La mare aux mots
Parcourir le tag

Gallimard Jeunesse

De la musique et des sablés

Par 5 février 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre deux beaux albums qui évoquent des sujets graves avec beaucoup de finesse.

You Might Also Like

Drôles de doudous !

Par 17 août 2015 Livres Jeunesse

La valise roseÀ la naissance, certains offrent un nounours, un vêtement ou un jouet quelconque. Sa grand-mère à lui lui avait offert une valise rose. Déjà une valise c’est plutôt incongru comme cadeau, mais, alors que c’était un garçon, une valise… ROSE ! Pourtant très vite, la valise rose était devenue son doudou.
Susie Morgenstern pour le texte, Serge Bloch pour les illustrations, La valise rose a de beaux parents !
On peut voir dans cet album une histoire sur ce qu’on transporte avec nous, notre bagage (qui nous vient parfois de nos parents), et que l’on est obligé de mettre de côté quand vient l’âge adulte. On peut aussi y voir basiquement une histoire de doudou un peu particulier et comment, parfois, les enfants choisissent l’objet le plus encombrant et le moins pratique pour en faire l’objet qui doit les accompagner partout. En tout cas, c’est un album très drôle et très beau (Gallimard a d’ailleurs fait un beau boulot d’éditeur avec un beau papier et une couverture toilée).
Une valise rose comme doudou ? Et pourquoi pas ?

Zeuuuh et le secretZeuuuh est le monstre de madame Verte, le genre de monstre qui ne sait pas tenir sa langue. Aussi quand Zeuuuh entend madame Pipelette raconter que Kaô, son monstre à elle, a un doudou, il sait qu’il va avoir du mal à ne pas raconter ce secret… Il le dit même au premier ami qu’il croise… mais le secret est devenu un nuage, et il décide de tout faire pour le rattraper.
On pense bien sûr fortement à l’histoire du roi Midas en lisant Zeuuuh et le secret. J’ai été vraiment séduit par les illustrations d’Amandine Notaert pleines de pep’s et de couleurs. On parle ici des secrets, des doudous et d’assumer d’en avoir un ! On évoque aussi les moqueries et la solidarité.
Un album moderne et coloré sur les doudous et les moqueries.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Susie Morgenstern (Yoyo : Je ne veux pas dormir et La liste des fournitures) et de Serge Bloch (Le cinéma, Graine de bébé, Mon copain bizarre et Les contes de la Folie Méricourt).

La valise rose
Texte de Susie Morgenstern, illustré par Serge Bloch
Gallimard Jeunesse
13,50€, 177×245 mm, 28 pages, imprimé en Italie, 2015.
Zeuuuh et le secret
Texte de Marine Chastenay, illustré par Amandine Notaert
Éditions Clochette dans la collection Le LivreAmi
14€, 243×294 mm, 32 pages, imprimé en UE, 2015.


Gabriel

You Might Also Like

Tout savoir sur les chantiers et les véhicules !

Par 14 août 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux documentaires hors du commun !

les grands chantiers animésNos immeubles, les tunnels que nous empruntons en voiture, en train ou en métro, mais aussi les parcs d’attractions, les autoroutes, les ponts et les avions, les chantiers autour de nous sont nombreux. Certains par leur ampleur ou leur complexité sont particulièrement impressionnants. Anne-Sophie Baumann et Didier Balicevic nous proposent une immersion au cœur de ces constructions imposantes et complexes pour tout comprendre de l’intérieur. Comme pour Engins et machines animés, les dessins sont extrêmement fouillés, fourmillent de détails et le très grand format de l’album permet de tous les apprécier. Les informations, simples et claires sont disséminées sur chaque double page pour coller au plus près des dessins. À la fois ludique, instructif et interactif grâce aux nombreux volets et tirettes, cet album documentaire hors-norme est de nouveau une réussite !
Retrouvez des visuels de ce livre sur le site de l’éditeur.

camion de pompiers et véhicules d'urgenceComment est équipé un camion de pompiers ? Comment se déroule un sauvetage en hélicoptère ? Quelle est la vitesse d’une voiture de la police ? De quelle manière les bombardiers d’eau font-ils face aux incendies de forêt ? Autant de questions dont les réponses se trouvent dans Camion de pompiers et véhicules d’urgence, un album documentaire qui présente sur chaque double page un véhicule, ses principales caractéristiques. Chris Oxlade donne de petites informations simples et claires disséminées autour d’une grande illustration réaliste et fidèle de chaque engin, réalisée avec finesse par Gareth Llewhellin. Et surtout, à la fin de l’ouvrage, on trouve de quoi construire un camion de pompiers en carton de 30 cm de long en assemblant des pièces prédécoupées, ainsi que deux planches d’autocollants métallisés sur le thème des véhicules d’urgence.
Un album qui encore une fois, allie l’utile à l’agréable !
Le même vu par Maman Baobab

Quelques pas de plus
Retrouvez d’autres documentaires sur notre
tableau Pinterest.

Les grands chantiers animés
Texte d’Anne-Sophie Baumann, illustré par Didier Balicevic
Tourbillon
19,99 €, 255 x 336 mm, 20 pages, lieu d’impression non précisé, 2014.
Camion de pompiers et véhicules d’urgence
Texte de Chris Oxlade, illustré par Gareth Llewhellin
Gallimard Jeunesse
14,99 €, 286 x 192 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Chaque année, National Geographic organise un concours de photographies ! Les clichés gagnants de l’édition 2015 ont été révélés.

Marianne

You Might Also Like

Doudous et tétines

Par 11 août 2015 Livres Jeunesse

la petite boîteLe roi rentre dans son château avec une mystérieuse boîte bleue. Dans son bain, à table, sur son trône, il emporte sa petite boîte partout et ne cesse de la couver du regard. Quel trésor rarissime peut-elle bien contenir ?
Si vous avez bien lu le titre de cette chronique, vous devinerez facilement quel joyau de la couronne abrite la petite boîte bleue. Il s’agit bien entendu du doudou du roi. Les plus jeunes lecteurs et lectrices se reconnaîtront dans cet unique personnage. Il est, en effet, lui-même très petit. Le mobilier de son royaume paraît surdimensionné en comparaison à ce minuscule souverain. Les enfants sont aussi très sensibles au style naïf des illustrations composées de grands aplats de peintures dont on distingue les traces de pinceaux comme on devine nettement les tracés de construction au crayon. Elles sont assez proches des peintures qu’ils peuvent eux-mêmes réaliser : le roi a une figure bien ronde, avec deux ronds de peinture rouge pour figurer ses bonnes joues.
Le style d’Éric Battut s’accorde tout à fait avec l’état d’esprit enfantin. En plus des images, le texte joue sur la répétition d’une phrase qui fonctionne comme un refrain. L’air de rien, l’histoire emmène le petit-roi/lecteur-trice vers son lit où il ou elle peut passer la nuit avec son ours en peluche en sécurité. La chute n’est pas très surprenante, surtout si l’on se met à la place d’un tout-petit pour qui un doudou est l’objet le plus précieux sur terre.
Une métaphore tendre et naïve sur l’attachement des petits à leur doudou.

Yoki le doudou la merYoki est le doudou de la classe de la maîtresse Amélie. Chaque week-end, un des enfants l’emporte dans sa famille, ce qui offre l’occasion à la petite mascotte de vivre des aventures épatantes en dehors de l’école. Ce vendredi, c’est Maël qui est responsable de Yoki. Par chance, ses parents ont décidé de partir à la plage. Yoki découvre donc le plaisir des bains de mer, des châteaux de sable… Il apprend même à faire du cerf-volant. Que de choses à raconter à la maîtresse lundi matin !
Ce petit album est très mignon et coloré. Il est sûr que l’adorable petit lapin Yoki sera au goût des petits. Les illustrations d’Olivier Latyk sont très soignées et regorgent de détails : ici un plongeur qui se fait croquer l’oreille par un crabe, là une jolie cabane de plage… L’histoire est très classique, mais a le mérite de faire un tour complet des activités liées à la plage.

Yoki le doudou chez le docteurLors d’un autre week-end, Yoki est invité à séjourner chez Sarah. Malheureusement, la petite fille est malade, c’est donc le cabinet du docteur que le petit lapin va découvrir. Le diagnostic tombe : repos forcé pour Sarah en raison d’un gros rhume, mais aussi jeu de société, lecture d’histoires… Finalement, ce n’est pas si ennuyeux d’être malade !
Cet autre titre de la série des aventures de Yoki est lui aussi plein de couleurs vives et gaies. Les aventures vécues par le doudou ne sont pas d’une originalité à couper le souffle, mais le texte donne de nombreux éléments de vocabulaire relatif au monde médical. Les planches riches en détail incitent l’enfant à commenter ce qu’il voit : un enfant de la salle d’attente à la varicelle, Sarah a fait un dessin représentant le docteur dans sa chambre…
Cette série comporte pour l’instant cinq albums très sympathiques.
Les mêmes vus par Enfantipages

rendez-moi mes totottesCharlotte a toujours une tétine dans la bouche, même lorsqu’elle mange ou qu’elle est à l’école. Forcément, pour ses parents, cette mauvaise habitude est particulièrement pénible : on ne comprend rien de ce que la petite rouquine raconte ! Et en plus, elle sème ses « totottes » partout dans la maison ! Chacun des membres de la famille a sa petite idée pour débarrasser Charlotte de ses sucettes disgracieuses, mais la petite fille est très têtue.
Le texte de Fanny Joly joue sur les sonorités et le chuintement créé par la tétine, ce qui a pour effet d’amuser les enfants à qui l’on raconte l’histoire. D’ailleurs, le texte a été enregistré et peut-être consulté en prenant en photo avec son smartphone un QR code situé à l’arrière du livre. Les enfants se rendent compte par eux-mêmes de l’effet produit sur la prononciation de « Chachorollchotte », enfin Charlotte, quoi.
Les illustrations très colorées et expressives de Fred Benaglia accompagnent bien cette petite histoire sans prétention, mais assez rigolote.
Un album pour aborder l’épineuse question de l’abandon de la tétine avec légèreté.
Le même vu par les Lectures de Kik.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Éric Battut (Bonnet d’Or et les Trois OgresDeux clowns, Mes petits bateaux, Le petit poisson rouge, Arthur 1er et le trône à trois pieds, Quand grand-mère revenait, Monsieur Scarlatine et Comme un pou), d’Olivier Latyk (L’école d’EliottCache-cache des grosses bêtes, Cache-cache des petites bêtes, En voiture ! Mes premiers pas sur la route, La merveilleuse légende de Saint NicolasL’imagier de la couleurLa petite Louise, ses voyages et son accordéon, La vie merveilleuse de la princesse Olga et Contemimes : comptines à mimer et chanter), de Fanny Joly (Cucu la praline met son grain de sel, Cucu la praline mène la danseEmbrouille en Bretagne et Cucu la praline se déchaîne) et de Fred Benaglia (Petit DernierL’énooorme bobo de rien de tout).

La petite boîte
d’Éric Battut
Didier Jeunesse 
12,90 €, 240 x 260 mm, 30 pages, imprimé en France, 2015.
Yoki le doudou à la mer
d’Olivier Latyk
Actes Sud Junior 
8,20 €, 185 x 185 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Yoki le doudou chez le docteur
d’Olivier Latyk
Actes Sud Junior 
8,20 €, 185 x 185 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Rendez-moi mes totottes
Texte de Fanny Joly, illustré par Fred Benaglia
Gallimard Jeunesse
14 €, 225 x 275 mm, 28 pages, imprimé en Europe, 2015.

Laura

You Might Also Like

Hej från Sverige, chronique suédoise

Par 3 août 2015 Livres Jeunesse

Je reviens d’un séjour (9 jours) en Suède, essentiellement à Stockholm. J’en suis tombé amoureux. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir quelques albums suédois (ou d’auteur-e-s Suédois-es) sortis en France. Prochainement, je vous proposerai une chronique de romans.

Petits piedsQu’ont fait ses pieds aujourd’hui ? Ils ont été bruyants puis silencieux (pour ne pas réveiller le chien), ils ont marché en équilibre puis shooté dans un ballon, ils se sont salis puis ont été lavés et ils ont même sauté sur le lit.
On commence avec un très joli petit livre tout carton d’Emma Adbåge sorti en France chez Cambourakis. Il est donc question ici des pieds, de ce à quoi ils nous servent, pour le meilleur et pour le pire ! L’album est vivant, tout en mouvement avec un personnage (au sexe indéterminé) absolument irrésistible.
Un album vivant et plein d’humour pour se rappeler combien nos pieds sont utiles.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

J'APPRENDS AVEC MOUMINEIl y a Moumine qui est grand et la petite Mu qui est petite, Papa Moumine est parfois en haut de l’échelle, parfois en bas. Demoiselle Snork est mouillée quand elle est dans l’eau, mais bien sèche ensuite dans sa serviette.
Moumine est blanc, mais le chapeau de Papa Moumine est noir, la petite Mu porte une robe rouge, l’herbe est verte et le ciel est bleu.
Il y a 1 Moumine entre 2 arbres. Heureusement qu’il y a 3 parapluies quand apparaissent 4 nuages.
Moumine cueille des pommes puis boit dans sa tasse. Il saute au milieu des fleurs et ramasse des coquillages.
Apprends les contraires, Apprends les couleurs, Apprends à compter et Tes premiers mots sont quatre livres en carton ayant pour héros les Moumines qui sont regroupés dans un petit coffret cartonné. Même s’ils ne sont pas réellement suédois (ils ont été écrits en suédois, mais par une finlandaise), les Moumines sont partout en Suède ! Il faut dire que ces personnages sont particulièrement attachants, drôles et surtout graphiquement très réussis. Ici, on s’adresse donc aux plus petits dans quatre livres colorés.
Quatre livres des Moumines pour les tout-petits.

L'expédition au clair de luneIl fait enfin beau dans la vallée des Moumines. Pour Moumine, c’est une journée idéale pour une expédition ! Seulement le temps que toute la famille Moumine se prépare c’est déjà la nuit… Mais d’après Maman Moumine ce n’est pas un souci, on peut faire une expédition au clair de lune !
On reste avec les Moumines avec cet album qui s’adresse aux plus grands. Moumine, l’expédition au clair de lune est un album inspiré par les histoires originales de Tove Jansson (et donc pas une histoire écrite par elle), mais on retrouve bien ici l’univers de ces personnages pleins de charme.
Une très jolie expédition pleine de tendresse.

sven s'en vaSven s’ennuie. Il est dans son jardin, il a toute la journée devant lui, mais que faire quand on a déjà tout fait, joué à tous les jeux au moins cinq fois ? Et s’il partait à l’aventure ?
On retrouve l’auteure-illustratrice Emma Adbåge cette fois avec un de ses plus célèbres personnages, Sven. Ici, le petit garçon s’ennuie et va vivre de folles aventures : prendre le train, faire du camping ou encore voyager en bateau… ou peut-être que tout ceci est dans sa tête !
Un très bel album sur l’ennui et l’imagination des enfants.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Leni fait la grandeLeni n’est pas « trop chou-à-croquer », elle est grande ! Et comme elle est grande elle peut tout faire comme une grande : construire des tours, mettre son manteau toute seule, pousser sa poussette plutôt que de monter dedans, se servir d’une fourchette et d’un couteau sans aide, faire le ménage… faire le ménage ? Finalement, peut-être que c’est mieux de ne pas être tout de suite une grande…
Autre personnage récurent d’Emma Adbåge, Leni. La petite fille au caractère bien trempé expérimente ici le fait que dans toutes les situations il y a des avantages et des inconvénients (et que finalement en étant enfant on a quand même plus d’avantages). C’est vraiment plein d’humour et c’est un père qui s’occupe de la petite Leni et qui fait le ménage… en Suède, le sexisme est bien moins présent dans la vie de tous les jours et donc dans la littérature.
Un personnage piquant comme on les aime pour un album très drôle sur le fait de vouloir sauter les étapes.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Bon anniversaireLes anniversaires c’est quand même formidable ! Mais si c’était toutes les semaines, ça serait comment ? Et être né un 29 février ça donne quoi ? Les adultes le fêtent-ils comment les enfants ? Et chez les animaux ?
Dernier album d’Emma Adbåge de la sélection, Bon anniversaire s’intéresse donc à cette fête qui revient chaque année. On parle des traditions suédoises, mais aussi on imagine si l’on changeait le rythme des anniversaires. Finalement un anniversaire par an, c’est ce qu’il y a de mieux !
Un album plein d’humour pour parler des anniversaires.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Où sont nos bonnetsIl y a Sofi, Tom, Mia et Marko. Sofi et Tom sont frères et sœurs. Mia et Marko sont leurs voisins. Ils ont tous un nouveau bonnet, ils en sont fiers ! Mais le jour de l’anniversaire de Jim, lors d’un tour de magie, le père de ce dernier fait disparaître les bonnets, imaginez la catastrophe !
Eva Lindström est également une auteure-illustratrice suédoise importante. J’avais découvert son travail avec le très beau J’aime pas l’eau puis avec le dessin animé Les amis animaux. J’aime beaucoup son univers. Elle croque l’anecdotique, les petits moments de la vie. Ici, il s’agit donc de bonnets disparus lors d’un tour de magie et d’ascenseur en panne.
Un album délicat et poétique.
Le même vu par Le tiroir à histoires et des extraits sur le site de la maison d’édition.

Olli et MaMa a décidé de partir en balade, Olli est bien obligé de suivre… Tout est prêt ? Alors on démarre la voiture et c’est parti ! On s’arrête pour le goûter, pour manger de bons gâteaux… mais Ma a oublié son portefeuille ! Il faudra faire la vaisselle pour pouvoir repartir…
On retrouve l’univers poétique d’Eva Lindström dans cette belle histoire de balade en voiture. Ici encore, elle parle du quotidien, mais de façon décalée, comme vu par les yeux d’un enfant.
Un album tout en douceur par une des auteures Suédoises les plus connues.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Molly et SueElles sont nées le même jour, reliées par des tresses. Elles ont grandi comme ça, devant adapter leurs vêtements à leur particularité (impossible de passer un vêtement par la tête quand on est attaché à quelqu’un par les cheveux). Il leur fallait aussi un vélo où elles pouvaient tenir à deux. Mais quand l’une ne pédala pas assez vite pour l’autre, ce qui n’était jamais arrivé arriva, les jumelles commencèrent à se disputer.
Molly & Sue est un très bel album sur le côté fusionnel de certains enfants et sur le besoin d’indépendance… et l’envie de se retrouver. Un album, aussi bien sûr, sur la gémellité. L’album a été élu meilleur album en 2013 par le prix Slangbellan (prix suédois).
Un très bel album aux illustrations à la peinture.

Il n'est jamais trop tardSa mère l’a prévenu, il est trop tard pour y aller. Son père l’a confirmé, ça ferait veiller trop tard, ils iront demain. Mais Riccardo veut rester trop tard. Ne pas aller se coucher. Riccardo est trop petit, mais avec un peu d’aide…
Ce n’est pas un album Suédois (mais Italien), mais son illustratrice, Camilla Engman, elle, est bien Suédoise et vit à Göteborg (vous pouvez découvrir son travail sur son blog). Il n’est jamais trop tard est un très bel album qui aborde avec une infinie délicatesse le rituel du coucher. C’est bien entendu dans ses rêves que le petit garçon va faire le voyage qu’il souhaitait faire. Les illustrations de Camilla Engman sont superbes. Elle accompagne le texte de Giovanna Zoboli tout en douceur et en poésie.
Un magnifique album sur le rituel du coucher et le monde des rêves.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Aujourd'hui en SuèdeAnders, 11 ans, vit à Stockholm. Il profite de ses vacances pour aller voir son oncle Magnus en Östergötland et se réinscrire au tennis. Puis vient la rentrée, il faut retourner en classe, supporter les autres, retrouver ses amis et découvrir une nouvelle qui vient de Belgique et qui s’appelle Astrid.
Entre l’album et le documentaire, Aujourd’hui en Suède, dans la collection Le journal d’un enfant chez Gallimard Jeunesse, raconte le quotidien d’un enfant sous forme de journal et son histoire est accompagnée de données documentaires. On en saura donc bien plus sur le pays, ses traditions, sa culture, les lieux importants… C’est drôlement bien fait, passionnant à lire et une super approche d’un pays. Le texte est écrit par le traducteur de Fifi Brindacier, Alain Gnaedig.
Un album pour apprendre plein de choses sur la Suède sans que ça ne soit jamais rébarbatif.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages d’Eva Lindström (J’aime pas l’eau), de Giovanna Zoboli (Ce que mes yeux ont vu et Le Voyage d’une Étoile) et de Camilla Engman (La fille verte).

Petits pieds
d’Emma Adbåge (traduit par Aude Pasquier)
Cambourakis
8 €, 160×160 mm, 20 pages, imprimé en Pologne, 2015.
Moumine coffret 4 livres
de Tove Jansson
P’titGlénat dans la collection Vitamine
19,90€, 150x185x62 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2011.
Moumine, l’expédition au clair de lune
Texte français de Catherine Renaud, d’après les histoires originales de Tove Jansson
P’titGlénat
11 €, 220×267 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2011.
Sven s’en va
d’Emma Adbåge (traduit par Sylvain Briens)
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino
13,20€, 200×246 mm, 30 pages, lieu d’impression non indiqué, 2010.
Leni fait la grande
d’Emma Adbåge (traduit par Aude Pasquier)
Cambourakis
12,50 €, 200×225 mm, 32 pages, imprimé en Lettonie, 2015.
Bon anniversaire
d’Emma Adbåge (traduit par Sylvain Briens)
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino
13,20€, 200×246 mm, 30 pages, lieu d’impression non indiqué, 2009.
Où sont nos bonnets ?
d’Eva Lindström (traduit par Aude Pasquier)
Cambourakis
13,50 €, 200×280 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Olli et Ma
d’Eva Lindström (traduit par Aude Pasquier)
Cambourakis
13,50 €, 200×280 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Molly & Sue
de Klara Persson (traduit par Aude Pasquier)
Cambourakis
14 €, 200×280 mm, 32 pages, imprimé en Lettonie, 2013.
Il n’est jamais trop tard
Texte de Giovanna Zoboli (traducteur-trice non crédité-e), illustré par Camilla Engman
Hélium
14,10 €, 235×265 mm, 230×260 pages, imprimé en Italie, 2010.
Aujourd’hui, en Suède
Texte d’Alain Gnaedig, illustré par Agnès Decourchelle et Loïc Froissart
Gallimard Jeunesse dans la collection Le journal d’un enfant
13,10 €, 202×235 mm, 60 pages, imprimé en Chine, 2011.


À part ça ?

Qui voilà + Coucou nous voilàFolimage a regroupé, sur un DVD, Qui voilà ? et Coucou nous voilà, deux collections de courts métrages. Je vous avais parlé de Qui voilà ? (ici) lors de sa sortie en salle et je suis très fan de ces petits films venus de Suède et inspirés des albums de Stina Wirsén. C’est tout doux, très poétique et parfaitement adapté aux plus jeunes spectateur-trice-s (dès deux ans d’après l’éditeur). Ça parle du quotidien (une nuit chez un copain, la mort d’un grand-parent, une mère perdue au supermarché…). Chaque histoire dure 4 minutes (donc là aussi format adapté aux plus jeunes). J’adore le graphisme de l’animation. Côté bande-son, c’est Hippolyte Girardot qui raconte et les personnages ne s’expriment que par bruitage.
Un DVD a découvrir absolument !
Plus d’infos (avec des extraits) sur le site : http://www.quivoila-lefilm.fr.

Gabriel

You Might Also Like