La mare aux mots
Parcourir le tag

Camera Lucida

La chronique numérique : Promenons-nous dans les bois…

Par 26 octobre 2014 Numérique

Aujourd’hui, je vous emmène dans les bois pour y rencontrer son habitant le plus impressionnant… le LOUP ! Voici donc deux applis pour frémir et pour rigoler…

Pierre et le loupPierre et le Loup.

C’est quoi ? Le conte musical de Prokofiev mis en image et interprété par les musiciens de l’Orchestre national de France.

Ça parle de quoi ? J’ai besoin de raconter ? Allez, c’est donc l’histoire de Pierre, un petit garçon qui vit avec son grand père. Un jour, profitant que la porte du jardin soit ouverte, un canard vient nager dans la mare. L’oiseau arrive, et une dispute s’engage entre eux. Un chat, qui ne rêve que de manger l’oiseau, surgit. C’est alors que le grand-père apparaît, il ramène Pierre à la maison par la peau du cou : que ferait-il si le loup venait à passer par là ? Mais Pierre est un grand garçon et il n’a pas peur du loup. Tapi dans l’ombre, le loup guette… Le conte est accompagné par la musique de Prokofiev : chaque personnage est représenté par un instrument de musique (le hautbois pour le canard ou encore les cors pour le loup) et une petite phrase musicale.

Ça marche comment ? L’appli réunit plusieurs éléments : le film tiré du conte, réalisé par Gordon, Corentin Leconte et Pierre-Emmanuel Lyet, ainsi que neuf jeux autour de l’histoire et de ses personnages. Tout d’abord, le moyen-métrage : c’est un film d’animation d’une trentaine de minutes dans lequel le décor et les personnages sont réalisés à partir de signes typographiques (lettres, ponctuation et signes musicaux) Pierre et le loupcolorés. Les musiciens de l’orchestre interprètent la partition et évoluent dans ce paysage, devenant des acteurs de l’histoire (Daniele Gatti, le chef d’orchestre, est absolument formidable !). Le personnage de Pierre est ainsi joué par un jeune musicien, tandis que l’oiseau est représenté par une esperluette. L’histoire nous est racontée par François Morel.
Les jeux qui accompagnent le film sont très variés : puzzle (recréer les personnages du conte en déplaçant des signes de ponctuation éparpillés), memory (associer les personnages et leurs thèmes musicaux), labyrinthe (aider le canard à sortir du ventre du loup en bougeant la tablette), jeu de rythme (tapoter la tablette en rythme afin de faire descendre une corde qui se nouera autour de la queue du loup)… Une mention spéciale au jeu photographique dans lequel on se retrouve dans la peau du chasseur qui guette le loup pour le prendre en photo !

Et j’en pense quoi ? Le graphisme et la sobriété de la mise en scène peuvent déconcerter, mais une fois dépassés ces a priori, cette appli est un vrai bonheur. Pierre et le loup applicationL’interprétation musicale est excellente, le film d’animation est un régal, avec des scènes très bien trouvées (la capture du loup par Pierre est vraiment drôle). Les différents jeux proposent un éveil ludique à la musique. Un petit bémol malgré tout pour le « karaoké » qui permet d’enregistrer sa propre lecture de l’histoire et de voir le film accompagné par sa voix enregistrée : le jeu fonctionne mal et est assez difficile d’utilisation. L’ergonomie de l’application est tout à fait fluide et accessible. On peut, au choix, regarder toute l’histoire ou bien des chapitres, uniquement jouer ou encore mêler film et jeu puisque chaque jeu correspond à un chapitre du film.
Pari réussi pour cette appli pas comme les autres qui raconte « une histoire pas comme les autres écrite sur un livre pas comme les autres ». Un plaisir des yeux et des oreilles, à recommander vivement !!

Bande-annonce :

L’avis de Declikids : http://www.declickids.fr/pierre-et-le-loup-dans-une-version-poetique-et-ludique-exceptionnelle-ipad-iphone.

Lil'RédLil’red.

Nous étions à l’orée du bois, enfonçons-nous dans les profondeurs de la forêt avec le Petit Chaperon rouge.

C’est quoi ? Le conte du Petit Chaperon rouge dans une version muette et interactive, dessinée par Brian Main.

Ça parle de quoi ? Je ne vais pas vous raconter l’histoire quand même…

Ça marche comment ? On suit le Petit Chaperon rouge sur le chemin qui mène, par la forêt, à la maison de sa mère-grand, à travers dix tableaux dans un graphisme épuré qui n’utilise que trois couleurs, noir, blanc et rouge. Chaque scène recèle de petites animations interactives cachées dans les décors grâce auxquelles le lecteur interfère avec l’histoire. Pas de « jeux » ici, mais plutôt des chemins de traverse que l’on peut choisir ou non d’emprunter, même si la trame principale reste identique. Ainsi, on peut décider, ou non, de faire tomber les pommes d’un arbre et d’aider le Petit Chaperon rouge Lil'Redà les mettre dans son panier pour les apporter à sa mère-grand, de faire souffler le vent dans les feuilles d’un arbre, ou encore de jouer une mélodie en appuyant sur des champignons. Certaines scènes comportent des dialogues, sous forme de bulles dessinées, que l’on peut activer en cliquant sur les personnages. Le passage d’un tableau à l’autre se fait avec facilité, qu’on ait ou non vu toute l’animation. En revanche, si l’on veut aller à une scène précise, tout le chemin doit être reparcouru, dommage !

Et j’en pense quoi ? Une très jolie illustration du conte, toute en douceur. Le bruitage sonore qui accompagne les tableaux est agréable. La fin est particulièrement réussie et ne manque pas d’amuser les enfants (la bagarre du loup avec le bûcheron est ici aussi très réussie). C’est graphique, simple, et drôlement chouette…

Bande-annonce :

L’avis de Declikids : http://www.declickids.fr/lil-red-un-petit-chaperon-rouge-tres-graphique-ipad.

Pierre et le Loup
avec un film d’animation de Gordon, Corentin Leconte et Pierre-Emmanuel Lyet
France Television / Camera Lucida / Radio France
Prix constaté : 3,59 € (Apple).
Lil’red
de Brian Main
Brian Main
Prix constaté : 3,59 € (Apple) 1,99 € (Android)
Langue anglaise

À part ça ?

Le Garçon et le MondeSi vous en avez l’occasion, courez voir Le Garçon et le Monde d’Alê Abreu avant qu’il ne disparaisse des écrans ! Ce film d’animation, pour petits ET grands, est une vraie merveille, un moment rare de poésie visuelle. C’est l’histoire d’un petit garçon qui entreprend un voyage pour retrouver son père qui, poussé par la misère, est parti travailler au loin. Son chemin le mène des champs de coton jusqu’aux entrailles d’une mégalopole, et le garçon découvre, les yeux écarquillés, le monde moderne, sa cruauté (l’exploitation de la nature par l’homme, et celle de l’homme par l’homme), mais aussi la possibilité d’une contestation. À travers ce récit d’apprentissage, Alê Abreu se livre à une critique amère de l’aliénation engendrée par la société de consommation, et il renouvelle ce thème par l’utilisation de techniques diverses, avec un dessin, presque enfantin, aux pastels, aux feutres, ou même au stylo bille, et l’insertion de quelques scènes de films documentaires. L’écran se remplit progressivement sous nos yeux, passant du blanc presque total à un chatoiement de couleurs. Et je ne vous parle pas de la musique brésilienne qui rythme tout le film (sans parole). Magique !

Bande-annonce :

Erica

You Might Also Like

Secured By miniOrange