La mare aux mots
Parcourir le tag

Catherine Cuenca

Des jeunes filles en colère

Par 23 juillet 2019 Livres Jeunesse

Aujourd’hui je vous propose deux romans qui mettent en scène des héroïnes fortes et révoltées : Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage de Paul Martin, illustré par Jean Baptiste Bourgeois et L’assassin du marais de Catherine Cuenca, un polar glaçant qui nous plonge au cœur du milieu féministe des années 1850… Bonne lecture !

Violette Hurlevent et le Jardin Sauvage
Texte de Paul Martin, illustré par Jean-Baptiste Bourgois
Sarbacane
19,90 €, 157×226 mm, 450 pages, imprimé en France, 2019.
L’assassin du marais
de Catherine Cuenca 
Scrineo
16,90 €, 137×212 mm, 384 pages, imprimé en France, 2019.

You Might Also Like

Femmes de caractère

Par 8 juin 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, deux romans, deux personnages féminins au centre de l’intrigue. La première Jan, a un caractère bien trempé et donnera la raclée à qui dira le contraire. La seconde, Agnès, conduit le tramway suite à la mobilisation des hommes sur le front de la Première Guerre mondiale.

Jan
de Claudine Desmarteau
Thierry Magnier
14,50 €, 220×140 mm, 200 pages, imprimé en France, 2016.
Celle qui voulait conduire le tram
de Catherine Cuenca
Talents hauts dans la collection Les héroïques.
14 €, 148×210 mm, 160 pages, imprimé en Bulgarie, 2017.

You Might Also Like

Héros de séries

Par 13 février 2014 Livres Jeunesse

Comme régulièrement, on s’intéresse aujourd’hui à des séries de littérature jeunesse : le premier tome de Kat apprentie magicienne, le troisième de Roulette Russe et les deuxième et troisième du Mystère de la tête d’or.

Kat Apprentie Magicienne.inddKat n’a pas vraiment connu sa mère, elle est morte juste après sa naissance. Elle ne sait pas grand-chose d’elle, juste quelques anecdotes comme la fois où, trop stressée devant un homme important, elle a fait voler une théière qui a servi le thé tout seul. Car oui, la mère de Kat était magicienne… La jeune fille vit avec son père, sa belle-mère et ses frères et sœurs. On évite de parler de magie et les dernières affaires de la mère des enfants sont enfermées à clef. Mais quand Kat apprend que l’aînée de ses sœurs va être mariée à un homme fortuné pour éponger les dettes de la famille elle sait qu’elle ne peut pas laisser faire ça…

Le premier tome de Kat apprentie magicienne m’a fait penser à un croisement entre Ma sorcière bien-aimée et Harry Potter. Kat est un personnage impertinent, on sourit souvent à ses aventures dans cette Angleterre de 1803 où toute jeune fille est sensée bien se tenir, ce qui n’est pas le cas de notre héroïne. Elle se coupe les cheveux courts pour se faire passer pour un garçon, chute sur la robe hors de prix d’une femme importante… Kat est un vrai personnage. C’est aussi une battante, elle doit lutter contre l’ordre établi pour sauver sa sœur. Bien entendu, vous vous en doutez (c’est d’ailleurs dans le titre), Kat est elle-même magicienne, elle devra apprendre à se servir de ses pouvoirs et les utiliser à bon escient. Elle va aussi mener une enquête pour en savoir plus sur la mort de sa mère. Un premier tome léger et sympathique.
Le même vu par Sous le feuillage, Chez Clarabel et Les riches heures de Fantasia.

Fées d'hiverIrina, la serveuse du Capone que Tomaso, Youri et Emma considèrent comme leur seconde mère, a disparu ! C’est déjà très très louche, mais lorsque celle-ci appelle avec un air paniqué et raccroche d’un coup, les ados décident, une nouvelle fois, de mener l’enquête, une enquête qui ne sera pas de tout repos. Seront au rendez-vous : de la neige, du sang, des roestis et de l’amour….

Même si j’avoue avoir été moins séduit qu’avec les deux premiers tomes, les aventures de Tomaso, Emma et Youri, les trois héros imaginés par Séverine Vidal, Sandrine Beau et Anne-Gaëlle Balpe, sont toujours aussi passionnantes dans ce troisième tome de Roulette Russe, Fées d’hiver. On les suit donc ici dans une histoire de règlement de compte avec un accent russe, dans le froid de la Franche-Comté. Un thriller pour ado qui tient bien en haleine !
Le même vu par Enfantipages.

Le mystère de la tête d'Or T2Jeannot et Riri sont deux adolescents qui vivent à Lyon en 1807. Ils travaillent dur aussi lorsqu’ils apprennent qu’un trésor est caché près de chez eux, ils imaginent quelle serait leur vie s’ils le trouvaient. Céleste, jeune couturière, aide les garçons dans leurs aventures. Alors qu’ils avaient échoué (et avaient vécu des aventures plutôt effrayantes) il y a un an, ils reprennent espoir de devenir riche lorsqu’un homme, que Jeannot a aidé, lui donne une pierre étrange.

Le mystère de la tête d'Or T3Alors qu’ils coupent à travers des ruines romaines abandonnées pour raccourcir leur chemin, Jeannot, Riri et Céleste tombent sur une femme couverte d’une grande robe claire en train de poignarder un homme. Bien entendu, la femme fuit en les voyants, nos jeunes héros essayent de sauver l’homme, mais n’y parviendront pas. Avant de mourir, il leur confie un secret… il a caché quelque chose derrière une pierre qu’il leur faudra aller chercher.

Quel plaisir de retrouver Jeannot, Riri et Céleste ! Comme je l’ai déjà dit, Catherine Cuenca sait nous embarquer avec elle dans ses aventures pourtant si loin de nous. J’avais vraiment été captivé par la série Le passage des lumières, là encore on est pris dans l’intrigue, il y a un vrai suspense. Catherine Cuenca a une vraie plume et les jeunes lecteurs adorent lire ses séries. Donc ce sont ici le tome 2 et le tome 3, le dernier, de la série Le mystère de la tête d’Or. Même si j’avoue avoir été moins captivé par cette série que par la précédente (peut-être parce qu’elle y mêlait l’époque actuelle et le passé, peut-être parce qu’en 5 tomes on s’attache plus aux personnages… je ne sais pas). Toujours est-il que j’ai quand même pris beaucoup de plaisir à lire les aventures de ces trois jeunes détectives, j’ai même frissonné avec eux lors de leurs confrontations avec leur cruel ennemi ! Encore une très bonne série signée Catherine Cuenca.
Le tome 2 vu par Butiner de livres en livres, Les riches heures de Fantasia et À l’ombre du saule.
Le tome 3 vu par Les riches heures de Fantasia et Butiner de livres en livres.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Anne-Gaëlle Balpe (La lanterne magique, Noël à ʇıoɹpuǝ,ן, Où va-t-on quand on disparaît ?, Chez moi, Mon cartable, De vrais amis, Le Grand N’importe Quoi, Rouge bitume, Noël en Juillet, On n’a rien vu venir Bonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai…Grand Méchant Loup, Les potions de Papi-guérit-tout et Chez moi), Sandrine Beau (Je suis une lionne, L’Ogre qui n’avait peur de rien, La girafe en maillot de bainRouge Bitume, Ma maman est comme ça, Mon papa est comme ci, On n’a rien vu venir, Roulette Russe Tome 1 Noël en Juillet, Des crêpes à l’eau, L’hippopotin, L’été où mon grand-père est devenu jaunophile, L’étrangleur du 15 Août, et Quand on sera grands), Séverine Vidal (Billie du bayou, le banjo de Will, Billie du bayou, SOS Garp en détresse, Noël à l’endroit, Mon secret rit tout le temps, 55 oiseaux, Prune et l’argent de poche, Une girafe un peu toquée, Bad Lino, L’œil du pigeon, Au pays des vents si chauds, Petit Minus, Le laboureur de nuages & autres petits métiers imaginaires, La grande collection, Mon papa est zarzouilleur, Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps) et Catherine Cuenca (le première tome du Mystère de la tête d’Or : Le trésor de l’Isle et les cinq tomes de Le passage des lumières : Espoirs, Révoltes, Victoires, Révélations et Trahisons).). Nous les avons aussi interviewé toutes les quatre : Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine BeauSéverine Vidal et Catherine Cuenca.

Kat, apprentie magicienne, tome 1
de Stéphanie Burgis (traduit par Rosalind Elland-Goldsmith)
Seuil
13,90€, 140×205 mm, 306 pages, imprimé en France, 2013.
Fées d’hiver
d’Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau et Séverine Vidal
Oskar dans la série Roulette russe
12,95€, 130×210 mm, 184 pages, imprimé en Europe, 2013.
Le mystère de la tête d’Or, T.2 L’énigme du grenat perdu
de Catherine Cuenca
Gulf Stream dans la série Le mystère de la tête d’Or
12,50€, 140×180 mm, 248 pages, imprimé en Espagne, 2013.
Le mystère de la tête d’Or, T.3 Le fantôme de Cybèle
de Catherine Cuenca
Gulf Stream dans la série Le mystère de la tête d’Or
12,50€, 140×180 mm, 248 pages, imprimé en Espagne, 2013.

À part ça ?

Pour répondre à Jean-François Copé, et faire un pied de nez au puritanisme ambiant, j’ai proposé à des illustrateurs de faire un album Tous à poil !

Gabriel

You Might Also Like

Mystères en séries

Par 24 mars 2013 Livres Jeunesse

Deux séries passionnantes qui démarrent sur les chapeaux de roues !

La malédiction ShakespeareVictor est un garçon de 11 ans, sa passion ? Le fantastique ! Il est fan d’Harry Potter, il adore les histoires de vampires et il a même vu l’exorciste en cachette (bon ensuite il a eu du mal à dormir pendant plusieurs mois !). Sa grande sœur, Albane, est du genre gothique. Leurs parents, deux chercheurs océanographes qui filent régulièrement à l’autre bout du monde… et d’ailleurs là ils doivent partir alors que ce n’était pas prévu. Que faire des deux enfants ? Les confier aux grands-parents ? C’est un peu dur… Et s’ils allaient chez la tante Agatha ? La fameuse tante est une excentrique et les voilà emportés dans une histoire où Victor va en avoir pour son argent côté fantastique. Ils vont devoir affronter pilleurs de tombes et esprits malfaisants…

Le premier tome des chroniques étranges des enfants Trotter a plus que séduit le petit garçon que j’ai été ! C’est typiquement le genre de livre que j’aimais lire ado, des histoires d’enfants de notre âge qui se trouvent mêlés à des évènements extraordinaires et qui vont devoir se battre, élucider des mystères,… Entre le thriller, le fantastique et le roman d’aventure, un peu entre Le club des cinq et Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Anne Ferrier et Régine Joséphine, deux belles plumes, apportent beaucoup de style à cette histoire (car ce genre de roman est souvent mal écrit). Non seulement c’est bien écrit, mais c’est bourré de références culturelles (ici sur Shakespeare), mais sans lourdeur. D’ailleurs on ne s’ennuie pas une minute à la lecture de ces aventures et on en demande encore ! Et ça tombe bien parce que…

Le chien des ténèbresVictor et Albane sont invités en Laponie par leur tante (qui y est allée pour retrouver son amoureux). Les vacances pourraient se passer normalement… sauf que non ! Un naufrage les fait échouer sur une bien curieuse île déserte où se cacherait un trésor… Pendant ce temps un étrange collectionneur les recherche pour récupérer ce qu’ils ont pris dans la première partie de leurs aventures et un mystérieux groupe surveille tout ça de loin…

On baigne encore ici dans une atmosphère fantastique, un peu étrange… dans laquelle j’adore me promener ! Les deux ado sont bien naïfs (le seront-ils encore longtemps) et ne se doutent pas de ce qui se trame. Le collectionneur, le méchant de l’histoire, est un vrai méchant comme on les aime, cruel et à la limite de la folie. Le groupe étrange qui veille sur les forces que réveillent les enfants est bien mystérieux et nous captive. Il y a une vraie ambiance dans cette série, une ambiance comme je les aime. Attention toutefois aux allergiques aux scènes violentes, ici on parle parfois de bête qui déchiquette de la chair ou broie des cartilages, ce qui peut, peut-être, déranger des enfants trop sensibles. La suite ! La suite ! (En fait elle vient de sortir… j’en parlerai bientôt).

Le mystère de la tête d'orLe trésor de l’Isle existe-il vraiment ? Jeannot et Riri aimeraient le savoir. Mais approcher un château qu’on dit hanté… pas pour eux ! Pourtant ils vont tomber sur une mystérieuse lettre qui va leur donner envie de résoudre l’énigme. Sur leur route ils rencontreront la jolie Céleste, amie ou ennemie ?

Quel bonheur de retrouver la plume de Catherine Cuenca ! J’avais adoré Le passage des lumières et je suis heureux de retrouver son style fluide. Ici on a vraiment envie de savoir la suite, il y a une vraie bonne intrigue, passionnante. On est captivé ! Comme dans Le passage des lumières, Catherine Cuenca parsème son roman de données historiques (on est ici en 1806) mais sans lourdeur, elle nous apprend des tas de petits détails sur cette époque sans jamais que l’on trouve ça en trop. Je lis de plus en plus de littérature ado et finalement rares sont ceux qui arrivent à faire des romans faciles à lire mais bien écrits, captivants de bout en bout. Le genre de livre qui plaît autant aux férus de lecture, qu’à ceux qu’on aimerait voir lire un peu plus. Le trésor de l’Isle est le premier tome d’une trilogie, j’attends la suite avec GRANDE impatience.

Quelques pas de plus
Nous avons déjà interviewé Anne Ferrier et chroniqué plusieurs de ses livres (Merlin, l’enfance d’un enchanteur, Arthur, l’enfance d’un roi, Morgane, L’enfance d’une magicienne et Petit pot de colle), nous avons aussi interviewé Régine Joséphine et chroniqué plusieurs de ses livres (Le dragon du vent et Je t’aime signé Lou(p)). Nous avons également chroniqué deux livres co-écrits par elles (Une vie de château et Patte rouge). Enfin nous avons aussi interviewé Catherine Cuenca et nous avons chroniqué plusieurs de ses livres (Espoirs, Révoltes, Victoires, Révélations et Trahisons).

La malédiction Shakespeare
d’Anne Ferrier et Régine Joséphine
Oskar dans la série Les chroniques étranges des enfants Trotter.
9,95€, 130×210 mm, 108 pages, imprimé en Europe, 2011.
Le chien des ténèbres
d’Anne Ferrier et Régine Joséphine
Oskar
dans la série Les chroniques étranges des enfants Trotter.
10,95€, 130×210 mm, 123 de pages, imprimé en Europe, 2012.
Le trésor de l’Isle
de Catherine Cuenca
Gulf Stream éditeur dans la série Le mystère de la tête d’or
12,50€, 180×140 mm, 239 pages, imprimé en Espagne, 2013.

A part ça ?

Si vous allez au salon du livre de Paris aujourd’hui, pensez à chercher les lettres !

Gabriel

You Might Also Like

Des héroïnes qui font d’étranges voyages…

Par 1 janvier 2013 Livres Jeunesse

Tout d’abord, nous vous souhaitons une belle année 2013, grâce à la talentueuse Cécile Vangout qui a créé pour nous cette superbe carte de vœux (vous pouvez la télécharger, par exemple pour la mettre en fond d’écran, ici). Que cette nouvelle année vous apporte de la joie, de l’amour et des livres ! Nous en profitons pour vous remercier de votre fidélité et de votre soutien lors de cette année passée, en espérant que vous serez encore plus nombreux cette année !

Marianne et Gabriel

Carte de voeux La mare aux mots 2013© Cécile Vangout pour La mare aux mots


Des jeunes qui filles qui voyagent dans le temps ou dans des mondes étranges, le début d’une série et la fin d’une autre.

Les orphelines d'Abbey Road - Le diable vertC’est dans l’orphelinat d’Abbey Road que grandissent Joy, Margarita, Prudence, June et leurs amies. Un orphelinat étrange tenu par des sœurs très dures et financé par la mystérieuse Lady Bartropp. Un orphelinat installé dans un manoir qui s’appelait autrefois Green Devil’s Manor (manoir du Diable Vert)… Un endroit très mystérieux avec des souterrains où il se passe de drôles de choses…

Mais qu’est-ce qui se cache sous l’orphelinat d’Abbey Road ? Quel est le secret de Lady Bartropp ? D’où viennent les chants qu’on entend parfois quand Ginger est présente ? J’ai adoré l’ambiance de ce roman (premier tome d’une série). Le genre de livre qu’on ne lâche pas comme ça, qu’on lit sans jamais s’ennuyer, pressé de savoir la suite. Imaginez ma frustration à la fin ! (mais pour vous rassurer ce n’est pas non plus le genre de fin qui laisse en suspens, j’étais juste frustré de quitter mes nouvelles copines !). C’est typiquement le livre que j’aurai aimé lire enfant avec des univers un peu étranges, des dortoirs où une vraie complicité règne face à des adultes horribles. Ça m’a fait penser aussi à l’univers de Guillermo Del Toro dans des films comme L’échine du diable et Le labyrinthe de Pan (deux chefs d’œuvres). C’est super bien écrit, Audren est un auteur dont j’avais entendu parler mais je n’avais rien lu d’elle. Très agréable surprise ! Si vous n’avez pas peur de ce qui peut rôder dans les souterrains d’un vieux manoir… allez faire un tour à la rencontre des Orphelines d’Abbey Road…
Le site des Orphelines d’Abbey Road.

Le passage des lumières - TrahisonsZélie est de retour dans le passé, une dernière fois. Elle doit retrouver Léandre, celui qu’elle aime…

Voici donc l’ultime tome de la série Le passage des lumières dont je vous ai parlé régulièrement, série qui est pour moi une des meilleures séries pour ado. Ici encore on va trembler avec Zélie, on va espérer que ça se termine bien, on va pleurer aussi… Les cinq tomes forment vraiment une très belle histoire, riche en évènements et pleine de suspense, de rebondissements. C’est aussi une série qui plaît à ceux qui aiment l’Histoire car tout au long on voyage pendant la révolution, on assiste à des évènements majeurs. Et d’ailleurs ceux qui ne sont pas des passionnés d’Histoire vont aussi se cultiver ! Vraiment une très très belle réussite…

Les orphelines d’Abbey Road – Tome 1 : Le diable vert
d’Audren
L’école des loisirs
14,80€, 148×218 mm, 281 pages, imprimé en France, 2012.
Le passage des lumières – Episode V : Trahisons
de Catherine Cuenca
Gulf Stream
12,30€, 141×180 mm, 193 pages, imprimé en Espagne, 2012.

A part ça ?

Il n’y a pas que 2012 qui soit fini, il y a aussi le mois de décembre ! Il est temps de vous donner nos coups de cœur album du mois et c’est aussi la fin de trimestre donc le moment pour nos coups de cœur roman (et puisque je suis un peu fou, personnellement j’ai fait une sélection les 10 meilleurs albums et les 10 meilleurs romans de 2012 ! ). Commençons par les albums, pour ce mois qui vient de se terminer Marianne a choisi C’est fermé de Duval MC et Caroline Dalla, édité par L’initiale et moi Matachamoua de Céline Sorin et Célia Chauffrey édité par L’école des loisirs. Quand aux romans, pour Marianne celui qui l’a le plus marquée pour ce dernier trimestre est Un perroquet nommé Rocco de Gérard Lecas et Joëlle Passeron et moi… je n’ai pas pu me décider entre deux romans donc j’ai deux ex-æquo ! Ne le dis à personne de Josette Chicheportiche (Oskar éditeur) et Victoria Rêve de Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse). Retrouvez nos coups de cœur des mois précédents sur le blog, sur Facebook (ici pour les albums et pour les romans) et sur Pinterest (ici pour les albums et pour les romans).

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange