La mare aux mots
Parcourir le tag

Le baron perché

Combattre les clichés

Par 16 juillet 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de répondre à la bêtise, de tordre le cou aux clichés.

Riposte comment répondre à la bêtise ordinaireLes chômeurs sont des profiteurs et les Roms des voleurs. Les gays sont efféminés et ne devraient pas avoir d’enfant, de toute façon c’est aux mamans de s’occuper des enfants. En banlieue, il n’y a que des racailles, les juifs c’est l’argent qui les intéresse et les filles sont des chochottes !
Gros coup de cœur pour Riposte, comment répondre à la bêtise ordinaire, un super ouvrage signé Jessie Magana et illustré par Alain Pilon. L’auteure énumère des phrases d’une bêtise crasse qu’on entend pourtant trop régulièrement sur des catégories de personnes et donne des réponses directes, claires et intelligentes. Jessie Magana n’y va pas par quatre chemins, elle dit les choses. Peut-être un seul petit reproche, un chapitre sur les gays… mais rien sur les lesbiennes (qui sont pourtant tout aussi victimes de clichés persistants). Mais passé ce petit bémol, c’est un ouvrage qu’il faut avoir dans tous les CDI, qui peut servir de support avec une classe. C’est aussi un livre pour répondre aux enfants quand ils ramènent une phrase raciste, sexiste ou autre de l’école. Un bon support de discussion.
Un ouvrage intelligent et indispensable pour dynamiter la connerie.
Le même vu par Le tiroir à histoires et Délivrer des livres.

Filles et garçons, la paritéQu’est-ce que la domination masculine, le féminisme, un stéréotype ? Depuis quand les femmes votent-elles et y en a-t-il qui sont présidentes de la République ? Les hommes et les femmes sont-ils égaux ? Partagent-ils les tâches ménagères de façon équitable ?
Carina Louart répond à toutes ces questions (et d’autres encore) dans un petit ouvrage très facile d’accès, Filles et garçons, la parité. Le livre est clair, richement illustré et aborde vraiment des sujets divers, toujours de façon intelligente. On parle aussi Histoire et de ce qu’il se passe dans le reste du monde.
Un petit documentaire très bien fait et facile d’accès pour parler de l’égalité homme-femme.

Les deux ouvrages suivants ne s’adressent pas aux enfants directement, mais sont très utiles pour les parents et les professionnels (et même les autres !).

Comment parler de l'égalité filles-garçons aux enfantsOn a beau éduquer nos enfants de façon non sexiste (quoiqu’en s’observant on peut se rendre compte qu’on a certains réflexes bien ancrés), la société casse parfois tout ça. Une activité à l’école où l’on propose aux garçons de dessiner et aux filles de colorier des princesses (c’est du vécu…), un petit garçon qui dit à une fille qu’elle n’a pas à regarder tel dessin animé, car il est réservé aux garçons (encore du vécu), les publicités qui présentent les femmes comme des objets, la littérature jeunesse qui montre des femmes aux fourneaux et les hommes devant la télé, les réflexions de la famille, des voisins, des commerçants… Bref, nous ne vivons pas seuls avec nos enfants et même si l’on s’efforce de leur donner une vision non sexiste de la société, la société, elle, s’occupe de tout défaire.
D’où l’urgence d’en parler vraiment avec eux, et de savoir comment répondre avec justesse à leurs questions. Comment parler de l’égalité filles-garçons aux enfants de Jessie Magana (encore elle) est parfait pour ça. Elle classe les sujets en quinze grands thèmes (Le corps, L’apparence, Le sexe, l’identité sexuée et l’orientation sexuelle, Les rôles attitrés, Le modèle féminin dans les religions, L’école, La famille, La politique, Le sport et la culture…) puis propose chaque fois, en partant d’une photo, des questions pour 3 catégories d’âge (5-8, 9-12 et 13-15 ans). C’est vraiment bien fait, clair, intelligent, bien écrit. C’est un magnifique outil de travail, un super support pour aborder l’égalité homme-femme.
Un livre utile pour nous aider à parler avec justesse du sexisme aux enfants.

Quel genre ?Être une fille ou un garçon, qu’est-ce que ça change ? Qu’est-ce que ça dit de nous ? Est-ce vraiment la chose qui nous définit le mieux ? Le genre est omniprésent dans notre société (à tel point que, comme le souligne l’auteure, c’est souvent l’objet de la première question à des futurs parents « alors ? Garçon ou fille ? »), mais qu’est-ce que ça veut dire, et qu’est-ce que ça change, d’être une fille ou un garçon.
Dans son essai, Quel genre ?, sorti chez Thierry Magnier, Christine Détrez s’interroge et constate. Elle analyse notre société, la façon dont sont traités les genres… et c’est tout simplement passionnant. Elle remarque par exemple que dans les livres sur le corps humain, les hommes sont montrés pour représenter les biceps ou les abdominaux et les femmes… les muscles des paupières ! Elle parle de vêtements, de cinéma, de littérature, comment tout ce qui nous entoure nous renvoie une image « active » de l’homme et « passive » de la femme. Comment la société demande aux femmes de prendre le moins de place possible pour laisser la place aux hommes. Dans un chapitre, elle se fait l’avocate du diable et se demande si au fond c’est important de se battre contre les stéréotypes, si tout ça est grave… et bien sûr elle explique l’importance de ce combat et qu’il faut lutter même sur les petites choses qui peuvent sembler insignifiantes.
Un essai sur le genre absolument passionnant et totalement accessible.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les livres antisexistes que nous avons chroniqués ici.

Riposte ! Comment répondre à la bêtise ordinaire
Textes de Jessie Magana, illustrés par Alain Pilon
Actes Sud Junior
11 €, 145×210 mm, 48 pages, lieu d’impression non indiqué, 2014.
Filles et garçons, la parité
Textes de Carina Louart, illustrés par Pénélope Paicheler
Actes Sud Junior dans la collection À très petits pas
6,80 €, 145×206 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015.
Quel genre ?
de Christine Détrez
Thierry Magnier
13,50 €, 135×220 mm, 200 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Comment parler de l’égalité filles-garçons aux enfants
de Jessie Magana
Le baron perché dans la collection Comment parler aux enfants
16 €, 135×220 mm, 108 pages, imprimé en Italie, 2014.


À part ça ?

Continent Musiques sur France Culture a proposé toute la semaine dernière cinq émissions sur les femmes dans la chanson. Lundi, Les femmes prennent la parole, mardi Des chansons qui tiennent au corps, mercredi 1975, l’année de la femme, jeudi Émission spéciale Anne Sylvestre et vendredi Pas de gène, du plaisir !. Cinq émissions au top où l’on parle du droit de vote, de l’avortement, du viol, de la nudité exposée pour mieux vendre ses produits, du harcèlement de rue… On découvre des tas de chansons drôles ou bouleversantes. Cinq émissions indispensables.

Gabriel

You Might Also Like

Et si l’on parlait d’homoparentalité et d’homosexualité aux enfants ? (2)

Par 17 mai 2015 Livres Jeunesse
Cette chronique est dédiée à la petite Adèle.

La chronique que j’avais écrite il y a maintenant presque trois ans (Et si l’on parlait d’homoparentalité et d’homosexualité aux enfants) continue d’être LA chronique la plus lue de ce blog. Relayée par un grand nombre de sites, de forums et même d’organismes. En cette journée internationale contre l’homophobie, j’avais envie d’ajouter quelques albums à la liste. Nous ferons d’ici quelques semaines une chronique romans. Tous les livres (albums et romans) que nous avons chroniqués sur l’homosexualité et l’homoparentalité sont regroupés dans un tableau Pinterest. Ces albums sont vraiment importants, car ils permettent aux enfants qui grandissent dans des familles homoparentales de voir qu’ils ne sont pas les seuls et ils banalisent ces situations auprès des autres enfants. La peur et la haine naissent souvent de choses qu’on ne connaît pas, qu’on ne comprend pas, ces livres peuvent aussi faire qu’il y aura moins d’homophobie demain.

Boum ! Boum !Timothée aime Fleur. Son cœur fait BOUM ! BOUM ! quand il pense à elle. Sa bouche dit YOUPI ! YOUPI ! quand elle est d’accord de sortir. Puis il y a le klaxon de la bicyclette, le bruit des papilles quand ils se régalent d’une pomme d’amour, le choc des verres qu’ils tapent pour trinquer… l’amour entre Timothée et Fleur fait beaucoup de bruit ! Mais il y a un autre bruit, il y a celui des pleurs de José qui est amoureux de Timothée.
« Et tant pis si un jour cet amour fait GRAND bruit autour de lui ! », ainsi se termine BOUM ! BOUM ! et autres petits (grands) bruits de la vie. Le cœur de José fait le même bruit que celui de Timothée, il aime de la même façon. Et comme le dit le docteur, ce n’est pas grave. Ici, il y a un garçon qui aime un autre garçon et au fond quelle importance ?
Un très bel album, très doux, sur les bruits de l’amour.

Renard & renardRenard et Renard vivent ensemble. L’un est plutôt peureux, l’autre rêve d’aventure. Quand le second décide de partir vivre sa vie, le premier préfère rester. Mais très vite, le renard courageux rentrera retrouver son foyer.
À aucun moment, il n’est dit qu’il s’agit ici d’homosexualité. Pourtant ce sont bien deux garçons qui vivent ensemble, qui se sentent seuls l’un sans l’autre, qui sont pressés de se retrouver (et la phrase « ils vécurent longtemps ensemble en paix » nous rappelle le « ils vécurent heureux » des contes de fées). Chacun pourra donc y voir l’histoire qu’il a envie d’y voir.
Renard & Renard est une belle histoire d’amour, entre deux renards.

Papa c'est quoi un homme haut sekçuelLe papa de Tinig a plein de surnoms. Uranien pour certains (alors qu’il ne vient pas d’Uranus), Socratique, Zèbre… il a même entendu pédale ou tapette ! C’est bizarre tous ces surnoms… Tinig décide d’en parler avec lui.
Pas toujours facile d’avoir un papa homo, c’est ce que nous rappelle avec beaucoup de tendresse et de finesse Papa, c’est quoi un homme haut sekçuel ?. L’enfant s’étonne d’entendre tant de choses sur son père et ne les comprend pas. Son père saura lui expliquer que tout ça ne fait que désigner une situation qui est, pour l’enfant, tout à fait naturelle, son père aime les hommes. Ici pas de couple (généralement quand on parle d’homoparentalité, le parent est en couple avec quelqu’un du même sexe) et pas non plus de maman. C’est un papa seul avec son enfant. Les illustrations d’Anna Boulanger sont magnifiques.
Un très bel album pour parler de l’homophobie.

Les trois prochains livres ne parlent pas que d’homoparentalité, mais ils l’abordent. Ils parlent de la diversité des familles.

Ma Super FamilleDans certaines familles, tout est simple. Dans celle de Timothée, 6 ans, c’est un peu compliqué. Déjà, ses parents ne vivent pas ensemble. Ensuite, il a un demi-frère et une demi-sœur (alors qu’elle mange comme quatre), une cousine qui vient de l’autre bout du monde, des tantes plus jeunes que lui (suite à un grand-père remarié), un grand-père inconnu, une grand-mère qui vit avec son amoureuse… quand je vous disais que c’était pas simple !
Avec l’humour qu’on leur connaît (lire absolument leurs géniales BD), Gwendoline Raisson et Magali Le Huche croquent avec justesse les familles d’aujourd’hui. Le papa de Timothée a été élevé par deux mamans, et alors ?
Un très bon album à flap, pour se rappeler que les familles ce n’est pas forcément juste un papa, une maman, un garçon, une fille et un chien.

CAMILLE VEUT NOUVELLE FAMILLECamille en a marre, ras le bol, elle veut une nouvelle famille. Elle part de chez elle pour trouver qui pourra l’accueillir ! Peut-être Yann qui vit avec ses parents adoptifs ou Dorine qui vit seule avec sa mère et pourquoi pas Baptiste qui vit avec ses deux papas ?
Ici aussi, on rend hommage à toutes les familles (on parle aussi de « couple mixte », de parents souvent absents et de familles nombreuses) en rappelant que « quand on s’aime, toutes les familles sont idéales ».
Un album tendre et drôle.

Un air de familleDes familles, il y en a vraiment des différentes. Des familles nombreuses, des familles monoparentales, des familles homoparentales, des familles qui accueillent parfois un enfant supplémentaire, des familles recomposées, des parents qui ont des origines différentes… Il y a des papas un peu trop énervés, des fils uniques, des jumelles, des grands-mères qui vivent à la maison, des demi-sœurs, des enfants en fauteuil roulant…
Béatrice Boutignon (l’auteure du célèbre Tango a deux papas et pourquoi pas ?) s’intéresse à tous les types de familles. Autour des étapes de la journée et de la vie (repas, vacances, après-midi au musée, heure du coucher, sur le chemin de l’école…), des familles nous sont présentées en quelques mots. Les situations sont totalement diverses, rien ne semble avoir été oublié. Par contre, pas d’histoire ici, juste cinquante petits portraits, ce qui peut lasser en lisant l’album. C’est plutôt un album où l’on viendra piocher, ou qui sera un très bon support pour un travail en classe.
Les familles sont variées, elles sont toutes ici représentées !

à nos amoursOn termine… par un petit carnet à remplir ! à nos amours parle de l’amour et ses mystères, un bon support pour discuter entre parents et enfants. On pose des questions (à quel âge peut-on tomber amoureux, qu’est-ce que ça fait…), on se demande comment on ferait comprendre ses sentiments à l’autre, on écrit des histoires d’amour… C’est un ouvrage vraiment original ! Dans un passage, on parle des garçons qui aiment les garçons et des filles qui aiment les filles… ça méritait d’être signalé !
Extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avions donc chroniqué de nombreux livres sur l’homosexualité et l’homoparentalité ici mais nous en chroniquons aussi régulièrement, ils sont tous regroupés dans un tableau pinterest (en cliquant sur la couv’ vous arrivez sur la chronique). Je vous conseille aussi le très bon dossier de NVL, qui m’a aidé à préparer cette chronique.

BOUM ! BOUM ! Et autres petits (grands) bruits de la vie
Texte de Catherine Lafaye-Latteux, illustré par Mam’zelle Roüge
Éditions Frimousse dans la collection Les pieds poètes
20 €, 236×350 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2011.
Renard & renard
Texte de Max Bolliger (traduit par Lilo Neis et Anne Salem-Marin), illustré par Klaus Ensikat
La joie de lire
16,75 €, 287×217 mm, 36 pages, imprimé en Chine, 2002.
Papa, c’est quoi un homme haut sèkçuel
d’Anne Boulanger
Zoom éditions
17 €, 285×185 mm, 68 pages, lieu d’impression non indiqué, 2007.
Ma SUPER famille
Texte de Gwendoline Raisson, illustré par Magali Le Huche
Les éditions du Père Castor
15,50 €, 280×320 mm, 48 pages, imprimé en Malaisie, 2009.
Camille veut une nouvelle famille
Texte de Yann Walcker, illustré par Mylène Rigaudie
Auzou dans la collection Mes p’tits albums
5,95 €, 214×217 mm, 31 pages, lieu d’impression non indiqué, 2013.
Un air de famille
de Béatrice Boutignon
Le Baron Perché
16 €, 255×190 mm, 48 pages, imprimé en France, 2013.
à nos amours, cahier d’activités
Auteur non crédité
Minus
5 €, 105×150 mm, 52 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

À part ça ?

On ne peut pas parler d’homophobie sans parler du Refuge. Une association qui aide les jeunes homos chassés de chez eux, une belle association à défendre absolument. Envoyer des dons ici.

Gabriel

You Might Also Like

Histoires d’ours

Par 10 février 2015 Livres Jeunesse

coda petit ours blancBlancs comme la neige, Coda et sa mère, deux ours polaires, sont presque invisibles. Heureusement, parce que le chasseur rôde… Malheureusement, leur museau noir va les trahir… Réussiront-ils à échapper à Boba ?
Que de douceur dans cet album ! Rury Lee nous emmène dans le froid polaire, sur les traces de ces grands et majestueux animaux menacés. Grâce aux illustrations d’Emanuele Bertossi, on se croit vraiment en pleine tempête de neige, et on ressent tout l’amour de la mère ourse pour son petit, qu’elle tente de protéger à tout prix.
Une belle histoire pleine de tendresse et d’émotion, pour se souvenir que la nature est fragile, face à l’horreur humaine…
Vous pouvez feuilleter quelques pages de cet album sur le site des éditions Circonflexe.

L'enfant qui avait oublié sa peurApeuré, un enfant marche sans s’arrêter pour oublier sa détresse. Il avance sans but, et a peur que son cœur ne tombe en miettes s’il s’arrête. Lorsqu’il se retrouve nez à nez avec un gros ours à la fourrure épaisse, il n’a pas d’autre choix que de s’arrêter. Ils vont se confier l’un à l’autre, et avancer ensemble. Dorénavant, ils pourront compter l’un sur l’autre.
Nathalie Wyss nous livre un conte de saison, au cœur de la forêt enneigée, plein d’espoir et de douceur, pour apprivoiser ses peurs. Les illustrations de Béatrice Boutignon sont très délicates, tendres et chaleureuses.
Un bel album, pour apprendre qu’à deux, on est plus fort !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Nathalie Wyss (L’œil du tigre) et Béatrice Boutignon (Tous les animaux ne sont pas bleus et Tango a deux papas et pourquoi pas ?).

Coda, petit ours blanc
Texte de Rury Lee, illustré par Emanuele Bertossi
Circonflexe
13 €, 245 x 285 mm, 42 pages, imprimé en Chine, 2015.
L’enfant qui avait oublié sa peur
Texte de Nathalie Wyss, illustré par Béatrice Boutignon
Le baron perché
16 €, 250 x 285 mm, 32 pages, imprimé où, 2015.

À part ça ?

Sonja Hinrichsen a demandé à 60 personnes de faire des traces dans la neige, pour former une œuvre d’art !

Marianne

You Might Also Like

L’école en folie !

Par 7 octobre 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux albums qui se passent à l’école !

ma maîtresse est un monstreMme Quincampoix est la maîtresse de Robert. Elle n’est pas commode, et Robert trouve même qu’elle est monstrueuse. Il est assez terrifié. Les jours de repos, il s’aère l’esprit au parc, pour oublier tout ce qu’elle lui fait endurer. Mais un jour, horreur, malheur ! Voilà que la maîtresse est assise, là, tranquillement sur un banc…, Il ne peut pas reculer, alors il s’assoit timidement à côté d’elle… C’est là qu’il va découvrir ce grand monstre sous un tout autre jour…
Croiser leur maître ou leur maîtresse en dehors de l’école fait souvent un drôle d’effet aux enfants… Ils ont parfois du mal à imaginer que les personnes qu’ils côtoient dans le cadre scolaire aient une vie à l’extérieur et puissent même être un peu différents !
Ma maîtresse est un monstre aborde ce sujet, avec beaucoup d’humour et de tendresse à la fois. On s’attache à Robert et Mme Quincampoix, ces deux personnages que tout paraît opposer (et pourtant !). Peter Brown signe un texte drôle qui se présente parfois sous la forme de bulles de BD et surtout de magnifiques illustrations colorées, dans les teintes de vert et de marron.
Un bel album pour rire, frémir, et imaginer ce qui se passe en dehors de l’école !

pas de cochon pendu sous le marronierTous les matins, un chien attend devant l’école. Et voilà qu’un jour, il y fait son entrée ! Jules le baptise Oscar et veut bien l’aider à découvrir les joies de la classe, mais les adultes ne l’entendent pas de cette oreille ! Et puis, finalement, la maîtresse l’accepte ! Mais attention, pas de cochon pendu sous le marronnier Oscar ! C’est interdit !
Juliette Vallery nous propose une histoire drôle et rythmée, où l’on sourit des facéties de Jules et Oscar ! Les illustrations d’Aki, tout en vert, bleu, jaune et blanc sont réussies, tendres et détaillées !
Un album plein d’humour !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Peter Brown (Les enfants font d’épouvantables animaux de compagnie) et Juliette Vallery (Il est beau mon dessin ?, Tu m’écoutes ?, Gare à la bagarre !, C’est mon préféré !, Coucou chatouilles !, Coucou bisous !, Rien qu’à moi, Pourquoi tu boudes ?, C’est qui le plus grand ?, Trop tôt pour le dodo !, Patabulle et les bottes rouges, Au chat et à la souris, Patabulle cultive son jardin, et Patabulle et les pieds sur terre). Retrouvez également notre interview de Juliette Vallery.

Ma maîtresse est un monstre
de Peter Brown (traduit par Julie Guinard)
Circonflexe
13 €, 22 x 286 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2014.
Pas de cochon pendu sous le marronnier
Texte de Juliette Vallery, illustré par Aki
Le baron perché
16 €, 218 x 218 mm, 30 pages, imprimé en France, 2014.

You Might Also Like

Passion des livres ou de la musique

Par 26 juillet 2014 Livres Jeunesse

Célébrons l’amour des livres et de la musique !

le dévoreur de livresUne drôle de créature arrache les pages des livres et les mâche avec force ! C’est Le dévoreur de livres ! Heureusement qu’une petite fille va aller à sa rencontre, et lui montrer comment se comporter avec ces objets précieux et qui détiennent tant de pouvoirs. On peut voyager dans l’espace, au temps des dinosaures, découvrir des recettes ou des contes de fées ! Vive la lecture, à dévorer uniquement avec les yeux et l’imagination !
Justine Clarke et Arthur Baysting nous présentent une histoire enlevée et pleine d’humour sur le rapport si particulier que l’on peut entretenir avec le livre et la lecture et les illustrations de Tom Jellett sont originales, donnant l’impression d’un vrai voyage au cœur des histoires ! Un album gai et tendre pour rendre hommage à la force de la lecture !

pousse pianoAvez-vous déjà voyagé au cœur d’un piano à queue ? C’est ce qui arrive à ce petit garçon, qui se hisse et trébuche tête la première dans le ventre de l’instrument. Il embarque alors pour un fabuleux voyage musical, au fond des océans, dans les steppes, ou dans le ciel.
Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes est un magnifique album sur la force de la musique et de l’imagination. Les mots de Gilles Baum sont poétiques et imagés, et les illustrations de Rémi Saillard particulièrement splendides : elles s’étalent sur toute la longueur de ce grand album, colorées et oniriques. Préparez-vous à un fabuleux voyage !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Gilles Baum (Une fraise en hiver, Un mur sur une poule, J’ai adopté une crocodile) et Rémi Saillard (Ogres et ogresses, Petit Beignet rond et doré, Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue, et Ami ou ennemi ?).

Le dévoreur de livres
Texte de Justine Clarke et Arthur Baysting (traduit par Anne-Judith Descombey), illustré par Tom Jellett
Circonflexe
13 €, 318 x 257 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014
Pousse Piano ou la symphonie des nouveaux mondes
Texte de Gilles Baum, illustré par Rémi Saillard
Le baron perché
16 €, 245 x 337 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2004

A part ça ?

Sipho Manoba installe des origamis géants dans divers lieux d’exposition !

Marianne

 

You Might Also Like