La mare aux mots
Parcourir le tag

Anne-Claire Lévêque

Les invité·e·s du mercredi : Anne-Claire Lévêque et Raphaële Frier

Par 1 mai 2019 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, c’est l’autrice Anne-Claire Lévêque que nous avons la chance de recevoir. Avec elle nous revenons sur son parcours et son travail. Ensuite, c’est l’autrice Raphaëlle Frier, qui nous livre ses coups de cœur et coups de gueule. Bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Anne-Claire Lévêque

Parlez-nous de votre parcours
J’ai grandi au milieu des livres… qui étaient partout chez mes parents ! Et le premier livre que j’ai « écrit » m’a valu une sacrée engueulade puisque j’avais naturellement choisi un « beau-livre » de photos, pour son grand format, son papier doux sous mes feutres et dont j’avais intégralement recouvert le texte imprimé de ma propre écriture illisible mais qui racontait une super histoire ! Bon… Par la suite, on m’a offert des grands cahiers, des petits carnets, du papier à lettres et j’ai pu m’en donner à cœur joie ! Bien plus tard, je suis entrée en école de journalisme avec l’envie d’interroger et d’écrire les histoires des autres. Et puis, j’ai enfin osé écrire un premier album qui est paru au Rouergue en 1998. Depuis, je mène une double vie !

J’aimerais que vous nous disiez quelques mots sur le très bel album que vous avez sorti à L’initiale il y a quelques mois, Mon ombre.
Mon ombre est un collage de « micro aventures géantes » vécues et juxtaposées comme dans un rêve, qui racontent tous les possibles d’un jeu à l’infini qui ne nécessite rien (sauf du soleil) et que tous les enfants expérimentent. Les illustrations de Sandra ont apporté du « liant » à mon texte et ajouté tout un pan d’imaginaire, qui en font un album que je trouve, moi aussi, très réussi !

Comment naissent vos histoires ?
De l’observation, d’un dialogue saisi au vol, d’un mot qui sonne, d’une scène dans la rue, d’un décor, d’un souvenir… Ces petits interrupteurs allument des idées de mini histoires que je note sur des bouts de papier et ça me rend joyeuse. Parfois cette étincelle suffit à me faire plaisir et c’est une histoire « à une place », parfois j’ai envie de la partager et d’embarquer les autres. Alors, je « sors de ma tête » et je bosse.

Vous faites aussi partie des autrices d’une collection qu’on adore, Je sais ce que je mange. Comment travaillez-vous sur ces documentaires ?
Comme pour un article journalistique. Je cherche de l’info auprès de sources fiables, je recoupe, j’interroge, j’accumule. Ensuite, je trie, j’élague en gardant toujours à l’esprit que mes lecteurs ont besoin de comprendre mais que ce que je leur raconte doit faire « sens » pour eux, sinon, c’est raté ! J’essaie d’être concrète mais drôle, rigoureuse mais légère… Un super exercice.

Cette collection est assez engagée écologiquement parlant, une préoccupation importante pour vous ?
Oui résolument… pour les pommes et les bananes, et d’une manière générale pour l’agriculture bio. Impossible de ne pas réagir à son échelle lorsqu’on se documente sur la question ! Pour le reste, comme beaucoup de gens, j’essaie de changer mes habitudes pas à pas.

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente  ?
Hétéroclites mais passionnées ! J’adorais relire trois, quatre, dix fois un même livre qui m’avait plu. J’ai appris à lire avec Oui-Oui et j’étais insatiable. Je me souviens aussi vers 8 ans d’une collection géniale de chez Nathan (qui s’appelait encore Fernand) « La bibliothèque internationale », ces romans traduits de tous les pays du monde m’ont beaucoup marquée. Un peu plus tard : « Les quatre filles du docteur March », « Les trois mousquetaires », « Mon bel oranger » de J. Vasconcelos, Michel Grimaud… Nicole Claveloux dans Okapi avec l’insupportable Grabote et le lion Léonidas et les BD : « Philémon » de Fred, Gotlieb évidemment, Bretécher… Je piochais dans les bibliothèques de la maison et je découvrais au pif ! Je suis passée assez vite aux livres pour adultes car il n’existait pas vraiment de littérature ado…

Quelques mots sur vos prochains ouvrages ?
Un livre docu pour Les éditions du Ricochet. Trois histoires en chantier, dont un album pour L’Initiale pour parler de l’amitié… qui me tient à cœur !

Bibliographie sélective :

  • Tous à la danse !, roman illustré par Mary-Gaël Tramon, Belin (2019).
  • Dix à table, roman illustré par Mioz, Belin (2019).
  • Mon ombre, album illustré par Sandra Desmazières L’initiale (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Les bananes, album illustré par Nicolas Gouny Les éditions du Ricochet (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Les Pommes, album illustré par Nicolas Gouny, Les Éditions du Ricochet (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Qui porte le chapeau ?, album illustré par Caroline Dalla, L’initiale (2014).
  • Cœur élastique, album illustré par Arianna Tamburini, Les Éditions du Ricochet (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • La pluie et le beau temps, album illustré par Jérôme Peyrat, Les éditions du Ricochet (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le p’tit déjeuner, album illustré par d’Amélie Falière, Les éditions du Ricochet (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Où est passé mon cœur ?, album illustré par Sandra Desmazières, Le Baron Perché (2006).


Le coup de cœur et le coup de gueule de… Raphaële Frier

Régulièrement, une personnalité de l’édition jeunesse (auteur·trice, illustrateur·trice, éditeur·trice…) nous parle de deux choses qui lui tiennent à cœur. Une chose qui l’a touché·e, ému·e ou qui lui a tout simplement plu et sur laquelle il·elle veut mettre un coup de projecteur, et au contraire quelque chose qui l’a énervé·e. Cette semaine, c’est Raphaële Frier qui nous livre ses coups de cœur et ses coups de gueule.

Je préfère commencer par le coup de gueule.
Allons-y par à-coups :

Il y a ce coup de poing que j’ai ressenti à l’écoute de ce milliard d’euros récolté en quelques jours pour sauver une cathédrale, si belle et grandiose soit-elle. Il y aurait assez d’argent pour la reconstruire deux fois ! Et pendant ce temps, tant de vies échouées, d’enfants, de femmes et d’hommes perdus, dans la rue, dans la mer, et dans l’indifférence.
Je ne comprends pas. Il n’y a pas eu un seul mort, ni même un seul blessé le 15 avril dernier, lors de l’incendie de Notre-Dame. Et puis, Notre-Dame n’est pas morte, notre siècle y laissera sa trace, comme d’autres avant lui.
Rappelez-vous, des immeubles se sont effondrés en novembre 2018 à Marseille. Huit personnes ont péri, dont une étudiante, qui avait l’âge de mes filles. Et combien ont rejoint le rang des mal-logés suite à cette catastrophe ? Où étaient, où sont les grands donateurs milliardaires touchés par ce drame ?
Bien sûr, notre rapport au passé est important. Mais je m’interroge quant à notre rapport au présent et à l’avenir.

Il y a ce coup de trop de notre ministre de l’Intérieur accusant il y a peu les ONG présentes en Méditerranée de complicité avec les passeurs ! Et ce coup au cœur que j’ai pris devant l’affiche publicitaire d’une certaine compagnie maritime qui propose à ses clients « La traversée que vous méritez », pendant que, chaque jour, d’autres non-méritants tentent la traversée et meurent en Méditerranée.
Et bien sûr, les villes se frottent les mains face aux retombées économiques des croisières. Et si on parlait de leur empreinte désastreuse sur l’atmosphère ? À Marseille par exemple, avec le développement du trafic des bateaux de grandes croisières, de véritables mini-villes flottantes peuvent rester plusieurs jours à quai tout en continuant à faire tourner leurs moteurs pour s’alimenter en électricité. Or, les carburants marins sont surtout constitués de fioul lourd (très épais, très peu cher, très polluant). Selon France Nature Environnement, un gros paquebot pollue autant qu’un million de véhicules. Vous imaginez l’effet des émissions des bateaux sur la santé et le climat… Et pourtant, le secteur aérien et le secteur maritime bénéficient de l’exonération fiscale sur le kérosène, ainsi que sur le fioul. Est-ce normal ?
Permettez-moi encore ce coup de blues que m’inspire la réforme des retraites et ce qu’elle va impliquer pour les auteurs, les artistes. Les revenus des auteurs sont déjà peau de chagrin. Que restera-t-il de la création dans quelques années ?

Bien sûr, d’autres coups de gueule me brûlent la gorge mais je ne veux pas qu’ils prennent trop de place sur ce papier.

Car heureusement, j’ai aussi des coups de cœur à partager :

D’abord, en photo, une « chaise haute » dans les Cévennes. Elle a fait écho à mon album Les chaises (Le port a jauni).

Je pense aussi à ces crocus aperçus mi-avril, perçant la couche d’herbes jaunies et couchées par la neige, dans le massif du Mézenc.

Je pense à cette jeune fille rencontrée en IME, à l’occasion d’un atelier d’écriture. Elle m’a tellement émue après que je lui ai demandé de m’énoncer ce qu’on pouvait trouver en forêt. Ma question est d’abord restée sans réponse. Alors j’ai insisté. C’était facile, elle pouvait déjà juste me parler des arbres. Mais elle a encore laissé passer un long silence, puis elle m’a dit : « des rêves ? ».

Je pense à nombre de mes lectures. Celle du moment par exemple : La Désorientale, de Negar Djavadi. Et Journal d’une fille chien, de Laura Jaffé.

Je pense à de nombreux originaux d’albums que j’ai la chance d’approcher régulièrement. Comme par exemple ceux de l’album La montagne (peintures sur bois de Manuel Marsol) ou ceux de la BD Portugal (de Cyril Pedrosa), vus début avril à « BD à Bastia ». Et tant d’autres !

Je pense aux belles rencontres et aventures qui m’ont régalée en festival ces derniers temps, ou à celles qui s’annoncent.

Je pense à ce colis rempli d’oranges que j’ai reçu la semaine dernière par la poste. Elles étaient délicieuses et venaient du jardin d’un ami après sa lecture de mon album « Bienvenue ».

Et puis, j’allais oublier… Je pense à ces moments magiques des lectures musicales autour du Tracas de Blaise par exemple. C’est nouveau pour moi, et j’adore ça !

Enfin, il y a eu ce gros coup de cœur pour le SLPJ de Montreuil dernier où Julien Martinière et moi avons eu l’immense joie de recevoir la pépite d’or pour notre album Le Tracas de Blaise. L’atelier du poisson soluble avait eu la bonne idée et fait le pari de le publier fin 2017.

Ça fait beaucoup de coups de cœur, et encore, je ne les confie pas tous, la liste serait trop longue ! Je veux dire Merci en tout cas à ceux qui m’ont réchauffé le cœur ces derniers temps. Et ils sont nombreux !

Raphaële Frier est autrice.

Bibliographie sélective :

  • Cache-cache Cocotte, album illustré par Nathalie Desforges, Bayard (2019).
  • Bienvenue, album illustré par Laurent Corvaisier, À pas de loups (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Mon chien, papa et moi, album illustré par Marc Daniau, À pas de loups (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Les chaises, album illustré par Clothilde Staes, Le Port à Jauni (2018).
  • C’est notre secret, roman, Thierry Magnier (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Le Tracas de Blaise, album illustré par Julien Martinière, L’Atelier du poisson soluble (2018), que nous avons chroniqué ici.
  • Malala pour le droit des filles à l’éducation, album illustré par Aurélia Fronty, Rue du Monde (2015).
  • Mauvais fils, roman Talents Hauts (2015).
  • Mon cher Van Gogh, roman, Bulles de Savon (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Je vous présente Gaston !, album illustré par Claire Franek, L’Edune (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • La recette de Moi, album illustré par Audrey Pannuti, Naïve (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Angèle et le cerisier, album illustré par Térésa Lima, l’Atelier du poisson soluble (2011), que nous avons chroniqué ici.

You Might Also Like

De belles collections pour parler de la nature et apprendre à la protéger

Par 12 avril 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose trois collections. Dans la première on met en avant des combats importants, dans la seconde on parle des plantes et dans la troisième des aliments !

Le Rêve de Sacha Cactus
Texte d’Isabelle Grand, illustré par Florence Voegele
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2018.
Salix au bord de l’eau
Texte d’Isabelle Grand, illustré par Bianca Spatariu
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2019.
Sève, le mimosa pudique
de Sophie Couderc
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2019.
Copain Coprin
de Céline Herrmann
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2018.
L’Ortie Pique
de Céline Herrmann
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Le Génie Pissenlit
Texte d’Elsa Whyte, illustré par Bianca Spatariu
Le Cosmographe dans la collection Flore
10,90 €, 166×205 mm, 24 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Jo Bonobo n’a plus de cabane
Prisca Orca est prisonnière
Roxana et le renard en danger
Carlos Albatros et l’île hantée
Textes de Family Jarvin, illustrés par Tristan Jaudeau
Jarvin Crew
9,99 € chacun, 160×160 mm, 48 pages chacun, imprimés en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017-2018.
Le pain
Le lait
Le miel
Textes de Françoise Laurent, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimés en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2015-2016.
Le sucre
Texte de Michel Francesconi, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
L’eau
Texte de Sandrine Dumas Roy, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2018.
Le œufs
Texte de Philippe Simon, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Les pâtes
Texte d’Emmanuel Trédez, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimé en Italie chez un imprimeur éco-responsable, 2019.
Les bananes
Texte d’Anne-Claire Lévêque, illustrés par Nicolas Gouny
Les éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 226×262 mm, 36 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2018.

You Might Also Like

Héroïnes et héros pleins d’imagination

Par 12 mars 2019 Livres Jeunesse

Deux beaux ouvrages qui mettent en scène des enfants pleins d’imagination.

Mon ombre
Texte d’Anne-Claire Lévêque, illustré par Sandra Desmazières
L’initiale dans la collection L’agréable
12 €, 205×205 mm, 20 pages, imprimé en Italie, 2018.
Garçon et Fille bricolent
Texte de Hilde Matre Larsen (traduit du Norvégien par Marie Valera), illustré par Mari Kanstad Johnsen
Cambourakis
12 €, 174×197, 32 pages, imprimé en Lettonie, 2019.

You Might Also Like

Sur la Terre et dans les étoiles

Par 26 janvier 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des documentaires. On va parler de l’espace, de la Terre et de ce qu’on y mange.

Espace
Textes d’Yves Cohat, illustrés par Sylvain Sarrailh
Hachette Jeunesse dans la collection Déplidoc
9,90 €, 210×300 mm, 12 pages, imprimé en Asie, 2016.
24 heures dans le monde
Textes de Sandrine Mirza, illustrés par Atelier Cartographik
Gulf Stream Éditeur dans la collection Doc’Mania
15 €, 247×297 mm, 36 pages, imprimé en Pologne, 2017.
Les Pommes
Texte d’Anne-Claire Lévêque, illustré par Nicolas Gouny
Éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 225×261 mm, 40 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Le riz
Texte de Françoise Laurent, illustré par Nicolas Gouny
Éditions du Ricochet dans la collection Je sais ce que je mange
12,50 €, 225×261 mm, 40 pages, imprimé en Pologne chez un imprimeur éco-responsable, 2016.

You Might Also Like

C’est la famille !

Par 6 mars 2015 Livres Jeunesse

Et si l’on parlait de la famille ?

Coeur élastiqueUne famille, ça commence souvent par de l’amour. Deux êtres s’aiment, un enfant naît. Un enfant dont le prénom a été choisi avec amour. Un enfant qui sera parfois le portrait de ses parents… parfois totalement différent. Qu’il soit l’aîné ou l’un des suivants, il sera aimé tout autant… un cœur c’est élastique !
On parle des parents, des enfants, des grands-parents, des cousins et des cousines… dans Cœur élastique d’Anne-Claire Lévêque et Arianna Tamburini. On parle de la famille et du bonheur qu’elle procure. Alors bien sûr ici tout est positif, la famille c’est que de l’amour et des bons moments. C’est forcément un papa et une maman, des grands-parents encore en vie, des tonnes de cousins et plus tard « les petits devenus grands, ont à leur tour, des enfants ». Même si l’on peut regretter cette version très caricaturale de la famille, Cœur élastique reste un album plein de poésie (notamment grâce aux belles illustrations d’Arianna Tamburini) et de douceur.
Cœur élastique, pour rappeler que l’amour ne se divise pas.
Des extraits sur le site de l’éditeur et le même vu par Les lectures de Liyah.

9782246787259-X_0Un futur bébé et un futur grand frère s’écrivent. L’un, dans le ventre de sa mère, s’interroge sur le monde et dit sa hâte de rencontrer son aîné. L’autre, raconte sa vie pas toujours rose et explique qu’il se passe très bien de lui. L’un aime celui qu’il va rencontrer, espère qu’il sera son guide. L’autre a déjà peur de ne plus être le centre du monde.
Lettres à mon cher petit frère qui n’est pas encore né est un album épistolaire plein d’humour et de tendresse. Avec beaucoup d’originalité, Frédéric Kessler parle de la crainte des aîné-e-s en voyant arriver les petits frères et les petites sœurs et de la fascination qu’éprouvent ces dernier-e-s pour leurs aîné-e-s. Bien entendu, la rencontre sera belle, le grand finalement pas si mécontent. Le texte est illustré par des dessins aux allures rétro.
Un très bel album sur l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur.

SOEURS MODE D EMPLOIUne sœur, ce n’est pas évident à comprendre, heureusement voici un guide pour vous aider ! Vous y apprendrez qu’une petite sœur c’est souvent bruyant et que ça mord parfois. Vous saurez comment les bloquer pour pouvoir les chatouiller (et où les parquer quand y’en a marre). Vous allez apprendre que ça fait beaucoup de bêtises… mais qu’au fond ce n’est pas si nul.
Sorti en Angleterre sous le titre A Guide to Sisters, voici que sort en France Sœurs mode d’emploi traduit par Aliyah et la pétillante Susie Morgenstern. C’est drôle et tendre, piquant et poétique. On parle autant des agacements que des moments de complicité. Les illustrations ont également ce côté tendresse sans mièvrerie.
Un super guide pour comprendre les sœurs et savoir comment s’en servir.
Le même vu par Enfantipages.

Raconte encore grand-mère !Depuis que son grand-père est parti, sa grand-mère habite avec eux. Parfois, elle entend ses parents dire que sa grand-mère ne sourit plus, qu’elle est devenue vieille, elle, elle sait que c’est faux. Elle la voit rire et faire des farces comme quand par exemple elle fait semblant de ne plus la reconnaître. Elle écoute ses histoires en sachant que même le jour où elle ne sera plus là, elle sera encore dans sa tête.
Raconte encore grand-mère ! est un très bel album sur les grands-parents, sur la relation entre eux et leurs petits-enfants, sur la transmission. L’histoire n’a rien d’original, elle nous a même été racontée très souvent, mais les mots de Marido Viale nous touchent et les illustrations de Xavière Broncard sont superbes.
Un album qui nous donne envie de demander encore et encore à nos grands-mères de nous raconter des histoires, leur histoire.
À noter : le livre existe aussi en arabe.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

RéunisSon papa ne rentre pas très souvent à la maison. Il construit de grands immeubles, loin. Une fois par an il est avec eux, au moment du Nouvel An… et c’est aujourd’hui.
C’est encore un très bel album que nous proposent les éditions HongFei. Un album extrêmement poétique et plein de tendresse sur la relation entre une petite fille et son père qu’elle ne voit pas souvent. L’histoire se passe en Chine, mais elle pourrait se passer en France, le papa pourrait être tout simplement marin, militaire ou prisonnier. On parle ici aussi de la transmission, du bonheur d’être ensemble, de l’amour, de la famille. On parle aussi du Nouvel An chinois et des traditions qui l’accompagnent.
Un album plein de tendresse sur la joie d’être réunis.
À noter : l’album original a été désigné « meilleur album » par un prestigieux prix chinois.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Anne-Claire Lévêque (La pluie et le beau temps et Le p’tit déjeuner), d’Arianna Tamburini (Mon alphabet zinzin des animaux du zoo, Marguerite, la vache jongleuse, Alain, le lapin magicien, Hector l’éléphant funambule et Ernesto le coq acrobate) et Frédéric Kessler (Le doudou-qui-parle et L’album de famille). Retrouvez aussi notre interview d’Arianna Tamburini.

Cœur élastique
Texte d’Anne-Claire Lévêque, illustré par Arianna Tamburini
Les Éditions du Ricochet dans la collection Les canoës du ricochet
11 €, 225×225 mm, 30 pages, imprimé en Pologne, 2014.
Lettres à mon cher petit frère qui n’est pas encore né
Texte de Frédéric Kessler, illustré par Alain Pilon
Grasset Jeunesse
13,90 €, 210×175 mm, 32 pages, imprimé en Espagne, 2015.
Sœurs mode d’emploi
de Paula Metcalf et Suzanne Barton (traduit par Aliyah et Susie Morgenstern)
De la Martinière Jeunesse
12,90 €, 240×275 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2014.
Raconte encore grand-mère !
Texte de Marido Viale, illustré par Xavière Broncard
Samir
11 €, 190×260 mm, 36 pages, imprimé au Liban, 2014.
Réunis
Texte de Yu Liqiong (traduit par Chun-Liang Yeh), illustré par Zhu Chengliang
HongFei dans la collection Vent d’Asie
14,50 €, 258×290 mm, 35 pages, imprimé en République Tchèque, 2015.

À part ça ?

Les 10 Bienfaits de la Lecture : Pourquoi Vous Devriez Lire Tous les Jours.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange