La mare aux mots
Parcourir le tag

Piccolia

Les grands parents qui partent… petit à petit

Par 30 août 2012 Livres Jeunesse

Deux très beaux albums, très doux, pour évoquer la vieillesse et la sénilité.

Ce petit garçon aime sa grand-mère « aussi fort que l’univers »… même si elle sort parfois en robe de chambre et pantoufles, qu’elle met ses tartines dans l’armoire ou ses lunettes dans les bégonias. Ce n’est pas toujours évident une grand-mère qui oublie votre prénom… voire même le sien ! Ça rend triste, et même elle ça la fait pleurer de se rendre compte que sa mémoire s’envole avec les oiseaux.

Voilà bien un album d’une extrême douceur pour évoquer un sujet assez difficile et qui mieux que Soufie pour attendrir ? Les illustrations sont comme toujours avec elle, pleines de tendresse et ça adoucit le propos parfois dur du texte. Car, même si on peut regretter un manque de profondeur, Ingrid Chabbert a su parler de choses difficiles comme des larmes de la grand-mère qui se sent partir. Un bien bel album qui aborde en douceur la réalité d’avoir à connaître la sénilité de ses grands-parents, chose souvent difficile à comprendre pour les enfants.

Le grand-père de ce petit ours devient vieux et sans son petit-fils il serait bien seul… même si de temps en temps il ne le reconnaît pas. Le vieil ours apprend des choses au petit ours… et parfois inversement. Chacun est utile à l’autre et c’est une belle relation qui les unit.

C’est un livre sur lequel j’ai craqué dès que je l’ai vu en librairie. Les illustrations sont belles et douces tout en étant drôles. Le texte, pourtant très simple, est beau et percutant. Les traits des personnages sont parfois un peu tristes, mais ça ne dure pas, le sourire revient. Un bien bel album plein d’amour et de douceur et sans aucune mièvrerie.

Quelques pas de plus…
Le plus beau livre sur le sujet reste Mamythologie de Séverine Vidal et Lionel Larchevèque, dans lequel un petit garçon ne supporte pas qu’on se moque de sa mamie qui perd la tête, et imagine, au contraire, que toutes ses absences ont une explication.

La mémoire aux oiseaux
d’Ingrid Chabbert, illustré par Soufie
Des ronds dans l’O
12,50€, 210×210 mm, 24 pages, imprimé en France
Mon grand-père
de Marta Altès
Éditions Piccolia
14,50€, 225×225 mm, 32 pages, imprimé en Chine

A part ça ?

Jusqu’au 17 septembre, les enfants peuvent s’amuser à créer la une de Mon quotidien… et il y a des lots à gagner ! Plus d’informations ici.

Gabriel

EDIT : Erreur sur la mémoire des oiseaux, corrigée !

You Might Also Like

3 petits albums de loisirs créatifs à petit prix

Par 17 mai 2011 Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Nous on est assez fan des petits albums à découper, coller etc. Ça occupe bien dans le train quand on part en vacances.

J’invente les animaux sauvages en autocollants illustré par Jeanne Deleau.

L’album comporte une planche d’autocollants, des pages d’explications et des pages de décor.

L’enfant doit refaire l’animal, dans son décor, en suivant les explications (les jambes, le corps, les yeux…)
Le résultat est très sympa et l’enfant est content de recréer l’animal.
4 animaux à refaire
A partir de 3-4 ans.

 

 

Mes tout premiers autocollants : Le poussin de Pâques illustré par Bérengère Motuelle.

Un modèle sur la page de gauche à refaire sur la page de droite et une planche d’autocollants.
On doit refaire par exemple une poule, un lapin, une cloche,… Chaque fois il y a le « corps » et on doit replacer le bec, les pattes,… et des éléments de décor autour.
5 planches différentes.
Je dirais à partir de 2 ans et demi – 3 ans.

Très sympa également.

 

 

 

Mon jardin de Pâques.

On détache tous les éléments et on construit. Pas mal de choses : des personnages, un appareil photo, un masque lapin, des moulins à vent…

Quelques exemples :

 

J’invente les animaux sauvages en autocollants illustré par Jeanne Deleau chez Lito, 3€90.
Mes tout premiers autocollants : Le poussin de Pâques illustré par Bérengère Motuelle chez Lito, 4,90€
Mon jardin de Pâques, chez Piccolia, 2€.

Gabriel

You Might Also Like