La mare aux mots
Parcourir le tag

Carnaval

Chacun fait ce qu’il lui plait !

Par 25 octobre 2014 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on fait comme on le sent et comme on en a envie !

le grand bateau de grand oursGrand Ours a donné à Petit Ours son bateau dans lequel il commençait à se sentir à l’étroit. Du coup, il entreprend de se construire une nouvelle embarcation.   Il est très heureux de sa réalisation mais chacun de ses amis y va de son petit commentaire. Et si on mettait une voile ? Un pont ? Une cabine ? Ce ne sont pas de mauvaises idées, mais au final, Grand Ours n’est pas vraiment satisfait ! Ce n’est pas ce qu’il veut ni ce qu’il avait imaginé. Et s’il prenait le temps de s’écouter ? De faire comme bon lui semble ? Après tout c’est son bateau, sa vie, ses rêves !
Faire en fonction de ses envies et pas de celles des autres, voici le message porté par cette belle histoire ! Eve Bunting propose un texte à la fois simple et beau et les illustrations de Nancy Carpenter sont pleines de douceur et de tendresse. On a envie de faire comme Grand Ours : tenir compte de l’avis de ses amis, c’est bien, mais il faut veiller à ne pas aller contre ses propres idées, et prendre le temps, dans un monde qui va toujours plus vite, de s’écouter parfois un peu égoïstement.
Le grand bateau de Grand Ours est un bel album pour apprendre aux enfants à ne pas se laisser influencer et à affirmer leurs choix personnels !

Le garcon qui voulait se déguiser en reinePour Carnaval, Nino voudrait se déguiser en reine. Son père, Aby sa grande sœur, sa mère, tout le monde veut l’en dissuader. Selon eux c’est impossible parce qu’il est un garçon. Mais c’est sans compter sur la ténacité de Nino, qui va prouver à toute sa famille qu’il a bien le droit de faire comme bon lui semble et qu’il n’y a aucune règle en la matière ! Il ira au bout de son idée, en démontant les préjugés sur la question. Et finalement, personne ne s’en portera plus mal !
Quelle belle histoire ! Le garçon qui voulait se déguiser en reine est un album qui se bat contre les clichés sexistes, et met à l’honneur le libre choix et l’indépendance ! Après tout, Nino ne fait de mal à personne et il a bien raison de faire comme bon lui semble en matière de déguisement. Dans une ambiance carnavalesque que l’on retrouve autant dans le texte d’Elsa Valentin (huuum les bugnes !) que dans les illustrations très colorées de Sandra Desmazières, voici une histoire au message fort !
Un album pour combattre les préjugés dans la bonne humeur et avec le sourire !
Vous pouvez feuilleter cet album sur le site des éditions L’initiale.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un autre livre d’Eve Bunting et Nancy Carpenter (Le petit bateau de Petit Ours).

Le grand bateau de Grand Ours
Texte d’Eve Bunting, illustré par Nancy Carpenter
Pastel
10,50 €, 212 x 212 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Le garçon qui voulait se déguiser en reine
Texte d’Elsa Valentin, illustré par Sandra Desmazières
L’initiale
12 €, 200 x 200 mm, 24 pages, imprimé en France, 2014.

Marianne

You Might Also Like

Un petit rien et des animaux étranges

Par 9 juin 2014 Livres Jeunesse

Petit rien d'augustinAugustin a perdu sa Zouzette. Où est-elle ? Pourquoi n’est-elle plus dans son lit ? Il faut se faire à l’idée, Augustin ne la reverra pas. Elle est partie à jamais.
D’abord édité par la société de pompes funèbres Roc Éclair, Alice Jeunesse réédite Le petit rien d’Augustin de Béatrice Hernot et Clothilde Delacroix.
Je suis embêté… J’ai mis du temps à comprendre de quoi parlait cet album (à la première lecture, j’ai cru qu’on parlait d’une perte de doudou et je trouvais que ça allait loin), j’ai trouvé le texte (en plus d’être confus donc) extrêmement répétitif, décousu… Pour savoir si ça venait de moi, je l’ai même fait lire à une autre personne (qui a été encore plus violente dans ses propos)… j’aurai donc pu choisir de ne pas chroniquer cet album (c’est généralement ce que je fais quand je n’aime pas un ouvrage)… sauf que je suis très fan des illustrations. J’avais découvert le travail de Clothilde Delacroix avec La poupée d’Auguste et j’avais déjà beaucoup aimé son trait de crayon, là je trouve que c’est encore plus réussi. Je vais donc suivre de près cette illustratrice… en espérant la retrouver sur des textes plus à mon goût.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

MON CHAT FAIT OUAFCe fermier est surpris… son chat fait ouaf !, son chien fait cocorico !, son mouton fait meuh !, sa vache fait miaou ! et chez tous les autres animaux c’est le même n’importe quoi. Mais qu’est-ce qu’il se passe dans cette ferme ?!
Non non Sandrine Beau ne se drogue pas (enfin, je ne peux pas en être certain, cela dit), il y a bien une explication à tout ça. Et d’ailleurs si l’on regarde les illustrations…
Mon chat fait ouaf ! est un album drôle à lire (parce qu’il est original, surprenant et décalé, parce que les enfants aiment nous entendre faire les cris des animaux) mais c’est aussi un livre avec lequel on peut jouer « c’est quel animal qui fait ça d’habitude ? », « quel cri devrait normalement faire cet animal ? ». La chute est inattendue et va encore plus faire rire les enfants.
Un album plein d’humour avec des illustrations très BD.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Clothilde Delacroix (La poupée d’Auguste) et Sandrine Beau (Le petit chaperon qui n’était pas rouge, Manolo, un boudeur de petit fantôme, Manolo, un cochon de petit fantômeFées d’hiver, Je suis une lionne, L’Ogre qui n’avait peur de rien, La girafe en maillot de bainRouge Bitume, Ma maman est comme ça, Mon papa est comme ci, On n’a rien vu venir, Roulette Russe Tome 1 Noël en Juillet, Des crêpes à l’eau, L’hippopotin, L’été où mon grand-père est devenu jaunophile, L’étrangleur du 15 Août, et Quand on sera grands). Retrouvez aussi notre interview de Sandrine Beau.

Le petit rien d’Augustin
Texte de Béatrice Gernot, illustré par Clothilde Delacroix
Alice Jeunesse dans la collection Histoires comme ça
10 e, 251×192 mm, 18 pages, imprimé en Belgique, 2013.
Mon chat fait ouaf !
Texte de Sandrine Beau, illustré par Céline Decorte
P’titGlénat dans la collection Vitamine
10 €, 263×198 mm, 32 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

ya-ouankKeit Vimp Bev, une maison d’édition bretonne dont on vous avait parlé dans notre article sur la Bretagne lance le premier site participatif entièrement gratuit… pour les jeunes bretons ! Actualités, articles, BD, Vidéos… on trouve un peu de tout sur Ya-ouank ! et l’on peut aussi proposer du contenu. Voilà un super site pour les bretonnants !

Gabriel

You Might Also Like

Mi-lapin, mi-pingouin !

Par 6 avril 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous présente Lapingouin !
Lapingouin est le fils de Malapin, une lapine, et Papingouin, un pingouin. Il a les oreilles de sa maman, et les nageoires de son papa. Ils vivent tous les trois avec leurs deux animaux de compagnie, Pouloupe (mi poule, mi poulpe) et Poussouille (mi poussin, mi grenouille).

lapingouinCe matin, Lapingouin a du mal à se réveiller. On est vendredi, il a quatre jours d’école dans les pattes, et un peu de mal à franchir la dernière ligne droite avant le week-end. Alors, curieusement, il se met à avoir mal au ventre. Finalement, aidé de Papingouin qui joue le rôle du médecin appelé à la rescousse, et en prenant le temps de se remémorer tout ce qu’il a fait de bien ces derniers jours avec ses amis (dont Tortuchon, moitié tortue-moitié cochon et Chérisson, moitié chien-moitié hérisson), il a soudainement très envie de les rejoindre, et son mal de ventre disparaît… Avec Aujourd’hui, y’a école ?, on découvre une situation bien connue des enfants (et sans doute des parents) : les matins un peu difficiles, où la fatigue prend le pas sur tout le reste, et on échangerait bien une journée d’école contre une journée sous la couette. Mais doucement, sans le brusquer et avec bienveillance, les parents du jeune héros vont lui donner du courage.

lapingouinCette fois, Lapingouin est tout excité. Bientôt, c’est le carnaval et il doit trouver en quoi il va se déguiser. Il sait déjà que ce sera en monstre, mais lequel ? Pour trouver l’inspiration, avant le dîner, il regarde son livre des monstres. Monstre géant ? Monstre poilu ? Monstre gluant ? Trop dur de choisir ! Du coup, il est l’heure d’aller dormir, et forcément, toutes ces créatures viennent peupler ses rêves. Dans ce rêve, il en rencontre un, qui pleure tout seule dans son coin. En fait il est si effrayant que personne ne veut être son ami. Au réveil, Lapingouin, qui n’a pas du tout envie de se retrouver tout seul s’il se déguise en monstre, change d’avis quant au choix de son costume…Là encore, Lapingouin vit une situation et des émotions que beaucoup d’enfants connaissent : la joie de se déguiser, la question du choix du costume, les rêves dans lesquels s’invitent des éléments réels (le fameux monstre ressemble étrangement à une des peluches de Lapingouin par exemple), l’amitié,…

Lapingouin, c’est vraiment un univers à part ! Tout d’abord j’ai été conquise par les illustrations de Masami Mizusawa. Le trait arrondi, les expressions des personnages, les images à la fois très simples et fourmillantes de détails, et les couleurs un peu estompées (je ne suis pas très claire peut-être, mais j’avais l’impression de retrouver les dessins d’enfants au crayon, que l’on frotte ensuite avec un buvard ou un morceau d’essuie-tout, vous suivez ?) donnent un ensemble plein de tendresse et de douceur. Quant au texte de Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic, il est vraiment plein de trouvailles. Au départ, j’avoue avoir été déroutée par tous les mots inventés que l’on rencontre. Mais comme ce ne sont pas des mots « du langage bébé », mais réellement des néologismes (à partir de mots-valises : lapin + pingouin = lapingouin, ou terminant en « -oin », pour rimer, par exemple), je suis finalement vite rentrée dans le jeu. Ça fait partie du personnage, de l’histoire. Ça ne gêne en rien la compréhension du texte, même pour les plus jeunes lecteurs, et à la fin du livre, on est même invité à retrouver tous ces mots étranges et à les décomposer. Et finalement, je pense que ces deux albums correspondent tout à fait à l’âge auquel les enfants inventent de nouveaux mots !

Deux albums à la fois simples et fouillés ! Ca paraît paradoxal, et pourtant, ça fonctionne !

Aujourd’hui, y’a école ?
de Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic illustré par Masami Mizusawa
HC Editions dans la collection Lapingouin
12,50 €, 265 x 215 mm, 30 pages, imprimé en Espagne
Même pas peur des monstres !
de Carole-Anne Boisseau et Galaxie Vujanic illustré par Masami Mizusawa
HC Editions dans la collection Lapingouin
12,50 €, 265 x 215 mm, 30 pages, imprimé en Espagne

A part ça ?

Jusqu’au 1er Septembre, les Champs Libres de Rennes accueillent une exposition interactive et ludique, La Fabrique à Sons, pour jouer avec les sons qui nous entourent; grâce à quinze machines sonores.

Marianne

You Might Also Like

Secured By miniOrange