La mare aux mots
Parcourir le tag

Canada

Voyage voyage

Par 14 mars 2019 Livres Jeunesse

Les deux livres d’aujourd’hui nous emmènent très, très loin ! Le premier nous fait voyager entre Vancouver et Hokkaido aux côtés de son adorable petite héroïne, et le second nous fait embarquer pour l’espace. C’est parti !

Le grand voyage de Rickie Raccoon
de Gaëlle Duhazé
HongFei
15,50 €, 187×267 mm, 64 pages, imprimé en République tchèque chez un imprimeur écoresponsable, 2019.
Un livre extra génial sur l’espace et au-delà
Texte d’Adam Frost (traduit et mis en page par Eric Marson)
De La Martinière Jeunesse
8,90 €, 129×198 mm, 112 pages, imprimé en Chine, 2019.

You Might Also Like

Encore des BD

Par 4 juillet 2016 Livres Jeunesse

Après celle de la semaine dernière, je vous propose une autre sélection de BD.

L’anniversaire de Babita
de Natalia Colombo
Bang ediciones dans la collection Mamut
13 €, 188×257 mm, 36 pages, imprimé en Union Européenne, 2016.
Passe-passe
de Delphine Cuveele & Dawid
Les éditions de la Gouttière
9,70 €, 198×264 mm, 36 pages, imprimé en France, 2014.
Akissi – Tome 6 – Sans amis
Scénario de Marguerite Abouet, dessins de Mathieu Sapin
Gallimard Bande Dessinée dans la série Akissi
10,50 €, 207×269 mm, 48 pages, imprimé en France, 2015.
Sans aller à l’école, je suis devenu mangaka
de Syoichi Tanazono (traduit par Sayaka Okada et Manon Debienne)
Akata dans la collection L
9,55 €, 130×180 mm, 290 pages, imprimé en Italie, 2016.
La petite patrie
Scénario de Julie Rocheteau, d’après l’œuvre de Claude Jasmin, dessins de Normand Grégoire
La Pastèque
21 €, 225×310 mm, 85 pages, imprimé en République Tchèque, 2016.

You Might Also Like

Voyage en adolescence

Par 2 juillet 2015 Livres Jeunesse

Les rêves rougesLachlan est un jeune Indien qui vit seul avec sa mère au bord du lac Okanagan au Canada. Contrairement au reste de sa famille qui vit dans la réserve indienne, il mène l’existence d’un adolescent moderne, partagée entre sa bande de copains, le collège et les remontrances de sa mère. Mais un jour, Lachlan rencontre Daffodil, la nouvelle élève de sa classe, et se trouve irrépressiblement attiré par ses grands yeux mauves, son caractère fantasque et cette drôle d’habitude qui la pousse à s’arracher les cheveux par poignées lorsqu’elle est angoissée. Ce coup de foudre va changer sa vie, car Daffodil est différente des autres : Lachlan va peu à peu devenir « celui qui sort avec l’Anormale ». Il se moque bien de ce quolibet, mais les choses dégénèrent quand la fille aux yeux mauves révèle à l’ensemble des élèves du collège qu’elle a aperçu Ogopogo, créature légendaire cousine du monstre du Loch Ness, censée hanter les tréfonds du Lac Okanagan. Lachlan va apprendre à ses dépens à quel point la différence peut attirer la haine et la violence et qu’il est difficile de protéger ceux qu’on aime.
Ce roman mêle avec brio le genre fantastique, le roman social, la romance, et même l’enquête policière. Le suspense reste intact tout au long de l’intrigue qui est à la fois riche et très bien ficelée. Même si l’on peut se sentir déstabilisé par l’incursion du surnaturel, la justesse des personnages fait qu’on pourrait croire que cette histoire est réelle. Leurs répliques sont pleines d’esprit, et leurs mésaventures nous tiennent en haleine. Le moindre personnage secondaire est doté d’un caractère bien construit et les liens entre les protagonistes sont solidement tissés, c’est un plaisir de se laisser emporter par cette histoire.
Jean-François Chabas aborde les thématiques du racisme, du harcèlement scolaire et de la différence sans pathos, mais avec un talent d’écriture rare. Une vraie réussite.
Le même vu par Le tiroir à histoires.

HighlineLa pièce l’a décidé, c’est lui qui doit relever le défi : traverser les 50 mètres qui séparent le balcon de son ami Mouss de l’immeuble d’en face à 100 mètres du sol, sans protection. 50 petits mètres, à peine cinq minutes en prenant son temps. 50 interminables mètres, perché sur une « slackline » quelques centimètres de large, sans avoir le droit à la moindre défaillance ni du corps, encore moins de l’esprit : « si on doute de soi, on tombe, mais si on est trop sûr, on tombe aussi. »
On traverse le monologue du jeune funambule d’une traite, la mâchoire serrée et le cœur gros, redoutant le moindre faux pas, ou qu’une infime pensée vagabonde ne le déconcentre. Ce que réalise le jeune homme est bien plus qu’une prouesse sportive, c’est une épreuve mentale, un pied de nez aux éléments et aux lois de la gravité. Le héros veut s’élever au-dessus de ses contemporains, accomplir un acte sans commune mesure, faire de sa vie une exception. Ce court texte ménage très bien le suspense. Le style parfois télégraphique, abrupt, retranscrit les pensées qui affluent dans l’esprit du jeune homme alors que, comme elle ne tient plus qu’à un fil, il réalise à quel point il chérit son existence.
Ce livre est une métaphore réussie de l’adolescence pendant laquelle on est vulnérable tout en recherchant l’absolu. Où l’on veut donner un sens à sa vie, parfois en la mettant en danger.
Le même vu par Dans la bibliothèque de Noukette.

Tout foutre en lairC’est certain, ce soir, elle le fait. Peu importe ce que disent les autres, ses parents, ses amis. Elle s’enfuit dans la nuit et il est là à l’attendre. Lui seul comprend le vide dans son ventre, sa solitude. Il n’y a qu’avec lui qu’elle peut le faire. C’est certain, ce soir, ensemble, ils mettront fin à leurs jours.
Antoine Dole s’attelle au difficile sujet du suicide des adolescents par l’intermédiaire d’un monologue, forme privilégiée de la collection D’une seule voix chez Actes Sud. Au fur et à mesure de la fuite des amants dans la ville, on partage les pensées et les doutes de la jeune fille. Elle repense à ce qui l’a menée à cette situation, elle réfléchit à son attachement pour ce garçon… Et pourtant ses sentiments ne prennent pas corps. Peut-être est-ce parce que l’histoire d’amour entre les deux protagonistes n’est évoquée que brièvement, simplement pour nous apprendre qu’ils se sont rencontrés sur internet, mais on a du mal à croire à ce couple qui, à peine réuni, entreprend d’en finir.
Néanmoins, comme les autres titres de la collection, ce texte aborde l’adolescence avec finesse. Les personnages rencontrent des problèmes très complexes, bien loin des représentations qui les montrent comme des créatures superficielles, accrochées à leur portable toute la journée. On découvre des êtres encore en formation, à fleur de peau, menacés de nombreux dangers.
Un petit livre qui revient sur les doutes existentiels des adolescents en les prenant au sérieux.
Le même vu par La bibliothèque de Noukette, Les lectures de Liyah et Bricabook.

A comme aujourd'huiChaque jour depuis sa naissance, A se réveille dans la peau d’une nouvelle personne. Il peut être un jour une fille, une autre un garçon, parfois riche, parfois pauvre, tantôt membre d’une famille aimante, tantôt orphelin… Une seule chose reste la même : chaque jour à minuit il quittera le corps et la vie qu’il a occupé pendant la journée. A s’accommode comme il peut de cette vie sans attache. Il joue le rôle de son hôte pendant 24 heures en tâchant de ne rien modifier au cours naturel des vies qu’il emprunte. Mais tout change le jour où il occupe le corps de Kevin, un jeune adolescent comme les autres. Enfin, presque comme les autres, puisqu’il sort avec la plus belle fille que A n’ait jamais rencontré en 16 années de cette vie bien remplie. A en est persuadé : un lien existe entre cette fille et lui, et il doit tout faire pour la revoir malgré son destin si particulier.
Bien que l’intrigue appartienne au domaine du fantastique, ce roman est une sorte de fresque quasi documentaire sur l’adolescence. Chaque jour, nous découvrons un nouvel ado avec ses passions, ses projets, ses difficultés scolaires ou même ses problèmes de santé. L’extraordinaire condition du héros nous permet de faire un voyage dans le monde si varié et complexe de l’adolescence. Le roman milite de façon efficace pour la tolérance : on est littéralement forcé de se mettre dans la peau de l’autre quels que soient son handicap, son style, son orientation sexuelle, etc.
Ce roman d’une grande originalité s’adresse aux très bons lecteurs. Les situations décrites sont parfois éprouvantes et les sentiments du héros sont subtils, difficiles à saisir par moment. David Levithan file une métaphore habile de cette période qu’est l’adolescence pendant laquelle on a du mal à trouver son identité et à reconnaître son propre corps. Une lecture exigeante, mais pleine d’enseignements.
Le même vu par Délivrer des livres, Butiner de livres en livres et Sous le feuillage

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Jean-François Chabas (Récits extraordinaires et 
Féroce).

Les rêves rouges
de Jean-François Chabas
Gallimard dans la collection Scripto
11,90 €, 130×200 mm, 278 pages, imprimé en Italie, 2015.
High Line
de Charlotte Erlih
Actes Sud Junior dans la collection D’une seule voix
9 €, 115 x 215 mm, 96 pages, imprimé en France, 2015.
Tout foutre en l’air
d’Antoine Dole
Actes Sud Junior dans la collection D’une seule voix
9 €, 115 x 215 mm, 58 pages, imprimé en France, 2015.
A comme aujourd’hui
de David Levithan (traduit par Simon Baril)
Gallimard dans la collection Pôle fiction
7,75 €, 108 x 178 mm, 440 pages, imprimé en France, 2015.

À part ça ?

À quoi peuvent servir tous les livres de votre bibliothèque une fois lus ? Regardez la vidéo du défi que les employés de la Bibliothèque de Seattle se sont lancé !

Laura

You Might Also Like

Chut ! J’écoute le disque !

Par 16 mars 2015 CD non musical, Livres Jeunesse, Musique pour enfants

Une nouvelle petite sélection de CD et livres-CD

Ici BabaOn commence en musique et avec un de nos chouchous ! Ici Baba est de retour pour le plus grand plaisir de nos enfants (et le nôtre, un peu). Comme dans le précédent album (Chat qui se cache), ici l’ambiance est familiale. Samir Barris chante avec les enfants et l’on a l’impression d’être dans la pièce avec eux. On reprend les paroles en même temps que les enfants du CD, on écoute attentif. C’est rare un CD qui donne autant une impression d’immersion ! Les chansons sont à la fois douces et entraînantes. Samir Barris se fait certainement plaisir (et à nous aussi) en adaptant A Forest des Cure en français, un délice.
Ce CD est, comme le précédent, une vraie réussite ! Ici Baba s’impose comme l’un des meilleurs groupes pour les plus petits.
L’écouter sur deezer.

Le loup est un loup pour l'hommeUn autre chanteur dont on avait beaucoup aimé le précédent album, Julien Baer revient et ça nous ravit ! Après Milanimo, il nous parle d’un seul animal : le loup. Dans Le loup est un loup pour l’homme on l’écoute nous raconter l’histoire d’un loup un peu trop gourmand. Pour introduire l’histoire et la conclure, Julien Baer chante de sa voix douce, accompagné d’une musique qui nous enveloppe comme un cocon. Que c’est doux ! Et pourtant, jamais mièvre, plein d’humour (le loup passe quand même son temps à manger tout le monde !). Comme pour le précédent, le livre qui accompagne le CD est illustré par Philippe Katerine. Même si le défenseur des animaux que je suis regrette un peu la fin de l’histoire, c’est là encore un album très réussi.
Une histoire, trois chansons, un beau livre. C’est doux et drôle, c’est bon, tellement bon !
Bande annonce.

le nom de l'arbreIl y a longtemps, très longtemps, les animaux étaient doués de parole. À cette époque, une sécheresse incroyable s’abattit sur le pays et avec elle vint la famine. Les animaux pensaient qu’ils allaient mourir de faim quand ils s’aperçurent qu’un arbre était couvert de fruit. Seulement les fruits étaient hauts, même la girafe ne pouvait les attraper. Pour que l’arbre se penche et donne ses fruits, il fallait dire son nom. Les animaux durent donc aller voir le chef qui vivait en haut de la montagne, lui connaissait le nom de l’arbre, mais il fallait aussi le retenir…
C’est un très beau conte que nous proposent les éditions québécoises Planète Rebelle. Un conte qui nous rappelle que chacun a son utilité dans la collectivité, même celui dont on doute des qualités. Les illustrations de Slavka Kolesar sont superbes.
Un beau conte, plein d’humour, superbement illustré.
Un extrait sur le site de l’éditeur.

La pluie d'orÀ Paris, dans le quartier de La Pluie d’Or les habitants vivent en harmonie depuis que l’or est tombé du ciel (d’où le nom du quartier). Mère Fatma régale tout le monde avec son couscous, mais il lui manque quelque chose : des enfants. Elle se rend à l’Hororphelinat et décide d’adopter Asia et Noah, deux enfants qui ont l’air triste. Mais pour rendre aux enfants la joie de vivre, le chemin sera long !
La pluie d’Or est une comédie musicale rap née à la Goutte d’Or, quartier populaire parisien. Dans ce livre-CD, on retrouve donc une novélisation de l’histoire et un CD avec les chansons du spectacle. J’avoue ne pas être tombé sous le charme (contrairement à Délivrer des livres), mais c’est certainement un livre-CD qui ravira ceux qui ont vu le spectacle et ceux qui aiment ce genre de musique. On parle ici de la peur des étrangers, de la différence, de la tolérance, de vivre ensemble, de l’adoption. L’ouvrage est préfacé par MC Solaar.
Un conte musical rap, dont vous pouvez écouter le communiqué de presse ici.
Des extraits… et si vous êtes parisiens rendez-vous dans le À part ça ?.

Contes traditionnels du QuébecEt si on partait au Québec ? Grâce aux éditions Oui’dire, on va passer près de 2 heures à l’écoute de conteurs québécois qui nous offrent des contes traditionnels de leur belle province.
La fille d’un roi promise à celui qui arriverait à l’embêter en trois questions, la femme d’un fainéant qui fut tentée par le diable, un homme invisible qui se marierait à la première femme qui pourrait le voir, un trempeur de couteau qui s’était fait voler la recette qui le rendait exceptionnel et qui s’en alla voir le diable, un homme qui promit sa fille à un ours après avoir cueilli une fleur dans son jardin, un homme qui voulait coincer celui qui était capable de répondre à toutes les questions, un étrange invité à un bal ou encore un couple qui découvre un miroir.
Les histoires font parfois peur, le diable est bien présent, comme souvent dans les contes traditionnels (j’ai souvent pensé aux contes bretons). Mais elles sont toutes captivantes. On a l’impression d’être au coin du feu et d’écouter les conteurs, d’être avec eux.
Un double CD qui va enchanter les amoureux du Québec et les amateurs de contes, tout simplement.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

des nouvelles de SuisseAprès le Québec, La Suisse !
Un poulet bien résistant, un oiseau très laid qui devint beau grâce à un lac et un loup qui voulut faire pareil, un jeune berger coincé dans la montagne qui va rencontrer trois géants, un homme qui aida une femme bien étrange qui allait nu pieds, une femme qui n’avait jamais peur et qui voulait connaître cette sensation, un homme qui s’aperçut que sa femme était une sorcière et Jeanne, une petite fille que sa mère, trop occupée par son téléphone, avait oubliée dans un abribus.
Entrecoupés par des chants tyroliens, les sept contes suisses réunis ici sont tout simplement captivants. Difficile de ne pas s’arrêter le temps d’écouter les conteurs. Les histoires ne s’adressent pas aux plus jeunes (certaines sont assez dures), mais passionneront les grands enfants… et même les adultes !
Encore un CD de contes sorti chez Oui’dire qui prouve la qualité de cette super maison d’édition.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

L'Ogre BabborcoUn enfant qui avait faim mangea le repas d’un ogre et mit des crottes de chèvre à la place en croyant que celui-ci ne verrait rien. Un petit garçon gardé par sa sœur un peu distraite fut enlevé par les oies de Baba Yaga. Un Alligator se fit passer pour la maman de trois petites filles pour que celles-ci ouvrent la porte et qu’il en fasse son repas.
Trois contes. Une version sarde du Petit chaperon rouge, un conte populaire russe et une version louisianaise de la Chèvre et les biquets. Muriel Bloch, une de nos plus grandes conteuses, nous propose ces trois histoires captivantes. On a un peu peur, on rigole, on chante. On se régale surtout ! D’autant que le CD est accompagné d’un magnifique album aux illustrations signées Andrée Prigent et Régis Lejonc.
Encore un super livre-CD sorti chez Didier Jeunesse.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Dans le ventre d'AnansiOn reste avec Muriel Bloch, mais cette fois-ci avec un CD pour les plus grands. Une heure de contes qui nous fait voyager en Amérique, en Afrique ou encore en Inde.
Muriel Bloch nous raconte comment le feu est venu sur Terre ou quel était le premier animal. Elle nous parle de la gourmandise d’Anansi, l’araignée rusée, et des funérailles de son ventre. Il sera aussi question de manteaux difficiles à créer, d’apprenti tailleur amoureux d’une femme génie, de la première femme qui réussit à entrer dans la ville d’Angola, d’une cloche qui redonnait le goût de la vie, d’un conte et une chanson coincés par le ventre d’une femme qui n’avait pas d’enfant qui décidèrent de se venger et d’une couverture en piquants de porcs épics.
Même si j’ai trouvé parfois la musique trop présente, on fait un beau voyage avec Muriel Bloch. Ses contes viennent de Lettonie, du Ghana, d’Afrique occidentale, du Japon… Sa voix nous enchante.
Une heure délicieuse avec la voix de Muriel Bloch.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

VirelanguesOn termine avec Virelangues, des jeux de langues interprétés par Béatrice Maillet et Wanda Sobczak. Des phrases impossibles à répéter (Chez Sacha, Angèle et Gilles en gilet, gèlent. Chez ce cher Serge, j’ai chaud), des allitérations (Six souris sous le lit sourient sans souci de six chats), des phrases étranges, des jeux de mots… la langue se régale en répétant les phrases. Les deux adultes sont accompagnées par des enfants qui s’amusent à répéter et par des musiciens qui rendent le tout plus agréable à écouter. On retrouve aussi des petites chansons, comme Trois petits chats.
Pour s’amuser en famille ou dans la classe, pour jouer avec la langue et s’entrainer à prononcer.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Retrouvez, regroupés dans des tableaux Pinterest, tous les CD et livres-CD musicaux que nous avons chroniqués ici et les CD et livres-CD non musicaux .

Ma mie forêt
d’Ici Baba
Victor mélodie / Stakhanova
Autour de 13 €, 43 min. env., 2014.
Le loup est un loup pour l’homme
de Julien Baer, illustré par Philippe Katerine
Actes Sud Junior
19 €, 225×254 mm, 50 pages, 10 min. env., imprimé en Belgique, 2014.
Le nom de l’arbre
Texte de Stéphanie Bénéteau (lu par l’auteure), illustré par Slavka Kolesar
Planète Rebelle dans la collection Conter Fleurette
22 €, 200×200 mm, 40 pages, 13 min. env., imprimé au Canada, 2015.
La pluie d’Or
Texte de Salima Drider, illustré par Gautier Rebetez
Nuits d’encre dans la collection Ziklu
Autour de 15 €, 210×210 mm, 82 pages, 31 min. env., imprimé en Bulgarie, 2014.
Contes traditionnels du Québec
Collectif
Oui’dire dans la collection La puce à l’oreille
21 €, 108 min. env., 2014.
Des nouvelles de Suisse
Collectif
Oui’dire dans la collection Contes croisés
17 €, 69 min. env., 2014.
L’Ogre Babborco
Textes de Muriel Bloch (racontés par l’auteure), illustrés par Andrée Prigent et Régis Lejonc
Didier Jeunesse dans la collection À petits petons
21,30 €, 232×217 mm, 96 pages, 27 min.env., imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Dans le ventre d’Anansi
de Muriel Bloch
Oui’dire dans la collection Contes d’auteurs
17 €, 64 min.env., 2014.
Virelangues
Interprété par Béatrice Maillet et Wanda Sobczak, musique de Michel Dupuis et Jean-Luc Lenoir
Oui’dire dans la collection À la marge
17 €, 34 min. env., 2014 (première édition 1996).

À part ça ?

Si vous êtes parisien, sachez que vous pourrez assister, le samedi 28 mars à 11 H, à une représentation de La pluie d’or au Gibert Joseph Barbès. Le concert sera suivi d’une rencontre avec Salima Drider et une discussion autour des valeurs centrales du livre, la tolérance et le vivre ensemble.

Gabriel

You Might Also Like

Chronique québécoise

Par 12 août 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, un appel est lancé à acheter des livres québécois, j’ai décidé de vous parler de trois ouvrages qui viennent de chez nos cousins d’outre-Atlantique.

Le grand AntonioIl est grand, il est fort, il est connu pour ça. Il s’appelle Antonio Barichievich, mais on l’appelle le Grand Antonio. Cet homme hors du commun est né en Yougoslavie et à douze ans il pouvait déraciner un arbre sans les mains, avec son cou ! Il est arrivé au Canada quand il avait vingt ans. Un homme d’un mètre quatre-vingt-treize ne passe pas inaperçu et quand il va magasiner il vaut mieux que la boutique du dépanneur soit bien remplie ! Il peut avaler jusqu’à vingt-cinq poulets entiers en un seul repas ! Il faut bien entretenir ses 210 kilos ! Antonio est connu pour sa force, il peut tirer un train de quatre cent quarante-trois tonnes sur une distance de 20 mètres ! Quel homme ce Grand Antonio !
Élise Gravel nous raconte l’histoire vraie du Grand Antonio, cet homme extrêmement fort qui a marqué le Québec et qui est mort en 2003. L’album est bien entendu plein d’humour (on aime Élise Gravel pour ça), mais il est aussi très tendre, il rend parfaitement hommage au vrai Antonio.
Que l’on connaisse ou pas ce personnage légendaire, voici un album attachant, tendre et plein d’humour signé par une des plus talentueuses illustratrices québécoises.

MartinM. Flux vivait dans un quartier qui avait horreur du changement, là-bas il fallait que tout soit carré, planifié, sans surprise. Seulement un jour, un certain Monsieur Flux, qui se déclarait artiste, vint emménager là. Monsieur Flux n’était absolument pas prévisible… Alors que toutes les maisons de la rue étaient carrées et toutes identiques, la sienne ne ressemblait à rien de connu et dans le jardin on pouvait y voir des choses étranges. Un jour où Marin passait devant il vit un carton qui appartenait à cet étrange voisin et décidât de le lui rapporter. Ce fut le début d’une nouvelle vie pour le petit garçon… et pour le quartier.
Là aussi, derrière Monsieur Flux il y a une histoire vraie. Le personnage est inspiré de George Maciunas et l’histoire évoque le mouvement Fluxus. L’album est surtout un superbe hommage à l’art ! Ici, on se rend compte de l’importance des artistes qui rajoutent un grain de folie dans nos vies, qui rendent nos vies moins monotones. On parle aussi du rejet face à la différence, de la peur que peuvent susciter les gens un peu farfelus.
Un très bel ouvrage tant dans les illustrations que dans ce qu’il nous raconte.

IlAmi pour-tout-toujours aimerait encore jouer avec son chien, qu’il coure encore après le ballon. Seulement son chien est vieux et fatigué, il ne bouge plus beaucoup. Que voit-il avec ses vieux yeux plissés ? Pense-t-il à avant ? Est-il nostalgique ? Se souvient-il quand il l’a tiré de la gadoue et quand ils couraient ensemble derrière le camion de papa ?
Ami pour-tout-toujours est une magnifique histoire sur un sujet assez rare dans la littérature jeunesse : la vieillesse des animaux. Nos chiens et chats vieillissent plus vite que nous et bien souvent nos enfants les voient vieillir, devenir séniles puis mourir. Or autant on parle souvent de la mort des animaux de compagnie dans la littérature jeunesse, autant la période qui précède c’est une chose assez rare. Ici, c’est fait avec beaucoup de justesse, beaucoup de tendresse. Les illustrations de Pierre Pratt sont vraiment belles.
Un album fort et vraiment réussi sur l’amitié entre un enfant et un animal.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Élise Gravel (Adopte un Gurb !, Le rat et La limace) et de Pierre Pratt (GustaveLa lune voleuse et Le géant de la forêt).
Et je vous propose une petite sélection d’ouvrage québécois que j’aime particulièrement (en cliquant sur les titres vous arrivez sur les chroniques) : Dugenou, Croque et Les malheurs du lion (400 coups), Tout seul !, Tous ensemble ! et À l’école des poussins (400 coups), Léo et les presqu’iles (La montagne secrète), Un cadeau pour Sophie (La montagne secrète), Mingan, mon village (Les éditions de la bagnole), J’ai un bouton sur le bout de la langue (La montagne secrète), Contes traditionnels du Canada (Planète Rebelle), Pierre et le pialeinoPierre et Clara, Pierre et les voyous et Pierre traqué par le trac (Planète Rebelle),  Joseph Fipps (La Pastèque), Le lion et l’oiseau (La pastèque), C’est ma journée, mon imagier, C’est les vacances, mon imagier et C’est à moi, mon imagier (Éditions de la Bagnole), Fatoumata (Planète Rebelle) et Gustave (La Pastèque).

Le Grand Antonio
d’Élise Gravel
La pastèque dans la collection Pamplemousse
14 €, 199×248 mm, 60 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
M. Flux
Texte de Kyo Maclear, illustré par Matte Stephens
La Pastèque dans la collection Pamplemousse
14 €, 199×249 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2014.
Ami pour-tout-toujours
Texte de Kari-Lynn Winters (traduit par Jennifer Couëlle), illustré par Pierre Pratt
Planète Rebelle
262×234 mm, 36 pages, imprimé au Canada chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Quand on me dit Québec, je pense à Pierre Lapointe, un chanteur que j’aime énormément. Cet été on peut l’entendre tous les matins sur France Inter dans une émission appelée Les petites morts… et c’est très bon !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange