La mare aux mots
Parcourir le tag

Agnès Laroche

Des destins hors du commun

Par 20 mars 2015 Livres Jeunesse

MARJANE et le sultanMarjane est une jeune femme au talent remarquable et au caractère bien trempé. Depuis quelques années, elle s’occupe elle-même de l’atelier de confection de tapis créé par son père, aujourd’hui trop faible pour assurer la création. L’organisation du travail des ouvrières, la gestion des commandes et l’intendance de la maison, elle gère tout ça d’une main de fer. Mais un jour, la dure réalité vient troubler la vaillante Marjane : son père est souffrant, les médecins lui donnent peu de temps et il faut qu’elle songe à se marier si elle veut garder l’atelier et le toit qui l’abrite avec sa sœur cadette Anoosha. Marjane s’insurge contre cette coutume rétrograde qui dit que les femmes ne peuvent gérer une affaire ou posséder des biens en propre, quelle injustice ! Alors que son père la presse à prendre se marier et enchaîne les entretiens avec les familles des jeunes célibataires à marier, Marjane décide de prendre son destin et celui de sa famille en main et de plaider sa cause devant le sultan. Elle ne sait pas encore qu’elle devra relever un défi de taille pour montrer que les femmes sont dignes de confiance, et qu’elle vivra une aventure aussi palpitante que les contes que lui lisait sa mère quand elle était enfant.
Le fort caractère de l’héroïne m’a tout de suite conquise. Marjane est une femme forte, artiste, moderne, qui doit se battre contre le système patriarcal et passéiste du royaume d’Aroum à la fin du XIXe siècle. L’Orient offre un décor propice au roman d’aventures. On est tout de suite dépaysé par les descriptions appliquées des vêtements, du travail des ouvrières tisseuses, des paysages ensablés. L’histoire en elle-même est assez classique, même prévisible, mais on se laisse emporter par les péripéties et les émois de la jeune femme qui devra défendre courageusement sa famille et la cause des femmes.

Un Berger aux Jeux olympiquesSpiridon ne paye pas de mine : paisible berger qui mène paître son troupeau sur les coteaux escarpés de sa Grèce natale, il vit seul avec sa mère, simplement. Au loin dans la vallée, il voit les travaux pour les prochaines Olympiades qui se dérouleront à Athènes en 1896 prendre forme. Quelle excitation ! Il paraît qu’un Français du nom de Pierre de Coubertin a décidé de réveiller l’esprit olympique ! Spiridon n’ose même pas imaginer qu’il portera les couleurs de son pays, jusqu’au jour où il part faire son service militaire, et que ses talents de coureur sautent aux yeux de sa hiérarchie. Le jeune berger parviendra-t-il à défendre l’honneur de son pays dans la discipline reine qu’est le marathon ?
La course à pied se prête très bien au roman d’initiation. Les difficultés de l’entraînement, le rythme haletant de la course… tous les éléments du récit participent à l’identification. On suit le parcours de Spiridon depuis ses montagnes au grand stade d’Athènes en courant à sa hauteur, accrochés à son souffle, on souffre avec lui sous le soleil écrasant de l’été 1896. Ce court roman est suivi par un petit dossier documentaire sur l’évolution des Jeux olympiques de l’Antiquité à nos jours. L’ensemble est très agréable à lire, très accessible même pour des jeunes lecteurs qui se reconnaîtront dans personnage historique de Spiridon Louys : humble, un peu naïf, mais très courageux.

DemainJeTecriraiIl fut un temps où George Sand signait ses lettres de son doux prénom de baptême, Aurore. Un temps où Marcel Proust faisait des fautes d’orthographe et où Gustave Flaubert baillait d’ennui au fond de sa classe au lycée. Ce temps, celui de l’enfance et de l’adolescence, nous est livré comme capturé dans les lettres envoyées par ceux qui deviendront les grands noms de l’écriture. Certains ne savaient pas encore quelle serait leur destinée, comme Marcel Aymé qui ne s’intéresse qu’à commander une boîte à compas pour Noël quand il s’adresse à sa sœur. D’autres le devinent déjà un peu : Freud conseille à son meilleur ami de conserver ses lettres, des fois qu’il deviendrait célèbre. Charles Baudelaire et Paul Verlaine envoient tous deux leurs premiers vers à leur idole Victor Hugo pour se conforter dans la voie de la poésie qu’ils s’apprêtent à embrasser. Pour la plupart, ils racontent, entre les lignes, le quotidien d’une jeunesse qui ne change pas tant que ça avec les années et les siècles : quand on est jeune, on s’ennuie en classe, on a soif de liberté, on espère que l’avenir nous révélera au monde.
Ce recueil de correspondance offre un très beau moment de lecture. Qu’il est touchant d’imaginer les écoliers appliqués qui ont rédigé de leur plume ces petits mots destinés à leurs parents ou à leurs camarades ! Bien sûr, le grand écrivain sommeille déjà dans la plupart des textes qui ont été compilés par Marie-Ange Spire. Ils sont drôles, poétiques, impétueux… c’est un vrai plaisir que de lire ces écrivains en devenir. Le « carnet de lecture » qui suit les lettres, sans être assommant, m’enthousiasme un peu moins, sûrement parce qu’il rappelle la portée « scolaire » de ce recueil. La quatrième de couverture explique en effet que la correspondance des grands auteurs permet de mieux comprendre leur œuvre. Pas sûr que ce soit la principale force de ce livre. Certaines des lettres sont de véritables bijoux d’écriture en elles-mêmes, sans qu’on ait besoin d’y chercher la trace d’une référence historique ou littéraire qui viendrait éclairer l’œuvre d’un grand écrivain (par ailleurs encore inconnue du lecteur). Ce recueil a cette qualité rare qu’il donne envie de lire, et aussi envie d’écrire, ce qui est déjà un très beau cadeau à faire aux jeunes gens qui le découvriront.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Agnès Laroche (Dans les yeux d’un loup et On a rien vu venir).

Marjane et le sultan
Texte d’Agnès Laroche
Talents Hauts dans la collection Libres et égaux.
8€, 135 x 180 mm, 144 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.
Un berger aux Jeux olympiques
Texte d’Eric Chevreau
Oskar éditeur dans la collection Histoire et société.
9,95€, 145 x 190 mm, 88 pages, imprimé en Europe, 2015.
Demain je t’écrirai encore. Lettres de jeunesse de grands écrivains
Textes de George Sand, Marcel Proust, Sigmund FreudMarie-Ange Spire (cahier de lecture)
Gallimard Jeunesse dans la collection Folio Junior Textes classiques.
5,60€, 124 x 178 mm, 130 pages, imprimé en Espagne, 2015.

À part ça

La difficile discipline du marathon a déjà inspiré des écrivains qui y ont vu le reflet de la pratique de l’écriture. Dans son Autoportrait de l’auteur en coureur de fond (Belfond, 2009), Haruki Murakami fait de nombreux parallèles entre la traversée du désert qu’il a vécue en écrivant son premier roman et sa pratique intensive du demi-fond. Concentration, endurance, capacité de résistance et d’abnégation… toutes ces qualités sont partagées par le coureur et l’écrivain.
Dans Courir (Les éditions de Minuit, 2008) Jean Echenoz s’est quant à lui intéressé au destin du coureur tchèque Emil Zátopek, quatre fois champion olympique. Le rythme de la course se retrouve dans celui de l’écriture du romancier formaliste. On se laisse emporter par la course du marathonien et l’écriture jubilatoire de l’écrivain.

Laura

You Might Also Like

Apprivoiser un loup et dessiner des dragons

Par 23 octobre 2014 Cinéma et DVD, Livres Jeunesse

toile de dragonThong-Li aime dessiner. Avec un bâton de bois, il dessine dans la poussière, mais ses dessins s’effacent, ce qui le rend triste. Un jour, un mendiant lui échange, contre un poisson, un bâton d’encre, une pierre pour l’écraser, un fin pinceau, et un conseil : veille à ne pas tracer les limites de ta liberté. Mais l’enfant n’a pas de support pour exercer son art, il va pourtant en trouver un : des toiles d’araignée. Et parce qu’il peint divinement sur un support aussi fragile, l’empereur va le faire venir à lui où il devra exercer son art… ou avoir la tête tranchée !
Mais quelle merveille… Tout d’abord avec les planches de Qu Lan dont la plupart sont à tomber par terre ! Le grand format de l’album les met particulièrement en valeur, nos yeux se régalent. Ensuite dans le texte extrêmement poétique de Muriel Zürcher. C’est un auteur que j’aime particulièrement et je pense qu’elle signe ici son plus beau texte. Elle parle ici de l’art, de la liberté, de la beauté de la nature, de la folie de ceux qui veulent tout s’approprier.
Un album absolument magnifique dont vous risquez de tomber amoureux.
Des extraits qui finiront de vous convaincre.

LeDans les yeux du loup loup hurle, une jeune fille approche. Elle est venue pour le tuer. Elle veut ramener sa tête à son père pour qu’il soit fier d’elle, pour qu’elle soit aussi importante que ses frères à ses yeux. Mais si elle gagnait la confiance de l’animal elle le ramènerait entier et vivant, ce serait encore plus impressionnant…
C’est dans les yeux de la jeune fille que le loup va savoir qui elle est, c’est dans les yeux du loup que la jeune fille va savoir qui il est. Difficile de résumer cet album très poétique. On y parle d’amitié, d’amour d’une fille pour son père, père qui ne lui donne pas l’amour qu’elle attend de lui et qui préfère ses fils. On pense bien sûr aux contes (surtout lorsque l’héroïne parle de sa belle-mère), on pense aussi à Féroce de Jean-François Chabas et David Sala. Les illustrations d’Aurélia Fronty sont comme toujours somptueuses.
Un très bel album plein de poésie avec un beau message sur l’amitié.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Muriel Zürcher (Ça déménage au 6B, Série Livranimo, Cro-magnonLe tourneur de page, T.3 Au-delà des temps, Le gang des gigoteurs, Le voleur de lunettes, Papa Yaga, Krok Mais, Le tourneur de page, tome 2 : Vers l’inconnu, Le tourneur de page – T1 : Passage en outre-monde et La perle volée),de Qu Lan (Le chat bonheur, Le rossignol et l’empereur de Chine) et d’Aurélia Fronty (L’Enfant, le jaguar et le feu, La Belle et la Bête, Raja, Princesse Yong Hee et la perle de la nuit, Comptines de rose & de safran, Le roi de la montagne en hiver, Un jour grand-père m’a donné un ruisseau et Une si belle entente). Retrouvez aussi notre interview de Muriel Zürcher.

Toile de dragon
Texte de Muriel Zürcher, illustré par Qu Lan
Picquier Jeunesse
13,50 €, 256×382 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2014.
Dans les yeux du loup
Texte d’Agnès Laroche, illustré par Aurélia Fronty
Kilowatt
12,90 €, 196×267 mm, 26 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Un spécial cinéma aujourd’hui, avec un film sur les écrans et deux DVD.

La légende de ManoloManolo et Joaquim aiment la même fille, Maria. Manolo est un doux rêveur, Joaquim aimerait devenir un guerrier. Mais La Muerte et Xibalba, qui règnent sur les royaumes des morts, aiment les paris et chacun va parier sur l’un des deux en disant que c’est son favori qui épousera Maria. Seulement, Xibalba est un tricheur…
C’est difficile de résumer ce magnifique film sans trop vous dévoiler l’intrigue (qui est d’ailleurs bien trop racontée partout à mon goût !), mais donc on parle de la légende des morts au Mexique, c’est rythmé, coloré et plein d’humour (mais ça fait aussi un peu peur… je le déconseille aux trop petits).
Esthétiquement réussi, La légende de Manolo c’est surtout un super film qui casse les clichés : la fille n’est absolument pas passive (et pas du tout attirée par le plus costaud), le futur torero n’a aucune envie de tuer… Au-delà de la réussite d’un point de vue technique, c’est typiquement le genre de films que j’ai envie que mes enfants voient (loin des disniaiseries). Et très franchement, les adultes ne s’ennuient pas une seconde !
Un super bon film à voir en salle !
Le site (avec la bande annonce et plein d’autres choses encore : http://www.lalegendedemanolo-lefilm.com.

dvd FolimômesOn adore le studio Folimage, on vous en a parlé régulièrement. Quelle bonne idée ils ont eu de proposer un DVD regroupant 10 de leurs courts métrages ! pour la plupart ce sont des bijoux ! La chose perdue (primé aux oscars), Bisclavret, Nikita le tanneur, Le petit garçon et le monstre… Il sera ici question d’éléphant qui veut un vélo, de flocon de neige qui chamboule une vie, de vie de chien, de monstre-ami venu de l’eau, du divorce des parents… Et c’est un régal !
Visuellement, c’est généralement très beau, les histoires sont pleines de poésie et de tendresse (mais jamais mièvres).
On est fans !
Plus d’infos sur le DVD Folimômes ici.

La sorcière dans les airsOn vous avait parlé de La sorcière dans les airs (ici) au moment de sa sortie en salle, voici qu’il sort en DVD ! Un court métrage génial, par les créateurs du Gruffalo ! Ici, il est question d’une sorcière un peu trop généreuse qui va se faire des amis et va devoir affronter un dragon ! C’est drôle, plein de tendresse, il y a du suspense et même la voix de Pierre Richard ! On adore !
Niveau bonus, une mise en scène théâtrale par l’auteur du livre, Julia Donaldson et un making of du court métrage.
En plus du DVD, on trouve une version DVD + livre (format réduit) dans un fourreau violet (chez Gallimard).
Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=oM-ofpC_tFk&.

Gabriel

You Might Also Like

Privés de liberté

Par 5 avril 2012 Livres Jeunesse

Ils m’ont dit donne moi ta montre, j’te donnerai l’heure quand ça m’chantera
Ils m’ont dit donne moi ton corps, j’te donnerai un os à ronger
Moi aussi, Brigitte Fontaine.

Trois romans très différents qui tous, dans leur genre, parlent d’un asservissement ou d’une privation de liberté.

Depuis seize ans, Boucainvilliers vit dans la peur. Le Commandeur a pris le pouvoir et a rendu la vie des habitants très dure : couvre feu, rationnement,… Gare à ceux qui désobéissent ils se verront au mieux bastonnés au pire emprisonnés dans la citadelle. Pourtant, dans l’ombre, les Bienveillants sont là pour redonner espoir… avec des livres ! Devenus interdits (d’ailleurs le Commandeur a brûlé la Bibliogare), ils sont écrits la nuit et distribués dans les foyers par les Livreurs. C’est dans ce monde qu’a grandi Esther, jeune fille insomniaque et dont le destin est de vivre de nombreuses épreuves.

Un GROS coup de cœur. Mais vraiment ! Je l’ai fini hier, c’est le plus gros roman jeunesse que j’ai lu, je pense (mais peut-on vraiment parler de roman jeunesse ?) et je l’ai lu très vite car on est happé par l’histoire. C’est absolument passionnant, captivant, ça m’a rappelé un livre que j’avais adoré L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. On est ici dans un monde entre le fantastique et le réel, on y parle de résistance et de livres, lire redonne espoir, l’acte le plus militant est celui d’écrire et de diffuser ses écrits. On y parle aussi d’amour. C’est très dur de vous en parler sans trop vous en révéler… En tout cas JETEZ VOUS DESSUS ! Je suis presque sûr que vous ne serez pas déçu si vous aimez les histoires de ce style là. Une merveille pour les grands enfants et les adultes, un livre qui va rester.

Et v’là qu’il fit un rude hiver
Cent congestions en fait divers
Volets clos, on claquait des dents
Même dans les beaux arrondissements
Et personne n’osait plus le soir
Affronter la neige des boulevards… alors…
Les loups sont entrés dans Paris,
Serge Reggiani

Il fallait un grand changement, c’est ce que les gens voulaient, alors ils ont élu le Parti de la Liberté aux dernières présidentielles. Et pour changer… ça change ! Des nuanciers dans les rues pour classer les gens suivant leurs couleurs, les handicapés envoyés dans des centres spéciaux, tout le monde doit se réveiller à la même heure, s’habiller pareil, manger la même chose… Sept enfants racontent tour à tour ce qu’ils vivent, leur vision de ce qu’il se passe, ce que le Parti de la Liberté a changé dans leur vie. On suit, au fur et à mesure des témoignages, les 4 mois après les élections.

C’est un peu le roman dont tout le monde parle en ce moment (télé, radio, blogs,…) et à raison ! (pour une fois qu’on parle autant d’un roman de qualité !). C’est forcément d’actualité avec les élections qui approchent et c’est un super livre pour éveiller la conscience politique des ados. Qu’est ce qui pourrait arriver si… Plutôt qu’un roman ce sont 7 nouvelles (avec une préface de Stéphane Hessel !) écrites par 7 auteures (certaines qu’on adore à La mare aux mots comme Séverine Vidal, Sandrine Beau, Anne-Gaëlle Balpe et Annelise Heurtier et d’autres que je ne connaissais pas Clémentine Beauvais, Agnès Laroche et Fanny Robin, gros coup de cœur pour la plume de cette dernière qui, d’après moi, a écrit la meilleure partie du livre) qui expriment chacune, dans un petit texte, le point de vue d’un personnage différent. Alors bien sûr les nouvelles suivent une chronologie, une même trame mais elles sont aussi assez indépendantes les unes des autres, elles se suffisent à elles mêmes mais ce qui les relie, hormis donc cette histoire de régime totalitaire, c’est que certains personnages se croisent d’une nouvelle à l’autre et tous prononcent cette même phrase On n’a rien vu venir. C’est vraiment un livre à offrir de toutes urgences à vos ados. Car pour que ce genre de chose n’arrive pas la meilleure arme est le bulletin de vote, que les ados le comprennent n’est pas un mal pour que jamais ils ne puissent dire On n’a rien vu venir…

Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…
Le chant des partisans

Ils sont arrivés un jour, comme ça. Se sont installés dans les maisons et dans les vies. Petit à petit ils ont forcé les gens à travailler pour eux. Les ont privé de leur liberté, de leur nourriture. Qui sont ces invités ?

C’est un petit roman assez étrange voire dérangeant. A peine fini j’ai demandé à ma compagne de le lire également (il se lit très rapidement). Impossible de savoir si j’avais aimé, impossible de savoir de quoi ça parlait. J’avoue d’ailleurs avoir été assez dérangé par le début… qui sont ces étrangers qui envahissent le pays, mangent la nourriture des habitants,… j’ai eu très peur que ça soit une sorte de métaphore de l’immigration. Ma compagne également m’a dit ne pas comprendre de quoi ça parlait et ce n’est que quand nous avons vu sur internet que le sujet était le colonialisme nous avons mieux compris. Cela dit… est-ce qu’il faut avoir besoin de faire des recherches sur un roman pour le comprendre ? Faut-il savoir de quoi parle un roman pour l’apprécier ? Car c’est très bien écrit, on peut l’apprécier pour son style d’écriture et pour son histoire sans savoir de quoi ça parle… Moi ce qui faisait que je ne l’aimais pas c’était ce que j’y projetais… Mais a-t-on besoin de projeter quelque chose ? Ce livre amène pas mal de débat et je n’ai pas été surpris quand j’ai vu que Lecture Jeunesse 83 en proposait un à partir de ce roman précisément (ici). En tout cas c’est un roman qui ne laisse pas indifférent, c’est certain !

6000 Nuits
d’André Borbé
Naïve dans la collection naïveland.
18 €
On n’a rien vu venir
d’Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier, Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal
12 €
Les invités
de Charlotte Moundlic
Éditions Thierry Magnier dans la collection Petite Poche.
5 €

———————————————————————————————————————

A part ça ?

Et si dimanche on allait à la chasse aux œufs de pâques ? 52 lieux tels que des jardins publics, châteaux, sites historiques,… accueillent ce dimanche matin les enfants de 5 à 12 ans autour d’énigmes à résoudre en lien avec l’Histoire, l’architecture et les grands personnages qui ont habité ces lieux. Plus d’info : http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/1069/-oelig-ufs-enigmes-et-chocolat/

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange