La mare aux mots
Parcourir le tag

Hajnalka Cserhati

Les invité.e.s du mercredi : Patrick Pasques, Isabelle Wlodarczyk, Hajnalka Cserháti et Isabelle Ayme

Par 16 mars 2016 Les invités du mercredi

Cette semaine, c’est Patrick Pasques que nous recevons, un auteur-illustrateur hors normes puisqu’il n’utilise pas seulement les crayons ou la peinture, mais il crée tout un univers en volume qu’il prend en photo. J’ai eu envie d’en savoir plus sur lui et sur son travail, je vous propose de lire ses réponses à mes questions. Ensuite, c’est avec Isabelle Wlodarczyk, Hajnalka Cserháti et Isabelle Ayme (des éditions Lirabelle) que nous avons rendez-vous pour la rubrique Parlez-moi de… elles reviennent sur le très bel album Marika. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Patrick Pasques

Patrick PasquesParlez-nous de votre parcours
J’ai suivi une longue formation scientifique, je voulais être chercheur en neurophysiologie (la science du cerveau) et, en même temps, être auteur en vulgarisation des sciences. Au final, j’ai rapidement été happé par l’édition et j’ai collaboré pendant… 25 ans (aïe…) à de très nombreux ouvrages (des encyclopédies, des documentaires…). Pas l’ombre d’une école d’art dans mon parcours… À mon grand regret, maintenant ! Mais je me soigne depuis ma reconversion (assez) tardive à l’illustration.

Patrick PasquesComment vous est venue cette manie de plier du papier ?
Par hasard, j’ai découvert grâce à ma fille le monde des papertoys, ces espèces de petits personnages qu’on télécharge sur internet, qu’on imprime et qu’on monte soit même. J’ai trouvé ça sympa et très rapidement j’ai trouvé extrêmement intéressant d’en créer moi-même, et d’utiliser cette technique pour faire de l’illustration. D’auteur en sciences, je suis devenu auteur-illustrateur jeunesse !

Patrick PasquesPouvez-vous nous dire quelques mots sur la technique et le matériel que vous utilisez ?
Tout commence par des croquis pour bien appréhender ce que je dois faire en papier. Ensuite, pour chaque élément (objet ou personnage), je dessine toutes les pièces qui le composent, soit directement sur le papier, soit à l’aide d’un logiciel vectoriel ou 3D en fonction de sa complexité. Après, je procède au montage (découpage, pliage, collage), le cutter et la colle sont alors mes meilleurs amis.

Patrick Pasques J'ai perdu un trucCombien de temps cela vous prend-il pour réaliser toutes les illustrations d’un album, par exemple le dernier J’ai perdu un truc ?
C’est un travail relativement long avec des étapes bien distinctes : création des éléments en pièces détachées, montage en papier, mise en scène et séance photo, retouche photo si nécessaire. Au final, après ajustements divers, au moins 3 mois pour la partie illustration de ce livre.

Vous créez plusieurs versions d’un même personnage ? Je pense par exemple au héron de ce même album qui n’est pas toujours dans la même position.
Effectivement, je dois souvent monter un personnage dans différentes positions ou expressions. Parfois, pour gagner du temps, je leur fais des parties mobiles ou plus simplement, je modifie les ajustements du papier pour qu’ils s’adaptent à la scène.

Patrick PasquesQue deviennent ensuite vos créations qui ont servi pour les livres ?
La plupart des modèles ou des saynètes créés pour un livre poursuivent leur carrière dans des expositions qui présentent mon travail d’illustrateur. J’aime bien voir le plaisir dans les yeux des enfants (et des adultes) quand ils découvrent comment sont tous ces objets en vrai.

Est-ce que ce sont vos créations qui amènent l’histoire, pour vos albums, ou l’inverse ?
Les deux sont possibles. La petite fille de Compter avec un monstre et le hibou ont constitué le point de départ et je leur ai écrit une histoire sur mesure. Par contre, pour Le corbeau et les 3 poules le mécanisme a été inverse. Au départ, je voulais illustrer une fable de La Fontaine. Mais, j’y ai renoncé et j’ai décidé d’imaginer un prequel du Corbeau et du renard pour qu’on sache enfin d’où vient ce fameux fromage !

Patrick PasquesComment est venue l’histoire de J’ai perdu un truc, on vous a offert un chapeau ridicule ?
Non, quoiqu’on m’ait déjà offert des trucs ridicules… Pour cette histoire, j’ai été inspiré par l’idée qu’on peut parfois faire preuve d’une très grande gentillesse, mais qu’on en soit très mal récompensé par très grande gentillesse aussi…

J’aimerais que vous nous disiez aussi quelques mots sur votre album L’imagier de Patrick sorti à La joie de lire
Patrick PasquesC’est le premier l’album que j’ai illustré et proposé à une maison d’édition. À cette époque (pas si lointaine), j’étais encore totalement ignorant du monde de l’édition jeunesse et, pour tout dire, j’aurais même été incapable de citer le moindre nom d’illustrateur jeunesse (shame on me*)… Toujours est-il que j’ai pris grand plaisir à créer tous ces petits objets un peu rétro qui composent l’imagier !

Créer des cahiers d’activités comme ceux que vous avez sortis chez Tutti Frutti, c’est un travail totalement différent ?
Patrick PasquesC’est effectivement un travail un peu différent car je dois créer des modèles en papier qui puissent être montés par tout le monde. Limite que je n’ai pas quand il s’agit d’illustrer un album.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Enfant, j’ai peu lu. Les livres étaient assez rares à la maison. Ensuite, j’ai rêvé sur quelques livres documentaires, sur les volcans ou la mer. C’était la grande période d’Haroun Tazieff ou du commandant Cousteau… Adolescent, j’ai vraiment découvert le plaisir de la lecture avec la science-fiction et en particulier avec les Chroniques martiennes de Ray Bradbury.

Patrick PasquesEt quel.le.s sont les illustrateurs.trices qui vous inspirent aujourd’hui ou dont le travail vous séduit tout simplement.
Plus le temps passe, plus je découvre la richesse et la diversité de l’illustration jeunesse. J’adore le trait et l’humour de Gilles Bachelet ou d’Olivier Tallec. Je suis fasciné par le travail au crayon de Florent Chavouet, le style épuré de Janik Coat ou les compositions de Béatrice Alemagna. J’ai aussi une tendresse particulière pour les illustrations de Véronique Mazière. Mais, je pourrais citer plein d’autres illustrateurs.trices dont j’apprécie beaucoup le travail !

Quels sont vos projets ?Patrick Pasques
Je suis en train de terminer un album sur les véhicules originaux (pour l’Atelier du Poisson Soluble). Un volumineux projet, mais passionnant ! J’ai aussi quelques petites choses parties rejoindre la pile des projets reçus par les éditeurs… Just wait and see**

Une dernière question, si quelqu’un qui ne vous connaît pas lit cette interview et veut vous découvrir avec un seul de vos ouvrages, lequel lui conseilleriez-vous ?
J’avoue avoir un petit faible pour Le corbeau et les trois poules paru chez Points de Suspension.

*Honte sur moi
** Attendez et vous verrez

Retrouvez Patrick Pasques sur son blog : http://3pbook.blogspot.fr.

Bibliographie :

  • J’ai perdu un truc, texte et illustrations, Points de suspension (2015).
  • 14-18 La grande guerre, textes et illustrations, Tutti Frutti (2015).
  • Princesses du monde, textes et illustrations, Tutti Frutti (2015).
  • Les dinosaures, textes et illustrations, Tutti Frutti (2014).
  • Le corbeau et les trois poules, texte et illustrations, Points de suspension (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Animaux de la savane, textes et illustrations, Tutti Frutti (2013).
  • L’imagier de Patrick, texte et illustrations, La joie de lire (2013).
  • Compter avec un monstre, texte et illustrations, Points de suspension (2012).
  • Robots, textes et illustrations, Tutti Frutti (2012).
  • Voitures de course, textes et illustrations, Tutti Frutti (2012).
  • Les animaux de la ferme, textes et illustrations, Tutti Frutti (2011).
  • Les animaux menacés, textes et illustrations, Tutti Frutti (2010).


Parlez-moi de… Marika

Régulièrement, on revient sur un livre qu’on a aimé avec son auteur, son illustrateur.trice et/ou son éditeur.trice. L’occasion d’en savoir un peu plus sur un livre qui nous a plu. Cette fois-ci, c’est sur Marika (chroniqué ici), un très bel album qui parle d’une jeune fille sans papiers. Son auteure (Isabelle Wlodarczyk), son illustratrice (Hajnalka Cserháti) et son éditrice (Isabelle Ayme, des éditions Lirabelle) ont accepté de nous en parler. Hajnalka Cserháti est hongroise, mais elle parle le français. Nous vous proposons donc de découvrir ses propos en français.

Isabelle Wlodarczyk : Marika est une histoire que j’ai écrite pour Hajnalka. Je ne l’ai jamais rencontrée, mais depuis plusieurs années, nous nous écrivons plusieurs fois par semaine. On s’envoie des tas de petites choses et on est devenues amies. Je fais très peu de binômes. C’est une aventure à part d’écrire pour quelqu’un. Celle-ci compte particulièrement.
Marika est un clin d’œil à cette amitié et aux valeurs qui nous animent. Deux petites filles séparées par les lois des grands, par les barrières et les murs qui s’érigent… comme celui qui a poussé récemment en couvertureHongrie – là où Hajnalka réside.
Le texte est très court, très simple aussi, et j’espère, je crois, que cela fait sa force. Je l’ai écrit d’un seul jet, comme une évidence. Il y a un peu de mon enfance dans ce texte. Des parties de billes endiablées avec les copains, les souvenirs de jeux partagés. Des morceaux de vie qui ont nourri ma conception de l’amitié.
Les illustrations qu’Haknalka a réalisées en première intention étaient particulièrement enfantines. J’adorais leur naïveté et la tendresse qui s’en dégageait. Le texte s’adressait à des enfants plus grands et l’éditeur a donc souhaité des illustrations adaptées à la tranche d’âge des lecteurs. Hajnalka a réalisé un travail incroyable aux crayons de couleur. Quand j’interviens dans les écoles, je les montre toujours comme une prouesse !
Nous avons choisi d’envoyer ce projet aux éditions Lirabelle parce que nous savions qu’ils seraient sensibles au sujet délicat qui est abordé dans ce livre : la question des sans-papiers. Mais c’est aussi un choix esthétique : leurs livres sont particulièrement soignés et élégants. C’est enfin, un choix personnel : nous souhaitions partager ce projet, comme une aventure humaine, pas seulement, éditoriale.
En quelques mots :
Marika, comme une mer lointaine.
Un autre pays où je n’avais jamais mis les pieds et où je voudrais toujours rester.

Marika

Hajnalka Cserháti : Ce projet me signifie la tendresse, l’amitié, l’entre-aide, les liens qui me sont chers ; directement, mais indirectement aussi.
C’était mon premier projet d’album avec Isabelle, c’est grâce à Marika que j’ai eu son amitié, la liaison sans pareille avec la maison d’édition Lirabelle.
Pendant la création du story-board, de premières illustrations en âme j’étais petite fille près de ma petite amie enfantine que j’aimais beaucoup, mais en temps en temps je devais manquer son amitié. Les filles sont comme ça. Côté positif ; ces souvenirs douloureux m’ont aidé d’être à la place de nos protagonistes. Par la technique molle, par les couleurs douces accompagnées au noir, par les lumières, par les reflets d’automne je voulais visualiser l’ambiance d’une folle danse puis d’un triste vertige.atelier
Au-delà de l’amitié nous devons aussi parler des thèmes plus actuels et plus durs.
J’ai toutes mes admirations qu’en France ces discours sont possibles et soutenus, qu’il y a des éditeurs qui ont la volonté, le courage de publier des livres pour sensibiliser les petits cœurs d’enfants. Je suis très heureuse d’avoir pu y contribuer avec mes crayons et avec mon nom hongrois.

Isabelle Ayme : Isabelle Wlodarczyk nous adresse régulièrement des textes.
À chaque nouveau texte, nous découvrons un peu plus sa sensibilité et apprécions son humanisme, son engagement citoyen, sa justesse de propos.
C’est particulièrement vrai avec Marika qui, au-delà du texte, fait écho à l’histoire de notre petite structure éditoriale.
En effet, Lirabelle est née d’un engagement citoyen, un acte de résistance culturel face à la montée de l’extrême droite depuis deux décennies dans la ville d’Orange.
Nous y avons milité, organisé des fêtes de la parole, rencontré des auteurs, des conteurs, et Lirabelle en est aujourd’hui le prolongement.
Pour toutes ces raisons, nous ne pouvions rester insensibles à ce récit. Il n’y a ici aucun opportunisme, même si l’actualité nous rattrape chaque jour.
Simplement le désir d’éveiller les consciences, de partager avec les plus jeunes, d’ouvrir peut-être modestement à notre niveau le débat.
On peut y voir la question des Roms, éternels exilés, celle des migrants, brûlante d’actualité, le choc des quotas face aux réalités de vies humaines, ou encore une simple amitié qui ne demande qu’à s’épanouir.
Marika, c’est tout cela et c’est aussi une aventure humaine, la rencontre entre trois univers, auteure-illustratrice-éditeurs, et au final l’espoir d’avoir semé une petite graine.
À l’heure où, d’élection en élection, la montée significative du vote pour les partis extrémistes se confirme partout en Europe, n’est-ce pas notre responsabilité d’adulte, de citoyen ?

Marika Wlodarczyk
Marika
d’Isabelle Wlodarczyk, illustré par Hajnalka Cserháti
Sorti chez Lirabelle (2015)
Chroniqué ici.

You Might Also Like

Des albums très forts

Par 15 février 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose trois albums sur des sujets forts, traités avec délicatesse.

You Might Also Like

Pensées poétiques

Par 10 mai 2014 Livres Jeunesse

Laissons nous porter par nos rêves !

embrouillaminisLa vie ne tient qu’à un fil ! Le fil de la pensée, infini, le fil de la grand-mère qui tricote, et quand la vie s’emmêle, que les nœuds s’accumulent, et que tout est Embrouillaminis, le fil de l’amitié est là, pour détricoter, détendre, et dénouer… Avec douceur, les problèmes s’éloignent doucement !

Quelle jolie histoire ! Marie-Laure Alvarez tricote un voyage au cœur des pensées de cette jeune fille, qui s’y perd parfois, avec des mots simples, et une écriture délicate. Hajnalka Cserhati nous propose de magnifiques illustrations, dans des teintes majoritairement grises, avec un « fil rouge » (au sens propre comme au figuré) que l’on retrouve tout au long de l’album. Un bel hommage à l’amitié, mais aussi à la force de la pensée, et à la famille !

la planète avrilAprès quatre mois de voyage spatial, voilà enfin La Planète Avril ! Les avriliens ressemblent aux humains mais n’en sont pas vraiment : ils peuvent voler, et surtout, ils ont deux cœurs. Et quand ils rient, ils ne montrent pas leurs dents, mais font tournoyer leurs oreilles. Certains sont peintres de ciel, d’autres collectionneurs de nuages et d’autres encore compositrices de pluie. Ils vivent en harmonie, et les terriens voyageurs resteraient  bien avec eux pour toujours !

Comme souvent avec François David, la poésie est à l’honneur ! Pas de rimes dans cet album à la belle couverture cartonnée, mais de jolies phrases oniriques qui nous donnent envie d’embarquer immédiatement pour partir à la rencontre des Avriliens ! Joanna Boillat aide au voyage également, avec ses belles illustrations délicates, pleines de tendresse ! De quoi se laisser bercer, rêver, penser, et réfléchir !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Hajnalka Cserhati (L’hippopotin), François David (Charlie, L’homme, Un rêve sans fin, Georges Brassens, à la lèvre un doux chantVole vole vole, et Les bêtes curieuses) et Joanna Boillat (Le cadeau des quatre saisons et Un jardin au bout de la langue). Retrouvez également notre interview de François David.

Embrouillaminis
Texte de Marie-Laure Alvarez, illustré par Hajnalka Cserhati
Philomèle
15 €, 200 x 240 mm, 26 pages, lieu d’impression non précisé, 2014
La planète Avril
Texte de François David, illustré par Joanna Boillat
Motus
19,50 €, 240 x 315 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2014

A part ça ?

Domenic Bahmann détourne les objets du quotidien pour les mettre en scène !

Marianne

You Might Also Like

Un assassin qui rôde et une hippopotame qui complexe

Par 19 janvier 2012 Livres Jeunesse

Deux romans, un gros et un petit, qui ont comme point commun Sandrine Beau.

Youri, Emma et Tomaso ont quinze ans, ils vivent dans le même immeuble. Les deux garçons sont amoureux de la jeune fille qui elle-même a le cœur qui balance entre les deux. Mais surtout dans l’immeuble il se passe un truc : on retrouve des chats morts ! Les trois jeunes commencent à mener l’enquête.

Écrit à trois mains par Sandrine Beau, Anne-Gaëlle Balpe et notre chouchou Séverine Vidal, Noël en juillet est un polar hyper prenant. J’ai moi même lu la dernière moitié d’une traite tellement j’avais envie de savoir la fin. Tous les à côtés (leur histoire d’amour notamment) rendent le récit tendre et touchant. Les personnages sont particulièrement bien écrit, on a envie de suivre leurs aventures au delà du livre… et on va pouvoir le faire car une suite va sortir prochainement ! C’est sans doute le polar pour enfant le plus prenant que je n’ai jamais lu. Par contre il s’adresse aux grands enfants car quelques scènes sont peut-être un peu dures (quoiqu’avec la télé ils sont habitués à tout maintenant !). Mais pour vous également c’est parfait ! Au début du livre on a un petit plan de l’immeuble avec ses habitants et je m’amusais à rayer chacun des suspects pour trouver l’assassin. Une vraie réussite !

On quitte les meurtres de chats du 180 pour parler de complexes.

Rose l’hippopotame est bien embêtée… C’est la saison des baignades, elle aimerait bien en profiter comme ses copines Isabelle la gazelle et Gigi la girafe, sauf que contrairement à elles, elle n’a pas les pattes toutes menues et elle a un gros ventre. Elle sait que si elles la voient en maillot elles vont encore l’appeler « l’hippopotin »…

Voilà un livre très sympa sur les complexes… mais pas que ! Bien sûr on parle ici de poids mais au-delà de ça on parle aussi de la différence (un hippopotame aura beau faire il ne sera pas une girafe et elle trouvera qu’elle a des avantages aussi que les autres n’ont pas), du respect, des moqueries,… C’est une petite histoire très drôle et bien écrite qui plaira beaucoup aux jeunes lecteurs, une magnifique ode à l’affirmation de soi.

Ce sont les deux premières histoires que je lis de Sandrine Beau et ça ne sera pas les dernières ! Je vous reparlerai d’elle prochainement

Roulette Russe : Noël en juillet, Sale temps pour les chats : le tueur sort les griffes
d’Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau et Séverine Vidal
Oskar Éditeur
9,95€
L’hippopotin
de Sandrine Beau, illustré par Hajnalka Cserhati
Talents Hauts
6,90€

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

J’ai découvert il y a peu une jeune illustratrice non éditée. J’adore son univers. Elle s’appelle Magali Ben voici l’adresse de son book : http://magaliben.ultra-book.com et je vous invite à aller le découvrir !

Gabriel

You Might Also Like