La mare aux mots
Parcourir le tag

l’Atelier du Poisson Soluble

Des histoires de gros bras et de luttes des classes ! [ARTICLE EN ACCÈS LIBRE]

Par 18 juin 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui on fait la connaissance d’héroïnes féministes pleines d’énergie et bien décidées à renverser l’ordre établi avec Les gros bras de Polka d’Emilie Gleason et Zette et Zotte à l’uzine d’Elsa Valentin et Fabienne Cinquin !

Il était une fois un couple de danseur·euse·s fou amoureux·euses. Si amoureux qu’ils finissent par avoir un bébé : Polka. Polka est une petite fille pleine d’entrain (un peu trop même), joyeuse et heureuse de vivre… avec une particularité : Polka a des gros bras… DES TRÈS GROS BRAS. À tel point qu’à l’école, tout le monde se moque d’elle. Des biceps pareils, pour une fille de son âge… Ça n’a pas de sens ! Alors Polka se renferme, devient morose et triste. Jusqu’au jour où, alors qu’elle regarde la télébison avec ses parents, la petite fille entend qu’un groupe de castors est menacé ; ni une ni deux, la petite fille décide de se remonter les manches et de leur venir en aide !
Les gros bras de Polka est un album féministe très drôle. Emilie Gleason nous parle, à travers l’exemple de Polka, de l’importance (et de la difficulté) de s’accepter tel·le que l’on est, dans une société où les clichés existent encore. Car ce qui dérange, c’est que la petite fille a de gros bras (un attribut que l’on associe plus naturellement à un garçon). Polka chamboule malgré elle l’ordre établi : les garçons doivent être costauds et forts, les filles douces et fragiles. À travers cette histoire pleine d’humour (l’autrice joue avec les mots : Polka regarde la « télébison », enfourche son « vélo-ciraptor ») Emilie Gleason propose un album positif sur la nécessite de se détacher du regard des autres et de vivre sa vie comme on l’entend. Au fur et à mesure de ce récit initiatique burlesque, Polka va découvrir que ses gros bras peuvent être une force. Les illustrations vives et colorées accompagnent à merveille cette drôle d’histoire. Chaque page révèle une nouvelle surprise, langagière ou narrative. Résultat : c’est drôle, bien construit, fourmillant de détails, de malice et d’intelligence !
Un drôle de petit album pop qui déconstruit les clichés !

Zette et Zotte sont sœurettes et travaille à l’uzine où elles fabriquent des zabits de louxe. Pour cette besogne, elles ne sont payées que des miettes et quelques légumes. Si Zette trouve cela scandaleux et est prête à faire la grave généreule et la manifle, Zotte préfère quant à elle faire des zeurs-sop pour gagner plus de beurre dans les zépinards… Un matin, le trapron décide que les zouvrilleuses lui coûtent trop cher ! Désormais elles ne seront payées que des épluchures ! C’en est trop pour Zette et ses copines qui décident de monter au créneau et de faire la révoluture !
Avec Zette et Zotte à l’uzine, Elsa Valentin et Fabienne Cinquin nous content l’histoire d’un conflit social avec beaucoup d’humour et d’intelligence ! La langue d’Elsa Valentin est poétique et imagée : elle joue sur les sonorités « Zette/Zotte/Zabits », détricote et reconstruit de nouveaux mots : la grève générale devient la grave généreule, la révolution devient la révoluture… L’album se lit à haute voix pour savourer encore plus ces jeux de mots ! Mais derrière cet aspect ludique, Elsa Valentin nous parle de problématiques actuelles : les délocalisations d’usines, le sort des ouvriers laissés pour compte. L’album se veut résolument optimiste et joyeux. Les illustrations nous plongent dans un monde coloré, solidaire, où, seul le collectif permet de s’en sortir ! Fabienne Cinquin joue sur les motifs, les coloris, les matières et multiplie les techniques : encre de Chine, collage de papiers unis comme à motifs, aquarelles… À travers l’exemple de Zette et Zotte, Elsa Valentin nous montre les tensions qui peuvent exister durant ces conflits (même si tout se termine bien !). Véritable ode à la sororité (et fraternité), à la cohésion de groupe et à l’autogestion, Zette et Zotte à l’uzine est une fable moderne qui nous montre qu’avec beaucoup d’imagination, de l’utopie, de la révolte et des ami·e·s… on peut encore changer les choses… et ça fait du bien !
Un véritable coup de cœur, drôle et politique ! On en redemande !

Les gros bras de Polka
d’Emilie Gleason
Biscoto
14 €, 146×236 mm, 48 pages, imprimé en France, 2018.
Zette et Zotte à l’uzine
Texte d’Elsa Valentin, illustré par Fabienne Cinquin
L’atelier du poisson soluble
16 €, 200×297 mm, 48 pages, imprimé en République tchèque, 2018.

You Might Also Like

Le cauchemar et Lindolfo

Par 15 mars 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux drôles de personnages : un cauchemar qui porte un slip et Lindolfo, un genre d’ami imaginaire.

Le Slip du cauchemar
Texte de Claudine Aubrun, illustré par Magali Le Huche
Seuil Jeunesse
12,50 €, 210 x 230 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Moi, Maman, Papa et Lindolfo
de Jean-Claude Alphen
L’Atelier du poisson soluble
15 €, 195 x 218 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2017.

You Might Also Like

Une télé en panne et un croco en cavale

Par 1 mars 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux très bons albums bourrés d’énergie ! Le premier nous fait (re)découvrir une bande d’animaux venus du froid aux prises avec une télé qui grésille, tandis que le second fait appel à nous pour aider un dangereux crocodile à s’échapper de ses pages. Allons-y !

Ça marche pas ?
de Jean Gourounas
L’atelier du poisson soluble
15 €, 163×208 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2018.
Qu’y a-t-il derrière cette porte ?
de Nicola O’Byrne (traduit par Rose-Marie Vassallo)
Père Castor
13,50 €, 230x290mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2018.

You Might Also Like

Le pique-bœuf et la poule

Par 8 février 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous fais découvrir deux albums. On s’envole d’abord pour l’Afrique avec un petit pique-bœuf teigneux qui terrifie toute la savane et après ça, on file dans un poulailler pour rencontrer Catherine, la poule la plus dépensière que vous pourriez imaginer (imaginez d’abord une poule dépensière peut-être, pour commencer).

Pic-pic est une terreur
de Frédéric Laurent
L’Atelier du poisson soluble
15 €, 180 x 245 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2017.
Le Livre où la poule meurt à la fin
Texte de François Blais, illustré par Valérie Boivin
Les 400 coups
13,50 €, 215 x 280 mm, 32 pages, imprimé au Canada, 2017.

You Might Also Like

Écologie et ronchonnades

Par 18 janvier 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous fais découvrir deux chouettes albums ! On part au Brésil, au bord du fleuve São Francisco avec Tonton Couture et ensuite, on va ronchonner contre toutes les petites choses agaçantes du quotidien avec Le Tracas de Blaise.

Tonton Couture
d’Eymard Toledo
Anacaona Junior
13 €, 300 x 220 mm, 40 pages, imprimé en Union européenne, 2017.
Le Tracas de Blaise
Texte de Raphaële Frier, illustré par Julien Martinière
L’Atelier du poisson soluble
16 €, 240 x 270 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2017.

You Might Also Like