La mare aux mots
Parcourir le tag

Alexandra Huard

Un chaton mignon et un amour à la bonne taille

Par 17 février 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on fait de drôles de rencontres avec un chaton mignon, un minuscule géant et une immense naine !

Le chat le plus mignon du monde
de Vincent Pianina
Thierry Magnier
12,50€, 177×196 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2017.
Un amour sur mesure
Texte de Roland Fuentès, illustré par Alexandra Huard
Nathan dans la collection Albums Nathan
10€, 222×272 mm, 28 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Des fillettes et des animaux

Par 21 juin 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on part à la rencontre d’animaux pas comme les autres grâce aux deux très beaux albums que sont Je suis la méduse et Un éléphant dans ma poche.

Je suis la méduse
Texte de Béatrice Fontanel, illustré par Alexandra Huard
Les fourmis rouges
17,90 €, 246×347 mm, 36 pages, imprimé en Italie, 2016.
Un éléphant dans ma poche
Texte de Félicité Douce de la Salle, illustré par Clémence Pénicaud
Didier Jeunesse
11,90 €, 217×250 mm, 30 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Musiques pour les plus petits

Par 24 juillet 2015 Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Je vous propose aujourd’hui une sélection de livres-CD et livres musicaux pour les plus petits. Tous les ouvrages présentés ici sont cartonnés et donc peuvent être mis dans les mains des tout-petits. Demain, je vous proposerai une sélection pour les plus grands.

Mes plus belles berceuses JazzGallimard Jeunesse, en collaboration avec TSF Jazz propose une sélection de berceuses jazz et autres musiques douces pour les petits. Dean Martin, Billie Holiday, Sarah Vaughan, Louis Amstrong, Ella Fitzgerald, Peggy Lee, Django Reinhardt, Frank Sinatra, Nina Simone, Bing Crosby… la sélection est absolument magnifique. Les parents se régalent tout autant (plus ?) que les enfants ! L’ouvrage, quant à lui, est illustré par Elsa Fouquier, Alexandra Huard, Clotilde Perrin et Charlotte Roederer et là aussi on se régale !
Cinquante-deux minutes de pur bonheur à partager en famille.
Le même vu par Chez Clarabel et Sous le feuillage.

Mes berceusesOn reste dans les berceuses, mais on retrouve des classiques : Dodo, l’enfant do, Toc, toc, toc, Passe la dormette, Un petit grain d’or, Le tour de la maison et Fais dodo, Colas mon p’tit frère. Mes berceuses est sorti dans la super collection Mes petits imagiers sonores chez Gallimard, une collection absolument indispensable. L’enfant appuie sur une pastille et la musique se déclenche (et le livre a un petit interrupteur caché parce que bon…). Les paroles sont proposées pour les parents qui voudraient chanter en même temps que la chanson et côté illustration c’est Elsa Fouquier qui accompagne avec beaucoup de douceur les chansons.
Encore un ouvrage très réussi d’une collection que les enfants adorent.
Le même vu par Chez Clarabel.

Mon petit BeethovenEt si l’on écoutait un peu Beethoven ? Même principe que la collection Mes petits imagiers de chez Gallimard, on va appuyer sur des pastilles pour écouter un extrait de La lettre à Élise, de La marche turque, du Concerto pour violon en ré majeur, de la Symphonie pastorale n° 6, du Menuet en sol majeur ou de l’Hymne à la joie. Côté illustration, ce sont les dessins de Séverine Cordier qui viennent rendre le livre gai et coloré. Ici, la pastille n’est pas évidente à trouver, c’est pour prendre le temps de découvrir le dessin et de jouer à chercher. Petit bémol en comparaison avec le livre précédent, le son est assez fort et ici pas d’interrupteur !
Un joli petit livre aux belles illustrations pour s’initier à la musique classique.

Comptines pour jouer dans l'eauEt si l’on jouait dans l’eau ? C’est ce que nous propose ce nouvel opus de la super collection Éveil Musical de Didier Jeunesse, Comptines pour jouer dans l’eau ! Chœurs d’enfants ou chanteur-euse-s adultes (on retrouve avec grand plaisir la pétillante Nathalie Tual), chansons traditionnelles ou créations, en français ou même en breton (magnifique version de Tri Martolod) les chansons sont variées, mais l’ensemble reste cohérent et s’écoute avec beaucoup de plaisir. Le très joli livre est illustré par la talentueuse Cécile Hudrisier. Seul un petit bémol, je trouve les pochettes CD de cette collection souvent très mal faites. Le CD est difficile à sortir (le plastique adhère au CD) et il faut faire très attention, en sortant le CD, à ce qu’il ne touche pas la colle de la fermeture… sinon il sera inécoutable.
Une super compilation pour célébrer l’eau !
Le même vu par Sous le feuillage,  et Maman baobab.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Comptines pour chanter le Far WestMaintenant, on file au Far West ! Sorti dans la même collection que le précédent (et donc avec le même défaut au niveau de la pochette), Comptines pour chanter le Far West propose des chansons avec des cow-boys et des Indiens. On va danser au son du banjo ou chanter en canon. On trouve là encore des classiques comme She’ll be coming round the moutain (version en anglais de Il descend de la montagne à cheval) ou Nagawika et des chansons bien moins connues. Côté interprète, on retrouve encore avec joie Nathalie Tual, mais aussi Framix. Et c’est encore Cécile Hudrisier qui illustre.
Encore une très bonne compilation pour les petits cow-boys et les petit-e-s indien-ne-s.
Le même vu par Des livres, etc, Le tiroir à histoires, Butiner de livres en livres, Sous le feuillage et Chez Gaëlle la libraire.
Des extraits sur le site de la maison d’édition.

Mon imagier des chansons de la maternelleDans Mon imagier des chansons de la maternelle on va retrouver des chansons bien connues des plus jeunes : L’as-tu vu, l’as-tu vu ?, Maman les p’tits bateaux, Un petit poisson, un petit oiseau, Une chanson douce… Seize chansons qu’on adore chanter avec eux-elles. Elles sont ici interprétées par de jeunes enfants (parfois accompagnés d’un-e adulte) et j’avoue avoir été assez dérangé par les soucis de prononciation TRÈS marqués des enfants (« zé vu le loup, le renard de la belette », « Les petits j’enfants », « sa bousse est un bonbon »…) et disons-le clairement… le chant est parfois approximatif ! Après les pistes chantées, on trouve les pistes musicales pour pouvoir chanter nous aussi. C’est Charlotte Roederer qui illustre avec beaucoup de douceur. Côté pratique, la pochette du CD se détache pour pouvoir garder le CD et laisser le livre aux enfants sans risque.
Un livre-CD regroupant des grands classiques de la maternelle chantés par des enfants qui séduiront certainement plus les enfants que les parents.
Le même vu par Enfantipages et Chez Clarabel.

ComptinesVol2On reste avec les comptines et l’on retrouve la collection Mes petits imagiers sonores de chez Gallimard. Dans ce second tome de Mes comptines on retrouve Une souris verte, À la claire fontaine, Il était une bergère, Les petits poissons, Gentil coquelicot et La mère Michel. J’avoue avoir eu un peu de mal là aussi avec les interprétations approximatives des enfants, mais ces livres à pastilles ont comme intérêt que les enfants peuvent les écouter sans nous ! C’est là encore Elsa Fouquier qui illustre pour notre plus grand plaisir et celui des enfants !
Six comptines classiques regroupées dans un joli petit livre.
Le même vu par Chez Clarabel.

Mes premières comptines avec bébéMes premières comptines avec bébé propose de jouer. On se tient le menton sur l’air de La barbichette, on saute sur les genoux des parents en écoutant À cheval sur mon bidet, on bouge dans les bras au son de À la une, dans la lune, on montre les parties de son visage en écoutant Voici mon front ou Toc, toc qui est là et l’on se balance assis sur un adulte au son de Bateau sur l’eau. Comme dans le précédent livre Gründ je trouve le son un peu trop fort, mais les interprétations et les illustrations de Séverine Cordier sont vraiment sympas.
Un livre sonore regroupant des petites comptines à jouer.
Le même vu par Livres et merveilles et Sous le feuillage.

En route avec les comptinesEncore un livre sorti chez Gründ et illustré par Séverine Cordier, En route avec les comptines ! Ici, on va prendre l’autobus (Les roues de l’autobus), le bateau (Maman les p’tits bateaux), le camion de pompier (Au feu, les pompiers !), la poussette (Ma poussette), la voiture (Une petite automobile) et même le taxi (Ixatnu siofnnut i avaiy). Même défaut que les précédents, mais on se réjouit une nouvelle fois d’écouter ces chansons incontournables !
Un livre à puce sur la thématique des transports.
Le même vu par Livres et merveilles et Sous le feuillage.

petites comptines de la familleOn termine avec Petites comptines de la famille, un album sorti chez Milan. Ici, on nous propose une sorte de petit clavier avec des pastilles illustrées et il faudra appuyer sur la pastille dont le dessin correspond à la page sur laquelle on est. On va écouter Ah, vous dirai-je, maman, Bonjour ma cousine, J’aime papa, j’aime maman, C’est demain dimanche, Petit papa, Mon père m’a donné un mari et La famille tortue. Les interprétations sont très sympas et les illustrations de Julie Mercier pleines de couleurs et de pep’s. Une fois que l’on connaît le livre, plus besoin de tourner les pages pour écouter les musiques, l’enfant choisit la chanson qu’il veut écouter en reconnaissant le petit symbole sur la pastille
Un livre musical au concept original.

Quelques pas de plus…
Retrouvez, regroupés dans un tableau Pinterest, tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués ici.


À part ça ?

Vendredi Sein ce sont des textes, des textes extrêmement forts que j’avais eu la chance de lire il y a quelque temps, son auteure m’ayant fait l’amitié de me les envoyer. On y raconte un cancer du sein. On y raconte le deuil d’un sein, le choix d’une perruque, la réaction des enfants, leurs mots drôles, leurs mots lourds. Ce sont des textes bouleversants, mais pourtant drôles… parfois. Parce qu’il faut rire des pires moments dans la vie, quand on peut. Son auteure a décidé de les publier sur Facebook… C’est gratuit, vous n’avez qu’à cliquer, vous n’avez qu’à lire et vous n’avez qu’à partager. Vous n’avez qu’à. Vous n’allez pas le regretter. C’est ici.

Gabriel

You Might Also Like

Changez d’air !

Par 21 juillet 2015 Livres Jeunesse

Le grand livre des petits trésorsTatsuo et sa mamie partent en balade : sur le bord de la rivière, en ville, en forêt, à la campagne, au parc, à la plage. Chaque lieu est l’occasion pour Tatsuo de recueillir de petits trésors qu’il met dans son sac, et qui diffèrent d’une sortie à l’autre. Les galets succèdent aux pétales de magnolia, qui succèdent aux plumes de perdrix, qui succèdent aux graines d’asclépiade, qui succèdent aux coquillages. C’est fou tous les trésors que l’on peut trouver, avec les yeux d’un enfant !
Cet album-imagier-livre d’activité sensibilise avec intelligence à la diversité des paysages et des lieux. Au début de chaque balade, une illustration pleine page nous montre Tatsuo et sa grand-mère dans le décor en question, avec un petit dialogue. Sur la page suivante, on retrouve tous les petits objets que Tatsuo a trouvés, avec leur nom. Puis, c’est au lecteur de relier le trésor (par exemple une bille) avec sa provenance (le sac de billes). Cet imagier sélectif rappelle aussi subtilement que, malheureusement, dans la Nature, on ne trouve pas que des éléments naturels : sur le bord de la rivière, on trouve ainsi une vieille capsule de bouteille, ou une boîte d’allumettes vide dans la ville. Cela peut également donner lieu à un autre jeu avec vos enfants : trouver dans les trésors de Tatsuo ce qui ne devrait pas y être si les Hommes étaient un peu plus propres et respectueux. Attention toutefois, si vos enfants ont tendance à ramasser, et surtout à garder, absolument TOUT ce qu’ils trouvent sur leur chemin, ce bel album ne pourra que les inciter à continuer leur collection de trésors !
Une jolie balade intergénérationnelle qui parlera à beaucoup d’enfants, et de parents !
Le même vu par Un livre dans ma valise et par Délivrer des Livres.

TangapicoSur le fleuve Tangapico vogue le fier bateau à vapeur Christo Valdès. À son bord, tout le monde profite du voyage… sauf Marcus, 9 ans, qui aurait préféré rester avec sa maman sur la terre ferme, plutôt que de rejoindre son père dans la jungle. D’autant qu’à chaque escale du bateau, il est contraint d’échanger une de ses affaires contre les cadeaux des habitants : son mp3, sa console de jeux et même ses chaussures y passent. Vraiment, ce voyage est le pire des voyages qui puissent exister !
Quand on regarde les magnifiques illustrations d’Alexandra Huard, qu’on aimerait prendre la place de Marcus et embarquer pour ce voyage dans la jungle. S’il ne veut pas y aller, on prend sa place avec plaisir ! Mais bientôt, ce petit garçon qui était si agaçant au départ, accroché à son confort et à ses affaires, découvre que ce que l’on possède est bien peu de choses face à la beauté de la Nature et de l’aventure…
Une belle leçon sur la futilité de notre société de consommation.
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

Que fais-tu, Sissi ?Assise sur son banc, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants jouent à la marelle, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants se lancent une petite balle de sable, Sissi ne bouge pas. Quand les autres enfants font de la balançoire, pique-niquent ou achètent des friandises, Sissi ne bouge pas. « Pourquoi ? » s’interrogent les autres enfants. Est-elle malade ? Est-elle fâchée ? Est-elle triste ?… Personne ne sait. Mais tiens, voilà qu’elle bouge enfin.
Les enfants ont parfois du mal à se figurer qu’il existe dans le monde d’autres enfants qui vivent dans d’autres pays, avec d’autres jeux, d’autres occupations. Se déroulant dans un seul et même parc, en un après-midi, l’album énumère les activités des enfants chinois : le jianzi, le sac de sable, la libellule de bambou… À la fin de l’ouvrage, un petit lexique explique ces jeux et ces coutumes. Les illustrations, pleines de détails, reprennent sur chaque double les mêmes enfants : l’occasion de chercher avec les petits les personnages d’une page à l’autre.
Une belle façon de s’ouvrir sur le monde, avec fraîcheur et délicatesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Un livre dans ma valise.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’Aki (Livre-tapis d’activités Paris, Pas de cochon pendu sous le marronnier, Jeux de cartes et Mon cahier de bien-être), de Didier Lévy (Comment devenir prince charmant en 10 leçons) et d’Alexandra Huard (Dessus dessous la villeLe vieux Cric CracLa petite sirène et Rikimini). Retrouvez aussi notre interview d’Alexandra Huard.

Le grand livre des petits trésors
Texte de Nadine Robert, illustré par Aki
Gallimard Jeunesse
14,90€, 245×320 mm, 33 pages, imprimé en Europe, 2015.
Tangapico
Texte de Didier Lévy, illustré par Alexandra Huard
Sarbacane 
15,50€, 242×324 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015.
Que fais-tu, Sissi ?
Texte de Mao Xiao (traduit par Chun-Liang Yeh), illustré par Chun-Miao Li et Yan-Hong Zhang
HongFeidans la collection Vent d’Asie
13,90€, 242×235 mm, 32 pages, imprimé en République tchèque, 2015.

Marie

You Might Also Like

Les invité-e-s du mercredi : Alexandra Huard et Carole Chaix ( + concours)

Par 20 mai 2015 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, nous vous proposons d’en savoir plus sur l’illustratrice Alexandra Huard. J’aime beaucoup son travail et j’ai eu envie d’en savoir plus sur elle, son parcours, ses inspirations. Ensuite, c’est avec une autre illustratrice que nous avons rendez-vous et pas des moindres : Carole Chaix ! Elle a accepté de jouer le jeu du En vacances avec. Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Alexandra Huard

Alexandra HuardComment êtes-vous devenue illustratrice, parlez-nous de votre parcours.
J’ai voulu faire ce métier très tôt. Dès le début de l’école primaire, je disais que je voulais « dessiner les couvertures des livres ». J’ai vécu jusqu’à 18 ans près d’Annecy. Chaque année en juin, je pouvais profiter du Festival International d’Animation d’Annecy pour découvrir des centaines de films animés aux techniques et graphismes très variés. Ça m’a aussi permis de rencontrer des étudiants venant de diverses écoles de dessin. En me renseignant auprès d’eux, j’ai trouvé que l’école Émile Cohl avait l’air de correspondre à ce que je cherchais. Je me suis donc donné pour objectif d’intégrer cette école après le bac.
J’ai pu apprendre à l’école Émile Cohl ce que je cherchais : un bon enseignement du dessin et de la peinture. J’ai surtout aimé être entourée de beaucoup de dessinateurs talentueux, de tester plein de pistes graphiques et techniques différentes. C’est beaucoup plus compliqué maintenant que c’est devenu mon métier d’avoir la liberté de changer de style et technique d’un dessin à l’autre…
J’ai réalisé mon premier album illustré après mon diplôme en 2010, aux éditions Sarbacane, avec un texte de la talentueuse Béatrice Fontanel, La Chose. Ce projet était un vrai cadeau pour commencer dans le métier !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Enfant j’aimais les romans d’aventures, Croc-Blanc de Jack London01 est probablement celui qui m’a le plus marqué. Je lisais aussi beaucoup de romans populaires d’horreur et épouvante… Bizarrement, je me rappelle de beaucoup plus de romans qui m’ont marqué enfant (dont les couvertures m’impressionnaient, je crois que je pourrais en dessiner un bon nombre de mémoire) alors que je ne suis capable de citer que peu d’albums illustrés. Il y a le très beau Conte de la Marguerite de Béatrice Appia. Je me souviens aussi des grands albums peints de Nadja, surtout L’enfant des sables et Chien bleu.
Adolescente, en plus des romans, j’ai dévoré des centaines de bandes dessinées et manga. Aiguillée par mon frère, c’était toujours de très bonnes histoires. La passion de la bande dessinée n’a fait que renforcer mon envie de faire mon métier dans le dessin.

double-9-jungleQuelles techniques de dessin utilisez-vous ?
La technique qui me plaît le plus est la gouache. Cette peinture me permet d’avoir des belles couleurs lumineuses, et des formes bien découpées, bien précises.
De temps en temps je change de technique pour ne pas trop me répéter, encre de chine, crayons de couleur, acrylique, aquarelle…

Comment choisissez-vous les projets sur lesquels vous travaillez ?
Le projet vient souvent de l’éditeur, qui a sélectionné un texte et me le propose. Il faut bien sur que l’histoire et le style d’écriture me plaisent, sinon rien de bon n’en sortirait. RIKIMINIJ’attache beaucoup d’importance au cadre de l’histoire (pays, époque). Là-dessus, mes envies changent d’une année sur l’autre. Je peux me passionner une période sur les contes anciens, et ne vouloir illustrer que ça, puis avoir envie d’un texte contemporain proche du quotidien. Ensuite, ne jurer que par les textes d’aventures et de découvertes… Quand je me passionne pour une forme de narration, je m’immerge complètement dedans. Je me mets à lire des romans et regarder des films qui restent dans le même cadre que le projet que je suis en train de faire. Ça m’aide beaucoup, je reste « dans l’ambiance », l’inspiration vient plus facilement. Ça donne envie d’aller le plus loin possible dans la mise en place du décor.
Par exemple, le dernier album que j’ai illustré qui vient de sortir aux éditions Sarbacane, Tangapico se passe dans un pays fictif mais qui a tout d’un pays Dessus Dessous la villed’Amérique du Sud. La jungle luxuriante, un grand fleuve qui la traverse, la faune de l’Amazonie, un beau bateau vapeur qui se fraye un chemin parmi lianes et fougères… Pendant que je travaillais dessus, j’avais de la musique colombienne et brésilienne dans les oreilles, j’ai lu des romans d’auteurs sud-américains, regardé des films inspirés par « le Nouveau Monde », collectionné des planches de botanistes qui ont parcouru l’Amazonie… J’ai aussi pu m’inspirer des photos que j’avais prises en remontant l’Amazone en bateau il y a 4 ans.
Bref, tout était prétexte à m’immerger dans le cadre de l’histoire.

Quels sont vos projets ?
Je travaille actuellement sur un texte que tout le monde connaît : Peter Pan. J’ai toujours trouvé que cette histoire était la plus belle invitation au voyage, à l’aventure. Il y DroleJournee_V02_CV-1a un an, j’ai découvert le texte original de la pièce de théâtre Peter Pan ou l’enfant qui ne voulait pas grandir de James Matthew Barrie qui précède le roman (plus connu). J’ai réalisé que cette histoire réunissait tout ce que j’avais le plus envie de dessiner : un Londres nocturne, des jeux de lumières avec Peter qui vient chercher son ombre perdue, une île exotique, une forêt dense, des enfants libres et sauvages, les Indiens, les pirates et leur beau bateau… Je voulais absolument illustrer ce texte. J’ai appris que les éditions Milan avaient pour projet de faire un grand album à partir du texte de J.M. Barrie, traduit et légèrement résumé par Maxime Rovere (dont les adaptations respectent toujours au mieux le texte original). J’ai littéralement supplié l’éditrice en charge du projet de me confier l’illustration de cet album : elle était d’accord ! Je suis dessus avec passion depuis un moment et pour un moment encore… Il devrait sortir en octobre.
À l’avenir, j’aimerais illustrer des récits de voyage, continuer encore dans la série des textes qui invitent à la découverte et à l’aventure. Je ne suis pas encore lassée…

Bibliographie sélective :

  • Tangapico, illustration d’un texte de Didier LevySarbacane (2015).
  • La drôle d’idée de mon papa, illustration d’un texte de Rémi Chaurand, Nathan (2014).
  • Dessus-dessous : la ville, illustration d’un texte d’Anne-Sophie Baumann, Seuil Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le vieux Cric Crac, illustration d’un texte de Muriel Bloch, Syros (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Un week-end de repos absolu, illustration d’un texte de Davide Cali, Sarbacane (2013).
  • La petite sirène, illustration d’un texte d’Andersen, Nathan (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Rikimini, illustration d’un texte de Marie-Sabine Roger, Casterman (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Un amour sur mesure, illustration d’un texte de Roland Fuentès, Nathan (2012).
  • La chanson de Richard Strauss, illustration d’un texte de Marcus Malte, Sarbacane (2012).
  • Comment cuisiner et dévorer les enfants, illustration d’un texte de Keith McGowan, Bayard Jeunesse (2012).
  • La chose, illustration d’un texte de Béatrice Fontanel, Sarbacane (2011).

Je vous conseille fortement le blog d’Alexandra Huard qui y montre particulièrement bien son travail : http://alexandrahuard.blogspot.fr.

TangapicoConcours :
Grâce aux éditions Sarbacane je vais pouvoir offrir à l’un de vous un exemplaire du très beau Tangapico dont Alexandra Huard a fait les illustrations. Pour participer, il vous suffit de nous dire, en commentaire à cet article, dans quel pays imaginaire vous aimeriez partir en vacances (et nous raconter un peu si vous avez envie). Nous tirerons au sort parmi toutes vos réponses, vous avez jusqu’à mardi 20 h ! Bonne chance à tous !


En vacances avec… Carole Chaix

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est Carole Chaix qui s’y colle, merci à elle !
Allez en route !

5 albums jeunesse

  • Tour de manège Régis LejoncMax et les Maximonstres Maurice Sendak
  • Tour de manège Régis Lejonc
  • Le voyage de Barbapapa Tison/Taylor
  • Mon tout petit Zullo/Albertine
  • Dans le brouillard de Milan Munari

5 romans (et autres livres)

  • La révolution d’un seul brin de paille Masanobu FukuokaLes années Annie Ernaux
  • La révolution d’un seul brin de paille Masanobu Fukuoka
  • Des histoires vraies Sophie Calle
  • Carnet de croquis et réalisations François Delarozière
  • Lettres à un jeune poète Rainer-Maria Rilke

5 films/DVD : en fait beaucoup plus mais je ne peux pas faire plus court…

  • intégrale DemyL’intégrale de Jacques Demy
  • Un éléphant ça trompe énormément Yves Robert
  • César et Rosalie Claude Sautet
  • Cinéma Paradiso Giuseppe Tornatore
  • Mon oncle Jacques Tati
  • Nos plus belles années Sydney Pollack
  • Un singe en hiver Henri Verneuil

5 CD

  • DétroitSerge Gainsbourg Vol. 2 dans l’intégrale
  • Sonorama musiques autour des films de Jacques Tati
  • Detroit Cantat/Humbert
  • Soleil dedans Arthur H
  • Le Tour de M (live) M

5 BD

  • Gaffes, bévues et boulettes André FranquinGaffes, bévues et boulettes André Franquin
  • Reportages Joe Sacco
  • Brouillard au pont de Tolbiac Malet/Tardi
  • Pourquoi j’ai tué Pierre Ka/Alfred

6 artistes

  • Niki de saint-Phalle
  • Calder
  • Michel-Ange
  • Jean Tinguely
  • La Caravage
  • Camille Claudel

6/7 lieux/promenade

  • le jardin des tarots Garavicchio
  • prendre les escalators de Beaubourg jusqu’au 5 ème étage et regarder Paris
  • « le bout du monde » Gourdanne Saint Julien le Montagnier
  • quartier du « caffe Gottico » à Rome et chez Fassi au Pallazzo del Fredo pour manger des glaces
  • les salles de cinéma en règle générale
  • dans Mafate sur l’île de la Réunion

Carole ChaixCarole Chaix est illustratrice

Bibliographie sélective :

À paraître :

  • Dans la tête d’Albert, illustration d’un texte d’Annie Agopian, Thierry Magnier (septembre 2015)
  • Quand je serai très très vieux…, illustration d’un texte d’Olivier Ka, Notari (septembre 2015).

Retrouvez Carole Chaix sur son site : www.carolechaix.com.

You Might Also Like

Secured By miniOrange