La mare aux mots
Parcourir le tag

Éditions Pour penser (Pour penser à l’endroit)

Petites pousses deviendront grandes

Par 13 août 2015 Livres Jeunesse

Ouf !Un gland est tombé, il lui faudra beaucoup de chance pour faire un beau chêne, mais ouf il n’en manque pas !
Ghislaine Roman et Tom Schamp signent un album étonnant et surprenant. J’entendais Claude Ponti dire l’autre jour sur France Culture qu’il n’avait jamais aimé lire des livres qui étaient finis en cinq minutes et dont on ne tirait plus rien après, il adorerait donc les illustrations de Tom Schamp ! C’est non seulement très beau (mais, ça, forcément, c’est subjectif et ça dépendra des goûts de chacun), mais c’est également très riche. On se perd dans les grandes planches comme on se perdrait dans une forêt. L’éditeur a d’ailleurs la bonne idée de partager avec nous le « making of » de l’album. Le texte de Ghislaine Roman est poétique, avec des phrases simples elle fait passer énormément de choses.
Un grand et bel album pour rappeler que tout ne tient parfois qu’à quelques heureux hasards.
Le même vu par Chez Gaëlle la libraire.

Le jardin partagéDans une ville, il y avait un jardin, le jardin de Papy Jean. Depuis qu’il est à la retraite, il passe beaucoup de temps à planter, à faire pousser. Papy Jean vit seul, mais dans son jardin il ne l’est jamais. Il y a Zaïna, qui l’aide à repiquer les fraises (elle les aime tellement), il y a Soraya qui apporte des gâteaux et les partage avec ses voisines qui lui apprennent le français, il y a le jeune et costaud Kévin sans qui Papy Jean n’arriverait pas… et bien d’autres encore. Le jardin de Papy Jean, c’est un jardin partagé.
On parle de partage, d’entraide, de vivre en communauté dans Le jardin partagé de Sandrine-Marie Simon et Philippe Gaufreteau sorti chez Pour Penser. Il viendra un moment où Papy Jean ne pourra plus travailler la terre, mais il laissera bien plus qu’un jardin…
Un album plein de tendresse pour se rappeler l’importance de vivre ensemble, de la solidarité.

LE GRAND LIVRE DE JARDINAGEEt si maintenant on passait aux travaux pratiques ? Caroline Pellissier, Virginie Aladjidi et Élisa Géhin proposent aux enfants de se mettre au jardinage dans un grand livre coloré. Saison après saison, on va semer des salades, manger des fleurs ou encore buter des pommes de terre (au printemps), semer des haricots verts, planter des fraisiers ou observer le jardin la nuit (l’été), ramasser les feuilles d’automne, récolter les pommes de terre et réaliser son propre compost (en automne) et aider les oiseaux, faire pousser un noyau d’avocat ou fabriquer des décorations de Noël (en hiver). Les activités sont très diverses, toujours claires et bien présentées. C’est un livre très beau, très graphique de par sa maquette et ses illustrations. Allez, on s’y met ?
Un livre sur le jardinage beau à regarder et qui donne plein de bonnes idées.
Le même vu par Les livres d’Oscar et par La soupe de l’espace.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Ghislaine Roman (La poupée de Ting-Ting et Contes d’un roi pas si sage), de Caroline Pellissier (Ma première crèche et Cendrillon, Le petit chaperon rouge, Les trois petits cochons et Blanche Neige), de Virginie Aladjidi (Ma première crèche, Une si belle ententeChut c’est une surprise ! et Cendrillon, Le petit chaperon rouge, Les trois petits cochons et Blanche Neige) et d’Élisa Géhin (Le doudou-qui-parle).

Ouf !
Texte de Ghislaine Roman, illustré par Tom Schamp
Milan
13,90 €, 235×380 mm, 36 pages, imprimé en Roumanie, 2015.
Le jardin partagé
Texte de Sandrine-Marie Simon, illustré par Philippe Gaufreteau
Pour penser
7€, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Le Grand livre de jardinage des enfants
Texte de Caroline Pellissier et Virginie Aladjidi, illustré par Élisa Géhin
Thierry Magnier
21,50€, 255×320 mm, 96 pages, imprimé au Portugal, 2015.

Gabriel

You Might Also Like

La liberté et un couvre-chef

Par 21 août 2014 Livres Jeunesse

L'oiseau, l'enfant et le chatUne petite fille pleure, un oiseau mort dans les mains. Le chat approche, la petite fille le chasse, pour elle il est la cause de la mort de l’oiseau. Mais l’oiseau n’est pas mort, lui explique le chat, il est juste endormi. Elle décide d’en prendre grand soin, de l’enfermer ainsi il ne lui arrivera rien. L’oiseau sera-t-il vraiment heureux de cette façon ?
Voilà un très joli album mais quelques petites choses m’ont dérangé. Évacuons-les de suite afin de ne rester que sur le positif. La ressemblance des illustrations avec celles de Manon Gautier, Agnès Domergue et un peu Cécile Hudrisier tout d’abord (le récit, lui, me fait penser au poème de Prévert, Le chat et l’oiseau, mais ce n’est pas la même histoire) et surtout la phrase « Elle lui mouille le bec et lui réchauffe les plumes, mais pas comme le ferait un docteur ni une maman, comme un animal sur deux pattes qui en apprivoise un autre ». Bien entendu si l’on parle de s’occuper d’un malade c’est forcément une maman, un papa n’y arrivera pas (et qu’on ne me dise pas que c’est parce que c’est une petite fille, docteur est lui au masculin…) ! Mais disons-nous que ces ressemblances sont des hommages et que cette phrase est une maladresse, car l’album est vraiment beau et intéressant (sinon je n’en parlerai pas). C’est vraiment un bel album pour parler de la liberté. La petite fille a décidé de surprotéger l’oiseau quitte à l’enfermer, à ne pas le laisser vivre sa vie. L’ennemi, le chat, sera celui qui fera comprendre à l’enfant la nécessité de le laisser repartir. Et tant pis s’il lui arrive quelque chose, il aura vécu une plus belle vie qu’en cage, non ?
C’est un album extrêmement riche qui peut amener à des tas de réflexions. On peut y voir un parallèle avec ces parents qui surprotègent leurs enfants ou avec les animaux qu’on garde en prison dans les zoos, soi-disant pour leur bien. On peut y voir tellement d’autres choses encore.
Malgré quelques bémols personnels, voilà un bien bel album sur la liberté.

QuelCelui qui voulait voir le monde est cet objet que ces personnages portent sur la tête ? À quoi sert-il et à qui appartient-il ? Il est à la fois l’ami des bergers et des révolutionnaires, des stars de cinéma l’ont porté, parfois même on doit le lancer le plus loin possible. L’avez-vous reconnu ?
Celui qui voulait voir le monde est un très joli petit album, un ouvrage assez particulier. Sous forme d’une sorte de devinette (dont la réponse n’est donnée qu’en dernière page, en retournant le livre), on parle donc (je vous préviens je donne la réponse) du béret. Ce couvre-chef qui donne son nom à la maison d’édition qui sort cet ouvrage, Les p’tits bérets. L’idée peut paraître saugrenue, et c’est pourtant une vraie réussite (surtout grâce aux très belles illustrations d’Izou).

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Baptistine Mésange (La fabrique extraordinaire) et Stéphane Millerou (Tache d’encre et Fais tes contes).

L’oiseau, l’enfant et le chat
de Baptistine Mésange
Éditions pour Penser dans la collection Contes et histoires pour penser à l’endroit
7 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Celui qui voulait voir le monde
Texte de Stéphane Millerou, illustré par Izou
Les p’tits bérets
10,90 €, 156×171 mm, 20 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Qu’elle donne envie la bande annonce de Jonas, le requin mécanique, le prochain Bertrand Santini !

Gabriel

You Might Also Like

Combien de temps…

Par 31 juillet 2014 Livres Jeunesse

Combien de temps…
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j’y pense, mon cœur bat si fort…
Mon pays c’est la vie.
Combien de temps…
Combien ?
Serge ReggianiLe temps qui reste

Le temps est un drôle de bonhommeLe temps est un drôle de bonhomme. La couleur de son manteau change selon les saisons. Il avance, sans se retourner, sans s’arrêter, sans revenir en arrière. On a beau lui courir après, jamais on ne le rattrapera. Le temps change, le temps évolue, ce n’est jamais le même temps, on ne sera plus jamais au temps d’avant. Et même si l’on a l’impression que parfois il prend son temps, il avance toujours, toujours, toujours…
Le Temps est un drôle de bonhomme de Laurence Pérouème et Alexandra Luchie est un album très poétique, tant dans le texte que dans les illustrations. On y parle donc du temps, du cours de la vie, des saisons. Le petit garçon du livre se demande pourquoi parfois le temps semble si long, pourquoi il met tant de temps à grandir. Sa grand-mère, elle, trouve qu’il est passé bien vite.
Un bien bel album.
Des extraits sur le site Petites Madeleines.

UnLe vieux vieux monsieur vieux-vieux monsieur vivait au 33e étage d’un gratte-ciel dépourvu d’ascenseur. Il ne sortait jamais de chez lui, mais de là-haut il regardait les gens d’en bas. Ces derniers en l’apercevant le trouvaient bien mystérieux, ils s’imaginaient la peine que ce vieux-vieux monsieur devait avoir de vivre seul tout là-haut. Ils se trompaient ! Il était heureux, sur son immense terrasse ou dans son grand appartement, il vivait au rythme des saisons et collectionnait les bonnes nouvelles qu’il découpait dans les journaux. Par contre, lui, voyait qu’en bas, plus le temps passait et plus les gens avaient grise mine, ils souriaient de moins en moins… il décida d’y remédier.
Coralie Saudo nous raconte une bien belle histoire, celle d’un vieil homme que tout le monde pense triste et qui pourtant va aider ses concitoyens à aller mieux. Il y a plein de choses dans cet album-là, on y parle du temps qui passe, de la morosité ambiante, de l’importance d’aider les gens, des petits bonheurs.
Une bien belle histoire pour se rappeler l’importance de ces gens qui font de petites actions sans contrepartie pour rendre nos vies bien plus jolies.
Des extraits sur le site de Coralie Saudo.

AppuieLa météo des animaux vite sur le bouton rouge de la télévision et voilà que démarre la météo des animaux ! Chez le lapin, il y a du vent, il préfère rester dans son terrier. Chez la grenouille, il pleut, elle adore ça ! Chez Achille le crocodile, il y a un grand soleil, il en profite pour aller se baigner. Chez Justin le pingouin, tout est blanc !
On termine donc avec un album plein de tendresse et d’humour qui nous parle de la météo à travers les animaux. Juliette Parachini-Deny et Séverine Duchesne ont imaginé un livre plein de malice où les enfants devront participer : appuyer sur le bouton rouge de la télé pour l’allumer, essuyer les lunettes de l’escargot qui est resté sous la pluie ou souffler sur les nuages pour les faire partir.
Un album doux, poétique… et interactif !
Extraits sur le blog de Séverine Duchesne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Laurence Pérouème (Où es-tu, Lulu ?), Coralie Saudo (Ca… caca… catastrophe !, Un pour tous, tous poussin, Et si je mangeais ma soupe ?, Au pied de ma lettre, Habille-toi, Zaza !, Ma classe de A à Z, Le petit pot de Zaza, Jour de grève chez les marmottes, Tout seul !, Tous ensemble !, S’échapper d’une île, 101 moutons au chomâge, Manolo, un boudeur de petit fantôme et Manolo, un cochon de petit fantôme), Juliette Parachini-Deny (Dans mes rêves, Mes deux papas, Monsieur le Chien) et Séverine Duchesne (Je t’aime mon frère, Zizi, Zézette, mode d’emploi, Ça alors !). Retrouvez aussi nos interviews de Coralie Saudo et Séverine Duchesne.

Le Temps est un drôle de bonhomme
Texte de Laurence Pérouème, illustré par Alexandra Luchie
Naïve
15 €, 185×265 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Le vieux-vieux monsieur du 33e étage
Texte de Coralie Saudo, illustré par Raphaëlle Michaud
Pour Penser dans la collection Contes et histoires pour penser à l’endroit
7 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La météo des animaux
Texte de Juliette Parachini-Deny, illustré par Séverine Duchesne
Les P’tits Bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 211×207 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Picoti 298Le nouveau numéro de Picoti est sorti ! Vous ne connaissez pas Picoti, la revue pour les 9 mois/3 ans (d’après l’éditeur) du groupe Milan ? C’est un mensuel avec des petites histoires et même un cahier pour les parents. Dans ce nouveau numéro on va jouer au pirate avec Guili, préparer la valise des vacances avec Samuel, camper avec Bonhomme, voyager dans les airs (et même détacher un avion en papier cartonné prédécoupé), faire du camping avec Pikou et jouer avec Miffy à un ça se peut ou ça se peut pas ? sur les moyens de transports. Côté parents, ce numéro spécial voyage nous propose des conseils pour partir à l’aventure avec les enfants et nous propose des témoignages de parents qui sont partis avec de jeunes enfants sur le continent américain ou dans un ashram en Inde. On retrouve aussi des conseils de lecture. Encore un très chouette numéro de cette revue pour les petits avec la présence, entre autre, de Nathalie Choux et de Soledad Bravi !
Plus d’informations.
Picoti n°298, 5,95 € chez les marchands de journaux.

Gabriel

You Might Also Like

La naissance vue de façon poétique

Par 17 juin 2013 Livres Jeunesse

Puisque ma fille Suzanne est née ce week-end… c’est le moment idéal pour vous parler de deux livres très poétiques sur ce sujet.

Le visiteurAu départ il y a une forme étrange couverte de cercles, une forme sombre d’où se détache un être bizarre. Cet être évolue et va s’enfuir dans une forme colorée comme couverte de tentacules,  puis elle découvre d’autres endroits étranges, parfois habités, parfois déroutants. Le début d’un long voyage.

Le visiteur est un livre sans texte aux illustrations très particulières, avec une ambiance très spéciale. Un livre qui peut laisser perplexe, interrogatif mais qui ne laisse pas indifférent. Qu’est-ce qu’il raconte ? Quel est ce personnage ? Où sommes-nous ? Le visiteurPour être franc je ne suis pas certain que j’aurai compris que ça parlait « de l’arrivée au monde et de la rencontre avec l’autre » sans le dossier de presse… Mais j’ai été happé par cette œuvre surprenante et étrange, poétique et esthétique signée Iching Hung.
Découvrez plus d’extraits sur le site de HongFei et même une interview de l’artiste qui explique son œuvre.

Dis-moi d'où je viens...Où était-on avant de naître ? C’est ce que demande ce petit garçon à sa mère. Celle-ci lui explique qu’elle était dans l’air, dans son cœur et bien ailleurs encore.

Le texte de Katia Belsito est extrêmement doux et poétique, tout comme le sont ses illustrations. LesDis-moi d'où je viens... enfants posent souvent cette question « mais j’étais où avant d’être né », ici ce sont de très belles réponses que fait la mère Entre mes cheveux et entre mes doigts ou Dans un bouquet de fleurs, dans le chant d’un coq au lever du jour mais aussi dans mes convictions, dans mes incertitudes… car c’est de là aussi que viennent nos enfants, non ?
Feuilletez le livre sur le site de Pour penser à l’endroit.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un ouvrage de Katia Belsito (Qui a éteint le soleil ?) et beaucoup de livres sur la naissance (vous pouvez les retrouver sur notre fiche thématique).

Le visiteur
d’Iching Hung
HongFei
13,90€, 180×240 mm, 60 pages, imprimé à Taïwan, 2013.
Dis-moi d’où je viens…
de Katia Belsito
Pour penser à l’endroit dans la collection Contes pour penser à l’endroit
7€, 200×200 mm, 16 pages, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013

A part ça ?

Comment ça « à part ça ? » ? Ben à part ça ma petite fille est née, ça ne vous suffit pas ?!

Gabriel

You Might Also Like

Pour quelques notes…

Par 13 mai 2013 Livres Jeunesse

Après la sélection de CD d’hier, deux ouvrages qui parlent de la musique.

Emile le petit fifrePas facile le réveil dans le dortoir de la Garde impériale ! Emile a 10 ans et ce matin il n’a pas envie de sortir du lit. Il est si mal réveillé qu’il n’arrive pas à jouer du fifre, ce qui est pourtant son rôle dans la fanfare. Faut dire que le froid n’aide pas… Stressé, fatigué, frigorifié, Emile fait la faute de trop et la sanction tombe il sera privé de fanfare le lendemain… Imaginez sa déception ! Et si le fait de rester seul à la caserne était pour lui l’occasion d’un événement exceptionnel, d’une rencontre qui allait changer sa vie ?

Anne de la Boulaye a imaginé l’histoire du petit fifre du tableau de Manet. En partant juste de la célèbre peinture elle Emileinvente la vie de l’enfant, comment il est arrivé dans l’atelier de Manet, sa rencontre avec le peintre. C’est une très bonne idée servie par une très belle plume. L’histoire qu’Anne de la Boulaye a inventée est touchante, belle. Le livre lui-même avec son papier épais, ses grandes illustrations (signées Sébastien Mourrain), et sa partie documentaire (cachée dans un ingénieux petit « tiroir ») est un magnifique objet. Un très beau livre, complet, captivant, intelligent. Un magnifique livre cadeau.

Juste un mot

Qu’est-ce que la musique ? En un mot… Comment décrire ce qu’elle provoque en nous ? est-ce qu’on peut le résumer en un seul mot ?

C’est dans un très beau texte qu’Aline de Pétigny nous parle de la musique, des sentiments qu’elle déclenche en nous, des frissons, des émotions. Un texte très poétique, illustré par Thomas Paton (dont certaines planches sont absolument merveilleuses). Juste un mot est un bien joli livre pour les amoureux de la musique et pour ceux qui aiment les beaux mots.
La musique ce n’est pas beau c’est une respiration, de l’air, de l’eau, de la vie tout à la fois.
Feuilletez le livre en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres d’Aline de Pétigny : Camille fait du poneyCamille va à la piscine, Camille ne veut pas dormir, Camille a fait un cauchemar, Camille a oublié Nounours, Camille va à l’hôpital.
Vous pouvez aussi retrouver la chronique d’Enfantipages sur Emile et le petit fifre.

Emile, le petit fifre
d’Anne de la Boulaye, illustré par Sébastien Mourrain
Seuil dans la collection Une grande œuvre, une belle histoire
18€, 270×270 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013.
Juste un mot
de Aline de Pétigny, illustré par Thomas Paton
Éditions pour penser à l’endroit
7€, 200×200 mm, 16 pages, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013.

A part ça ?

Vous l’avez remarqué en ce moment La mare aux mots change ! Nous avons modifié l’apparence du blog, dans l’espoir de vous le rendre plus clair. Nous avons aussi décidé d’être plus libres dans nos « présentations », ne plus faire tous les articles sur un même modèle, toujours pour rendre la lecture plus agréable. Les onglets aussi ont changé et deux nouveaux sont apparus : un onglet avec des liens et un autre pour ceux qui voudraient nous soutenir financièrement pour que La mare aux mots puisse continuer, indépendamment et sans publicité. En espérant que ces changements et nouveautés vous plairont, n’hésitez pas à nous faire des remarques.

Gabriel

You Might Also Like