La mare aux mots
Parcourir tous les billets de

Marie - La mare aux mots

Des romans d’aventures

Par 30 juin 2015 Livres Jeunesse

Mimsy Pocket et les enfants sans nomMimsy Pocket est une enfant des rues, espiègle, débrouillarde et très attachée à sa liberté. Quand elle se fait attraper par deux brutes qui enlèvent des enfants depuis le début de l’hiver, elle voit rouge et ne cherche qu’une chose : s’enfuir le plus rapidement possible. Même si ces deux brutes lui promettent une vie bien meilleure là où ils l’emmènent…
De son côté, Magnus Million, ami de Mimsy bien qu’il soit issu de la plus riche famille de la ville, est chargé par son oncle d’escorter le jeune roi jusqu’à un monastère difficile d’accès, où il doit signer un traité de paix très important mais très contesté.
Ce roman est la suite de Magnus Million et le dortoir des cauchemars, mais il peut se lire sans avoir eu connaissance du premier, comme ce fut mon cas ! L’histoire est portée par une héroïne aussi détonante qu’attachante. Certaines ficelles peuvent paraître un peu grosses, mais ça fait du bien aussi, parfois, de se laisser aller à un récit où le hasard et le destin font bien les choses, du moment que c’est écrit avec finesse et talent !
Une aventure passionnante, à la fois plein d’humour et de suspense.

Les héros oubliésRomain, 13 ans, est un Veilleur : depuis qu’il est tout petit, il doit apprendre tous les mythes carolingiens par cœur, dans le but de conserver la mémoire des héros. Envoyé par son père sur l’île Pyborrhée, où vit son parrain Gaiys, pour une ultime épreuve, Romain pense son calvaire bientôt achevé : le jour de ses 14 ans, il ne sera plus contraint de retenir toutes ces histoires et il aura enfin toutes les réponses à ses questions, notamment sur la disparition de sa mère. Mais quand son parrain disparaît et qu’il est attaqué par d’étranges créatures, Romain s’aperçoit vite que ces connaissances qu’il pensait inutiles sont loin de l’être…
Si vous aimez les mythes et légendes, vous serez servis ici, car l’auteur y fait référence à de nombreux héros et histoires que l’on connaît très peu, comme celle d’Elegast, vassal exilé de Charlemagne. Vous y découvrirez sûrement, comme moi, un univers mythologique un peu tombé dans l’oubli, et c’est bien dommage, car il n’a rien à envier aux mythologies grecques et égyptiennes qu’on connaît davantage.
Un roman fantastique haletant et très original !
Le même vu par Enfantipages.

Le secret de l'inventeurSur un continent américain où la Guerre d’indépendance ne s’est pas exactement passée comme prévu, l’Empire britannique règne en tyran sur ses habitants, qui évoluent dans un monde où des gens d’une pauvreté extrême côtoient des élites régies par des règles aussi absurdes que contraignantes. Aux abords de la ville flottante de New York, les Catacombes sont le refuge d’un groupe d’enfants révolutionnaires, qui ne rêvent que d’une chose : rejoindre leurs parents dans la lutte et faire tomber l’Empire. Ce qui arrive, finalement, bien plus tôt que prévu…
Ce roman possède tous les ingrédients d’un bon roman d’aventures : du suspense, des retournements de situation, des personnages haut en couleurs, un univers complexe et bien construit, le tout saupoudré d’un peu de romance ! La ville flottante de New York, avec ses codes rigides et son exubérance aveugle face à l’autorité qui la commande, n’est pas sans rappeler le Capitole d’Hunger Games.
Une histoire drôlement bien menée, parfaite pour les amateurs de steampunk, et les autres !
Le même vu par Livresse des mots, Bob et Michel, Délivrer des livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jean-Philippe Arrou-Vignot (Les petites BD de Rita et MachinRita et MachinEnquête au collège L’intégrale 1Enquête au collège : Le professeur a disparuLouise Titi et Joyeux Noël Rita et Machin) et de Gaël Aymon (Oublier CamillePerce-Neige et les trois ogressesLe secret le plus fort du mondeMa réputationLe fils des géantsL’anniversaire à l’enversLes souliers écarlatesLa princesse Rose-PralineUne place dans la courContes d’un autre genre et Giga Boy). Retrouvez aussi notre interview de Gaël Aymon.

Mimsy Pocket et les enfants sans nom
de Jean-Philippe Arrou-Vignod
Gallimard Jeunesse
14,90€, 155×225 mm, 336 pages, imprimé en Italie, mars 2015.
Les héros oubliés, tome 1 : aux portes de l’oubli
de Gaël Aymon
Actes Sud Junior
12,50€, 137×216 mm, 144 pages, imprimé en France, mars 2015.
Le secret de l’inventeur, tome 1 : Rébellion
d’Andrea Cremer (traduit par Mathilde Bouhon)
Lumen
15€, 140×225 mm, 406 pages, imprimé en France, février 2015.

À part ça ?

Comme tous les mois, nous vous donnons nos coups de cœur du mois qui se termine. En juin, c’était donc, pour moi : Debout petit paresseux de Jenny Offil et Chris Appelhans (Circonflexe), pour Laura : Le pirate et le roi de Jean Leroy et Matthieu Maudet (l’école des loisirs), pour Marianne : Les croqueurs de mots de François David et Dominique Maes (Motus) et pour Gabriel : Le panier à pique-nique de Gabriele Rebagliati et Susumu Fujimoto (Grasset), La balade de Yaya – Intégrale 7-9 de Jean-Marie Osmond et Golo Zhao (Fei), Bichon, 1. Magie d’amour… de David Gilmour (Glénat).
Côté romans, comme chaque nouveau trimestre, nous avons choisi les romans qui nous ont le plus plu dans les trois mois qui viennent de s’écouler. Pour le premier trimestre de 2015 il s’agit de, pour moi : Mimsy Pocket (cf plus haut) de Jean-Philippe Arrou-Vignod (Gallimard Jeunesse), pour Laura : La fille qui avait deux ombres de Sigrid Baffert (l’école des loisirs), pour Marianne : Les 9 vies de Philibert Salmeck de Sophie Blackall (Les grandes personnes) et pour Gabriel : Les demoiselles des Hauts-Vents de Yaël Hassan (Magnard Jeunesse), Le journal de Gurty de Bertrand Santini (Sarbacane) et Caprices ? C’est fini ! de Pierre Delye (Didier Jeunesse).
Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Marie

You Might Also Like

Des albums bien rigolos

Par 23 juin 2015 Livres Jeunesse

Le magicien, etc.Un monsieur avec une longue barbe et un chapeau pointu ? Un magicien, assurément, même pas besoin de le voir faire de la magie. Il porte une flûte ? Alors c’est un magicien musicien, aucun doute là-dessus. Il a un casque à la main ? Normal, c’est parce que c’est un magicien musicien pilote, voyons. Un perroquet se pose sur son épaule ? C’est donc un magicien musicien pilote pirate. C’est évident, non ?
Les préjugés ont la peau dure : qu’il est intelligent de les combattre avec de petits albums qui n’ont l’air de rien, mais qui disent tout. Les illustrations, faites de la superposition de pochoirs et de couleurs unies, sont très belles et originales : sur chaque page, un objet s’ajoute et vient caractériser le magicien. C’est très graphique. Quant à la chute… Elle est aussi géniale qu’inattendue !
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Enfantipages.

Une place pour IgnaceIgnace n’est pas un loup comme les autres : il n’a qu’une dent, qui en plus est toute ronde, et il coud des pulls et des pantalons pour les lapins au lieu de leur courir après. Rejeté par les autres loups de la forêt, il décide de partir habiter en ville. Mais les habitants ne lui accordent pas un meilleur accueil : la petite mamie lui donne un coup de bottine, la charcutière lui écrase la patte et le monsieur en costume gris lâche son chihuahua. Triste et énervé, il se coud un déguisement de chien, avec une cagoule, de vieilles chaussettes et un tapis. Et voilà qu’il est enfin recueilli par un gentil coiffeur avec une drôle de coiffure. Une coiffure presque aussi drôle que son costume de chien…
Ce petit album est vraiment adorable ! En plus du récit très mignon et amusant, notamment la fin (que je garde pour moi), j’ai beaucoup aimé l’illustration, faite aux crayons de couleur. Une belle histoire sur le rejet de ceux qui sont différents, traité avec humour et finesse.
Des extraits sur le site de l’auteure.

Le voleur de trompetteMonsieur Hulot a deux amours dans la vie : sa trompette et son chapeau. Alors quand un dragon lui vole sa trompette, rien ne va plus ! « Les dragons, ça n’existe pas ! » s’écrit Monsieur Hulot. Pourtant, le grognement qu’il entend quand il tente de récupérer son instrument est bien réel ! Quelle misère ! Et ni son aspirateur super aspirant ni les coups de parapluie de sa grand-mère ne lui parviennent à l’aider. Manquerait plus qu’on lui vole son chapeau aussi…
Un dragon cleptomane, un jazzman à nœud papillon, une mamie dont on ne voit que le nez, une dragonne à épaulettes : voilà les personnages loufoques qui forment cette rocambolesque petite histoire ! Les illustrations de Guridi sont très jolies, et le récit, imaginé par Ingrid Chabbert, est très amusant. À offrir à tous les enfants qui n’aiment pas trop prêter leurs affaires… À offrir à tous les enfants donc !
Le même vu par Enfantipages.

La Grotte de nezQuel endroit merveilleux que la Grotte de nez ! Dans cette forêt touffue, on croise des nuages qui soufflent, des ouistitis qui se balancent aux lianes, des monstres dégoûtants mais bien marrants… Quel bonheur de fourrager sans honte dans la Grotte de nez, même si l’on nous donne le surnom de « petit cochon » !
Magali Clavelet, également auteure d’Une place pour Ignace, propose ici un traitement graphique complètement différent : il y a des effets de matière et une multiplication de techniques qui rendent le tout très joli. J’ai particulièrement aimé les illustrations qui se détachent sur fond noir (eh oui, nous sommes dans une grotte quand même !) Si vous avez un enfant qui a tendance à mettre ses doigts dans son nez, peut-être arriverez-vous à lui faire passer cette manie avec ce petit album rigolo et poétique. Même si, bon, ne nous mentons pas… On aime tous se glisser un doigt dans le nez quand personne ne regarde !
Des extraits sur le site de l’auteure.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Vincent Pianina (Ours molaire et Jungle), de Magali Clavelet (Les saisons), d’Ingrid Chabbert (EdmondDans l’enfer d’ÉcomondeLe livre de mamanY’a un monstre à côtéLes chaussettes qui puentIndira l’indépendante, FirminUn accordéon sinon rienLa vérité sort toujours de la bouche des enfants, La mémoire aux oiseauxL’oiseauLes écharpes de Mamie BertheTonnerre de catchLa fête des deux mamansRaconte-moi la révolutionLes yeux du parapluieSur les quais et Le bateau de Malo) et de Guridi (Edmond). Retrouvez aussi notre interview d’Ingrid Chabbert.

Le magicien, etc.
de Vincent Pianina
Éditions Thierry Magnier
9,90 €, 145×145 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.

Une place pour Ignace
de Magali Clavelet
Fleur de Ville
12,90 €, 195×195 mm, 30 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.

Le voleur de trompette
Texte d’Ingrid Chabbert, illustré par Guridi
Frimousse
14,50 €, 208×250 mm, 30 pages, imprimé en Italie, 2015.

La Grotte de nez
de Magali Clavelet
Fleur de Ville
12,90 €, 195×195 mm, 30 pages, imprimé en Catalogne, 2013.


Marie

You Might Also Like

Un peu de poésie !

Par 16 juin 2015 Livres Jeunesse

Les farfelusFaites-vous partie de ces gens que l’on peut qualifier de « farfelus » ? Pour le savoir, suivez le guide : les farfelus prennent soin des petites choses, applaudissent les deux équipes d’un match, tirent la langue aux enfants pour les faire rire, parlent aux plantes, dansent dès qu’ils en ont envie et surtout, choisissent toujours l’autre chemin. Alors, vous en êtes ou pas ?
Tout en bleu et jaune, cet album est d’une délicatesse rare. Le texte et l’illustration se complètent, de sorte que vous ne saisirez la portée ni de l’un ni de l’autre si vous les parcourez sans vous y arrêter : laissez votre côté farfelu découvrir les moindres détails de ces dessins au trait qui ont tant de choses à dire. Un album poétique qui célèbre les petites excentricités dont on a tous besoin !
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette et La Soupe de l’espace.

De la tarte au citronMustella et son saint-bernard, Montagne, vivent à côté de Chérie-Coco, qui passe son temps à cuisiner des tartes au citron, et Vieille, une dame d’au moins cent ans qui sert du thé à ses 125 chats. Mustella a un livre, « Histoires à dormir debout », dans lequel un petit magicien traverse l’univers sur une météorite. Un jour que Mustella et Chérie-Coco disputent une partie de badminton, ce petit magicien débarque… Et Mustella le suit. Dans le désert, dans la forêt, sur le dos d’un crocodile, dans un cirque où tout le monde porte un masque…
Fanny Ducassé avait déjà séduit avec l’album Louve, elle ne nous déçoit pas avec ce nouvel ouvrage. La couverture est particulièrement réussie : j’adore le rendu au toucher et l’effet visuel. Sous-titré « une histoire à dormir debout », il nous emporte dans un récit qui n’a ni queue ni tête (on se croirait presque dans un rêve), mais on s’en fiche, parce qu’il est beau, poétique et sensible. Un petit album vraiment réussi !
Des extraits sur le site de l’illustratrice et sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Gaëlle la libraire, La Soupe de l’espace, Le Tiroir à histoires et Un petit bout de ma bib(liothèque).    

Debout, petit paresseux !Pensant se débarrasser des envies d’animal de compagnie de sa fille, une maman répond : « Tu peux choisir l’animal que tu veux, tant qu’il ne faut ni le promener, ni le baigner, ni le nourrir. » Dans ce cas, ce sera… un paresseux bien sûr ! Baptisé Rapido, le paresseux sera fidèle à sa réputation : endormi, lent, pas réactif du tout ! Même pendant son propre spectacle organisé à son insu !
L’histoire un peu farfelue (on ne peut pas vraiment adopter un paresseux, hein ?) est très touchante, très mignonne : on reconnaît bien les lubies un brin étranges des enfants ! La dernière page est particulièrement adorable. La couverture n’est pas très attirante je trouve, mais prenez le temps d’ouvrir l’album : les illustrations intérieures sont vraiment magnifiques ! Faites à l’aquarelle, il en ressort une grande douceur qui s’accorde parfaitement avec l’histoire et ses personnages.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

J'aime pas les clownsLors d’une sortie au cirque, une grand-mère raconte à son petit-fils sa propre sortie au cirque des années plus tôt, deux ans après la fin de la Seconde Guerre monde, dans un Berlin ravagé par les bombes et les combats. Un cirque d’après-guerre, avec un chapiteau tellement troué qu’il laisse voir les étoiles, un cheval boiteux, un funambule sans bras et des clowns ! Mais la petite fille n’aime pas les clowns, et elle ne comprend pas pourquoi sa mère veut absolument l’emmener dans la roulotte du grand clown. C’est que celui-ci, avec son costume tout blanc avec des étoiles, ce n’est pas n’importe quel clown…
Voilà un très bel album intergénérationnel ! Alternant deux époques, il met en scène un dialogue dans lequel on n’entend que la voix de la mamie, qui nous livre son témoignage très émouvant de l’après-guerre : les ruines, la solitude, l’absence d’un être cher parti à la guerre… Les illustrations de Rémi Courgeon sont très réussies : les teintes choisies sont parfaites pour ce retour en arrière mélancolique.
Publié à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de la Commémoration de la Seconde Guerre mondiale, cet album complète la trilogie de Vincent Cuvellier, commencée avec L’Histoire de Clara et Je suis un papillon.
Le même vu par Enfantipages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Vincent Cuvellier (Je suis un papillonLes socquettes blanches, La fille verte, La première fois que je suis née, Émile veut une chauve-souris, Émile fait la fête, Émile est invisible, Émile veut un plâtre et Émile se déguise) et de Rémi Courgeon (L’OizochatBrindilleGros ChagrinLe grand arbre et autres histoiresContes d’Afrique, Pieds nusToujours debout, Pas de ciel sans oiseaux et Elvis Presley). Retrouvez aussi notre interview de Rémi Courgeon.

Les farfelus
de Miguel Tanco
Les fourmis rouges
13,80 €, 181×247 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2015.
De la tarte au citron, du thé et des étoiles
de Fanny Ducassé
Éditions Thierry Magnier
11,90 €, 105×205 mm, 205 pages, imprimé en Italie, 2015.
Debout, petit paresseux !
Texte de Jenny Offil (traduit par Benjamin Kuntzer), illustré par Chris Appelhans
Circonflexe, dans la collection Albums
13 €, 291×248 mm, 34 pages, imprimé en Chine, 2014.
J’aime pas les clowns
Texte de Vincent Cuvellier, illustré par Rémi Courgeon
Gallimard Jeunesse Giboulées
13,50 €, 225×295 mm, 32 pages, imprimé en Europe, 2015.

Marie

You Might Also Like

De la suite dans les BD

Par 11 juin 2015 Livres Jeunesse

La flamme et l'orageAu cœur d’une ville ravagée par la guerre, brûle une étrange flamme à laquelle tous les habitants doivent allégeance : les gardiens de la flamme pétrifient quiconque lui manque de respect ou ne respecte pas les règles de la cité. Ici vivent Léor, un jeune homme qui se découvre des pouvoirs et qui rend régulièrement visite à ses parents pétrifiés, Carmine, une bohémienne qui recueille et protège les enfants des rues et Estevan, le prince de la ville qui ne partage pas la dévotion de son père pour la flamme. Tous trois ne se connaissent pas encore, mais ils nourrissent le même besoin de liberté, un besoin qui va les obliger à combattre ensemble contre le pouvoir en place.
Sachez-le : j’adore Karim Friha ! Si vous n’avez pas lu la trilogie Le Réveil du Zelphire, je vous la conseille vivement… tout comme ce premier tome de La flamme et l’orage ! Il faut dire que l’auteur a un sens du récit et une imagination plutôt incroyables. Le tout est porté par des illustrations magnifiques : les scènes qui montrent la ville en plan large, notamment, témoignent d’une maîtrise et d’un talent indéniables pour la bande dessinée. Vite, la suite !
Le même vu par Un petit bout de ma bib(liothèque).

Astrid BromureDans sa grande maison perchée tout en haut d’un haut immeuble, alors que ses parents sont partis pour deux semaines, Astrid se découvre une dent qui bouge. « La petite souris ne va pas tarder » s’exclame un des employés de la maison. Elle qui s’ennuyait ferme trouve alors de qui s’occuper : prouver au majordome et à la gouvernante que la petite souris n’existe pas ! Et Astrid ne manque pas d’imagination pour concevoir des plans machiavéliques… jusqu’à ce qu’elle tombe nez à nez avec la petite souris elle-même !
Cette bande dessinée est vraiment savoureuse ! Astrid, petite fille modèle en apparence, est hilarante : son sens de la répartie est jubilatoire. L’histoire, sur fond de lobby publicitaire et de séquestration de souris, est complètement rocambolesque, les jeunes lecteurs devraient adorer !
Des extraits sur le site de l’auteur et sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage et Un petit bout de ma bib(liothèque).

Bjorn le morphirRevenus des enfers avec le fils du roi, Bjorn le morphir et ses compagnons sont grassement récompensés par celui-ci, même si le nouveau prince ne fait pas l’unanimité dans l’entourage royal. Parti au mariage de son ami Svartog, Bjorn doit finalement retourner auprès du roi après que celui-ci a été blessé d’une dizaine de coups de couteau et que plusieurs clans lui ont déclaré la guerre. Si le roi meurt, qui pourra prendre la tête des armées ?
Encore une belle aventure pour Bjorn le morphir et pour le lecteur : de l’action, des rebondissements, du suspense, le tout illustré avec brio par Thomas Gilbert ! Je ne me lasse pas de l’univers de cette série très visuelle, avec ses dragons, ses maisons nordiques, ses combats à l’épée, ses créatures irréelles. Qui se dévoue pour nous en faire des films à la Harry Potter ?
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Arsène LupinLe jeune Arsène Lupin est de retour ! Cette fois, il a 17 ans et il parfait son éducation à l’école de la Croix des Whals. Mais bientôt, des tensions naissent entre Arsène et son ami Bérenger : une compétition sportive et l’arrivée de la jolie Athéna les montent peu à peu l’un contre l’autre. Sans compter que Bérenger se retrouve sous la coupe du professeur Saint-Mérande, que plusieurs indices semblent liés au clan des Lombards…
Quelle frénésie dans le récit ! J’ai l’impression que ce deuxième tome est encore plus fourmillant que le premier ! Plusieurs intrigues forment cette bande dessinée : la rivalité entre Arsène et Bérenger ; l’histoire de Jacob et Toulouse, échappés du bagne où était emprisonné Arsène dans le premier tome ; le combat du père adoptif d’Arsène, membre des francs-juges, contre les Lombards. Pour le moment, ces trois intrigues mettent en scène des personnages différents, dans des lieux différents, mais on sent qu’elles sont toutes appelées à se rejoindre et à prendre sens dans le tome 3. Et l’on attend ça avec impatience !
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Retrouvez les autres BD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.

Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Karim Friha (Paris, légendes et mystères et Créatures, légendes et mystères), de Thomas Lavachery (Bjorn le morphir, tomes 1 à 3), de Thomas Gilbert (Bjorn le morphir, tomes 1 à 3), de Benoît Abtey (Arsène Lupin, les origines, tome 1), de Pierre Deschodt (Arsène Lupin, les origines, tome 1), de Christophe Gaultier (Arsène Lupin, les origines, tome 1) et de Marie Galopin (Arsène Lupin, les origines, tome 1).

La flamme et l’orage – T.1, La ville pétrifiée
de Karim Friha
Gallimard
14,50 €, 230×310 mm, 56 pages, imprimé en France, 2015.
Astrid Bromure – T.1, Comment dézinguer la Petite Souris
de Fabrice Parme
Rue de Sèvres
10,50 €, 216×282 mm, 30 pages, imprimé en France, 2015.
Bjorn le morphir – T.4, Les armées du Roi
Scénario de Thomas Lavachery, illustré par Thomas Gilbert
Rue de Sèvres
14 €, 217×282 mm, 74 pages, imprimé en France, 2015.
Arsène Lupin, les origines – T.2, Le dernier des Romains
Scénario de Benoît Abtey et Pierre Deschodt, illustré par Christophe Gaultier et Marie Galopin
Rue de Sèvres
13,50 €, 240×319 mm, 56 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?
Depuis le 3 juin, les éditions Dargaud, Les Deux Royaumes, Dupuis et Le Lombard proposent en librairie une sélection de bandes dessinées à 3 € ! Boule et Bill, Cédric, Kid Paddle, Spirou et autres Marsupilami figurent parmi les 30 titres de cet évènement « L’été BD ».

Marie

You Might Also Like

Il n’y a pas de mots…

Par 5 juin 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des ouvrages sans textes, alors ouvrez bien les yeux !

Un océan d'amourDans une petite maison accrochée à une colline bretonne, vivent un petit marin portant de grosses lunettes et sa femme bigoudène qui cuisine des galettes jambon-œuf-fromage au petit-déjeuner. Ce matin, le petit marin part au large, avant le lever du soleil, sur son modeste bateau qui ne pêche plus grand-chose. Et voilà qu’il croise la route d’un immense bateau de pêche qui le prend dans ses filets et l’emmène au loin. Le soir, sa femme l’attend en vain sur le port. Alors que tout le monde le pense perdu, elle garde espoir et décide de partir à sa recherche, quitte à traverser l’océan pour le retrouver.
Quelle merveille que cette bande dessinée muette ! Les illustrations sont magnifiques, très poétiques et délicates. Le scénario, drôle et original, est un peu loufoque par moment, ce qui lui donne tout son charme. Les deux personnages, portés chacun de leur côté par la force de l’amour qui les unit, sont adorables et très attachants : on vit, alternativement, l’angoisse de la femme qui cherche son mari et la détresse du mari perdu au milieu de l’océan. Tout l’ouvrage est d’une beauté assez magique !
Des extraits sur le site de l’illustrateur
Le même vu par Livresse des Mots et Dans la bibliothèque de Noukette

Monsieur Hulot à la plageMonsieur Hulot est de retour ! Cette fois, on le retrouve à la plage : son chapeau sur la tête, sa pipe à la bouche et ses éternelles chaussettes rayées aux pieds, il déplie tant bien que mal sa chaise longue et s’installe pour lire son journal. Mais bientôt, le ballon d’un petit garçon lui tombe dessus, une mouette lui vole sa chaussure, un cerf-volant se prend dans son journal et, alors qu’il se met à peine à l’eau, la pluie commence à tomber… Une journée bien mouvementée pour Monsieur Hulot, qui se terminera bien loin de là où elle a commencé !
La série mettant en scène le héros de Jacques Tati et imaginée par David Merveille, a commencé en 2006 avec Le Jacquot de Monsieur Hulot, un ouvrage très coloré. Face au succès du premier album, l’illustrateur a continué son exploration du monde de Tati jusqu’à ce quatrième album, qui imagine la rencontre entre Monsieur Hulot et un petit garçon sur la plage de Saint-Marc-sur-Mer, là où a été tourné le film Les Vacances de Monsieur Hulot. Tout en nuances de gris, l’album enchaîne les situations cocasses, fidèles à l’univers du réalisateur auquel il rend hommage. Alternant plans larges fourmillant de détails et zooms sur des scènes amusantes, l’illustration est très soignée. Les enfants prendront plaisir à observer les moindres recoins du dessin, repérant tel personnage, tel animal, tel objet au fil des lectures !
Le même vu par Chez Gaëlle la libraire

Le Pont des piratesQuels balourds, ces pirates ! Tout ce qu’ils veulent, c’est de l’or, même si pour l’obtenir, ils doivent détruire les totems de la tribu autochtone, défier des sirènes, voler les enfants, s’engager sur des ponts plus que précaires sous lesquels les attendent les crocodiles… Heureusement, ici, la chance ne sourit pas souvent aux méchants !
Dessiné en ombres chinoises (les silhouettes noires des personnes se détachent sur des fonds colorés), cet album enchaîne cinq petites histoires de pirates, mettant en scène ces personnages mythiques dans des situations rocambolesques et drolatiques. Bande dessinée sans texte qui prend place sur une île mystérieuse, l’ouvrage fait appel à l’imagination des enfants et des adultes pour décrypter les images et les scènes. Le traitement graphique, où des décors en dégradés de couleurs assez simples font ressortir des ombres noires plutôt détaillées, est très intéressant et assez inédit. Si vos enfants sont fans de pirates, c’est le cadeau idéal !

Un océan d’amour
Scénario de Wilfrid Lupano, illustré par Grégory Panaccione
Delcourt dans la collection Mirages
24,95€, 201×264 mm, 224 pages, imprimé en France, 2014.
Monsieur Hulot à la plage
De David Merveille
Le Rouergue
16€, 206×307 mm, 56 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.
Le Pont des pirates
De Vincent Wagner
Éditions du Long Bec
12,50€, 250×280 mm, 47 pages, imprimé en Union Européenne, 2015.

À part ça ?

Voilà un tout jeune blog qui s’attache à trouver et à mettre en avant des bibliothèques et des médiathèques innovantes : Let it bib !

Marie

You Might Also Like

Secured By miniOrange