La mare aux mots
Parcourir le tag

Brigitte Vaultier

Des animaux de toutes sortes

Par 29 mai 2015 Livres Jeunesse

Betes dangereuses, dévoreuses, venimeusesIls mordent, piquent, dévorent… mais les animaux que nous considérons ordinairement comme « méchants » sont-ils réellement coupables de tous les maux dont les humains les accusent ? De la mygale à la méduse en passant par le loup ou le frelon, cette encyclopédie recense les créatures mal aimées qui ont pourtant leur utilité dans l’écosystème.
Âmes sensibles, s’abstenir ! Cette encyclopédie est un véritable musée des horreurs pour ceux qui ont peur des insectes ou des créatures bizarroïdes. Pourtant, quelle fascinante découverte que nous propose Jean-Baptiste de Panafieu, déjà auteur de plusieurs titres pour la défense des animaux et de la planète ! Le livre regorge d’informations passionnantes et… troublantes. Saviez-vous que le moustique est de loin l’animal le plus dangereux de la planète puisqu’il compte à son actif des centaines de milliers de morts humaines en tant que principal vecteur du paludisme ? Vous ne direz plus que « c’est pas la petite bête qui va manger la grosse » !
Cette encyclopédie est une réussite à plusieurs niveaux. Le ton utilisé est loin d’être moralisateur, et les illustrations ajoutent une bonne dose d’humour qui font passer les connaissances scientifiques comme une lettre à la poste. On amène le lecteur à réfléchir par lui-même sur la préservation de l’équilibre environnemental. Pour chaque animal, l’auteur examine le chef d’accusation (nombre de morts attribuées, dégâts…), et évalue sa « culpabilité » véritable. On découvre ainsi que bon nombre d’animaux ont mauvaise réputation, comme la hyène ou le requin, mais ont un rôle à jouer dans la chaîne alimentaire par exemple. Petit clin d’œil, la dernière espèce qui est recensée est de loin la plus dangereuse : il s’agit de l’être humain, doté d’une grande puissance destructrice, mais qui est heureusement « capable de choisir » de préserver son environnement.
Le même vu par Entre les pages

la vie des animaux en chiffres50, c’est le nombre de petits qu’une maman kangourou met au monde dans sa vie. 200, le nombre total de tâches de la girafe. 10, le nombre de paires de bois qui repoussent sur la tête du caribou. Et si les maths nous aidaient à mieux connaître la nature ?
Lola M. Schaefer s’est amusée à réunir des statistiques autour des comportements et des cycles de vie des animaux. Il en ressort un très bel album qui peut se lire en trois temps. La première partie fait l’inventaire des « records » battus par les animaux divers et variés : 1000 bébés pour l’hippocampe, 900 fleurs butinées pour le papillon, etc. Cette énumération est joliment illustrée et fait office d’imagier pour les plus jeunes. Ensuite, un lexique nous en apprend plus sur tous les animaux évoqués et leurs habitats, leurs comportements, à la manière d’une encyclopédie. Enfin, et c’est là que réside toute l’originalité du livre, l’auteur invite l’enfant à s’amuser avec les chiffres à son tour, à calculer des moyennes rigolotes et, surtout à observer le monde qui l’entoure avec la curiosité d’un scientifique.
Ce documentaire accessible dès le plus jeune âge propose une façon originale de découvrir la vie des animaux grâce aux mathématiques.

la p'tite forêt la vie en foretQuand on entre dans la forêt, tout devient une affaire de faux semblants. Est-ce un animal ou le vent qui fait frémir les feuilles du buisson ? Et ce cri, au loin, de quel oiseau témoigne-t-il la présence ? La vie dans les bois change au fil des saisons mais abrite toujours une multitude d’animaux et de plantes que le promeneur doit découvrir.
« Deux yeux, cela peut-il suffire à tout saisir ? » questionne ce petit livre à sa fin. Les illustrations de Chiara Dattola traduisent très bien les coups d’œil fugaces que l’on jette dans le sous-bois, essayant d’attraper un pinson ou un marcassin du regard. Une image est particulièrement réussie : celle du chevreuil dont on n’aperçoit que les bois, tant pis pour cette fois, on n’en verra pas plus.
Ce petit album offre une balade rafraîchissante en forêt, à la recherche des animaux qui peuplent les feuillages épais ou qui se dissimulent dans la neige immaculée. Une vraie bouffée d’oxygène et de nature.
Des extraits sont disponibles en ligne.

ABC BêtesA, comme l’autruche. B, comme la baleine…
Un abécédaire, mais pas seulement ! Et si on essayait de deviner quel animal se cache derrière cette lettre ? En jouant sur ses sonorités, en chantant une comptine, en listant tous les animaux qui commencent par cette lettre mais qui ne sont pas représentés ? Christine Beigel nous embarque dans cet abécédaire délirant à la rencontre des animaux finement réalisés au tampon. En face de la représentation de l’animal, un petit texte en rimes est destiné à faire deviner son nom, et aussi glisser quelques informations sur son habitat, son alimentation…
Les illustrations sont vraiment très belles et le livre d’un format cartonné vraiment adapté aux plus petits. J’ai bien aimé la diversité des animaux représentés : on retrouve certes les habituels zèbres et éléphants, mais on découvre aussi le quetzal, l’unau ou le xérus. J’ai eu plus de mal avec le texte : très dense, il est difficile à appréhender avec des petits. Les devinettes sont assez complexes, et la litanie des animaux qui ne sont pas représentés à l’image est un peu déroutante. Cet abécédaire aux couleurs très douces mérite d’être abordé par étapes, en lisant une lettre ou deux seulement par jour.

matchaMatcha est une petite grenouille japonaise qui souffre de solitude au bord de son marais. Heureusement, un beau voisin « aux yeux de samouraï » emménage non loin de sa feuille de nénuphar, une occasion d’avoir une belle portée de batraciens avant la saison prochaine.
Ce joli petit livre est à la fois une présentation biologique de la vie des grenouilles, un lexique de mots de la culture japonaise, et un chef-d’œuvre d’illustration accompli par Éva Offredi. C’est d’ailleurs le dessin qui séduit en premier lieu : le vert anis de la grenouille et du marais est gracieusement rehaussé par les détails au stylo noir. Le texte est aussi relevé d’une petite touche d’humour. Un beau livre, faussement naïf, qui nous en apprend plus sur le Japon que sur la vie des grenouilles !

Les animaux de la savaneDans la savane, on trouve des animaux féroces et carnivores, mais aussi d’autres plus tranquilles qui ne se nourrissent que de plantes. Qui sont-ils ? Comment vivent-ils les uns avec les autres ?
Les illustrations d’une précision photographique aident les enfants les plus jeunes à découvrir le monde de la savane. Les animaux comme les paysages sont décrits minutieusement et on retrouve les grands classiques de la faune : l’éléphant, le singe, le lion, l’hippopotame, la girafe, sont tour à tour présentés en détail.
Dommage que le texte soit un peu étriqué et que la maquette manque globalement de luminosité. On pourrait s’attendre à une meilleure exploitation des pages plastifiées qui font la signature de la collection Mes premières découvertes, mais qui pour ce titre ont peu d’intérêt. Un documentaire pratique pour les petits, mais un peu décevant.

les animaux de la forêtOn peut avoir l’âme d’un zoologiste même quand on prend son bain. Il est même possible de réviser le nom des animaux en barbotant dans l’eau savonneuse avec ce livre-jouet qui recense les animaux de la forêt (du papillon au renard, en passant par la chouette et le canard).
Ce livre en plastique tout simple convient bien aux petites mains des bébés, et aussi à leur perception. Les animaux sont représentés avec des couleurs très vives sur fond noir, et un petit grelot concentre leur attention sur ce jouet pas vraiment comme les autres. Une bonne façon d’initier les bébés au nom des animaux, et surtout à la lecture.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Jean-Baptiste de Panafieu (Les bêtes biscornues, saugrenues, toutes nues, Nucléaire pour quoi faire ? et Les bêtes qui rodent, qui rongent, qui rampent à la ville), de Lucie Rioland (Le fils des géants), de Brigitte Vaultier et Chiara Dattola (La p’tite école), de Christine Beigel (La baleine du bus 29Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), de Christine Beigel (Pirate des couleurs, Monsieur le loup, Le canari qui faisait pipi au nid, Ami ou ennemi ? et Mini Rikiki Mini), et de Delphine Badreddine (5 minutes avant d’aller au lit, Les trésors des couleurs, Les enfants du monde et Les trésors du corps).
Sur le même thème, parmi les autres livres que nous avons chroniqués : Le livre des vrai/faux des animauxOuvre les yeux sur… la mare, Il était une forêtDrôles d’animaux

Bêtes dangereuses, dévoreuses, venimeuses, 
Texte de Jean-Baptiste de Panafieu, illustré par Benjamin Lefort et Lucie Rioland
Gulf Stream Éditeur dans la collection Dame Nature
16 €, 260×290 mm, 88 pages, imprimé en Italie, 2014.
La vie des animaux en chiffres
Texte de Lola M. Schaefer, illustré par Christopher Silas Neal
Circonflexe dans la collection Aux couleurs du monde
14 €, 306 x 312 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
La p’tite forêt, la vie dans les bois
Texte de Brigitte Vaultier, illustré par Chiara Dattola
Les éditions du Ricochet dans la collection Les Bouées du ricochet
7,60 €, 195 x 195 mm, 26 pages, imprimé en Pologne, 2014.
ABC bêtes
de Christine Beigel
Gautier Languereau
12,90 €, 186 x 185 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2015.
Matcha
de Éva Offredo
La Joie de lire
12,90 €, 165 x 200 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la savane
Texte de Delphine Badreddine
Gallimard Jeunesse dans la collection Mes premières découvertes
9 €, 165 x 180 mm, 24 pages, imprimé en Chine, 2015.
Les animaux de la forêt
de Caroline Davis
Deux coqs d’or dans la collection Mon livre de bain sonore
6 €, 135 x 140 mm, 6 pages, imprimé en Chine, 2015.

À part ça ?

Le dessinateur de bande-dessinée Krapo s’est penché sur le triste sort réservé au requin de la Réunion, accusé depuis quelques années de nombreuses attaques sur les humains. Sur son blog, il revient sur des années de rivalité entre le prédateur marin et l’occupant de l’île de l’Océan Indien, et tâche de faire évoluer les consciences sur les responsabilités humaines qui, selon lui, sont à l’origine des drames qui coûtent des vies humaines. Urbanisation, déforestation, destruction des écosystèmes, pêche intensive… Krapo fait la liste des erreurs de l’Homme qui ont conduit à cette confrontation violente avec le requin. Un constat affligeant à découvrir sur le blog de Krapo.

You Might Also Like

A l’école

Par 26 septembre 2013 Livres Jeunesse

On en a déjà parlé plusieurs fois avant la rentrée, reparlons en maintenant que c’est devenu une routine… l’école ! (bon et après on n’en parle plus avant l’été 2014 !)

MaternelleC’est le jour de la rentrée, on se réveille, on mange et c’est parti pour l’école. Arrivé sur place on accroche son manteau sous sa photo, on retrouve la maîtresse et une dame qui est là pour l’aider. Un dernier bisou aux parents et voici donc la journée en classe qui commence…

Reprenant étape par étape la journée avec une histoire en images et de grandes planches avec des mots-clefs genre imagier, parfois des questions, La maternelle de chez Larousse est un petit album très complet sur la maternelle (le nom est donc bien trouvé !). L’appel, le sport, le tableau de présence, la récré, la sieste, la cantine,… tout y est ! Et tout ressemble à ce que vivent vraiment nos enfants. Les pages sont entièrement plastifiées (donc le livre ne craint pas trop la déchirure) et il propose même, en fin d’ouvrage, des petits jeux avec des autocollants et un puzzle. Je connaissais déjà cette collection (Ma baby encyclopédie) que j’aime beaucoup (même si je ne comprends pas pourquoi ce « baby »). Un très bon ouvrage pour parler de la maternelle.

La p'tite ŽcoleLes arbres de la cour, les portes manteaux décorés, les activités,… peindre, dessiner, se défouler, manger, se reposer… puis c’est fini, il faut maintenant retrouver les parents et leur raconter la journée.

La p’tite école est un ouvrage très poétique sur une journée à l’école maternelle signé Brigitte Vaultier et Chiara Dattola. Comme dans le précédent, on évoque ici tous les moments qui font le quotidien des petits à la maternelle. Illustrations un peu rétro, texte ressemblant à un poème, les enfants vont aimer retrouver ce qu’ils vivent dans ce très joli petit album.

kiki kiffe l'écolePour Kiki aussi c’est le grand jour, il a le trac ! Il prépare son cartable (on va l’aider), il monte sur le scooter de son père et direction l’école ! Rencontre avec la maîtresse, apprentissage de l’écriture, course en sac, cantine,… une journée à l’école avec Kiki !

Contrairement aux deux premiers livres de cette chronique, si vous cherchez un livre « réaliste » passez votre chemin ! Kiki rentre en petite section et, par exemple, on propose au jeune lecteur de trouver ce qu’il met dans son cartable dans une liste d’objet… sauf que rien ne va en petite section (en plus des battes de baseball, scie, marteau, club de golf,… on trouve bien des crayons, des cahiers, une règle… mais aucun enfant ne prend ça pour aller en petite section). Autre exemple Kiki écrit avec des cubes (drôlement doué à la rentrée de petite section)… Bref comme on adore Kiki on lui pardonne le fait que les enfants ne se reconnaîtront pas forcément. Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba continuent cette super série dont on ne se lasse vraiment pas.
Le même vu par Oeil d’ailleurs.

Je, tu, il m'embêteIl s’embête dans la classe jusqu’à ce que l’instituteur soit appelé ailleurs… Il faut rester sage pendant son absence, mais tirer les oreilles du lapin de devant est trop tentant… Ah ce lapin croit lui échapper en se levant, mais non on peut se poursuivre. Y’a pas à dire, on s’embête moins quand on s’embête les uns les autres !

Michel Van Zeveren joue avec les mots (on s’embête, embêter son voisin, c’est embêtant,…) et nous livre un texte très poétique et plein d’humour. On parle aussi des grands qui embêtent les petits, des garçons qui embêtent les filles,… et l’inverse ! Un livre drôle et plein de malice qui joue avec les mots et qui va plaire autant aux enfants qu’aux parents.
Le même vu par Fantasia et Les lectures de Liyah.

Avant quand y'avait pas l'écoleC’était comment quand y’avait pas école ? Qu’offrait-on pour la fête des pères ? Comment résolvait-on les équations à deux inconnues ? Je vous le dit d’avance… c’était un peu n’importe quoi… comme on ne savait pas quoi faire des flûtes, on se le mettait dans le nez, on collait des post-it sans rien écrire dessus, le mot le plus long c’était « onkr »… bref du grand n’importe quoi je vous dis !

Vous connaissez sûrement Quand papa était petit il y avait des dinosaures, grand classique de la littérature jeunesse… par les mêmes auteurs (Vincent Malone et André Bouchard) voici donc Avant quand y avait pas l’école ! On garde le même esprit potache et c’est reparti. Là encore les parents vont autant (voire plus, soyons honnête) se marrer que les enfants. C’est de l’humour bête comme on aime, ça ne se prend pas au sérieux… et tant mieux ! Un grand et bel album (les planches d’André Bouchard sont magnifiques) pour ricaner (bêtement) en famille.
Le même vu par Enfantipages et Les lectures de Liyah.

La vie privée des profsLes professeurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : la Terre. Leur but : en faire leur univers. David Vincent Françoise Grard les a vus. Maintenant, elle  sait que les professeurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine et qu’il lui faut convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé… (ok bon on s’amuse comme on peut !)

Le quinzième tome de l’excellente collection Et toc ! de chez Gulf Stream s’intéresse donc aux prof (tiens on pourrait refaire ici le débat sur le pluriel des apocopes puisque l’auteur, professeur de lettre, a mis « profs » mais je vais vous épargner ça !). Qui sont-ils ? Pourquoi se réfugient-ils dans cette mystérieuse salle où l’on n’a pas le droit d’aller appelée Salle des prof ? (et que s’y passe-t-il d’ailleurs ?) Sont-ils vraiment méchants ? Françoise Grard (professeur elle-même) nous raconte leur quotidien, leurs pensées, leurs espoirs. Tout y passe des conseils de discipline aux grèves, de la relation entre prof aux rencontres avec les parents, des mutations aux vacances,… Elle tord le cou à quelques clichés (auxquels on essaye quand même de tordre le cou depuis belle lurette, style les prof sont toujours en vacances etc), dénonce certaines choses (et n’est pas forcément tendre avec ses collègues). Bref j’ai trouvé ce tome vraiment intéressant (même s’il manque un peu de fun), mais mon souci est… à qui est-il destiné ? Les collégiens et lycéens auront-ils vraiment envie de lire un livre sur les prof ? En tout cas s’ils le font ils découvriront qu’eux aussi ont peur, qu’eux aussi ont des doutes, qu’ils ne veulent pas forcément leur mal… Ce documentaire aura au moins le mérite d’humaniser ces êtres pas si étranges que ça, finalement…
Le même vu par Délivrer des livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Vincent Malone (Papa Houêtu, Maman Houtuva, dont trois avec Jean-Louis Cornalba (Kiki fout le camp, Kiki King de la banquise et Kiki fait caca) et un avec André Bouchard (Quand papa était petit il y avait des dinosaures) et un livre de Michel Van Zeveren (C’est à moi, ça !).
D’autres livres sur l’école dans diverses chroniques regroupées ici.

La maternelle
Texte de Malou Adam, illustré par Claire Wortemann
Larousse dans la collection Ma baby encyclopédie
6,90€, 210×197 mm, 28 pages, imprimé en Chine, 2013.
La p’tite école
Texte de Brigitte Vaultier, illustré par Chiara Dattola
Les éditions du Ricochet dans la collection Les Bouées du Ricochet
7,60€, 196×196 mm, 32 pages, imprimé en Pologne, 2013.
Kiki kiffe l’école
Texte de Vincent Malone, illustré par Jean-Louis Cornalba
Seuil Jeunesse dans la collection L’ours qui pète
5,90€, 165×165 mm, 22 pages, imprimé en France, 2013
Je, tu, il m’embête
de Michel Van Zeveren
Pastel
11,50€, 176×248 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Avant quand y avait pas l’école
Texte de Vincent Malone, illustré par André Bouchard
Seuil Jeunesse

18€, 263×377 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2013.
La vie secrète des profs
Texte de Françoise Grard, illustré par Nicolas Wild
Gulf Stream éditeur dans la collection Et toc !
12,50€, 140×220 mm, 231 pages, imprimé en Italie, 2013.


A part ça ?

A propos d’école… sur le forum on débat sur les nouveaux rythmes scolaires !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange