La musique adoucit les mioches

Une petite chronique musicale, ça faisait longtemps !

Henri Godon - Chansons pour toutes sortes d'enfantsOn commence par un gros coup de cœur. Un album découvert dans l’émission Écoute, il y a un éléphant dans le jardin qui nous a fait danser dans l’appartement ! Henri Godon et ses Chansons pour toutes sortes d’enfants nous colle un sourire (et je dirai même la patate) qui fait du bien ! Difficile de ne pas remuer en écoutant ce Québécois, on reprend les refrains, ça met l’ambiance ! On y joue à cachette dans l’bois, on s’y donne rendez-vous à la disco du vendredi, on y demande à tout le monde comment on fait les bébés (et la réponse sera toujours la même… Dim dade de lide lam…), on s’y fait peur à Halloween, on y parle du trafic routier incroyable à la campagne, de la musique qui rythme notre vie, d’une fête sans les parents (une chanson qui devrait faire remonter quelques émotions aux parents), d’un marché où l’on achète des instruments, de vacances pluvieuses, de quand la neige empêche d’aller à l’école, des toutes sortes de monde qu’il faut pour faire un monde, des enfants qui ont toutte et qui ne savent quand même pas savoir quoi faire… Bref, vous l’aurez compris, Henri Godon nous parle de sujets qu’on connaît bien. Beaucoup d’humour, de poésie, de délicatesse… Avec de jolis messages (mais pas niaiseux). Henri Godon c’est certainement ma meilleure découverte musicale de cette année, un album qui va nous accompagner longtemps, sur la route des vacances, ou ailleurs !
Écoutez des extraits sur le site d’Henri Godon.

Comptines de roses et de SafranÇa sent bon les épices quand on écoute Comptines de rose & de safran, le grand livre CD de la collection Comptines du monde chez Didier Jeunesse sur l’Inde, le Pakistan et le Sri Lanka. Des musiques douces, d’autres entraînantes, des musiques typiquement indiennes, des airs bien connus (comme par exemple une version Tamoul de Frère Jacques), on est bercé, on a envie de danser et surtout on prend beaucoup de plaisir. Comme toujours dans cette collection on va retrouver, pour chaque chanson les paroles et leur traduction et un petit texte explicatif sur l’origine, l’histoire ou encore la signification du morceau. Dans l’introduction, on en saura plus sur les langues, sur les transcriptions. À signaler aussi que le livre est magnifiquement illustré par Aurélia Fronty, et c’est un régal ! Un superbe livre-CD avec des musiques venues d’Inde, du Pakistan et du Sri Lanka pour les enfants… mais aussi pour les adultes sans enfants.
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

Gibus Tam-Tam dans la brousseUn crapaud pas beau, une sauterelle qui s’en va au loin, un éléphant somnambule, un zèbre qui est noir rayé de blanc ou blanc rayé de noir… peu importe et bien d’autres animaux nous accompagnent dans Tam-Tam dans la Brousse. Sorti dans une toute nouvelle collection de chez Didier Jeunesse, Zim Zim Carillon, le livre-disque signé Gibus, Tam-Tam dans la brousse, nous transporte en Afrique. En français, en lingala ou en créole, les rythmes entraînent les petits (3-6 ans d’après l’éditeur, mais je dirai que même avant ça fonctionne bien), leur donnent envie de danser au son des nombreux instruments, de reprendre les refrains. Un disque très rythmé, un livre très coloré (grâce aux belles illustrations de Charles Dutertre) pour bouger son corps… et pourquoi pas réviser son lingala !
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

David Sire Niet Popov !Le nouveau David Sire s’appelle Niet Popov ! On y parle d’interdiction (qui fait que ça nous démange), des « oh ! », de la société de consommation, d’un personnage qui traîne des pieds en soupirant et qui s’appelle Bof, des beurk qu’on lance en voyant les horreurs du monde, des jours où l’on est scrogneugneu, de l’impératif qui fait répondre non, de la gourmandise, d’un personnage appelé Couic qu’il vaut mieux ne pas importuner, des boulettes qui nous font faire oups et des jours de grisaille qui nous donnent envie de dire Aïe ! bref vous l’aurez compris, dans son nouvel album, David Sire joue avec les onomatopées ! J’avais découvert ce chanteur avec le génial L’Arpenteur puis avec son spectacle Filopat & Cie qu’on avait adoré, donc je suis ravi de le retrouver ! Un nouvel album poétique, qui joue avec les mots, les sons où l’on aborde des tas de sujets. Des chansons qui font réfléchir, d’autres qui nous restent en tête et qu’on a envie de chanter avec les enfants. Et en plus, le livre est illustré par la géniale Magali Le Huche ! David Sire a vraiment son univers… et l’on est heureux d’y retourner !
À noter que l’album est sorti aussi en disque simple, sans livre.
Extraits du livre et du CD sur le site des Éditions des Braques.

David Sire C'est de familleLes éditions des Braques, qui éditent Niet Popov ! ont la très bonne idée de rééditer un précédent David Sire qui était épuisé : C’est de famille ! Illustré ici aussi par Magali Le Huche (les illustrations restent les mêmes que dans la précédente édition, la maquette a juste été un peu modifiée dans les premières et dernières pages). Un album qu’on a beaucoup écouté ici et qu’on est heureux de pouvoir à nouveau conseiller. Ici, on croise des enfants qui se faufilent sous la table pour les pieds (ou pour épier), on parle d’un père qui se moque d’avoir de gros biscotos, des gens qui ont de drôles de noms, des dédales que sont les arbres généalogiques, d’être puni, d’un grand-père qui pépie, des sœurs qui font tourner en bourrique, d’une famille un peu distraite, des parents qui se séparent (Y’a plus d’amour sous notre toit, Mon cœur est tout pantois, maman qui crie, papa qui part, mes parents se séparent), les familles recomposées, d’un cousin qui est un peu remuant, d’une mamie qu’on a mise dans une boîte, d’un petit dernier qui ne voulait plus être traité de petit dernier et même de savoir qui a pété dans la voiture bondée ! Bref ici c’est parfois grave… mais on rigole bien aussi ! Comme la vie en famille, non ?
Extraits du livre et du CD sur le site des Éditions des Braques.

La musique en chantantInitions-nous à la musique maintenant ! Grâce à Morgane et Cie et Naïve, on va faire des échauffements de voix puis nous voilà lancés ! On chante les notes, on différencie le grave de l’aigu, on apprend le tempo, on va faire des sons avec notre voix grâce aux onomatopées, on va se familiariser avec les rimes, développer notre oreille interne, maîtriser notre souffle, chanter crescendo, assouplir notre voix, faire des percussions corporelles, chanter en canon… Grâce à des chansons connues (Frère Jacques, Alouette, gentille alouette…) et à des créations, les enfants vont découvrir la musique en chantant. Les chansons sont agréables à entendre, à reprendre et pour chacune d’entre elles, on trouve dans le livret une petite explication sur son intérêt pour l’initiation musicale. Le genre d’album qu’on adore utiliser avec les petits, une vraie réussite !
Un extrait en ligne.

Comptines pour mon bébéOn termine par des livres pour les plus petits et l’on commence avec Comptines pour mon bébé illustré par Cécile Hudrisier, qu’on adore. D’abord on ouvre les yeux, puis on se lève, on prend le petit déjeuner et nous voilà en train de faire les petites marionnettes ! Dans ce nouveau livre de la collection Éveil Musical de chez Didier Jeunesse on va retrouver des chansons à doigts (avec des indications) et des petites comptines. Chansons connues (Bateau sur l’eau, Ainsi font font font, Les petits poissons dans l’eau…) côtoient des chansons que l’on va découvrir. Au niveau des interprètes, on retrouve notre pétillante Natalie Tual, Pierre Amiot ou encore Yves Prual et des chœurs d’enfants. C’est doux à écouter pour les tout-petits (en plus, ils ont un livre tout cartonné qu’ils peuvent manipuler) et pas désagréable pour les parents, bref on aime beaucoup cette collection et ce nouvel opus nous ravit !
Extraits du livre et du CD sur le site de Didier Jeunesse.

Les instruments du monde vol 2On termine par deux livres sans CD, mais dans lesquels la musique est quand même présente. Tout d’abord, on va se familiariser avec les instruments du monde. On vous avait déjà parlé du premier livre de cette série, revoici donc six nouveaux instruments illustrés par Marion Billet avec une pastille sonore pour écouter quel son il produit. Guitare hawaiienne, violon chinois, cornemuse, harmonica, bongos et guitare flamenca sont joués par des animaux typiques du pays d’où ils viennent. L’enfant appuie donc pour entendre le son. Un petit curseur caché en fin d’ouvrage permet « d’éteindre » le livre et économiser les piles. Et les sons sont plutôt agréables !

les oiseaux exotiquesOn quitte la musique, mais comme c’est aussi un livre de la collection Mes petits imagiers sonores, c’était dommage de vous parler de Les instruments du monde vol.2 sans vous parler de celui-ci ! Les oiseaux exotiques propose, comme son titre l’indique, de partir à la rencontre du martin-pêcheur géant, du loriquet arc-en-ciel, du toucan, du manchot royal et du flamant rose. Ici aussi, en touchant la pastille l’enfant déclenche un son (et là encore, on trouve un bouton off !). C’est également Marion Billet qui habille de ses illustrations colorées ce petit livre cartonné. Deux ouvrages qui vont vraiment plaire aux petits.

Quelques pas de plus…
Nous chroniquons régulièrement des CD, par exemple ici, , ici ou encore .

Précision : pour cette chronique j’ai trouvé que les picto âge avaient encore moins d’importance que d’habitude, j’ai juste laissé le têtard quand les livres sont manipulables par les tout-petits.

Chansons pour toutes sortes d’enfants
Texte de Henri Godon
Victorie Music
Autour de 15€ pour le disque et de 10€ pour le format numérique, 35 min. env.
Comptines de Roses & Safran
Collectées par Chantal Grosléziat, réalisation musicale de Jean-Christophe Hoarau, illustrés par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse dans la collection Comptines du monde
23,80 €, 270×275 mm, 58 pages, 55 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2012.
Tam-Tam dans la brousse
de Gibus, illustré par Charles Dutertre
Didier Jeunesse dans la collection Zim Zim Carillon
14,90 €, 215×217 mm, 32 pages, 32 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Niet Popov !
de David Sire, illustré par Magali Le Huche
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 213×214 mm, 36 pages, 59 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Niet Popov !
de David Sire
Les éditions des Braques
Autour de 15€ pour le disque et de 10€ pour le format numérique, 59 min. env.
C’est de famille !
de David Sire, illustré par Magali Le Huche
Les éditions des Braques dans la collection Un livre – Un CD
18,30 €, 213×214 mm, 36 pages, 74 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La musique en chantant
de Morgane et Cie
Naïve dans la collection Les petits indispensables des tout-petits
Autour de 10 €, 32 min. env.
Comptines pour mon bébé
Illustrées par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection Éveil musical
12,90 €, 160×160 mm, 26 pages, 13 min. env., imprimé en Chine, 2014.
Les instruments du monde vol. 2
Musiques de Paule du Bouchet, illustré par Marion Billet
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits imagiers sonores
10,10 €, 150×150 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2014
Les oiseaux exotiques
Musiques de Paule du Bouchet, illustré par Marion Billet
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes petits imagiers sonores
10,10 €, 150×150 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2014

À part ça ?

La Petite Salamandre 93Le nouveau numéro de La petite salamandre est sorti et cette fois-ci on a rendez-vous avec l’escargot ! On va en apprendre sur ce charmant (si si) petit animal ! Par exemple qu’il peut tirer un poids de 4 kilos (ce qui équivaudrait pour nous à tirer un chariot avec deux éléphants !), que son accouplement peut durer plusieurs jours et que, quand les œufs éclosent, l’une des nourritures des nouveau-nés ce sont les petit-e-s frères/sœurs moins rapides ! En plus de ce dossier sur les escargots (qui est complété par une idée d’activité avec des coquilles, une recette de gâteau et un jeu plein d’humour), on va en savoir plus sur le sonneur à ventre jaune, apprendre à différencier le pissenlit du tussilage, jouer avec les rapaces, retrouver l’extraterrestre Klignopo le temps d’une BD, avoir des conseils en matière d’écran de la part de Myrtille, lire une histoire… Bref encore un super numéro de La petite Salamandre, la revue des enfants curieux de nature.
Feuilletez ce numéro en ligne et abonnez-vous ici.

Gabriel

Moteur, ça tourne, action !

Aujourd’hui, je vous présente deux romans pour plonger au cœur de l’adolescence, caméra au poing !

dis-moi qu'il y a un ouraganLéa change de lycée. C’est donc « la nouvelle » avec tout ce que cela comporte comme difficultés. Elle essaie tant bien que mal de se faire sa place au milieu des autres adolescents. Lorsqu’un prof leur lance le défi de réaliser un court-métrage, elle va bien être obligée de faire équipe, et les autres de l’intégrer. Dans son groupe de travail, il y a Moussa, bouddhiste, Pauline qui a peur du moindre microbe, Quentin le poète, et Jennifer qui attire tous les regards ! Il va falloir faire des efforts, des compromis, essayer d’unir ses forces… Moteur, action !

A la fois drôle et émouvant, Dis-moi qu’il y a un ouragan aborde l’adolescence et le monde du lycée sous un angle original. Autour d’un projet comme celui-ci, forcément, les différences ressurgissent. Et en même temps, comme l’objectif est commun, il faut aller dans le même sens. L’occasion pour Fabrice Emont de dresser des portraits à la fois émouvants et plein d’humour de ces adolescents à fleur de peau, dans lesquels les lecteurs se reconnaîtront peut-être !

sur le toitUn groupe d’adolescents se retrouve sur le toit d’un immeuble et l’un d’eux filme les autres. Tout le monde est là, se raconte, se livre, avec ses forces et ses faiblesses, son histoire. Il y aussi des liens entre eux évidemment, et tout n’est pas toujours simple ! Tout le monde sauf Flora, qui jusqu’au bout est attendue…. Mystère !

Écrit comme si le lecteur tenait dans sa main une caméra avec un style très bref, haché, et puissant à la fois, Sur le toit est un roman pour adolescents original. D’abord déstabilisée par ces phrases très courtes, je ne comprenais pas toujours tous les liens, et progressivement, je me suis habituée et le film a pris forme. Frédérique Niobey nous propose de faire la connaissance de personnages forts, avec lesquels on s’émeut, au fil de leurs confidences ! Court mais intense !

Quelques pas de plus…
Retrouvez d’autres chroniques de romans qui traitent d’adolescence avec le tag : Adolescence.

Sur le toit
de Frédérique Niobey
Le Rouergue dans la collection Doado
10,20 €, 140 x 205 mm, 121 pages, imprimé en France, 2013
Dis-moi qu’il y a un ouragan
de Fabrice Emont
Gallimard Jeunesse dans la collection Scripto
10,90 €, 130 x 200 mm, 261 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Pour continuer sur le thème des films, admirez donc ces cascades à l’ancienne !

Marianne

De la philosophie et de la poésie

Au programme du jour : philosophie et poésie.

La petite philo de MafaldaConnaissez-vous Mafalda ? Si comme moi vous avez pris espagnol à l’école il y a de fortes chances ! Mafalda est un personnage de BD créé par Quino il y a cinquante ans ! Malheureusement, son personnage n’a pas pris une ride… Pourquoi malheureusement ? Parce que Mafalda passe son temps à déplorer l’état du monde, se morfondre en pensant à la planète, aux peuples qui se font la guerre et cinquante ans plus tard on peut lire ses répliques percutantes en les trouvant complètement d’actualité. Mafalda berce son globe terrestre en lui chantant une berceuse, se recouche quand elle apprend qu’on n’a toujours pas aboli les injustices sur Terre, interroge sa mère sur les pauvres ou éclate de rire en lisant la définition de démocratie. Petite fille piquante qui vient titiller là où ça fait mal, ses sorties pleines de bon sens nous font cogiter, réfléchir au monde. P’titGlénat vient de sortir quatre petits albums (L’injustice, La Guerre et la Paix, Comment va la planète ? et Ainsi va le monde !) regroupés dans une collection appelée La petite philo de Mafalda. Format idéal pour les plus jeunes, les parents vont aussi adorer lire les réflexions désespérées de la petite argentine. Mafalda c’est un personnage extraordinaire qui n’a pas fini de nous faire cogiter… avec humour.

juste en soiJuste en soi de Martine Delerm est un album entre philosophie et poésie. Juste retrouver les couleurs en soi, juste se dire qu’on aurait pu réussir la charlotte au chocolat, juste espérer une réponse… Sur chaque page, Martine Delerm nous livre une phrase entre mélancolie et poésie. Là aussi, c’est un album qui amène à la réflexion, chaque « juste » nous fera cogiter, certains faisant écho à notre propre vie. Comme toujours, Martine Delerm accompagne son texte de très belles illustrations avec ses fameux personnages aux couleurs pastelles. Juste en soi, c’est un album qui nous amène à réfléchir sur nous, sur la vie. Un très bel album à l’édition soignée, entre philosophie et poésie.

Chanson des escargots qui vont à l'enterrement - Suivi de Chanson pour les enfants l'hiver et Les prodiges de la libertéDeux escargots qui vont à l’enterrement d’une feuille morte, un bonhomme de neige qui a la mauvaise idée de vouloir se réchauffer près d’un poêle et quelques gouttes de sang sur la neige, il est possible que ça vous dise quelque chose. Je me souviens avoir appris à l’école les deux premiers poèmes de cet ouvrage. Jacques Prévert est un auteur absolument extraordinaire, mais faut-il encore le dire ? Même pour les gens qui ne sont pas très sensibles à la poésie, Prévert est un auteur à lire absolument. Là encore, dans ce choix de poèmes, les enfants vont se régaler de ces petites histoires. Illustré avec beaucoup de délicatesse par Jacqueline Duhême, ce petit album qui vient de sortir chez Gallimard Jeunesse est un régal.

La ménagerie de Tristan - Suivi de Le parterre d'HyacintheUne grenouille aux souliers percés qui demandait la charité, un poisson sans souci qui avait beaucoup voyagé, une anémone qui régnait sur la mer ou encore un arbre qui buvait du vin, La ménagerie de Tristan et autres poèmes regroupe douze poèmes de Robert Desnos. Là encore, c’est un poète que les écoliers connaissent bien, ils retrouveront ici un choix de textes d’un de nos plus grands auteurs, mort dans les camps nazis. Les illustrations de Martin Matje sont absolument magnifiques et rendent l’ouvrage encore plus attrayant aux yeux des enfants. Un très joli recueil sorti, comme le précédent, dans la collection Enfance en poésie chez Gallimard Jeunesse.

Poèmes pour sourigolerDes puces, des vagues, de la pluie, des pleurs, des cailloux ou encore une sourigolote… Poèmes pour Sourigoler est un tout petit livre qui tient dans la main. Une vingtaine de poèmes illustrés sont regroupés ici. Des poèmes pour faire la sieste, des poèmes pour partir du bon pied, mais aussi des poèmes des gros mots (rassurez-vous, ils sont poétiques) et des poèmes pour se mettre en colère, ici on va sourigoler, mais pas seulement. Alain Boudet aime jouer avec les mots, la langue est belle et l’on se régale à prononcer à voix haute ses jolis mots. Les illustrations très colorées d’Huguette Cormier les accompagnent à merveille. Un très joli petit livre à l’édition particulièrement soignée.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Martine Delerm (Jeanne cherche Jeanne et La petite fille sans allumettes) et de Martin Matje (L’étoile de Noël).
Nous avons déjà parlé de poésie avec : J’aime, Deux qui s’aiment, Le soleil meurt dans un brin d’herbe, Le sentier aux pas, Vole Vole Vole

L’injustice
de Quino (traduit par Anne Marie & Jacques Meunier et Marie-Pierre Muller)
P’titGlénat dans la collection La petite philo de Mafalda
9,90 €, 185×211 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Ainsi va le monde !
de Quino (traduit par Anne Marie & Jacques Meunier et Marie-Pierre Muller)
P’titGlénat dans la collection La petite philo de Mafalda
9,90 €, 185×211 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La Guerre et la Paix
de Quino (traduit par Anne Marie & Jacques Meunier et Marie-Pierre Muller)
P’titGlénat dans la collection La petite philo de Mafalda
9,90 €, 185×211 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Comment va la Planète ?
de Quino (traduit par Anne Marie & Jacques Meunier et Marie-Pierre Muller)
P’titGlénat dans la collection La petite philo de Mafalda
9,90 €, 185×211 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Juste en soi
Texte de Martine Delerm
Seuil Jeunesse
16 €, 180×240 mm, 48 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Chanson des escargots qui vont à l’enterrement… et autres poèmes
Texte de Jacques Prévert, illustré par Jacqueline Duhême
Gallimard Jeunesse dans la collection Enfance en poésie
5 €, 165×185 mm, 22 pages, imprimé en France, 2014.
La ménagerie de Tristan et autres poèmes
Texte de Robert Desnos, illustré par Martin Matje
Gallimard Jeunesse dans la collection Enfance en poésie
5 €, 165×185 mm, 44 pages, imprimé en France, 2014.
Poèmes pour sourigoler
Texte de Alain Boudet, illustré par Huguette Cormier
Les Carnets du Dessert de Lune
10 €, 100×140 mm, 60 pages, imprimé en Belgique, 2014.

À part ça ?

Bill Gekas, un photographe australien, recrée des tableaux avec sa fille (Rembrandt, Rubens, Caravaggio… ). Le résultat est magnifique : http://www.billgekas.com/p1014938437.

Gabriel

À plusieurs, c’est mieux !

Et si on parlait d’entraide et de partage ?

Le petit hérisson partageurOh une pomme ! Une grosse et belle pomme ! Bien ronde, bien mûre… Le petit hérisson va se régaler. Vite, vite poussons la pomme derrière un rocher au cas où un gourmand arrive… mais, papoum papoum, voilà le lapin… il en voudrait bien un morceau ! Bon la pomme est grosse, à deux ça va encore… Allez, poussons la pomme derrière le rocher… au cas où un gourmand arrive ! Mais, zou et zip et zou et zip, voilà l’écureuil…

Le petit hérisson partageur est un conte très rythmé, écrit par Zemanel. Le genre de texte qu’on prend un plaisir fou à lire à voix haute tellement il est rempli de sons, de répétitions… Les illustrations à la peinture de Vanessa Gautier accompagnent à merveille l’histoire, lui ajoutent encore plus d’humour et de tendresse. On parle ici de partage, d’entraide. Notre hérisson ne regrettera pas d’avoir partagé sa pomme avec ses amis, car il en sera bien récompensé. Un très beau conte qui est ici complété par 18 cartes à détacher pour jouer au Memory avec les personnages de l’histoire.
Le même vu par À l’ombre du saule et Les mercredis de Julie.

Bravo !Aujourd’hui, on va au cirque ! Le directeur nous accueille, puis arrivent les acrobates, bravo ! Oh mais c’est l’homme le plus fort du monde ! Bravo ! Hey mais c’est au tour du dresseur de chevaux, puis du dompteur de fauves, ils sont nombreux à défiler et chaque fois un seul cri : BRAVO ! Oh mais tout à coup…. Ce n’est plus bravo mais « AU FEU ! » que l’on crie !

Bravo ! d’Ole Könnecke est, là aussi, un album très rythmé, donc la plupart des pages sont ponctuées par les « bravo ! » criés par la foule. On parle du cirque, surtout mais aussi de l’entraide quand arrive un accident qui n’était pas prévu. On évoque aussi le fait qu’on est tous un peu des héros et que l’on mérite tous des « bravo ! ». Un très joli petit album d’un auteur/illustrateur qu’on aime décidément beaucoup.

La noisetteOh la jolie noisette ! La souris verte aimerait beaucoup la manger. Elle saute dessus pour la casser mais rien à faire… La tortue passe par là, on ne sera pas trop de deux ! Elles sautent toutes les deux… mais la noisette ne se fendille même pas. Et il en sera de même quand un lapin, un lion, un zèbre et même un éléphant sauteront avec nos deux amis… Quand tout à coup…

Je ne vous dévoile pas la chute de ce très joli conte signé Éric Battut… mais elle risque de vous surprendre ! La noisette est, là aussi, une histoire d’entraide, de complicité. Elle ressort ici en petit format (à petit prix). Un joli conte, plein de malice.

la sorcière dans les airsIl était une fois une sorcière qui se promenait dans le ciel avec son chat, sur son balai, quand soudain son chapeau s’envola. Vite il fallait se poser, retrouver le chapeau… ce qui n’était pas aisé ! C’est un chien qui le lui ramena. Chouette, un nouvel ami, désormais ils étaient trois sur le balai. Ils voyageaient à nouveau dans le ciel quand tout à coup le nœud de la tresse de la sorcière fut emporté par le vent ! Nos trois amis partirent à sa recherche… mais c’est un oiseau qui le trouva. Et voilà que maintenant ils n’étaient plus trois, mais quatre ! Et ils seront bientôt cinq…

Je ne vais pas vous raconter toute l’histoire de La sorcière dans les airs (surtout qu’il y a des chances que vous connaissiez déjà cette histoire sortie en 2001 et adaptée au cinéma l’année dernière) mais sachez que ce n’est que le début de l’aventure de cette sorcière. Car forcément, à cinq, c’est moins facile de voler sur un petit balai… Ici, on parle aussi de partager ce que l’on a, d’entraide et d’amitié. Un très beau texte, tout en rimes, et de belles illustrations signés par les créateurs du Gruffalo.
Le même vu par Le tiroir à histoires.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Zemanel (Les quatre géants et Un travail de fourmis), Vanessa Gautier (Un travail de fourmis), Ole Könnecke (Anton et le cadeau de Noël, Anton et les rabat-joie et Il l’a fait !) et Éric Battut (Bonnet d’Or et les Trois OgresDeux clowns, Mes petits bateaux, Le petit poisson rouge, Arthur 1er et le trône à trois pieds, Quand grand-mère revenait, Monsieur Scarlatine et Comme un pou).

Le petit hérisson partageur
Texte de Zemanel, illustré par Vanessa Gautier
Père Castor
10€, 260×210 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2013 (première édition 2010).
Bravo
d’Ole Könnecke
École des loisirs
11.50€, 195×237 mm, 24 pages, imprimé en France, 2014.
La noisette
d’Éric Battut
Didier Jeunesse dans la collection Les ptits Didier
5.50€, 165×165 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013 (première édition 2011).
la sorcière dans les airs
Texte de Julia Donaldson (traduit par Jean-François Ménard), illustré par Axel Scheffler
Gallimard Jeunesse
13€, 288×258 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2013 (première édition 2001).

À part ça ?

Ils en ont de la chance les rennais !

Gabriel

Des histoires farfelues lues par épisodes

Les livres du jour ont deux points communs. Tout d’abord, ils nous content des histoires farfelues, voire complètement déjantées, ensuite ce sont des livres qui se présentent comme des romans (et donc qui s’adressent aux bons lecteurs) que j’ai lus par épisode à ma fille de cinq ans. Je vous en avais parlé, depuis l’édito de la belle version de Matilda sortie l’année dernière chez Gallimard, j’ai eu envie, comme le racontait Jean-Claude Mourlevat de lire de plus longues histoires à ma fille par morceau. Ça la passionne, elle est pressée de savoir la suite, et je trouve que c’est un très bon moment à partager ensemble. Le peu d’illustration fait qu’elle peut écouter, allongée, sans trop bouger au moment du coucher. Ces livres peuvent donc être lus par de jeunes lecteurs (voire même par des moins jeunes) ou, comme moi, vous pouvez les lire à des enfants qui ne lisent pas seuls (et même à des enfants qui lisent déjà seuls d’ailleurs !).

On commence par un grand classique

Les contes bleus du chat perchéDans la ferme de Delphine et Marinette, la vie n’est pas de tout repos. Pensez donc ! Le canard part découvrir le monde et revient avec une panthère, un loup profite de l’absence des parents pour venir jouer avec les petites filles, un cerf pourchassé par des chasseurs vient s’y réfugier et remplace un bœuf, en jouant à L’arche de Noé une poule se voit transformée en éléphant, un jars vole la balle des fillettes, Delphine et Marinette se réveillent un matin cheval et âne, un mouton devient la monture d’un soldat et des cygnes veulent adopter les petites filles. Quand je vous disais que la vie n’était pas de tout repos dans la ferme de Delphine et Marinette…

Voilà encore un classique, Les contes bleus du chat perché de Marcel Aymé, que je découvre à 36 ans passés. Là encore, je les ai lus par épisode à ma fille et malgré un français soutenu (j’ai moi-même dû chercher des mots dans le dictionnaire à plusieurs reprises), elle a adoré les péripéties de ces deux petites filles plus ou moins sages. C’est quand même souvent parce qu’elles désobéissent aux parents que des soucis leur arrivent… mais les parents sont aussi souvent responsables de leurs tracas (faut dire qu’ils sont quand même assez détestables !). Les personnages, qu’ils soient humains ou animaux, sont savoureux. On rit beaucoup, mais il y a aussi de bonnes intrigues. Bref, si comme moi vous étiez passé à côté de ce monument je vous le conseille fortement (surtout que l’édition Bibliothèque Gallimard Jeunesse est magnifique et qu’il est préfacé par François Morel) et si le connaissiez déjà… de le faire découvrir à vos enfants !

Mon Papi et Moi, Et Mamie CochonUne petite fille qui passe ses vacances chez un papi très original. Un papi pris d’une frénésie de crêpe, qui adore sauter par-dessus le fleuve ou manger des gaufres au caramel. Un papi qui va tout faire pour avoir une médaille, qui fait des concours de poisson d’avril et qui laisse des trésors pour quand il sera mort. Mais surtout un papi qui a chez lui un cochon qui s’appelle Mamie.

Douze histoires très originales, parfois complètement déjantées d’un papi farfelu et de sa petite fille (parfois, on se demande si le papi n’est pas plus « enfant » que sa petite fille). On rit beaucoup à la lecture de leurs aventures et même si l’ouvrage est conseillé à partir de 8 ans par l’éditeur, ma fille a adoré écouter ces histoires, attendant chaque fois la suite avec impatience (et me suppliant d’en lire une autre). Des histoires pleines de non-sens comme j’aime, dans lesquelles une petite fille peut rêver d’être un rhinocéros plus tard ou un grand-père peut décréter le jour des objets (et ce jour-là tout prend du temps, car on s’excuse, auprès des objets, de les utiliser…). Un régal !

Chevaliers et princesses avec gigotUn prince avait pris un peu de repos au pied d’un chêne, dans son sac de couchage. Seulement voilà, à son réveil impossible de trouver ses chaussettes ! Il lui fallait pourtant aller sauver une princesse et tuer un dragon ! Alors bon… sauver une princesse pieds nus… c’est pas terrible, valait mieux commencer par le dragon ! Dans une forêt, la nourriture que chacun mangeait est basée sur la première lettre de ce qu’il était. Ainsi une fée mangeait des figues et du fromage, le hérisson du houx (d’où ses piquants) et le bûcheron du bois ! Seulement le géant lui en avait assez de manger du gigot et du gibier… Dans un pays vivait une princesse nulle. Mais pas genre pas très adroite, non non vraiment nulle ! Elle était du genre à tomber de selle quand elle était à cheval, mettre sa robe sur le mauvais programme dans la machine à laver (ce qui l’abîmait) ou à manger son steak avec des couverts à poisson ! Ses parents exaspérés lui demandèrent de partir à la recherche d’un prince. Ça tombait bien, dans le pays d’à côté un prince était endormi attendant qu’on le réveille.

Gros coup de cœur pour ces trois histoires de Christian Oster (toutes précédemment sorties dans la collection Mouche). Je ne connaissais pas du tout et ma fille et moi avons adoré. Moi j’ai pris énormément de plaisir à lire ses histoires complètement farfelues et ma fille a beaucoup ri à les écouter. Ça part dans tous les sens, c’est bourré de références, les princesses réveillent des princes, des Lapons sont pris pour des lapins et les lutins pour des sandwiches ! Trois histoires à l’humour décalé, aussi drôles pour les enfants que pour les parents.

La méchante sorcière fait la fêteDans la forêt on joue au lancer de marrons, on patine sur le lac gelé, on fait la fête, on mène l’enquête pour savoir qui transforme la forêt en emmenthal (ben oui pas en gruyère, y’a pas de trous dans le gruyère !), on rigole bien grâce à de la poudre orange… On se chamaille un peu, mais on s’aime beaucoup.

Quel bonheur de retrouver le hibou poète, le hérisson boudeur, le lièvre, le merle et surtout la méchante sorcière (pas si méchante) d’Hanna Kraan et Annemarie van Haeringen ! Je vous avais déjà parlé du premier tome, Qui a peur de la méchante sorcière ?, que nous avions adoré, nous avons pris autant de plaisir à lire ces dix nouvelles aventures. C’est vraiment drôle, bien écrit, plein de malice, bref on est fan ! Vivement la suite (qui sortira cette année).

Quelques pas de plus…
Un autre livre que j’avais lu par épisode à ma fille : Pinocchio.

Nous avons déjà chroniqué des livres de Christian Oster (L’invitation faite au loup), Pascal Lemaître (Tout le monde fait caca !), Audrey Poussier (Au lit tout le monde !), Delphine Perret (Il était mille fois, Moi, le loup et la cabane et Moi, le loup et les vacances avec pépé) et Hanna Kraan et Annemarie van Haeringen (Qui a peur de la méchante sorcière). Retrouvez aussi notre interview de Delphine Perret.

Les contes bleus du chat perché
Textes de Marcel Aymé, illustrés par Nathalie Parain
Gallimard Jeunesse dans la collection Bibliothèque Gallimard Jeunesse
15,90 €, 150×200 mm, 197 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Mon papi et moi, et Mamie Cochon
Textes de Marjolijn Hof (traduit par Emmanuèle Sandron), illustré par Judith Ten Bosh
Flammarion dans la collection Castor Poche
6,60 €, 134×180 mm, 155 pages, imprimé en France, 2013.
Chevaliers et princesses avec gigot
Textes de Christian Oster, illustrés par Pascal Lemaître, Audrey Poussier et Delphine Perret
L’école des loisirs
15 €, 153×230 mm, 143 pages, imprimé en France, 2013.
La méchante sorcière fait la fête
Texte d’Hanna Kraan (traduit par Anne-Lucie Voorhoeve), illustré par Annemarie van Haeringen
Syros
14 €, 152×219 mm, 118 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013 (édition originale 2005, première édition française 2010)

À part ça ?

L’amour expliqué par des tout petits, une vidéo des Maternelles.

Gabriel