La mare aux mots
Parcourir le tag

Aline Bureau

De beaux voyages

Par 22 avril 2013 Livres Jeunesse

Ah ! Les voyages
Aux rivages lointains,
Aux rêves incertains,
Que c’est beau, les voyages
Qui effacent au loin
Nos larmes et nos chagrins,
Mon dieu !
Ah ! Les voyages.
Comme vous fûtes sages
De nous donner ces images
Les voyages, Barbara

Aujourd’hui on part en voyage avec trois beaux albums.

Au pays des vents si chaudsDepuis que sa famille a dû quitter le pays des Vents si chauds, Nils et les siens voyagent. Ils voguent dans les cieux grâce aux Géantes, des montgolfières construites par leurs ancêtres. Un jour peut-être qu’ils trouveront un pays à eux, comme ils l’espèrent, alors ils ne seront plus nomades et se poseront définitivement. En attendant ils se posent où ils peuvent, de temps en temps, le temps d’une escale. Ces escales sont l’occasion de grandes fêtes, où la musique résonne autour du feu. Mais les habitants des lieux où ils se posent les méprisent et les traitent de voleurs… alors il faut repartir.

C’est un très beau conte que signe Séverine Vidal, un conte plein de sens avec des tas de choses derrières. Ici on parle donc des peuples nomades, ceux sans terres qui sont Au Pays des Ventsméprisés, insultés quand ils arrivent chez nous. Parler de sujets délicats avec poésie et délicatesse n’est pas toujours aisé (c’est souvent très lourd), mais on sait maintenant que Séverine Vidal est douée pour ça. Au fond, au premier degré, son livre peut être vu comme une fable, une histoire complètement inventée sans aucun lien avec notre monde, mais on pourra aussi y trouver un goût (amer) de déjà-vu. Un bien bel album.

Les quatre GeantsTrois géants marchent, lentement. L’un tout de blanc vêtu, le second en rouge et vert et le dernier en jaune et brun. Ils marchent, sans arrêt, inexorablement. Au premier arrêt le géant habillé de rouge et vert enlève son manteau et l’étale sur la colline, c’est l’été. Ils sont déjà repartis et ont repris leur cadence, ils marchent, marchent et marchent encore. Lorsqu’ils s’arrêtent c’est le géant au manteau jaune et brun qui va recouvrir le paysage, Les quatre Geantsc’est l’automne. Puis ce sera au tour de l’hiver avec son manteau blanc… mais où est le printemps ?

Ici aussi c’est un livre très poétique que signent Zemanel et Aline Bureau, un conte aux couleurs chaudes et aux grandes illustrations. L’histoire des saisons, du temps qui passe. On cherche souvent des livres pour expliquer le principe des saisons aux enfants, je n’ai jamais vu un album aussi beau sur ce thème. C’est une très belle histoire, pleine de métaphores qui vont pourtant être très bien comprises des enfants. Un très bel album.

ChaparronTous les voyages ne sont pas simples, certains sont plus tortueux, plus étranges. On ne sait pas où on va et on se doute que le chemin ne sera pas facile. Et en fait… quel est le but ?

Chaparrón est un livre très étrange, très particulier. Graphiquement il est superbe (même si j’ai du mal avec les visages des personnages), on tourne les pages et on est en chaparronadmiration devant ses grandes illustrations particulières. On plonge dans un vrai univers. Au niveau du texte j’avoue que je ne suis pas certain d’avoir tout compris, c’est là aussi un texte très particulier. C’est le genre d’album qui ne peut en aucun cas laisser indifférent, qui fait s’interroger, qui laisse des tas de portes ouvertes, qui nous fait vraiment voyager… N’est-ce pas le but d’un livre ?

Quelques pas de plus
Nous avons déjà interviewé Séverine Vidal et chroniqué « quelques » uns de ses livres (Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps), nous avons aussi chroniqué un livre illustré par Bruno Pilorget (Le roi cheval) et un livre écrit par Zemmanel (Un travail de fourmis).

Au pays des vents si chauds
de Séverine Vidal, illustré par Bruno Pilorget
L’élan Vert
13,90€, 236×296 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2013
Les quatre géants
de Zémanel, illustré par Aline Bureau
Père Castor
13,50€, 248×310 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013
Chaparrón
de Federico Combi
Balivernes
13€, 256×298 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013


A part ça ?

Il suffit d'un cygneComme vous le savez La mare aux mots ne chronique pas de numérique (notre partenaire DéclicKids le fait si bien). Mais quel plaisir de relayer leurs chroniques quand il s’agit d’auteurs que nous adorons ! Nicolas Gouny vient de faire les illustrations d’une histoire sur l’amour (et l’absence de mère) sortie chez La souris qui raconte (qui, décidément, signe avec de bons auteurs et illustrateurs) et vous pouvez retrouver la chronique de Déclickids ici : http://www.declickids.fr/il-suffit-parfois-dun-cygne-une-belle-histoire-damitie-flash. Nous l’avons testé avec ma fille et c’est superbe ! Il a vraiment du talent cet homme là et La souris qui raconte fait décidément de belles choses.

Gabriel

You Might Also Like

« Le vent tiède, les éclairs, le tonnerre et la douceur y furent invités »

Par 11 décembre 2011 Livres Jeunesse

Je vous avais promis, il y a peu de temps (ici), de vous parler de recueil de contes. Comme je vous disais j’aime beaucoup ces (généralement beaux) albums. On y pioche régulièrement une histoire, on les garde longtemps, on les rouvre avec plaisir.

Le premier est d’actualité puisqu’il parle de Noël !

Dans la collection Petites histoires du Père Castor, un spécial Noël vient de ressortir (je le connaissais sous une autre couverture il me semble). Dix histoires très disparates mais toujours sur le même thème… Un père Noël qui en a ras le bol de toujours s’habiller pareil et décide de changer tout ça… mais les lutins et les rênes ne vont pas le laisser faire ! (Chic, le Père Noël ! de Sylvie Poillevé, illustré par Pierre Caillou), l’histoire de Monsieur Gronchon qui déteste Noël, les cadeaux, le repas de réveillon jusqu’au jour où il va trouver une dinde dans son jardin… (La dinde de Noël d’Élodie Agin illustré par Clotilde Perrin), les aventures d’Ivan Ivanovitch et de sa grand-mère Maroussia qui vivent dans la pauvreté en Russie au temps des tsars et qui, grâce à l’ingénuosité du petit moujik, vont passer un joli Noël (Ivan et l’oie de Noël de Christine Frasseto d’après un conte russe, illustré par Nicolas Duffaut), la rencontre entre Petite Mère et Bonhomme Hiver qui va être à l’origine de la création de la bûche glacée (Bonhomme Hiver… de Sylvie Poillevé illustré par Éric Gasté), le Noël d’animaux dans la savane qui voient tomber du ciel un objet que chacun interprête à sa façon et pense qu’il est son propre cadeau (Dans le ciel de Noël d’Amélie Sarn illustré par Nadia Bouchama), les aventures d’animaux qui ont pris possession d’une maison pour l’hiver et font fuir les visiteurs en leur faisant croire qu’elle est hantée, jusqu’au jour où… (Cette nuit-là… sans doute celle que j’ai préféré, d’Agnès Bertron-Martin illustré par France Sengel), un classique de chez Père Castor, Michka, l’histoire d’un petit ours en peluche qui va fuir une petite fille trop gâtée pour vivre de belles aventures (de Marie Colmont, illustré par Feodor Rojankovsky), l’attente de 24 petites souris, désespérées de ne pas avoir de neige à Noël (24 petites souris et la neige de Noël de Magdalena, illustré par Nadia Bouchama), l’histoire d’un vieil homme très pauvre qui vit à Mooréa avec pour seule compagnie son chien, à qui il n’a rien à offrir même pour Noël… mais un chat va changer leur réveillon (le très beau Un Noël tombé du ciel d’Agnès Bertron-Martin d’après un conte polynésien illustré par Aurélie Abolivier) et enfin les mésaventures du Père Noel, qui vit incognito dans un petit village et qui ne peut accéder à la liste de Noël des enfants car son ordinateur a un virus (le très moderne Sauvons le Père Noël ! d’Émmanuel Trédez illustré par Louis Alloing).

Avec son petit format (18×23 cm) et sa couverture matelassée, c’est un joli petit album aux histoires, comme je le disais plus haut, très différentes. Parfois drôles, parfois tristes, parfois très modernes parfois plutôt classiques, même dans les illustrations on passe par des extrêmes (il y a un monde entre les jolies illustrations classiques, très douces, de Feodor Rojankovsky et celles, très modernes, de Louis Alloing). Chacun y trouvera son compte, y’en a vraiment pour tous les gouts (y compris sur la longueur des histoires) ! …et les parents apprécieront le petit prix !

Et si on se replongeait dans les bons vieux classiques d’Andersen ? C’est ce que nous propose Lito avec un très bel album intitulé tout simplement Contes d’Andersen. Ici ce sont les contes dans leur version originale et en intégralité que l’on peut découvrir ou redécouvrir. Certains je les connaissais très bien. Poucette, par exemple, combien de fois ai-je entendu ma mère raconter à ma sœur les aventures de cette petite fille grande comme un pouce qui va être tour à tour la promise d’un crapaud et d’une taupe avant de rencontrer un joli prince de sa taille ? Autres histoires connues, La petite fille aux allumettes ou Le vilain petit canard, font partie de celles que l’on nous a racontées à de multiples reprises. Ou encore Les habits neufs de l’empereur que j’avais redécouvert grâce à Parastou Haghi et aux éditions Philomèle, je vous avais parlé il y a peu de temps de cette histoire d’empereur vaniteux et coquet dont la crédulité va être mise à l’épreuve par deux escrocs. Par contre j’ai découvert Le rossignol (l’histoire d’un rossignol dont le chant envoûte les populations et fini par enchanter l’empereur de Chine… avant qu’il ne soit remplacé par un oiseau mécanique…), Le petit soldat de plomb ( l’histoire d’un petit soldat unijambiste qui va tomber amoureux d’une petite danseuse) ou encore La princesse au petit pois (qui est très connue, je sais, mais qu’on ne m’avait jamais lue !). Le livre est très beau, pages épaisses, couverture cartonnée épaisse, grand format (31×26 cm) et les illustrations sont absolument merveilleuses. Les sept contes sont mis en image par Evelyne Faivre, Mayalen Goust, Jean-Marc Denglos, Judith Gueyfier, Aline Bureau, Daneth Khong et Crescence Bouvarel (attention malgré que le dessin de couverture soit de Rebecca Dautremer, vous ne trouverez aucune illustration d’elle à l’intérieur). Un très bel album, donc, aux histoires parfois un peu dures (la fin de la petite fille aux allumettes ou celle du soldat de plomb et de sa danseuse ne sont pas des plus joyeuses…) mais toujours très belles. Sept contes qui traversent le temps.

On retrouve plusieurs noms de l’album précédent dans le dernier ouvrage dont je vais vous parler, mon préféré des trois, Princesses de tous les pays. Anja Klauss, Daneth Khong, Xavière Devos, Anne Cresci, Mayalen Goust, Aline Bureau et la très talentueuse Sophie Lebot (dont Marianne vous a parlé encore cette semaine) illustrent ici de belles histoires de princesses des quatre coins du monde écrites par Christine Palluy.

Kimiko est une princesse du japon qui va rencontrer un prince changé en carpe, elle devra l’aider à lever cette terrible malédiction… au risque de se faire enlever par un dragon. Meriem est fille de sultan qui est menacée par une ogresse voleuse de princesse, menace qui ne cessera qu’à ses seize ans… mais vous vous doutez bien qu’elle va la rencontrer avant ! Vaïmiti est fille de pêcheur sur l’ïle de Tahiti. Elle est amoureuse du prince, malheureusement lui n’a pas le droit de regarder une fille du peuple. Grâce à l’esprit de la mer leur destinée va être changée. La reine d’un village africain ne pouvait avoir d’enfant. Elle promet à un baobab que s’il faisait en sorte qu’elle en ait un, elle lui donnerait ce qu’il veut en échange. Ainsi naît Adamma. Seulement quand elle devient une belle femme, le baobab, par l’intermédiaire d’un oiseau, la demande. Ce qui va lui arriver sera bien plus beau que ce qu’elle ne croit. Léontine (quelle joli prénom !) a eu la malchance d’avoir, au-dessus de son berceau, la dispute entre deux fées qui, du coup, lui ont offert des dons assez particuliers… Elle sera capricieuse, colérique mais surtout elle disparaitra le jour où un prince la rencontrera. Son père va bien sûr l’enfermer dans un château pour qu’aucun prince ne la croise. Mais c’est sans compter sur le caractère de Léontine… Nastasia, dont la mère est morte, vit avec son père, le tsar, sa belle-mère et ses deux horribles filles. À cause de cette marâtre elle va être la promise d’un ours (non pas un homme dur et renfermé, l’animal !) mais bien entendu l’ours n’est pas ce que l’on croit… Enfin Shakila, la fille du raja, est la promise du vieux maharaja. Son amour pour un jeune brodeur va la sauver de cette triste destinée.

Ces princesses ont du caractère (Léontine est même un peu peste), elles se rebellent parfois contre leur destinée (dans raja on parle de révolte des filles mariées de force), leurs histoires sont surtout très belles. J’ai lu ça seul, sans enfant et je me suis régalé ! Esthétiquement le livre est très réussi, il y a une vraie cohérence dans le choix des illustrateurs (et ils n’en ont choisi que des talentueux) et une vraie cohésion, il est assez grand (34×25), je trouve que tout ça en fait un bien beau cadeau. Comme dans le précédent ce sont donc sept histoires, toutes merveilleuses. Un très joli recueil pour ceux qui aiment les histoires de princesses, avec ici des histoires originales et inédites.

Petites histoires du Père Castor pour Noël, collectif
Père Castor/Flammarion, 9,95€

Contes d’Andersen, Hans Christian Andersen illustré par Evelyne Faivre, Mayalen Goust, Jean-Marc Denglos, Judith Gueyfier, Aline Bureau, Daneth Khong et Crescence Bouvarel.
Éditions Lito, 18€

Princesses de tous les pays, de Christine Palluy, illustré par Anja Klauss, Daneth Khong, Xavière Devos, Anne Cresci, Mayalen Goust, Aline Bureau et Sophie Lebot
Éditions Lito, 18€

Public : A leur lire / Lecteurs débutants (mais pas pour les trop petits pour la plupart, les textes sont assez long et, dans le cas des contes d’Andersen, assez ardus)

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

Zut ! sera à l’Olympia dimanche prochain et du coup nous aussi ! Il reste peu de places. Zut ! on les adore, sur scène c’est un grand moment pour les enfants et les parents, ne les manquez pas ! Si vous ne connaissez toujours pas : notre article sur leur dernier album ici, l’interview de Phil Marsal et leur site : http://www.coucouzut.com.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange