La mare aux mots
Parcourir le tag

La tête sur l’oreiller

Drôles de loups

Par 15 janvier 2015 Livres Jeunesse

arrête de bouderALERTE ! Le loup fait grève ! Les trois petits cochons, la chèvre de Monsieur Seguin, le Petit Chaperon rouge et les autres n’en reviennent pas et ils décident de tout faire pour qu’il revienne, sinon plus d’histoires…
Les enfants vont adorer croiser ici des tas de personnages de contes qu’ils connaissent bien. Arrête de bouder est un album plein d’humour avec de très belles planches signées Sébastien Chebret. On parle donc de l’utilité des méchants dans les histoires (et donc de l’utilité d’avoir peur). C’est un très bel hommage aux contes et un album vraiment réussi.
Parce qu’un conte sans loup c’est moins drôle, voilà un album plein d’humour.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

La gentille petite LouLou s’ennuie, elle n’a pas de copain. Les moutons s’enfuient quand ils la voient, les trois petits cochons se cachent, même les sept chevrettes qui vivent à côté se terrent dans leur maison… mais pourquoi tout le monde lui en veut ?
Même si l’on ne voit Lou qu’à la toute fin, on se doute assez vite à quelle race elle appartient ! Ici aussi, c’est évidemment un hommage aux contes, on y croise plusieurs personnages bien connus des enfants. En fin d’ouvrage, on nous propose même de découper des masques pour se déguiser en personnages du livre.
Un album plein d’humour et de poésie, qui rend hommage aux contes classiques.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Chaperon rouge et trois petits cochons, SalomoTrois petits cochons se construisirent une maison. Le premier en fit une en paille, le second en bois, le troisième en brique… pendant ce temps-là, le loup rôdait.
Un enfant, qui portait un chaperon rouge, se rendait chez sa grand-mère… quand il croisa le loup…
Ici, ce sont les vrais contes qui sont racontés (même s’ils sont résumés) dans deux très beaux livres pop-up proches des livres-théâtres. On s’émerveille en voyant les beaux décors découpés de Xavier Salomó, on regarde partout (et même à travers les fenêtres) pour voir les détails cachés. Je regrette juste que les textes soient résumés à ce point (j’ai l’impression qu’il faut déjà connaître l’histoire pour comprendre), mais ne boudons pas notre plaisir devant ces beaux ouvrages.
Deux très beaux livres-pops up signés par un illustrateur que nous aimons décidément beaucoup.
Extraits sur le site de l’illustrateur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Sébastien Chebret (Les étoiles d’Hubert, La mystérieuse lettre au Père NoëlMon album à compter et L’entrée en maternelle), d’Isabelle Wlodarczyk (Célestin rêve, Surtout ne prends pas froid, Léo et Célestin, Sur mon arbre perché et La petite disparue), Rémi Saillard (Bonnets rouges et bonnets blancs, Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes, Ogres et ogresses, Petit Beignet rond et doré, Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue, et Ami ou ennemi ?) et Xavier Salomó  (OFF, Range ta chambre ! et Atchoum)
Retrouvez également notre interview d’Isabelle Wlodarczyk.

Arrête de bouder
Texte de Christophe Pernaudet, illustré par Sébastien Chebret
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 207×211 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2014.
La gentille petite Lou
Texte d’Isabelle Wlodarczyk, illustré par Rémi Saillard
Les éditions du Ricochet
16,50 €, 245×355 mm, 36 pages, imprimé en Pologne, 2014.
Les trois petits cochons
Texte de Meritxell Martí (traduit par Roberto Bravo), illustré par Xavier Salomó
Bayard Jeunesse
10,90 €, 208×188 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2014.
Le petit chaperon rouge
Texte de Meritxell Martí (traduit par Roberto Bravo), illustré par Xavier Salomó
Bayard Jeunesse
10,90 €, 208×188 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2014.

Gabriel

You Might Also Like

Combien de temps…

Par 31 juillet 2014 Livres Jeunesse

Combien de temps…
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures, combien ?
Quand j’y pense, mon cœur bat si fort…
Mon pays c’est la vie.
Combien de temps…
Combien ?
Serge ReggianiLe temps qui reste

Le temps est un drôle de bonhommeLe temps est un drôle de bonhomme. La couleur de son manteau change selon les saisons. Il avance, sans se retourner, sans s’arrêter, sans revenir en arrière. On a beau lui courir après, jamais on ne le rattrapera. Le temps change, le temps évolue, ce n’est jamais le même temps, on ne sera plus jamais au temps d’avant. Et même si l’on a l’impression que parfois il prend son temps, il avance toujours, toujours, toujours…
Le Temps est un drôle de bonhomme de Laurence Pérouème et Alexandra Luchie est un album très poétique, tant dans le texte que dans les illustrations. On y parle donc du temps, du cours de la vie, des saisons. Le petit garçon du livre se demande pourquoi parfois le temps semble si long, pourquoi il met tant de temps à grandir. Sa grand-mère, elle, trouve qu’il est passé bien vite.
Un bien bel album.
Des extraits sur le site Petites Madeleines.

UnLe vieux vieux monsieur vieux-vieux monsieur vivait au 33e étage d’un gratte-ciel dépourvu d’ascenseur. Il ne sortait jamais de chez lui, mais de là-haut il regardait les gens d’en bas. Ces derniers en l’apercevant le trouvaient bien mystérieux, ils s’imaginaient la peine que ce vieux-vieux monsieur devait avoir de vivre seul tout là-haut. Ils se trompaient ! Il était heureux, sur son immense terrasse ou dans son grand appartement, il vivait au rythme des saisons et collectionnait les bonnes nouvelles qu’il découpait dans les journaux. Par contre, lui, voyait qu’en bas, plus le temps passait et plus les gens avaient grise mine, ils souriaient de moins en moins… il décida d’y remédier.
Coralie Saudo nous raconte une bien belle histoire, celle d’un vieil homme que tout le monde pense triste et qui pourtant va aider ses concitoyens à aller mieux. Il y a plein de choses dans cet album-là, on y parle du temps qui passe, de la morosité ambiante, de l’importance d’aider les gens, des petits bonheurs.
Une bien belle histoire pour se rappeler l’importance de ces gens qui font de petites actions sans contrepartie pour rendre nos vies bien plus jolies.
Des extraits sur le site de Coralie Saudo.

AppuieLa météo des animaux vite sur le bouton rouge de la télévision et voilà que démarre la météo des animaux ! Chez le lapin, il y a du vent, il préfère rester dans son terrier. Chez la grenouille, il pleut, elle adore ça ! Chez Achille le crocodile, il y a un grand soleil, il en profite pour aller se baigner. Chez Justin le pingouin, tout est blanc !
On termine donc avec un album plein de tendresse et d’humour qui nous parle de la météo à travers les animaux. Juliette Parachini-Deny et Séverine Duchesne ont imaginé un livre plein de malice où les enfants devront participer : appuyer sur le bouton rouge de la télé pour l’allumer, essuyer les lunettes de l’escargot qui est resté sous la pluie ou souffler sur les nuages pour les faire partir.
Un album doux, poétique… et interactif !
Extraits sur le blog de Séverine Duchesne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Laurence Pérouème (Où es-tu, Lulu ?), Coralie Saudo (Ca… caca… catastrophe !, Un pour tous, tous poussin, Et si je mangeais ma soupe ?, Au pied de ma lettre, Habille-toi, Zaza !, Ma classe de A à Z, Le petit pot de Zaza, Jour de grève chez les marmottes, Tout seul !, Tous ensemble !, S’échapper d’une île, 101 moutons au chomâge, Manolo, un boudeur de petit fantôme et Manolo, un cochon de petit fantôme), Juliette Parachini-Deny (Dans mes rêves, Mes deux papas, Monsieur le Chien) et Séverine Duchesne (Je t’aime mon frère, Zizi, Zézette, mode d’emploi, Ça alors !). Retrouvez aussi nos interviews de Coralie Saudo et Séverine Duchesne.

Le Temps est un drôle de bonhomme
Texte de Laurence Pérouème, illustré par Alexandra Luchie
Naïve
15 €, 185×265 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Le vieux-vieux monsieur du 33e étage
Texte de Coralie Saudo, illustré par Raphaëlle Michaud
Pour Penser dans la collection Contes et histoires pour penser à l’endroit
7 €, 200×200 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La météo des animaux
Texte de Juliette Parachini-Deny, illustré par Séverine Duchesne
Les P’tits Bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 211×207 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

Picoti 298Le nouveau numéro de Picoti est sorti ! Vous ne connaissez pas Picoti, la revue pour les 9 mois/3 ans (d’après l’éditeur) du groupe Milan ? C’est un mensuel avec des petites histoires et même un cahier pour les parents. Dans ce nouveau numéro on va jouer au pirate avec Guili, préparer la valise des vacances avec Samuel, camper avec Bonhomme, voyager dans les airs (et même détacher un avion en papier cartonné prédécoupé), faire du camping avec Pikou et jouer avec Miffy à un ça se peut ou ça se peut pas ? sur les moyens de transports. Côté parents, ce numéro spécial voyage nous propose des conseils pour partir à l’aventure avec les enfants et nous propose des témoignages de parents qui sont partis avec de jeunes enfants sur le continent américain ou dans un ashram en Inde. On retrouve aussi des conseils de lecture. Encore un très chouette numéro de cette revue pour les petits avec la présence, entre autre, de Nathalie Choux et de Soledad Bravi !
Plus d’informations.
Picoti n°298, 5,95 € chez les marchands de journaux.

Gabriel

You Might Also Like

Ces rencontres qui changent une vie

Par 7 octobre 2013 Livres Jeunesse

Mademoiselle TricotinMademoiselle Tricotin tricotait en permanence. Tout ce qu’elle pouvait tricoter, elle le faisait ! Avec l’ombre du vent elle faisait des bonnets, avec le coucher de soleil un cache-oreilles… toujours elle agitait ses aiguilles et tricotait, tricotait… Un jour elle trouva un fil dans l’air et commença à tricoter des chaussettes avec… sauf que plus elle tricotait, plus on la détricotait… à l’autre bout une autre paire d’aiguilles, celle d’un joli monsieur…

Alice Brière-Haquet signe encore une superbe histoire pleine de poésie. L’histoire de deux amoureux qui refont le monde en mieux. Les mots sont comme toujours avec cet auteur très bien choisis et les illustrations de Célia Chauffrey ajoutent encore plus de tendresse et de poésie à l’histoire. Un très bel album sur les belles rencontres.
Le même vu par Sous le feuillage et par Œil d’ailleurs.

Monsieur MatuvuMonsieur Matuvu c’est le genre d’homme qui aime être vu. Toujours impeccable, il faut qu’on le remarque, qu’on envie son élégance. Mais un jour qu’il est victime d’un pickpocket le voilà qui quitte les beaux quartiers et qu’il s’aventure dans les quartiers modestes. C’est là qu’il va faire une rencontre qui va changer sa vie.

C’est une très belle histoire d’amour ici aussi que nous raconte Catherine Lafaye-Latteux. En fond on parle des différences sociales et de l’amour qui réunit les êtres peu importe leurs différences. On parle aussi de la peur de perdre l’autre quand on n’est plus ce qu’on était au moment de la rencontre. Les illustrations d’Alice de Page sont lumineuses et font de l’ouvrage un grand album très esthétique. Là encore un très bel album plein de poésie.
Extraits en ligne.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Alice Brière-Haquet (Une vie en bleu, Aliens mode d’emploi, Dis-moi l’oiseau, Le peintre des drapeaux, Paul, A quoi rêve un pissenlit ?, Perdu !), de Célia Chauffrey (Matachamoua) et de Catherine Lafaye-Latteux (Pioupiou aux petits pois, Arsène Lopin, Le célèbre cabrioleur, Meuh non ! Y’a pas que les vaches qui pètent qui polluent la planète). Retrouvez aussi nos interviews d’Alice Brière-Haquet et de Catherine Lafaye-Lateux.

Mademoiselle Tricotin
Texte d’Alice Brière-Haquet, illustré par Célia Chauffrey
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90€, 210×210 mm, 24 pages, imprimé en Espagne, 2011.
Monsieur Matuvu
Texte de Catherine Lafaye-Latteux, illustré par Alice de Page
Mazurka
13€, 200×290 mm, 32 pages, imprimé en Union Européenne, 2013.

A part ça ?

Du 16 octobre au 17 février, La Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris) propose aux 7/12 ans des ateliers sur la période de L’Art Déco à l’occasion de l’exposition Grandir en 1925. Les enfants sont invités à choisir parmi les thèmes présentés, ensuite ils peuvent  reproduire ou inventer des motifs Art Déco à partir d’une sorte de tangram, jouer avec l’équilibre en construisant des bâtiments colorés miniatures,… Plus de renseignements sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine : http://www.citechaillot.fr/fr/activites/jeune_public/ateliers/25303-couleurs_formes_et_harmonie.html

Gabriel

 

You Might Also Like

Puisque c’est comme ça je m’en vais !

Par 13 juin 2013 Livres Jeunesse

S’en aller juste pour dire tu vois je l’ai fait
S’en aller pour toujours à jamais
Pour vivre seul ou mieux accompagné
S’en aller (Jérôme Van Der Hole)

Joseph FippsJoseph Fipps a cinq ans. Sa mère le traite souvent de grippon, lui c’est un griffon qu’il voudrait être, ce bel animal mythique mi lion, mi aigle. Alors qu’il vient de faire une énième bêtise, Joseph se fait encore gronder. Pendant que sa mère crie il aimerait s’envoler loin d’ici, tel un griffon et bientôt les mots sortent tout seuls de sa bouche et il lance à sa mère qu’elle est méchante et qu’il voudrait une autre mère… Et si ça arrivait vraiment et que cette nouvelle mère était une maman morse ?

Ce qui frappe tout d’abord dans l’album Joseph Fipps c’est la beauté de l’objet : beau livre au papier épais, superbes illustrations pleines pages (parfois plusieurs pages de suite sans texte), le genre de livre que l’on feuillette avec bonheur, JOSEPH FIPPSpour le plaisir des yeux. Il pourrait même ne pas y avoir de texte… mais il est là et il est très beau ce texte. Qui n’a pas eu le droit à la fameuse phrase « t’es plus mon père/ma mère » ? Et si ça arrivait vraiment ? Un très beau livre poétique et plein d’humour aux illustrations très douces sur la colère, les mots qu’on ne pense pas forcément et l’imagination débordante des enfants. Je ne connaissais pas cette maison d’édition (La Pastèque), je vais la suivre de près !

S’en aller c’est aussi quelquefois revenir
Quand on a vu qu’ailleurs c’était pire
Sans l’aller point de retour sans retrouvailles point d’amour
S’en aller (Jérôme Van Der Hole)

GROS-GRISGros gris était de très mauvaise humeur, autour de chez lui c’était la cacophonie, un barouf d’enfer ! Des oiseaux qui sifflent,  des cigales qui chantent, des grenouilles qui coassent… imaginez le boucan ! Alors c’est décidé Gros Gris part pour la ville, là-bas au moins il sera tranquille ! Ah bon ?

Je connaissais Éléonore Thuillier illustratrice… voici un livre écrit par elle ! Et sincèrement c’est un très bon texte, plein d’humour et de références (aux fables de La Fontaine). On connaît le proverbe, l’herbe est toujours plus verte dans leGROS GRIS champs d’à côté mais forcément quand notre chat arrive dans la pollution de la ville, seul et sans ami il a vite envie de retrouver le bon air de sa campagne et ses camarades qui lui semblaient si bruyants et lui manquent désormais. Eléonore Thuillier a une très bonne plume, il faut qu’elle l’utilise plus souvent !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres d’Éléonore Thuillier (La jungle en haleine, Adam est fort, Le grand lapin blanc, Mon papa est un zarzouilleur et Jour de piscine) et un livre de Prisca Le Tandé (Pourquoi les loups ont-ils de si grandes dents ?). Retrouvez aussi notre interview d’Éléonore Thuillier.

Joseph Fipps
Texte de Nadine Robert, illustré par Geneviève Godbout
La Pastèque dans la collection Pamplemousse
15,60€, 191×241 mm, 64 pages, imprimé à Singapour, 2013.
Gros Gris
Texte d’Éléonore Thuillier, illustré par Prisca Le Tandé
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90€, 212×206 mm, 26 pages, imprimé en  France, 2012.


A part ça ?

Marie-Hélène Place, l’auteur des Balthazar, était l’invitée de Jusqu’à la lune et retour le mois dernier, une émission à réécouter ici.

Gabriel

You Might Also Like

Et si l’amour c’était pas du pipeau ?*

Par 3 juin 2013 Livres Jeunesse

L’amour l’amour l’amour toujours ce vieux discours*… pourtant parfois les albums jeunesse savent nous en parler joliement.

Parfois l’amour ne tient qu’à un pigeon…

L'oeil du pigeonLéon a toujours été là dans les prémices de l’histoire d’amour de Youri et Rose. Quand ils se sont croisés la première fois (et que Rose était encore dans le ventre de sa mère), quand ils ont joué dans le même bac à sable sans se voir, quand ils se sont croisés sans s’échanger de regard à la fête foraine, quand ils ont eu leur premier baiser… chacun de leur côté mais pas loin l’un de l’autre. Sans Léon il est possible que l’histoire de Youri et Rose n’ai jamais commencé ! Comme quoi les pigeons, c’est bien plus utile qu’on pourrait le croire…

Une histoire d’amour vue par un pigeon (qui ne fait pas que voir d’ailleurs, il participe à la rencontre… d’une façon très particulière !), c’est original et bien trouvé. l'oeil du pigeon-p11-12C’est une très belle histoire que nous raconte Séverine Vidal, une histoire dont l’humour du texte et des illustration désamorce tout début de mièvrerie. Le pigeon est là à chaque étape  importante de la vie de ces deux amoureux (le retrouverez-vous dans chaque planche ?), c’est lui qui nous raconte leur histoire. C’est un magnifique album plein de tendresse et d’humour (humour souligné par les dessins) sur l’amour et sur les hasards de la vie.

Quand c’est la musique qui rapproche les gens…

Herman et rosie pour la vieHerman et Rosie n’habitaient pas très loin l’un de l’autre, à New York. Ils étaient seuls au milieu de la foule, faisant parfois un peu la même chose pas très loin l’un de l’autre, dans la solitude de leur appartement. Le soir, parfois, Rosie chantait dans un club de Jazz. Parfois, le soir, Herman jouait du hautbois sur son toit. Chacun entendit la mélodie de l’autre et la garda en tête, allaient-ils finir par la jouer ensemble ?

Herman et Rosie pour la vie est un très bel album avec une ambiance « Jazz à New-York ». Sa couverture évoque un vinyle et on a l’impression d’entendre de la musique en lisant cette histoire sur la solitude dans les grandes villes, l’amour et le hasard des rencontres. Magnifiques illustrations, un texte touchant, un bien bel album.

On quitte New-York pour Paris et on continue en musique… au son du piano du pauvre !

Jean et MargueriteJean sa passion c’est l’accordéon, dès qu’il le peut ce boulanger quitte son fourneau et en avant la musique ! Seulement voilà… Jean est seul… Comment séduire une belle avec un piano à bretelle ? Marguerite est une couturière, et tandis qu’elle coud elle ne pense qu’à une chose … le prochain bal ! Faut dire qu’elle adore danser, que ça soit la java ou la guinguette, Marguerite adore ça. Marguerite ne sait pas encore que bientôt c’est la musique de Jean qui rythmera ses pas…

Jean et Marguerite est un très bel album à laJean et marguerite musique bien de chez nous, avec son air de musette. Une histoire très touchante (d’autant plus quand on sait qu’elle est inspirée d’une histoire vraie), une très belle histoire sur une rencontre, sur l’amour. Les illustrations sont toutes douces mais pas mièvres, avec beaucoup de mouvement… comme un bal musette.

Il y a des histoires d’amour qui commencent mouillées !

Sous la pluieRien ne prédestinait Gaston et Rosalie à se rencontrer… surtout pas sous la pluie ! Lui, la pluie, il déteste ça, quand on est mouillé on peut tomber malade. Elle, la pluie, elle adore, ça lui donne envie de danser dessous. Quand il a peur d’abîmer ses chaussures, elle, elle danse dans les flaques. Pourtant alors que l’une sourit et l’autre râle ces deux-là vont tomber amoureux l’un de l’autre.

Belle histoire ici aussi, histoire d’amour entre deux opposés… Sous la pluiequi finalement trouveront un terrain d’entente. Et puis au final la pluie, même si on n’aime pas ça… en amoureux c’est différent ! C’est aussi un texte sur des regards différents sur une même chose, l’un positif et l’autre négatif. Un texte très poétique, des illustrations un peu « rétro », font de Sous la pluie… un album plein de charme.

Et il y a aussi les histoires légendaires…

Les Amoureux du CielTisserande était une des sept filles de l’empereur du royaume des cieux. Un jour où elle était sur Terre avec ses sœurs elle s’éprit d’amour pour un jeune paysan. Forcément son père n’accepta pas cette relation et malgré leur amour, leur mariage et leurs deux enfants il fit en sorte qu’ils ne se voient plus qu’une fois par an.

J’avais déjà chroniqué un ouvrage racontant cette magnifique légende chinoise, Les étoiles amoureuses de Céline Lavignette-Ammoun et Kim Dong-seong. mais c’est ici un ouvrage très différent. Il s’adresse à un public plus jeune et les illustrations (magnifiques) de Peggy Nille sont d’un tout autre style que celles de Kim Dong-seong, plus colorées. C’est une vieille légende qui explique l’origine de deux étoiles (les deux amoureux du ciel) qui se rejoignent un jour par an. Un très beau conte ancien, plein de poésie.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres de Séverine Vidal (Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps), Nancy Guilbert (Aliénor et le trésor dérobé) dont un avec Lilly Seewald (A la rencontre des mamans) et Peggy Nille (Mes créations du monde entier, Le nom du diable, Contes d’un autre genre, et Mes créations du monde-Europe). Retrouvez aussi notre interview de Séverine Vidal et notre interview de Peggy Nille.

L’œil du pigeon
de Séverine Vidal, Illustré par Guillaume Plantevin
Sarbacane
15,50€, 218×390 mm, 26 pages, imprimé en France, 2013.
Herman et Rosie pour la vie
de Gus Gordon (traduit par Dominique Boutel)
Gallimard Jeunesse
13€, 260×290 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.
Jean et Marguerite
de Manuel Rulier, illustré par Delphine Garcia
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90€, 210×205 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013
Sous la pluie…
de Nancy Guilbert, illustré par Lilly Seewald
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
13,90€, 297×220 mm, 24 pages, imprimé en France, 2013
Les amoureux du ciel
Auteur non indiqué, illustré par Peggy Nille
Nathan dans la collection Les petits cailloux du monde
5,50€, 173×200 mm, 27 pages, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013.

A part ça ?

Chaque mois A l’ombre du grand arbre donne aussi ses coups de cœur du mois, et on aime aller y jeter un œil !

Gabriel

*références à Pipeau de Brigitte Fontaine

You Might Also Like

Secured By miniOrange