La mare aux mots
Parcourir le tag

Michaël Escoffier

Pour les tout-petits

Par 11 mai 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, trois beaux livres cartonnés pour les tout-petits ! Le premier nous présente une histoire de soupe dans laquelle vont faire irruption des monstres bien connus, et les deux suivants nous embarquent dans l’univers des comptines !

C’est pour qui ?
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Matthieu Maudet
L’école des loisirs dans la collection Loulou&Cie
10,50 €, 189×190 mm, 36 pages, imprimé en Malaisie, 2018.
Le petit ver tout nu
de Thierry Dedieu
Seuil Jeunesse dans la collection Bon pour les bébés
14,50 €, 282×382 mm, 12 pages, imprimé en Chine, 2018.
Oh ! Zanimo
Chansons de Steve Waring, illustrations de Maud Legrand et réalisation par Olivier Delevingne
Les Éditions des Braques dans la collection Les Bébés
14,90 €, 180×180 mm, 26 pages, lien d’impression non indiqué, 2018.

You Might Also Like

Maxi monstre et mini loup

Par 22 mars 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on sort les griffes et on montre les dents ! Le premier album nous présente trois animaux tentant de communiquer avec un mystérieux monstre, tandis que le second met en scène un petit loup un peu écrasé par le poids de son héritage… C’est parti !

Le monstre est de retour
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Kris Di Giacomo
Gallimard Jeunesse
14 €, 222×275 mm, 28 pages, imprimé en Roumanie chez un imprimeur éco-responsable, 2018.
Minus Lupus
Texte d’Anne Loyer, illustré par Candela Ferrandez
Larousse
10,95 €, 217×252 mm, 28 pages, imprimé en Espagne, 2018.

You Might Also Like

Militer

Par 12 octobre 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre deux livres très engagés. D’abord, un album dans lequel les animaux en ont plus qu’assez d’être maltraités par les humains, puis un roman poignant qui mêle art, premières amours, sida et débuts d’Act-Up.

La Déclaration
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Stéphane Sénégas
Kaléidoscope
13 €, 190 x 280 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2017.
D’un trait de fusain
de Cathy Ytak
Talents Hauts
16 €, 148 x 210 mm, 256 pages, imprimé en Bulgarie, 2017.

You Might Also Like

Enfants parfaits en solde

Par 13 octobre 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux albums bourrés d’humour sur des enfants sages comme des images, serviables, polis, des enfants parfaits en quelque sorte !

Un enfant parfait
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Matthieu Maudet
l’école des loisirs
12,20 €, 190 x 260 mm, 36 pages, imprimé en France, 2016.
Pavor Nocturnus. L’histoire d’un enfant un peu trop parfait
Texte de Marilina Cavaliere, illustré par Letizia Iannaccone
Seuil jeunesse
12,90 €, 195 x 260 mm, 40 pages, imprimé en Lettonie, 2016.

You Might Also Like

Du berger à la bergère : de Laure Monloubou à Michaël Escoffier

Par 17 août 2016 Les invités du mercredi

Cet été, on vous propose encore une nouvelle rubrique pour nos invité.e.s du mercredi. Après les questions sur les métiers et les questions des enfants, on a proposé cet été à des auteur.e.s et des illustrateurs.trices de poser trois questions à un.e auteur.e ou un.e illustrateur.trice de leur choix. Puis à l’interviewé.e d’en poser une à son tour à son intervieweur.euse d’un jour. Après Jean-Luc Englebert et Benjamin Chaud, Fred Bernard et Loïc Clément, Marine Carteron et Clémentine Beauvais, Clément Lefèvre et Matthieu Maudet, Dorothée de Monfreid et Clothilde Delacroix, Élice et Annelise Heurtier, cette semaine c’est à Michaël Escoffier que Laure Monloubou a choisi de poser des questions.

Laure Monloubou : Cher Michaël, je suis époustouflée par ta capacité de travail ; inventivité, drôlerie, trouvailles, que d’albums excellents (si, si) ! T’imposes-tu pour cela un régime de fer (sucres lents, vitamines et magnésium) et des horaires d’acier (à 4 h du matin comme Amélie Nothomb, ou la nuit, comme Dracula) ? Et, comme César dans Grododo, as-tu quelques rituels avant de te mettre au boulot ? (tu as toujours le même stylo, tu portes le même polo, tu bois un expresso ?)
Michaël EscoffierMichaël Escoffier : Non, surtout pas de régime ! Un régime est synonyme de contrainte, de privation. J’ai besoin au contraire de prendre du plaisir dans mon travail, parce que mon but est de communiquer ce plaisir au lecteur. Et puis je suis incapable d’écrire sous la contrainte. Donc pas d’horaires précis. Par contre, il faut que j’arrive à m’enfermer dans une bulle pour trouver l’inspiration. Le seul rituel c’est de faire le vide dans ma tête, de mettre de côté tous les petits soucis qui peuvent à un moment ou un autre se rappeler à ma mémoire et faire éclater la bulle. Donc avant de me mettre au travail, je fais la vaisselle, je sors les poubelles, un petit coup d’aspirateur, répondre au courrier, payer les factures… et c’est seulement lorsque tout est en ordre que je me mets au travail. C’est en général à ce moment-là que Matthieu Maudet m’appelle pour me demander s’il peut supprimer une virgule page 13.

Laure Monloubou : J’ai découvert dans Les Punitions que tu écrivais des chansons ! Mais qu’écoutes-tu toi sur ton poste à CD ?
Michaël Escoffier : Eh bien figure-toi, Laure, que je n’ai pas de poste à CD. Ta question n’en demeure pas moins d’un intérêt crucial. J’écoute de la musique sur mon ordinateur (eh oui !), mais attention, pas n’importe quelle musique. Quand j’écris, je ne peux pas écouter des chansons Bonjour Facteurfrançaises, parce que les paroles se télescopent avec mes mots. J’en suis donc réduit à écouter de la musique instrumentale ou des chansons en anglais auxquelles je ne comprends absolument rien, et c’est tant mieux parce que la plupart du temps ça ne veut absolument rien dire.

Laure Monloubou : si tu ne faisais pas ce métier d’auteur jeunesse, quel autre métier de rêve ferais-tu ? (docteur, facteur, pompier ?)
Michaël Escoffier : Oh oh, je vois que tu fais allusion à ces petits cartonnés que j’ai commis avec mon camarade Matthieu, susnommé ! Je pense que je ne pourrais exercer qu’une activité dans laquelle je me sente libre, et qui soit dans le partage. Ce sont deux notions essentielles dans mon travail. Du coup, sans vouloir dévoiler les prochains projets à venir, je ne vois qu’un seul autre métier répondant à ces critères : Père Noël !

Michaël Escoffier : Et toi Laure, nombre de tes livres mettent en scène des enfants complexés. Tu vois arriver ma question ? Étais-tu toi-même une enfant bourrée de complexes, si oui lesquels, et comment as-tu réussi à t’en débarrasser ?
Laure monloubouLaure Monloubou : Hé hé, et bien disons Michaël que je n’étais pas « bourrée de complexes », mais j’étais trèèèèèèès réservée et j’avais, comme mes personnages, un nez patate en plein milieu du visage ! Pour moi demander une baguette à la boulangère était une épreuve digne des 12 travaux d’Hercule, et réciter le fameux poème devant toute la classe était hors de portée (je frôlais l’évanouissement !), en bref l’invisibilité m’aurait plu !
Et si j’ai réussi à m’en débarrasser, à ne pas finir ermite au fin fond d’une grotte à manger des racines et boire l’eau de pluie, c’est sans doute grâce aux autres, grâce à la confiance que les autres m’ont apportée, en passant par mes maîtresses, mes profs, ma famille, mes amis, mes collègues… c’est ça que je veux dire aux enfants dans les livres : qu’il ne faut pas rester seul, que ce sont les autres qui nous font, tout au long de sa vie on rencontre des personnes qui y croient, quelques fois plus que soi, qui nous montrent des chemins, et du coup bin on y va, on change et on avance ! Encore aujourd’hui je suis très bien entourée !
Pour ce qui est du nez patate, et bien mon visage a un peu grandi tout autour ; il me semble moins énorme du coup ! Et je fais avec !

Bibliographie sélective de Michaël Escoffier :

Retrouvez Michaël Escoffier sur son blog : http://www.michaelescoffier.com.

Bibliographie de Laure Monloubou :

Retrouvez Laure Monloubou sur son blog : http://monloubou.blogspot.fr

You Might Also Like