La mare aux mots
Parcourir le tag

Flammarion

À l’assaut du vaste monde

Par 19 mai 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on part explorer la planète avec deux très beaux documentaires qui nous embarquent sur tous les continents. Attachez vos ceintures… c’est parti !

Merveilleux paysages pour petits explorateurs
Texte d’Élisabeth Dumont-Le Cornec, illustré par Agathe Demois
Belin Jeunesse
22,90 €, 280×350 mm, 96 pages, imprimé en France chez un imprimeur écoresponsable, 2017.
Le grand livre du monde
Texte d’Estelle Vidart, illustré par Nathalie Ragondet
Père Castor Flammarion
14 €, 235×300 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Quelques romans

Par 14 avril 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des romans, pour des âges différents.

La diamanterie ou les vacances d’une fille bancale
Texte de Laure Monloubou, illustré par Robin
Amaterra
12,50 €, 140×205 mm, 183 pages, imprimé en UE, 2017.
Le jour fantastique pourri de mon élection
Texte de Charlotte Moundlic, illustré par Ronan Badel
Albin Michel Jeunesse
7,90 €, 134×201 mm, 112 pages, imprimé en Espagne, 2017.
Les cousins Karlsson – carte au trésor et code secret
de Katarina Mazetti (traduit par Marianne Ségol-Samoy et Agneta Ségol)
Thierry Magnier dans la collection Gaïa
7,20 €, 120×180 mm, 250 pages, imprimé en France, 2017.
On ne mange pas son meilleur ami !
de Simona Lia (traduit par Marie Hermet)
Flammarion Jeunesse
12 €, 135×210 mm, 192 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
De nos propres ailes
de Kinga Wyrzykowska
Bayard
14,90 €, 140×210 mm, 368 pages, imprimé en Italie, 2017.

You Might Also Like

Histoires de familles

Par 27 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on s’intéresse aux familles, à toutes les familles ! Le premier livre nous les présente dans toute leur diversité, et le second nous fait découvrir celle d’une fillette et de ses deux papas.

Les papas de Violette
Texte d’Émilie Chazerand, illustré par Gaëlle Soupard
Gautier-Languereau
10,50 €, 208×238 mm, 35 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Familles
Texte de Patricia Hegarty (traduit par Anne-Judith Descombey), illustré par Ryan Wheatcroft
Flammarion
13,50 €, 280×260 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Des ours exilés et un conte chamboulé

Par 3 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on rencontre une bande d’ours polaires à la recherche d’une terre d’asile, puis on va bousculer les contes traditionnels !

Bienvenus 
de Barroux (traduit par Élisabeth Duval)
Kaléidoscope
13 €, 252×280 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2017.
La dernière histoire du soir
de Nicolas O’Byrne (traduit par Rose-Marie Vassallo)
Père Castor-Flammarion
13,50 €, 237×298 mm, 44 pages, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Vies pendant la Shoah [article en libre accès]

Par 27 février 2017 Livres Jeunesse

Lorsque j’ai eu envie d’écrire cette chronique, j’avais en tête l’idée qu’il fallait rappeler ce qu’il s’était passé il y a si peu de temps (les arrières grands-parents de nos enfants ont pour la plupart connu cette période… Ce n’est pas il y a 200 ans). À quelques mois des élections, je trouvais primordial de parler à nos enfants de la barbarie qui vient avec le fascisme. J’avoue m’être dit, à plusieurs moments, en lisant ces deux BD et ces trois romans que quand même, heureusement, on n’en était pas là, que ça n’arriverait plus aujourd’hui. Et mardi, alors que je préparais cette chronique, deux jeunes se sont fait agresser parce qu’ils portaient une kippa. Le devoir de mémoire est important, nos enfants doivent savoir, parce qu’il ne faut plus que ça arrive. Il ne faut plus qu’on laisse monter les extrémistes, apprendre l’Histoire est la meilleure chose à faire pour que les horreurs d’hier ne se reproduisent pas. Apprendre à nos enfants ce qu’il s’est passé c’est aussi couper l’herbe sous le pied aux négationnistes de tous poils qui voudraient leur faire croire sur certains sites que tout ça n’a pas existé. Voici donc deux BD et trois romans, pour ne pas oublier.

Irena travaille dans le ghetto de Varsovie. Nous sommes en mars 1941 et cette femme au fort caractère fait tout son possible pour aider ceux et celles qui sont enfermés là. Seulement, il y a des choses que le département d’aide sociale dans lequel elle travaille n’a pas prévu. C’est la peur au ventre pour ceux et celles qui travaillent avec elle et qu’elle entraîne dans son geste fou, qu’Irena va aller plus loin que les tâches qui lui sont confiées.
Irena a existé, elle s’appelait Irena Sendlerowa et les auteurs de la BD se sont documentés sur elle pour écrire cette magnifique série qui comptera trois volumes. Irena c’est un album extrêmement fort sur une femme qui décida un jour de sauver des enfants. Un bel album, mais parfois extrêmement dur (mais fallait-il enjoliver la réalité ou raconter ?) si bien qu’il sera peut-être nécessaire d’accompagner de jeunes enfants qui souhaiteraient le lire (car graphiquement, les plus jeunes vont être attirés).
Un album extrêmement fort sur une femme qui sauva de nombreux enfants du ghetto de Varsovie, si fort qu’on a du mal à le refermer… On attend la suite avec impatience !

Heinz, Trude, Ruth, Martin, Suzanne et Arek ont été des enfants juifs qui ont connu la guerre. Aujourd’hui, ils racontent. Leurs six témoignages rappellent la vie dans cette sombre période de l’Histoire quand on était juif. Ils racontent la persécution, les séparations, la fuite et bien d’autres choses encore.
Si Rescapés de la Shoah est, comme l’indique le communiqué de presse, illustré de façon à « dire les choses vraies, mais sans qu’elles soient insoutenables pour les jeunes lecteurs », ses illustrations seront aussi bien plus clivantes (personnellement, je trouve ça extrêmement laid). Mais il faudra aller au-delà pour ceux et celles qui comme moi seront repoussés par les dessins, car ce sont ici de vrais témoignages, forts et poignants. Chacun y raconte son enfance, puis on apprendra ce qu’il ou elle est devenu.e. On trouvera même un glossaire et des conseils lecture pour aller plus loin en fin d’ouvrage.
Un ouvrage qui nous permet de lire six témoignages d’enfance pendant la Shoah.

Ménaché Rozenbaum a fui la Pologne pour se retrouver en Belgique. Ce jeune juif va entrer dans la résistance, malheureusement il sera pris par les Allemands en possession de journaux clandestins et durant huit mois il va subir les pires tortures. Mais Ménaché a survécu, âgé de 95 ans il raconte. Il parle de son enfance, de ses ancêtres, mais surtout de la guerre.
Il faut absolument oublier les quelques maladresses de 8 mois dans les caves de la Gestapo (dans le texte et graphiquement) et lire ce témoignage fort, mais non dénué d’humour. Dans des chapitres courts, Ménaché Rozenbaum raconte : le ghetto, la résistance, la déportation, mais aussi sa vie de tailleur ou sa rencontre avec celle qui est devenue sa femme. Chaque chapitre est consacré à un sujet et se lit presque indépendamment des autres à tel point qu’il y a parfois des redites, qu’on se perd dans la chronologie, mais on a le sentiment de passer une soirée à écouter le vieil homme nous raconter sa vie, son enfance, témoigner. Et même si parfois on est un peu perdu, on est passionné par le propos, captivé par son histoire et au final on aura rencontré une personne qu’on n’est pas prêt d’oublier.
Un témoignage passionnant sur la guerre à lire comme on écouterait quelqu’un nous raconter sa vie.

Ilse commence son journal en 1938. Elle raconte sa vie, ses amies, sa famille, mais elle parle aussi de ce qui se passe autour d’elle : la nuit de cristal qui vient d’avoir lieu quand elle commence son journal, les privations de droits des juifs (d’ailleurs, elle-même n’a bientôt plus le droit d’aller à l’école) ou les persécutions. Mais bientôt, la vie d’Ilse va peut-être prendre un tournant inattendu.
J’ai fui l’Allemagne nazie est un roman passionnant et totalement original. Parce qu’il s’arrête en 1939 (même si un épilogue nous permet de faire un saut dans le temps) alors que la plupart des romans sur cette période couvrent plutôt les années suivantes, parce qu’il nous parle d’un événement peu connu (la fuite vers Cuba de 900 juifs) et l’on pourrait ajouter parce qu’il est sous forme de journal (même si ce n’est pas le premier). Voilà un roman qui va donner le goût de la lecture à ceux et celles qui ne l’ont pas, parce que le procédé du journal nous permet d’entrer en empathie tout de suite avec Ilse et qu’il permet aussi de faire en sorte que les chapitres sont courts. Parce que l’histoire est passionnante, pleine de rebondissements et qu’on ne sait pas comment ça va finir. Il est difficile de lâcher ce beau roman avant de l’avoir terminé.
Une jeune fille raconte la guerre et sa fuite, et ça donne un très beau roman.

Max vient d’avoir un poisson, il est rouge, avec un peu de jaune, il l’a appelé Auguste comme le clown au cirque qui l’a tant fait rire. L’eau du bocal fait de petites vagues quand les Allemands passent en faisant claquer leurs bottes. Max a une étoile sur ses vêtements, il la regarde briller, il aime cette étoile même si on lui a dit à l’école qu’elle puait (alors qu’elle ne sent rien, Max l’a reniflée pour vérifier). Max est un peu triste, alors que c’est son anniversaire il est emmené dans un grand stade où il y a plein de gens qui ont aussi des étoiles, du coup personne ne le lui fête.
Je termine par un énorme coup de cœur, Max et les poissons, un roman extrêmement fort et terriblement bien écrit par Sophie Adriansen. La force du roman, c’est l’écriture qui retranscrit parfaitement la voix de l’enfant, mais avec une extrême poésie et des phrases terriblement fortes (« la guerre, ça fait marcher les Allemands dans les rues et serrer fort les mains des petits garçons », « Le ciel est plein d’étoiles. Moi, avec la mienne, je suis un shérif », « les voisins disent “rafle” dans l’escalier, le mot fait le son du balai à poils secs qu’on passe sur le sol. »…). En fin d’ouvrage, quelques repères historiques.
Un roman magnifique à lire absolument, à offrir à tous les enfants à partir de 9 ans et même à leurs parents.

D’autres livres sur le sujet que nous avons chroniqué : la magnifique quatrilogie Une île trop loin, Surtout ne prends pas froid, Alex et Léon dans les camps français 1942/1943, Le royaume d’Eliousha et Les carnets de Lieneke.
À noter qu’en ce moment le Mémorial de la Shoah propose une exposition Shoah et bande dessinée. Plus d’infos.

Irena – T1 – Le Ghetto
Scénario de Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël, dessin de David Evrard, couleurs de Walter
Glénat dans la collection Tchô !
14,95 €, 240×320 mm, 67 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Rescapés de la Shoah
Texte de Zane Whittingham et Ryan Jones (traduit par Faustina Fiore)
Flammarion
15 €, 208×289 mm, 96 pages, imprimé en Chine, 2017.
8 mois dans les caves de la gestapo
de Ménaché Rozenbaum et Jacques Sobieski
Je réussi dans la collection Romans
9,90 €, 140×219 mm, 119 pages, imprimé en CE, 2014.
J’ai fui l’Allemagne nazie, journal d’Ilse 1938-1939
de Yaël Hassan
Gallimard Jeunesse dans la collection Folio Junior
4 €, 124×178 mm, 112 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Max et les poissons
Texte de Sophie Adriansen, illustré par Tom Haugomat
Nathan
5,20 €, 120×181 mm, 88 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.

You Might Also Like