La mare aux mots
Parcourir le tag

Chamo

Attention, ça va coller !

Par 21 septembre 2014 Livres Jeunesse, Loisirs Créatifs et Cahiers d'activités

Aujourd’hui, je vous propose trois albums avec des gommettes ou des autocollants, trois albums différents et originaux. Attention, ça va coller !

Gommettes 2000Oubliez les vieux albums de gommettes, voici Gommettes 2000 ! Un album de loisirs créatifs original qui nous est proposé par Romain Gallissot (qui connaît bien son sujet puisqu’il est à la fois instit et chroniqueur de livres jeunesse). Ici, on ne va pas se contenter de recopier un modèle, de coller le carré sur un emplacement prévu… ici, on crée ! Avec les gommettes fournies (mais à mon avis va falloir en racheter), on va faire des poissons, des bonshommes avec uniquement des gommettes carrées, des hamburgers, des personnages et leurs animaux de compagnie…
Pour inspirer les enfants, cinq illustrateurs se sont prêtés au jeu ! Chamo, Lili Scratchy, Candice Hayat, Delphine Durand et Yassine ont eux aussi tenté de suivre les consignes.
Un cahier d’activité plein d’humour et original dont vous saurez tout sur le site consacré : http://www.gommettes2000.fr

VousBoris L'abécédaire à Colorier connaissez Boris, le héros de Mathis ? Voici L’abécédaire à colorier ! A comme avion, B comme bisou, C comme cousine… Les lettres sont écrites en majuscule et minuscule (pareil pour le mot) et il faudra donc colorier le dessin qui accompagne chaque lettre de l’alphabet. Petit plus, une planche de gommettes (repositionnables) avec 26 éléments qu’il va falloir retrouver dans l’album (et donc remettre l’autocollant sur son emplacement). Tout l’univers (et l’humour) de Boris se retrouve ici et les pages sont épaisses (donc on peut y aller au feutre !).
Apprendre l’alphabet avec humour et en s’amusant, merci Boris !

OnMa petite galerie d'art avec autocollants termine avec une visite de musée ?
Avec Ma petite galerie d’art en autocollants, on va découvrir de belles œuvres, classées par catégories, mais pas de façon passive. Ici, il faut remettre les autocollants des tableaux sur l’emplacement qui leur est réservé. On va aussi créer d’autres tableaux, grâce aux gommettes, en s’inspirant de ceux de grands peintres. De plus, de nombreuses annotations nous permettent d’en savoir plus sur les œuvres présentées (soit pour nous faire remarquer un détail, soit pour nous raconter des anecdotes).
Une façon ludique d’appréhender les arts (essentiellement peinture, mais aussi un peu de photo).

Quelques pas de plus…
Une sélection de cahiers d’activités et de loisirs créatifs regroupés dans un tableau pinterest.

Gommettes 2000
de Romain Gallissot, illustré par Chamo, Lili Scratchy, Candice Hayat, Delphine Durand et Yassine
Les fourmis rouges
15,50 €, 310×210 mm, 64 pages, imprimé en Italie, 2014.
Boris – L’abécédaire à colorier
de Mathis
Thierry Magnier dans la série Boris
10,90 €, 175×235 mm, 56 pages, imprimé en République Tchèque, 2014.
Ma petite galerie d’art en autocollants
de Joséphine Thompson et Carles Ballesteros (traduit par Véronique Duran)
Usborne
Prix, 246×214 mm, 44 pages, imprimé en Chine, 2014.

You Might Also Like

Balade dans les rues

Par 2 juin 2012 Livres Jeunesse

A Vinaigrette-sur-Loire, on trouve la Rue de l’Articho. 16 illustrateurs très différents nous la présentent. C’est une rue très commerçante. On y trouve un boucher (Yassine), un pharmacien (Arnaud Boutin), un vendeur de farces et attrapes (Estocafich), un fromager (Vincent Pianina), une fleuriste (Nathalie Lété), un bazar (Delphine Durand), un magasin de sport (Lily Scratchy), un autre de jeux vidéos (Postics), un marchand de jouets (Vincent Mathy), un chausseur (Christian Aubrun), un poissonnier (Espen Friberg), un boulanger (Benjamin Chaud), une vendeuse de vêtements (Florie Saint-Val), une animalerie (Anouk Ricard), un libraire (Charles Dutertre) et un primeur (Chamo). Ça fait du monde j’en conviens ! Et ça donne donc lieu à un festival de couleurs et d’illustrations variées, souvent pleines d’humour. Le texte se résume à ce qu’on peut lire sur les vitrines à droite, et à la page de publicité de chaque magasin qui vante les mérites du commerce. C’est plein de jeux de mots, de produits farfelus, et de détails croustillants. Dans la vitrine de la librairie, qui a l’air d’être indépendante, soit dit en passant…), on retrouve par exemple des livres connus alors que l’animalerie propose des lapins myopes, des araignées funk, ou un caniche du Bengale. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises.
Même si de prime abord, j’ai pu penser que c’était une ode à la surconsommation, je l’ai finalement saisi dans l’autre sens : les illustrateurs, tous membres de l’association Articho qui vise à réunir des artistes d’horizons différents autour de l’image, se moquent finalement de toutes ces réclames, réductions, et stratégies plus farfelues les unes que les autres pour appâter le chaland !

On change de trottoir, pour se rendre Dans ma rue avec Rémi Saillard. Pas de mots, mais la force de l’illustration et de la trouvaille visuelle, et comme d’habitude, j’aime ces originalités. Le seul souci que je rencontre avec ce goût pour les livres un peu particuliers dans leur forme, c’est la difficulté que j’ai à être aussi claire que possible dans mes explications. Je me lance !
Dans ma rue, c’est donc une promenade dans cette allée résidentielle, de bâtiment en bâtiment. On démarre par la façade d’une petite maison à deux étages. On y observe des personnages : une dame qui regarde par la fenêtre, une jeune fille qui lit, un garçon qui s’avance d’un pas décidé vers l’arbre du jardin en tenant un nichoir dans ces bras, un homme marteau à la main et bleu de travail sur le dos… Sur cette page, deux trous.
On tourne la page, et comme par magie, on se retrouve à l’intérieur de la même maison, quelques minutes plus tard : on observe alors l’intérieur des pièces. Le temps a passé, les personnages ont bougé. La dame est affairée à soigner le doigt de l’homme (aïe le marteau), la jeune fille donne à manger au chien, le nichoir est en place et le petit garçon arrivé au grenier. On tourne de nouveau la page, et nous voici cette fois devant la façade de l’immeuble mitoyen. Et ainsi de suite, toujours sur le même principe. Tout au long des pages, on retrouve plusieurs détails : des personnages, mais aussi une cigale qui porte un baluchon, des oiseaux, des animaux…
J’aime beaucoup à la fois les traits et la fraîcheur des illustrations de Rémi Saillard (qui a aussi dessiné pour la presse, et dont j’ai reconnu immédiatement la marque, puisqu’il illustre plusieurs des magazines que je lisais enfant), mais également toute cette richesse visuelle. En écrivant la chronique, j’en découvre encore. Un beau support à la jolie couverture en relief cartonné, pour imaginer, discuter, et s’inventer les histoires de cette rue. Dans ces cas-là, le lecteur est auteur finalement, et j’aime cette idée !

Rue de l’Articho
de Yassine, Arnaud Boutin, Estocafich, Vincent Pianina, Nathalie Lété, Delphine Durand, Lili Scratchy, Postics, Vincent Mathy, Christian Aubrun, Espen Friberg, Benjamin Chaud, Florie Saint-Val, Anouk Ricard, Charles Dutertre, Chamo
Thierry Magnier
18 €
Dans ma rue
de Rémi Saillard
Escabelle
12,90 €

———————————————————————————————————————
A part ça ?

Une courte histoire d’amitié entre une marionnette de bois et un oiseau, c’est lumineux et poétique. Alors pourquoi s’en priver ?

Marianne

 

You Might Also Like

Secured By miniOrange