La mare aux mots
Parcourir le tag

Galapagos

Adolescentes

Par 7 décembre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on retrouve Chloé et on découvre Laure, deux adolescentes attachantes !

le bonheur en cinq mensongesAutant vous le dire tout de suite, j’avais adoré Le bonheur en cinq lettres, et j’ai de nouveau eu le coup de cœur pour la suite des aventures de Chloé, Le bonheur en cinq mensonges. Dans le premier tome, Chloé devait faire le deuil de sa maman, de façon plutôt originale. On la retrouve cinq ans plus tard. Elle a 20 ans et un petit ami, mais toujours pas d’idée sur la forme que prendra sa vie. Tout n’est pas réglé… Elle découvre le monde des adultes, et peine  un peu à trouver sa place. Pourquoi les parents de Benjamin ne veulent-ils pas la rencontrer ? Peut-elle tout accepter de la part de Marjolaine, même si c’est sa meilleure amie ? Ce sont encore beaucoup de questions pour une seule file !

Quel plaisir de retrouver Chloé et la plume de Pascale Perrier ! Toujours ce subtil mélange entre éléments simples du quotidien auxquels tout le monde est confronté, et événements un peu plus improbables qui viennent pimenter l’histoire ! Les personnages sont drôlement bien campés, et très vivants. On s’attache, on les suit, on les retrouve, et même si on n’a pas lu le premier tome, je pense qu’on peut tout à fait prendre du plaisir avec cette histoire. Amour, amitié, relations familiales compliquées, on parle de sujets proches des lecteurs. J’ai souri franchement, été émue souvent et il me tarde de découvrir la suite !

coup de talon

Autre fille, autre histoire. Laure a subi une agression dans le métro : insultes, humiliation, et même gestes déplacés. Sa sœur Lucie a assisté à la scène. Mais Laure, honteuse, lui a fait promettre de ne rien dire. le silence s’installe, l’adolescente se replie sur elle progressivement, et pour Lucie, le poids du secret est lourd à porter…

Comment aider Laure ? Est-il possible de garder pour soi de tels événements ? Sylvie Deshors aborde un sujet délicat, mais néanmoins important, et je trouve qu’encore une fois, le livre est un formidable support. On n’est pas obligé d’être concerné pour apprécier cette histoire d’ailleurs : on y trouve aussi une belle histoire d’amitié entre sœurs, une réflexion sur les relations filles-garçons à l’adolescence et une jolie leçon de vie. On se retrouve dans les questionnements de Lucie, et on imagine très bien le malaise de Laure… Un roman court mais percutant pour traiter d’un sujet difficile !

Quelques pas de plus…
Retrouvez la chronique de Le bonheur en cinq lettres, premier tome de la série de Pascale Perrier.

Le bonheur en cinq mensonges
de Pascale Perrier
Archipel
15,95 €, 140 x 210 mm, 183 pages, imprimé en France, 2013
Coup de talon
de Sylvie Deshors
Talents Hauts
7,00 €, 124 x 190 mm, 96 pages, imprimé en France, 2013

A part ça ?

Le musée d’Art Ludique a ouvert à Paris le 16 Novembre ! Un nouveau lieu à découvrir !

Marianne

You Might Also Like

Grandir sans ses parents

Par 7 mai 2013 Livres Jeunesse

Deux fratries qui apprennent à grandir seules, sans leurs parents.

Pour toi je décrocherai la lune

Bob a douze ans. Il a une petite sœur un peu particulière Marie-Claire, que tout le monde surnomme le Rat, et que jamais il n’abandonnera. Au décès de leur père, qui les élevait seul depuis longtemps, ils se retrouvent sans famille. On leur confie alors qu’ils ont un oncle à New-York. Qu’à cela tienne, puisque plus rien ne les retient ici et qu’ils ne veulent surtout pas être séparés, ils partent à sa recherche ! Leur aventure à Manhattan promet d’être pleine de rebondissements… Tout au long de ce périple américain hors-normes, les enfants resteront soudés !

Attention bourrasque en vue ! Que d’énergie dans ce roman ! Ces enfants sont « décoiffants ». Même si la situation paraît peu vraisemblable, on se laisse entraîner avec plaisir dans leur aventure, leur voyage incroyable. Ils vont rencontrer tout un tas de personnages, plus ou moins sympathiques, mais tous hauts en couleurs. Bob et Marie-Claire ont du caractère et ils ne tarderont pas à se faire tout un tas d’amis, qui pourront les aider dans leur quête. A moins que ça ne soit eux qui leur apporte le plus finalement ? Gregory Hughes nous plonge dans la vie américaine et l’ébullition new-yorkaise, et on s’y croit ! Après quelques hésitations au début de ma lecture, le temps que l’histoire s’installe, j’ai finalement eu du mal à m’arrêter de lire le soir, pressée de savoir comment, plusieurs fois, les enfants allaient s’en sortir ! Captivant, dépaysant, mais aussi drôle et émouvant, Pour toi je décrocherai la lune est un roman qui rend hommage à la force de la fratrie, qui malgré quelques chamailleries, peut rester unie dans l’adversité. La recherche de cet oncle est avant tout un moyen de rester ensemble, envers et contre tout, et surtout jusqu’au bout. On s’attache très vite à ce Rat, petite fille hors du commun, et à son grand frère, si courageux et bienveillant pour sa petite sœur extraordinaire, fragile malgré tout.

le bonheur en cinq lettres

Le père de Chloé vit dans les îles depuis longtemps, avec sa nouvelle femme et leurs enfants. Elle a appris à faire sans lui, et vit avec ses frère et sœur, Gaspard et Joséphine, et leur mère. Mais celle-ci est foudroyée par la maladie et s’éteint en quelques semaines. Avant de mourir, elle a pris le soin et le temps d’écrire cinq lettres à ses trois enfants, qu’ils devront ouvrir chaque 24 décembre, pendant cinq ans. Elle veut les accompagner encore un peu, et surtout les guider vers le bonheur. Joséphine, majeure au moment du décès accepte d’être la tutrice légale de Gaspard et Chloé, et tous les trois essaient de continuer à vivre et à grandir, tous seuls, entre les études de médecine de l’une, la passion pour les jeux vidéos et l’opéra de l’autre, et les expériences amoureuses de la troisième. Sans oublier la visite annuelle chez le notaire, pour ouvrir la nouvelle lettre. Mais Le bonheur en cinq lettres est-il possible ?

Comment vivre et continuer de grandir quand on vient de perdre sa mère et qu’on ne peut pas vraiment compter sur son père (chez qui on sent malgré tout une certaine tendresse pour ses enfants) ? Alors que le sujet est particulièrement difficile, Pascale Perrier sait toucher et émouvoir, sans tomber dans la mièvrerie. J’ai souvent trouvé que le ton était juste : non, les enfants ne sont pas toujours enchantés de ce « cadeau » que leur a fait leur maman avec ses lettres, qui finalement, chaque année, ravivent la douleur. Non, Marjolaine, la meilleure amie de Chloé n’a pas une famille aussi parfaite qu’on peut le penser. Non, une histoire d’amour ne finit pas toujours bien. Non, choisir à 18 ans ce que l’on veut faire plus tard n’est pas chose aisée. J’ai aimé cet équilibre entre réalisme et optimisme : ce n’est ni tout noir ni tout blanc, et bien plus réalise ainsi ! Les mots sont choisis et le style percutant, mais très souvent, on sourit. Avant d’être orpheline, Chloé est une adolescente, et ce roman est aussi l’occasion d’aborder des thèmes aussi variés que la famille, l’amitié, ou l’orientation. Ce n’est pas toujours facile, et même si tout n’est pas toujours rose, c’est la vie, et il faut faire avec !

Découvrez une vidéo de présentation par l’auteur, où l’on apprend notamment que ce roman est le premier tome d’une série de cinq, à paraître ! Il me tarde de découvrir la suite !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres romans qui traitent du deuil : Chez moi, Ce crime, Un kilo d’oranges, Adieu Benjamin, Un marronnier sous les étoiles, Ma soeur vit sur la cheminée, entre autres. Et pour d’autres idées de livres sur la mort, pour tous les âges, consultez notre fiche thématique.

Pour toi, je décrocherai la lune
de Gregory Hugues traduit par Benjamin Legrand
Seuil Jeunesse
13,90 €, 140 x 205 mm, 376 pages, imprimé en France, 2013
Le bonheur en cinq lettres
de Pascale Perrier
Galapagos
15,95 €, 140 x 210 mm, 205 pages, imprimé en France, 2013

A part ça ?

Les éditions Dadoclem lancent un Concours bilingue pour la troisième année consécutive, pour les enfants de 8 à 14 ans. Cette année, le thème retenu est celui du sport. Plus d’informations sur le site des éditions Dadoclem.

Marianne

 

 

 

You Might Also Like

Entre des parents qui ne s’aiment plus…

Par 3 janvier 2013 Livres Jeunesse

Un thème pas toujours facile à aborder : la séparation des parents. Deux albums qui l’abordent de façon très différente.

Mon cartable

Marin a une chose qui ne le quitte jamais : son cartable. C’est la seule chose qui le suit chez son père et chez sa mère. Ce cartable était autrefois une sorte de coffre où il cachait des trésors, maintenant il sert aussi de boîte aux lettres entre ses parents, il sert aussi à transporter les affaires pour la semaine le dimanche soir.

Anne-Gaëlle Balpe fait passer énormément de choses avec cette histoire de cartable, et Mon cartableles fait passer avec beaucoup de finesse. Elle parle ici du sentiment qu’ont les enfants de divorcés de jouer les tampons entre les parents, d’être un facteur, écouter les griefs qu’ils ont l’un envers l’autre. Ce cartable qui était un des « objets fétiches » de l’enfant devient quelque chose de lourd à porter. C’est bien sûr également une métaphore sur tout ce que Marin doit maintenant porter sur ses épaules, emporter avec lui. Un très très beau texte. Côté illustrations, on est sensible ou pas au travail de Lisa Zordan, je pense… je vous laisse voir vous-même à quel clan vous appartenez ! Dans tous les cas on ne peut pas lui enlever qu’elle apporte de la douceur et de la poésie au texte (qui n’en manquait pas).

Est-ce que vous m'aimerez encore... ?Un enfant se demande si ses parents qui passent leur temps à se disputer le font à cause de lui, est-ce à cause de lui que ses parents ne s’aiment plus ? Et lui… l’aiment-ils encore ?

Ici c’est d’un couple en pleine séparation dont parle Laurie Cohen, avec les cris, les pleurs… et le questionnement des enfants. Les superbes illustrations de Cécile Vangout est-ce que vous m'aimerez encore(quel talent…) font de l’album un livre plein de douceur, de poésie mais sans mièvrerie. Même si je suis moins fan du texte de ce livre par rapport au précédent, il y a un superbe passage, une simple phrase : « Mais moi, j’ai bien vu que dans ses gâteaux il y a plein de larmes qui coulent. C’est pour ça que des fois il y a un petit goût de sel… » est une des plus belles phrases que j’ai lu dans un livre jeunesse récemment.
Des extraits ici.

Quelques pas de plus…
Beaucoup d’autres livres sur le divorces dans notre fiche thématique.
Retrouvez :
– notre interview d’Anne-Gaëlle Balpe et ses livres que nous avons chroniqués : De vrais amis, Le grand n’importe quoi, Rouge Bitume, Noël en juillet, On n’a rien vu venir, Bonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai… Grand Méchant Loup ! et Les potions de Papi-guérit-tout.

– notre interview de Cécile Vangout et nos chroniques de ses livres : Lulu et Moussu, Je n’irai pas !, J’attends Mamy et Giga Boy.
– les autres livres de Laurie Cohen que nous avons chroniqués : Dans le ventre de maman et Ma voisine est une sorcière.

Mon cartable
de Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Lisa Zordan
Kilowatt
10€, 173×243 mm, 30 pages, imprimé à Singapour, 2012.
Est-ce que vous m’aimerez encore… ?
de Laurie Cohen, illustré par Cécile Vangout
Galapagos
12,94€, 241×181 mm, 32 pages, imprimé en France, 2012.

A part ça ?

Sur le forum nous avons commencé à répertorier les cartes de vœux des auteurs, illustrateurs, maisons d’éditions… ça donne une jolie galerie que vous pouvez consulter (voire compléter) ici.

Gabriel

You Might Also Like