La mare aux mots
Parcourir le tag

Abécédaire

Internet et épopée numérique

Par 30 mars 2017 Livres Jeunesse, Livres numériques

Aujourd’hui, deux projets totalement fous et aussi drôles qu’originaux. Le premier, un abécédaire du web (oui, un abécédaire du WEB !) cartonné, à destination des tout-petits ; le second, une incroyable saga numérique lancée par les éditions québécoises La Pastèque.

L’ABC du Web
Texte de John C Vanden-Heuvel Sr et Andrey Ostrovsky, illustré par Tom Holmes
Glénat jeunesse dans la collection Happy Geeks
12 €, 173×220 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2017.
Tout garni
Scénario d’André Marois, illustré par un collectif d’auteur.trice.s
La Pastèqe
Et ça se passe par ici !

You Might Also Like

Albums cartonnés

Par 31 octobre 2016 Livres Jeunesse

Je vous propose, aujourd’hui, une sélection d’albums cartonnés (donc que l’on peut mettre dans les mains des plus petits !). Comme j’ai reçu beaucoup de bons livres de ce genre récemment, je vous propose une chronique en deux parties, la suite jeudi !

L’arche des animaux
de Marianne Dubuc
Casterman
14,90 €, 140×140 mm, 98 pages, imprimé en Chine, 2016.
Les oiseaux (couleurs)
d‘Élo
Sarbacane
12 €, 160×160 mm, 20 pages, imprimé en Malaisie, 2016.
ABC des petits bonheurs
Texte d’Élisabeth Coudol, illustré par Anne-Lise Boutin
Père Castor
14,90 €, 185×185 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2016.
Nous !
d’Hector Dexet
Éditions Amaterra
12,50 €, 201×235 mm, 38 pages, imprimé en Chine, 2016.
Cerf… Cerf… Ouvre-moi !, C’est la petite bête… et Au feu les pompiers !
d’Émile Jadoul
Casterman dans la collection Mes comptines en or
6,95 € chacun, 213×120 mm, 24 pages chacun, imprimé en Chine, 2016
1000 méli-mélo robots et 1000 méli-mélo autos
de Raphaëlle Barbanègre
Père Castor dans la collection 1000 méli-mélo
12 € chacun, 182×270 mm, 16 pages chacun, imprimé en Chine, 2016.
À tout à l’heure !
de Thierry Bedouet
Milan dans la collection Les minousses
10,90 €, 200×170 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2016.

You Might Also Like

Drôles d’inventaires

Par 10 octobre 2016 Livres Jeunesse

Les quatre livres du jour ont comme point commun de répertorier des tas de choses… et d’être de vraies réussites !

Vrooom
de Patrick Pasques
L’atelier du poisson soluble
15 €, 230×230 mm, 34 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Le dictionnaire des grosses bêtises à ne surtout pas faire !
de Philippe Jalbert
Larousse
13,50 €, 200×205 mm, 96 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Le joyeux abécédaire
de Maria Jalibert
Didier Jeunesse
15,90 €, 265×265 mm, 48 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
La ville
d’Ingela P Arrhenius
Marcel & Joachim
24 €, 350×507 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2016.

You Might Also Like

Au bonheur des mots

Par 26 mai 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on joue avec les lettres, les mots et les images avec deux grands albums qui sortent de l’ordinaire !

Encyclopédie de cet idiot d’Albert
d’Albert Lemant
L’atelier du poisson soluble
 20 €, 240×330 mm, 48 pages, 2015.
À la lettre. Un alphabet poétique
Texte de Bernard Friot, illustré par Jean-François Martin
Milan
18 €, 155×160 mm, 64 pages, imprimé en Europe, 2016.

You Might Also Like

Pour apprendre autrement !

Par 8 mai 2015 Livres Jeunesse

AlphaConnaissez-vous le code alpha international, ou alphabet radio ? C’est un code utilisé dans l’aviation, la police ou chez les pompiers, pour communiquer par radio en étant sûr de se faire comprendre et où chaque lettre correspond à un mot. Par exemple, vous voulez épeler le mot « banane » (oui, je suis sûre que les pompiers utilisent beaucoup le mot « banane »), vous dites : bravo-alpha-november-alpha-november-echo. Finies les conversations du type :
« B.
– Hein ?
– B.
– J’ai pas compris. D comme David ou P comme Paulette ?
– Nan, B. Comme Bernard. »
De cet alphabet dont je viens de prouver l’utilité au quotidien (sauf que personne ne le connaît, donc en fait ça sert à rien), Isabelle Arsenault, déjà connue pour ses superbes ouvrages Jane, le renard & moi, et Virginia Wolf, tire un abécédaire tout en finesse et en sensibilité. Sur la page de gauche, les mots de l’alphabet radio, sur la page de droite, l’illustration correspondante. Face à « delta », un avion en papier. Face à « hotel », une maison rouge de Monopoly. Face à « Juliet », un flacon dans lequel se dessine le reflet d’une jeune fille. Face à « Romeo », un poignard dans lequel se dessine le reflet d’un jeune homme. Eh oui, on ne pouvait pas attendre d’Isabelle Arsenault un abécédaire basique : dans ce code très terre-à-terre, elle a vu un magnifique moyen de familiariser les enfants à l’alphabet et au langage codé et, y insufflant son talent, elle en a fait de la poésie.
Des extraits sur le site de l’auteure.

Ab et CéAb est un grand bonhomme rouge, Cé est un petit bonhomme noir, et tous deux sont amis. Ils ne se parlent pas beaucoup, pas du tout même, mais ensemble, ils sautent d’une falaise en feu et plongent dans une flaque, ils rencontrent un koala qui les invitent à manger, ils dorment à la belle étoile mais sont surpris par l’orage, ils s’échappent d’un zoo tenu par un zèbre… Bref, ils en vivent, des aventures, en 26 lettres !
Cet album, qui se déplie comme un accordéon, est un abécédaire, comme le laisser présager son titre, mais un abécédaire un peu particulier, puisqu’il est consacré aux onomatopées ! « Aaahh » fait Cé quand il tombe, « Boum » fait son avion quand il s’écrase, « Ding Ding Ding » fait la cloche du bateau qui passe derrière eux, « Grrr » fait la grenouille sur laquelle ils sont tombés… On suit avec plaisir les deux petites créatures qui passent d’une île à la jungle, d’un bivouac en montagne à un poulailler, d’une usine à l’enclos d’un yack. Au premier coup d’œil, on se demande où est la cohérence, en dehors des onomatopées, pourquoi avoir mis des quilles dans le poulailler, pourquoi avoir fait passer une navette spatiale dans la nuit étoilée… Et puis ça fait tilt ! Ce qu’on avait pris d’abord pour un « simple » abécédaire des onomatopées se transforme en imagier, et on reprend chaque volet de l’accordéon cartonné pour trouver dans les très jolis dessins colorés tous les mots qui commencent par la lettre concernée. Et c’est assez génial !

Les petites heuresOn ne dirait pas comme ça, mais les enfants ont des journées rudement chargées, comme Tom. À 7 h 50, c’est l’heure du chocolat chaud : hum, la bonne odeur du cacao. À 8 h 10, c’est l’heure des chasses aux trésors : où est donc passée la deuxième chaussure ? À 10 h, c’est l’heure du Top départ : faites vrombir les tricycles ! À 13 h 35, c’est l’heure de rien, parce que c’est bien, parfois, de ne rien faire. À 15 h 15, c’est l’heure des couleurs : à vos pinceaux ! À 18 h 15, c’est l’heure des grandes traversées… dans le bain ! Et à 20 h 30, c’est l’heure des songes et de leurs mondes incroyables !
Pas facile pour les enfants de se figurer le temps qui passe et l’emploi du temps de la journée, surtout quand on ne sait pas lire l’heure. Voilà une jolie façon d’apprendre les heures importantes de la journée et de les rassurer sur ces moments loin de la maison qui peuvent leur sembler insurmontables. Avec beaucoup de poésie, Gwen Keraval donne vie à tous les « grands » moments des journées des enfants, avec de très belles illustrations au charme vintage. Celle de l’heure des songes est vraiment splendide !
Des extraits sur le site de l’auteur.
Le même vu par La Soupe de l’espace et Maman Baobab

Il est midi petite sourisQu’est-ce qu’elle travaille, la p’tite souris ! Le lundi, à Paris, dans la chapelle, elle fait de la dentelle ; le mardi, à Quimper, dans un hôtel, elle fait des bretelles ; le mercredi, à Angoulême, dans la ruelle, elle fabrique des ombrelles ; le jeudi, à Saint-Leu, sur la passerelle, elle tricote des gilets de flanelle… Quelle semaine !
L’auteure Bernadette Pourquié reprend ici la comptine « Bonjour Madame, quelle heure est-il ? », en imaginant d’autres situations, dans d’autres villes, avec d’autres personnages. Chaque page est l’occasion pour l’enfant d’apprendre sans en avoir l’air : les jours de la semaine d’abord, les villes ensuite, les couleurs enfin. Dans des tons plutôt gris, rehaussés par quelques touches de couleurs, les illustrations mettent en situation des personnages dans leur vie quotidienne, avec des adultes, des enfants, des animaux, et plein de détails à repérer : les enfants adorent ! Si après ça, ils ne connaissent pas les jours de la semaine sur le bout des doigts, il n’y a plus d’espoir que ça arrive un jour !
Le même vu par Le tiroir à histoires.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Isabelle Arsenault (La Boîte à souvenirs), de Matthieu Maudet (Le MoustocOuvre-moi ta porteUn jeune loup bien éduquéLa croccinelleLe çaBonjour facteur et Bonjour docteur), de Gwen Keraval (La Princesses Tralala10 contes de ChineDrôle de planète !Yoshka et La sorcière au nez de fer) et de Aude Poirot (Le charme d’Angèle et La chauve-souris). Retrouvez aussi notre interview de Matthieu Maudet.

Alpha
D’Isabelle Arsenault
La Pastèque
15 €, 197×197 mm, 60 pages, imprimé en Asie, 2015.
Ab et Cé
De Matthieu Maudet
l’école des loisirs, dans la collection loulou & cie
11,30 €, 288×282 mm, 28 pages, imprimé en Malaisie, 2015.
Les petites heures
De Gwen Keraval
Fleur de Ville
12,90 €, 195×195 mm, 30 pages, imprimé en Catalogne 2014.
Il est midi petite souris
Texte de Bernadette Pourquié, illustré par Aude Poirot
Frimousse
15 €, 207×308 mm, 18 pages, imprimé en Slovénie, 2014.

Marie

You Might Also Like

Secured By miniOrange