La mare aux mots
Parcourir le tag

Bibliothèque

Histoires de bibliothèques

Par 16 novembre 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, des histoires de biblis ! On commence en douceur avec une bande de doudous qui profite de la nuit pour découvrir le monde merveilleux de la lecture… Puis place à l’action, avec un petit héros qui va devoir sauver les livres et affronter deux terribles super-méchants !

Une nuit à la bibliothèque
Texte de Kazuhito Kazeki (traduit par Mutsumi Fomato), illustré par Chiaki Okada
Seuil Jeunesse
13,50€, 215×260 mm, 34 pages, imprimé en Italie, 2016.
Super Lecture Boy, Menace sur la bibliothèque
Texte d’Arnaud Alméras illustré par Clément Devaux
Nathan dans la collection Premiers Romans
6,90€, 145×191 mm, 54 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

L’école et l’amour des livres, des romans premières lectures

Par 7 août 2015 Livres Jeunesse

Je ne veux pas lire !Le moment préféré de la journée de Lili, c’est quand elle est assise sur les genoux de son père et qu’elle écoute l’histoire qu’il lui lit. Donc imaginez sa tête le jour où on lui dit que bientôt elle lira toute seule. Pour elle, c’est hors de question ! Elle refuse d’apprendre à lire, elle ne veut pas sacrifier ce bon moment.
Quitterie Simon et Hervé Le Goff racontent avec humour et tendresse le refus d’apprendre à lire d’une amoureuse d’histoires. Bien entendu, elle se rendra vite compte qu’il y a aussi des tas d’avantages à lire soi-même… et surtout à lire aux autres ! Et puis, même si le livre n’en parle pas, on rappelle qu’on peut continuer de lire des histoires aux enfants qui savent lire.
Un petit roman premières lectures sur le bonheur de lire et de se faire lire des histoires.

une bibliothécaire en voyageUne bibliothécaire se sentait bien seule au milieu de ses livres. Personne n’entrait plus ici. Les livres n’étaient plus ouverts, ils jaunissaient. Notre bibliothécaire décida donc de les emmener en voyage pour leur offrir un bon bol d’air frais. Mais en chemin…
Une bibliothèque en voyage est une véritable publicité pour les bibliothèques hors les murs ! Alors que plus personne ne rentrait dans la bibliothèque, les personnages croisés vont être ravis de trouver un livre qui leur convient. On pense aux camionnettes qui parcourent les villages pour vendre ou prêter des livres (coucou Liliroulotte).
Une belle ode à la lecture et au fait de partager des livres.
Le même vu par Chez Clarabel et Enfantipages.

Drôle d'école !Aujourd’hui, c’est la rentrée des classes et comme c’est Papa qui accompagne Nina à l’école il se trompe d’établissement (ben oui, c’est un père…). Et cette école est vraiment très étrange et les cours qui y sont donnés encore plus. La cantine, n’en parlons pas ! Mais qu’est-ce que c’est que cette école ?
Même si, encore une fois, j’en ai ras le bol des pères qui font n’importe quoi dans les histoires (ben oui, seule une femme sait s’occuper correctement des enfants, voyons), Drôle d’école ! est un petit roman plein d’humour. Comme souvent dans les premières lectures chez Nathan, on lit à deux voix : les parents lisent le texte, les enfants les dialogues dans les bulles.
Un premier jour dans une école très bizarre !
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Baron l'école des Super'nimauxDans la maison, Baron, un petit chat, s’ennuie. Il part se promener dans la forêt, il y rencontre des copains avec qui il décide de créer une école où chacun apprendra ce qu’il sait aux autres afin de s’entraider, l’école des Super’nimaux !
Baron, l’école des Super’nimaux est entre la BD et le roman première lecture. De grandes illustrations, parfois des cases, un texte relativement court coupé en chapitres, c’est parfait pour les jeunes lecteur-trice-s, surtout pour ceux et celles qui ne sont pas forcément attirés par les romans peu illustrés. On y parle d’entraide, de partager les connaissances, d’accepter les autres tel-le-s qu’ils/elles sont.
Une école dans laquelle on aimerait être élève !

Tu es trop bavard, Léonard !Et bla bla bla et bla bla bla, Léonard est du genre bavard. Ça commence dès le matin et à l’école on n’en peut plus. À tel point que ses copains et copines préfèrent se mettre des crottes de chèvre dans les oreilles plutôt que de l’entendre encore. Mais un jour…
Tu es trop bavard, Léonard ! est sur le même principe que Drôle d’école ! (les parents lisent la narration et les enfants lisent les dialogues dans les bulles). On s’amuse beaucoup avec ce petit singe qui est un vrai moulin à paroles. Malheureusement, comme souvent dans les histoires, il lui faudra faire un exploit pour se faire accepter.
Un roman premières lectures plein d’humour.
Le même vu par Les mercredi de Julie, Les lectures de Liyah et Maman Baobab.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages de Quitterie Simon (Le renard perché), d’Hervé Le Goff (Comptines de l’ogre et de la sorcière, Le livre vert du printemps, Le livre vert de l’été, Le canari qui faisait pipi au nid, L’épouvantail qui voulait voyager et Plus de bisous !), de Pascal Brissy (Mais quelle idée ?, Le petit bonhomme de pain d’épice et La véritable histoire de Patam, champion de la savane), de Fred Benaglia (Le grand départ pour la petite école et L’énooorme bobo de rien de tout), d’Ingrid Chabbert (Le voleur de trompette, EdmondDans l’enfer d’ÉcomondeLe livre de mamanY’a un monstre à côtéLes chaussettes qui puentIndira l’indépendante, FirminUn accordéon sinon rienLa vérité sort toujours de la bouche des enfants, La mémoire aux oiseauxL’oiseauLes écharpes de Mamie BertheTonnerre de catchLa fête des deux mamansRaconte-moi la révolutionLes yeux du parapluieSur les quais et Le bateau de Malo) et d’Agnès de Lestrade (Tout au bord, Mon cher petit cœur, Le voyage de Mamily, Pourquoi les chiens n’aiment-ils pas les chats ?, Les cocottes à histoires, Bon anniversaire, Gaston !, Les pendules de Dana et Les baisers de Cornélius). Retrouvez aussi notre interview d’Ingrid Chabbert.

Je ne veux pas lire !
Texte de Quitterie Simon, illustré par Hervé Le Goff
Milan Jeunesse dans la collection Milan Poche Benjamin
5,20 €, 132×180 mm, 23 pages, imprimé en France, 2014.
Une bibliothèque en voyage
Texte de Pascal Brissy, illustré par Frédéric Benaglia
Nathan dans la collection Premiers romans
5,70 €, 145×192 mm, 29 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Drôle d’école !
Texte d’Anne Rivière, illustré par Gaëlle Duhazé
Nathan dans la collection Premières lectures
5,60 €, 144x189mm, 29 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Baron, l’école des Super’nimaux
Texte d’Ingrid Chabbert, illustré par Ashel
Les petites bulles éditions dans la collection Premières lectures
8,90 €, 148×190 mm, 60 pages, imprimé en Italie, 2014.
Tu es trop bavard, Léonard !
Texte d’Agnès de Lestrade, illustré par Sylvie Bessard
Nathan dans la collection Premières lectures
5,60 €, 147×192 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.

Gabriel

You Might Also Like

La chronique numérique : Des tornades et des livres

Par 9 novembre 2014 Livres numériques, Numérique

À l’honneur cette semaine, deux applis qui mettent en lumière l’influence des phénomènes climatiques sur les livres. Parce que oui, je vous assure, cela peut avoir des conséquences insoupçonnées : on sait où ça commence, quant à savoir jusqu’où ça va aller… C’est… l’effet papillon.

Le livre papillonLe Livre Papillon

C’est quoi ? Le nouveau livre interactif publié par La Souris qui raconte, écrit par Marine Locatelli, illustré par Claire Fauché et raconté par Jean-Marco Montalto, une équipe de choc qui nous a concocté un très joli livre sur le pouvoir magique des mots.

Ça parle de quoi ? Paolo vient d’emménager dans une nouvelle ville. Il s’y sent un peu seul. Il a bien un ordinateur, oui, mais des amis, non. Accoudé à son balcon, Paolo rêve. Soudain une bourrasque de vent s’engouffre dans sa chambre : les pages des livres deviennent des ailes qui leur permettent de prendre leur envol. Paolo se précipite et referme sa fenêtre. Trop tard ! Son livre le plus cher, le carnet dans lequel il écrit ses Le livre papillonpoèmes et ses pensées secrètes, le Livre Papillon, a lui aussi pris la poudre d’escampette. Chaque livre voltige au gré du vent et atterrit entre les mains d’un enfant : Léo, Peter, Elsa. Sur leur première page figure le nom de Paolo. Les enfants peuvent ainsi retrouver le propriétaire de ces livres fugueurs, et un goûter-rencontre est organisé. Mais parmi les livres, manque le plus important, le Livre Papillon. Les nouveaux amis signent alors un pacte d’amitié pour retrouver le précieux confident. De l’autre côté de la ville, Lilly, une petite fille qui apprend tout juste à lire, Le livre papillonreçoit un bien étrange cadeau tombé du ciel…

Ça marche comment ? Le Livre Papillon est une histoire interactive. Chaque page contient de délicates animations pleines de fantaisie. Sous nos doigts fureteurs, les images prennent vie : les fenêtres des immeubles s’entrouvrent pour nous laisser apercevoir des instantanés de vie quotidienne, des animaux apparaissent et disparaissent dans des feuillages, les motifs d’un pull s’animent. On peut faire le choix de lire l’histoire ou bien de l’écouter. À chaque page, une icône représentant un petit hérisson permet de lancer la narration en cliquant Le Livre papillondessus, au moment qui nous convient ; il n’y a donc pas d’interférences entre les animations et la lecture proprement dite.

Et j’en pense quoi ? J’ai été absolument charmée par cette merveilleuse histoire d’amitiés qui se tissent grâce au pouvoir des mots. L’univers sonore de l’application est très riche, et on n’en attendait pas moins d’une histoire qui fait jouer et sonner les mots. On sent derrière un véritable travail et une réflexion sur l’accompagnement du texte (par ailleurs très bien servi par la voix du conteur) : bruits de ville, extraits de musique classique, tout participe à l’immersion du lecteur dans l’histoire.
Le Livre papillonL’écran se divise, dévoilant progressivement, à la manière de cases de bande dessinée, ou d’un split screen, la temporalité du récit. Les animations fourmillent dans chaque coin de l’image, et on peut s’amuser à repérer les clins d’œil de l’illustratrice : une fusée qui atterrit dans l’œil de la lune, et c’est Méliès qui est convoqué. L’option qui permet de lancer la lecture à chaque page est un vrai plus ; elle offre une liberté d’écoute très appréciable. Le lecteur devient ainsi véritablement actif : on peut prendre son temps pour partir à la découverte d’une page avant d’en écouter le texte, sans être prisonnier d’un rythme imposé.
Un livre numérique qui sollicite tous les sens, ouïe, toucher, vue, sans oublier le cerveau !

Bande-annonce :

L’avis de Déclickids : http://www.declickids.fr/le-livre-papillon-une-belle-histoire-animee-pleine-de-poesie-web.

La Fantastique Histoire des livres volants de Morris LessmoreLa Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmore

C’est quoi ? Une appli adaptée du court métrage d’animation du même titre de William Joyce, qui réunit le court métrage et le livre numérique.

Ça parle de quoi ? C’est l’histoire d’un garçon, ni plus ni moins, un amoureux des livres, lecteur et écrivain, Morris Lessmore. Et ce n’est pas une bourrasque mais un véritable ouragan qui s’abat sur sa ville, emportant tout sur son passage, maisons et voitures bien sûr, mais même les mots des livres. Morris erre, sans La Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmoreplus de repère. Jusqu’à ce qu’il se décide à lever les yeux au ciel. Son regard rencontre alors une jeune femme tirée par un nuage de livres volants, qui lui envoie un cadeau, son livre préféré. C’est ce livre qui mènera Morris dans sa nouvelle demeure peuplée de livres. Il y apprendra que les livres ne vivent que grâce à leurs lecteurs.

Ça marche comment ? L’appli offre donc deux volets, le court métrage et le livre numérique. Dans ce dernier, l’histoire est La Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmoresimplifiée et écourtée en vingt-sept plans. La particularité de ce livre numérique-ci, c’est que c’est le lecteur lui-même qui fait avancer l’histoire. Histoire et animations sont étroitement imbriquées et forment un tout. Ainsi, c’est au lecteur de créer l’ouragan qui fait débuter l’histoire de Morris Lessmore, c’est lui qui lui ouvre la porte qui débouche dans un nouveau monde, c’est encore lui qui aide les livres volants à mener Morris dans sa nouvelle maison, une bibliothèque. Chaque page peut être tournée au moment où on le souhaite mais ce n’est que lorsque le lecteur a découvert et activé l’animation de la page (indiquée par des flèches ou bien des objets en surbrillance) que le haut de la page se corne pour permettre la tourne. Quelques tableaux contiennent des petits jeux, très La Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmoresimples : écrire un mot sur les pages d’un livre, mot qui va s’envoler ; jouer le thème musical du court métrage sur un piano, jouer à écrire des mots avec des céréales en forme de lettres, et d’autres. À signaler que si l’appli existe en version française, seul le texte est traduit, la narration quant à elle reste en anglais.

Et j’en pense quoi ? C’est une appli qui a beaucoup fait parler d’elle lors de sa sortie, et à raison. Tout y est magnifique, pour peu que l’on aime cet univers graphique assez léché. On se laisse emporter dans l’ouragan de l’histoire. L’animation y La Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmoreest pour beaucoup, notamment grâce aux effets 3D (la maison qui tournoie dans l’œil du cyclone est impressionnante), et certains tableaux sont magnifiques de poésie, comme celui du passage des saisons. L’histoire, apologie de la lecture et illustration du temps qui passe, s’incarne réellement dans les images : en suivant les livres volants, on passe d’un monde gris et désolé, où les mots se sont envolés, à un chatoiement de couleurs dès qu’on arrive au pays des livres.
Au niveau de l’interactivité, l’appli laisse peu de liberté à l’utilisateur, et la lecture reste très La Fantastique Histoire des livres volants de Morris Lessmoreguidée : il n’est pas question de papillonner dans l’image.
Plusieurs modes de lecture sont possibles : avec ou sans musique, avec ou sans narration, avec ou sans texte écrit. Le texte étant assez simple, loin d’être une gêne, l’écoute en anglais peut être un avantage : elle familiarise l’oreille et nous fait réviser notre anglais (enfin le mien en tout cas) !
Pour ceux qui n’auraient pas d’ipad (puisque malheureusement cette appli n’est pas disponible sur Android), il serait dommage de se priver du film d’animation qui est un enchantement : http://www.dailymotion.com/video/xoh7gx_la-fantastique-histoire-des-livres-volants_shortfilms.

Bande-annonce :

L’avis de Déclickids : http://www.declickids.fr/les-fantastiques-livres-volants-de-morris-lessmore-un-chef-doeuvre-ipad.

Le Livre Papillon
écrit par Marine Locatelli, illustré par Claire Fauché et raconté par Jean-Marco Montalto
La Souris qui raconte
Prix constaté : 4,49 € (Apple et Android). Disponible aussi en format web en achat immédiat ou séquencé au prix de 6,99 € sur le site de La Souris qui raconte.
Les Fantastiques Livres volants de Moriss Lessmore
de William Joyce, musique et design sonore de Breed
Moonbot Studios
Prix constaté : 4,49 € (Apple)

À part ça ?

Restons dans l’effet papillon… Deux plasticiens suisses, Peter Fischli et David Weiss, ont appliqué ce théorème aux objets, dans une vidéo géniale que j’ai eu l’occasion de voir au Centre Pompidou : Der Lauf der Dinge (« Le Cours des choses » ; https://www.youtube.com/watch?v=dVnwMa8rGMI). Où l’on découvre la fragilité du monde à travers une série de catastrophes en chaîne. C’est délirant, drôle, très bien fait, et les enfants sont fascinés… Les grands aussi.

Erica

You Might Also Like

Secured By miniOrange