La mare aux mots
Parcourir le tag

Arnaud Cathrine

Une mère pas assez aimante et un père trop intrusif

Par 12 février 2015 Livres Jeunesse

Un hiver en enferEdward est un adolescent fragile. Ses amis sont surtout virtuels, il communique avec eux à travers un jeu vidéo. Dans sa famille, les choses ne sont pas simples, sa mère n’a jamais eu la fibre maternelle et les nounous et femmes de ménage se succèdent (elles ne restent jamais plus de 2 ans, sa mère a peur qu’un attachement se fasse). Heureusement, Edward a son père. Mais un jour, la vie d’Edward tourne au cauchemar.
Gros coup de cœur pour ce thriller de Jo Witek… Le seul souci c’est que je ne peux pas trop vous dévoiler de quoi il parle sans risquer de vous dévoiler une grande partie de l’intrigue. Je peux quand même vous dire (sans vous préciser si c’est le sujet principal du livre) qu’on parle de mort, de harcèlement à l’école, du fait qu’on croit toujours plus facilement un adulte qu’un ado, de l’amitié, de l’amour, de la folie… Mais je peux surtout vous dire que c’est un roman qu’on a du mal à lâcher (surtout dans sa deuxième partie) et qu’on imagine bien une adaptation sur grand écran.
Un thriller captivant et angoissant, aussi bien pour les ados que pour leurs parents.

Je suis l'idole de mon pèreDoriand a un gros souci dans la vie : son père est auteur. Vivre avec un auteur ce n’est déjà pas facile, mais avec un auteur jeunesse c’est pire, car forcément il s’inspire de vous. C’est ainsi que Doriand retrouve dans les livres de son père ses moments les plus intimes comme par exemple sa première histoire d’amour. Doriand n’en peut plus et il a décidé de ne plus rien lui dire. Sauf que des vacances se profilent et là, il va être sous son regard 24 h/24… mais les choses ne vont pas forcément se passer comme prévu…
Là encore, difficile de vous parler de Je suis l’idole de mon père d’Arnaud Cathrine, car à plusieurs reprises l’auteur nous entraîne là où l’on ne s’y attendait pas. Il sera question de famille, de secrets familiaux, d’amour qu’on s’interdit, d’écriture, de rapport parents-enfants. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de roman de cet auteur que j’adore et j’ai retrouvé avec un grand plaisir son écriture si agréable et si belle, son ton décalé, son humour.
Un superbe roman sur un père et son fils… et tant d’autres choses encore.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jo Witek (Elles ont réalisé leur rêve, Ma boîte à petits bonheurs, Mauv@ise connexion, Un jour j’irai chercher mon prince en skate et Le ventre de maman) et de Arnaud Cathrine (Coquillette la mauviette et Edvard Munch). Retrouvez aussi nos interview de Jo Witek et d’Arnaud Cathrine.

Un hiver en enfer
de Jo Witek
Actes Sud Junior dans la collection Romans Ado
14,80 €, 135×215 mm, 333 pages, imprimé en France, 2014.
Je suis l’idole de mon père
d’Arnaud Cathrine
Éditions Thierry Magnier
9,20 €, 120×210 mm, 156 pages, imprimé en France, 2014

À part ça ?

« Si les éditeurs et le public ne se résolvent pas à un minimum d’éthique, ils finiront par se plaindre de la médiocrité de ce qu’on leur propose ». Un texte de Florence Hinckel très intéressant sur le droit d’auteur.

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! Écoute l’histoire…

Par 18 novembre 2012 Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Aujourd’hui des CD qui racontent des histoires, en musique ou pas… Commençons par trois coups de cœur.

Lorsque Malo naît il fait le bonheur de ses parents… faut dire qu’il est si beau ! Mais un jour Malo a commencé à changer physiquement et très vite le voici avec une coquille sur le dos. Le petit garçon devient vite une curiosité… mais qu’est-ce que c’est que ce garçon étrange ? Certains se moquent de lui, d’autres pensent qu’il faut le cacher. Il n’y a que Nina pour le défendre. Comment va-t-il se faire accepter ?

Parfois on croit rêver, on se frotte les yeux en se demandant « qui a lu dans mes pensées pour réunir dans un même ouvrage des artistes de la chanson, du cinéma et de la littérature que j’aime ? », quel est ce pote trop sympa qui s’est dit « si on faisait plaisir à Gabriel et proposait à Arnaud Cathrine, Mathieu Boogaerts et Artus de Pengern de se réunir sur un même Livre-CD ? Bon et puis j’ai vu qu’il était vendu partout donc il ne doit pas être fait que pour moi ! Plus sérieusement quand j’ai vu ces noms que j’aime beaucoup (ajoutons aussi Florent Marchet mais le voir aux côtés d’Arnaud Cathrine n’est plus une surprise) j’ai eu un peu peur… Parfois les meilleurs casting font les pires œuvres (je pourrai citer plusieurs exemples cinématographiques). Après tout pas besoin que ça soit bien pour que ça se vende, les fans des artistes présents achèteront quand même le livre… et là franchement ce n’est pas ce genre de choses ! C’est une œuvre de qualité, un des meilleurs livres-CD de cette année (voire au-delà) avec une histoire à la fois moderne, drôle, bien écrite. On parle donc ici du rejet d’un enfant différent, de se battre pour se faire accepter. On peut mettre plusieurs interprétations sur la coquille de Malo… Les chansons sont belles et restent bien en tête, les illustrations d’Aurélie Guillerey sont vraiment jolies, colorées, avec un petit côté rétro bien agréable. Une vraie réussite je vous dis !
Quelques extraits ici.

Et puisqu’on est dans les réussites…

Parce qu’elle voulait manger des crêpes, une petite fille doit se rendre chez sa grand-mère pour lui emprunter sa poêle, mais sur la route elle croise une ogresse poilue. Cette dernière lui propose de faire un jeu, la première qui arrive chez la grand-mère a gagné. Bien-sûr l’ogresse a dans l’idée de manger la vieille dame et la petite fille.

Quelle merveille que ce conte ! Cette adaptation du petit chaperon rouge par Fabienne Morel et Debora Di Gilio (dont l’accent est irrésistible) est un pur moment de bonheur. C’est drôle, truculent, bien écrit, on est tout simplement captivé par les histoires, les enfants adorent et nous aussi. Je n’avais pas été aussi agréablement surpris par un livre-CD de conte depuis Le papa maman d’Angelina Galvani. Le livre est assez grand et magnifiquement illustré par Nathalie Choux. Comme toujours avec les contes Syros vous pouvez le regarder en ligne ici… et je parie que vous allez tomber sous le charme du duo Huile d’olive & beurre salé.

Ferme les yeux et tu vas voir ce qu’il se passe. Saviez-vous qu’au tout début du commencement du monde le ciel était bas et que c’est parce qu’il se prenait des coups de pilon lorsque les femmes pilaient qu’il est parti très haut ? Mais les coups de pilon avaient fait des trous dans le ciel et c’est par ces trous que l’on voit le soir les bougies de la fille des nuages, c’est ça les petites lumières dans le ciel, la nuit. Saviez-vous que c’est lorsque cette même fille passe avec ses seaux trop remplis qu’il pleut sur la Terre ? Fermez les yeux et vous apprendrez tout ça et bien plus, vous connaîtrez aussi le tisseur de vent et les Luludis, fleurs qui ont appris leur chant aux oiseaux.

Voilà un conte musical extrêmement doux et poétique. Le texte est d’une beauté… on tombe sous le charme si on est sensible à ce genre d’univers onirique (ce qui est, vous l’aurez deviné, mon cas). Clémentine Mallein et Lucie Malbosc de la compagnie aLumeCiel nous entraînent avec elles dans cette histoire qui nous explique la création des éléments de la nature. Elles sont captivantes à écouter et les chansons qui viennent parfois entrecouper l’histoire sonnent justes, sont belles, elles restent en tête et on les reprend avec les enfants. Avec ma fille de 4 ans on a tout de suite adhéré et répété entre nous les dialogues, chanté les chansons. Un très très beau voyage.

Mizou est un petit chat noir, il a deux frères, un gris et un blanc. Mizou est surtout le roi des bêtises ! Parlées ou chantées, le livre-CD nous propose de suivre ses aventures. Avec ses frères ils vont tomber successivement dans la farine, la suie et la boue et deviendront des inconnus aux yeux de leur mère… heureusement que la pluie viendra les sauver ! Ensuite Mizou va croiser un grand-père qui a un énorme routabaga dans son jardin et devra se faire aider par sa femme et plusieurs animaux pour le sortir de terre puis le petit chat continuera son chemin, toujours à la poursuite de la petite souris espiègle. Mizou le petit chat noir d’Aimée de la Salle (accompagnée par Sébastien Bertrand) est une jolie histoire pleine de rebondissements dans laquelle l’auteur a incorporé des contes et des comptines (connues ou moins connues) qu’elle a adapté. Très musical et très doux, c’est vraiment un livre-CD qui va plaire aux plus petits (à partir de 2-3 ans je pense). Les illustrations de Marion Piffaretti sont, comment toujours, vivantes et pleines de couleur.
Des extraits ici.

Lulu est une petite grenouille, elle ne vit pas dans une mare mais dans une fontaine donc pas évident de se faire des copains ! Heureusement sa rencontre avec un moustique va changer sa vie. Le petit insecte va lui indiquer le pays des grenouilles, si Lulu ne le mange pas. Sur la route elle va se faire plein d’amis en passant par divers endroits, un petit pois aussi seul qu’elle dans le jardin potager, un coq dur de la feuille dans la basse-cour puis un âne qui a l’âme en peine dans l’étable. Tous vont monter sur le dos de Lulu à la recherche du pays des grenouilles

Les musiques du Pays des grenouilles de Solen Imbeaud et Benjamin Ramón sont vraiment entraînantes, dansantes et les enfants s’amusent vraiment, ils reprennent les refrains, dansent, font des bonds,… On passe du rock à la bossa, de musiques lentes à des musiques franchement rythmées (l’ensemble est quand même plutôt dansant). Au cours de l’histoire les enfants auront même l’occasion de répondre à des devinettes sur les animaux. Les textes sont vraiment amusants, les musiques variées (d’ailleurs on trouve ici un grand nombre d’instruments de musique), de quoi ravir les plus petits (à partir de 2 ans d’après l’éditeur).

Après ces deux livres pour les plus petits, en voici pour les plus grands.

Les enfants n’ont pas toujours une vie facile. Chaque jour ils doivent parfaire l’éducation de leurs parents. Cet animal bizarre difficile à apprivoiser est complexe, les enfants ne savent pas toujours quoi en faire, parfois ils baissent les bras… pourtant avec quelques conseils utiles… C’est le but du CD Bien éduquer ses parents, conférence musicale réjouissante. Des experts donnent donc aux enfants des méthodes d’éducation, des astuces,… tout est évoqué : le bon usage du caprice (pour que les parents ne se croient pas tout puissants), les parents pas éduqués qui arrivent d’un coup dans le foyer en cas de divorce (et les parents dont l’éducation n’est pas encore terminée et qu’on ne verra plus qu’un week-end sur deux… pas évident de réussir à finir le boulot !), gérer les disputes entre parents (et doit-on les provoquer pour en obtenir des avantages), supporter Henri Dès, faire qu’ils nous fassent un petit frère ou une petite sœur (les parents, pas Henri Dès !)… Cet album est drôle, piquant, pas gnangnan, bref il a tout pour me séduire ! Seul hic j’ai du mal avec les voix d’enfants… mais sincèrement c’est parfois tellement drôle que finalement j’ai réussi à passer outre. Ça s’adresse quand même à des enfants assez grands (7-8 ans) et ça fait beaucoup sourire les parents (pour tout vous dire, j’ai d’ailleurs pensé au départ que ça ne ferait rire que les parents, je l’ai fait écouter à deux enfants qui m’ont démontré l’inverse !).  Le « livret » (à ce niveau on peut parler de petit livre) qui l’accompagne est très beau, très soigné. Bref un album esthétique et plein d’humour.
Vous pouvez l’écoutez ici et suivre leur page facebook.

Le village de l’Achachila, un vieux sage, ne connaissait pas la faim. Le vieil homme savait toujours quelles étaient les bonnes terres pour cultiver. Les hommes se demandaient quel était son secret… un jour il le leur révéla en leur racontant l’histoire de son amitié avec le Quirquincho, petit animal à la carapace grise, et celle de son charango, un instrument de musique étrange.

La collection des Contes du musée de la musique ont pour but de faire découvrir d’autres cultures et des instruments de musique par le biais d’un conte sur Livre-CD (je vous avais déjà parlé d’Aimata et le secret des tambours). Ici on part donc pour un très beau voyage en Bolivie au XVème siècle et on va nous raconter la légende de la naissance du charango. Au son de la musique d’Amérique du Sud, on suit cette belle histoire illustrée par Louise Heugel. C’est captivant et dépaysant. Prêt pour le voyage ?
Des extraits ici.

On reste dans les livres un peu documentaire…

Elvis est un petit garçon qui naît dans l’Amérique des années 30 dans une famille pauvre. L’enfant aime chanter des chants religieux dans la chorale de l’église. Petit à petit il apprendra la guitare et deviendra le célèbre Elvis Presley.

Encore un magnifique livre de la collection Découverte des musiciens chez Gallimard Jeunesse Musique. On retrouve ici la vie d’Elvis Presley de son enfance à sa mort en 1977. Le livre est très beau, les illustrations sont signées par le très talentueux Rémi Courgeon et elles sont complétées par des photos. Le CD est absolument passionnant à écouter, c’est le génial acteur Éric Caravaca qui nous raconte cette histoire. Tout en étant un très bon documentaire (le livre regorge d’infos supplémentaires), c’est un livre-CD qui peut passionner un enfant qui n’aurait jamais entendu parler du King mais qui aime écouter de belles histoires. Et bien sûr il y a la voix d’Elvis… On réécoute avec plaisir Love me Tender, Blue Suede Shoes ou encore Jailhouse Rock. Un très très bon livre-CD.
Un extrait ici.

Ivan est le plus jeune de sa fratrie, les autres le considèrent comme un nigaud parce qu’il n’est pas aussi ambitieux et manipulateur que les autres. Un jour qu’il est à la pêche, il rencontre une magnifique femme dont il tombe tout de suite amoureux mais celle-ci se transforme en cygne. Pour la retrouver il lui faudra affronter Baba Yaga , un dragon à trois tête (le Zmeï Gorynytch) et Kosheï l’immortel. Heureusement dans son périple il va être aidé par le sage Nikolaï.

Pour écrire Un conte russe, Véronika Kuzmina a repris des thèmes connus des contes russes. Jusqu’où peut nous mener l’amour ? Ivan sera prêt à tout affronter pour retrouver sa belle. On parle ici de l’amour, donc, mais aussi de l’égo (Kosheï n’aime que lui et ça ne le rend pas heureux). Roxane Lebrun est passionnante à écouter, elle incarne vraiment ses personnage, change de voix, elle sait captiver son auditoire. Elle est accompagnée musicalement au piano par une musique très mélodique (après le conte on peut d’ailleurs entendre la musique seule) et la seule chose qu’on pourrait reprocher serait les bruitages qui parfois font un peu cheap. Le CD propose aussi une version en russe du conte.
Des extraits ici.

Une minuscule fille appelée Poucette qui va être la femme d’un crapaud, la compagne d’une taupe puis grâce à une hirondelle va rencontrer un homme à sa taille, un rossignol dont le chant va toucher le cœur de l’empereur de Chine jusqu’à ce qu’il soit remplacé par un oiseau mécanique, onze garçons changés en cygnes dont la sœur est le seul espoir pour vaincre ce sortilège, il est possible que vous connaissiez ces très beaux contes signés Andersen.

On retrouve ici Roxane Lebrun, Véronika Kuzmina et de belles musiques au piano. On passe un très bon moment (trente minutes au total) à écouter ces trois magnifiques contes entrecoupés de très belles mélodies. Comme souvent chez Andersen, c’est dur, la vie n’y est pas un long fleuve tranquille, mais c’est aussi ça la beauté des vieux contes. Décidément le duo Roxane Lebrun / Véronika Kuzmina est un duo qui captive ses auditeurs.
Une vidéo de présentation ici.

On reste avec Andersen

Il était une fois… une petite sirène qui tombât amoureuse d’un prince. Par amour pour lui elle renonçât à sa queue de poisson et à sa voix… mais le jeu en valait-il la chandelle ?

La belle histoire d’Andersen (pas dans sa version édulcorée par le papa de Mickey), racontée par la douce voix de Natalie Dessay sur la musique de Peer Gynt et illustrée par Nathalie Novi ! Le genre de livre qui nous fait dire « ouh la n’en rajoutez plus, j’achète ! ». Le livre est vraiment très très beau (ah les grands formats de la collection  un livre, un CD de chez Didier Jeunesse…) et on est envoûté par cette magnifique et tragique histoire. La musique d’Edvard Grieg se marie parfaitement avec ce conte et avec la voix de Natalie Dessay. Une vraie réussite. Attention toutefois, pas pour les enfants trop jeunes (j’aurai tendance à dire au moins 6-7 ans)…
Des extraits ici.

Le prince de Motordu a du mal avec la musique, ça lui rappelle trop son gros fesseur qui lui enseignait le violent. Ses enfants veulent qu’il se réconcilie avec la musique et ensemble ils décident de faire venir un orchestre. L’orchestre va devoir apprendre la langue de Motordu pour venir jouer au pays du fameux prince. Celui-ci arrivera-t-il à apprécier la musique ?

Voilà un conte très lyrique, chanté parfois façon opéra, joué par l’Orchestre national d’Ile de France. Forcément ce genre de choses on adhère… ou pas ! Les fans du prince de Motordu risquent en tout cas d’être décontenancés par cette grande aventure musicale, les amoureux de la musique eux peuvent beaucoup aimer. Ici on parle de fugues, d’alto, d’octaves, on initie les enfants au vocabulaire des musiciens. Le conte est parfois assez ardu à suivre et ne s’adresse vraiment pas aux jeunes enfants (Gallimard le conseille de 5 à 10 ans, j’aurai tendance à dire plus près de 10 que de 5). Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu sera joué à Pleyel le 2 décembre, plus d’informations ici et vous pouvez voir une vidéo de présentation .

Quelques pas de plus…
Maman Baobab a aussi chroniqué Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu (et son avis est assez différent du mien).
D’autres histoires à écouter que nous avons chroniqué : Ma grande sœur m’a dit, les saisons en musique, Roule-Toujours ! ou la lune dans la tête, La sorcière au nez de fer, Le petit Cépou, Pakita, la maîtresse magique !, Mon voisin, Arsène Lopin, Le célèbre cabrioleur, Le papa maman, Je t’aime comme toi, Nouvelles de Mars, Le géant de la forêt, L’arbre à musique et beaucoup d’autres !

Coquillette la mauviette
d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet, raconté par Julie Depardieu, avec la participation de Mathieu Boogaerts, Valérie Leulliot, Jeanne Cherhal, Artus de Penguern, Raphaële Moussafir et Antoine Dezelli, illustré par Aurélie Guillerey.
Actes Sud Junior
21€, 205×205 mm, 48 pages, durée du CD : 18’20, imprimé en Italie
L’ogresse poilue
d’Huile d’Olive & Beurre salé (Fabienne Morel et Debora Di Gilio), illustré par Nathalie Choux.
Syros
18,90€, 260×260 mm, 40 pages, durée du CD : 16’09, imprimé en France
Ferme les yeux
de Cie aLumeCiel (Clémentine Mallein et Lucie Malbosc)
Victor Mélodie
15€ (prix de vente conseillé), CD digipack avec livret illustré de 28 pages, durée du CD : 33’53.
Mizou le petit chat noir
d’Aimée de la Salle, accompagnée par Sébastien Bertrand à l’accordéon, illustré par Marion Piffaretti
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70€, 210×210 mm, 36 pages, durée du CD : 14’48, imprimé en France
Le pays des grenouilles
de Solen Imbeaud et Benjamin Ramon
Victor Mélodie
15€ (prix de vente conseillé), CD digipack, durée du CD : 32’45.
Bien éduquer ses parents, conférence musicale réjouissante
de La compagnie Famille nombreuse, illustré par Jean-Louis Cornalba
Naïve
20€ (prix de vente conseillé), 145×155 mm, 72 pages, durée du CD : 35’10, imprimé à Singapour
Le secret de L’Achachila
de José Mendoza et Cécile Boisel, raconté par Xavier Clion, illustré par Louise Heugel
Actes Sud Junior dans la collection Les contes du musée de la musique
16€, 205×205 mm, 40 pages, durée du CD : 18’53, imprimé en Italie
Elvis Presley
de Stéphane Ollivier, raconté par Eric Caravaca, illustré par Rémi Courgeon
Gallimard Jeunesse dans la collection découverte des musiciens
17€, 225×225 mm, 25 pages, durée du CD : 25’48, imprimé en Italie
Un conte russe
de Veronika Kuzmina, raconté par Roxane Lebrun
Éponymes Jeunesse
13€ (prix de vente conseillé), CD Mint Pack, durée du CD : 69′
3 contes d’Andersen
de Veronika Kuzmina, raconté par Roxane Lebrun
Éponymes Jeunesse
15€ (prix de vente conseillé), CD Mint Pack, durée du CD : 51′
La petite sirène
d‘Andersen, raconté par Natalie Dessay, Musique d’Edvard Grieg jouée par Ensemble Agora, illustré par Nathalie Novi
Didier Jeunesse dans la collection 1 livre 1 CD (Conte et Opéras)
23,80€, 265×2665 mm, 48 pages, durée du CD : 51′, imprimé en Italie
Le RÉ-SI-DO-RÉ du prince de Motordu
de Pef et Marc Olivier Dupin, lu et chanté par Estelle Béréau, Paul-Alexandre Dubois et Laurent Stocker, musique jouée par l’Orchestre nationale d’Île-de-France
Gallimard Jeunesse
22€, 250×289 mm, 40 pages,durée du CD : 44’46 imprimé en Italie

A part ça ?

Jusqu’au 23 janvier, la cité de la musique propose une expo Django Reinhardt. Les enfants ne sont pas oubliés avec une visite-conte pour les 4-11 ans et un cycle sur le jazz et la guitare manouche pour les 8 à 14 ans. Plus d’informations ici et un joli site prévu pour les enfants . J’espère y aller et vous en dire plus.

Gabriel

You Might Also Like

Les invités du mercredi : Arnaud Cathrine et Séverine Vidal

Par 14 mars 2012 Les invités du mercredi

A partir d’aujourd’hui, L’invité du mercredi change de nom pour s’appeler… Les invités du mercredi. En effet, en plus de l’interview que nous continuerons de vous proposer chaque semaine, un petit bonus viendra s’ajouter : en alternance Une chronique de… (un artiste nous parlera d’un livre qu’il a aimé) et En vacances avec… (un artiste nous fera une liste de livres, CD, DVD,… qu’il aime). Peut-être que d’autres bonus viendront s’ajouter. Le but est de vous faire découvrir ces auteurs et illustrateurs qui nous accompagnent mais dont on ne sait finalement pas grand chose, et de découvrir, grâce à eux, d’autres œuvres.

———————————————————————————————————————-

L’interview du mercredi : Arnaud Cathrine

Aujourd’hui j’ai l’immense joie (et beaucoup d’émotion) que l’invité de la semaine soit Arnaud Cathrine. C’est pour moi l’un des meilleurs auteurs jeunesse, le seul dont j’ai tout lu, c’est même en partie par lui que je suis venu à la littérature jeunesse, c’est avec ses livres qu’est née ma passion. Je vous ai encore peu parlé de lui ici puisque ses derniers livres sont sortis avant la naissance du blog, mais vous pouvez retrouver quelques avis sur le forum. Arnaud Cathrine est un très grand monsieur qui en plus d’écrire pour les enfants écrit de très bons romans pour adultes (je ne saurai que trop vous conseiller L’invention du père, Les yeux secs,…). Il écrit aussi des chansons (Florent Marchet, Joseph Danvers,…), des spectacles, des scénarios de films… bref un touche à tout de génie.

Photo de Nicolas Wintrebert

La mare aux mots : Entre 2000 et 2008 vous avez sorti 11 romans jeunesse, tous aussi réussis les uns que les autres, pourquoi plus rien depuis ?
Arnaud Cathrine : J’ai à cœur d’explorer de nombreux chemins de traverse (qui ont toujours un lien avec l’écriture). Il se trouve que depuis 2008 j’ai eu la chance de vivre une expérience exaltante (et prenante) : la scène. Outre les performances dans les festivals, j’ai joué une soixantaine de fois le spectacle Frère animal (co-écrit avec Florent Marchet). Et puis il y a eu le spectacle Il n’y a pas de cœur étanche avec Julie Rey ; cette pièce musicale a nécessité un an et demi de travail à l’hôpital psychiatrique de Dijon, d’écriture, de tournage vidéo, etc. Enfin, il y a eu les premières mises en espace de certains de mes textes avec Ninon Brétécher au Théâtre National de Marseille. J’ai continué à écrire pendant tout ce temps mais la scène me prenait (pour mon plus grand bonheur) beaucoup de temps. Donc pas de film ni de livre jeunesse ! Mais j’y reviens !

La mare aux mots : Est-ce différent d’écrire pour les adultes et les enfants ?
Arnaud Cathrine : Oui, bien sûr, même si mon désir d’écriture reste le même : mettre les pieds dans le plat, aller à la vérité, fut-elle dérangeante. Mettre des mots là où il y a du silence. La différence majeure, c’est qu’on n’est pas dans la même « conscience » selon qu’on écrit pour des adultes ou des enfants. Ce qui a des incidences sur les thématiques, la stylistique, etc. Ce n’est pas le même individu en nous qui parle. Cet individu qui préside à la prise de parole n’a tout simplement pas le même âge.

La mare aux mots : Êtes vous conscient d’avoir écrit des choses « à part » dans la littérature jeunesse ?
Arnaud Cathrine : « A part » par rapport à une littérature formatée, édulcorée et pédagogique, oui. Après cela, je suis loin d’être le seul ! Et puis je n’ai pas non plus ouvert la voie. Celles et ceux qui ont fait basculer réellement le répertoire jeunesse dans la « littérature » ces dernières décennies en France sont Donner, Brisac, Desplechin, Desarthe… On pourrait en citer bien d’autres. Je me suis engouffré dans la brèche salutaire qu’ils ont ouverte et nourrie.

La mare aux mots : Dans plusieurs de vos romans on trouve un oncle qui semble beaucoup vous ressembler… Vous pouvez nous en dire plus ?
Arnaud Cathrine : Je me suis souvent moqué des adultes. Je les ai pas mal fustigés. De même en ce qui concerne les « poses » adolescentes. Alors il n’y a pas de raison : je m’amuse de temps en temps à dresser ma propre caricature. Car, après tout, s’il y a bien une chose que la littérature jeunesse m’a apprise (en dehors du fait qu’il fallait affirmer coûte que coûte ce fameux souci de vérité), c’est à avoir un tant soit peu d’humour.

La mare aux mots : Que lisiez-vous enfant et adolescent ? Ces auteurs vous ont-ils inspiré ?
Arnaud Cathrine : J’ai fait énormément de musique à une époque où l’on me tendait des livres jeunesse que je trouvais assez minables et mièvres. Quand j’ai pris goût à la lecture, je me suis réfugié dans la littérature dite « générale », c’est-à-dire adulte. Tous azimuts : Faulkner, Edgar Poe, Annie Saumont, Camus, Kundera… Avec déjà une préférence très marquée pour le contemporain. Ces auteurs (tout comme les chanteurs que j’écoutais tels Murat) m’ont inspiré ça : si je souhaitais tellement passer inaperçu et me fondre dans un groupe, c’est pourtant bel et bien en trouvant ma singularité que j’allais exister. Car tous ces auteurs ont, entre autres, exercé leur liberté, c’est-à-dire affirmé leur singularité.

La mare aux mots : Quels sont vos projets ?
Arnaud Cathrine : Nous enregistrons actuellement avec Florent Marchet un livre/disc qui sortira chez Actes Sud Junior en octobre. J’ai pour but de terminer mon prochain roman avant la fin de l’année. Par ailleurs, Ninon Brétécher va adapter pour la scène mon roman Le journal intime de Benjamin Lorca début 2013. Je jouerai dans la pièce (qui sera aussi musicale). Et je retourne à l’écriture cinématographique avec mon cher Eric Caravaca. Et vivre ? Me promener sur ma petite plage normande ? Aller à la pêche aux crevettes grises avec les enfants ? J’espère !

Merci à Arnaud Cathrine pour ses réponses passionnantes. Nous attendons donc avec impatience le nouvel album jeunesse qui sortira chez Actes Sud Junior en octobre.

Sa bibliographie jeunesse :
Mon démon s’appelle Martin (2000) éditions École des loisirs
Je suis un garçon (2001) éditions École des loisirs
Vendredi 13 chez tante Jeanne (2001) éditions École des loisirs
Les choses impossibles (2002) éditions École des loisirs
Faits d’hiver (2004) éditions École des loisirs
La cinquième saison (nouvelle Pas de printemps pour Charlie) (2006) éditions École des loisirs
Je suis la honte de la famille (2006) éditions École des loisirs
Nous ne grandirons pas ensemble (2006) éditions École des loisirs
La vie peut-être (2006) éditions École des loisirs
Un amour à la gomme (2007) éditions Le Baron Perché
Edvard Munch – L’enfant terrible de la peinture (2007) éditions École des loisirs
Moi je (2006) éditions École des loisirs

Son site : http://www.arnaudcathrine.com, sa page facebook :

———————————————————————————————————————-

La chronique de… Séverine Vidal

Pour cette première de La chronique de… je suis très heureux que Séverine Vidal ait accepté d’être la première. On ne pouvait rêver meilleure marraine ! Et puis franchement, Arnaud Cathrine + Séverine Vidal, le même jour ! Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous gâte pas !

Du vent dans mes mollets
écrit par Raphaële Moussafir, illustré par Mam’zelle Roüge
(Intervista)

Je ne sais pas si c’est un livre pour les enfants.

Je ne sais pas si c’est une BD, un roman illustré ou un autre objet littéraire non identifié.

Je sais que c’est sans doute ce que j’ai lu de plus drôle, de plus fort et de plus beau.

J’ai découvert ce livre grâce au blog de son illustratrice, j’ai aimé le titre si mystérieux, la couverture Vert gazon-Rouge Sang-Noir Zorro.

Le « Petit Prologue » est un bel appel à lire la suite … qui m’a enchantée.

« Comme ça fait une semaine que j’ai des mauvaises notes, mal à la tête et que je dors toute habillée avec mon cartable et mes affaires de gym pour pas être en retard à l’école, maman m’a proposé d’aller voir une dame qui parle avec les enfants et qui, après quelques dessins, arrive à les convaincre de se mettre en pyjama le soir, d’enlever leur cartable et leurs chaussures avant de se coucher à l’intérieur de leurs couvertures. »

Ensuite, j’ai fait la connaissance d’une petite nana rigolote à qui on ne la fait pas, qu’il ne faut pas secouer car elle est pleine de larmes, qui nous fait mourir de rire.

C’est plein de finesse, plein d’émotion qui reste longtemps après la lecture, plein de phrases qui claquent.

Voilà, j’ai adoré.

Les illustrations poétiques de Mam’zelle Roüge sont croustillantes à souhait : cette fille-là a un souci du détail, on y reste, on s’y installe, on regarde partout pour ne rien louper et on y revient lendemain, juste comme ça, pour vérifier que c’est bien aussi joli que dans notre souvenir.

A Grenoble l’an dernier, Raphaële Moussafir jouait un autre de ses livres sur scène. J’ai retrouvé ce talent brut, pas maniéré pour un rond : une tornade d’humour décapant qui, tranquillou, nous avait fait passer du gros fou rire à la plus infinie tendresse. Et c’était bien !

Un lien : http://www.dailymotion.com/video/xjmb70_printemps-du-livre-raphaele-moussafir_creation

Le blog de Mam’zelle Roüge : http://mamzellerouge.canalblog.com

Séverine Vidal est auteure jeunesse.

Sa bibliographie :

Philo mène la danse (2010) éditions Talents Hauts
Plus jamais petite (2010) éditions Oskar
Comment j’ai connu papa (2010) éditions Rouergue
Arsène veut grandir (2010) éditions Alice jeunesse
Lâcher sa main (2011) éditions Grasset
Comme une plume (2011) éditions Oskar
Du fil à retordre (2011) éditions Les lucioles
J’attends Mamy (2011) éditions Alice jeunesse
Roulette Russe tome 1 Noël en juillet (avec Anne-Gaëlle Balpe et Sandrine Beau – 2011) éditions Oskar
Je n’irai pas (2011) éditions Frimousse
Léontine, princesse en salopette (2011) éditions Les P’tits Bérets
Prune Tome 1 La grosse rumeur (2011) éditions Frimousse
Prune Tome 2 Le fils de la nouvelle fiancée de papa (2011) éditions Frimousse
Mamythologie (2011) éditions Frimousse
Roulette Russe tome 2 Rouge Bitume (avec Anne-Gaëlle Balpe et Sandrine Beau – 2012) éditions Oskar
On n’a rien vu venir (Collectif – 2012) éditions Alice Jeunesse

à venir :
Les Petites Marées (2012) éditions Oskar
La meilleure nuit de tous les temps (2012) éditions Rouergue
La grande collection (2012) éditions Editions Philomèle
Mon papa est un zarzouilleur (2012) éditions Les P’tits Bérets
Le laboureur des nuages et autres petits métiers (2012) éditions Frimousse
5h22 (2012) éditions Frimousse
Clovis et le pain d’épices (2012) éditions Feuilles de menthe
Le Pays des Vents si Chauds (2012) éditions L’élan vert
Prune Tome 3 Prune et la colo d’enfer (2012) éditions Frimousse
Prune Tome 4 Prune cherche son style (2011) éditions Frimousse

Retrouvez la sur son blog : http://severinevidal.blogspot.com, sur Facebook et en interview sur le blog.

You Might Also Like

« Je m’efforçais, moi, sa cadette, de calmer ses angoisses. »

Par 6 novembre 2009 Livres Jeunesse

Munch raconté « à la Arnaud Cathrine »
En fait Munch raconté par les autres. Sa famille, ses amis, ses collègues… Chaque chapitre est une partie de la vie de Munch racontée par quelqu’un qui l’a connu.
Bien entendu c’est un roman, très documenté, mais c’est un roman.
La vie d’un peintre qu’on ne connait que finalement peu. Une vie pas rose. Racontée comme un personnage.
On y apprends des tas de choses sans que ça soit gonflant. Une jolie bio à destination des enfants.

Extraits

Edvard Munch d’Arnaud Cathrine
A l’école des loisirs, Collection « Les belles vies » , 8€50
Public : Lecteurs confirmés

Plus de livres d’Arnaud Cathrine sur le forum.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange