La mare aux mots
Parcourir le tag

Gallimard

Il n’y a pas que les livres dans la vie : on voyage ?

Par 17 décembre 2016 Livres Jeunesse

Dans notre rubrique « il n’y a pas que les livres dans la vie », il y a parfois… des livres ! Oui, mais ce ne sont pas des albums ou des romans, plutôt des ouvrages inclassables ou qui ne rentrent pas dans nos catégories habituelles. Aujourd’hui, ce sont des guides de voyage, car je sais que vous êtes nombreux.euses à partir à Noël ! Alors je vous propose d’aller à Londres, à Paris (et si vous y êtes déjà, vous pourrez y trouver des choses à faire) et, pourquoi pas, à Amsterdam, Venise, Berlin et même New York !

You Might Also Like

De la suite dans les BD

Par 11 juin 2015 Livres Jeunesse

La flamme et l'orageAu cœur d’une ville ravagée par la guerre, brûle une étrange flamme à laquelle tous les habitants doivent allégeance : les gardiens de la flamme pétrifient quiconque lui manque de respect ou ne respecte pas les règles de la cité. Ici vivent Léor, un jeune homme qui se découvre des pouvoirs et qui rend régulièrement visite à ses parents pétrifiés, Carmine, une bohémienne qui recueille et protège les enfants des rues et Estevan, le prince de la ville qui ne partage pas la dévotion de son père pour la flamme. Tous trois ne se connaissent pas encore, mais ils nourrissent le même besoin de liberté, un besoin qui va les obliger à combattre ensemble contre le pouvoir en place.
Sachez-le : j’adore Karim Friha ! Si vous n’avez pas lu la trilogie Le Réveil du Zelphire, je vous la conseille vivement… tout comme ce premier tome de La flamme et l’orage ! Il faut dire que l’auteur a un sens du récit et une imagination plutôt incroyables. Le tout est porté par des illustrations magnifiques : les scènes qui montrent la ville en plan large, notamment, témoignent d’une maîtrise et d’un talent indéniables pour la bande dessinée. Vite, la suite !
Le même vu par Un petit bout de ma bib(liothèque).

Astrid BromureDans sa grande maison perchée tout en haut d’un haut immeuble, alors que ses parents sont partis pour deux semaines, Astrid se découvre une dent qui bouge. « La petite souris ne va pas tarder » s’exclame un des employés de la maison. Elle qui s’ennuyait ferme trouve alors de qui s’occuper : prouver au majordome et à la gouvernante que la petite souris n’existe pas ! Et Astrid ne manque pas d’imagination pour concevoir des plans machiavéliques… jusqu’à ce qu’elle tombe nez à nez avec la petite souris elle-même !
Cette bande dessinée est vraiment savoureuse ! Astrid, petite fille modèle en apparence, est hilarante : son sens de la répartie est jubilatoire. L’histoire, sur fond de lobby publicitaire et de séquestration de souris, est complètement rocambolesque, les jeunes lecteurs devraient adorer !
Des extraits sur le site de l’auteur et sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage et Un petit bout de ma bib(liothèque).

Bjorn le morphirRevenus des enfers avec le fils du roi, Bjorn le morphir et ses compagnons sont grassement récompensés par celui-ci, même si le nouveau prince ne fait pas l’unanimité dans l’entourage royal. Parti au mariage de son ami Svartog, Bjorn doit finalement retourner auprès du roi après que celui-ci a été blessé d’une dizaine de coups de couteau et que plusieurs clans lui ont déclaré la guerre. Si le roi meurt, qui pourra prendre la tête des armées ?
Encore une belle aventure pour Bjorn le morphir et pour le lecteur : de l’action, des rebondissements, du suspense, le tout illustré avec brio par Thomas Gilbert ! Je ne me lasse pas de l’univers de cette série très visuelle, avec ses dragons, ses maisons nordiques, ses combats à l’épée, ses créatures irréelles. Qui se dévoue pour nous en faire des films à la Harry Potter ?
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Arsène LupinLe jeune Arsène Lupin est de retour ! Cette fois, il a 17 ans et il parfait son éducation à l’école de la Croix des Whals. Mais bientôt, des tensions naissent entre Arsène et son ami Bérenger : une compétition sportive et l’arrivée de la jolie Athéna les montent peu à peu l’un contre l’autre. Sans compter que Bérenger se retrouve sous la coupe du professeur Saint-Mérande, que plusieurs indices semblent liés au clan des Lombards…
Quelle frénésie dans le récit ! J’ai l’impression que ce deuxième tome est encore plus fourmillant que le premier ! Plusieurs intrigues forment cette bande dessinée : la rivalité entre Arsène et Bérenger ; l’histoire de Jacob et Toulouse, échappés du bagne où était emprisonné Arsène dans le premier tome ; le combat du père adoptif d’Arsène, membre des francs-juges, contre les Lombards. Pour le moment, ces trois intrigues mettent en scène des personnages différents, dans des lieux différents, mais on sent qu’elles sont toutes appelées à se rejoindre et à prendre sens dans le tome 3. Et l’on attend ça avec impatience !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les autres BD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.

Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Karim Friha (Paris, légendes et mystères et Créatures, légendes et mystères), de Thomas Lavachery (Bjorn le morphir, tomes 1 à 3), de Thomas Gilbert (Bjorn le morphir, tomes 1 à 3), de Benoît Abtey (Arsène Lupin, les origines, tome 1), de Pierre Deschodt (Arsène Lupin, les origines, tome 1), de Christophe Gaultier (Arsène Lupin, les origines, tome 1) et de Marie Galopin (Arsène Lupin, les origines, tome 1).

La flamme et l’orage – T.1, La ville pétrifiée
de Karim Friha
Gallimard
14,50 €, 230×310 mm, 56 pages, imprimé en France, 2015.
Astrid Bromure – T.1, Comment dézinguer la Petite Souris
de Fabrice Parme
Rue de Sèvres
10,50 €, 216×282 mm, 30 pages, imprimé en France, 2015.
Bjorn le morphir – T.4, Les armées du Roi
Scénario de Thomas Lavachery, illustré par Thomas Gilbert
Rue de Sèvres
14 €, 217×282 mm, 74 pages, imprimé en France, 2015.
Arsène Lupin, les origines – T.2, Le dernier des Romains
Scénario de Benoît Abtey et Pierre Deschodt, illustré par Christophe Gaultier et Marie Galopin
Rue de Sèvres
13,50 €, 240×319 mm, 56 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?
Depuis le 3 juin, les éditions Dargaud, Les Deux Royaumes, Dupuis et Le Lombard proposent en librairie une sélection de bandes dessinées à 3 € ! Boule et Bill, Cédric, Kid Paddle, Spirou et autres Marsupilami figurent parmi les 30 titres de cet évènement « L’été BD ».

Marie

You Might Also Like

Chronique BD

Par 1 juin 2015 Livres Jeunesse

Une nouvelle chronique BD avec des albums pour tous les goûts… et tous les âges ! (Dans le À part ça ? je vous parlerai même de BD pour vous, parce qu’il n’y a pas de raison).

On commence par trois séries qu’on adore !

CHI UNE VIE DE CHAT T11Plus le temps passe, plus Chi semble se souvenir de sa vie d’avant. Elle croise de plus en plus ces chatons de son âge qui lui ressemblent étrangement. Et quand Chi croise la maman des chatons, une chose étrange se passe… Il sera aussi question d’une absence de Yohei et de sa mère qui va inquiéter Chi et d’un éventuel déménagement…
Chi se rapproche, d’épisode en épisode, de la vérité, elle est une chatte, elle a donc une mère, une mère qui la cherche… Au-delà de l’humour et des anecdotes de la vie avec un chat, qui nous séduisent depuis le début, il y a un petit suspense qui est de plus en plus présent. Ce tome 11 se termine d’ailleurs par un véritable climax. On enrage de ne pas lire la suite.
Malgré le « ze » insupportable, Chi est une super série dont on ne se lasse absolument pas. Qui séduit autant les enfants (dès 5-6 ans) que les adultes (même à 38 ans).

À noter que les Chi ressortent dans un nouveau format. Plus grand, plus adapté à nos habitudes de lectures européennes. Le premier tome est d’ores et déjà disponible, le tome 2 sortira dans quelques jours.

À la résidence Kanda, la vie continue d’être douce…

Pan'Pan' Panda 3Praline n’est pas très rassurée quand il s’agit d’aller faire le ménage dans l’appartement de Monsieur Kanda, le propriétaire de la résidence. Il faut dire que les statues africaines lui font un peu peur et les rumeurs sur cet appartement vont bon train. Pan’Pan Panda a un secret pour lutter contre la peur. Il sera aussi question de la chaleur (mal supportée par notre ami panda), de pépins de pastèques avalés (qui cause encore des frayeurs) ou encore d’Halloween.

Pan Pan Panda 4C’est bientôt Noël ! On fait des plats qu’on ne mange qu’en hiver, on prépare les cadeaux et l’on fait des bonhommes de neige ! Il sera aussi question d’un amoureux dont on veut se débarrasser, de recherches d’activités extrascolaires, d’une queue devenue bizarre, d’un animal étrange qui s’incruste, de l’arrivée d’un chien à la résidence Kanda (pour le plus grand malheur de Pan’Pan Panda) et même d’une course effectuée par Praline… toute seule !

Pan Pan Panda 5Le chien prend de la place dans la vie de Praline, mais Pan’Pan ne s’y habitue décidément pas ! Il est terrorisé, même s’il aimerait ne pas avoir si peur. Praline et Pan’Pan savent aussi que ce chien a un maître, et qu’il doit le chercher. Il sera aussi question de l’odeur de la pluie et du soleil, de mirages bien troublants, de fabriquer des arcs-en-ciel, de jolis tissus créés par Pan’Pan et de pique-nique dans la nature qui donnera à nos héros de chouettes idées.

Pan’Pan Panda c’est un manga très doux, très tendre, idéal pour les plus petits. Le quotidien d’une résidence où vivent un panda et quelques familles. On parle beaucoup des traditions japonaises et de la nourriture du pays. Les personnages sont vraiment attachants et on les retrouve chaque fois avec plaisir. Plus j’avance dans cette série, et meilleure je la trouve.
Une très bonne série de BD pour les plus jeunes.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

intégrale 2 YAYAQuand on avait laissé Yaya, elle avait été jetée dans une barque avec son ami Tuduo et dérivait. La jeune Chinoise, issue d’une famille riche, a été séparée de ses parents alors que la guerre contre le Japon sévit. Elle tente de les retrouver. Dans cette nouvelle aventure, Yaya débarque sur une île avec Tuduo. Elle va se retrouver prisonnière d’affreux exploiteurs. De son côté, l’horrible Zhu est toujours à leur poursuite. Il espère, en récupérant l’enfant, gagner beaucoup d’argent. Les enfants croiseront aussi des adultes qui ne sont peut-être pas aussi gentils qu’ils en ont l’air.

Yaya Intégrale 7-9Suite et fin de la série La balade de Yaya, la troisième partie de l’intégrale vient de sortir (regroupant les tomes 7, 8 et 9). Difficile de vous en parler sans spoiler les deux premiers tomes…
Les enfants arriveront-ils à destination ? Yaya retrouvera-t-elle ses parents ? Tuduo récupérera-t-il son frère ? Les enfants vont-ils vraiment vivre ensemble ? Comment vont-ils se débarrasser de Zhu ? Une chose est sûre : on sera bien triste de quitter les personnages…

Je suis définitivement fan de La Balade de Yaya. C’est une série totalement addictive, passionnante. Les illustrations sont magnifiques. En neuf épisodes (ou trois tomes d’intégrales), il arrive des tas de péripéties aux héros, on ne s’ennuie pas une seconde, il n’y a pas la moindre longueur. Ça se lit comme un roman d’aventures. Et là encore, parents comme enfants se régalent. C’est typiquement le genre de série que je pourrais offrir aussi bien à un enfant qu’à un ami.
Une magnifique série à ne pas rater.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

On continue avec deux coups de cœur.

BICHON T1Bichon est un petit garçon qui danse devant sa glace, qui adore la Princesse Ploum et qui est amoureux du beau Jean-Marc. Sa mère s’énerve quand quelqu’un lui fait remarquer qu’il est dans le rayon des filles du magasin de jouet (et que ce n’est pas la place d’un garçon). Les garçons de sa classe aimeraient connaître son secret pour que les filles traînent autant avec lui.
Gros coup de cœur pour Bichon. Parce que c’est drôle, parce que ce n’est pas que drôle et parce que des personnages homos dans la littérature jeunesse, c’est pas si courant ! Alors, oui, on est un peu dans la caricature quand Bichon se déguise en princesse, mais on s’en fout en fait. Le personnage est totalement attachant, David Gilson ose aller assez loin sans que ça ne choque (testé sur ma fille de 7 ans). Alors oui Bichon rêve du beau Jean-Marc et craque sur le remplaçant de la maîtresse, oui Bichon aime beaucoup son écureuil en peluche, oui Bichon pense que sa baguette magique jette des sortilèges d’amour, mais nous on l’aime comme ça Bichon !
Un personnage attachant, une BD vraiment réussie (dont visiblement le tome 2 sort prochainement).
Des extraits sur le site de l’éditeur.

NoraNora fait la tête, elle va passer les vacances chez son oncle pendant que ses parents organisent le déménagement et ça ne l’enchante pas trop. Qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir faire à la ferme ? En tout cas, elle ne parlera pas, elle l’a décidé. Mais un jour, elle découvre la voisine, la solitaire madame Jeanne…
Nora c’est une très belle BD où l’on parle d’amour qui n’est pas venu, de vacances à la ferme, de la solitude. On y parle aussi de la mort. Les illustrations sont très belles et vont parfaitement à cette histoire très poétique avec un petit côté fantastique.
Des vacances inoubliables pour une très belle BD.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

La BD, ça peut aussi être sans texte. C’est une bonne manière pour les enfants qui ne savent pas encore lire de se familiariser avec la BD et avec un fil narratif.

Monsieur Lapin T3Monsieur Lapin s’énerve facilement quand il s’agit de gonfler des ballons. Faut dire que ce n’est jamais un moment de plaisir… surtout si les copains s’amusent à faire des blagues !
Monsieur Lapin c’est un héros créé par Loïc Dauvillier et Baptiste Amsallem. Pas de texte, donc, mais le personnage est tellement expressif qu’on comprend bien ce qu’il pense, et ses aventures sont tout simplement hilarantes.
Une super aventure d’un personnage très drôle.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quand Myrmidon trouve un déguisement, son histoire bascule.

Myrmidon dans l'espaceAlors qu’il fait du vélo, Myrmidon fait une chute qui le fait atterrir sur un costume de cosmonaute. À peine l’a-t-il enfilé que notre héros voit se poser une fusée et en sortir un être étrange venu d’ailleurs. Myrmidon décide d’embarquer avec lui, c’est certainement le début d’une grande aventure… Il est loin de se douter de ce qui va arriver.

Myrmidon 3Mais c’est une épée dans une enclume ! La tentation est trop forte, Myrmidon décide d’essayer de l’enlever… Il n’y arrive pas, mais bascule en arrière et tombe sur un costume de chevalier ! Ainsi vêtu, forcément l’épée est vite sortie ! Sauf que ce n’est pas facile de manier une épée quand on vit dans une case !

Myrmidon au pays des cowboysCette fois-ci, c’est un habit de shérif que Myrmidon trouve dans un arbre ! C’est trop tentant, il se dépêche de l’enfiler ! Sauf qu’à peine l’a-t-il sur lui que le voilà assailli de flèches ! Les Indiens sont à sa poursuite, il lui faudra être bien malin pour leur échapper. Mais ne vous en faites pas pour notre ami Myrmidon, il a plus d’un tour dans son sac !

Même principe dans ces trois albums, le héros tombe sur un déguisement, il lui arrive une aventure extraordinaire et l’histoire se termine quand son chemin l’a fait dépasser le costume. On imagine aisément que finalement tout ceci n’était que son imagination (d’autant plus que les autres personnages sont dépourvus de couleurs, comme s’ils n’étaient pas coloriés).
Des BD sans texte qui célèbrent l’imagination.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Anuki T1Anuki est un petit indien qui n’a vraiment pas de bol, il est assez maladroit (une sorte de Pierre Richard) ! Et en plus, il a très mauvais caractère et quand il s’énerve… eh bien, ça lui retombe dessus (il n’a pas de bol, je vous l’ai dit) !
J’aime tout dans Anuki : les illustrations qui sont vraiment magnifiques, le scénario plein d’humour, les situations burlesques et la chute pleine de tendresse.
La guerre des poules, le premier tome des aventures d’Anuki m’a totalement séduit et a vraiment emballé ma fille de 7 ans.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

On continue avec deux BD pour ados

La ligne droiteHadrien est un garçon sensible. Sa mère est un peu trop collante, limite castratrice. À l’école, il est la risée de ses camarades de classe. Hadrien est plutôt doué en cours, mais il déteste le sport. Il va se rapprocher de Jérémie, qui le trouble énormément. Le début d’une histoire pas de tout repos.
La ligne droite est une BD sur la découverte, par un adolescent, de son homosexualité. On y parle du rejet des autres, des moqueries. L’histoire d’Hadrien n’est pas rose (c’est même une BD assez sombre), mais finalement très réaliste.
Une très belle bande dessinée sur l’adolescence et la découverte de son homosexualité.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Bulles & BluesSoan et Chloé, ils sont fusionnels, ils ne se quittent pas ! Pourtant c’était pas joué d’avance, ils ne sont frère et sœur que depuis leurs 8 ans et surtout Soan est l’enfant modèle, l’exemple et Chloé celle qu’on recadre. Mais ils s’adorent ! Sauf qu’un jour…
On retrouve le tandem Charlotte Bousquet/Stéphanie Rubini pour ce nouvel opus de la série Les graphiques. Après Rouge Tagada et Mots rumeurs, Mots cutter, elles nous parlent donc de la famille recomposée, des séparations qui ne sont pas d’ordre amoureux (qui sont tout aussi violentes), de la création (et de la façon dont sont vus les artistes), des rumeurs… En fait, ce qui plaît dans cette série c’est que chaque tome parle de plein de choses, on retrouve toujours les mêmes personnages (les personnages principaux d’une histoire sont les personnages secondaires dans les autres histoires) et petit à petit on a l’impression qu’ils nous sont familiers, de les connaître. Vivement la suite !
Nouveau tome d’une bonne série sur l’adolescence.

Art&BDSaviez-vous que certaines planches d’Hergé étaient des hommages à l’art égyptien ou africain voire à un tableau de Giorgio de Chirico ? Que dans Astérix chez les Belges une planche rendait hommage à un tableau de Brueghel l’Ancien et que dans Astérix et le Devin on retrouvait un clin d’œil à un tableau de Rembrandt ? Avez-vous entendu parler des sculptures de Bertrand Lavier créées d’après une visite de Mickey dans un musée ? Savez-vous ce qu’est l’OuBaPo ? Eh bien, vous apprendrez tout ça dans le magnifique ouvrage sorti chez Palette…, Art et BD. Comme toujours chez Palette… l’ouvrage est soigné (tant l’objet que le contenu), et c’est tout simplement passionnant ! On parle bien sûr du lien entre la BD et le cinéma, mais on parle aussi des origines de la BD, des œuvres d’art qui étaient des prémices de la BD.
Un magnifique ouvrage pour les fans de BD, les amateurs d’art et les autres !

Quelques pas de plus…
Retrouvez les autres BD que nous avons chroniquées sur un album Pinterest.

Chi, une vie de chat – Tome 11
de Konami Kanata (traduit par Kayo Sato et Élodie Lepelletier)
Glénat Kids dans la collection Chi
10,75 €, 180×130 mm, 152 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Pan’Pan panda, une vie en douceur – Tome 3
de Sato Horokura (traduit par Arnaud Delage)
Nobi Nobi ! dans la collection Pan’Pan Panda
9,45 €, 130×180 mm, 110 pages, imprimé en France, 2014.
Pan’Pan panda, une vie en douceur – Tome 4
de Sato Horokura (traduit par Arnaud Delage)
Nobi Nobi ! dans la collection Pan’Pan Panda
9,45 €, 130×180 mm, 109 pages, imprimé en France, 2014.
Pan’Pan panda, une vie en douceur – Tome 5
de Sato Horokura (traduit par Arnaud Delage)
Nobi Nobi ! dans la collection Pan’Pan Panda
9,45 €, 130×180 mm, 110 pages, imprimé en France, 2015.
La balade de Yaya – Intégrale 4-6
Scénario de Jean-Marie Osmond (traduit par Fang Er-Ping), illustré par Golo Zhao
Fei dans la collection La balade de Yaya
19 €, 220×299 mm, 141 pages, imprimé en Italie, 2013.
La balade de Yaya – Intégrale 7-9
Scénario de Jean-Marie Osmond, Charlotte Girard et Patrick Marty, illustré par Golo Zhao
Fei dans la collection La balade de Yaya
19 €, 220×299 mm, 145 pages, imprimé en Italie, 2013.
Bichon, 1. Magie d’amour…
de David Gilson
Glénat dans la collection Tchô ! La collec…
9,99 €, 217×293 mm, 48 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Nora
de Léa Mazé
Les éditions de la gouttière
16 €, 180×250 mm, 72 pages, imprimé en France, 2015.
Monsieur Lapin, les ballons
de Loïc Dauvillier et Baptiste Amsallem
Des ronds dans l’O dans la série Monsieur Lapin
12,50 €, 217×219 mm, 38 pages, imprimé en Union Européenne, 2014.
Myrmidon dans l’espace
de Loïc Dauvillier et Thierry Martin
Les éditions de la gouttière dans la série Myrmidon
9,70 €, 262×205 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Myrmidon dans l’antre du dragon
de Loïc Dauvillier et Thierry Martin
Les éditions de la gouttière dans la série Myrmidon
9,70 €, 262×205 mm, 32 pages, imprimé en France, 2014.
Myrmidon au pays des Cow-boys
de Loïc Dauvillier et Thierry Martin
Les éditions de la gouttière dans la série Myrmidon
9,70 €, 262×205 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013.
Anuki, 1.La Guerre des poules
de Stéphane Sénégas et Frédéric Maupomé
Les éditions de la gouttière dans la collection Anuki
9,70 €, 198×262 mm, 34 pages, imprimé en France, 2011.
La ligne droite
Scénario d’Hubert, illustré par Marie Caillou
Glénat dans la collection 1000Feuilles
22 €, 212×172 mm, 121 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Bulles & Blues
Scnéario de Charlotte Bousquet, illustré par Stéphanie Rubini
Gulf Stream Éditeur dans la collection Les graphiques
15 €, 172×240 mm, 70 pages, imprimé en Europe, 2014.
Art et BD
de Christophe Quillien
Palette…
24,80 €, 240×270 mm, 96 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.

À part ça ?

Comme promis, place aux BD pour nous !

À la recherche du nouveau pèreAux réunions des Mères Anonymes il y a un bouleversement… un père ! Forcément, maintenant que les pères s’occupent des enfants (certains deviennent même pères au foyer, les fous), ils ont aussi envie d’en parler. Caroline, la mère célibataire, s’interroge sur ces nouveaux pères. Qui sont-ils ? Où les rencontrer ? Et surtout sont-ils ce qu’ils prétendent être ?
On retrouve avec un grand plaisir les personnages de Gwendoline Raisson et Magali Le Huche dans cette suite des Mères anonymes. C’est très drôle, car c’est bien vu, on se reconnaît dans certaines situations, certains personnages nous rappellent des amis. Mais c’est aussi bourré de tendresse, les auteures ne veulent pas faire de l’humour à tout prix, leurs personnages sont vraiment attachants.
Une BD tendre et drôle sur la parentalité.
À la recherche du nouveau père, Gwendoline Raisson et Magali Le Huche, Dargaud, 17,95€.

Le Guide du Mauvais Père 3Le mauvais père est de retour ! Il glisse des règles de conjugaison dans la lecture du soir, envoie ses enfants en éclaireurs quand la situation lui semble dangereuse, fait des mauvaises blagues, apprend à bien prononcer les grossièretés et adore terroriser ses enfants.
Le troisième tome de la série Le Guide du Mauvais Père de Guy Delisle est tout aussi hilarant que les deux premiers. En le lisant, je ricanais tout seul dans le métro (j’avais pas l’air bien malin). C’est méchant, donc très drôle, bien vu et totalement jouissif, bref j’en suis totalement fan !
Une super BD au format poche pour tous ceux qui, comme moi, adorent l’humour vache.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le guide du Mauvais Père, Guy Delisle, Shampooing, 9,95 €

En parlant de Guy Delisle, je me permets une parenthèse. J’ai (enfin) découvert ses BD où il raconte ses séjours à l’étranger. J’ai lu Chroniques Birmanes (Shampooing), Pyongyang (L’association) et Shenzen (L’association) et c’est absolument génial. On se régale des anecdotes sur le pays, on rit (parfois jaune en lisant Pyongyang…). C’est drôle, mais pas uniquement, c’est vraiment profond. Ce sont de très très bonnes BD pour adulte que je vous conseille fortement !

Aya de YopougonAya est une jeune fille qui vit à Yopougon, en Côte d’Ivoire. Nous sommes en 1978. Il y a ses amies, Ajoua et Bintou qui adorent sortir au Ça va chauffer, Hervé qui craque un peu sur elle, Moussa, le fils du patron de l’usine, Mamadou le dragueur et bien d’autres !
Ma fille (de 7 ans) et moi sommes totalement fans d’Akissi (qui est en fait dans l’histoire la petite sœur d’Aya), mais je n’avais jamais lu Aya de Yopougon. Je me suis totalement régalé avec les deux premiers tomes. Les personnages sont hauts en couleur, les situations souvent très drôles. On suit le quotidien de tous ces personnages, leurs chemins qui se croisent, leurs bonheurs et leurs malheurs. C’est vraiment une super BD.
Les deux premiers tomes d’une série devenue culte, à découvrir absolument !
Aya de Yopougon, T.1, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Gallimard dans la collection Bayou, 17 €.
Aya de Yopougon, T.2, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Gallimard dans la collection Bayou, 17 €.

Gabriel

You Might Also Like

Du roman à la BD

Par 3 mars 2015 Livres Jeunesse

Bjorn le MorphirAu cœur de l’hiver 1065, la maison de Bjorn et de sa famille est attaquée par la neige, qui prend la forme d’une créature agressive. D’ordinaire timide et craintif, Bjorn, pour sauver ceux qu’il aime, déploie des trésors d’ingéniosité et de courage, et gagne son surnom de « morphir », héros nordique destiné à accomplir des faits d’exception. Bientôt appelé à servir le roi viking, Bjorn le morphir se lance dans une aventure dangereuse, haletante, très plaisante pour tous les fans de littérature fantastique. En route pour les enfers, accompagné de trois compagnons dont sa fiancée, il devra affronter un ogoujon (sorte de tube digestif qui force ses proies à marcher jusqu’à son estomac), d’énormes baleines dentues et griffées, des aplatisseurs (araignées géantes à pattes d’éléphant), le propre fils du roi – un être sanguinaire et orgueilleux – et bien sûr, la Reine des Enfers elle-même…
Cette première aventure s’étend sur 3 tomes, qui ne peuvent se lire indépendamment les uns des autres. C’est une épopée très bien construite, très prenante, et vraiment chouette pour les enfants, mais aussi pour les plus grands. Comme le montrent les quelques créatures imaginaires citées plus haut, l’univers créé par l’auteur est vraiment très riche et les crayons de Thomas Gilbert en rendent parfaitement la profondeur.
Adaptée des romans de Thomas Lavachery, la série de BD compte donc pour le moment ces 3 tomes, qui reprennent les 5 premiers volumes du texte original, Bjorn le Morphir et le cycle des Bjorn aux enfers. Le 4e tome, basé sur le cycle des Bjorn aux armées, sort en mars.
Les mêmes vu par Des livres, etc et La valse des pages.

Les royaumes du nord T1Dans un monde où chaque être humain est lié à un animal qui le suit partout et qui ne peut pas s’éloigner de plus de quelques mètres, Lyra est une jeune orpheline téméraire et un peu insolente, élevée au Jordan College où elle comble son ennui en cumulant les bêtises. Elle rêve de partir avec son oncle, l’explorateur Lord Asriel, dans les royaumes du Nord, où vivent des créatures légendaires telles que les ours en armure. À la place, elle est accueillie par Mme Coulter, qui lui promet de l’emmener dans le Nord. Mais bientôt, celle-ci semble changer d’attitude et Lyra découvre que sa tutrice est liée aux nombreux enlèvements d’enfants qui secouent l’Angleterre.
Ce n’est pas pour rien que cet ouvrage a reçu le Prix Jeunesse 2015 au festival d’Angoulême ! Reprenant le célèbre texte de Philip Pullman, À la Croisée des mondes, Stéphane Melchior et le génialissime Clément Oubrerie nous livrent un premier tome vraiment magnifique, très dense et plein de rebondissements.
Le même vu par L’ivresse des mots, Dans la bibliothèque de Noukette et Chez Clarabel.

Le HorlaIl est toujours difficile de s’attaquer à un classique comme Le Horla, de Maupassant. Eh bien Guillaume Sorel s’en sort haut la main !
Dans ce récit, le personnage principal, qui vit paisiblement dans une belle demeure avec ses domestiques près de Rouen, se réveille brusquement une nuit parce qu’il a l’impression d’étouffer, et découvre, accroupi sur sa poitrine, un être imposant et évanescent qui disparaît en quelques secondes. Comprenant alors qu’il est possédé, il tente par tous les moyens de se débarrasser de celui qui hante ses nuits.
Le dessin et la colorisation sont relativement classiques, c’est très bien dessiné et très réaliste, mais je trouve surtout que c’est une très bonne adaptation, qui s’adresse plutôt aux adolescents et aux adultes. On ressent parfaitement la terreur montante du personnage principal, tout en se demandant si celui-ci est en train de devenir fou ou si tout cela est bien réel. Aurons-nous seulement une réponse claire à la fin de l’ouvrage ?…
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette, Bricabook et L’ivresse des mots.

Le Fantome de CantervilleCelui-ci, ça n’est pas une BD. Mais ça n’était pas non plus un roman à la base, donc on reste cohérent dans l’approximation ! Dans cette version du Fantôme de Canterville, on retrouve donc le texte très drôle d’Oscar Wilde (où un fantôme anglais tente en vain d’effrayer la famille américaine qui vient d’emménager dans sa maison), dans un bel ouvrage grand format. J’adore la couverture mate, le papier épais et la mise en page soignée (jeu avec les typos, incrustation de textes dans des illustrations). Mais surtout, le récit est animé par les magnifiques illustrations de Barbara Brun, ce qui en fait un vrai bel objet. Comme dit plus haut, ce n’est pas une BD, mais plutôt un livre illustré.
L’éditeur, Marmaille & compagnie, présente cet ouvrage comme le premier titre d’une nouvelle collection d’adaptations de classiques en livres illustrés. Moi qui adore retrouver un texte que j’aime adapté sous toutes les formes, j’ai hâte de voir les autres titres !
Le même vu par Les lectures de Liyah et Délivrer des livres.

Arsene LupinJe triche encore un peu avec cette BD, car il ne s’agit pas de l’adaptation d’un des récits écrits par Maurice Leblanc, mais de la réutilisation du célèbre gentleman cambrioleur, par Benoît Abtey et Pierre Deschodt.
L’idée de cette série ? Comprendre comment Arsène Lupin est devenu Arsène Lupin. On retrouve donc celui-ci en 1888 (il a environ 14 ans), au bagne pour enfants de Belle-Île-en-Mer, un endroit évidemment violent et tristement célèbre pour la disparition de nombreux pensionnaires. Finalement adopté par Perceval de la Marche, personnage noble et riche, Arsène apprend à se battre et à manier les armes à ses côtés, et ce dans un objectif : rejoindre les francs-juges, « représentants du pouvoir et faiseurs de justice » et lutter contre les Lombards, dont les « armes sont la corruption, le vol, le meurtre et la magie ».
Ce premier tome est très foisonnant : plusieurs intrigues se mêlent entre elles, et l’on a à peine ouvert le livre qu’on le referme déjà, l’ayant lu d’une traite, emporté par la vitesse du récit. Il pose les bases d’une aventure pleine de promesses, qu’on a hâte de retrouver dans la suite de la série !

Le journal d'un chat assassinSi vos enfants aiment les récits courts, drôles et faciles à lire, c’est vers cette BD, adaptation du classique jeunesse d’Anne Fine, qu’il faut se tourner !
Les dessins simples mais efficaces de Véronique Deiss, déjà illustratrice des romans, mettent en scène un chat qui fait le malheur de ses maîtres en leur apportant de petits animaux morts : tous les propriétaires de chat comprendront ça ! Les dialogues et les situations drolatiques charmeront les lecteurs débutants. L’utilisation de l’aquarelle pour la colorisation de ces personnages à gros nez et de ce chat légèrement psychopathe en fait un ouvrage lumineux et plutôt original.
Le même vu par Chez Clarabel, La valse des pages et Dans la bibliothèque de Noukette.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les autres BD que nous avons chroniquées sur un album Pinterest.

Bjorn le morphir – T.1 – La naissance d’un morphir
Scénario de Thomas Lavachery, illustré par Thomas Gilbert
Rue de Sèvres dans la série Bjorn le morphir
13 €, 217×282 mm, 70 pages, imprimé en France, 2015.
Bjorn le morphir – T.2 – Dans l’enfer des enfers
Scénario de Thomas Lavachery, illustré par Thomas Gilbert
Rue de Sèvres dans la série Bjorn le morphir
13 €, 217×282 mm, 96 pages, imprimé en France, 2015.
Bjorn le morphir – T.3 – La Reine des enfers
Scénario de Thomas Lavachery, illustré par Thomas Gilbert
Rue de Sèvres dans la série Bjorn le morphir
13 €, 217×282 mm, 96 pages, imprimé en France, 2015.
Les Royaumes du Nord .1
Scénario de Stéphane Melchior (d’après Philip Pullman), illustré par Clément Oubrerie
Gallimard
17,80€, 240×319 mm, 80 pages, imprimé en Espagne, 2014.
Le Horla
de Guillaume Sorel (d’après Guy de Maupassant)
Rue de Sèvres
15€, 240×319 mm, 64 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Le fantôme de Canterville
Texte d’Oscar Wilde (traduit par Albert Savine), illustré par Barbara Brun
Marmaille & Compagnie
20€, 250×360 mm, 70 pages, lieu d’impression non indiqué, imprimé chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Arsène Lupin, les origines – T.1, Les Disparus
Scénario de Benoît Abtey et Pierre Deschodt, illustré par Christophe Gaultier et Marie Galopin
Rue de Sèvres
13,50€, 240×319 mm, 56 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Journal d’un chat assassin
de Véronique Deiss (d’après Anne Fine)
Rue de Sèvres
10,50€, 217×282 mm, 45 pages, imprimé en France, 2014

À part ça ?

Ce week-end, c’est la fête du Livre à Bron, à côté de Lyon ! Timothée de Fombelle sera là, mais aussi Aurélien Débat, Marie Caudry, Joëlle Jolivet et bien d’autres. Une programmation jeunesse très riche, avec des dédicaces, des rencontres, des lectures, des spectacles, et des ateliers menés par les auteurs et illustrateurs présents. Alors, plutôt masques en papier, tampons géants ou peinture à doigts ?

Marie

You Might Also Like

De beaux livres de contes

Par 15 décembre 2014 Livres Jeunesse

Contes de GrimmIl était une fois un crapaud qui aida une jeune fille en échange d’une promesse de mariage. Il était une fois un garçon qui rêvait de frissonner. Il était une fois une petite fille qu’on surnommait, à cause de son habit, le Petit Chaperon rouge. Il était une fois un roi dont les douze filles usaient leurs souliers la nuit, alors qu’elles étaient enfermées dans leur chambre. Il était une fois une jeune fille qui se rendit compte que son futur mari était un criminel cannibale…
Grimm, Pullman, Shaun Tan, Gallimard. Quatre grands noms pour un magnifique ouvrage. Cinquante contes de Grimm sont racontés (puis analysés) par Philip Pullmann et illustrés par Shaun Tan. On retrouve des contes bien connus (Cendrillon, Les musiciens de Brème, Raiponce…), mais surtout des contes beaucoup moins célèbres. Mais attention, on ne s’adresse pas, ici, aux plus jeunes. Les contes sont souvent cruels, sanglants. Les illustrations de Shaun Tan sont inspirées par les sculptures inuit et précolombiennes et sont magnifiques. L’objet est un superbe ouvrage de près de 500 pages avec un beau papier et une belle reliure.
Voilà le cadeau idéal pour les jeunes lecteurs (à partir de 11 ans d’après l’éditeur) qui aiment les beaux contes et les beaux livres.

Kiviuq et l'ours blancKiviuq, jeune Inuk*, avait perdu son père très jeune. Son beau-père refusait de lui apprendre la chasse et il ne faisait que suivre l’adulte sans rien en retirer. Souvent, marchant moins vite, il restait seul dans l’obscurité de la nuit polaire, rejoignant la maison bien après son beau-père. Mais un jour Kiviuq rencontra un ours…
On n’est jamais déçu avec les ouvrages de la collection Contes & classiques du Monde de chez Magnard. Ici, c’est un conte Inuk que nous raconte Céline Espardellier. Il est question de transmission, de partage, de tradition. Alors bien sûr il est surtout question de chasse et certains enfants trouveront cette histoire dure (ma fille de 6 ans a eu du mal avec tous ces phoques tués par l’enfant). Les illustrations d’Isabelle Chatellard sont magnifiques et le fait que l’album soit très grand les met particulièrement en valeur.
Partez en voyage initiatique chez les Inuit grâce à un magnifique conte.

Le perroquet juifMonsieur Abraham vivait seul et souffrait de la solitude, jusqu’au jour où il acheta un perroquet juif. Un roi paria un jour avec un pope que le juif qui puisait l’eau était mieux instruit que les chrétiens. Un prêtre refusait de quitter son église malgré l’inondation, préférant s’en remettre à Dieu. Un jeune homme était étonné de voir chaque jour un vieux sage lisant à l’ombre d’un arbre. Un jeune Rabin voyagea un jour face à une jeune fille sexy…
François Azar propose cinq contes judéo-espagnols dans ce bel ouvrage bilingue illustré par Aude Samama. Des histoires pleines de poésie et de philosophie, qui amènent souvent à la réflexion. Mais surtout des histoires pleines d’humour, là aussi plein de finesse.
Cinq jolis contes philosophiques illustrés à la peinture.

Les fabuleuses aventures de Sinbad le marinSinbad était le fils d’un riche marchand qui mourût bien tôt en léguant à son fils sa grosse fortune. Seulement Sinbad menait la grande vie et il épuisa bientôt ses ressources. Il décida de refaire fortune en voyageant sur les mers. Mais les voyages de Sinbad n’étaient pas de tout repos, il rencontra un cheval marin, un roc (sorte d’Oiseau de feu), des serpents géants, des cyclopes et d’autres monstres encore.
Six voyages de Sinbad sont rassemblés dans le bel ouvrage illustré par Sébastien Pelon, Les fabuleuses aventures de Sinbad le Marin sorti au Père Castor. Six histoires fabuleuses qui vont ravir ceux et celles qui aiment les récits fantastiques, les aventures incroyables, les contes merveilleux. Alors c’est parfois assez cruel (bien plus que dans le magnifique film Le Septième Voyage de Sinbad de Nathan Juran, pour donner un exemple, dans le film l’un des compagnons de voyage est attaché à une broche et mit au-dessus du feu par le cyclope puis délivré par Sinbad… ici, il sera vraiment dévoré) et peut déranger les plus jeunes enfants (je ne le lirai pas à un enfant de moins de 6-7 ans je dirai).
Un magnifique ouvrage d’aventures pour retrouver le plus célèbre marin des contes des mille et une nuits.

10 contes des 1001 nuitsSi vous voulez prolonger votre séjour à Bagdad, Michel Delaporte a sorti, il y a quelques mois, 10 contes des Mille et une Nuits en format poche. On trouve l’histoire d’Ali Baba et les quarante voleurs mais aussi celle d’Ali Cogia à qui on avait volé son or pendant un pèlerinage à la Mecque. Bien entendu, les 10 contes sont précédés par l’histoire de Shéhérazade. En fin d’ouvrage, un cahier de 32 pages pour aller plus loin où l’on trouve des questions, jeux, lexique… Le livre est illustré par Fred Sochard.

*Pour ceux qui l’ignorent, Inuk est le singulier d’Inuit.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un ouvrage sur des contes inuit (Contes inuit d’Emmanuelle Stimamiglio, Sylvie Teveny et Laura Guery) et des versions des Contes des Mille et une nuit (Les Mille et une nuits de Gudule et François Roca et Petits contes des 1001 nuits de Claire Lemoine de Claire Lemoine et Sandrine Bonini ).
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages des contes des Frères Grimm (Grimm contes choisis, Tom Pouce, Les musiciens de Brême, Le vieux Cric Crac, Le voleur de lune, Les musiciens de Brême, L’homme à la peau d’ours, Tom Pouce, Le petit chaperon rouge, Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance), de Shaun Tan (Les lois de l’été), Isabelle Chatellard (Bazar Circus), Aude Samama (La case de l’Oncle Tom) et de Sébastien Pelon (Robin des bois et Contes d’Afrique). Retrouvez aussi notre interview de Sébastien Pelon.

Contes de Grimm
Textes de Philip Pullman (traduit par Jean Esch), d’après les Frères Grimm, illustrés par Shaun Tan
Gallimard
35 €, 170×230 mm, 496 pages, imprimé en Italie, 2014.
Kiviuq et l’ours blanc
de Franz Boas, adapté par Céline Espardellier, illustrés par Isabelle Chatellard
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & Classiques du Monde
16,90 €, 285×328 mm, 51 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Le perroquet juif et autres contes judéo-espagnols
Textes de François Azar, illustrés par Aude Samama
Lior éditions
15 €, 320×240 mm, 50 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Les fabuleuses aventures de Sinbad le marin
Textes de Michel Laporte, illustrés par Sébastien Pelon
Père Castor
15,50 €, 310×250 mm, 64 pages, imprimé en France, 2014.
10 contes des mille et une nuits
Textes de Michel Laporte, illustrés par Frédéric Sochard
Flammarion jeunesse
6,10 €, 125×179 mm, 215 pages, imprimé en Espagne, 2014.

Gabriel

You Might Also Like