La mare aux mots
Parcourir le tag

Estelle Billon-Spagnol

Comme un roman

Par 19 décembre 2016 Livres Jeunesse

Les albums du jour ne se lisent pas en quelques minutes, ils ressemblent plutôt à de petits romans.

Moi, canard
Texte de Ramona Bădescu, illustré par Fanny Dreyer
Cambourakis
16 €, 145×218 mm, 68 pages, imprimé en Lettonie, 2016.
Le voyage d’Ignacio
Texte d’Anne Cortey, illustré par Vincent Bourgeau
Grasset
15 €, 185x257en mm, 44 pages, imprimé en Espagne, 2016.
Sally Jones – La grande aventure
de Jakob Wegelius (traduit par Agneta Ségol et Marianne Ségol-Samoy)
Thierry Magnier
15,50 €, 160×263 mm, 112 pages, imprimé en République Tchèque, 2016.
La première de la classe est une extra terrestre
Texte de Virginy L. Sam, illustré par Estelle Billon-Spagnol
De la Martinière Jeunesse
12,90 €, 180×330 mm, 64 pages, imprimé en France, 2016.
Le magicien d’Oz
Texte de Michel Laporte (d’après L. Frank Baum), illustré par Olivier Latyk
Père Castor
15,50 €, 227×246 mm, 60 pages, imprimé en Chine, 2016.

You Might Also Like

L’aventure est au coin de la rue

Par 4 octobre 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on se plonge dans deux ouvrages poétiques, oniriques et burlesques qui nous prouvent une fois de plus qu’il n’est pas nécessaire de partir au bout du monde pour rencontrer l’aventure… Deux coups de cœurs !

La grande forêt : le pays des Chintiens
D’Anne Brouillard
L’école des loisirs
18,00 €, 200×298 mm, 80 pages, imprimé en France, 2016.
Le destin (presque) timbré d’Etienne Durillon
Texte de Oren Ginzburg, illustré par Estelle Billon-Spagnol
Grasset Jeunesse
15,00 €, 155×217 mm, 92 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

De drôles d’aventures

Par 24 juin 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, il sera question d’un ourson, d’un instituteur passionné de canards et d’un jeune menteur, trois romans que j’ai lus à ma fille de 8 ans.

Winnie L’Ourson
Texte d’A.A. Milne (traduit par Jacques Papy), illustré par Ernest H. Shepard
Gallimard Jeunesse, dans la collection Bibliothèque Gallimard
11,90 €, 145×200 mm, 176 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
La famille Cerise
Texte de Pascal Ruter, illustré par Maurèen Poignonec
Didier Jeunesse, dans la collection Mon marque page
10,30 €, 130×200 mm, 144 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Clin Tiswoud, journal d’un menteur professionnel
Texte d’Estelle Billon-Spagnol, illustré par Alice Morentorn
Sarbacane, dans la collection Pépix
10,90 €, 140×210 mm, 224 pages, imprimé en Italie, 2016.

You Might Also Like

Les dinos sont parmi nous…

Par 24 mars 2016 Livres Jeunesse

Vous y croyez, vous, à la disparition des dinosaures ? Non ? Et bien vous avez raison ! La preuve en deux albums farfelus.

Je ne suis pas un loup
Texte de Sophie Lescaut, illustré par Éléonore Thuillier
Kaléidoscope
13 €, 250×250 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2016.
Libérez les dinos ! 
Texte d’Ingrid Chabbert et Anne Loyer, illustré par Estelle Billon-Spagnol
Frimousse, dans la collection Papillon
9 €, 150×210 mm, 48 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Les invité.e.s du mercredi : Clothilde Delacroix et Estelle Billon-Spagnol (+ concours)

Par 9 mars 2016 Les invités du mercredi

Cette semaine, on vous propose une interview « hors norme ». En effet, Clothilde Delacroix nous a fait un beau cadeau, elle a accompagné ses réponses à nos questions de dessins, je suis sûr que vous allez, tout comme nous, prendre beaucoup de plaisir (et sourire) en lisant cette interview ! À la suite de ce beau moment, vous pourrez tenter de gagner La paix, les colombes ! qui vient de sortir chez Hélium. Ensuite, c’est un nouveau rendez-vous que nous vous proposons. Régulièrement, nous demandons à un.e auteur.e et/ou illustrateur.trice de nous parler de l’endroit où il.elle crée. Après Dorothée de Monfreid, c’est Estelle Billon-Spagnol qui a accepté de nous parler de son lieu de création. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Clothilde Delacroix

Comment êtes-vous devenue illustratrice ?
J’ai marqué très tôt, un goût prononcé pour mêler ensemble la fiction et le graphisme.
Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsPlus sérieusement, je suis autodidacte. J’ai étudié les arts plastiques à l’université, mais ce que j’y ai appris n’a aucun rapport avec ma pratique d’auteur-illustrateur. C’est l’envie d’aller vers l’autre en racontant des histoires qui m’a amené au dessin. En effet, je n’arrive pas à écrire sans dessiner. C’est pourquoi je me considère plus comme « auteur-illustrateur » que comme illustratrice.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
Selon, j’oscille entre la technique de l’esquive ou l’attaque frontale.
Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsJe me suis essayée  à plusieurs médium, acrylique, encre, aquarelle, crayon de couleur, collage, feutre… J’utilise de plus en plus souvent le numérique ou l’aquarelle, cela dépend du projet. Je travaille toujours la ligne de manière traditionnelle (crayon) et selon le projet, la mise en couleur sera soit numérique soit à l’aquarelle (mon prochain album à sortir au Seuil jeunesse).

Comment sont nées Cocotte, Crocotte et Lolotte, vos héroïnes à l’imagination fertile ?
En urgence et par césarienne.
Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsL’album La valise de Lolotte qui a vu naître les personnages de Lolotte, Crocotte et Cocotte pour la première fois, a existé en de très nombreuses versions avec d’autres personnages, d’autres fins, d’autres techniques graphiques avant de prendre sa forme actuelle. C’est un projet que j’ai charrié pendant un an. En parallèle, je dessinais des petits cochons, des petits crocodiles et des petites cocottes. Un jour, j’ai joué mon « va-tout » avec l’histoire de La valise dans une énième version en insérant ces petits personnages et en modifiant une ultime fois la trame narrative et… voilà…

Dans vos albums les polochons se transforment en gâteaux, les boîtes en bonbon ou encore la mer est en glace à la fraise, vous ne seriez pas un peu gourmande ?
Clothilde Delacroix - Interview La mare aux mots

Comment est né l’album La paix, les colombes ! co-écrit avec Gilles Bachelet ?Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsGilles qui est, comme moi, assez actif sur les réseaux sociaux (Facebook), avait commencé une série de dessins sur les colombes de la paix suite aux évènements de Charlie et à la sur-utilisation à tout-va du symbole de la colombe. Nous aimons bien nous répondre par dessins interposés et nous avons entamé un dialogue de dessins autour de la colombe de la paix. Par la suite, Sophie Giraud de chez Hélium nous a proposé d’en faire un album à quatre mains.

J’aimerais que vous nous disiez quelques mots sur votre travail sur Le chien-chien à sa mémère, la façon dont vous avez illustré ce texte.
J’ai beaucoup étudié sur le terrain.Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsC’est toujours un enjeu important pour moi d’illustrer le texte de quelqu’un d’autre. D’une part parce que je me dis que l’éditeur, en faisant appel à moi, a certainement des attentes et d’autre part parce qu’il s’agit de ne pas décevoir l’auteur tout en réussissant à raconter quelque chose en plus par le dessin, sans étouffer le texte de l’auteur. Mais le texte d’Agnès était suffisamment riche en respirations pour me permettre de trouver ma place. De même, la bienveillance d’Emmanuelle Beulque (éditrice chez Sarbacane) m’a très vite permis de savoir quelle direction prendre tout en me laissant une grande liberté d’action.
En terme de méthode, en général, ma première lecture est toujours très rapide, j’effectue une sorte de survol global, qui favorise les collisions, coalescences ou associations d’idées chez moi et, en général, je vois tout de suite des images, des situations, comme une sorte de film dans ma tête, (encore plus si les situations sont comiques, ou se prêtent aux gags visuels). Puis, toujours très vite, je pose des crayonnés. Après je définis des personnages. Le personnage de mémère n’était pas simple car je le voulais « sans âge ». Pour le chien, j’ai très vite choisi de prendre le contre-pied de l’idée attendue du petit chien-chien. J’ai tout de suite senti que je m’amuserai plus avec un gros chien un peu balourd et que cela me permettrait de mettre en scène un certain nombre de situations amusantes.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsEnfant, j’avais très peu d’albums. Je possédais La petite géante de Philippe Dumas que je relisais encore et encore et j’ai majoritairement lu et (re-re-re-relu, les livres ont souvent été des doudous) les contes classiques, des livres de la bibliothèque rose et une édition très ancienne avec des gravures d’époque des Petites filles modèles de la Comtesse de Ségur qui avait appartenue à ma grand-mère enfant. Deux romans d’enfance qui m’ont marqué : La couronne d’argent de Robert C. O’Brien et Black beauty d’Anna Sewell. J’ai également lu très tôt les BD de Claire Brétecher (Les frustrés, Agrippine) et les BD « humour noir » qui traînaient à la maison et m’ont beaucoup marquées.
Mais je pense que ce qui a le plus marqué ma manière de travailler, se trouve dans l’image animée. Enfants, nous nous repassions en boucle les cassettes en VO des Tex Avery  que nous connaissions par cœur et les Silly Symphonies (les tout premiers Disney qui datent de 1930). Il y a dans ces dessins animés une forme de logique visuelle et narrative à laquelle je suis particulièrement sensible.

Et quel.le.s sont les illustrateurs.trices qui vous inspirent aujourd’hui ou dont le travail vous séduit, tout simplement ?Clothilde Delacroix - Interview La mare aux mots

Vaste question… J’aime les images en général, donc ce n’est pas si simple. Je vais donc aller vers le travail des « auteurs-illustrateurs »… Je suis très sensible au travail de Gilles Bachelet, Dorothée de Monfreid, Lisa Mandel, de Claire Brétecher ou Catherine Meurisse…

Quels sont vos projets ?

Clothilde Delacroix - Interview La mare aux motsJ’ai un album à paraître en avril chez Talents Hauts Gros mensonges, un autre assez conséquent et sur lequel je travaille depuis plus d’un an, à paraître à la rentrée au Seuil jeunesse Presque toute la vérité sur les lutins, un nouveau Lolotte Bonne nuit Lolotte va sortir au printemps à l’école des loisirs et je termine le prochain à sortir en septembre Le goûter de Lolotte, je vais également entamer le travail sur un nouvel album chez Sarbacane toujours avec Agnès de Lestrade. Je travaille également en parallèle sur des projets pour la presse (Tralalire, Picoti) avec qui je collabore régulièrement.

Une dernière question, si quelqu’un qui ne vous connaît pas lit cette interview et veut vous découvrir avec un seul de vos ouvrages, lequel lui conseilleriez-vous ?
Clothilde Delacroix - Interview La mare aux mots
Je les lui conseillerais tous ! Ah ! Ah ! Ah ! Non, plus sérieusement, je lui en conseillerais deux : La valise de Lolotte (École des loisirs, Loulous & Cie) pour les petits et Presque toute la vérité sur les lutins (pour les plus grands à paraître au Seuil à la rentrée).

Image extraite de l’album « Presque toute la vérité sur les lutins » à paraître à la rentrée 2016 aux Éditions du Seuil jeunesse.

Image extraite de l’album Presque toute la vérité sur les lutins à paraître à la rentrée 2016 aux Éditions du Seuil jeunesse.

Retrouvez Clothilde Delacroix sur son blog : http://clothildedelacroixillustrations.blogspot.fr.

Bibliographie :

À paraître

Concours :
La paix, les colombes !Grâce aux éditions Hélium nous allons pouvoir offrir à l’un.e de vous un exemplaire de La paix, les colombes !, l’album que Clothilde Delacroix a coécrit avec Gilles Bachelet. Pour participer, commentez cet article. Nous tirerons au sort parmi tous vos commentaires, vous avez jusqu’à mardi 20 h ! Bonne chance à tou.te.s !


Quand je crée… Estelle Billon-Spagnol

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur.trice.s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur.e.s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur.trice.s dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement nous demandons à des auteur.e.s et/ou illustrateur.trice.s que nous aimons de nous parler de comment et où ils créent. Cette semaine, c’est Estelle Billon-Spagnol qui nous parle de quand elle crée.

Atelier Estelle Billon SpagnolCe que j’aime, et qui marche, c’est mettre le réveil à 5 heures du matin et m’installer direct à mon bureau avec mon premier café. Le cerveau est encore endormi, la main pas très sûre limite j’m’en foutiste, mais j’ai découvert un truc : cet état est précieux ! Parce que je ne suis pas, alors, dans la réflexion et dans la spirale qui s’en suit (questionnement, puis doute qui amène dispersion et mauvais stress, et enfin feuille blanche) mais dans un élan instinctif plutôt efficace (je trouve). Du coup j’en profite pour crayonner des pages mises de côté parce que zéro idée en pleine journée. Ou j’encre des planches hyper importantes.
Cette discipline du petit matin m’est nécessaire.
Les crayonnés, l’encrage, la couleur : je fais tout à mon bureau. Bureau dans le salon. Zéro embouteillage, manque juste un petit transport quand même, pour le mouvement.
L’écriture, elle, c’est la liberté ! J’écris souvent dans des cafés. Le brouhaha, la musique, tout ça m’aide à entrer encore plus dans ma bulle. L’idéal serait que je puisse un peu y dessiner aussi, mais… c’est un truc que je ne sais pas faire. Dommage. Même gribouiller, c’est impossible.
Pour le dessin il me faut mon bureau, mon matériel, du calme ou alors du bruit choisi. Souvent je me rends compte en fin de journée que j’ai passé la journée dans le silence.
Ça c’est pour les projets lancés. Pour ceux qui n’existent encore que dans ma tête, j’ai plusieurs carnets, des feuilles volantes, des billets de train en cas d’urgence. Juste des mots, des sensations, des idées, des thèmes, des persos notés/dessinés en vrac. Vite fait. N’importe quand n’importe où. Que je ne relis jamais, d’ailleurs. Mais je me dis que si l’idée est bonne, elle saura revenir. Sauf pour le roman que je suis en train d’écrire. Je me découvre organisée : j’ai un carnet dédié, que je remplis plusieurs fois par jour pour y noter des passages, des trucs qui collent à mes personnages etc.
J’ai toujours plusieurs projets en cours alors je jongle. J’aime bien alterner des recherches et de la couleur. Changer d’univers dans la journée. Dessiner et écrire. Boire un thé ou un café. Quand je bloque, je passe à autre chose (et je le laisse pour la session 5 heures du mat’).
Le soir je fais des listes. En notant, par ordre de priorité, tout ce que je dois faire le lendemain. Du mail jusqu’à un détail de la planche 24 à reprendre. Comme ça la nuit je suis dispo pour les nouvelles idées (je rigole, je ne fais plus du tout confiance à ces fulgurances nocturnes).

Estelle Billon-SpagnolEstelle Billon-Spagnol est auteure et illustratrice

Bibliographie sélective :

Retrouvez Estelle Billon-Spagnol sur son blog, sa page facebook et dans l’interview que nous avions fait d’elle.

You Might Also Like