La mare aux mots
Parcourir le tag

Histoire

Histoires d’immigrations

Par 19 mai 2016 Livres Jeunesse
Desktop3

Aujourd’hui, deux albums à l’actualité brûlante, à mettre entre toutes les mains, deux albums qui nous parlent de l’exil et de l’intégration dans un pays d’accueil.

Te souviens-tu de Wei ?
Texte de Gwenaëlle Abolivier, illustré par Zaü
HongFei
15,50 €, 320×240 mm, 52 pages, imprimé en République tchèque, 2016.
Avec trois brins de laine (on peut refaire le monde)
Texte d’Henriqueta Cristina (traduit par Carlos Batista), illustré par Yara Kono
Les éditions des éléphants
 13,50 €, 227×268 mm, 32 pages, imprimé en Lettonie, 2016.

You Might Also Like

Il n’y a pas que les livres dans la vie : applis

Par 19 mars 2016 Numérique

Deuxième partie de la sélection applis avec trois applis ludo-pédagogiques pour les plus grand.e.s.

You Might Also Like

En voyage !

Par 18 juillet 2015 Livres Jeunesse

C’est l’été, c’est le moment de voyager. Voici une petite série de documentaires.

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)Tout d’abord pour décider où l’on va, quoi de mieux qu’un atlas ? Gallimard Jeunesse vient de sortir un Atlas sous-titré Un outil indispensable pour le collège et le lycée. Découpé par régions du monde, cet ouvrage de plus de 150 pages propose de connaître les climats, les cultures, la population, l’industrie… C’est le genre de livre encyclopédique extrêmement riche qui peut être très utile pour les écoliers (comme la couverture l’indique), mais qui est aussi une mine de renseignements pour tous ceux qui aiment se documenter. On retrouve les drapeaux en pages de garde et un préambule pour apprendre à comprendre les cartes.
Un ouvrage clair et documenté pour tout savoir sur notre planète et ses habitants.

La nature Alain GréeOn file maintenant dans la nature ! J’adore le graphisme d’Alain Grée, quel bonheur donc de plonger dans un grand et bel ouvrage avec ses illustrations rétro. La nature, sorti chez Larousse, propose donc d’apprendre aux plus jeunes plein de choses sur la nature. À la ferme, on va trouver la vache, le cochon ou encore la poule, on apprendra aussi comment est faite la farine. Dans la forêt on va apprendre le nom des arbres et à reconnaître leurs feuilles. Dans le jardin, on fera connaissance avec les outils du jardinier et avec les animaux qui s’y promènent. On rencontrera aussi les animaux qui peuplent la mer ou encore les plantes qui poussent dans la prairie.
Même si je regrette que dans un ouvrage sur la nature on nous explique, notamment, que le cochon donne des côtes de porc, je trouve que c’est un livre vraiment bien fait. Un côté imagier, un côté documentaire et même un côté livre-jeu (avec des parties cherche et trouve). La surcouverture cache un poster qui viendra parfaitement décorer une chambre.
Un bel ouvrage aux illustrations rétro pour mieux connaître la nature.

Le bord de merSorti dans la même collection, Le bord de mer nous invite à nous rendre à la plage. D’abord, on fait la valise avec tout ce dont on va avoir besoin sur place, puis direction la gare et c’est parti ! On parle des jeux de plage, de la vie marine, des bateaux, de la sécurité sur la plage, des pique-niques… On va même partir en exploration sous-marine ! Là encore, Alain Grée propose aux enfants de jouer en leur posant de petites questions.

La Ferme Alain GréeAprès la nature et le bord de mer, la ferme ! Marie se rend compte qu’elle n’a presque plus de lait… mais d’où vient le lait ? Avec son père, ils partent visiter une ferme. Marie découvrira les différentes cultures, les machines agricoles, comment poussent les fruits et les légumes… Elle apprendra aussi l’origine de la laine, du lait, des légumes et de la viande. Là encore, des questions invitent les enfants à participer. Savent-ils d’où vient ce qu’ils mangent ?

Les transports Alain GréePour visiter ces endroits, il faut bien un moyen de transport ! Le quatrième et dernier album de la collection invite à découvrir les vélos, motos, voitures, bus, trains, taxis… On parlera des différents types de voitures et l’on ira même voir sous le capot, on saura ce qu’il y a à l’intérieur d’un avion ou d’un bateau à moteur.
Encore un album plein de charme, ici pour tout savoir sur les moyens de transport.

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

On reste dans les transports et cette fois-ci on prend l’avion ! Dans un ouvrage très coloré, Dominique Foufelle et Mother Volcano proposent de tout savoir sur ce moyen de transport. Dix doubles pages (suivies de petits textes) qui vont de la préparation des bagages à l’arrivée à destination en passant par l’enregistrement à l’aéroport, le contrôle, les consignes de sécurité et bien entendu le vol lui-même ! Les textes sont toujours courts, ils permettent d’apprendre plein de choses sans que ça ne soit jamais rébarbatif. On parle autant du mal d’oreilles que de l’impossibilité d’apporter un camembert si l’on va aux États-Unis, bref c’est complet et varié !
Un super ouvrage pour les enfants à partir de 4 ans (d’après l’éditeur) pour se préparer à un voyage en avion.

Les TrainsAprès l’avion, le train ! La collection Questions ? Réponses ! de chez Nathan propose d’apprendre plein de choses aux enfants en répondant à des petites questions qu’ils pourraient se poser. On parle des premiers trains, de ce qui est présent dans une gare, des différentes variétés de train, des cabines de pilotage, des voies de chemin de fer…
Avec un langage parfaitement adapté aux plus jeunes (à partir de 4 ans d’après l’éditeur), cette collection est parfaite pour se documenter sur des sujets variés. Chaque double page propose un cherche et trouve pour rendre le tout plus ludique. Les enfants sont nombreux à se passionner pour le train, ils trouveront ici plein d’infos !

Les voitures Mes découvertes GallimardEt si ce sont les voitures qui passionnent vos enfants, Gallimard Jeunesse a sorti, dans sa collection mes grandes découvertes destinée aux 6-9 ans, Les voitures, un ouvrage complet sur ce moyen de locomotion. Records de vitesse, voitures de cinéma, carburants, modèles, fabrication… On y trouve même un jeu de plateau et des autocollants ! J’ai toujours un peu de mal avec cette collection dont la maquette et les photos semblent venir tout droit des années 80, mais les enfants vont trouver des tas de petites infos !

Paris au fil du tempsUn dernier voyage avant de rentrer, un voyage dans le temps ! Visitons Paris à l’époque où elle s’appelait encore Lutèce, au Moyen Âge, sous Louis XIV ou encore pendant la Seconde guerre.
La collection Le monde animé chez Gallimard propose des livres avec des flaps à soulever et des roues à tourner pour apprendre pleins de choses. Ici, on parle donc de l’Histoire de la capitale. La brièveté des textes et le côté ludique des éléments à manipuler font que ce n’est jamais rébarbatif, on apprend plein de choses et l’on y prend du plaisir !
Le même vu par Un livre dans ma valise.

L’Atlas Gallimard Jeunesse
Collectif
Gallimard Jeunesse
19,95 €, 252×259 mm, 160 pages, imprimé à Hong Kong, 2015.
La nature
d’Alain Grée (traduit par Caroline de Hugo)
Larousse dans la collection Je découvre en couleurs…
12,90 €, 240×265 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2015.
Le bord de mer
d’Alain Grée (traduit par Caroline de Hugo)
Larousse dans la collection Je découvre en couleurs…
12,90 €, 240×265 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2015.
La ferme
d’Alain Grée (traduit par Caroline de Hugo)
Larousse dans la collection Je découvre en couleurs…
12,90 €, 240×265 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les transports
d’Alain Grée (traduit par Caroline de Hugo)
Larousse dans la collection Je découvre en couleurs…
12,90 €, 240×265 mm, 48 pages, imprimé en Chine, 2015.
Je prends l’avion
Textes de Dominique Foufelle, illustrés par Mother Volcano
De la Martinière Jeunesse
11 €, 297×166 mm, 42 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Les trains
Textes de Cécile Jugla, illustrés par Vincent Desplanche
Nathan dans la collection Questions ? Réponses !
6,80 €, 220×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Les voitures
Auteur-e non crédité-e (traduit par Cléa Blanchard)
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes grandes découvertes
7,90 €, 202×261 mm, 56 pages, imprimé en Chine, 2015.
Paris au fil du temps
Textes de Jean-Michel Billioud, illustrés par Simone Massoni
Gallimard Jeunesse dans la collection Le monde animé
13,90 €, 250×250 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Dictionnaires larousseEt puisqu’on est dans les documentaires, rien de mieux pour apprendre plein de choses qu’un dictionnaire ! Larousse reste une référence en la matière (LA référence ?). Et parmi les dictionnaires, ceux pour enfants sont particulièrement bien faits. Le dictionnaire Larousse des débutants et Le dictionnaire Larousse junior viennent de ressortir, actualisés. Le premier s’adresse aux 6-8ans (CP/CE), on y trouve 8000 mots (et 250 en anglais !), 1200 dessins et photos, des planches thématiques (les mesures, la famille, le corps…), une frise chronologique, un atlas, des planches de conjugaison… c’est richement illustré (même si les illustrations auraient besoin d’un coup de jeune d’après moi). Le dictionnaire est parfaitement adapté pour les 6-8 ans. Le seul bémol dans ce genre de dictionnaire c’est qu’il y a beaucoup de mots que les enfants connaissent déjà et ceux qui leur posent le plus problème n’y sont pas (le tout premier mot cherché par ma fille, zygomatique, n’y figure pas…).
Même principe pour Le dictionnaire Larousse Junior (qui s’adresse aux 7-11 ans, lui, soit CE-CM) sauf qu’ici ce sont 32 000 mots et noms propres, 2500 illustrations et l’on trouve un dossier sur les expressions françaises et un mémo d’instruction civique. En achetant la version plus, on a même un accès jusqu’au 1er janvier 2018 au dictionnaire internet où l’enfant pourra aussi chercher des mots, mais aussi consulter les dossiers pédagogiques. Le dictionnaire Larousse Junior est assez proche du dictionnaire adulte, mais vraiment adapté pour les 7-11 ans. Par contre, toujours pas de zygomatiques (pas plus sur la version en ligne). Ici, on est très fan du dictionnaire, y chercher un mot reste quand même très différent de faire des recherches sur internet.
Le dictionnaire Larousse des débutants, 14 €.
Le dictionnaire Larousse Junior Version plus 18,99 € (version normale 15,99 €).

Gabriel

You Might Also Like

Récits historiques

Par 23 mai 2015 Livres Jeunesse

ce qu'ils n'ont pas pu nous prendreLina a 15 ans. Elle vit avec ses parents et son frère dans une maison accueillante, remplie des rires et des débats des amis de l’université de son père. Elle connaît aussi ses premiers émois amoureux, se projette dans sa future vie d’étudiante puisqu’elle s’apprête à intégrer une école d’art… Elle mène la vie classique d’une adolescente, en somme. Mais un soir de 1941, la vie telle qu’elle la connaissait est interrompue par une volée de coups sur la porte d’entrée de la maison familiale. Ce soir-là, elle est déportée avec sa famille pour servir de main-d’œuvre dans les camps de travail soviétiques pendant les dix années à venir.
Ce roman de 400 pages est de ceux dont on ne sent pas les pages tourner. On se retrouve aimanté à la destinée de cette famille brisée par le régime de Staline. La grande force du récit réside dans le point de vue adopté. Ruta Sepetys parvient à se mettre dans la peau d’une jeune adolescente lituanienne sans caricature ni concession. L’histoire qui nous est racontée est bien celle d’une enfant, mais une enfant qui va vivre les pires atrocités. Elle va connaître la promiscuité du wagon à bestiaux pendant six semaines, les travaux forcés dans le froid sibérien, la violence des officiers qui n’hésitent pas à abattre les réfractaires d’une balle dans la tête… Mais elle conserve malgré tout une part d’enfance. Elle s’émeut pour les grands yeux d’Andrius, un jeune Lituanien de son âge. Elle brave les interdits et persiste à dessiner ce qu’elle voit pour témoigner des crimes soviétiques. Elle se raccroche au doux regard de sa mère pour surmonter les épreuves. Le ton est direct, sans mélo, mais touche en pleine poitrine.
À plusieurs reprises ce récit poignant m’a arraché des larmes. On ne peut pourtant pas lui reprocher d’être larmoyant ni de faire du sensationnel. Ce livre est bien construit, alternant le récit au jour le jour des épreuves subies par Lina et les souvenirs de sa vie d’avant. Il nous pousse à nous poser des questions, non seulement sur les crimes des systèmes totalitaires, mais aussi sur notre vision de l’Histoire. J’ai personnellement assisté à un bon nombre de leçons concernant la dictature soviétique, j’ai peiné à orthographier correctement le mot “kolkhoze” dans mes devoirs, mais je n’ai jamais compris aussi clairement ce qu’était la vie dans les camps de Staline qu’en lisant ce roman. Cette lecture forte, parfois violente, est un plaidoyer pour le devoir de mémoire sans pathos, une description des horreurs que les hommes peuvent commettre, mais aussi de leur incroyable instinct de survie.
Ce livre a obtenu le Prix Lire en 2011 et le Prix des Incorruptibles en 2014.
Le même vu par L’ivresse des mots et Délivrer des livres.

le sang du serpent à plumesÀ l’arrivée de la flotte espagnole sur le territoire mexicain en 1519, Marina, jeune esclave propriété d’un marchand maya, est offerte en cadeau aux visiteurs de l’Ancien Monde. Sous la protection du capitaine Hernán Cortés, elle va s’arracher à sa destinée d’esclave autrefois promise au sacrifice humain en l’honneur des divinités mayas. Marina est en effet dotée d’une très grande aisance avec les langues étrangères, elle devient donc l’interprète officielle de l’expédition espagnole. Mais ce qui commençait comme une découverte devient rapidement une conquête. Charles Quint, qui entend soumettre le Nouveau Monde à la domination catholique et Cortès est son bras armé en Amérique latine. En sa qualité d’interprète, Marina est aux premières loges de la rencontre entre les peuples et les conquistadores espagnols. Elle va peu à peu apprendre à connaître ces chrétiens qui vénèrent un Dieu unique, comme elle va découvrir la richesse de la culture mexica qui sacrifie tant à des divinités auxquelles elle prête des pouvoirs colossaux. A travers son journal, Marina offre son point de vue spécial sur l’histoire de la conquête du Mexique, à la fois reconnaissante envers les Espagnols et admirative de la beauté de l’empire mexica dont elle est originaire.
La forme du journal permet de suivre ce récit historique avec beaucoup de subtilité. Si le propos est bien un récit de conquête, on échappe aux longues descriptions de batailles qui peuvent être assez assommantes. Marina, surnommée “la Malinche”, a été témoin de la rencontre, puis de l’affrontement entre deux peuples. Les récits au jour le jour permettent de comprendre la difficulté de la diplomatie, de la rencontre entre les cultures chrétienne et mexica, et aussi de la violence des affrontements et des pertes humaines, d’un côté comme de l’autre.
Le journal instaure un rythme tout à fait soutenu, on dévore le récit de Marina à toute vitesse, découvrant en même temps qu’elle le Monde Unique, empire mexica aux centaines de couleurs et de divinités. L’univers décrit est terrifiant, mais fascinant. Je n’avais aucune idée de l’existence de la Malinche, cette ancienne esclave qui a accompagné les troupes espagnoles sur les terres mexicas. Si, bien sûr, ce journal a été réécrit de toutes pièces et certains éléments ont été romancés, ce récit est riche d’enseignements. L’enjeu est moins de retenir les dates clefs de la conquête du Mexique que de comprendre la complexité de l’Histoire qui ne connaît ni bons, ni méchants. Le témoignage de Marina comporte bien des interrogations. L’avidité de l’homme, qui le conduit à constamment rechercher les richesses, n’est-elle pas le moteur de toute aventure ? Les sacrifices humains qui répugnent tant les Espagnols sont-ils si différents des guerres que ceux-ci perpètrent pour conquérir le monde ? Comment des croyances diamétralement opposées peuvent-elles se tolérer ?
Ce livre dense séduira les bons lecteurs et les passionnés d’Histoire.

La Marque Des SoyeuxVivien est un jeune écolier qui peine à se faire des amis : ses parents ne cessent de déménager, mais en plus il est défiguré par une tache de vin qui lui vaut les insultes et le harcèlement de la part des autres enfants. Nouvellement arrivé à Lyon, Vivien ne se fait guère d’illusion sur l’accueil que vont lui réserver les autres enfants et se réfugie une fois de plus dans les livres, ses compagnons fidèles. Mais, alors qu’il se plonge dans la lecture d’un documentaire sur sa nouvelle ville, il est littéralement happé par l’histoire de la révolte des canuts en 1831. Grâce à ce voyage dans le temps, il va découvrir les conditions difficiles dans lesquelles vivaient ces ouvriers tisserands lyonnais qui se sont battus pour leurs droits en faisant preuve de solidarité.
J’ai été agréablement surprise par le sujet de ce petit livre destiné aux lecteurs débutants. La révolte des Canuts est une des premières révoltes ouvrières de l’Histoire, et elle a marqué la ville de Lyon, comme la France du XIXe siècle. Nous traversons le Lyon des tisserands, qui est un dédale de traboules, vivons au rythme des enfants employés par les négociants en soie, tremblons au bruit des bottes de la Garde Nationale venue mater la rébellion. Dommage que le personnage de Vivien manque de caractérisation, on passe un peu rapidement sur son histoire personnelle qui n’est au final qu’un prétexte. Le livre est suivi d’un dossier documentaire succinct mais évocateur, bien utile pour replacer cette révolte dans son époque troublée.
Bien que l’intrigue de départ reste un peu artificielle, ce petit roman est très intéressant et éveille la curiosité sur des aspects peu connus de l’Histoire de France.
Un extrait sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de la collection Un regard sur…

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre
de Ruta Sepetys
Gallimard Jeunesse dans la collection Pôle fiction
7,75€, 108×178 mm, 432 pages, imprimé en France, 2015.
Le sang du serpent à plumes, journal de la conquête du Mexique
de Laurence Schaack
Nathan dans la collection Un regard sur…
5,50€, 121×181 mm, 192 pages, imprimé en France, 2015.
La marque des soyeux
de Laura Millaud
Balivernes dans la collection Carabistouilles
9,50€, 130×180 mm, 128 pages, imprimé en Europe, 2014.

À part ça ?

revue dadaLa revue Dada fête son 200e numéro. Depuis 1991, cette revue rend l’art accessible aux plus jeunes, sans lésiner sur le fond, toujours exigeant et varié. Pour ce nouveau numéro sorti fin avril, l’équipe Dada se penche sur les œuvres de jeunesse des grands maîtres. Comment dessinaient Picasso, Giacometti, Hergé ou Raphaël lorsqu’ils étaient enfants et adolescents? Éclectique et didactique, Dada offre des éclairages historiques et des idées d’ateliers pour sensibiliser les plus jeunes à l’art avec humour et pédagogie. À l’occasion de ce numéro anniversaire, une série d’ateliers en librairies et une exposition seront organisés dans les mois à venir, retrouvez le programme sur le site de la revue Dada.
Dada numéro 200 : L’enfance de l’art, 66 pages, 9,90€.
Des extraits sur le site de la revue.

Laura

You Might Also Like

De l’art et pas de cochon

Par 19 mai 2015 Livres Jeunesse

MonstresLa nouvelle collection des éditions Léon art & stories nourrit des ambitions plus que louables : initier les enfants dès 4 ans à l’art et à l’anglais ! Pour cela, elles ont imaginé de réunir 13 œuvres sous un thème commun, et de les faire interagir avec un petit caméléon dessiné par Stéphane Girel, qui commente les œuvres avec humour, en français et en anglais. À la fin de chaque livre, on trouve des petites explications sur certaines œuvres du livre, une citation et quelques jeux.

Mini Léon - NuagesDans l’ouvrage Monstres, Léon s’amuse avec les branches d’un personnage d’Arcimboldo, s’attaque à L’Araignée souriante d’Odilon Redon, tente de trouver une compagne au Minotaure de George Frederic Watts.
Dans celui sur les nuages, notre petit caméléon admire le ciel de Delacroix, se balade sur la Falaise d’Étretat après l’orage de Courbet, lance des confettis sur les nuages de Seurat.
Deux petits livres drôlement bien pensés pour les enfants !
Les mêmes vus par Livres et merveilles.

Coloriages et fou rire !Ce n’est pas toujours facile de sensibiliser les jeunes enfants à l’art moderne, parfois déjà bien obscur pour les adultes. Alors, le mieux, c’est de le faire en jouant ! Et pour ça, les cahiers de coloriage proposés par la FondationCartier pour l’art contemporain sont parfaits. D’abord parce qu’ils sont grands, beaux et agréables à manipuler, ensuite, et surtout, parce que les dessins sont réalisés par les artistes eux-mêmes. Neuf cahiers de coloriage sont actuellement disponibles, introductions intelligentes à Ron Mueck, Moebius, Jean Nouvel ou encore Beatriz Milhazes.
Dans celui réalisé par Yue Minjun, artiste chinois connu pour son personnage qui rit aux éclats, on retrouve ce sourire énigmatique par dizaine, sur des hommes, des femmes, des enfants, des animaux, des arbres et même des maisons ! L’enfant est invité à colorier et à dessiner des vêtements pour ces personnages qui sont tous en slip, et à imaginer des dialogues dans les bulles disséminées çà et là sur certaines pages. C’est audacieux et réjouissant !

Art & PhilosophieVoilà une question qui agite nombre de personnes : à quoi sert l’art ? Avec ce livre, Anne Dalsuet lance une piste : l’art, ça sert à réfléchir ! Ainsi, sur chaque double page, l’auteure pose une interrogation philosophique : qui suis-je ? Puis-je échapper au temps ? Peut-on représenter l’invisible ? Pourquoi résister à la tentation ? Pour chaque question, elle décrit entre deux et quatre œuvres d’art, qu’elle utilise ensuite pour répondre, ou du moins lancer des pistes de réponses, à la question traitée.
Qu’on se le dise, cet ouvrage est assez pointu et exigeant. Il nécessite intérêt pour le sujet et concentration. Mais c’est ce qui le rend si intéressant ! Il nous pousse à nous interroger sur nous, sur le corps, sur la vie, sur la société, en nous familiarisant à la fois à de grands concepts philosophiques et à des grandes œuvres d’art. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cet ouvrage, c’est la diversité des œuvres choisies : des tableaux de Rembrandt et Poussin côtoient des installations modernes de la fin du 20e siècle, la photographie côtoie la sculpture, le surréalisme côtoie le classicisme. C’est foisonnant, diversifié et intelligent.

L'Art face à l'histoireNicolas Martin et Éloi Rousseau mettent en évidence une autre « utilité » de l’art : représenter l’histoire. Du Serment du Jeu de Paume, le 20 juin 1789, à la construction du mur de séparation entre Israël et les territoires palestiniens le 14 avril 2002, 50 évènements historiques sont ici brièvement expliqués et illustrés par une ou deux œuvres artistiques, elles-mêmes objets d’un petit texte explicatif. On trouve des tableaux classiques et réalistes, grâce auxquels nous devenons spectateurs de l’évènement en question, comme avec le tableau de David représentant le sacre de Napoléon, et d’autres œuvres qui sont davantage une vision, une interprétation de l’artiste face à l’histoire, comme L’Europe après la pluie, de Max Ernst, illustrant les ravages de la Seconde Guerre mondiale.
L’Art face à l’histoire est de ces beaux livres que l’on sort régulièrement de sa bibliothèque ou que l’on garde sur sa table de salon, toujours à portée de main, pour picorer quelques pages, au hasard, quand le cœur nous en dit de faire un petit saut dans l’histoire, instructif et pédagogique.

Quelques pas de plus…
Tous les livres qui parlent d’art que nous avons chroniqués sont regroupés dans un tableau Pinterest.

Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Hélène Kérillis (Sous la grande vague, L’Envol des couleurs) et de Stéphane Girel (Les 3 soeurs du roi méchant).

Monstres / Monsters
Texte d’Hélène Kérillis, illustré par Stéphane Girel
Léon art & stories, dans la collection Mini Léon
6,50€, 200×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Nuages / Clouds
Texte d’Hélène Kérillis, illustré par Stéphane Girel
Léon art & stories, dans la collection Mini Léon
6,50€, 200×150 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Coloriages et fou rire avec Yue Minjun
De Yue Minjun
FondationCartier pour l’art contemporain
6,50€, 240×340 mm, 30 pages, imprimé en France, 2012.
Art & philosophie
D’Anne Dalsuet
Palette
24,80€, 238×267 mm, 74 pages, imprimé en Italie, 2015.
L’Art face à l’histoire
De Nicolas Martin et Éloi Rousseau
Palette
24€, 240×269 mm, 93 pages, imprimé en Italie, 2012.

À part ça ?

Petit florilège des idées reçues sur l’artSur l’art, comme sur tous les domaines, on entend tout… et n’importe quoi ! Ce petit ouvrage réunit 50 idées reçues sur l’art et, à grands coups d’exemples et de citations, leur tord le cou ou les confirme : le design et la photographie ne sont pas de l’art, alors que la publicité, si ; toute œuvre d’art n’est que représentation de la nature ; l’art doit être beau ; il faut souffrir pour créer ; l’art peut changer le monde, etc. Si vous avez plein de certitudes sur la peinture, les artistes, la création, attendez-vous à être contredit !
Petits Florilèges des idées reçues sur l’Art, 7,90€, Larousse, 2014.

Marie

You Might Also Like