La mare aux mots
Parcourir le tag

Voisins

Encore et encore…

Par 27 avril 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on rencontre des parents désespérés aux prises avec un livre dont ils ne peuvent se débarrasser puis on fait la connaissance d’un ours qui ne trouve pas le sommeil, dans deux albums très rigolos qui jouent sur la répétition !

Dis Ours, tu dors ?
Texte de Jory John (traduit par Mathilde Colo), illustré par Benji Davies
Little Urban
12,50€, 233×288 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2017.
Le vaillant petit livre
Texte de Christine Beigel, illustré par Juliette Baily
Oskar Éditeur dans la collection Complices
9,95€, 192×237 mm, 32 pages, imprimé en Europe, 2016.

You Might Also Like

Du bruit

Par 13 avril 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux albums hilarants et bruyants. Le premier, presque sans texte, sur un emménagement qui ne passe pas inaperçu, et le second, sur un éléphant ronchon qui passe sa mauvaise humeur au singe, qui lui-même passe sa mauvaise humeur au serpent qui la passe…

Boom boom boom
de Johan Troïanowski
Thierry Magnier
8,90 €, 160×160 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2017.
C’est l’histoire d’un éléphant…
Texte d’Agnès de Lestrade, illustré par Guillaume Plantevin
Sarbacane
13,90 €, 220×220 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015.

You Might Also Like

La paix !

Par 6 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on rencontre une fillette et un lapin aussi grognons l’un que l’autre. Et tous les deux veulent la même chose : la paix ! Mais se barricader n’est peut-être pas le choix le plus approprié…

Odile ?
de Marie Dorléans
Seuil Jeunesse
12,90 €, 237×238 mm, 48 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Chut !
Texte de Morgane de Cadier, illustré par Florian Pigé
HongFei
15,50 €, 290×210 mm, 40 pages, imprimé en République tchèque, 2017.

You Might Also Like

Des sirènes et des voisins

Par 18 août 2015 Livres Jeunesse

La sirèneVous avez vu La Petite Sirène de Disney et vous pensez tout savoir sur les sirènes ? Attention, vos croyances risquent d’en prendre un coup ! Après les licornes, Sibylline et Marie Voyelle s’attaquent à l’image idéalisée que l’on a de ces créatures fantastiques. Avez-vous déjà pensé par exemple que les sirènes ne peuvent pas faire de danse classique ? Ben oui, essayez un peu de faire le grand écart avec une seule jambe ! Et que tous les poissons tombent amoureux d’elles juste à les entendre chanter ? Et qu’elles ne peuvent pas avoir de poisson rouge ? Et enfin (le pire selon moi), qu’elles ne peuvent pas faire de blagues de pet ? Eh oui, comment voulez-vous, quand on n’a pas d’anus se doit d’être délicates et élégantes ? Alors que, bon, on est d’accord, il n’y a rien de plus drôle que les blagues de pet… surtout pour les enfants !
Ce petit album amusant fera à coup sûr beaucoup rire les plus jeunes (et pas que sur les histoires de prout). Construit dans la même veine que le premier (mais vous pourrez tout à fait comprendre l’histoire sans avoir lu l’autre), il présente le texte à gauche, illustré avec humour sur la page de droite. J’aime beaucoup les situations loufoques et décalées imaginées par Sibylline, les jolies illustrations colorées de Marie Voyelle, et le tuto à la fin pour dessiner les sirènes.
Un seul petit bémol selon moi : l’album commence en affirmant que les sirènes sont à moitié fille, à moitié poisson. Euh… pardon ? Et le père d’Ariel alors ? Heureusement qu’il n’y a pas de livres sous l’océan, sinon, bonjour l’affront pour le roi Triton !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Rue des voisinsDans la rue des Voisins, il y a quatre maisons. Dans la maison rouge, Mr Stan fait des équations. Dans la maison jaune, Mme Muguette remplit des coupons et gagne des cadeaux à gogo. Dans la maison bleue, Mr Tristan collectionne les chants d’oiseaux. Dans la maison orange, Mme Garance rêve de voyage en buvant du chocolat d’Afrique.
Mais aucun des quatre voisins ne se connaît, car personne ne sort jamais de chez lui. Mais quand un salon de thé ouvre dans la rue des Voisins, tout le monde ose enfin mettre le nez dehors et s’ouvrir aux autres !
Voilà un bel ouvrage sur le petit confort que l’on peut ressentir à rester chez soi, sans se préoccuper des autres. Un confort facile qui semble nous convenir, mais qui apparaît bien futile et dérisoire quand on ose regarder plus loin que le bout de son nez. C’est un beau message pour les enfants et les parents, porté par de belles illustrations très poétiques, pleines de détails cachés.
Un joli album plein d’optimisme qui donne envie de sortir de chez soi !
Des extraits sur le site de l’illustratrice.
Le même vu par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Sibylline (C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La licorne), de Marie Voyelle (C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La licorne) et d’Aurélie Desfour (Des colos mystères avec des codes).

C’est pas toujours pratique d’être une créature fantastique – La sirène
Texte de Sibylline, illustré par Marie Voyelle
Des ronds dans l’O
10 €, 180×180 mm, 24 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Rue des Voisins
Texte d’Aurélie Desfour, illustré par Coline Citron
Les P’tits Bérets, dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90 €, 207×211 mm, 28 pages, imprimé en France, 2015.

Marie

You Might Also Like

À la rencontre du voisin

Par 24 octobre 2013 Livres Jeunesse

Deux albums dans lesquels les héros vont apprendre à mieux connaître la personne qui habite à côté d’eux.

Madame TannenbaumEncore une fois, Marie va chez sa voisine Sara pour apprendre le violon. Marie a 8 ans, Sara, elle, est très âgée. Mais surtout, Sara est triste et assez sévère, chez elle il fait sombre. Marie en est certaine, elle cache un secret (la preuve elle entrepose du sucre et de la farine en grosse quantité). Quel est donc le secret de Sara ? Est-ce lié à l’étoile qu’elle a sur son manteau sur les vieilles photos ?

Le secret de Madame Tannenbaum est un très bel album. Il parle d’un sujet lourd tout en retenue. On aborde donc ici la Shoah, mais avec l’insouciance des enfants, sans que ce soit pesant. Et même si la dernière page, l’ultime réplique (sublime) de l’enfant, nous fait monter un peu les larmes c’est plus par émotion. Les illustrations d’Élice accompagnent parfaitement le très joli texte d’Amélie Billon-Le Guennec. Un très bel album pour aborder la Shoah ou tout simplement sur l’amitié transgénérationnelle, et donner envie aux enfants d’aller vers leurs voisins, peu importe leur âge (par exemple grâce à la très belle association Voisin-âge, voir dans le À part ça ?).
Des extraits en ligne.

Edmond La Fete sous LuneEdmond est du genre timide. Chez lui c’est très ordonné, c’est normal c’est là qu’il passe le plus de temps à cuisiner, lire ou faire des pompons. Dans le même arbre, au-dessus de chez Edmond, vit Georges, le hibou. Lui, c’est l’inverse, il aime sortir il ne rentre que pour fabriquer des costumes avec ce qu’il a récolté lors de ses voyages. En dessous de chez eux vit le fêtard Édouard, un ours qui passe son temps à organiser des fêtes. D’ailleurs dans quelques jours aura lieu la prochaine ! Edmond aimerait bien aller, ça serait plus sympa que d’écouter la fête de chez lui et puis il se sent un peu seul… Et si grâce à Georges tout le monde rencontrait Edmond ?

C’est une très jolie histoire qu’a écrite Astrid Desbordes, une histoire riche où l’on aborde autant la solitude que les différences. A priori, tout sépare nos trois héros, mais ils vivent dans le même arbre. On pense bien entendu à la solitude de certains habitants des grandes villes. Bien qu’il ait une vie bien remplie (ou bien qu’il se cherche des occupations pour remplir sa vie, au choix), Edmond est malheureux et pleure en faisant ses confitures seul pendant que les autres en dessous s’amusent. Les illustrations de Marc Boutavant sont comme d’habitude des petites merveilles pleines de couleurs et de vie. Un très bel album qui donne envie d’aller inviter ses voisins.
Le même vu par Enfantipages, Bricabook, À l’ombre du saule et Les mercredis de Julie.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué plusieurs livres d’Amélie Billon-Le Guennec (Bonne nuit Eddie et Eulalie de la grande rêverie), d’Élice (L’été où mon grand-père est devenu jaunophile) et de Marc Boutavant (Chien Pourri et Bogueugueu est amoureux).
On parle aussi des voisins dans : Des amis à chaque étage, Voisins, voisines et Jules le chat, Les écharpes de Mamie Berthe, Mon voisin, Quand le loup a faim
Et un autre album sur la Shoah : L’arbre à musique.

Le secret de Madame Tannenbaum
Texte d’Amélie Billon-Le Guennec, illustré par Élice
Des ronds dans l’O
14,90€, 210×210 mm, 40 pages, imprimé en France, 2013.
Edmond, la fête sous la lune
Texte d’Astrid Desbordes, illustré par Marc Boutavant
Nathan dans la collection Albums Nathan
10€, 215×264 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2013.

À part ça ?

Pourquoi ne pas profiter de cet article pour reparler une nouvelle fois de l’association Voisin-âge ? Cette association propose de se faire se rencontrer des personnes âgées seules (parce que leur famille est loin ou absente) et des gens qui ont du temps (même une heure par mois) à leur consacrer le temps d’une visite ou d’un coup de téléphone, par exemple. Grâce à cette association j’ai fait de vraiment très belles rencontres, de celles qui marquent et j’ai eu l’impression de servir à quelque chose juste en buvant en café en discutant.

Gabriel

You Might Also Like