La mare aux mots
Parcourir le tag

Aki

Petites bêtes et petits riens

Par 16 août 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on voit les choses en… tout petit ! On commence avec une adorable fourmi qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez, et l’on continue avec un lapin à l’imagination débordante pour qui le plus minuscule détail devient une grande aventure.

Curieuse fourmi
de Lucie Albon
Fleur de Ville
11,90 €, 197×196 mm, 36 pages, imprimé en République tchèque chez un imprimeur éco-responsable, 2018.
Le Quotidien extraordinaire
d’Aki
Gallimard Jeunesse Giboulées
12,90 €, 223×283 mm, 48 pages, imprimé en France, 2018.

You Might Also Like

Encore des BD

Par 16 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux BD. Un one shot qui explique ce qu’est la démocratie (et qui peut éventuellement être une bonne piqûre de rappel si, comme moi, vous n’avez pas écouté les cours d’éducation civique) et une série en deux tomes qui propose des portraits de femmes épatantes.

La Démocratie en BD
Scénario de Nathalie Loiseau, dessins d’Aki
Casterman
12,50 €, 275×207 mm, 48 pages, imprimé en France.
Culottées T1
de Pénélope Bagieu
Gallimard
19,50 €, 190×260 mm, 144 pages, imprimé en France.
Culottées T2
de Pénélope Bagieu
Gallimard
20,50 €, 190×260 mm, 168 pages, imprimé en France.

You Might Also Like

Il n’y a pas que les livres dans la vie : loisirs créatifs

Par 18 juin 2016 Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Aujourd’hui, on poursuit notre découverte de cahiers d’activités avec cinq ouvrages pour explorer son environnement et exprimer sa créativité !

Mon cahier d’activités créatives
Textes de Marie Fordacq, illustrations d’Aki
Tourbillon
12,94 €, 205×225 mm, 94 pages, imprimé en Chine, 2014.
Mon cahier d’activités tout fou
Textes de Madeleine Deny, illustrations de Joanna Wiejak
Tourbillon
12,99 €, 205×225 mm, 94 pages, imprimé en Chine, 2015.
Saccage ce carnet… partout !
de Keri Smith
Larousse
5,90 €, 105×160 mm, 144 pages, imprimé en Espagne, 2016.
Finis ce carnet
de Keri Smith
Larousse
9,95 €, 205×142 mm, 110 pages, imprimé en Espagne, 2016.
Typogribouilles
de Jan Bajtlir
Les Grandes Personnes
12,50 €, 208×288 mm, 156 pages, imprimé en Pologne, 2016.

You Might Also Like

Les invité.e.s du mercredi : Aki et Émile Jadoul

Par 18 mai 2016 Les invités du mercredi

C’est l’auteure et illustratrice Aki qui a accepté de répondre à mes questions cette semaine. J’aime beaucoup son travail depuis quelques années, j’avais envie de savoir qui se cachait derrière son pseudo. Ensuite, pour notre rubrique Quand je crée, c’est dans l’atelier d’Émile Jadoul que nous nous sommes glissés. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Aki

AkiComment êtes-vous devenue auteure-illustratrice ? Parlez-nous de votre parcours
J’ai étudié le graphisme à l’école Duperré. Comme j’ai toujours dessiné depuis toute petite, à la fin de mon BTS, c’est tout naturellement que je me suis dirigée vers l’illustration.

D’où vient ce nom, Aki ?
À l’époque où j’étais fascinée par le Japon, j’ai pris ce pseudonyme car j’aimais sa consonance. Par habitude, je l’ai gardé. Au final, je trouve que ça va bien avec mes dessins.

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
Aquarelle, plume et encre de Chine, feutres, crayons… J’utilise un peu toutes les techniques selon le projet sur lequel je travaille. Je finalise toujours sur ordinateur par contre, ça me permet de mieux contrôler les couleurs.

3 petits chatsPouvez-vous nous parler de Trois petits chats, l’album qui est sorti il y a peu chez Gallimard Jeunesse ?
J’ai beaucoup aimé illustrer ces petites histoires qui m’ont rappelé ma propre fratrie (ou devrais-je dire sœurerie ?). Les histoires sont absurdes, poétiques, un peu folles. Ça change des livres trop sages pour les enfants.

D’ailleurs, j’aimerais que vous nous parliez aussi des 3 sœurs.
J’avais envie de participer à un projet avec mes deux sœurs avec qui je suis très proche. Comme on adore manger et cuisiner, le blog de recettes était assez évident. Je suis au dessin, ma petite sœur est à la photographie et l’aînée aide à la rédaction des textes. Quant aux recettes, elles viennent de nous trois. On a par la suite rencontré Charlotte Gallimard qui dirigeait Le grand livre des petits trésorsles éditions Alternatives et elle nous a proposé de publier nos recettes dans un livre. Depuis, on en a publié 3 et le 4ème est en chemin ! (pour la fin 2017…)

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Chez nous, on n’avait pas de livre alors j’ai dévoré tous les livres et bandes dessinées de la bibliothèque municipale dès que j’ai appris à lire. J’ai grandi avec le Prince de Motordu, les Calvin & Hobbes, les romans de Marie-Aude Murail ou Susie Morgenstern…
Ado, j’ai découvert les mangas, ça a été une révélation : je voulais inventer mes propres histoires !

Et quel.le.s sont les illustrateurs.trices qui vous inspirent aujourd’hui ou dont le travail vous séduit, tout simplement ?
Sempé et Saul Steinberg sont mes influences principales. Et pour faire plus contemporain, j’aime le travail d’Oliver Schrauwen, l’humour décapant d’Anouk Ricard, la maîtrise graphique des Kerascoët…

Quels sont vos projets ?Trois grains de riz
Je travaille donc sur le 4ème livre de recettes des 3 Sœurs (ce qui veut dire que je cuisine beaucoup, miam) et j’ai quelques projets d’albums jeunesse et de bande dessinée dont je ne peux pas encore parler pour l’instant…

Une dernière question, si quelqu’un qui ne vous connaît pas lit cette interview et veut vous découvrir avec un seul de vos ouvrages, lequel lui conseilleriez-vous
Je conseillerai les Trois grains de riz. C’est une série sur mon enfance avec mes deux sœurs.

Bibliographie sélective :

  • On est trois petits chats, illustration d’un texte de Claude Helft, Gallimard Jeunesse (2016).
  • Dépêche-toi, illustration d’un texte de Catherine Grive, Seuil Jeunesse (2016).
  • Heureux et détendu 20 secrets pour être bien dans ta vie, illustration d’un texte de Marine Locatelli, Nathan (2015).
  • Le grand livre des petits trésors, illustration d’un texte de Nadine Robert, Gallimard Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Livre-tapis d’activités Paris, illustration, Actes Sud Junior (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Pas de cochon pendu sous le marronnier, illustration d’un texte de Juliette Vallery, Le Baron Perché (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Jeux de cartes, illustration d’un texte de Sophie de Mullenheim, Gallimard Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Les trois grains de riz, tome 2, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2012).
  • Mon cahier de bien-être, illustration d’un texte de Catherine Dolto, Gallimard Jeunesse (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Les trois grains de riz, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2011).

Avec Les trois sœurs :

  • Recettes des 3 sœurs pour globe-trotters gourmets, Alternatives (2015).
  • Recettes des 3 sœurs pour petits festins entre amis, Alternatives (2013).
  • La cuisine pour jeunes fauchés gourmands, Alternatives (2011).

Le site d’Aki : http://www.delphinemach.com/wordpress.


Quand je crée… Émile Jadoul

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur.trice.s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur.e.s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur.trice.s dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement, nous demandons à des auteur.e.s et/ou illustrateur.trice.s que nous aimons de nous parler de comment et où ils créent. Cette semaine, c’est Émile Jadoul qui nous parle de quand il crée.

Atelier Émile JadoulMon atelier se trouve à la maison. Par la fenêtre, le jardin avec des chèvres et des poules, de l’autre côté des près et des vaches. C’est un bonheur de pouvoir travailler chez soi et se dire que l’on commence et finit sa journée quand on veut.
La mienne commence par un café, comme un rituel et puis je m’installe à ma table pour chercher, griffonner, dessiner. Ma table, c’est mon endroit, c’est là que mes images prennent vie dans la couleur, c’est là que je parle à mes personnages, c’est là que l’histoire prend vie.
Plus j’avance et plus ma table s’encombre, les crayons, les pinceaux, la peinture, ils envahissent mon espace au fur et à mesure de l’avancement de mon projet.
Les idées par contre ne viennent pas forcément quand je suis installé dans mon atelier, elles peuvent arriver au détour de rencontres avec les enfants, en ballade, dans le train lors de déplacements.
La réalisation passe d’office par l’atelier, je ne peux pas travailler ailleurs, c’est mon endroit. Quand je suis sur la mise en couleur d’un album, je reste des heures à ma table, souvent sans musique, je ne vois pas le temps passer, je suis dans l’histoire entre crayons et peintures, comme dans une bulle.
De temps en temps un regard à l’extérieur, comme une respiration entre deux images.
J’aime aussi créer et surtout réaliser dans « l’urgence », ça me booste, il y a une période un peu creuse entre la création et la réalisation comme un moment suspendu, j’ai besoin de ça. J’attends… et puis ça y est c’est le moment, je démarre et là, j’entre dans ce moment intense, mes images prennent vie vraiment. Ce n’est pas mon moment préféré, je préfère de loin celui de la recherche, celui où les crayonnés s’entremêlent, où rien n’est encore fixé. Tout peut encore changer.

Emile JADOUL Émile Jadoul est auteur et illustrateur

Bibliographie sélective :

  • Dans mes bras, texte et illustrations, Pastel (2016).
  • Grand Lapin es-tu là ?, texte et illustrations, Pastel (2015).
  • Gros boudeur, texte et illustrations, Pastel (2015).
  • Papa-île, texte et illustration, Pastel (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Pizza, texte et illustrations, Pastel (2014).
  • Ça sent bon la maman, texte illustré par Claude K. Dubois, Pastel (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Comme un secret, avec Catherine Pineur, Pastel (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le petit ballon de la lune, illustration d’un texte de Carl Norac, Pastel (2013).
  • Série Canaille, illustration de textes de Jean Leroy, Casterman (2013-2014), chroniqué ici, , ici, ou ici.
  • Petites graines, avec Catherine Pineur, Pastel (2012).
  • Hiver long, très long (et froid, très froid), texte et illustrations, Pastel (2012).
  • Les mains de papa, texte et illustration, Pastel (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Au feu les pompiers…, texte et illustration, Casterman (2012)
  • À l’eau, texte et illustration, Casterman (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon bonnet, texte et illustration, Casterman (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Hourra, texte et illustration, Casterman (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Aglagla, texte et illustration, Casterman (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Gros pipi, texte et illustration, Pastel (2010), que nous avons chroniqué ici.
  • À la folie, texte et illustration, Casterman (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • À la douche, texte et illustration, Pastel (2008), que nous avons chroniqué ici.
  • Tout le monde y va, texte et illustration, Casterman (2003), que nous avons chroniqué ici.

Retrouvez Émile Jadoul sur son site : http://www.emilejadoul.be.

You Might Also Like

Changez d’air !

Par 21 juillet 2015 Livres Jeunesse

Le grand livre des petits trésorsTatsuo et sa mamie partent en balade : sur le bord de la rivière, en ville, en forêt, à la campagne, au parc, à la plage. Chaque lieu est l’occasion pour Tatsuo de recueillir de petits trésors qu’il met dans son sac, et qui diffèrent d’une sortie à l’autre. Les galets succèdent aux pétales de magnolia, qui succèdent aux plumes de perdrix, qui succèdent aux graines d’asclépiade, qui succèdent aux coquillages. C’est fou tous les trésors que l’on peut trouver, avec les yeux d’un enfant !
Cet album-imagier-livre d’activité sensibilise avec intelligence à la diversité des paysages et des lieux. Au début de chaque balade, une illustration pleine page nous montre Tatsuo et sa grand-mère dans le décor en question, avec un petit dialogue. Sur la page suivante, on retrouve tous les petits objets que Tatsuo a trouvés, avec leur nom. Puis, c’est au lecteur de relier le trésor (par exemple une bille) avec sa provenance (le sac de billes). Cet imagier sélectif rappelle aussi subtilement que, malheureusement, dans la Nature, on ne trouve pas que des éléments naturels : sur le bord de la rivière, on trouve ainsi une vieille capsule de bouteille, ou une boîte d’allumettes vide dans la ville. Cela peut également donner lieu à un autre jeu avec vos enfants : trouver dans les trésors de Tatsuo ce qui ne devrait pas y être si les Hommes étaient un peu plus propres et respectueux. Attention toutefois, si vos enfants ont tendance à ramasser, et surtout à garder, absolument TOUT ce qu’ils trouvent sur leur chemin, ce bel album ne pourra que les inciter à continuer leur collection de trésors !
Une jolie balade intergénérationnelle qui parlera à beaucoup d’enfants, et de parents !
Le même vu par Un livre dans ma valise et par Délivrer des Livres.

TangapicoSur le fleuve Tangapico vogue le fier bateau à vapeur Christo Valdès. À son bord, tout le monde profite du voyage… sauf Marcus, 9 ans, qui aurait préféré rester avec sa maman sur la terre ferme, plutôt que de rejoindre son père dans la jungle. D’autant qu’à chaque escale du bateau, il est contraint d’échanger une de ses affaires contre les cadeaux des habitants : son mp3, sa console de jeux et même ses chaussures y passent. Vraiment, ce voyage est le pire des voyages qui puissent exister !
Quand on regarde les magnifiques illustrations d’Alexandra Huard, qu’on aimerait prendre la place de Marcus et embarquer pour ce voyage dans la jungle. S’il ne veut pas y aller, on prend sa place avec plaisir ! Mais bientôt, ce petit garçon qui était si agaçant au départ, accroché à son confort et à ses affaires, découvre que ce que l’on possède est bien peu de choses face à la beauté de la Nature et de l’aventure…
Une belle leçon sur la futilité de notre société de consommation.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

Que fais-tu, Sissi ?Assise sur son banc, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants jouent à la marelle, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants se lancent une petite balle de sable, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants font de la balançoire, pique-niquent ou achètent des friandises, Sissi ne bouge pas. « Pourquoi ? » s’interrogent les autres enfants. Est-elle malade ? Est-elle fâchée ? Est-elle triste ?… Personne ne sait. Mais tiens, voilà qu’elle bouge enfin.
Les enfants ont parfois du mal à se figurer qu’il existe dans le monde d’autres enfants qui vivent dans d’autres pays, avec d’autres jeux, d’autres occupations. Se déroulant dans un seul et même parc, en un après-midi, l’album énumère les activités des enfants chinois : le jianzi, le sac de sable, la libellule de bambou… À la fin de l’ouvrage, un petit lexique explique ces jeux et ces coutumes. Les illustrations, pleines de détails, reprennent sur chaque double les mêmes enfants : l’occasion de chercher avec les petits les personnages d’une page à l’autre.
Une belle façon de s’ouvrir sur le monde, avec fraîcheur et délicatesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Un livre dans ma valise.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Aki (Livre-tapis d’activités Paris, Pas de cochon pendu sous le marronnier, Jeux de cartes et Mon cahier de bien-être), de Didier Lévy (Comment devenir prince charmant en 10 leçons) et d’Alexandra Huard (Dessus dessous la villeLe vieux Cric CracLa petite sirène et Rikimini). Retrouvez aussi notre interview d’Alexandra Huard.

Le grand livre des petits trésors
Texte de Nadine Robert, illustré par Aki
Gallimard Jeunesse
14,90€, 245×320 mm, 33 pages, imprimé en Europe, 2015.
Tangapico
Texte de Didier Lévy, illustré par Alexandra Huard
Sarbacane 
15,50€, 242×324 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015.
Que fais-tu, Sissi ?
Texte de Mao Xiao (traduit par Chun-Liang Yeh), illustré par Chun-Miao Li et Yan-Hong Zhang
HongFeidans la collection Vent d’Asie
13,90€, 242×235 mm, 32 pages, imprimé en République tchèque, 2015.

Marie

You Might Also Like

Secured By miniOrange