La mare aux mots
Parcourir le tag

Homophobie

Homophobies [CHRONIQUE EN LIBRE ACCÈS]

Par 15 mars 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose quatre romans qui parlent, chacun à leur manière, d’homophobie. Des réalités parfois difficiles à lire, mais il est toujours nécessaire de rappeler ce que subissent les lesbiennes, les gays et les bisexuel·le·s. Petite précision : afin de ne pas alourdir le texte je ne préciserai pas chaque fois qu’il s’agit peut-être de bisexualité et non forcément d’homosexualité (raccourcis souvent simplistes), mais chacun·e verra ce qu’il veut dans ces histoires.

Ils marchent dans la rue, pressent le pas, derrière eux fusent les « Salopes ! Pédales ! » et « Vous allez voir c’que c’est qu’des vrais mecs ! ». Puis ils sont rattrapés et les coups commencent, le sang qui coule, puis le noir. Un an plus tôt tout avait commencé comme beaucoup d’histoires d’amour : une fête, un copain qui a un peu trop bu et qui ne peut pas rentrer chez lui, un lit partagé et les choses dérapent…
Le roman de Florence Cadier est absolument magnifique. Si la scène d’ouverture nous happe, nous scotche et fait monter les larmes aux yeux (ou des envies de violence, c’est selon), on enchaîne très vite sur des choses plus douces, une belle histoire d’amour qui débute, la découverte de l’homosexualité et de la « sexualité » tout court (même s’il n’est pas réellement question de sexualité à proprement dit), mais aussi l’envie de partager avec les ami·e·s (pas évident quand on se sent différent·e), la réaction des parents et de l’entourage en général. L’autrice nous fait vivre les événements de façon chronologique (un an avant la scène de violence, six mois avant, trois mois avant…) et l’on découvre ainsi l’évolution d’une histoire d’amour, mais aussi le cheminement de l’acceptation d’un jeune gay. Certaines scènes sont très fortes (comme l’une des scènes de discussion parent-enfant ou la scène de tabassage), l’écriture de Florence Cadier est superbe et elle réussit à nous faire monter les larmes aux yeux, la chair de poule et l’envie de rencontrer ce jeune garçon, d’être son ami.
Un magnifique roman sur une belle histoire d’amour entre deux garçons, qui traite aussi d’homophobie.

Dans la classe d’Elsa, il y a une fille qui la trouble particulièrement, elle n’arrive pas à ne pas la regarder en classe. Elsa sait qu’elle est différente, alors quand une fille de l’école se fait traiter de lesbienne, elle décide de sympathiser avec elle, peut-être qu’elle pourra l’aider à comprendre qui elle est…
Magnifique portrait d’une ado qui se sent mal dans sa peau et qui n’en sait pas la cause (elle comprendra qu’elle est tout simplement attirée par les filles). Perrine Leblan parle aussi parfaitement des aprioris (ce n’est pas parce que quelqu’un nous semble gay ou lesbienne qu’il·elle l’est). Ici, on parle aussi d’homophobie (celui subi par une fille alors qu’elle n’est pas lesbienne, mais aussi un ami de la famille que le père refuse de voir parce que gay) et d’entraide. C’est un court roman efficace, qui laisse la parole à une jeune fille qui va grandir devant nous. La phrase de fin est absolument magnifique, mais je ne vous la dévoilerai pas ici.
Un court roman, très beau, sur l’histoire d’une jeune lesbienne qui apprend à se connaître.

Yvan est en prison, de deux coups de poing il a tué Sandra. Il est assis là, il ne comprend pas. Sonné. Grâce à lui, mais aussi à sa sœur et à Thomas, le petit ami de sa sœur, on va petit à petit comprendre comment les choses se sont passées…
Bon… j’avoue avoir très longuement hésité à mettre ce livre-là dans cette sélection. On y parle d’homophobie, mais ici la victime principale n’est pas de ce côté-là… Attention, pour vous en parler je vais vous dévoiler le dénouement (si vous ne le souhaitez pas, passez directement au livre suivant), mais de toute façon dès le départ, si vous savez que le livre parle d’homophobie vous allez deviner ce qui ne nous est révélé qu’à la fin. Thomas n’est en fait pas le petit ami de la sœur d’Yvan, mais d’Yvan lui-même. S’il a frappé Sandra jusqu’à la tuer, c’est parce qu’elle l’a menacé de révéler son secret. On parle donc bien d’homophobie ici et les deux garçons sont loin des clichés que l’on peut voir bien souvent dans les histoires où deux garçons s’aiment, et ils doivent se cacher, subissent des insultes, mais bien entendu on ne peut pas admettre la violence et le meurtre. Bref, si j’ai beaucoup aimé ce roman, je suis partagé, non pas sur le roman lui-même, mais sur sa place dans une sélection sur l’homophobie… je vous laisserai juger ! On y parle aussi beaucoup du non-dit, des conditions sociales, d’amour, d’oser affirmer être qui l’on est… L’auteur montre aussi avec beaucoup d’intelligence que tout n’est jamais noir ou blanc et que chacun·e a souvent sa propre version des choses tout en pensant que la sienne est la vraie.
Un court roman très fort sur la violence des mots et la violence des coups.

Jasmin Roy est une personnalité québécoise. Homme de télé et de radio, mais aussi acteur, c’est un homme connu et reconnu. Pourtant son enfance n’a pas été rose, il la raconte par petites touches, de courts chapitres, qui font froid dans le dos. Il a souhaité compléter son témoignage de ceux de gens qui ont vécu la même chose à notre époque, pour qu’on ne lui dise pas que l’homophobie qu’il a vécue dans les années 70 n’existe plus aujourd’hui.
Sale pédé, Pour en finir avec le harcèlement et l’homophobie à l’école est un livre absolument bouleversant, il y a bien sûr l’acharnement dont est victime Jasmin Roy, mais ça souvent il suffit de regarder autour de nous pour savoir ce qu’est l’homophobie, mais le plus fort, d’après moi, dans son témoignage ce sont les conséquences. Conséquences à l’époque, mais encore aujourd’hui. Il parle de sa peur, de ses crises d’angoisse, de son manque de confiance en lui, de sa peur des autres… toutes ces choses qui pourrissent sa vie d’homme adulte et qui sont liées aux traitements qu’il a subis dans son enfance. Les témoignages qui complètent le sien sont tout aussi bouleversants (on regrettera toutefois le peu de présence féminine, 1 témoignage de fille pour 9 de garçons). Que ce soit la première partie ou la seconde, on nous rappelle à quel point les adultes sont souvent complices de cette homophobie (sans doute l’une des choses les plus fortes dans ce livre) et qu’elle est souvent plus liée à une apparence ou à une façon d’être qu’à une réelle homosexualité.
Un témoignage extrêmement fort, complété de dix autres, pour rappeler l’horreur qu’est l’homophobie et à quel point elle détruit des vies. Un ouvrage qui devrait servir d’outil dans les écoles afin d’ouvrir les yeux.

On parle aussi d’homophobie, notamment, dans le roman Les maux bleus, les albums Les papas de Violette et Papa, c’est quoi un homme haut sèkçuel et dans les documentaires Discriminations, inventaire pour ne plus se taire et Riposte ! Comment répondre à la bêtise ordinaire. Tous les ouvrages LGBTQI+ que nous avons chroniqués sont répertoriés ici et nous préparons un webzine sur le sujet que vous découvriez en juin. N’hésitez pas à nous signaler en commentaires les livres que vous aimez sur le sujet.

Je les entend nous suivre
de Florence Cadier
Le Muscadier dans la collection Rester Vivant
9,50 €, 140×190 mm, 90 pages, imprimé en France, 2018.
La peur au placard
de Perrine Leblanc
Oskar Éditeur dans la collection Court MÉ-Trage
7 €, 115×170 mm, 77 pages, imprimé en Europe, 2015.
Le sens de l’honneur
de Roland Godel
Oskar Éditeur dans la collection Court MÉ-Trage
6 €, 115×170 mm, 83 pages, imprimé en Europe, 2014.
Sale pédé, pour en finir avec le harcèlement et l’homophobie à l’école
de Jasmin Roy
Les Éditions de L’homme
13 €, 154×229 mm, 165 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

De beaux et bons documentaires

Par 6 décembre 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose d’en savoir plus sur les villes (présentes et futures), mais aussi de parler des animaux et des humains. Quatre très bons documentaires à mettre au pied du sapin (que l’on trouve d’ailleurs dans notre webzine spécial Noël !).

la ville quoi de neuf ?
de Didier Corville
Hélium
16,90 €, 209×300 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2018.
Maisons autour du monde
Textes de Mia Cassany (traducteur·trice non crédité·e), illustrés par Paula Blumen
Nathan dans la collection Album Mosquito !
14,95 €, 230×320 mm, 40 pages, imprimé en France, 2018.
Les droits des animaux ça me concerne
Textes de Florence Pinaud, illustrés par Amélie Fontaine
Actes Sud Junior
15,90 €, 206×278 mm, 84 pages, imprimé au Portugal, 2018.
Discriminations, inventaire pour ne plus se taire
Texte d’Emma Strack, illustré par Maria Frade
De la Martinière Jeunesse
14,90 €, 170×230 mm, 160 pages, imprimé en Espagne, 2018.

You Might Also Like

Adolescentes d’aujourd’hui [ARTICLE EN ACCÈS LIBRE]

Par 3 août 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de faire la rencontre d’Armelle, une jeune lesbienne qui passe un mauvais moment, et de Lina-Jane, une adolescente qui va faire une rencontre qui va marquer sa vie.

Depuis qu’Armelle a montré à Inès qu’elle était amoureuse d’elle, sa vie au lycée est un enfer. Elle est devenue la cible de la bande de l’horrible Anaïs. Remarques, insultes… Armelle n’en peut plus. Si tout le monde sait maintenant au lycée qu’elle est lesbienne, à la maison c’est autre chose. Mais alors que ses parents la forcent à participer à une manif contre le mariage pour tous, Armelle décide de leur dire la vérité. La réaction sera sans appel : Armelle est mise dehors. Quel avenir attend l’adolescente de 16 ans qui se retrouve maintenant à la rue ?
Il faut aller au-delà de la couverture (pas très réussie, disons-le) et découvrir ce très beau roman sur une jeune lesbienne qui va devoir se débrouiller par elle-même, à la suite d’une réaction violente de ses parents. Christine Féret-Fleury nous propose une histoire qui sonne juste, une histoire qui est celle de beaucoup de jeunes homosexuel·le·s pour qui l’association Le refuge est une bénédiction. Armelle va rencontrer des gens qui vont l’aider et l’aimer, elle traversera de rudes épreuves, mais saura s’en sortir grâce à l’aide de gens bien meilleurs que ses parents.
Un roman très fort pour rappeler l’homophobie qui existe toujours dans les familles et les écoles.

Lina-Jane est une jeune booktubeuse (elle tient des chroniques littéraires sur YouTube). Un jour, alors qu’elle cherche un meuble dans son grenier afin de faire une nouvelle bibliothèque, elle tombe sur des paquets qui lui sont destinés et qui lui ont été cachés. Ils ont été envoyés chaque année par son grand-père qu’elle croyait mort. C’est à la même époque que suite à l’agression de son meilleur ami, elle rencontre une vieille dame de son quartier, Lucia. Très vite, cette dernière invite la jeune fille et semble vouloir vraiment sympathiser avec elle… quel secret cache-t-elle ?
Ah qu’il est difficile de vous parler de ce joli roman sans trop vous en dévoiler… Personnellement, j’en savais un peu trop avant de le lire et j’ai donc décidé de ne pas vous raconter ce dont il est question ici. Je peux en tout cas vous dire que c’est une belle histoire que nous raconte Érik Poulet-Reney. Une histoire où il est question de belles rencontres, de lien du sang, d’identité… C’est un roman court, qui se lit vite (un peu trop, je serais bien resté avec Lina-Jane et Lucia encore un peu), mais qui procure beaucoup de plaisir. Bon et si vraiment il vous faut en savoir plus, quitte à vous gâcher un peu l’intrigue,


La rencontre entre une adolescente et une vieille dame…

Les maux bleus
de Christine Féret-Fleury
Gulf Stream Éditeur dans la collection Échos
15 €, 141×221 mm, 196 pages, imprimé en Lettonie, 2018.
Transparente
d’Érik Poulet-Reney
Oskar dans la collection La vie
12,95 €, 130×210 mm, 117 pages, imprimé en Europe, 2018

You Might Also Like

Histoires de familles

Par 27 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on s’intéresse aux familles, à toutes les familles ! Le premier livre nous les présente dans toute leur diversité, et le second nous fait découvrir celle d’une fillette et de ses deux papas.

Les papas de Violette
Texte d’Émilie Chazerand, illustré par Gaëlle Soupard
Gautier-Languereau
10,50 €, 208×238 mm, 35 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
Familles
Texte de Patricia Hegarty (traduit par Anne-Judith Descombey), illustré par Ryan Wheatcroft
Flammarion
13,50 €, 280×260 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2017.

You Might Also Like

Combattre les clichés

Par 16 juillet 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de répondre à la bêtise, de tordre le cou aux clichés.

Riposte comment répondre à la bêtise ordinaireLes chômeurs sont des profiteurs et les Roms des voleurs. Les gays sont efféminés et ne devraient pas avoir d’enfant, de toute façon c’est aux mamans de s’occuper des enfants. En banlieue, il n’y a que des racailles, les juifs c’est l’argent qui les intéresse et les filles sont des chochottes !
Gros coup de cœur pour Riposte, comment répondre à la bêtise ordinaire, un super ouvrage signé Jessie Magana et illustré par Alain Pilon. L’auteure énumère des phrases d’une bêtise crasse qu’on entend pourtant trop régulièrement sur des catégories de personnes et donne des réponses directes, claires et intelligentes. Jessie Magana n’y va pas par quatre chemins, elle dit les choses. Peut-être un seul petit reproche, un chapitre sur les gays… mais rien sur les lesbiennes (qui sont pourtant tout aussi victimes de clichés persistants). Mais passé ce petit bémol, c’est un ouvrage qu’il faut avoir dans tous les CDI, qui peut servir de support avec une classe. C’est aussi un livre pour répondre aux enfants quand ils ramènent une phrase raciste, sexiste ou autre de l’école. Un bon support de discussion.
Un ouvrage intelligent et indispensable pour dynamiter la connerie.
Le même vu par Le tiroir à histoires et Délivrer des livres.

Filles et garçons, la paritéQu’est-ce que la domination masculine, le féminisme, un stéréotype ? Depuis quand les femmes votent-elles et y en a-t-il qui sont présidentes de la République ? Les hommes et les femmes sont-ils égaux ? Partagent-ils les tâches ménagères de façon équitable ?
Carina Louart répond à toutes ces questions (et d’autres encore) dans un petit ouvrage très facile d’accès, Filles et garçons, la parité. Le livre est clair, richement illustré et aborde vraiment des sujets divers, toujours de façon intelligente. On parle aussi Histoire et de ce qu’il se passe dans le reste du monde.
Un petit documentaire très bien fait et facile d’accès pour parler de l’égalité homme-femme.

Les deux ouvrages suivants ne s’adressent pas aux enfants directement, mais sont très utiles pour les parents et les professionnels (et même les autres !).

Comment parler de l'égalité filles-garçons aux enfantsOn a beau éduquer nos enfants de façon non sexiste (quoiqu’en s’observant on peut se rendre compte qu’on a certains réflexes bien ancrés), la société casse parfois tout ça. Une activité à l’école où l’on propose aux garçons de dessiner et aux filles de colorier des princesses (c’est du vécu…), un petit garçon qui dit à une fille qu’elle n’a pas à regarder tel dessin animé, car il est réservé aux garçons (encore du vécu), les publicités qui présentent les femmes comme des objets, la littérature jeunesse qui montre des femmes aux fourneaux et les hommes devant la télé, les réflexions de la famille, des voisins, des commerçants… Bref, nous ne vivons pas seuls avec nos enfants et même si l’on s’efforce de leur donner une vision non sexiste de la société, la société, elle, s’occupe de tout défaire.
D’où l’urgence d’en parler vraiment avec eux, et de savoir comment répondre avec justesse à leurs questions. Comment parler de l’égalité filles-garçons aux enfants de Jessie Magana (encore elle) est parfait pour ça. Elle classe les sujets en quinze grands thèmes (Le corps, L’apparence, Le sexe, l’identité sexuée et l’orientation sexuelle, Les rôles attitrés, Le modèle féminin dans les religions, L’école, La famille, La politique, Le sport et la culture…) puis propose chaque fois, en partant d’une photo, des questions pour 3 catégories d’âge (5-8, 9-12 et 13-15 ans). C’est vraiment bien fait, clair, intelligent, bien écrit. C’est un magnifique outil de travail, un super support pour aborder l’égalité homme-femme.
Un livre utile pour nous aider à parler avec justesse du sexisme aux enfants.

Quel genre ?Être une fille ou un garçon, qu’est-ce que ça change ? Qu’est-ce que ça dit de nous ? Est-ce vraiment la chose qui nous définit le mieux ? Le genre est omniprésent dans notre société (à tel point que, comme le souligne l’auteure, c’est souvent l’objet de la première question à des futurs parents « alors ? Garçon ou fille ? »), mais qu’est-ce que ça veut dire, et qu’est-ce que ça change, d’être une fille ou un garçon.
Dans son essai, Quel genre ?, sorti chez Thierry Magnier, Christine Détrez s’interroge et constate. Elle analyse notre société, la façon dont sont traités les genres… et c’est tout simplement passionnant. Elle remarque par exemple que dans les livres sur le corps humain, les hommes sont montrés pour représenter les biceps ou les abdominaux et les femmes… les muscles des paupières ! Elle parle de vêtements, de cinéma, de littérature, comment tout ce qui nous entoure nous renvoie une image « active » de l’homme et « passive » de la femme. Comment la société demande aux femmes de prendre le moins de place possible pour laisser la place aux hommes. Dans un chapitre, elle se fait l’avocate du diable et se demande si au fond c’est important de se battre contre les stéréotypes, si tout ça est grave… et bien sûr elle explique l’importance de ce combat et qu’il faut lutter même sur les petites choses qui peuvent sembler insignifiantes.
Un essai sur le genre absolument passionnant et totalement accessible.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les livres antisexistes que nous avons chroniqués ici.

Riposte ! Comment répondre à la bêtise ordinaire
Textes de Jessie Magana, illustrés par Alain Pilon
Actes Sud Junior
11 €, 145×210 mm, 48 pages, lieu d’impression non indiqué, 2014.
Filles et garçons, la parité
Textes de Carina Louart, illustrés par Pénélope Paicheler
Actes Sud Junior dans la collection À très petits pas
6,80 €, 145×206 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015.
Quel genre ?
de Christine Détrez
Thierry Magnier
13,50 €, 135×220 mm, 200 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Comment parler de l’égalité filles-garçons aux enfants
de Jessie Magana
Le baron perché dans la collection Comment parler aux enfants
16 €, 135×220 mm, 108 pages, imprimé en Italie, 2014.


À part ça ?

Continent Musiques sur France Culture a proposé toute la semaine dernière cinq émissions sur les femmes dans la chanson. Lundi, Les femmes prennent la parole, mardi Des chansons qui tiennent au corps, mercredi 1975, l’année de la femme, jeudi Émission spéciale Anne Sylvestre et vendredi Pas de gène, du plaisir !. Cinq émissions au top où l’on parle du droit de vote, de l’avortement, du viol, de la nudité exposée pour mieux vendre ses produits, du harcèlement de rue… On découvre des tas de chansons drôles ou bouleversantes. Cinq émissions indispensables.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange