La mare aux mots
Parcourir le tag

En vacances avec…

Les invité·e·s du mercredi : Juliette Binet et Julien Castanié

Par 13 décembre 2017 Les invités du mercredi

Pour cette fin d’année 2017, je vous propose de rencontrer Juliette Binet qui nous parle de son travail et de son parcours. Ensuite, nous partons en vacances avec le génial Julien Castanié. Un beau mercredi  à toutes et à tous !


L’interview du mercredi : Juliette Binet

Comment est née l’idée de votre album Le Mauvais Pli qui utilise si ingénieusement la pliure intérieure du livre ?
Quand on compose une image pour un livre, on ne perd jamais de vue la reliure. En général, on l’évite, on ne met pas dedans ou trop près, d’éléments importants qui pourraient être coupés, raccourcis, mal lus. Cette fois, j’ai eu envie de donner à la reliure la place centrale qu’elle occupe de fait dans le livre, en ne l’évitant pas.
Le Mauvais Pli met à l’équilibre les trois préoccupations qui animent mon travail depuis longtemps: raconter une histoire, faire un livre, dessiner.
Le livre y est un personnage au même titre que l’homme et le chien. Il intervient dans l’histoire et agit sur le dessin.
Ayant défini l’objet qui allait m’intéresser, j’ai cherché des manières de jouer avec, de le faire rebondir, d’ouvrir peut-être la possibilité de prolongations.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous pour créer vos albums ?
Je dessine avec des crayons de couleurs bien taillés.

Vos albums s’apparentent de près aux livres d’artiste avec une fabrication à la fois très travaillée et très simple (des formats toujours atypiques et des couvertures toujours très sobres), d’où vous vient ce souci de faire de chaque ouvrage un bel objet ?
Un livre est un livre, il n’y a pas de distinctions pour moi, et ainsi, pas de raisons de traiter différemment l’un ou l’autre. Nous discutons avec l’éditeur des possibles papiers et façonnages, il faut trouver pour chacun une forme qui devient évidente.

Quel est le parcours qui vous a menée jusqu’à l’illustration jeunesse ?
J’ai suivi les cours des Arts Décoratifs de Strasbourg. J’avais passé un bac arts appliqués. Et avant, j’ai bricolé, toujours, beaucoup, en papier, carton, tissus, bois….

Que lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescente ?
Babar, Les Gentils Voisins, À Calicochon, Une histoire Sombre, Au Revoir Petite Baleine, Le Docteur de Soto
Le Comte de Monte Cristo, Les Trois Mousquetaires, Thérèse Desqueyroux, Germinal, La Dame aux Camélias, Les Hauts de Hurlevent
Il y avait beaucoup de livres à la maison, on a lu sans trop y faire attention. Je préférais jouer ou bricoler. J’ai l’impression d’avoir commencé à lire adulte, pourtant les livres ont toujours été là.

Est-ce que vous pouvez nous dévoiler vos futurs projets ?
Je creuse pour les déterrer, et ne peux pas encore en parler.

Bibliographie (sélective) de Juliette Binet

  • Le Mauvais pli, texte et illustrations, Le Rouergue (2017) que nous avons chroniqué ici.
  • Les Trois cheveux d’or du diable, illustré d’un texte des frères Grimm, Gallimard Jeunesse (2015).
  • Hourra !, texte et illustrations, Le Rouergue (2015).
  • Un courant d’air, texte et illustrations, Le Rouergue (2012).
  • L’Horizon facétieux, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2011).
  • Cendrillon, illustration d’un texte de Charles Perrault, Gallimard Jeunesse (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Le Cousin, texte et illustrations, Albin Michel (2010).
  • Jonas, roman, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2009).
  • L’Ombre d’Igor, texte et illustrations, Autrement (2009).
  • Tels quels, texte et illustrations, Autrement (2008).


En vacances avec… Julien Castanié

Régulièrement, nous partons en vacances avec un.e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la.le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet.te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle.il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il.elle veut me présenter et c’est elle.lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Julien Castanié que nous partons ! Allez, en route !

5 albums jeunesse

  • Le ruban, d’Adrien Parlange
  • La chambre du Lion, d’Adrien Parlange
  • Parade, d’Adrien Parlange
  • Popville, d’Anouck Boisrobert et Louis Rigaud
  • Renard et l’Argent gratuit, de Fibre Tigre et Floriane Ricard

5 romans

  • La parenthèse, d’Élodie Durant
  • Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson
  • Zaï zaï zaï zaï, de Fabcaro
  • L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu, de Bernard Werber
  • Building Stories, de Chris Ware

5 DVD

  • The Man From Earth, de Richard Schenkman
  • Le DVD de mon spectacle de théâtre de mes 12 ans
  • 12 hommes en colère, de Sydney Lumet
  • Interstellar, de Christopher Nolan
  • D.A.R.Y.L, de Simon Wincer

5 CD

  • Best of Queen
  • Best of Asaf Avidan
  • Sun Leads Me On, d’Half Moon Run
  • For Emma, Forever Ago, Bon Iver
  • Le fil, Camille

5 artistes

  • Jochen Gerner
  • Chris Ware
  • David Lafrance (Jouets Lafrance)
  • Crushiform
  • Henry Darger

5 lieux

  • La ville de Montréal
  • Le Parc du Bic (Gaspésie, QC, Canada)
  • Les arts Décoratifs de Strasbourg
  • Les rocheuses Canadiennes
  • Là où je ne suis pas encore allé

Julien Castanié est illustrateur.

Bibliographie sélective :

  • La Terre, une planète et des Hommes, illustration d’un texte de Jean-Michel Billioud, Gallimard Jeunesse (2017).
  • Un pas puis mille, illustration d’un texte de Séverine Vidal, La Pastèque (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Surprise en cuisine, illustration d’un texte de Mimy Doinet, Belin (2016).
  • Contes à rire et à trembler, illustration de textes de Jean-Louis le Craver, Syros (2011).
  • La Princesse Rose-Praline, illustration d’un texte de Gaël Aymon, Talents Hauts (2010), que nous avons chroniqué ici.
  • En scène !, illustration de textes de Pascale Vd’Auria, Gulf Stream (2012), que nous avons chroniqué ici.

Retrouvez Julien Castanié sur son site : https://juliencastanie.com.

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Raphaëlle Barbanègre et Carl Norac

Par 15 novembre 2017 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, c’est Raphaëlle Barbanègre qui a accepté de répondre à nos questions. Avec elle nous revenons sur son dernier album, Cendrillon et la pantoufle velue, et sur son parcours. Ensuite, nous partons en vacances avec l’auteur Carl Norac. Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Raphaëlle Barbanègre

Parlez-nous de votre parcours.
Alors je suis née à Toulouse et j’ai grandi à la campagne dans une grande et vieille maison.
J’ai toujours aimé dessiner et j’ai grandi dans une famille où l’art tient une très grande place, d’ailleurs ma sœur Juliette Barbanègre est aussi illustratrice (de grand talent). Nous avons donc été grandement encouragées dans cette voie artistique.
Après le lycée (quel ennui) je suis partie faire mes études à Lyon à l’École Émile Cohl pendant 4 ans, où je me suis tournée vers l’illustration jeunesse.
Ensuite j’ai déménagé à Montpellier, puis Paris, puis Montréal en 2012. J’y vis depuis avec joie, le Québec et ses paysages (et ses saisons) étant une source d’inspirations infinie !

Pouvez-vous nous parler de Cendrillon et la pantoufle velue qui vient de sortir chez Talents Hauts
Après Blanche neige et les 77 nains, nous avions envie de continuer et d’adapter un autre conte.
Celui de Cendrillon a été très intéressant à adapter car dans le genre « macho » il se pose là ! Et puis en dehors de ça c’est super marrant de détourner une histoire classique que tout le monde connaît par cœur. Dans Cendrillon, l’histoire commence comme le conte classique puis ensuite chaque page représente un épisode clé du conte (la robe, les chaussures, le carrosse, le bal, etc.) mais complètement raté. C’était génial d’imaginer tout ça et de faire l’inverse de ce que j’aurais fait si j’avais dû illustrer le conte classique !

Ce n’est pas votre premier album avec Davide Cali, pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre collaboration ?
Oui, j’aime beaucoup travailler avec Davide ! Il y a un côté décalé et loufoque dans ses textes qui correspond bien à mon travail. On réfléchit souvent ensemble à toutes les blagues qu’on va mettre dans le livre.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
Ça dépend des projets. Pour Cendrillon c’est du 100 % à l’ordi, mais j’ai aussi illustré un livre au feutre (« Les abominables Mini yétis » chez Sarbacane) et en ce moment je me sens de plus en plus attirée vers les techniques plus traditionnelles.

Quelles étaient vos lectures d’enfant et d’adolescente ?
Enfant et ado je lisais beaucoup et c’est toujours le cas.
Quand j’étais petite je lisais beaucoup de contes. J’ai aussi été très marquée par les livres de Tomi Ungerer et ceux de Roald Dahl (quels génies !). Ado j’ai eu une grande période heroic fantasy après avoir lu Le seigneur des anneaux et Dune et j’étais une grande fan de bd, j’en achetais beaucoup.

Parlez-nous de vos prochains ouvrages
Alors je viens d’illustrer un album qui s’appelle « Les saisons de Montréal » chez La Pastèque, qui devrait sortir en France en janvier prochain, et bien sûr nous projetons avec Davide d’adapter un nouveau conte à notre sauce, mais je ne peux pas en dire plus pour le moment 😉

Bibliographie sélective :

  • Cendrillon et la pantoufle velue, illustration d’un texte de Davide Cali, Talents Hauts (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Les abominables mini-yétis, illustration d’un texte de Didier Levy, Sarbacane (2017).
  • 1000 méli-mélo robots et 1000 méli-mélo autos, Père Castor (2016), que nous avons chroniqués ici.
  • Blanche Neige et les 77 nains, illustration d’un texte de Davide Cali, Talents Hauts (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Baisers ratés de New York, illustration d’un texte de Davide Cali, Gulf Stream Éditeur (2015).
  • La folle aventure de Doudou à Paris, texte et illustrations, Graine² (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Super Potamo, illustration d’un scénario de Davide Cali, Bang Editiones (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon cahier d’activités dingo !, texte et illustrations, Graine² (2013), que nous avons chroniqué ici.


En vacances avec… Carl Norac

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… Des livres, de la musique, des films… sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Carl Norac que nous partons ! Allez, en route !

Albums jeunesse

  • Moi et rien, Kitty Crowther (Pastel)
  • A book of nonsense, Edward Lear (divers éditeurs)
  • Un grand jour pour rien, Beatrice Alemagna (Albin Michel)
  • Buddhism for sheep, Chris Ridell (Erbury Press)
  • Préférerais-tu…, John Burningham (Kaléidoscope)

Romans

  • Les oiseaux, Tarjei Vesaas
  • Pays de neige, Yasunari Kawabata
  • Le chagrin des Belges, Hugo Claus
  • Sur la route, Jack Kerouac
  • Toutes les nouvelles de Robert Walser et de Raymond Carver

CD

  • The idiot, Iggy Pop
  • Whatever People Say I Am That’s What I’m Not, Arctic Monkeys
  • L’amour, l’argent, le vent, Barbara Carlotti
  • Out for lunch, Éric Dolphy
  • et le récent magnifique Warhaus par Warhaus

DVD

  • Les Temps Modernes, Charlie Chaplin
  • Léviathan, Andrei Zviaguintsev
  • M le Maudit, Fritz Lang
  • Festen, Thomas Vinterberg
  • Breaking bad (série)

BD

  • Salto, l’histoire du marchand de bonbons qui disparut sous la pluie, Judith Vanistendael et Mark Bellido
  • Maus, Art Spiegelman
  • Cinema Panopticum, Thomas Ott
  • Philémon, Fred (toute la série)
  • Alexandrin ou l’art de faire des vers à pied, Pascal Rabaté et Kokor

5 artistes

  • Andy Goldsworthy
  • Constant Permeke
  • Hans Memling
  • Jessie Oonark
  • Anish Kapoor

5 lieux

  • Flâner en hiver dans le vent sur la plage d’Ostende
  • Monter sur un terril du Hainaut et oublier un instant la montagne
  • Écrire sur un banc dans le jardin de la maison de Grieg en Norvège
  • Retourner en Inde et accepter de ne rien y comprendre (sur les Backwaters du Kerala)
  • Parler d’amour dans le quartier de l’Alfama à Lisbonne

Carl Norac est auteur.

Bibliographie sélective :

  • La piscine magique, album illustré par Clothilde Delacroix, Didier Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Poèmes pour mieux rêver ensemble, poèmes illustrés par Géraldine Alibeu, Actes Sud Junior (2017).
  • Le nid de jean, album illustré par Christian Voltz, Pastel (2016).
  • Les saisons de Vivaldi : Piazzolla, livre-CD illustré par Laurent Corvaisier, Little Village (2016).
  • Petits Poèmes pour passer le temps, poèmes illustrés par Kitty Crowther, Didier Jeunesse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Rue des amours, album illustré par Carole Chaix, À pas de loups (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Sorcière blanche, album illustré par Herbéra, À pas de loups (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Le noir quart d’heure, album illustré par Emmanuelle Eeckhout, Pastel (2015).
  • Bazar Circus, livre-CD illustré par Isabelle Chatellard Didier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Petites histoires pour rêver dans sa poche, album illustré par Thomas Baas, Sarbacane (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Raja, album illustré par Aurélia Fronty, Didier Jeunesse (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • Le petit sorcier de la pluie, album illustré par Anne-Catherine de Boel, Pastel (2006).
  • Monsieur Satie : L’homme qui avait un petit piano dans la tête, Livre-CD illustré par Élodie Nouhen, Didier Jeunesse (2006).
  • Les mots doux, album illustré par Claude K. Dubois, Pastel (1995).

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Thierry Laval et Géraldine Alibeu

Par 1 novembre 2017 Les invités du mercredi

C’est Thierry Laval, créateur de la collection Cherche et trouve, que l’on reçoit aujourd’hui. Cette super collection de livres-jeux édités par le Seuil Jeunesse fête ses 10 ans, c’était l’occasion de parler avec son créateur de ces albums qui plaisent tant aux enfants. Ensuite, nous partons en vacances avec l’autrice-illustratrice Géraldine Alibeu. Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Thierry Laval

Comment est née la collection Cherche et trouve ?
L’idée des Cherche et trouve m’est venue d’un tout petit imagier d’occasion des années 70 que j’avais trouvé. Le doubles pages alternaient paysages (montagne, plage, ville) et planches didactiques avec les éléments dénommés qui se trouvaient dans ces paysages. Je me suis dit qu’il était dommage qu’on ne puisse tout voir ensemble, de ne pas avoir tout (éléments et paysage) réuni sur la même page. Cela m’a amené à penser au principe des volets qui s’ouvrent sur une planche « panoramique ».

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le tout dernier paru, le Cherche et trouve dans la préhistoire sorti dans un format géant ?
J’ai toujours pensé que cette période historique intéresserait les enfants, mais j’ai longtemps cru aussi qu’elle ne fournirait pas assez d’éléments pour « remplir » un Cherche et trouve… d’autant plus un géant qui nécessite pas loin d’une cinquantaine d’éléments à chercher par double page. Et puis en commençant à nous documenter avec Yann Couvin mon co-auteur et co-dessinateur nous nous sommes aperçus de la richesse de cette longue période et nous avons pris beaucoup de plaisir à imaginer la vie des premiers êtres humains.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
Nous commençons par des crayonnés que nous scannons. Puis nous faisons toute la mise en couleur sur ordinateur. Cela nous permet au regard de la complexité des images de pouvoir changer ou déplacer des éléments sans avoir à tout recommencer à chaque fois.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J’ai passé 4 années dans une école d’arts graphiques puis j’ai commencé à travailler comme auteur-illustrateur dans l’édition jeunesse… pendant une dizaine d’années j’ai aussi beaucoup travaillé dans le parascolaire ce qui m’a probablement éloigné de la pure fiction et orienté vers le côté plus didactique et documentaire qui caractérise les Cherche et trouve.

Quelles étaient vos lectures d’enfant et d’adolescent ?
J’ai beaucoup lu la collection de la bibliothèque rose (Fantomette…) puis la verte (Le club des cinq…). Puis banalement je suis passé à Jules Verne, Jack London… J’ai beaucoup aimé aussi les récits de montagne de Roger Frison-Roche (Premier de cordée). Et après Zola, Vian, Steinbeck, John Irving… sans oublier la bande dessinée.

Quelles sont vos principales sources d’inspirations ?
Je pense justement la bande dessinée et également les dessins animés et les programmes jeunesse de la télévison (Goldorak, AlbatorL’île aux enfants, Les visiteurs
du mercredi puis Récré A2). Probablement aussi les séries TV comme les Mystères de l’Ouest, Les envahisseurs, La planète des singes, Le prisonnier, Cosmos 1999

Pouvez-vous nous dire quelques mots de vos prochains ouvrages ?
Le Cherche et trouve de l’an prochain devrait être autour de la maison hantée ou des pirates.
Pour le reste, beaucoup de projets différents avec une tentative vers la bande dessinée…

Bibliographie sélective :

  • Collection Cherche et trouve, texte et illustrations (2007-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • Collection Écoute, texte et illustrations, Hatier Jeunesse (2015-2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Le mystère de la salade trouée ! – Puzzle et devinette, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse Giboulées (2016).
  • Mon carnet de gribouillages en voiture et autres activités, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2016).
  • ABC Découvre l’alphabet !, texte et illustrations, Hatier Jeunesse (2014).
  • Les 4 saisons de Népomucène le jardinier, texte et illustrations, Hatier Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • L’encyclo illustrée, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Dedans, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2009).


En vacances avec… Géraldine Alibeu

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… Des livres, de la musique, des films… sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Géraldine Alibeu que nous partons ! Allez, en route !

5 films

  • The swimmer – Frank Perry
  • Blue velvet – David Lynch
  • L’éclipse – Michelangelo Antonioni
  • Stranger than paradise – Jim Jarmusch
  • À nos amours – Maurice Pialat

5 romans

  • L’écume des jours – Boris Vian
  • Nous autres – Eugène Zamiatine
  • Des souris et des hommes – John Steinbeck
  • Une chambre à soi – Virginia Woolf
  • La vie dans les plis – Henri Michaux

5 poèmes

  • Îles – Blaise Cendrars
  • Here’s to adhering – Maya Angelou
  • So long – Langston Hughes
  • Le grand avenir – Carl Norac
  • J’ai essayé de te décrire à quelqu’un – Richard Brautigan

5 artistes

  • Paul Cox
  • William Kentridge
  • Artavazd Pelechian
  • Igor Kovalyov
  • Bob Wilson

5 albums jeunesse

  • Donald and the… – Peter F. Neumeyer & Edward Gorey
  • La cabane – Loïc Froissart
  • Hulul – Arnold Lobel
  • Bonjour – Anne Brugni
  • Yok Yok – Étienne Delessert

5 BD

  • Tous chez Michou Mod’ – Tom Tom et Nana – Jacqueline Cohen et Bernadette Desprès
  • Building Stories – Chris Ware
  • Black Hole – Charles Burns
  • Travaux publics – Yuichi Yokoyama
  • Le sommet des dieux – Jiro Taniguchi

5 albums

  • Deceit – This heat
  • Moondog – Moondog
  • Deep cuts – The Knife
  • Cassettes – Philippe Laurent
  • Glassworks – Philip Glass

5 lieux

  • Le pic du lac blanc dans la vallée de Névache
  • Les lacs Robert dans la chaîne de Belledonne
  • La bergerie de Chaumailloux dans le Vercors
  • La grande Sure en Chartreuse
  • Le volcan Avatchinski au Kamchatka

Géraldine Alibeu est autrice et illustratrice :

Bibliographie sélective :

  • La course au renard, texte et illustrations, Cambourakis (2017).
  • Le refuge, texte et illustrations, Cambourakis (2017).
  • Poèmes pour mieux rêver ensemble, illustration de textes de Carl Norac, Actes Sud junior (2017).
  • Les yeux fermés, texte et illustrations, Actes-Sud Junior (2015).
  • Des fourmis dans les jambes, petite biographie de Nicolas Bouvier, illustration d’un texte d’Ingrid Thobois, La Joie de lire (2015).
  • La roche qui voulait voyager, illustration d’un texte de Nono Granero, HongFei Cultures (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Les morceaux d’amour, texte et illustrations + DVD, Autrement jeunesse (2012).
  • Veux-tu devenir Bête ?, illustration d’un texte de Pei Chun Shih, HongFei Cultures (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Le bon moment, texte et illustrations, La joie de lire (2011).
  • La Bête et les petits poissons qui se ressemblent beaucoup, illustration d’un texte de Pei Chun Shih, HongFei Cultures (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • L’un d’entre eux, texte et illustrations, La joie de lire (2009).
  • As-tu vu le lion ?, illustration d’un texte d’Armando Quintero, OQO (2011), que nous avons chroniqué ici.

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Marie Moinard et Éric Senabre

Par 11 octobre 2017 Les invités du mercredi

Cette semaine, on reçoit l’éditrice (et autrice) Marie Moinard qui nous parle de sa maison d’édition : Des ronds dans l’O (maison dont on chronique régulièrement les livres). Ensuite, on part en vacances avec l’auteur Éric Senabre ! Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Marie Moinard

Parlez-nous de la naissance de votre maison d’édition, Des ronds dans l’O. D’où est venue cette envie de monter votre propre maison ?
J’ai toujours aimé vivre entourée de livres. Je ne passe pas de jour sans livre à proximité, ça fait partie de ma vie. Du coup, éditer a été un aboutissement personnel. Mais c’est aussi un moyen d’être libre de s’exprimer et de pouvoir échanger avec un grand nombre de personnes. C’est riche, passionnant, varié et on apprend tout le temps en faisant des livres.

D’où est venu ce nom, « Des ronds dans l’O » ?
« Des ronds dans l’O » vient du souvenir des ricochets que nous faisions dans les rivières avec mon père quand j’étais enfant, même un peu plus grande. Ce sont de très beaux souvenirs pleins d’humour, d’amour et de poésie, des choses qui comptent. Et puis le O représente les bulles de BD, majeure partie des publications de Des ronds dans l’O.

Aujourd’hui, on sent que c’est toujours une maison d’édition engagée, quelle est la ligne éditoriale ? Comment choisissez-vous les livres que vous allez publier ?
Disons que c’est une maison qui se positionne contre le sexisme, le racisme, l’antisémitisme, le fascisme et la violence. Je suis féministe et je ne comprends pas qu’on puisse rabaisser les filles sans trouver ça choquant, d’ailleurs, je pense que tous les parents de fillettes le sont tout autant que moi. L’intérêt d’être à la tête d’une maison d’édition et d’être une femme, c’est d’avoir le pouvoir de valoriser les femmes et de les installer aux mêmes fonctions que les hommes : pas de différence dans les rôles, ni dans les modèles, ni chez les auteurs·trices.

Qui compose l’équipe et quelles sont leurs fonctions ?
Je suis à la tête de la boîte et je fais un peu de tout ! Des décisions éditoriales aux choix de typo pour une couverture ou du montage de stand à la représentation des livres chez le diffuseur. C’est très varié, un peu chronophage et surtout passionnant. François Boudet a créé le site internet et s’occupe de le mettre à jour quotidiennement, il m’accompagne en salon, il fait les expéditions, les services de presse et participe aux prises de décision des choix éditoriaux. Nous sommes salariés tous les deux ; Nicolas Mallet vient renforcer l’équipe en freelance en tant qu’attaché de presse depuis ce mois d’août. Je travaille avec un expert-comptable pour la compta et le bilan et en freelance, on fait appel à une maquettiste, un fabricant, des correcteurs·trices, les relectures, les traductions, etc.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours personnel ?
J’ai suivi un parcours classique, fac de droit et j’ai d’abord travaillé dans le journalisme avant de passer à un emploi salarié dans une grande compagnie d’assurance où j’ai continué de me former à d’autres choses mais ça n’a pas été très loin, ce choix ne m’a pas convaincue. Je suis restée proche de la presse assez longtemps et j’ai vraiment repris l’écriture d’articles sur le net d’abord puis dans la presse spécialisée bande dessinée dès 2000. Malgré mon activité éditoriale, je n’ai pas complètement lâché la presse et je tiens la rubrique jeunesse dans le journal DBD. J’ai créé Des ronds dans l’O en autodidacte en 2004. Le premier livre a été publié en janvier 2005, la maison a eu 13 ans ce mois d’août.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Enfant, j’ai lu tous les Club des cinq, Clan des sept, Les six compagnons, les livres de Georges Sand et de la Comtesse de Ségur, les contes et légendes, je lisais tout le temps. Ado, je suis passée à la poésie avec Baudelaire, mon chouchou, mais aussi Verlaine, Ronsard, Rimbaud et tant d’autres. Des lectures très classiques que j’ai adorées : Crimes et Châtiment (Dostoïevski), Le rouge et le noir (Stendhal), Madame Bovary (Flaubert) et j’ai commencé à lire des bouquins plus politiques.

Que lisez-vous en ce moment ?
Je lis plusieurs livres en même temps, j’ai presque toujours fait ça, donc en ce moment, je relis la série de bande dessinée Julien Boisvert que j’avais tellement aimée de Michel Plessix, un grand poète auteur de BD qui vient de mourir prématurément, Les années de Annie Ernaux, Les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez. Je viens de finir Vie de ma voisine (Geneviève Brisac) que j’ai beaucoup aimé.

Pouvez-vous nous présenter quelques-uns des prochains livres qui vont sortir chez Des ronds dans l’O ?
Ce sera des « beaux livres » illustrés par Virginie Rapiat abordant les questions écologiques. Le premier, La tisseuse de nuages écrit par Ingrid Chabbert met en scène une fillette qui va sauver son village des désastres de la sécheresse et le deuxième, Dame Nature écrit par Christos, parle de la création de la nature et des dangers qu’elle court sous le feu des guerres et de tant d’autres choses créées par les humains. Ce sont deux contes écolo. Ils seront dispo pour novembre.

Parmi les livres sortis chez Des ronds dans l’O :

  • Maria et Salazar, de Robin Walter (2017).
  • Les contes noirs du chien de la casse, de Remedium (2017)
  • Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée !, d’Hubert Ben Kemoun et Marc Lizano (2017).
  • La dernière représentation de mademoiselle Esther, d’Adam Jaromir et Gabriela Cichowska (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Série C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique, de Sibylline et Marie Voyelle (2015-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • Série Lili Pirouli, de Nancy Guibert et Armelle Modéré (2014-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • La plus Belle, de Fanny Robin et Marjorie Béal (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Monsieur Lapin, de Loïc Dauvillier et Baptiste Amsallem (2012-2014), que nous avons chroniqué ici.
  • L’histoire qui fait peur !, de Marjorie Béal (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Série En chemin elle rencontre…, collectif (2009-2013), que nous avons chroniqué ici.
  • L’étrange histoire de Pétula-Élisabeth Artichaut, d’Amélie Billon-Le Guennec, et Kabuki (2013), que nous avons chroniqué ici.

En savoir plus sur Des ronds dans l’O : http://www.desrondsdanslo.com.


En vacances avec… Éric Senabre

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Éric Senabre que nous partons ! Allez, en route !

Bon, alors voilà ma liste. Ce n’est pas « mes 5 trucs préférés », mais plutôt « 5 trucs que j’aimerais bien faire connaître ». Je suppose que ça marche aussi (et je suppose également que tout le monde s’en fiche, au fond :p)

5 CD

  • Dirty, Sonic Youth
  • The Olympus Sound, Pugwash
  • Red, King Crimson
  • Schmillco, Wilco
  • Shakespeare Songs, Alfred Deller, Deller Consort & Desmond Dupré

5 DVD

  • Profondo Rosso, Dario Argento
  • Scaramouche, George Sidney
  • Excalibur, John Boorman
  • La Maison du diable, Robert Wise
  • L’été de Kikujiro, Takeshi Kitano

5 romans

  • La Chambre ardente, John Dickson Carr
  • Le grand Dieu Pan, Arthur Machen
  • Un yankee à la cour du roi Arthur, Mark Twain
  • La Compagnie blanche, Arthur C. Doyle
  • La Flèche noire, Robert Louis Stevenson

5 albums jeunesse

  • Le masque, Stéphane Servant et Ilya Green
  • Le Vent dans les saules, Kenneth Grahame et Inga Moore
  • L’Aventure du Ruban moucheté, Conan Doyle et Christel Espié
  • Les Mystères de Harris Burdick, Chris Van Allsburg
  • Andromedar SR1, Heinz Edelmann

5 artistes

(on entendra par là « 5 personnes qui ont œuvré dans les arts graphiques, la peinture, l’illustration, etc. »)

  • John Everett Millais
  • Howard Pyle
  • John Waterhouse
  • Angelo Stano
  • Edmund Dulac

5 lieux

  • La ville de Tavistock, dans le Devon, en Angleterre
  • Les Monts d’Arrée, dans le Finistère, en France (pas loin de chez moi !)
  • Le Burren, dans le Comté de Clare, en Irlande
  • Le jardin du Mont des Récollets, dans le Nord, en France
  • Le Leighton Museum, à Londres

 

Éric Senabre est auteur.

Bibliographie sélective :

  • Megumi et le fantôme, roman, Didier Jeunesse (2017).
  • Star trip, roman, Didier Jeunesse (2017).
  • Elvide et Milon, la musique au temps du Moyen Âge, livre-CD illustré par Élodie Coudray, Didier Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Le dernier songe de Lord Scriven, roman, Didier Jeunesse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Piccadilly kids, romans, ABC Melody (2015-2016).
  • Elyssa de Carthage, roman, Didier Jeunesse (2015).
  • Série Sublutétia, Romans, Didier Jeunesse (2011-2013).
  • Rockin’ Johnny, livre-CD illustré par Merlin, Didier Jeunesse (2013).

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Sandrine Bonini et Louis Thomas

Par 27 septembre 2017 Les invités du mercredi

Sandrine Bonini fait partie de ces auteur·trice·s dont je surveille chaque sortie. Qu’elle en soit l’autrice ou l’illustratrice, ses livres sont souvent des merveilles, j’avais donc envie de lui poser quelques questions. Ensuite, c’est avec Louis Thomas que je suis parti en vacances, encore un illustrateur dont je suis vraiment fan. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Sandrine Bonini

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J’ai suivi une première formation à l’école des Beaux Arts à Rueil-Malmaison puis j’ai été diplômée en cinéma d’animation aux Arts décoratifs de Paris.
Je me suis tournée vers la littérature jeunesse à la sortie de l’école. L’écriture est arrivée après, lorsque j’ai publié mon premier livre, Secret, aux éditions Autrement, j’ai découvert le plaisir de raconter une histoire non seulement par l’image mais aussi avec les mots.

Parlez-nous de votre nouveau roman, Le lapin qui portait-malheur, comment est née cette histoire de lapin qui semble attirer plein de problèmes sur une famille ?
Je fais souvent appel à ma propre enfance dans mes histoires et comme j’ai une famille nombreuse, j’ai beaucoup d’anecdotes qui sont un merveilleux terreau. Cette histoire s’est produite avec l’une de mes sœurs, qui avait réussi à me persuader d’une chose un peu similaire mais avec une de ses peluches ! Petite, j’étais très sensible aux signes, à la superstition, à une forme de pensée magique et je pense que c’est un sujet qui touche de près les enfants. La volonté de trouver un sens aux choses qui arrivent, de pouvoir expliquer le réel peut emmener très loin dans l’imaginaire. J’aime aussi rendre compte des rapports qui existent au sein d’une famille et de la façon dont les enfants se débrouillent avec ça.

Vous illustrez des histoires d’autres auteurs.trices, vous écrivez des histoires illustrées par d’autres, mais vous faites rarement les deux, pourquoi ?
Lorsque j’ai commencé à publier des livres je faisais tout, le texte et l’image. Et puis au fil des rencontres, sur les salons, dans les ateliers, des projets sont nés. Ce qui m’a amené à faire beaucoup de collaborations sur des livres. Je trouve ça formidable car on associe alors des énergies et cela crée des choses nouvelles, uniques. Aujourd’hui cela me manque un peu de travailler seule, du coup, je prépare deux nouveaux projets où je travaillerai le texte et l’image moi-même. Mais il y a aussi d’autres livres en collaboration qui arrivent !

Comment se passent ces collaborations, êtes-vous tentée d’intervenir sur les textes quand vous êtes l’illustratrice et sur les dessins quand vous êtes l’autrice ?
Non pas vraiment. En tant qu’autrice, je suis toujours époustouflée devant la manière dont un autre illustrateur ou une autre illustratrice va s’emparer du texte et se l’approprier complètement. Il y a une vraie magie qui opère. Parfois on regarde ensemble le découpage et on affine le texte ensemble en fonction des envies ou des réticences de la personne qui va dessiner. Quand je suis au dessin, j’apporte un point de vue mais je ne peux pas intervenir sur le texte d’un autre auteur, c’est trop personnel ce moment de corriger, de peaufiner le texte, je trouve.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
J’aime le changement, j’adore expérimenter des nouveaux outils. Et puis, le texte demande parfois à essayer des choses, à faire des propositions graphiques. J’ai d’abord travaillé troqué mes ciseaux contre une plume et des rotrings, en réfléchissant particulièrement à la ligne, aux motifs ornementaux comme dans la Bataille contre mon lit. Ensuite, j’ai jeté mon dévolu sur l’encre de couleur, mais cela peut encore changer !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
J’adorais les nouvelles, les romans quand j’étais enfant, puis adolescente.
Marcel Aymé reste un de mes auteurs favoris pour les enfants, en particulier avec les contes du Chat Perché. Je trouve qu’il développe un point de vue très malicieux, drôle et vraiment touchant.
J’ai aussi lu et relu – et je relis encore – Pierre Gripari, Rudyard Kipling, La Comtesse de Ségur, Odile Weulersse, Tove Jansson et tous les contes de manière générale, j’en lisais énormément, dans de gros recueils.
Adolescente, je lisais Gaston Leroux, Barjavel, Sir Arthur Conan Doyle et Mark Twain, des histoires tournées vers l’aventure.

Quel.le.s sont, aujourd’hui, les auteurs.trices/illustrateurs.trices qui vous touchent particulièrement ?
Aujourd’hui, il y a des choses extraordinaires dans la littérature pour les adolescents.
J’en lis d’ailleurs très souvent, avec énormément de plaisir. J’aime particulièrement Yves Grevet, Gaia Guasti, Martin Page, Coline Pierré, Jacqueline Kelly, Susin Nielsen et pour les plus jeunes Toon Tellegen, dont je trouve l’écriture puissante et drôle.
Côté images, j’adore la légèreté et l’esprit de Laurent Simon, le travail de Jérémie Fischer, de Julia Wauters, d’Isabelle Arsenault… Et bien sûr les talentueux illustrateurs et illustratrices avec qui j’ai travaillé sur différents albums : Sandra Desmazières, Amélie Graux, Audrey Spiry, Merwan Chabane, Alice Bohl…

Pouvez-vous nous dire quelques mots de vos prochains ouvrages ?
Justement, j’ai en cours l’écriture d’un roman pour adolescents, dans un univers un peu fantastique, que je viens de commencer et que j’aimerais également illustrer…
Je continue aussi la série Igor et Souky aux éditions des Éléphants, avec Sigrid Baffert au scénario, le prochain tome se passera dans l’espace, cette fois !
Le mois prochain, il y a également la sortie de Clémence Évidence, aux éditions Delcourt, une bande dessinée que j’ai scénarisée et qui est dessinée par Merwan.
J’ai également quelques projets d’albums en préparation et aussi un projet de série animée que je développe actuellement, de quoi voir venir pour cette rentrée !

Bibliographie sélective :

  • Clémence Évidence a toujours raison, scénario dessiné par Merwan Chabane, Delcourt (à paraître, octobre 2017).
  • Le lapin qui portait malheur, texte illustré par Amélie Graux, Didier Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon enfant de la terre, illustration d’un texte de France Quatromme, Les éditions des éléphants (2017).
  • Série Igor et Souky, illustrations de textes de Sigrid Baffert, Les éditions des éléphants (2015-2017), que nous avons chroniqué ici et .
  • La reine des truites, texte illustré par Alice Bohl, Grasset Jeunesse (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Vladimir et Clémence, illustration d’un texte de Cécile Hennerolles, Grasset Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Tempête, texte illustré par Audrey Spiry, Sarbacane (2015).
  • La couverture de Jane, illustration d’un texte d’Arthur Miller, Gallimard Jeunesse (2015).
  • Lotte, texte illustré par Audrey Spiry, Sarbacane (2014).
  • Les quatre vœux, illustrations de textes de Richard Erdoes et Alfonso Ortiz, Magnard Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le zoo des légumes, illustration d’un texte de Martin Page, l’école des loisirs (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Petits contes des 1001 nuits, illustration de textes de Claude Lemoine, Tana éditions (2012), que nous avons chroniqué ici.


En vacances avec… Louis Thomas

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Louis Thomas que nous partons ! Allez, en route !

5 albums jeunesse : 

  • Crictor (Tomi Ungerer)
  • Les lunettes du lion (Charles Vildrac, illustré par Noëlle Lavaivre)
  • Charlie et la chocolaterie (Roald Dahl, illustré par Quentin Blake)
  • Marcelin Caillou (Sempé)
  • Madeline (Ludwig Bemelmans)
  • Eloïse (Hilary Knight et Kay Thompson)

5 romans :

  • Les enfants terribles (Jean Cocteau)
  • L’étranger (Camus)
  • Le Procès (Kafka)
  • Zorba (Nikos Kazantzakis)
  • L’amour (Marguerite Duras)

5 films :

  • L’avventura (Antonioni)
  • Pierrot le fou (Godard)
  • Chantons sous la pluie (Donen)
  • 2001 (Kubrick)
  • Love in the afternoon (Wilder)
  • Les 101 dalmatiens (Reitherman)

5 vinyls

  • Solitude (Billie Holiday)
  • Moon beams (Bill Evans)
  • Getz-Gilberto (João Gilberto et Stan Getz)
  • Cripple crow (Devendra Banhart)
  • Live at Pompéii (Pink Floyd)
  • 2 (Mac deMarco)

5 artistes

  • Pablo Picasso
  • David Hockney
  • Devendra Banhart
  • Alice Neel
  • Jean Cocteau

5 lieux

  • Death Valley (USA)
  • Ginostra (Italie)
  • Amorgos (Grèce)
  • Le Quartier latin/montagne sainte Geneviève/Jardin du Luxembourg (Paris)
  • Mon atelier (Paris)

Louis Thomas est auteur et illustrateur.

Bibliographie sélective :

  • Le roi qui n’aimait pas la musique, illustration d’un texte de Matthieu Laine, Gallimard Jeunesse (à paraître, octobre 2017).
  • J’adore les animaux !, illustration d’un texte de Katie Cotton, Milan (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Tarzan poney méchant, illustration d’un texte de Cécile Alix, Poulpe Fictions (2017).
  • Sur mon fil, illustration d’un texte de Séverine Vidal, Milan (2017).
  • Pourquoi je dois dire merci ?, illustrations de textes d’Emma Waddington et Christopher McCurry, Vigot (2017).
  • Pourquoi est-ce que je dois manger mes légumes ?, illustrations de textes d’Emma Waddington et Christopher McCurry, Vigot (2017).
  • Le Sultan Toufou, illustration d’un texte de François Vincent, Didier Jeunesse (2016).
  • New York la nuit, illustration d’un texte d’Arnaud Roi, Milan (2016).
  • Tout ce que les parents ne comprendront jamais !, illustration d’un texte d’Hélène Delavault, les éditions des Braques (2015)
  • Le compositeur est mort – Enquête à l’orchestre, illustration d’un texte de Lemony Snicket, Didier Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Un monstre est entré dans ma vie, illustration d’un texte de Nathalie Kuperman, l’école des loisirs (2014).

Retrouvez Louis Thomas sur Instagram : https://www.instagram.com/louis_thomas_draw.

You Might Also Like