La mare aux mots
Parcourir le tag

Aino-Maija Metsola

Deux collections pour les tout-petits

Par 25 août 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux collections qui s’adressent aux plus petits : les Lionel chez Actes Sud Junior et des imagiers venus de Finlande sortis chez Gallimard Jeunesse.

Lionel ne veut pas prêter
Lionel rêve en couleurs
Lionel dit non
Lionel fait comme papa
d’Éric Veillé
Actes Sud Junior dans la série Lionel
6,90 € chacun, 135×135 mm, 28 pages chacun, imprimé en Italie, 2017.
La journée de bébé
Les animaux
Les couleurs et les formes

d’Aino-Maija Metsola
Gallimard Jeunesse
9,90 € chacun, 195×195 mm, 14 pages chacun, imprimé en Chine chez un imprimeur éco-responsable, 2017.

You Might Also Like

Des imagiers pleins de surprises

Par 7 mai 2015 Livres Jeunesse

chiffresEt 1 joli renard orangé, et 2 lapins tout roses ! Combien d’abeilles butinent la fleur ? Combien de pinces faut-il pour accrocher la jolie robe ?
Un énième imagier sur les chiffres ? Détrompez-vous ! Le travail de l’illustratrice finlandaise Aino-Maija Metsola est remarquable. Ses illustrations un peu rétro sont joliment mises en valeur par des couleurs profondes qui attirent immédiatement l’attention du plus jeune enfant. Fasciné, le lecteur adhère immédiatement aux activités proposées. Parce qu’en plus d’être un bel imagier, cet album cartonné propose une véritable expérience ludique autour des chiffres. L’enfant est invité à compter, à découvrir les petites images dissimulées derrière la vingtaine de volets que comprend ce livre solide, et surtout à parler. Tout est fait pour délier la langue des tout-petits qui décrivent naturellement ce qu’ils reconnaissent dans cet univers joyeux et haut en couleur !

Uncouleurse chaise, une baleine, de l’eau, un oiseau… qu’ils sont beaux, tous en bleus ! Mais il y a un intrus ! Une tomate, des cerises, un camion, des chaussures… qu’il est intense ce rouge ! Et un pissenlit ? C’est jaune ou c’est blanc ?
La gourmandise des couleurs utilisées et le petit jeu mis en place avec les volets cartonnés donnent envie d’en savoir plus, de dévorer toutes les notions qui grouillent dans ce bel album. Les questions posées ici et là poussent l’enfant à être bien attentif aux images qu’il voit : y a-t-il un intrus ? Un dessin rigolo à découvrir derrière un rabat ? Comme il y a beaucoup de choses à voir et à apprendre, les enfants ne se lasseront pas de tourner les pages colorées de cet imagier.
Les même vus pas Sous le feuillage

visitons la maisonDans une maison, il y a des papas, des mamans, des enfants… mais aussi des bruits, des objets, des animaux ! Il y a plusieurs façons de visiter la maison : on peut classer les objets par ordre alphabétique, jouer à cache-cache avec les lapins, les chats, les souris… ou pas ! On peut seulement se balader de page en page, au gré des images et des rencontres.
Cet album grand format du duo formé par Francesco Pittau et Bernadette Gervais détourne lui aussi l’imagier classique et joue sur l’interactivité. Dès la première double page, on découvre une façade d’immeuble traditionnel reproduite sur un transparent qui s’ouvre en deux rabats. Quatre choix s’offrent à nous, représentés par des fils de couleurs différentes : est-ce qu’on veut explorer la maison par ses bruits ? Simplement suivre l’alphabet ? Chasser les petits animaux qui s’y cachent ? Ou encore, rencontrer les familles qui y vivent, toutes réunies sur une planche de gommettes en cahier central, qu’il faut coller au fil de la visite ?
Le format est généreux, les illustrations ont un côté réaliste très plaisant, mais l’album est assez déroutant. Pittau et Gervais reprennent le dispositif qu’ils avaient utilisé pour nous faire visiter le jardin et le zoo, avec un grand fond noir qui met tant en valeur le détail des illustrations. Je suis cependant restée un peu sur ma faim concernant l’expérience proposée que je ne trouve pas très ludique. S’il était plutôt amusant de retrouver la forme des animaux du zoo et positionner les gommettes correspondantes, j’estime que ça fonctionne moins bien avec les membres de la famille. J’ai en revanche apprécié le « fil » de visite dédié aux bruits : il est vrai qu’on a tendance à oublier les nombreux bruits qui envahissent notre quotidien ! L’album incite à l’enfant à s’interroger sur l’univers qui lui est familier en le transformant en petit explorateur de la maison, dommage que le propos ne soit pas plus accessible.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Pittau et Gervais (Succulentes sucreriesImagier des saisons) et d’autres imagiers décalés.

Chiffres
de Aino-Maija Metsola
Gallimard Jeunesse dans la collection Petite Enfance.
12,90 €, 190 x 260 mm, 14 pages, imprimé en Chine
Couleurs
de Aino-Maija Metsola
Gallimard Jeunesse dans la collection Petite Enfance.
12,90 €, 190 x 260 mm, 14 pages, imprimé en Chine
Visitons la maison
de Francesco Pittau et Bernadette Gervais
Gallimard Jeunesse dans la collection hors série Giboulées.
23 €, 280 x 370 mm, 16 pages, imprimé en Chine

 À part ça ?

L’excellente émission La Fabrique de l’Histoire animée tous les matins par Emmanuel Laurentin sur France Culture s’est penchée sur les Albums du Père Castor, collection incontournable créée dans les années 1930 au sein des éditions Flammarion. Roule Galette, Michka, Marlaguette… quel enfant n’a jamais rencontré ces classiques ? En effet, l’histoire des Albums de Père Castor est aussi celle d’une littérature jeunesse accessible au plus grand nombre, de livres peu coûteux qui ne sont plus réservés à une élite, mais qui ont la vocation de répandre une certaine idée de l’éducation à toute la société. Dans les albums du Père Castor, un documentaire de Catherine Coppet et Anne Fleury, à réécouter sur le site de Radio France ou en podcast.

Laura

You Might Also Like

Secured By miniOrange