La mare aux mots
Parcourir le tag

Balivernes

Ah, l’amour !

Par 16 avril 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux histoires d’amour, deux coups de cœur !

Attention chantier amoureuxHubert creuse des tunnels. C’est son métier et sa passion. Maud, creuse aussi des galeries. Mais elle, elle préférerait écrire des livres pour enfants. Alors quand ils se rencontrent, ils parlent nécessairement de trous et de sous-sols, et Maud imagine toutes les histoires qu’elle pourrait écrire sur cet homme passionné…
Quelle histoire d’amour singulière que celle qui naît entre ses deux personnages, Hubert et Maud ! Pierre-Emmanuel Dufour nous fait vivre leur rencontre, la naissance de leurs sentiments. C’est plein de délicatesse et de tendresse, et les illustrations de Julie Grugeaux fouillées et originales nous laissent entrevoir leur univers souterrain, si particulier.
Attention ! Chantier amoureux est un album simple comme on les aime, qui met du baume au cœur et le sourire aux lèvres !
Vous pouvez feuilleter cet album en ligne sur le site des éditions L’initiale.

Les amoureux du livreLe petit bonhomme à moustache vit sur la page de gauche. La petite dame aux cheveux frisés vit sur celle de droite. Ils sont très amoureux l’un de l’autre. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais il y a un hic, un obstacle infranchissable : la reliure du livre, ce fossé qui les sépare. Heureusement que le lecteur est là pour leur permettre de se retrouver régulièrement, à chaque fois qu’il tourne la page, et que le personnage de droite retrouve celui de gauche.
En lisant cette drôle d’histoire, j’ai immédiatement pensé à La paire de chaussures, un des Contes de la Rue Broca de Pierre Gripari. Cet amour qui paraît impossible à vivre tant les obstacles sont nombreux, et qui finalement triomphe ! Cette fois, Frédéric Laurent implique directement le lecteur, et j’aime cette interactivité qui naît entre l’objet du livre et celui qui lit ! Dorénavant, à chaque fois que je tournerai une page, je me dirai que je permets peut-être à deux personnages de se retrouver !
C’est optimiste, léger et plein d’humour tant dans le texte que dans les illustrations ! Les amoureux du livre est une belle réussite !
Vous pouvez consulter quelques pages de cet album sur le site des éditions Balivernes.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres albums de Julie Grugeaux (L’accumulatôr à bidouilleries) et Frédéric Laurent (La vraie fausse histoire du Minotaure, L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus). Retrouvez également notre interview de Frédéric Laurent.

Attention ! Chantier amoureux
Texte de Pierre-Emmanuel Dufour, illustré par Julie Grugeaux
L’initiale
12 €, 200 x 200 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2015.
Les amoureux du livre
de Frédéric Laurent
Balivernes dans la collection Calembredaines
13 €, 240 x 240 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?

Jim Denevan dessine sur le sable, et c’est assez impressionnant !

Marianne

You Might Also Like

En voiture, Simone !

Par 6 avril 2015 Livres Jeunesse

Notre camping-car !Aujourd’hui, pour une petite fille en bottes de pluie rouges, c’est jour de fête : son grand-père passe la chercher avec son camping-car, et tous deux partent, en tête à tête, pour quelques jours à la mer. Enfin, à la mer ou ailleurs, peu importe, finalement, ce qui compte, c’est de partir avec son papi, en camping-car. Et quand une tempête éclate, c’est encore mieux : une bonne raison de rester enfermé dans ce petit nid douillet !
Les enfants ont parfois des lubies qu’on a du mal à comprendre, comme jouer avec un emballage plutôt qu’avec le cadeau lui-même, ou encore préférer le moyen de transport à la destination des vacances ! C’est vrai ça, pourquoi aller pique-niquer sur la plage, alors qu’on peut pique-niquer tout pareil dans le camping-car ? La relation entre la petite fille et son grand-père est très attendrissante, et les illustrations de Magali Arnal, faites en partie au feutre, donnent un album une teinte très inhabituelle que j’aime beaucoup.
Le même vu par Le tiroir à histoires.

La plus BelleQu’elle est belle, cette petite voiture rouge ! C’est la plus belle, même, disent le titre et le texte. Au fil des pages, la plus belle tourne sur elle-même, chante à tue-tête, fonce droit devant puis se repose un peu, se fait mal et file au garage… Mais quand on regarde bien tous les détails des illustrations, on voit que la petite fille en arrière-plan, celle qui joue avec la voiture, vit les mêmes aventures que son jouet. De qui parle vraiment le narrateur ? Qui est la plus belle finalement ?…
Voilà un album tout mignon, dans lequel un petit garçon parle de la petite fille dont il est amoureux. Tout en formes géométriques, les illustrations sont principalement en rose, jaune, orange et rouge, c’est très visuel : parfait pour accrocher le regard des tout-petits ! Et c’est surtout une très jolie façon de rappeler que les filles aussi ont droit de jouer aux voitures (tout comme les garçons ont droit de jouer à la poupée, si si).
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Ma OuatureNe dit-on pas que les enfants ont une imagination débordante ? Comme ce petit garçon qui a construit une Ouature extraordinaire et qui se fait voler son doudou par la Grenouille Cosmique !
Heureusement que sa Ouature, lancée à la poursuite du méchant qui s’enfuit dans son technomobile, peut voler jusque dans les nuages, plonger jusqu’aux fonds marins, se battre contre les calamars géants, s’élever jusqu’au soleil et rattraper in extremis les doudous jetés sans pitié dans l’espace. Ouf, c’était moins une !
Quelle aventure que celle de ce petit garçon et de sa Ouature ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne s’ennuie pas : le rythme de l’histoire mime parfaitement la vitesse de la course-poursuite qui forme le cœur de l’album. Sur chaque page, on trouve de nouveaux détails, de nouvelles créatures, de nouveaux décors, dans le style très moderne de Federico Combi. Un bel album qui rappelle qu’on peut tous vivre de folles aventures, pour peu qu’on ait un peu d’imagination !
Des extraits sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage et Les Lectures de Liyah.

Allez savoir pourquoi, vos jeunes enfants deviennent fous dès qu’ils voient une bétonnière, un camion-poubelle ou une tractopelle ? Alimentez leur passion grâce à ces deux documentaires consacrés aux transports !

Les transportsLe livre Les Transports, de la collection Ma Baby Encyclopédie Larousse, suit une famille de son départ en vacances dans la voiture familiale jusqu’au cockpit de l’avion, en passant par le garage avec sa dépanneuse, l’autoroute avec ses semi-remorques, ou encore le train avec son wagon plateau porte-voitures. À la fin de l’ouvrage, des jeux, des stickers et un puzzle permettent de découvrir le monde des transports en s’amusant. La couverture matelassée est parfaite pour les petites mains !

Les transportsL’imagier Les transports, dans la collection cache-cache docs de Milan, se construit autour de doubles-pages thématiques : les vélos et les trottinettes, les bus, les trains et les tramways, les véhicules de travaux et de secours… Sur chaque double, les illustrations foisonnantes sont légendées de petits textes explicatifs, dont certains sensibilisent à la sécurité (port du casque à vélo, de la ceinture en voiture, etc.) Les nombreux volets à ouvrir cachent plein de petits détails amusants que les plus jeunes vont adorer !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Fanny Robin (Margot et On n’a rien vu venir), de Marjorie Béal (La coccinelle et le caméléon, Lucien le magicien, L’histoire qui fait peurÀ la campagneEt toute la ville s’éveilleMes deux papasSi petitSi grandMa maison du bout du monde, et La fabrique extraordinaire), de Pierre Crooks (Hippopo Tam-Tam, Saperlipopette mène l’enquête et Poulp’ombre), et de Romain Guyard (Si ta voisine est une sorcière, Si tu rencontres un loup dans la forêt20 bonnes raisons d’aller à l’école20 bonnes raisons de croire au Père Noël et Pourquoi les chiens n’aiment pas les chats). Retrouvez également nos interviews de Fanny Robin et Marjorie Béal.

Notre camping-car !
de Magali Arnal
l’école des loisirs
12,20€, 209×267 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
La plus Belle
Texte de Fanny Robin, illustré par Marjorie Béal
Des ronds dans l’O jeunesse
10€, 207×211 mm, 28 pages, imprimé en Belgique, 2015.
Ma Ouature
Texte de Pierre Crooks, illustré par Federico Combi
Balivernes Éditions
13€, 250×290 mm, 30 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Les Transports
Texte de Jean-Michel Billioud, illustré par Romain Guyard
Larousse dans la collection Ma Baby Encyclopédie Larousse
6,90€, 205×195 mm, 26 pages, imprimé en Chine, 2014.
Les transports
Texte de Ruth Martin (traduit par Sylvie Lucas), illustré par Allan Sanders
Milan dans la collection cache-cache docs
9,90€, 208×226 mm, 16 pages, imprimé en Malaisie, 2015.

Marie

You Might Also Like

Monstres, martiens et trouillosaures

Par 7 mars 2015 Livres Jeunesse

Il y a un p'tit monstre qui habite chez moiDepuis quelque temps, il y a un monstre chez lui. Un tout petit. Ses parents le voient et le pire c’est qu’ils ont l’air ravi ! Le monstre hurle (surtout la nuit), fais caca n’importe quand, mais visiblement ça ne dérange personne. Et quand il rote, on applaudit ! Mais ils ont quoi ces parents ?
Je ne vous dévoile pas la fin, mais je pense que vous avez compris quel est ce petit monstre qui a emménagé dans la maison de notre héros ! Frédéric Laurent parle donc avec beaucoup d’humour d’un sujet qui touche souvent les enfants, d’un passage de leur vie pas toujours facile à gérer. Je suis très fan du travail de cet auteur/illustrateur, j’avoue que j’ai été moins séduit par ses illustrations sur cet album, mais son humour, son originalité, eux, me plaisent toujours autant.
Un chouette album pour tous les enfants chez qui un monstre débarque un beau matin.
Le même vu par Les lectures de Liyah et Maman Baobab.

Les monstres au plafondIl fait nuit. Seul le bruit d’un coucou se fait entendre. Dans son lit, Étienne ne dort pas, il voit des ombres au plafond qui bougent. Il sait très bien que c’est l’ombre d’une branche, mais dès qu’il ferme les yeux les formes deviennent des monstres… Étienne a peur, et il ne sait pas quoi faire.
On pense à la littérature anglo-saxonne en voyant les belles illustrations noires et rouges de Joanna Winograd. Sujet classique de la littérature jeunesse, on parle des peurs nocturnes. Étienne devra trouver une solution pour être rassuré et réussir à dormir, et il y arrivera sans réveiller les membres de la famille.
Un joli petit album qui parle de la peur qui apparaît quand vient la nuit.

La maitresse vient de marsIl y a une nouvelle maîtresse et sur le chemin de l’école, la rumeur enfle. Ce serait une sorcière d’après l’une, un ogre d’après l’autre, un troisième parle même de Mars ! La vérité est encore pire…
Michaël Escoffier croque avec beaucoup de justesse la rumeur, l’angoisse de la rentrée et l’imagination débordante des enfants. Chacun y va de sa légende sur la nouvelle maîtresse (faut dire qu’une nouvelle maîtresse c’est source d’angoisse !) et la version de chacun terrifie les autres. Clément Lefèvre sème dans ses belles illustrations des références à la littérature jeunesse et des détails pleins d’humour.
On sourit, on a peur et l’on rigole bien quand vient le dénouement.

Le trouillosaureIl y a bien longtemps, au temps des dinosaures, vivait le trouillausaure. Comme son nom l’indique, il était peureux, si peureux qu’il se cachait tout le temps. Au moindre crac, il se planquait. Au moindre Scrounch Scrounch, il décampait. Bref, il passait son temps à fuir ! C’est pour ça, en fait, qu’on n’en a jamais entendu parler…
Le trouillausaure, c’est un album cartonné plein d’humour sorti chez Amaterra et signé Sandra Solinet et Peter Elliott. C’est vraiment drôle (surtout si vous aimez les blagues de prout et de caca), c’est plein de pep’s, on ne s’ennuie pas une seconde.
Un album très drôle sur un petit froussard.

L'Art des monstresOn fini avec un beau livre d’art sorti chez Palette… mais on reste chez les monstres ! l’Art des monstres propose de revenir sur les monstres dans l’art. Hybrides, dragons, Satan, licornes, sirènes, vampires… les monstres sont nombreux dans la peinture, mais aussi la sculpture et évidemment le cinéma. On nous les présente donc ici avec de grandes et belles photos (accompagnées de textes explicatifs). Comme toujours avec Palette… nos yeux se régalent et l’on apprend plein de choses. Mais surtout, ça donne envie d’aller plus loin. Palette… fait décidément des livres qui donnent une première approche ludique de l’art, les enfants vont s’intéresser aux œuvres parce que le sujet les intéresse et iront ensuite voir ce que Picasso, Munch ou Ambroise Paré ont fait d’autre.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Frédéric Laurent (La Vraie Fausse Histoire du Minotaure, L’oubli de Noé, Un autre monde, Momotaro, Monstres en ville, Les deux poissons et Fipopus et Gropopus), de Michaël Escoffier (20 bonnes raisons d’aller à l’école, Le moustoc, 20 bonnes raisons de croire au Père Noël, Ouvre-moi ta porte, Le chevalier noir, L’anniversaire, La croccinelle, Le ça, Tous les monstres ont peur du noir, Trois petits riens, Le jour où j’ai perdu mes super pouvoirs, Zizi, Zézette, mode d’emploi, Le grand lapin blanc, Vacances à la ferme, Bonjour FacteurLa plume, Sans le A et Bonjour Docteur) et de Sandra Solinet (L’Archipel de Nouna). Retrouvez également nos interviews de Frédéric Laurent et de Michaël Escoffier.

Il y a un p’tit monstre qui habite chez moi
de Frédéric Laurent
Balivernes
9 €, 208×158 mm, 37 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Les monstres au plafond
Texte de Séverine Loizon, illustré par Joanna Winograd
Magnard Jeunesse
11,90 €, 163×221 mm, 42 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
La maîtresse vient de Mars
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Clément Lefèvre
Frimousse dans la collection Sa majesté du soir
14,90 €,  225×290 mm, 25 pages, imprimé en Slovénie, 2014.
Le trouillosaure
Texte de Sandra Solinet, illustré par Peter Elliott
Amaterra
9,50 €, 157×220 mm, 24 pages, imprimé en Union Européenne, 2015.
L’Art des monstres
Texte de Johann Protais et Eloi Rousseau
Palette…
24,50 €, 239×270 mm, 80 pages, imprimé en France, 2015.


À part ça ?

Demain, c’est le 8 mars, la journée internationale des droits des femmes (et non pas « journée de la femme » comme on l’entend trop souvent). À cette occasion, nous vous proposons une sélection d’ouvrages.

Gabriel

You Might Also Like

Pas besoin de dépenser plus pour être plus heureux !

Par 10 janvier 2014 Livres Jeunesse

Oui j’ai attendu que les fêtes soient passées (où j’ai encore vu des amis dépenser des fortunes en jouets qui seront abandonnés, cassés ou inutiles dans quelques semaines) pour parler du « consommer plus »… et surtout de la décroissance !

L’accumulatôr à bidouilleriesHector et son chat Archibald vivaient dans une toute petite maison. Ils étaient heureux, se contentaient de ce qu’ils avaient, mais un jour le vent apporta une publicité qui allait changer leur vie : GRANDE PROMOTION SUR LES BACS À GLAÇONS !!! POUR 13 BACS À GLAÇONS ACHETÉS, 1 CONGÉLATEUR OFFERT ! Rendez-vous compte ? Il ne fallait pas rater ça ! Ils étaient heureux de pouvoir boire des citronnades glacées, « Mais comment faisait-on avant ? » se demandaient nos héros. En rentrant du magasin, ils avaient vu une autre publicité, une serre offerte pour 13 arrosoirs achetés… Ni une ni deux les voilà repartis et tant pis s’ils n’avaient pas la place dans la maison, ils allaient trouver, on mettrait la table ailleurs ! Ainsi petit à petit la toute petite maison s’équipa de choses plus utiles les unes que les autres… et même d’un accumulatôr à bidouilleries !

Leïla Brient et Julie Grugeaux dénoncent le consumérisme et ces opérations des grands magasins qui nous font croire qu’elles nous font des cadeaux si on consomme plus (comme si les magasins étaient de gentils philanthropes !). Hector et Archibald n’avaient évidemment pas besoin de tout ça (et n’avaient surtout pas la place) et très vite ils s’en rendront compte. Un très bel album tout en hauteur, plein d’humour pour rappeler aux enfants qu’il n’y a pas besoin de consommer pour être heureux (et n’oubliez jamais le fameux adage, si c’est gratuit, c’est toi le produit !).
Quelques illustrations sur le blog de l’auteur.
Le même vu par La valse des pages.

Le Boulanger Des CroissantsQu’ils étaient bons les croissants du boulanger de ce village ! Le goût n’était pas un hasard mais le fruit du travail de cinq hommes : le boulanger donc, le paysan qui récoltait le meilleur des blés, le meunier qui faisait une bonne farine grâce à son savoir-faire, le bûcheron qui savait quels arbres couper et comment le faire pour obtenir le bon bois pour cuire les croissants et l’apiculteur respectueux des abeilles qui récoltait un miel qui rendait les croissants encore meilleur. Chaque dimanche les cinq compagnons se retrouvaient pour déguster ces croissants qui n’existeraient pas sans leurs cinq savoir-faire respectifs. Mais un jour un prince goûtât ces croissants et en devint complètement dingue. Il lui en fallait absolument, et pas que le dimanche. Alors, tous les cinq se mirent à travailler plus pour produire plus (et pour gagner plus). Bien entendu ils ne pouvaient plus le faire avec autant de soin, il fallait du rendement, mais en échange ils allaient gagner de l’argent… allaient-ils être heureux pour autant ?

Voilà une très belle histoire aux illustrations bien singulières. On peut même dire qu’il y aura les fans et ceux qui ne vont pas du tout aimer les personnages et décors en bois de Yannick Beaupuis ! Mais l’histoire réconciliera tout le monde, un conte dont la morale serait de se contenter des plaisirs rares plutôt que vouloir tout, tout le temps. Qu’il vaut mieux manger un bon croissant au beurre une fois par semaine plutôt que tous les jours des choses sans saveurs (ça marche aussi avec le fromage, les gâteaux, le chocolat ou plein de choses). Voilà un message intéressant, quelque chose que j’essaye de passer à mes enfants et que je suis heureux de retrouver dans ce bien bel album.
Vous pouvez visualiser des intérieurs sur le site de l’éditeur.
Le même vu par Sous le feuillage.

L’accumulatôr à bidouilleries
Texte de Leïla Brient, illustré par Julie Grugeaux
Winioux
14€, 150×350 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Le boulanger des croissants
de Yannick Beaupuis
Balivernes Éditions dans la collection Calembredaines
12€, 200×250 mm, 40 pages, imprimé en Belgique, 2013.

À part ça ?

Un homme qui a un poussin dans le ventre… et l’imagination des enfants !

Gabriel

You Might Also Like

Voyages poétiques, entre campagne et mer !

Par 9 novembre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente deux albums qui nous font voyager, tantôt à la campagne, tantôt à la mer… C’est beau !

Campagne_inside.indd A la campagne on prend le temps de vivre. Les feuillages nous font de l’ombre, les cerises nous régalent, l’herbe, la rosée et le vent ont une odeur particulière, les coccinelles s’envolent et les roseaux ondulent. Mais il y a aussi les groseilles, les papillons, les baisers dans les buissons, les cabanes, les feuilles mortes et le parfum de la terre.

Marre de la grisaille ? Envie de verdure ? Il suffit d’ouvrir ce bel album pour plonger dans tous ces petits bonheurs champêtres, qui font le charme des sorties en pleine nature, plus ou moins loin de la ville. Laurie Cohen trouve les mots justes pour retranscrire les plaisirs les plus simples et les plus précieux, et c’est délicieux. Quant aux illustrations de Marjorie Béal, elle accompagne ce joli texte d’illustrations simples et colorées, qui nous placent au plus près de cette campagne : dans l’herbe, sur le tapis de feuilles, au sommet des branches, dans le massif des groseilles, on est au cœur de cette belle nature ! Un album pour s’évader et s’émerveiller des joies les plus simples !
Le même vu par Parfums de livres.

la mer et luiAutre destination et autre poésie, comme son titre l’indique, La mer et lui nous plonge au cœur de l’océan. Enfin, presque ! Le capitaine prend sa retraite et emmène avec lui la mer, sa plus fidèle compagne. Il habite maintenant en ville, mais dans le verre du salon, il a gardé ce précieux liquide sur lequel il a vécu depuis tant de temps. C’est un besoin partagé, tous les deux sont liés pour l’éternité. Le vieil homme peut plonger dans ses souvenirs, et la mer continue de lui livrer ses plus grands secrets. Mais sur la plage, la vie est triste. « La mer sans la mer, ce n’est plus que du vent ». Les marins, les enfants, les baigneurs rouspètent, alors le capitaine décide de libérer son amie…

Henri Meunier est un véritable poète. Au départ, les enfants peuvent être un peu troublés par cette écriture poétique, recherchée, où tous les mots sont choisis et agencés, non seulement pour leur sens, mais aussi pour leur sonorité. Et du coup, progressivement, on se laisse bercer par le doux bruit de ce récit, qui nous emporte loin, très loin de notre quotidien. Ce capitaine est attachant, et la mer est un véritable personnage, au centre de l’album. Régis Lejonc complète merveilleusement cette belle histoire, avec des illustrations magnifiques qu’on dirait tout droit sorties d’un musée.  Chaque page est un tableau, lumineux, tour à tour doux ou plus tourmenté. Larguez les amarres, c’est vraiment magnifique !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres d’Henri Meunier (Chevaliers, Grand et Petit) et de Régis Lejonc (Le petit chaperon rouge ou La petite fille aux habits de fer blanc, et Obstinément Chocolat). Mais aussi un livre sur lequel ils ont tous deux ont déjà collaboré pour La rue qui ne se traverse pas. Retrouvez également d’autres chroniques de livres de Laurie Cohen (Est-ce que vous m’aimerez encore…?, Dans le ventre de maman, Ma voisine est une sorcière), Marjorie Béal (Mes deux papas, La fabrique extraordinaire) et de Laurie Cohen et Marjorie Béal réunies (Ma maison du bout du monde, Si petit, Si grand, et Et toute la ville s’éveille).

A la campagne
de Laurie Cohen, illustré par Marjorie Béal
Balivernes
14 €, 210 x 300 mm, 48 pages, imprimé en Belgique, 2013
La mer et lui
d’Henri Meunier, illustré par Régis Lejonc
Notari dans la collection L’oiseau sur le rhino, section Les hérons
23 €, 296 x 196 mm, 48 pages, lieu d’impression non précisé, 2013

A part ça ?

Vous êtes sans doute au courant, en ce moment, Astérix et Obélix sont à l’honneur avec la sortie du dernier tome de leurs aventures. La Bibliothèque Nationale de France (BNF) propose une exposition consacrée aux deux héros jusqu’au 19 Janvier 2014 !

Marianne

 

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange