La mare aux mots
Parcourir le tag

André Bouchard

Explorations

Par 31 août 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux albums aussi différents qu’intéressants. Le premier explore les peurs nocturnes avec humour et le second, d’une merveilleuse poésie, nous emmène dans un véritable paradis végétal.

Les Nuits de Lison
d’André Bouchard
Seuil Jeunesse
11,90 €, 210 x 270 mm, 64 pages, imprimé au Portugal, 2017.
Chrysalide
Texte de Pog, illustré par Maurèen Poignonec
Éditions Cépages
13 €, 260 x 190 mm, 28 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Histoires de famille

Par 8 décembre 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose quatre livres, albums et BD, qui proposent des images différentes, mais toutes justes, de la famille.

Raoul. Mais c’est une fille!
de Michel Van Zeveren
l’école des loisirs
13,50 €, 300×210 mm, 56 pages, imprimé en Belgique, 2016.
Les Foufous. Tome I: Les Foufous à table
de Françoize Boucher
Casterman
11,90 €, 212×262 mm, 48 pages, imprimé République Tchèque, 2016.
Les Palsou
d’André Bouchard
Seuil Jeunesse
13,50 €, 320×250 mm, 40 pages, imprimé en France, 2016.

You Might Also Like

Les invité.e.s du mercredi : André Bouchard et Dorothée de Monfreid (+ concours)

Par 10 février 2016 Les invités du mercredi

Comme vous le savez, à La mare aux mots on aime quand ça pique ! On aime les livres à l’humour grinçant, qui font ricaner. Alors, forcément, on aime André Bouchard. On a donc eu envie de lui poser quelques questions pour mieux le connaître, mieux connaître sa façon de travailler. À la suite de cette interview, vous pourrez tenter de gagner L’après-midi d’une fée, son dernier album. Ensuite, c’est un tout nouveau rendez-vous que nous vous proposons. Régulièrement, nous demanderons à un.e auteur.e et/ou illustrateur.trice de nous parler de l’endroit où il.elle crée. C’est Dorothée de Monfreid qui inaugure cette nouvelle rubrique. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : André Bouchard

André BouchardParlez-nous de votre parcours ?
Né à Rennes en 1958, je suis auteur de livres pour enfants depuis 2002 et dessinateur d’humour pour la presse depuis 2005 pour Le Point (mais aussi Le nouvel Obs, Le Monde, Le Magazine Littéraire, Le Figaro Magazine, Femmes, BSC News, etc.). Pour la jeunesse, je suis l’auteur et le dessinateur de nombreux titres aux éditions Circonflexe (dont La tête ailleurs dessiné par Quentin Blake), de La Mensongite galopante aux éditions Gallimard Jeunesse (2011), de Beurk ! (2004), mais aussi de Les lions ne mangent pas de croquettes (2012), de L’abominable Sac à main (2013), de Y’a un louuuuhouu ! (2014), de Ernest maître du monde (2015) de L’après-midi d’une fée (2015), aux éditions Seuil Jeunesse. J’ai également dessiné sur les légendes de Vincent Malone Quand papa était petit, y avait des dinosaures (Seuil jeunesse, 2003) et Avant quand y’avait pas l’école (Seuil jeunesse, 2013).

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescent ?
Enfant, j’ai beaucoup lu, écrit et dessiné de bandes dessinées, une bonne école pour apprendre à raconter une histoire dessinée.
Mais, je ne lisais pas que des bandes dessinées : j’ai été captivé par la lecture de la Trilogie des ancêtres d’Italo Calvino et Les contes du chat perché de Marcel Aymé qui sont certainement mes contes préférés.L'après midi d'une fée

Quelles techniques d’illustration utilisez-vous ?
J’utilise du papier que je barbouille scrupuleusement avec une plume, de l’encre de Chine, des pinceaux et de l’aquarelle.

Comment dessiner un livre pour enfants ?
L’album pour enfants est un art complet pour celui qui, comme moi, aime raconter des histoires et dessiner.
La caractéristique commune de la plupart de mes ouvrages, c’est une prédilection pour « le merveilleux ou le fantastique quotidien ». Je puise mon inspiration dans la réalité vécue de l’enfant : son rapport aux parents, aux autres enfants, à la nourriture, à l’égoïsme, au mensonge, etc.
C’est à partir de cette observation que l’imagination du conteur-dessinateur peut entrer en action.
J’aime aussi la confusion du réel et de l’imaginaire. Puisque de toute façon les deux se côtoient en permanence ils vivent comme chacun de nous d’ailleurs à la fois dans l’un et dans l’autre.
Il y a d’abord l’idée, l’histoire vient toujours en premier. C’est le conte qui importe. Je réfléchis ensuite à la façon de raconter ce conte, c’est là que le dessin intervient dans la narration.L'abominable sac à main
J’ai le souci d’éviter la redondance entre l’image et le texte.
Idéalement texte et image doivent être complémentaires.

Cauchemars, loups, sacs à main abominables, microbe moche et dangereux… vous n’avez pas honte d’effrayer les enfants ?
Vous avez l’air d’ignorer les terribles ogres, sorcières, loups et autres personnages terrifiants des contes de Perrault, Grimm, Afanassiev…
Lorsqu’on fait des grimaces à un enfant, il peut en rire ou bien en avoir peur « au premier degré », dans ce cas, on cherche à le rassurer en lui disant : « c’est pour rire ».
Le rire et le sourire permettent d’évoquer des choses horribles ou simplement déplaisantes sans vous terroriser. Un ogre qui mange les enfants c’est épouvantable, en rendant l’ogre ridicule, grotesque voire anodin, l’humour est une façon de dominer l’horreur qui émane de ce personnage. En rendant acceptable l’inacceptable, nous pouvons envisager le pire avec une certaine sérénité.

Y'a un louuuuhouu !Plus sérieusement, j’ai l’impression que ce qui marche dans vos albums, c’est qu’ils ne sont pas racoleurs, qu’ils ne brossent pas dans le sens du poil. On est ravis de ne pas être pris pour des demeurés et de se faire un peu chahuter. Vous en avez conscience ?
C’est une exigence de conteur, surtout quand il s’agit de s’adresser à un public aussi exigeant que celui des enfants. Pas de niaiserie sucrée, ni de provocation facile et gratuite chez moi, je respecte trop mes lecteurs.
L’enfant possède une grande vertu : il n’accepte pas de s’ennuyer. Écrire pour les enfants, c’est une école de rigueur. Laisser s’exprimer l’imaginaire tout en le contenant, respecter les lois qui font une bonne histoire : la tension dramatique, la composition, l’humour, la présence des personnages, l’évolution de leurs rapports.
Cela veut dire ne jamais laisser retomber l’intérêt.
Ce sont les règles du feuilletoniste que j’intègre : il faut qu’il se passe quelque chose à chaque page.

9782021076905Êtes-vous totalement libre ou votre éditeur vous demande parfois moins de noir et blanc ou plus de bons sentiments ?
Je suis totalement libre. Cependant, je n’hésite pas à soumettre mes histoires à mon éditrice aux éditions du Seuil, Béatrice Decroix, qui est toujours de bon conseil.

Quel regard portez-vous sur la littérature jeunesse actuelle ?
Je ne connais pas tous les auteurs loin de là. J’aime le travail de Tomi Ungerer, de Gilles Bachelet qui sont des dessinateurs-conteurs talentueux.

Quels sont vos projets ?
Achever le dessin de mon prochain album à paraître en avril 2016 et commencer à imaginer une nouvelle histoire.

Bibliographie :

  • L’après-midi d’une fée, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Ernest maître du monde, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Y a un louuuuhouu !, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le génie du bigoudi, texte et illustrations, Bayard Jeunesse (2014).
  • L’abominable sac à main, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Un beau matin, le coq aboya, texte et illustrations, Circonflexe (2013).
  • Avant quand y avait pas l’école, illustration d’un texte de Vincent Malone, Seuil jeunesse (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Le roi qui valait 4,50 €, texte et illustrations, Circonflexe (2013).
  • Le chat botté, illustration d’un texte de Charles Perrault, Belin Jeunesse (2012).
  • Les lions ne mangent pas de croquettes, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2012).
  • La Mensongite galopante, texte et illustrations, Gallimard Jeunesse (2011).
  • Les loufoqueries de François Galuchon – Magicien attitré de Sa Majesté Clédeu XII, texte et illustrations, Circonflexe (2008).
  • La tête ailleurs, texte illustré par Quentin Blake, Circonflexe (2008).
  • Beurk, texte et illustrations, Seuil Jeunesse (2004).
  • Quand papa était petit, y avait des dinosaures, illustration d’un texte de Vincent Malone, Seuil jeunesse (2003), que nous avons chroniqué ici.

Concours :
Grâce aux éditions Seuil Jeunesse nous allons pouvoir offrir à l’un.e de vous un exemplaire de L’après-midi d’une fée, le dernier album d’André Bouchard. Pour participer, dites-nous, en commentaire à cet article, ce que vous feriez si vous étiez une fée. Nous tirerons au sort parmi toutes vos réponses, vous avez jusqu’à mardi 20 h ! Bonne chance à tou.te.s !


Quand je crée… Dorothée de Monfreid

Le processus de création est quelque chose d’étrange pour les gens qui ne sont pas créateur.trice.s eux-mêmes. Comment viennent les idées ? Et est-ce que les auteur.e.s peuvent écrire dans le métro ? Les illustrateur.trice.s dessiner dans leur salon devant la télé ? Peut-on créer avec des enfants qui courent à côté ? Faut-il de la musique ou du silence complet ? Régulièrement nous demanderons à des auteur.e.s et/ou illustrateur.trice.s que nous aimons de nous parler de comment et où ils créent. Et la première invitée de cette nouvelle rubrique est Dorothée de Monfreid.

Atelier Dorothée de MonfreidPour faire mes livres, je me sers de souvenirs, impressions diffuses, désirs et idées, associés avec le travail de l’écriture, du dessin, de la construction de l’histoire. Il y a donc deux étapes dans ce travail, étapes qui peuvent se mélanger et se superposer.
Pour commencer, une cuisine mystérieuse se prépare à mon insu dans ma tête et fait naître des univers, des situations, des personnages :
un mot, un roman, une expo, un film, une chanson, un rêve, une personne, un paysage, un animal… tout peut servir de déclencheur pour un projet de livre. Ça peut arriver n’importe où et n’importe quand. Parfois je prends des notes.
Il peut y avoir du bruit, de la foule, des enfants autour de moi, ça ne me dérange pas.
Et puis il y a la réalisation de ces projets, qui transforme l’envie d’origine en quelque chose d’autre.
Alors là ça devient beaucoup plus concret.
Je vais chaque jour à mon atelier, un petit studio sous les toits dans le Marais, à Paris.
Je me sens au cœur de la ville, reliée à son énergie, et en même temps en retrait, isolée dans ma cabane avec vue sur le ciel.
J’arrive, j’allume l’ordinateur, je prépare du thé.
Je me mets au travail le plus rapidement possible.
Si je commence à traîner, je ne fais pas grand-chose de ma journée.
Quand j’écris un texte, je ne veux ni musique ni radio.
Il est trop facile de se déconcentrer.
Silence, bruit de la rue, tic-tac de l’horloge.
Si le téléphone sonne à ce moment-là, ça m’énerve.
J’écris sur mon ordinateur.
Quand je n’y arrive plus, je continue dans un carnet.
Quand je n’y arrive plus, je continue sur mon Ipad.
Quand je n’y arrive plus, je reviens dans le carnet.
Quand je dessine, j’écoute souvent de la musique.
Parfois des disques (Django Reinhardt, Maurice Ravel, Serge Gainsbourg, Billie Holiday, Gonzales, Michel Legrand, Philippe Katerine, JS Bach…).
Parfois la radio américaine WFMU (station Give the Drummer).
Quand je fais de la couleur, j’écoute la radio.
Ces jours-ci, pour travailler mon anglais, j’écoute des podcasts de la BBC ou alors le son de la télé de la Nasa.
C’est exotique, j’aime bien.
Sinon France Inter ou France Culture.
Quand il fait froid, je dessine avec deux paires de mitaines superposées.
Quand il fait chaud, je mets mes pieds dans une bassine d’eau sous mon bureau.
Dans tous les cas, j’engloutis des litres de thé très chaud du matin au soir.
À part ça, la nuit, je dors et je rêve.

Dorothee de monfreidDorothée de Monfreid est auteure et illustratrice

Bibliographie sélective :

Retrouvez Dorothée de Monfreid sur son blog : http://supersauvage.blogspot.fr

You Might Also Like

Ça grince

Par 18 mai 2015 Livres Jeunesse

Ernest Maître du mondeIl est minuscule, il est moche, il est mal élevé… et pourtant c’est le maître du monde ! Ernest est un microbe. Il ne vous fait pas peur ? Et bien, vous devriez ! Vous devriez même trembler, vous cacher. Sinon il va vous arriver la même chose qu’au professeur Plöck et ça, croyez-moi, vous n’en avez pas envie ! Je ne suis même pas certain que vous vouliez savoir ce qui est arrivé au professeur Plöck, mais si c’est le cas lisez Ernest Maître du monde d’André Bouchard… mais je vous aurai prévenu !
J’aime décidément beaucoup l’humour grinçant d’André Bouchard. Ici encore, l’auteur-illustrateur nous embarque dans une histoire loufoque et décalée où un microbe accomplit ses méfaits avec un grand sourire. Les situations qu’il provoque sont tout simplement hilarantes et feront rire tous les amateurs d’humour noir (parents comme enfants). La chute, elle, est totalement irrésistible et interpelle le lecteur qui devient un personnage du livre. Gros coup de cœur.
Un personnage drôlement méchant dont je suis vraiment fan.
Le même vu par Sous le feuillage et par Enfantipages.

Cherche nounouDans une petite rue où tout semble bien se passer une annonce est posée sur un arbre. On cherche une baby-sitter. À l’adresse indiquée, une femme se prépare à recevoir les candidats, elle leur a préparé un thé et des gâteaux. Sur le canapé passent une tortue qui semble trop âgée, un éléphant qui manque peut-être d’agilité ou même un vautour qui ne rassure pas vraiment. Aucun ne semble être le candidat recherché. Ah, attendez, il se peut bien que…
La chute, totalement inattendue, risque de vous surprendre et de bien faire rire, là encore, ceux qui aiment l’humour grinçant. On doit ce bel album à un duo qu’on aime beaucoup sur La mare aux mots, Meritxell Martí et Xavier Salomó  et on les retrouve ici avec plaisir.
Un album idéal pour les amateurs d’histoires un peu cruelles.
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Délivrer des livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’André Bouchard (Y a un louuuuhouu !, L’abominable sac à main, Avant quand y avait pas l’école et Quand papa était petit il y avait des dinosaures), de Meritxell Martí (Les trois petits cochons et Le petit chaperon rouge) et de Xavier Salomó (Les trois petits cochons, Le petit chaperon rouge, OFF, Range ta chambre ! et Atchoum). Retrouvez aussi notre interview de Xavier Salomó.

Ernest Maître du Monde
d’André Bouchard
Seuil Jeunesse
13,50 €, 240×310 mm, 48 pages, imprimé en France, 2015.
Cherche nounou
de Meritxell Martí et Xavier Salomó 
Sarbacane
13,90 €, 260×210 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2015.

À part ça ?

COUV BREVE-COPIES-DU-BAC-T2-Vous ignorez certainement que comme les fleuves ont tendance à descendre ils se jettent dans la Méditerranée, que les riches quittent la France à cause de l’IVG, qu’avec le GPS les homosexuels peuvent faire des enfants sans femmes, que les États-Unis font leur 14 juillet le 4 pour se faire remarquer ou que ce que nous devons à l’état c’est 760 € ! Et bien vous l’apprendrez (et des tas d’autres choses encore) grâce à Brèves de copies de Bac 2 sorti chez Chifflet & Cie. C’est parfois drôle, parfois affligeant, parfois désespérant, parfois touchant. On passe un bon moment. Brèves de copies de Bac 2, 10 €, Chifflet & Cie.

Gabriel

You Might Also Like

Houuuuuuuu !!!!

Par 24 octobre 2014 Livres Jeunesse

Loup et fantômes, aujourd’hui on a peur !

Y'a un louuuuhouu !Ron… Zzz ! une petite fille dort quand Oouuuuh ! Ouuuhouu ! un loup entre dans la chambre, bien décidé à terroriser la fillette. Seulement, voilà, pour lui faire peur faudrait qu’elle se réveille, le loup s’époumone… et voilà que le cauchemar sort de sous le lit. Ça ne fait pas son affaire, à lui ! Si le loup la réveille, lui ne pourra plus lui faire peur. Le loup a la solution, il avale ce gringalet et il reprend ses hurlements… sauf que maintenant c’est le cauchemar de la mamie qui s’en mêle…²
Difficile de résumer Y a un louuuuhouu ! d’André Bouchard tant l’histoire est complexe, tant les rebondissements sont nombreux (et il a même un twist final !). À tel point que je trouve d’ailleurs la couverture assez peu cohérente avec l’histoire. Mais quel bonheur ! J’avais beaucoup aimé le ton décalé de L’abominable sac à main, on retrouve ici cet humour mordant. Les enfants se régalent autant que les parents avec ces situations tantôt grotesques, tantôt teintées d’humour noir.
Un très bel album plein d’humour sur la peur et les cauchemars.

DesCa n'existe pas choses qui disparaissent, d’autres qui se déplacent… c’est certainement un coup des fantômes ! Sauf que Violette n’y croit pas, elle voit une explication rationnelle dans tous les événements qui ont lieu. C’est le chien, le chat, les souris… mais les fantômes, ça n’existe pas !
Ah si Violette voyait ce qui se cache un peu partout… nous, si nous on ouvre l’œil, on les voit ces fantômes ! Car en plus de l’humour de l’album, on peut s’amuser à tous les chercher. Les illustrations sont très jolies avec un côté un peu rétro, et l’objet est beau avec sa couverture non vernie et son beau papier.
Un très joli livre, plein d’humour… avec des fantômes !

EtAu Secours un Fantôme Farceur puisqu’on parle de fantômes, un nouveau dans la collection Au secours ! d’Orianne Lallemand c’est toujours une bonne nouvelle ! Après le loup tout poilu, la sorcière au nez crochu, l’ogre glouton et le monstre gluant, ici c’est le fantôme farceur que l’on cherche en soulevant des flaps… et à force de chercher, forcément, on va le trouver !
C’est toujours aussi drôle et toujours aussi bien fait, décidément on aime vraiment beaucoup cette collection !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres d’André Bouchard (L’abominable sac à main, Avant quand y avait pas l’école et Quand papa était petit il y avait des dinosaures), d’Orianne Lallemand (Let’s go to school with Jenny and Jack !Let’s play with colours with Jenny and Jack !, La Princesse Optipois, Le loup qui changeait de couleurLe loup qui fêtait son anniversaire, Sur les remparts de Saint-MaloLe loup qui n’aimait pas NoëlLes chaussettes de GaspardAu secours ! Un ogre gloutonP’tit loup rentre à l’écoleAu secours ! Une sorcière au nez crochuAu secours ! Un loup tout poilu et Pestouille et Jolicoeur) et Roland Garrigue (Mille milliards de fourmis, Mon gros dico des monstres à ratatinerAu secours ! Une sorcière au nez crochu, Comment ratatiner les cauchemars, Comment ratatiner les méchants et  Ah ! Si j’étais président).

Y a un louuuuhouu !
d’André Bouchard
Seuil Jeunesse
13,50 €, 295×265 mm, 40 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Ça n’existe pas !
d’Ella Bailey (traduit par Vanessa Rubio-Barreau)
Gallimard Jeunesse
13,50 €, 230×270 mm, 32 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Au secours ! Un fantôme
Texte d’Orianne Lallemand, illustré par Roland Guarrigue
Nathan dans la collection Au secours !
14,90 €, 190×290 mm, 16 pages, imprimé en Malaisie, 2014.

À part ça ?

cram cram !On quitte les fantômes, les loups et les cauchemars… et l’on file au Népal avec notre ami Cram Cram !, le magazine jeunesse qui voyage ! On vous en parle à chaque numéro, car on adore cette super revue sans pub qui fait découvrir aux enfants les pays du monde (grâce à des familles françaises qui y vivent ou qui y ont voyagé pendant une longue période) et des tas d’autres choses. Dans ce nouveau numéro on fait la connaissance de la famille Manalou qui a vécu un an au Népal, en camping-car et a même fait de petits concerts dans les écoles. Nourriture locale, habitants, géographie, animaux, religion, traditions… nos explorateurs en herbe vont apprendre plein de choses sur ce pays et sur l’Himalaya. Ensuite, on va rencontrer le lophophore, lire une histoire de yéti (puis en savoir plus sur cette légende), Grand-Père Daniel va nous proposer de jouer au chamane népalais en fabriquant notre casse-tête (une sorte de tambour) et enfin trouver des idées créatives et une recette de bonbecs ! On adore Cram Cram ! et c’est encore un super numéro… vivement le prochain !
Cram Cram ! n° 28, 5,90 €.
Commander ce numéro de Cram Cram ! (ou d’autres) ou même s’abonner : http://www.cramcram.fr.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange