La mare aux mots
Parcourir le tag

Amérique du sud

Deux beaux contes

Par 25 janvier 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous emmène découvrir deux très beaux albums avec 100 % d’héroïnes féminines dedans ! Dans le premier, trois sœurs avides d’aventures essayent de débusquer le mystérieux Quetzalcoatl et dans le second, deux orphelines se lient d’amitié et sont littéralement fascinées par un anneau d’or aux grands pouvoirs.

Quetzalcoatl
Texte de Taï-Marc Le Thanh, illustré par Éric Puybaret
Gautier-Languereau
14 €, 240 x 305 mm, 40 pages, imprimé en France, 2017.
La Malédiction de l’anneau d’or
Texte de Fred Bernard, illustré par François Roca
Albin Michel Jeunesse
19 €, 285 x 355 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2017.

You Might Also Like

Des livres avec un CD

Par 2 mai 2016 CD non musical, Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle sélection de livres-CD (avec des histoires, des chansons ou les deux !)

Pouët
Chansons de François Hadji-Lazaro, illustrées par Delphine Durand
Milan
19,90 €, 250×250 mm, 40 pages, CD : 37 min. env., imprimé en Espagne, 2016.
Nanan !
Chansons de Lydie Dupuy, illustrées par Perrine Arnaud
Z production et Pag Éditions
20 €, 247×247 mm, 32 pages, CD : 40 min. env., imprimé en France, 2015.
Ujène, juste un rêve ?
Texte et illustrations de Christelle Le Guen, raconté par Anthony Sérazin
Éditions Millefeuille, dans la collection Émile & Feuille
14 €, 210×210 mm, 36 pages, CD : 40 min. env., imprimé en Bretagne, 2016.
J’ai descendu dans mon jardin
Texte écrit et raconté par Aimée de La Salle et Serena Fisseau, illustré par Marion Piffaretti
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70 €, 218×218 mm, 40 pages, CD : 14 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Hop, dans la lune !
Texte écrit et raconté par Cécile Bergame, chansons de Timothée Jolly, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70 €, 218×218 mm, 40 pages, CD : 16 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Sssi j’te mords… et Les Musiciens de La Nouvelle-Brême
Textes écrits et racontés par Pierre Delye, illustrés par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse
22,80 €, 238×225 mm, 68 pages, CD : 25 min. env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Le Carnaval Jazz des animaux
Texte de Taï-Marc Le Thanh, illustré par Rose Poupelain, raconté par Édouard Baer, musique de The Amazing Keystone Big Band d’après Camille Saint-Saëns
Gautier-Languereau
22,90 €, 250×290 mm, 16 pages, CD : 44 min. env., imprimé en France, 2015.
Dounia
de Zaf Zapha, illustré par Laura Guéry
LaCaZa musique, dans la collection Tout s’métisse
18 €, 180×210 mm, 56 pages, CD : 43 min. env., imprimé en Union Européenne, 2015.
Dalaka
de Zaf Zapha, illustré par Laura Guéry
LaCaZa musique, dans la collection Tout s’métisse
18 €, 180×210 mm, 52 pages, CD : 44 min. env., imprimé en Union Européenne, 2015.
Nola
de Zaf Zapha, illustré par Laura Guéry
LaCaZa musique, dans la collection Tout s’métisse
18 €, 180×210 mm, 56 pages, CD : 50 min. env., imprimé en Union Européenne, 2014.
Yemaya
de Zaf Zapha, illustré par Laura Guéry
LaCaZa musique, dans la collection Tout s’métisse
18 €, 180×210 mm, 56 pages, CD : 39 min. env., imprimé en Union Européenne, 2016.
Comptines et chansons du papagaio
Collectif, illustré par Aurélia Fronty
Didier Jeunesse, dans la collection Comptines du monde
23,80 €, 265×265 mm, 60 pages, CD : 44 min. env., imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2016.

You Might Also Like

A écouter

Par 2 août 2013 CD non musical, Musique pour enfants

Dans les transports on peut facilement occuper les enfants en leur faisant écouter des histoires (c’est bien mieux qu’un écran !). Voici quelques CD et livre-CD pour rendre les voyages moins longs.

Petite sagesses du soirUn chat qui fait ami-ami avec la souris son ennemie, un chameau qui se réconcilie avec un ami qui l’avait frappé, un chien qui se rend compte que sa différence est une force,… 10 animaux qui nous parlent de l’importance du jeu, de l’amitié, de se soigner ou de se calmer avant de s’endormir.

Dix petits contes sages tout doux tout doux écrits par Muriel Bloch (qui nous les raconte aussi) entrecoupés d’une musique tout aussi douce de Jean-François Alexandre. Chaque animal raconte une courte (entre une et deux minutes) histoire qui a du sens et finit par souhaiter une bonne nuit aux enfants. C’est apaisant et ça accompagne bien les petits dans le sommeil tout en repensant aux éléments de la journée. Les illustrations de Maud Legrand font regretter que ce ne soit pas un livre-CD pour en profiter vraiment. Un CD plein de douceur et de philosophie pour les enfants à partir de 2 ans (d’après l’éditeur).

Le plus feroce des loupsLe plus féroce des loups se promène dans la forêt et il a TRES faim ! En route il croise trois lapins, mais il n’est pas le seul à s’en approcher, s’en vient aussi un chasseur… mais voilà que le loup mange le chasseur et fait un clin d’œil aux petits lapins. Le gros loup continue son chemin et ce coup-ci c’est trois petits cochons qu’il croise…

Plein d’humour et de rythme dans ce conte dans lequel on croise 3 lapins, 3 cochons, le petit chaperon rouge, un chasseur, un boucher, un ogre et un loup très gourmand ! Voilà une histoire qui va beaucoup plaire aux enfants, il arrive toujours une chose à laquelle on ne s’attend pas et chaque fin de page est rythmée par des oiseaux qui chantent un peu comme une chorale gospel « Hou ! Hou ! Gare à vous ! Voilà le plus féroce des loups ». Les illustrations d’Olivier Tallec accompagnent parfaitement le texte de Sylvie Poillevé dans le très joli livre du CD. Une vraie réussite !

Roméo et le coup de luneRoméo, un petit clown,  adore les enfants. Dès que l’école est finie il les fait rire. Seulement voilà, le rire des enfants insupporte Croquilaine la sorcière et elle fera tout pour que ça cesse.

Roméo et le coup de lune est typiquement le genre de conte musical qui plaît aux enfants… et avec lequel j’ai beaucoup de mal ! Histoire rythmée par des chansons, on pense aux spectacles musicaux du genre Emilie Jolie, Le soldat Rose ou encore L’enfant au Grelot (que j’avais vu au théâtre des nouveautés il y a peu et que ma fille, contrairement à moi, avait adoré). Bref une ambiance à laquelle on accroche… ou pas ! Si vous faites partie de la première catégorie vous allez certainement aimer cette histoire racontée par Jean-François Stévenin où l’on parle du rire des enfants, de la jalousie, des sorcières et des fées, des clowns augustes et des clowns blancs.
Bande annonce du spectacle : http://www.youtube.com/watch?v=sISYidQ6hgM

Plume-Ton-OiseauLa ville de Plume-ton-oiseau, comme son nom l’indique, n’est pas le paradis des volatiles ! Il faut dire qu’il y règne l’horrible Abracar, c’est lui qui oblige les chats à travailler et à plumer les oiseaux. Mais attention grâce à un oiseau-mouche et un renard la révolution est proche !

Ici on parle de révolte et de liberté au son de la guitare, avec des musiques très rythmées. Heureusement que certains sont là pour renverser la dictature. J’avoue avoir été plus séduit par le fond que par la forme, mais Plume-ton-oiseau est une histoire avec un joli message.
Un très beau site avec des extraits.

HombrecitoLe petit Daniel est bien malade, la Mort vient d’ailleurs le chercher… seulement voilà, un petit personnage dessiné sur un carreau de faïence que Daniel a appelé Martinito ne laissera pas la mort faire, l’enfant a été le seul à le remarquer, à lui parler, il va donc déjouer la Mort, l’occuper jusqu’à ce qu’elle oublie son heure. Mais Martinito prend des risques…

A la première écoute (pas vraiment attentive) je n’avais pas été attiré par Hombrecito, Le petit Bonhomme de Buenos Aires, ce conte argentin avec sa musique d’Amérique du Sud. Trop sombre peut-être. En fait en l’écoutant vraiment, quelle magnifique histoire ! Le petit bonhomme du carreau de céramique est un conte classique en Argentine, Ezequiel Spucches a choisi de l’adapter pour nos petits français. On parle ici d’amitié, de solidarité mais aussi de la maladie et de la mort. Avec en fond sonore une très belle musique, c’est une narratrice, Laure Gouget, qui nous raconte cette belle histoire, très poétique. Un beau voyage à Buenos Aires (que c’est agréable de voyager grâce aux contes) pour y rencontrer des personnages très touchants… et un autre un peu effrayant !

Abeilles&BourdonsC’est le printemps et pendant que les papillons volettent, à la ruche il y a une toute nouvelle abeille. A peine intronisée celle-ci doit se trouver un bourdon-papa pour assurer la survie de l’essaim mais aucun bourdon ne lui plaît à la ruche… Alors il faut en trouver un plus loin mais forcément quand on sait qu’on va mourir dès qu’on devient bourdon-papa ça ne donne pas envie…

Après le très drôle Marrons et châtaignes (sur l’automne), les Nid de coucou nous présentent Abeilles et bourdons (sur le printemps). Ici c’est une très belle histoire d’amour que nous conte, de sa voix magnifique, Raphaëlle Garnier (qui dessine aussi les illustrations, écrit les textes et les musiques, joue de la trompette, du cristal Bachet et du métallophone !). Comme dans le précédent opus c’est très lyrique, on est ici dans un très beau conte servi par une magnifique musique et surtout une superbe voix. Aussi réussi que le précédent !

LA PETITE SIRENELe roi de la mer avait six filles mais la plus jeune était la plus belle. Cette petite sirène était passionnée par le monde des hommes. Lorsque ses sœurs eurent le droit d’aller voir ce monde (à leurs 15 ans) elle écoutait leurs récits en attendant impatiemment son tour. Lorsque ce jour arriva elle vit un bateau sur lequel se trouvait un prince, elle en tomba immédiatement amoureuse.

Je parlais encore il y a peu de La petite Sirène, voici une version racontée pour les plus grands (pour les enfants à partir de 10 ans d’après l’éditeur). L’histoire tragique d’une petite fille de l’eau, fascinée par un monde qui n’est pas le sien qui quittera tout par amour et finira par mourir (oui je raconte la fin mais bon je ne pense pas l’apprendre à grand monde !). Marie Tirmont nous raconte de sa belle voix le texte intégral d’Hans Christian Andersen (1h15 d’écoute) et c’est un beau moment, elle nous emmène avec elle dans ce magnifique conte qu’on redécouvre encore une fois avec plaisir.

Chut Gutman RoseRose a un souci d’élocution, les mots ne sortent pas comme il faut. Un simple « chat » devient un « moustachacu », la marelle dans sa bouche devient « crève en enfer ». A cause de ça elle a dû changer d’école, mais comment se faire accepter dans la nouvelle avec son souci ? Ne rien dire ? Pas facile… Et si la solution était d’affronter les demi-lampadaires (les collégiens) ? A la maison les choses ne sont pas simples non plus entre une patate (un père) crayon (dessinateur), qui lui écrit des lettres plutôt que de lui parler et une ventouse (mère) slogantine (publicitaire), un peu collante et qui lui parle comme à une débile. Heureusement grâce à la lecture de Chien Pourri, Rose s’évade.

Quel bonheur que cette histoire de Rose ! C’est une histoire extrêmement poétique, sur fond de guerre entre les primaires et les collégiens. Le défaut de Rose est prétexte pour Colas Gutman pour jouer avec les mots, les erreurs de la petite fille sont bien entendu pleines de sens : écrabouser, ennuimerder, bon levant (pour bonjour), pince à cinq doigts (pour main) des fantômes (ceux qu’on ne voit pas dans une classe),… On parle ici de la différence, mais aussi d’amour, des parents (qui ne comprennent pas forcément les enfants), d’amitié. On rit beaucoup lorsque les parents de Rose essayent de la corriger (et se plantent complètement) ou tentent des choses farfelues pour la faire parler normalement. C’est extrêmement drôle (tout en étant très tendre), je n’avais pas ri à ce point en écoutant une histoire depuis bien longtemps ! Sylvie Ballul fait beaucoup plus que de lire l’histoire, elle l’interprète vraiment. Le son d’un saxophone l’accompagne. Un délice !

Le petit PrinceAlors qu’il essayait de réparer son avion, un homme rencontre un étrange petit garçon qui lui demande de lui dessiner un mouton… la suite vous la connaissez…

Pour fêter les 70 ans du Petit Prince, Gallimard a sorti plusieurs versions (toutes magnifiques) de ce conte d’Antoine de Saint-Exupéry, dont une version avec CD racontée par Gérard Philippe. Quel bonheur que d’écouter la voix de cet extraordinaire comédien. Une version qui a 60 ans et n’a pas pris une ride. En bonus, on retrouve un document vidéo où Gérard Philippe raconte un extrait face caméra, un grand moment. L’édition aussi est superbe avec un très beau papier. L’histoire est présentée dans son intégralité (attention Gérard Philippe, par contre, dans sa version lue ne lit que des extraits) avec les aquarelles originales d’Antoine de Saint-Exupéry. Le tout présenté dans un superbe coffret cartonné. Une magnifique version.

A noter que vous pouvez retrouver une version poche vendue dans un petit fourreau avec une très belle carte pop-up (9,50€), une version dans un grand album (13,50€), une version beau livre (avec de nombreux bonus, 29€) et une version folio collector limitée avec un livret de dessin d’Antoine de St Exupéry (9,60€). Ces versions étant sans CD.

Quelques pas de plus…
D’autres histoires à écouter ici et ou encore (entre autres).
Nous avons déjà chroniqué des histoires de Muriel Bloch (Le Schmat doudou), des CD de Jean-François Alexandre (Musique de cinéma pour petites oreilles, L’imagier de la musiqueMusiques de cirque pour petites oreilles, Chansons et comptines de nos régions, Comédies musicales pour petites oreilles, Les instruments de l’orchestre pour petites oreilles, Musiques baroques pour petites oreilles et Musiques Jazz et Blues pour petites oreilles et Chansons et comptines de notre enfance), d’Olivier Tallec (Pas de pitié pour les baskets, Kevin et les extraterrestres, Restons Calmes !, Joyeux Noël Rita et Machin, Mon cœur en miettesLe slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte), un livre-cd de Nid de coucou (Marrons et châtaignes), des histoires d’Andersen (La petite sirène illustré par Alexandra Huard, Contes inédits : Le compagnon de voyage, Le petit Ole Ferme l’oeil, Le goulot de Bouteille, Le Rossignol et l’empereur de Chine, un CD regroupant plusieurs de ses contes, La petite fille aux allumettes illustré par Fabrice Backès, Les habits neufs de l’empereur illustré par Parastou Haghi et un recueil sorti chez Lito, Contes d’Andersen), et des livres de Colas Gutman (Chien pourri et Les inséparables) que nous avons d’ailleurs interviewé.

Petites sagesses du soir
Textes de Muriel Bloch, musique de Jean-François Alexandre
Naïve dans la collection Les petits indispensables des tout-petits
12€ (prix conseillé), 50 minutes, livret de 24 pages, 2013.
Le plus féroce des loups
Texte de Sylvie Poillevé, illustré par Olivier Tallec
Père Castor dans la collection Les albums en musique
10,50€, 178×217 mm,12 minutes, 28 pages, imprimé en Chine, 2013.
Roméo et le coup de lune
d’Eva Marchal, raconté par Jean-François Stévenin
Eponymes Jeunesse
13€ (prix conseillé), 35 minutes, livret de 8 pages, 2013.
Plume-Ton-Oiseau
d’Amaury Ballet et Christophe Dupire
Eponymes Jeunesse
13€ (prix conseillé), 32 minutes,livret de 8 pages, 2013.
Hombrecito
d’Ezequiel Spucches sur un texte de Manuel Mujica Làinez, interprêté par AlmaViva Ensemble
Victorie Music
18€ (prix conseillé), 51 minutes, livret de 8 pages, 2013.
Abeilles & Bourdons
de Nid de Coucou
Nid de Coucou
18€, 200×200 mm, 35 minutes, 32 pages, imprimé en Bretagne chez un éditeur éco-responsable, 2013.
La petite sirène
Texte de Hans Christian Andersen (traduit par Régis Boyer), lu par Marie Tirmont
Gallimard Jeunesse dans la collection écouter Lire
12,90€, 1h15, livret 4 pages, 2013.
Rose
Texte de Colas Gutman lu par Sylvie Ballul
L’école des loisirs dans la collection Chut !
13,70€, 62 minutes, 2013.
Le petit prince
d’Antoine de Saint-Exupéry, lu par Gérard Philippe
Gallimard
19,90€, 158×222 mm, 120 pages, imprimé en Chine, 2013.

Gabriel

You Might Also Like

Quêtes

Par 31 janvier 2013 Livres Jeunesse

Le Royaume d'ElioushaEliousha a 5 ans, il vit avec ses parents, ses grandes sœurs et son petit frère en Ukraine. Sa vie bascule quand son père doit partir se battre avec l’armée rouge contre l’Allemagne d’Hitler.  Il va alors parcourir l’Europe avec sa mère, son frère et ses sœurs. Alors qu’il vivait dans une famille sans soucis d’argent il va devoir apprendre à se débrouiller pour ramener de la nourriture et accepter de vivre dans des conditions rudimentaires.

Inspiré d’une histoire vraie, Le Royaume d’Eliousha est un magnifique roman sur un enfant pendant la seconde guerre mondiale. On a peu l’habitude de voir ce genre de témoignages, on connaît plus ce qu’il se passait en France ou dans les pays proches, ici on est donc entre l’Ukraine, le Kazakhstan et Israël. Eliousha va vivre dans un village musulman et dans un kibboutz, il va chasser et pêcher, il va apprendre à vivre avec les autres, des gens dont il ne comprend pas toujours la langue ou la façon de vivre. C’est une très belle histoire (sans scènes dures, je préfère le préciser) sur la différence, le fait de devoir se débrouiller, la famille, la vie en communauté.

On quitte les années 40 pour rencontrer deux enfants d’aujourd’hui…

Agnès et Vincent sont deux enfants dont le rêve est de voir l’horizon, là où le soleil se couche. Pour ça il va falloir faire de beaux voyages qui seront l’occasion de rencontres inoubliables.

Mahmoud, petit prince du desertLe premier voyage les mène en Algérie, Agnès et Vincent vont voyager dans le désert avec un jeune nomade prénommé Mahmoud. Ils découvriront les nuits fraîches sous la tente, les fossiles que l’on trouve dans le désert, les lacs salés, les rites des nomades (notamment suite à une naissance), ils joueront au foot avec des amis de Mahmoud, ils assisteront à des débats entre les anciens sur la survie de leur peuple à une époque où les camions transportent plus de choses en un voyage qu’eux en une année et ils iront à la rencontre d’un conteur qui leur apprendra que l’horizon est ailleurs… au Mexique

Le secret de Teotihuacan Le deuxième voyage sera donc au Mexique, là où Agnès et Vincent vont rencontrer Pedro qui les mènera dans la légendaire cité de Teotihuacán. Tantôt dans des bus surchargés, tantôt à pied, les enfants vont faire un long voyage pendant lequel ils vont tout savoir de l’histoire des Aztèques, de la construction de leur cité à leur chute au moment où les colons sont arrivés. Les histoires de Pedro seront parfois très dures, mais toujours passionnantes. Ce voyage sera aussi l’occasion de rencontrer des enfants qui mendient aux carrefours, respirant l’air pollué à longueur de journée et dont l’espérance de vie est très basse et de voir à quel point les lieux historiques ne sont plus que des attractions à touristes.

Au pays du soleil levantAu Mexique les enfants ont rencontré un vieux japonais leur ayant appris que c’est dans son pays que de lève le soleil, voilà donc Agnès et Vincent partis pour le Japon. Chiens robotisés, gens aux looks très décalés, écoles où les enfants sont très disciplinés, appartements minuscules où tout est calculé pour gagner de la place, les enfants vont voir un énorme décalage avec le Mexique ! Trouveront-ils ici l’horizon ?

La quête de l’horizon est une très bonne trilogie signée Didier Debord. D’après moi l’auteur a dû voyager dans ces pays tant les anecdotes, les descriptions sont nombreuses et détaillées. Certaines scènes sentent vraiment le vécu et on imagine bien l’auteur avoir pensé ce que pensent les enfants, s’être émerveillé de certaines choses comme eux ou tout comme eux avoir été peiné par d’autres (après tout dans un pays étranger dont on ne connait rien, on est souvent tel un enfant qui découvre les choses). En tout cas il est certain qu’il a décidé ici de donner un grand coup de pied aux clichés, les autochtones que croisent Agnès et Vincent s’amusent d’ailleurs des idées que les français se font d’eux.

Les trois livres se lisent indépendamment comme le précise la quatrième de couverture (mais il est certain que c’est plus intéressant de lire les trois et dans l’ordre) et sont finalement assez différents. Le premier est très descriptif, on est assez proche de carnet de voyageur. On nous raconte tout de la vie des nomades et de leur lieu de vie. Le deuxième, mon préféré, est vraiment plus basé sur les légendes. Enfin le troisième est le plus drôle des trois (une scène de quiproquo m’a particulièrement fait rire d’ailleurs). Les trois sont particulièrement bien écrits et on sent chez Didier Debord un amour des mots autant que son amour des gens et des voyages. Ce sont vraiment des livres qui, encore une fois, sentent le vécu et qui parlent d’énormément de choses : du voyage et de la différence bien-sûr, mais de tellement d’autres choses… C’est une vraie quête dans laquelle les enfants se sont lancés, et il y a toute une réflexion sur les choses, sur la vie, sur l’horizon… une trilogie vraiment réussie.

Quelques pas de plus…
Un roman un peu dans le même esprit, que j’avais beaucoup aimé, Liberté pour Hannah. Et La quête de l’horizon m’a fait penser un petit peu à une série de romans/documentaires, Les carnets de Timéo.

Le royaume d’Eliousha
de Uri Olev (traduit de l’hébreu par Sylvie Cohen), illustré par Claire Perret
Flammarion dans la collection Castor Poche romans
8,10€, 135×179 mm, 320 pages, lieu d’impression non indiqué, 2012.
Mahmoud, petit prince du désert
de Didier Debord
Éditions du Jasmin dans la série La Quête de l’horizon
7,90€,130×190 mm, 64 pages, imprimé en Tchéquie, 2012.
Le secret de Teotihuacán
de Didier Debord
Éditions du Jasmin dans la série La Quête de l’horizon
7,90€,130×190 mm, 70 pages, imprimé en Tchéquie, 2012.
Au pays du soleil levant
de Didier Debord
Éditions du Jasmin dans la série La Quête de l’horizon
7,90€,130×190 mm, 66 pages, imprimé en Tchéquie, 2012.

A part ça ?

Et voilà que janvier se termine… Il est temps de vous donner nos coups de cœur album du mois ! Marianne a choisi C’est pour mieux te manger ! de Françoise Rogier édité par L’atelier du poisson soluble et moi Paul d’Alice Brière-Haquet et Csil édité par Frimousse. Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! Écoute l’histoire…

Par 18 novembre 2012 Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Aujourd’hui des CD qui racontent des histoires, en musique ou pas… Commençons par trois coups de cœur.

Lorsque Malo naît il fait le bonheur de ses parents… faut dire qu’il est si beau ! Mais un jour Malo a commencé à changer physiquement et très vite le voici avec une coquille sur le dos. Le petit garçon devient vite une curiosité… mais qu’est-ce que c’est que ce garçon étrange ? Certains se moquent de lui, d’autres pensent qu’il faut le cacher. Il n’y a que Nina pour le défendre. Comment va-t-il se faire accepter ?

Parfois on croit rêver, on se frotte les yeux en se demandant « qui a lu dans mes pensées pour réunir dans un même ouvrage des artistes de la chanson, du cinéma et de la littérature que j’aime ? », quel est ce pote trop sympa qui s’est dit « si on faisait plaisir à Gabriel et proposait à Arnaud Cathrine, Mathieu Boogaerts et Artus de Pengern de se réunir sur un même Livre-CD ? Bon et puis j’ai vu qu’il était vendu partout donc il ne doit pas être fait que pour moi ! Plus sérieusement quand j’ai vu ces noms que j’aime beaucoup (ajoutons aussi Florent Marchet mais le voir aux côtés d’Arnaud Cathrine n’est plus une surprise) j’ai eu un peu peur… Parfois les meilleurs casting font les pires œuvres (je pourrai citer plusieurs exemples cinématographiques). Après tout pas besoin que ça soit bien pour que ça se vende, les fans des artistes présents achèteront quand même le livre… et là franchement ce n’est pas ce genre de choses ! C’est une œuvre de qualité, un des meilleurs livres-CD de cette année (voire au-delà) avec une histoire à la fois moderne, drôle, bien écrite. On parle donc ici du rejet d’un enfant différent, de se battre pour se faire accepter. On peut mettre plusieurs interprétations sur la coquille de Malo… Les chansons sont belles et restent bien en tête, les illustrations d’Aurélie Guillerey sont vraiment jolies, colorées, avec un petit côté rétro bien agréable. Une vraie réussite je vous dis !
Quelques extraits ici.

Et puisqu’on est dans les réussites…

Parce qu’elle voulait manger des crêpes, une petite fille doit se rendre chez sa grand-mère pour lui emprunter sa poêle, mais sur la route elle croise une ogresse poilue. Cette dernière lui propose de faire un jeu, la première qui arrive chez la grand-mère a gagné. Bien-sûr l’ogresse a dans l’idée de manger la vieille dame et la petite fille.

Quelle merveille que ce conte ! Cette adaptation du petit chaperon rouge par Fabienne Morel et Debora Di Gilio (dont l’accent est irrésistible) est un pur moment de bonheur. C’est drôle, truculent, bien écrit, on est tout simplement captivé par les histoires, les enfants adorent et nous aussi. Je n’avais pas été aussi agréablement surpris par un livre-CD de conte depuis Le papa maman d’Angelina Galvani. Le livre est assez grand et magnifiquement illustré par Nathalie Choux. Comme toujours avec les contes Syros vous pouvez le regarder en ligne ici… et je parie que vous allez tomber sous le charme du duo Huile d’olive & beurre salé.

Ferme les yeux et tu vas voir ce qu’il se passe. Saviez-vous qu’au tout début du commencement du monde le ciel était bas et que c’est parce qu’il se prenait des coups de pilon lorsque les femmes pilaient qu’il est parti très haut ? Mais les coups de pilon avaient fait des trous dans le ciel et c’est par ces trous que l’on voit le soir les bougies de la fille des nuages, c’est ça les petites lumières dans le ciel, la nuit. Saviez-vous que c’est lorsque cette même fille passe avec ses seaux trop remplis qu’il pleut sur la Terre ? Fermez les yeux et vous apprendrez tout ça et bien plus, vous connaîtrez aussi le tisseur de vent et les Luludis, fleurs qui ont appris leur chant aux oiseaux.

Voilà un conte musical extrêmement doux et poétique. Le texte est d’une beauté… on tombe sous le charme si on est sensible à ce genre d’univers onirique (ce qui est, vous l’aurez deviné, mon cas). Clémentine Mallein et Lucie Malbosc de la compagnie aLumeCiel nous entraînent avec elles dans cette histoire qui nous explique la création des éléments de la nature. Elles sont captivantes à écouter et les chansons qui viennent parfois entrecouper l’histoire sonnent justes, sont belles, elles restent en tête et on les reprend avec les enfants. Avec ma fille de 4 ans on a tout de suite adhéré et répété entre nous les dialogues, chanté les chansons. Un très très beau voyage.

Mizou est un petit chat noir, il a deux frères, un gris et un blanc. Mizou est surtout le roi des bêtises ! Parlées ou chantées, le livre-CD nous propose de suivre ses aventures. Avec ses frères ils vont tomber successivement dans la farine, la suie et la boue et deviendront des inconnus aux yeux de leur mère… heureusement que la pluie viendra les sauver ! Ensuite Mizou va croiser un grand-père qui a un énorme routabaga dans son jardin et devra se faire aider par sa femme et plusieurs animaux pour le sortir de terre puis le petit chat continuera son chemin, toujours à la poursuite de la petite souris espiègle. Mizou le petit chat noir d’Aimée de la Salle (accompagnée par Sébastien Bertrand) est une jolie histoire pleine de rebondissements dans laquelle l’auteur a incorporé des contes et des comptines (connues ou moins connues) qu’elle a adapté. Très musical et très doux, c’est vraiment un livre-CD qui va plaire aux plus petits (à partir de 2-3 ans je pense). Les illustrations de Marion Piffaretti sont, comment toujours, vivantes et pleines de couleur.
Des extraits ici.

Lulu est une petite grenouille, elle ne vit pas dans une mare mais dans une fontaine donc pas évident de se faire des copains ! Heureusement sa rencontre avec un moustique va changer sa vie. Le petit insecte va lui indiquer le pays des grenouilles, si Lulu ne le mange pas. Sur la route elle va se faire plein d’amis en passant par divers endroits, un petit pois aussi seul qu’elle dans le jardin potager, un coq dur de la feuille dans la basse-cour puis un âne qui a l’âme en peine dans l’étable. Tous vont monter sur le dos de Lulu à la recherche du pays des grenouilles

Les musiques du Pays des grenouilles de Solen Imbeaud et Benjamin Ramón sont vraiment entraînantes, dansantes et les enfants s’amusent vraiment, ils reprennent les refrains, dansent, font des bonds,… On passe du rock à la bossa, de musiques lentes à des musiques franchement rythmées (l’ensemble est quand même plutôt dansant). Au cours de l’histoire les enfants auront même l’occasion de répondre à des devinettes sur les animaux. Les textes sont vraiment amusants, les musiques variées (d’ailleurs on trouve ici un grand nombre d’instruments de musique), de quoi ravir les plus petits (à partir de 2 ans d’après l’éditeur).

Après ces deux livres pour les plus petits, en voici pour les plus grands.

Les enfants n’ont pas toujours une vie facile. Chaque jour ils doivent parfaire l’éducation de leurs parents. Cet animal bizarre difficile à apprivoiser est complexe, les enfants ne savent pas toujours quoi en faire, parfois ils baissent les bras… pourtant avec quelques conseils utiles… C’est le but du CD Bien éduquer ses parents, conférence musicale réjouissante. Des experts donnent donc aux enfants des méthodes d’éducation, des astuces,… tout est évoqué : le bon usage du caprice (pour que les parents ne se croient pas tout puissants), les parents pas éduqués qui arrivent d’un coup dans le foyer en cas de divorce (et les parents dont l’éducation n’est pas encore terminée et qu’on ne verra plus qu’un week-end sur deux… pas évident de réussir à finir le boulot !), gérer les disputes entre parents (et doit-on les provoquer pour en obtenir des avantages), supporter Henri Dès, faire qu’ils nous fassent un petit frère ou une petite sœur (les parents, pas Henri Dès !)… Cet album est drôle, piquant, pas gnangnan, bref il a tout pour me séduire ! Seul hic j’ai du mal avec les voix d’enfants… mais sincèrement c’est parfois tellement drôle que finalement j’ai réussi à passer outre. Ça s’adresse quand même à des enfants assez grands (7-8 ans) et ça fait beaucoup sourire les parents (pour tout vous dire, j’ai d’ailleurs pensé au départ que ça ne ferait rire que les parents, je l’ai fait écouter à deux enfants qui m’ont démontré l’inverse !).  Le « livret » (à ce niveau on peut parler de petit livre) qui l’accompagne est très beau, très soigné. Bref un album esthétique et plein d’humour.
Vous pouvez l’écoutez ici et suivre leur page facebook.

Le village de l’Achachila, un vieux sage, ne connaissait pas la faim. Le vieil homme savait toujours quelles étaient les bonnes terres pour cultiver. Les hommes se demandaient quel était son secret… un jour il le leur révéla en leur racontant l’histoire de son amitié avec le Quirquincho, petit animal à la carapace grise, et celle de son charango, un instrument de musique étrange.

La collection des Contes du musée de la musique ont pour but de faire découvrir d’autres cultures et des instruments de musique par le biais d’un conte sur Livre-CD (je vous avais déjà parlé d’Aimata et le secret des tambours). Ici on part donc pour un très beau voyage en Bolivie au XVème siècle et on va nous raconter la légende de la naissance du charango. Au son de la musique d’Amérique du Sud, on suit cette belle histoire illustrée par Louise Heugel. C’est captivant et dépaysant. Prêt pour le voyage ?
Des extraits ici.

On reste dans les livres un peu documentaire…

Elvis est un petit garçon qui naît dans l’Amérique des années 30 dans une famille pauvre. L’enfant aime chanter des chants religieux dans la chorale de l’église. Petit à petit il apprendra la guitare et deviendra le célèbre Elvis Presley.

Encore un magnifique livre de la collection Découverte des musiciens chez Gallimard Jeunesse Musique. On retrouve ici la vie d’Elvis Presley de son enfance à sa mort en 1977. Le livre est très beau, les illustrations sont signées par le très talentueux Rémi Courgeon et elles sont complétées par des photos. Le CD est absolument passionnant à écouter, c’est le génial acteur Éric Caravaca qui nous raconte cette histoire. Tout en étant un très bon documentaire (le livre regorge d’infos supplémentaires), c’est un livre-CD qui peut passionner un enfant qui n’aurait jamais entendu parler du King mais qui aime écouter de belles histoires. Et bien sûr il y a la voix d’Elvis… On réécoute avec plaisir Love me Tender, Blue Suede Shoes ou encore Jailhouse Rock. Un très très bon livre-CD.
Un extrait ici.

Ivan est le plus jeune de sa fratrie, les autres le considèrent comme un nigaud parce qu’il n’est pas aussi ambitieux et manipulateur que les autres. Un jour qu’il est à la pêche, il rencontre une magnifique femme dont il tombe tout de suite amoureux mais celle-ci se transforme en cygne. Pour la retrouver il lui faudra affronter Baba Yaga , un dragon à trois tête (le Zmeï Gorynytch) et Kosheï l’immortel. Heureusement dans son périple il va être aidé par le sage Nikolaï.

Pour écrire Un conte russe, Véronika Kuzmina a repris des thèmes connus des contes russes. Jusqu’où peut nous mener l’amour ? Ivan sera prêt à tout affronter pour retrouver sa belle. On parle ici de l’amour, donc, mais aussi de l’égo (Kosheï n’aime que lui et ça ne le rend pas heureux). Roxane Lebrun est passionnante à écouter, elle incarne vraiment ses personnage, change de voix, elle sait captiver son auditoire. Elle est accompagnée musicalement au piano par une musique très mélodique (après le conte on peut d’ailleurs entendre la musique seule) et la seule chose qu’on pourrait reprocher serait les bruitages qui parfois font un peu cheap. Le CD propose aussi une version en russe du conte.
Des extraits ici.

Une minuscule fille appelée Poucette qui va être la femme d’un crapaud, la compagne d’une taupe puis grâce à une hirondelle va rencontrer un homme à sa taille, un rossignol dont le chant va toucher le cœur de l’empereur de Chine jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un oiseau mécanique, onze garçons changés en cygnes dont la sœur est le seul espoir pour vaincre ce sortilège, il est possible que vous connaissiez ces très beaux contes signés Andersen.

On retrouve ici Roxane Lebrun, Véronika Kuzmina et de belles musiques au piano. On passe un très bon moment (trente minutes au total) à écouter ces trois magnifiques contes entrecoupés de très belles mélodies. Comme souvent chez Andersen, c’est dur, la vie n’y est pas un long fleuve tranquille, mais c’est aussi ça la beauté des vieux contes. Décidément le duo Roxane Lebrun / Véronika Kuzmina est un duo qui captive ses auditeurs.
Une vidéo de présentation ici.

On reste avec Andersen

Il était une fois… une petite sirène qui tombât amoureuse d’un prince. Par amour pour lui elle renonçât à sa queue de poisson et à sa voix… mais le jeu en valait-il la chandelle ?

La belle histoire d’Andersen (pas dans sa version édulcorée par le papa de Mickey), racontée par la douce voix de Natalie Dessay sur la musique de Peer Gynt et illustrée par Nathalie Novi ! Le genre de livre qui nous fait dire « ouh la n’en rajoutez plus, j’achète ! ». Le livre est vraiment très très beau (ah les grands formats de la collection  un livre, un CD de chez Didier Jeunesse…) et on est envoûté par cette magnifique et tragique histoire. La musique d’Edvard Grieg se marie parfaitement avec ce conte et avec la voix de Natalie Dessay. Une vraie réussite. Attention toutefois, pas pour les enfants trop jeunes (j’aurai tendance à dire au moins 6-7 ans)…
Des extraits ici.

Le prince de Motordu a du mal avec la musique, ça lui rappelle trop son gros fesseur qui lui enseignait le violent. Ses enfants veulent qu’il se réconcilie avec la musique et ensemble ils décident de faire venir un orchestre. L’orchestre va devoir apprendre la langue de Motordu pour venir jouer au pays du fameux prince. Celui-ci arrivera-t-il à apprécier la musique ?

Voilà un conte très lyrique, chanté parfois façon opéra, joué par l’Orchestre national d’Ile de France. Forcément ce genre de choses on adhère… ou pas ! Les fans du prince de Motordu risquent en tout cas d’être décontenancés par cette grande aventure musicale, les amoureux de la musique eux peuvent beaucoup aimer. Ici on parle de fugues, d’alto, d’octaves, on initie les enfants au vocabulaire des musiciens. Le conte est parfois assez ardu à suivre et ne s’adresse vraiment pas aux jeunes enfants (Gallimard le conseille de 5 à 10 ans, j’aurai tendance à dire plus près de 10 que de 5). Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu sera joué à Pleyel le 2 décembre, plus d’informations ici et vous pouvez voir une vidéo de présentation .

Quelques pas de plus…
Maman Baobab a aussi chroniqué Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu (et son avis est assez différent du mien).
D’autres histoires à écouter que nous avons chroniqué : Ma grande sœur m’a dit, les saisons en musique, Roule-Toujours ! ou la lune dans la tête, La sorcière au nez de fer, Le petit Cépou, Pakita, la maîtresse magique !, Mon voisin, Arsène Lopin, Le célèbre cabrioleur, Le papa maman, Je t’aime comme toi, Nouvelles de Mars, Le géant de la forêt, L’arbre à musique et beaucoup d’autres !

Coquillette la mauviette
d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet, raconté par Julie Depardieu, avec la participation de Mathieu Boogaerts, Valérie Leulliot, Jeanne Cherhal, Artus de Penguern, Raphaële Moussafir et Antoine Dezelli, illustré par Aurélie Guillerey.
Actes Sud Junior
21€, 205×205 mm, 48 pages, durée du CD : 18’20, imprimé en Italie
L’ogresse poilue
d’Huile d’Olive & Beurre salé (Fabienne Morel et Debora Di Gilio), illustré par Nathalie Choux.
Syros
18,90€, 260×260 mm, 40 pages, durée du CD : 16’09, imprimé en France
Ferme les yeux
de Cie aLumeCiel (Clémentine Mallein et Lucie Malbosc)
Victor Mélodie
15€ (prix de vente conseillé), CD digipack avec livret illustré de 28 pages, durée du CD : 33’53.
Mizou le petit chat noir
d’Aimée de la Salle, accompagnée par Sébastien Bertrand à l’accordéon, illustré par Marion Piffaretti
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70€, 210×210 mm, 36 pages, durée du CD : 14’48, imprimé en France
Le pays des grenouilles
de Solen Imbeaud et Benjamin Ramon
Victor Mélodie
15€ (prix de vente conseillé), CD digipack, durée du CD : 32’45.
Bien éduquer ses parents, conférence musicale réjouissante
de La compagnie Famille nombreuse, illustré par Jean-Louis Cornalba
Naïve
20€ (prix de vente conseillé), 145×155 mm, 72 pages, durée du CD : 35’10, imprimé à Singapour
Le secret de L’Achachila
de José Mendoza et Cécile Boisel, raconté par Xavier Clion, illustré par Louise Heugel
Actes Sud Junior dans la collection Les contes du musée de la musique
16€, 205×205 mm, 40 pages, durée du CD : 18’53, imprimé en Italie
Elvis Presley
de Stéphane Ollivier, raconté par Eric Caravaca, illustré par Rémi Courgeon
Gallimard Jeunesse dans la collection découverte des musiciens
17€, 225×225 mm, 25 pages, durée du CD : 25’48, imprimé en Italie
Un conte russe
de Veronika Kuzmina, raconté par Roxane Lebrun
Éponymes Jeunesse
13€ (prix de vente conseillé), CD Mint Pack, durée du CD : 69′
3 contes d’Andersen
de Veronika Kuzmina, raconté par Roxane Lebrun
Éponymes Jeunesse
15€ (prix de vente conseillé), CD Mint Pack, durée du CD : 51′
La petite sirène
d‘Andersen, raconté par Natalie Dessay, Musique d’Edvard Grieg jouée par Ensemble Agora, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse dans la collection 1 livre 1 CD (Conte et Opéras)
23,80€, 265×2665 mm, 48 pages, durée du CD : 51′, imprimé en Italie
Le RÉ-SI-DO-RÉ du prince de Motordu
de Pef et Marc Olivier Dupin, lu et chanté par Estelle Béréau, Paul-Alexandre Dubois et Laurent Stocker, musique jouée par l’Orchestre nationale d’Île-de-France
Gallimard Jeunesse
22€, 250×289 mm, 40 pages,durée du CD : 44’46 imprimé en Italie

A part ça ?

Jusqu’au 23 janvier, la cité de la musique propose une expo Django Reinhardt. Les enfants ne sont pas oubliés avec une visite-conte pour les 4-11 ans et un cycle sur le jazz et la guitare manouche pour les 8 à 14 ans. Plus d’informations ici et un joli site prévu pour les enfants . J’espère y aller et vous en dire plus.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange