La mare aux mots
Parcourir le tag

Bilboquet

Parler des attentats et du suicide [article en accès libre]

Par 23 juin 2017 Livres Jeunesse

Les livres du jour parlent de sujets pas faciles à aborder avec les enfants : les attentats et le suicide de l’un des parents.

Il était une fois un village qu’on appelait Le village aux mille roses parce qu’il y poussaient des roses de toutes les couleurs. Un jardinier réussi à réaliser un jour des roses noires et pour le chef ce fut le coup de foudre pour cette nouvelle fleur. Désormais, il ne voulait plus voir d’autres roses, les noires seules étaient admises… et gare à quiconque oserait cultiver d’autres fleurs.
C’est en pensant à Arianne Theiller, ancienne stagiaire chez Flammarion décédée au Bataclan, que Philippe Nessmann a écrit ce conte magnifique. Il y est question de diversité et de dictature, il évoque avec des mots poétiques le totalitarisme. La fable est pourtant pleine d’espoir. C’est un formidable outil pour discuter avec les enfants (en famille ou à l’école).
Un ouvrage pour évoquer les attentats et rendre hommage à ceux et celles qui nous ont été arrachés par les barbares.

Un enfant s’interroge… c’est quoi un attentat ? Difficile d’expliquer, même avec des métaphores… Comment expliquer l’inexplicable, comment faire comprendre aux enfants le sens de ce mot qu’ils ont beaucoup entendu ces derniers temps, sans les terroriser.
On avait déjà parlé de C’est quoi un attentat, lors d’un Parlez-moi de (lire ici), mais nous ne l’avions pas chroniqué. Contrairement au livre précédent, ici on n’est pas dans une fable, mais dans quelque chose de plus concret (le livre vise un public plus jeune) et si le début peut décontenancer (c’est mon cas), la fin répond avec justesse à la question. Difficile de lire sans avoir la chair de poule, mais le livre est pourtant plein d’espoir en parlant de l’après.
Un album dur, mais nécessaire pour parler avec les plus jeunes de ces tragédies qui font maintenant partie de leur quotidien.

Maman est forte, elle ne pleure jamais… pourtant ce soir, elle pleure. C’est depuis le coup de tonnerre… mais normalement l’orage ne la fait pas pleurer et là elle ne peut plus s’arrêter. Papa aussi pleure, ainsi que le grand frère. Après l’orage, tout est devenu calme… trop calme… plus de bisous, plus de câlins, pourtant l’enfant n’a rien fait… Pourquoi tout le monde est devenu bizarre ?
On évoque ici les policiers qui sont apparus devant l’école, « l’épidémie de tristesse », la vérification des sacs dès qu’on va dans les magasins et des bougies et des dessins qui sont apparus à un endroit. C’est délicat, poétique, et les enfants vont reconnaître des moments qu’ils ont traversés il y a peu. Hélène Romano évoque avec beaucoup de justesse ce sentiment d’impuissance des enfants face au désarroi des parents et leur peine quand on leur explique qu’ils sont trop petits pour comprendre (l’album est un vrai plaidoyer pour parler aux enfants, nommer les choses). Graphiquement, c’est tout aussi réussi.
Un bel album pour évoquer les attentats et rappeler la nécessité d’expliquer aux enfants.

Un autre livre pour parler des attentats, Graines de Charlie, que l’on avait chroniqué ici.

Un enfant se souvient de la vie « avant », quand il partait à la plage avec ses parents, le bonheur qui régnait dans la maison. C’était il y a seulement deux ans, depuis son père n’est plus là à cause d’un arbre. C’est sur cet arbre que l’enfant a vu son père se balancer à une branche, sans bouger.
On retrouve Hélène Romano et Adolie Day dans cet album également sorti chez Courtes et Longues. Avec beaucoup de délicatesse, tant dans le texte que dans les illustrations, elles évoquent le suicide de l’un des parents. Disons les choses franchement, le livre est vraiment destiné aux enfants vivant ce drame-là (on trouve d’ailleurs, en fin d’ouvrage, une fiche détachable à destination des adultes pour aider ces enfants), mais (contrairement à pas mal de livres « médicament ») l’album est particulièrement réussi, c’est un livre de qualité comme on a l’habitude de voir aux éditions Courtes et Longues.
Un bel ouvrage pour aider les enfants dont l’un des parents s’est suicidé.

Le village aux mille roses
de Philippe Nessmann
Flammarion jeunesse
5 €, 140×200 mm, 48 pages, imprimé en Espagne, 2016.
Dis, c’est quoi un attentat ?
Texte d’Oulya Setti, illustré par Perrine Rempault
Bilboquet dans la collection Les trésors bilboquet
13,50 €, 256×188 mm, 34 pages, imprimé en Union Européenne, 2017.
Après l’orage
Texte d’Hélène Romano, illustré par Adolie Day
Éditions Courtes et Longues
15 €, 175×250 mm, 40 pages, imprimé en France, 2017
L’arbre et l’ombre de la lune
Texte de Hélène Romano, illustré par Adolie Day
Éditions Courtes et Longues
19,90 €, 172×247 mm, 32 pages, imprimé en France, 2017

You Might Also Like

Des livres pour grandir (semaine anniversaire, la chronique de Cécile Vangout)

Par 30 août 2014 Livres Jeunesse

Pour fêter notre anniversaire, nous avons demandé à des gens qui comptent beaucoup pour La mare aux mots de prendre notre place toute cette semaine.

Gabriel et Marianne


Marie est partie – Isabelle Carrier

marie est partieQuand Marie est partie, Basile a perdu un petit bout de lui-même… Une grosse boule rouge (symbolisée par un morceau de tissu détaché de son pull) dont il ne sait que faire, boule de tristesse, boule de colère, elle le suit partout, jour et nuit. Pourtant au fil des pages Basile parvient à l’apprivoiser cette grosse boule, qui devient légère, et petite, jusqu’à devenir une cerise… qu’il avale, disparue la tristesse.

J’ignore si cet album parle du deuil, la chose est assez ambigüe puisqu’on aperçoit Marie non seulement dire au revoir sur la couverture, mais aussi revenir en quatrième de couverture (?). Plus largement on peut dire qu’il s’agit d’aider l’enfant à gérer les gros chagrins et les absences du quotidien (un ami ou un parent qui déménage, gérer la séparation lorsque l’enfant part en vacances sans les siens par exemple), autant que les deuils.

Voilà un album qui n’est plus édité (mais que vous pouvez trouver d’occasion) mais que j’aime beaucoup. Comme toujours, les livres d’Isabelle Carrier transmettent un message fort à travers un texte et des images simples, un petit bijou de tendresse et de poésie.

Tu es vraiment formidable – Lucile Ahrweiller

Tu es vraiment formidable - Lucile AhrweillerVoilà un livre qui tient sa promesse, il fait du bien.

Lucile Ahrweiller nous propose 9 messages pleins d’amour à se répéter comme un mantra ou offrir à ses proches : tu es vraiment formidable, tu as de nombreux talents, tu peux te faire confiance, tu as le droit de te tromper, etc.

Chaque message est illustré de petites saynètes. Dans un autre style cela me rappelle les livres toujours positifs de Peter H. Reynolds, auteur que j’apprécie. Les illustrations sont superbes, c’est très graphique, c’est frais, c’est pop, coloré comme la vie, on aurait presque envie de les voir en affiches afin de les avoir toujours à portée de vue ces messages qui font du bien !

Un magnifique livre-objet (une couverture en carton épais, un format pas trop grand, une jolie tranche avec marque-page, une jaquette) agrémenté de petits exercices à faire pour prendre confiance en soi

Maintenant je suis grand – Stephen Krensky et Sara Gillingham

Maintenant Je Suis GrandVoilà un livre cartonné pour les plus petits. À travers des petites scènes avant/après l’enfant peut se rendre compte à quel point il devient autonome : avant, j’étais tout petit (page de gauche, il est dans sa poussette sous un pommier), Maintenant, j’ai grandi (page de droite, gros plan où il attrape la pomme tout seul). Un livre fort sympathique au texte simple, permettant de dialoguer avec son enfant en lui demandant par exemple de trouver ses propres « avant/après ». Les illustrations sont signées Sara Gillingham, un style très graphique et vintage assez plaisant. Notons que dans la même collection il existe le non moins charmant « Je sais faire toute seule« .

Marie est partie
d’Isabelle Carrier
Bilboquet
214×210 mm, 28 pages, 2006.
Tu es vraiment formidable
de Lucile Ahrweiller
Gautier Languereau
12,50 €, 165×220 mm, 58 pages, 2013.
Maintenant je suis grand
Texte de Stephen Krensky (traducteur non indiqué), illustré par Sara Gillingham
Nathan
7,90 €, 165×227 mm, 12 pages, imprimé en Allemagne, 2014.

À part ça ?

Salomon et la reine de SabaConnaissez-vous la conteuse et auteure Catherine Zarcate ? C’est l’un de mes coups de cœur cd. J’avais emprunté à la médiathèque de ma ville le cd « Salomon et la reine de Saba« , sans grande conviction (mais attirée par la belle pochette), pensant m’ennuyer ferme. C’est tout le contraire qui s’est produit, dès les premières minutes j’ai été happée par la narration et la voix chaude de Catherine Zarcate, c’est drôle, tendre et bienveillant, que l’on s’intéresse à la religion ou pas. J’ai depuis acheté le cd et sa suite, « L’exil du Roi Salomon« , et je ne manque pas d’écouter les autres excellents titres des éditions Oui- Dire.

Cécile Vangout

You Might Also Like

Secured By miniOrange