La mare aux mots
Parcourir le tag

Editions Michel Quintin

Un peu sorcières

Par 15 février 2013 Livres Jeunesse

Les suites des aventures de Nina et d’Isabelle.

Le souffleNina a 16 ans mais elle ressemble à un garçon de 12ans. Elle vit dans la Russie des années 40 et possède un étrange don…

Voici donc la suite tant attendue de Nina Volkovitch, le tome 2 d’une trilogie vraiment originale. On mêle ici histoire de la Russie et surnaturel, Nina est un personnage touchant qui, un peu comme certains super-héros Marvel, découvre ses pouvoirs petit à petit et en a parfois peur. Une jeune fille fragile qui se doit d’être forte, d’accepter son destin. Carole Trébor sait parfaitement croquer ses personnages, leurs caractères, nous les rendre « réels », attachants. Comme souvent chez Gulf Stream le livre lui-même est superbe (la tranche et une partie de la couv’ sont dorées). Hâte de connaître le dénouement.

Chroniques d'une sorciere d'aujourd'hui :aliciaIsabelle a quitté la Bretagne (voir Chronique d’une sorcière d’aujourd’hui) et est rentrée chez elle au Canada. Ses dons ne l’ont pas quitté, elle peut toujours voir des choses que les autres ne voient pas et soigner les gens. Ces dons vont lui être utile avec la nouvelle petite amie de son frère jumeau, le grand Max. Le jeune homme très cartésien s’est épris d’une danseuse de tango d’Amérique du Sud qui vit des choses étranges..

J’ai mis plus d’un an à lire ce livre à cause d’une couverture , il faut le dire, que je trouve particulièrement hideuse (une amie la voyant a d’ailleurs cru que je lisais un livre érotique). Je ne vais pas faire toute ma chronique sur la couverture mais on se demande quand même ce qui passe par la tête des éditeurs pour mettre une telle image en couverture (qui n’est même pas représentative du contenu). Alicia est donc le tome 2 de Chroniques d’une sorcière et même si j’ai trouvé cette suite intéressante et plutôt captivante, j’ai un meilleur souvenir du premier tome (mais peut-être que le temps a déformé mon impression du moment, mais la relecture de l’article écrit à l’époque confirme mon emballement). Peut-être que je suis plus sensible aux ambiances vieux manoirs bretons que cimetières québécois… Peut-être est-ce qu’à l’époque j’avais lu très peu de romans ado… Bref toujours est-il que cette histoire fantastique (dur de vous en dire plus sans trop révéler) m’a plu au point de lire le livre jusqu’au bout, d’avoir envie de savoir la fin, mais ne m’a pas captivé au point de le conseiller à tout prix. Cela dit si vous êtes fan du genre c’est plutôt bien écrit et, encore une fois, on ne s’ennuie pas.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué Nina Volkovitch, la lignée, mais également d’autres livres de Carole Trébor : Marguerite, la vache jongleuse, Alain, le lapin magicien, Hector l’éléphant funambule et Ernesto le coq acrobate.
Le premier tome de Chroniques du sorcière d’aujourd’hui a été chroniqué ici.

Nina Volkovitch, tome 2 : Le souffle
de Carole Trébor
Gulf Stream éditeur
14,90€, 139×220 mm, 212 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Chroniques d’une sorcière d’aujourd’hui, 2. Alicia
d’Angèle Delaunois
Éditions Michel Quintin
14,95€, 131×198 mm, 228 pages, imprimé au Canada, 2011.

A part ça ?

C’est bientôt le festival Chorus des Hauts de Seine. Avec ma fille je vais chaque année assister aux concerts jeune public. Cette année vous pourrez voir Filopat & cie de David Sire (spectacle que j’ai vu et beaucoup aimé), Alain Schneider, Debout sur le zinc, le génial Pascal Parisot, Franz, Pascal Peroteau, Oldelaf,… Plus d’informations ici.

Gabriel

You Might Also Like

« J’aurais voulu croire que je n’avais rien entendu mais, au fond, j’avais fort bien compris ce message qui collait si parfaitement à mes intuitions »

Par 14 novembre 2011 Livres Jeunesse

Je chronique peu de romans, c’est une critique qui est revenue dans vos réponses au sondage, mais là j’ai lu Chroniques d’une sorcière d’aujourd’hui, 1. Isabelle  .

Isabelle est une jeune québécoise de 17 ans qui rêve de voyager en France. Avec son frère jumeau, Max, elle a économisé pour qu’ils se payent enfin ce voyage. Au bout de quelques jours, une pluie torrentielle s’abat sur eux soudainement, ce qui les force à se réfugier dans la première maison venue : un manoir habité par une très charmante femme qui va leur offrir l’hospitalité. Mais Isabelle va vite sentir qu’il n’y a pas que la vieille dame qui vit dans cette magnifique demeure, il y a aussi d’autres « présences »… En découvrant la Bretagne, ils vont découvrir un lieu de légendes, de mystères et d’esprits… Isabelle va surtout découvrir des choses sur elle-même.

Ce roman m’attirait, déjà parce que je suis breton moi même et que j’adorerais aller au Québec (en gros faire le voyage inverse) ensuite parce que je n’avais jamais tenté de roman fantastique pour ado comme on en voit un peu partout (celui là semblait au-dessus du lot d’ailleurs). Et donc j’ai embarqué avec Isabelle et Max dans cette histoire passionnante de fantômes, de vengeance et d’amour, racontée à la première personne. J’ai trouvé ça super bien écrit, et vraiment captivant. On n’a pas envie de lâcher le roman avant la fin (à cause de lui certaines de mes nuits ont été courtes), le rythme est particulièrement réussi, on apprend petit à petit ce qu’il se passe, ce qu’il s’est passé, on découvre les choses en même temps qu’Isabelle, on est complice de cette héroïne qui forme avec son frère un duo très attachant. Il y a un vrai suspense. À aucun moment je n’ai eu l’impression de lire « un roman pour ado », je veux dire que le style n’est pas mièvre, au contraire l’écriture d’Angèle Delaunois est d’une grande qualité. Un très bon roman, apparemment le premier d’une série, pour les ados et aussi donc pour les adultes. Si je devais mettre un bémol c’est le titre, que je trouve assez mauvais et trompeur sur l’histoire (car il n’est pas vraiment question de sorcellerie ici, peut-être le titre inaugure la série et que la suite le justifiera davantage) mais ce bémol est bien léger.

Sinon j’ai été assez étonné car je connaissais plusieurs noms donnés dans le livre (forcément…) mais pas le nom du village où se passe la majeure partie du récit : Ménéac. En fait ce village existe ! (et n’est d’ailleurs pas très loin de mon village natal). Et le château dont il est question dans le roman aussi ! C’est drôle et ça donne envie d’aller y faire un tour… La vision de la France, et plus particulièrement de l’ouest de la France, par deux jeunes québécois (un peu naïve aussi si on prend l’exemple des automobilistes qui s’arrêtent systématiquement quand on fait du stop) m’a fait plusieurs fois sourire.

Chroniques d’une sorcière d’aujourd’hui, 1. Isabelle d’Angèle Delaunois
Éditions Michel Quintin
14€50
Public : lecteurs confirmés (et adultes)

————————————————————————————————————————

A part ça ?

Il vous reste maintenant moins d’une semaine pour participer au concours pour les deux ans de La mare aux mots. Tout est expliqué ici. N’oubliez pas qu’il y aura un tirage spécial pour les personnes ayant répondu au sondage, y-avez vous répondu ?

Gabriel

You Might Also Like