie prénommée Gipsy recueillie par une famille qui parcourt le monde en roulotte. On y parle aussi de la réputation des pies, qui sont considérées comme des voleuses et attirées par tout ce qui brille…
Un très bel hymne à la tolérance et à la liberté.
Le même vu par Bricabook et Le cabas de Za.

De baraque en baraqueCendrine Bonami-Redler a passé quelques jours au 170 rue de Rosny, à Montreuil. C’est là que vivent Maria et sa famille, des Roms venus de l’ouest de la Roumanie. Dans ce campement construit dans la zone des anciens murs à pêches, ils ont aussi créé l’hôtel Gelem (« je suis passé » en romani), une chambre d’hôte. Possibilité pour chacun d’aller passer quelques jours dans ce campement et d’échanger avec cette population rejetée sans la connaître.
Là encore, c’est un très bel ouvrage (tant au niveau du fond que par sa forme) que nous proposent Cendrine Bonami-Redler et les éditions La ville brûle. De baraque en baraque, voyage au bout de ma rue est un carnet de voyage, elle y a dessiné les baraques jours après jour des Roms qui vivent là. Ce n’est pas un album « jeunesse », mais c’est tout de même un (superbe) ouvrage qui peut donner envie d’aller à la rencontre de ce peuple et même, pourquoi pas, de louer la chambre de l’hôtel Gelem, le temps d’un passage à Montreuil.
Un carnet de voyage aux magnifiques dessins pour connaître les Roms autrement que par les reportages racoleurs de la télé.

Quelques pas de plus…
Si vous avez aimé cette chronique, vous aimerez peut-être celle-ci.

Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Ronan Badel (Le jour où Loup Gris est devenu bleu, P’tit Napo, Cucu la praline met son grain de selCucu la praline mène la danse, Le cahier de Leïla, de l’Algérie à Billancourt, Lyuba ou la tête dans les étoiles, Les Roms, de la Roumanie à l’Île-de-France, Le carnet secret de Timothey Fusée, La bonne humeur de Loup GrisDragons père et fils, Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresseHenri ne veut pas aller au centre de loisirs, Cucu la praline se déchaîne, Emile se déguise, Bob le loup, Émile veut une chauve-souris, Émile est invisible, Émile fait la fête, Émile veut un plâtre, La mémé de ma mémé, Tout ce qu’une maman ne dira jamais et Le pépé de mon pépé),  de Marie-France Chevron Zerolo (Fadoli et Mee, petite fille du matin calme) et de Mathilde Magnan (Fadoli). Retrouvez aussi notre interview de Ronan Badel.

Les Vitalabri
Texte de Jean-Claude Grumberg, illustré par Ronan Badel
Actes Sud Junior
15 €, 167×231 mm, 96 pages, imprimé en Italie, 2015.
Gipsy
Texte de Marie-France Chevron, illustré par Mathilde Magnan
Éditions Courtes et Longues
22€, 288×306 mm, 44 pages, imprimé en Espagne, 2014.
De baraque en baraque, voyage au bout de ma rue
de Cendrine Bonami-Redler
La ville brûle
25 €, 220×220 mm, 96 pages, imprimé en Union Européenne, 2014.

À part ça ?

Pourquoi lire de la littérature jeunesse quand on est « adulte » ?, un article de Lucie Kosmala sur Mademoiselle.com.

Gabriel

You Might Also Like

Un chat, un poisson et des enfants

Par 7 juillet 2015 Livres Jeunesse

C'est l'histoire du poisson bavardPour ses sept ans, il a eu un poisson. C’est lui qui l’a choisi, il a pris le poisson le plus bavard ! Un poisson qui glougloute tout le temps c’est peu banal… mais c’est aussi très fatigant ! La nuit, son père l’oblige même à couvrir le bocal pour ne plus l’entendre, comme on le fait avec certains oiseaux. Mais un jour, il a découvert qu’en fait il pouvait communiquer avec le poisson, que les sons qu’il faisait avaient un sens…
Magnifique ouvrage sur l’amitié entre un enfant et un animal… ou sur l’imagination débordante des enfants (au choix). Rémi Courgeon fait partie de ces auteurs qui savent raconter de belles histoires, qui parlent autant aux enfants qu’aux adultes. Il agrémente ici son livre de quelques énigmes à déchiffrer, pour le plus grand plaisir des jeunes lecteur-trice-s.
Un très bel album d’un auteur-illustrateur qu’on aime décidément beaucoup.

Tête à tête avec mon chatUn matin, il s’est passé un truc incroyable, il est devenu son chat et son chat est devenu lui. À force d’être fusionnels, il fallait bien que ça arrive. Pas de transformation physique, juste un échange de corps. Plus besoin d’aller à l’école et une ouïe surdéveloppée, sa vie en fût changée !
Tête-à-tête avec mon chat est un superbe album signé Isabelle Simler. De grandes et belles illustrations (parfaitement mises en valeur par la grande taille de l’album) accompagnent à merveille la poésie du texte. Là encore, il n’est peut-être question que d’imagination débordante… mais peut-être pas !
Un grand et bel album aux illustrations magnifiques.
Des extraits sur le site de l’éditeur et le même vu par Les lectures de Kik.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Rémi Courgeon (J’aime pas les clowns, L’OizochatBrindilleGros ChagrinLe grand arbre et autres histoiresContes d’Afrique, Pieds nusToujours debout, Pas de ciel sans oiseaux et Elvis Presley). Retrouvez aussi notre interview de Rémi Courgeon.

C’est l’histoire du poisson bavard
de Rémi Courgeon
Seuil Jeunesse
13,50 €, 210x260mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Tête-à-tête avec mon chat
d’Isabelle Simler
Éditions Courtes et Longues
22 €, 300×280 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2013.

À part ça ?

Acheter en numérique, c’est bien, mais acheter chez son libraire c’est mieux ! La Librairie des Batignolles propose maintenant des livres numériques, achetables en ligne ! C’est quand même mieux de faire vivre les libraires que les supermarchés américains…
Rendez-vous ici.

Gabriel

You Might Also Like

Pas comme les autres

Par 22 juin 2015 Livres Jeunesse

L'enfant derrière la fenêtreIl habite dans la jungle et la jungle, ça fait peur. Trop de bruits, trop d’inconnus. Alors il s’est construit une cabane où il s’est enfermé. Maintenant plus rien ne peut l’atteindre, il n’a plus peur. Il regarde le monde par la fenêtre, il se sent bien. Quand le monde extérieur lui semble trop présent, il se blottit au fond de sa cabane. Quand vraiment il se sent mal, il compte et recompte ses objets. Mais un jour, un enfant apparaît à la fenêtre.
L’enfant derrière la fenêtre est un album qui m’a vraiment ému, touché. Je l’ai terminé avec les yeux humides. On y parle donc, de façon poétique, d’autisme. Le héros de l’histoire s’est construit une cabane pour se protéger du monde extérieur, seul un enfant de son âge arrivera à communiquer avec lui, en gagnant sa confiance, devant le regard ému des parents. Les très belles illustrations de Dani Torrent accompagnent à merveille la poésie du texte d’Anne-Gaëlle Féjoz.
Un très bel album qui parle d’autisme avec délicatesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

FadoliOn l’appelle Fadoli. Certains disent que c’est le fada du village. Ça lui est bien égal, lui, il rit en regardant le ciel.
Fadoli de Marie-France Chevron Zerolo et Mathilde Magnan est plus proche du livre d’artiste que de l’album jeunesse. Les planches de Mathilde Magnan, si l’on est sensible à cet univers, sont absolument superbes. Le texte, très court, de Marie-France Chevron Zerolo est extrêmement poétique. Il n’est pas évident que les enfants seront touchés, les adultes très certainement.
Un album pour les amateurs de belles illustrations et de beaux textes.
Le même vu par Le cabas de Za (avec une interview de l’auteure), Bricabook et Délivrer des livres.

Le petit garçon de la forêtLe petit garçon de la forêt hésite à sortir, il attend son nouvel ami, celui qui vit au village et qu’il a rencontré il n’y a pas longtemps. Le petit garçon de la forêt se demande s’il pourra, un jour, quitter cet endroit et vivre avec son ami. Sa forêt le rassure, mais ce qu’il aime c’est être avec son ami, ensemble ils sont bien. Quand il n’est pas là, il se sent triste dans sa forêt, son ami lui manque.
Une des choses qui me plaît particulièrement dans le travail de Nathalie Minne (en dehors de la beauté de ses illustrations), c’est que les portes sont ouvertes, ici on ne vous dit pas forcément de quoi l’on parle, chacun trouvera son interprétation de cette histoire. Est-ce un enfant enfermé dans son monde ? Est-ce qu’on parle de la tristesse ? Est-ce qu’on parle de choses pires encore ? Quelle est cette forêt que l’enfant ne peut quitter, alors qu’il le souhaiterait ?
Un album somptueux, d’une infinie poésie, qui fait la part belle à l’imagination.
Le même vu par Papier de soie et Délivrer des livres.

L'oiseau qui avait avalé une étoileParce qu’il avait avalé une étoile par mégarde, un oiseau était devenu brillant. La nuit, on ne voyait que lui. On le trouvait beau, bien sûr, mais on ne voulait pas le fréquenter. Pensez donc, un oiseau comme ça, ça attire les aigles, les chasseurs ou les crocodiles ! Alors, seul, l’oiseau pleura, il pleura des larmes scintillantes et de ses larmes naquit une fleur, une magnifique fleur.
L’oiseau qui avait avalé une étoile, de Laurie Cohen et Toni Demuro, est un magnifique album sur ceux qu’on rejette parce qu’ils sont différents, alors qu’ils peuvent tant nous apporter. On pourra y voir une métaphore sur les artistes, parfois rejetés alors qu’ils nous apportent la beauté, la lumière. Le texte est poétique et sensible, deux qualificatifs qui décrivent aussi, parfaitement, les superbes illustrations de Toni Demuro.
Un bel album pour se rappeler que les gens différents ne méritent que notre admiration.
Le même vu par Livres et merveilles.

Bienvenue chez les tous-pareilsDeux planètes étaient proches l’une de l’autre. La planète des Tous-pareils et la planète des Tous-différents. Sur la première vivaient des êtres bleus. Ils faisaient tous la même taille, le même poids, ils étaient tous très beaux. Pour se distraire, ils lisaient tous le même livre, regardaient le même film. Pour se nourrir, ils mangeaient et buvaient tous la même chose. Sur l’autre planète, vous vous en doutez, ce n’était pas vraiment la même chose…
Même si je dois avouer ne pas avoir accroché sur les illustrations de Bienvenue chez les Tous-pareils, cette ode à la différence (car, vous vous en doutez, on va trouver que c’est quand même bien mieux sur la planète des Tous-différents) m’a plutôt réjoui. On peut voir ici aussi une métaphore sur les artistes (en arrivant chez les Tous-pareils, trois habitants de la planète des Tous-différents vont colorer le monde et les gens seront divisés face à ce nouveau phénomène). On parle aussi du rejet des gens différents (sur la planète des Tous-pareils ceux qui naissent différents sont mis à part).
Un album pour se rappeler l’importance de ne pas être tous pareils.
Le même vu par Parfums de livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Marie-France Chevron Zerolo (Mee, petite fille du matin calme), de Nathalie Minne (Le petit voleur de temps), de Laurie Cohen (La coccinelle et le caméléon, Dans la nuit noire, Une touche de…, Mon ami imaginaire, À la campagne, Ma maison du bout du monde, Si petit, Si grand, Et toute la ville s’éveille, Est-ce que vous m’aimerez encore…?, Dans le ventre de maman et Ma voisine est une sorcière), de Toni Demuro (Célestin rêve et La cheneuille) et d’Edwige Planchin (Le Noël Vert de Siméon).

L’enfant derrière la fenêtre
Texte d’Anne-Gaëlle Féjoz, illustré par Dani Torrent
Alice Jeunesse
12,90 €, 237×297 mm,35 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Fadoli
Texte de Marie-France Chevron Zerolo, illustré par Mathilde Magnan
Éditions courtes et longues
22 €, 236×333 mm, 44 pages, lieu d’impression non indiqué, 2015.
Le petit garçon de la forêt
de Nathalie Minne
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95 €, 280×360 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2012.
L’oiseau qui avait avalé une étoile
Texte de Laurie Cohen, illustré par Toni Demuro
La palissade
14,50 €, 205×290 mm, 36 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Bienvenue chez les Tous-pareils
Texte d’Edwige Planchin, illustré par Cédric Forest
Fleur de ville
11,90 €, 195×195 mm, 32 pages, imprimé en Catalogne chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

Gabriel

You Might Also Like