La mare aux mots
Parcourir le tag

Chômage

Difficile à dire, plus facile à lire

Par 15 octobre 2013 Livres Jeunesse

Parfois, les enfants ressentent des choses sur lesquelles ils ont du mal à mettre des mots… Ces albums proposent de les aider !
Parle-moi PapaUn soir, une petite boule de couleur sombre frappe à la porte. Une petite boule qui appartient à Papa, entrée au moment où il a perdu son travail et qui le rend triste, silencieux, solitaire et soucieux. Il ne parle plus, reste sur sa chaise, dit toujours que tout va bien, sort parfois dans la nuit,… Tout cela est bien inquiétant pour un enfant, à qui on n’explique pas toujours tout. Alors il interroge encore et encore en attendant que le sourire revienne sur le visage de son père qui pourra alors se débarrasser définitivement de la boule noire et reprendre vie.

Parle-moi Papa est un vrai coup de cœur ! La boule noire est en réalité la « boule d’angoisse », expression souvent employée mais pas forcément claire pour les enfants. Avec cet album délicatement illustré par Didier Jean et Zad, Christos aborde des thèmes difficiles et pas toujours simples à appréhender pour les plus jeunes : la perte d’un emploi et ses conséquences sur l’humeur, le moral et la structure familiale. L’enfant ne comprend pas pourquoi son père est si différent et aimerait pouvoir l’aider. Malheureusement, on lui répond toujours que « ça va s’arranger » et il se sent drôlement impuissant, voire coupable de ce mal-être. Tout dire au risque de déstabiliser ? Ne rien dire de peur de mal dire ? Le silence semble pesant, inquiétant et déstabilisant, presque plus que la vérité… Un thème original qui peut concerner de nombreuses familles, traité avec justesse, sensibilité et émotion, mais avec des mots et des situations simples, c’est l’équation parfaite de cet album !

jérémy dessine un monstreAutre sentiment : la solitude. Jérémy n’a aucun ami, et passe ses journées à dessiner dans sa chambre, sans jamais rejoindre les enfants du quartier pour jouer avec eux. Un jour, il dessine un monstre. Un monstre qui prend vie, qui est très exigeant, et qui ne le quitte plus, même la nuit. Alors Jérémy décide d’inviter cette créature à aller voir du pays, et finalement lui aussi finit par mettre le nez dehors !

Deuxième coup de cœur (il y a des jours comme ça) pour cet album pour enfants plein de sensibilité ! Jérémy est un peu enfermé dans sa bulle, dans son monde dessins et de couleurs. Un jour, cette passion devient un peu trop envahissante et le pousse à se tourner vers le monde extérieur. Avec fantaisie (un dessin qui prend vie, ça n’est pas banal) et poésie, Peter McCarty donne corps à une sensation, à un sentiment, pas toujours évident à aborder avec les enfants. Les illustrations sont magnifiques, à la fois simples, claires et tendres. C’est une réussite !
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Didier Jean et Zad : Comme deux confettis, Gaufrette et Nougat jouent au Papa et à la Maman et  Les Artichauts.

Parle-moi Papa
Texte de Christos, illustré par Didier Jean et Zad
2 vives voix dans la collection Bisous de famille
15,50 €, 220 x 320 mm, 40 pages, imprimé en France sur papier issu de forêts durablement gérées, à l’encre végétale, 2013
Jérémy dessine un monstre
de Peter McCarty
Kaléidoscope
12,80 €, 256 x 256 mm, 40 pages, imprimé en Italie, 2013

A part ça ?

Artips propose de vous faire découvrir chaque jour du lundi au jeudi une anecdote sur l’histoire de l’art.

Marianne

 

You Might Also Like

Une petite fille qui aide et une autre qui enquiquine !

Par 22 octobre 2012 Livres Jeunesse

Il y a un an, presque jour pour jour, je chroniquais un livre que j’avais adoré : Léontine, princesse en salopette de Séverine Vidal illustré par Soufie sorti chez Les p’tits bérets. Ce livre et cette chronique ont été importants pour moi. Déjà l’album a été un vrai coup de foudre comme rarement, à tel point que ma chronique avait vraiment été écrite dans la foulée, avec mes tripes, avec ce que j’avais sur le cœur, presque sans réfléchir. Ma compagne (et d’autres) avaient été surpris par la façon dont elle était écrite, c’était plus personnel, je me lâchais un peu plus. A partir de ce jour-là, de ce livre, de cette chronique La mare aux mots a un peu évolué, changé de ton. Cette chronique reste pour moi importante. Et puis ces deux auteurs sont devenues importantes sur ce blog (tous les livres de Séverine Vidal ont été chroniqués ici et je reste très très fan de son travail, Soufie avait signé l’ancienne version des pictos du blog et notre carte de vœux de l’année dernière). C’est pourquoi quand j’ai reçu un livre de Séverine Vidal et un livre de Soufie tout deux sortis chez Les p’tits bérets j’ai trouvé que c’était une belle manière de fêter cet anniversaire !

Depuis que son papa ne va plus au travail, cette petite fille a repéré quelques petits trucs positifs : ne plus manger à la cantine, c’est lui qui raconte l’histoire du soir. Elle a repéré aussi quelques changements négatifs comme les restrictions budgétaires ou la vente d’objets qu’on aimait bien… Et surtout elle voit bien que son papa se sent inutile, qu’il est triste ! Alors c’est décidé, elle va lui faire une liste des métiers qu’il peut faire ! Avec ça c’est sûr, les choses vont changer.

Je le dis souvent mais Séverine Vidal a le don de parler de choses franchement pas drôles avec légèreté et finesse. Ici donc elle évoque le chômage (mais pas seulement le chômage car le père est non seulement sans emploi mais ne sait pas quoi faire de sa vie, chose dont on parle rarement dans les livres pour enfants). C’est souvent une chose que les enfants ne comprennent pas, le chômage des parents, ou en tout cas ils ne voient pas en quoi c’est négatif. Et comme toujours Séverine Vidal nous livre une histoire pas du tout plombante, on va plus sourire que pleurer ! Le personnage de la petite fille est comme souvent dans les albums signés de cette auteur, plein de piquant. Les belles illustrations d’Éléonore Thuillier ajoutent encore de la légèreté et de l’humour à tout ça. Un superbe livre, plein d’humour (et de magie) sur un sujet pas franchement drôle à la base.

Cette petite fille elle enquiquine tout le monde, une vraie petite peste ! Elle aime ça asticoter les gens, tourmenter les animaux, poser des tas de questions,… sauf que forcément les gens en ont un peu ras la casquette de subir tout ça et elle se retrouve bientôt avec personne à enquiquiner ! Jusqu’à ce qu’elle rencontre un vieux géant qui s’ennuie… Elle a à nouveau quelqu’un à enquiquiner ! Et si c’était l’inverse ?

Décidément j’aime la plume d’Anne Loyer, que ce soit dans les romans (dont le superbe Candy récemment) ou dans les albums, elle sait manier les mots, donner du rythme à l’histoire. Ils sont rares finalement les auteurs qui sont aussi bons dans les deux exercices… Il y a Séverine Vidal, Anne-Gaëlle Balpe et finalement peu d’autres (je parle à ma connaissance évidemment !). Ici donc une jolie histoire de petite fille qui aime agacer son monde et qui découvrira la fameuse expression de l’arroseur arrosé ! Les illustrations de Soufie sont plus belles que jamais. Plus elle avance, Soufie, et plus son travail est recherché, peaufiné (j’avoue que je suis plus fan d’un album comme celui-ci que des albums très épurés qu’elle a signé récemment). Soufie est une artiste que je suis de près depuis le premier album et j’ai eu peur un moment qu’elle tourne en rond, avec cet album elle prouve que non et ça fait du bien. Un album drôle, plein de poésie et très beau.

Quelques pas de plus…
Retrouvez Séverine Vidal en interview sur le blog et nos chroniques de ses autres livres : Clovis & le pain d’épices, Rien qu’une fois, Philo mène la danse, Plus jamais petite, Comment j’ai connu papa, Arsène veut grandir, Lâcher sa main, Rouge Bitume, Comme une plume, J’attends Mamy, Roulette Russe tome 1 Noël en juillet, Je n’irai pas, Léontine, princesse en salopette, Mamythologie, On n’a rien vu venir, Du fil à retordre, Prune, tome 1 : La grosse rumeurPrune, tome 2 : Le fils de la nouvelle fiancée de papa, Prune, tome 3 : Prune et la colo d’enfer, 5h22, Les petites marées et La meilleure nuit de tous les temps. Retrouvez aussi ses réponses à Dis, c’est quoi ton métier…
Retrouvez notre interview d’Anne Loyer et ses autres livres que nous avons chroniqués : Candy, Sur les quais, Ma grande sœur et Moi Einstein gardien de maizoo.
Retrouvez notre interview de Soufie et ses autres livres que nous avons chroniqués : La mémoire aux oiseaux, Mon papa est comme ci, Ma maman est comme ça, Ma grande sœur et Léontine, princesse en salopette.

Mon papa est zarzouilleur
de Séverine Vidal, illustré par Eléonore Thuillier
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90€, 212×206 mm, 26 pages, imprimé en Italie
La petite enquiquineuse et le vieux géant
d’Anne Loyer, illustré par Soufie
Les p’tits bérets dans la collection La tête sur l’oreiller
12,90€, 212×206 mm, 28 pages, imprimé en Italie

A part ça ?

Vous aimez l’art urbain ?

Gabriel

You Might Also Like

Au pays de l’absurde

Par 26 février 2012 Livres Jeunesse

Aujourd’hui je voulais vous parler de trois livres que je qualifierais de loufoques.

Alors qu’ils étaient déjà très vieux, un homme et une femme se rendirent compte qu’ils voulaient un enfant. Mais comment faire… Après avoir tenté la petite fille de bois (trop dure), le petit garçon de chiffon (trop mou), celui en farine (dévoré par les souris), écrit au roi et aux cigognes, jeté des pièces dans une fontaine, essayé d’enfanter… ils réussirent enfin à avoir un bébé… à moustache !

J’ai beaucoup aimé cette histoire, elle est très drôle. Les illustrations d’Alessandra Cimatoribus ajoutent encore plus d’humour à ce texte qui n’en manque pas. Au delà de l’humour, cette histoire tirée d’un conte mongol parle de la vieillesse et de l’amour. C’est tout à fait le genre d’album qui éclate les enfants et que les parents, qui le lisent avec un autre niveau de lecture, adorent. C’est sorti chez OQO, maison d’édition que j’ai découvert il y a peu, et dont je vous avais parlé il y a peu de temps qui fait, décidément, de bien beaux albums.

C’est l’histoire d’un roi et d’une reine sans cœur qui arrosaient leurs jardins avec les larmes des pauvres. Un jour La Misère s’invita au château pour leur faire une farce, une farce qui leur pourrit tellement la vie que leur médecin leur conseilla de mourir, c’était la seule solution ! Mais on ne peut pas mourir sans avoir fait d’enfant ils devaient donc en faire un… Ils en firent un tout moche !

L’histoire de ce petit roman est impossible à raconter, c’est du grand n’importe quoi, mais du grand n’importe quoi génial ! J’ai beaucoup ri en le lisant, les situations sont complètement farfelues, le texte fourmille de petites blagues du genre Et l’hiver est passé et le printemps est passé et l’été est passé et l’automne et les 4 saisons sont passées et Vivaldi avec ou un loup qui voit mal à qui on conseille d’aller chez Ahfleloup. Ça m’a rappelé un film qui me faisait mourir de rire quand j’étais pré-ado Elle voit des nains partout ou un peu l’humour des Robins des bois. Ça part dans tous les sens, c’est réjouissant, bienvenu au pays où on mange les enfants pour s’en débarrasser, où les fées ont l’accent pied-noir et où les princesses ressemblent à des Picasso. L’auteur, Moussa Lebkiri est conteur et humoriste et ce texte est d’ailleurs tiré d’un de ses spectacle. J’espère le voir sur scène depuis que j’ai lu cette histoire.

Mireille a un papa qui est un papa-maman (il est tout à fait comme un papa (avec de la barbe, un zizi et tout) mais il sert aussi de maman). Il fait tout comme une maman et tout comme un papa du coup il n’a jamais de temps. Un jour il rencontre une dame appelée Beautiful, elle va devenir la belle-mère de Mireille et avec elle son père va lui faire un demi-enfant Anne-Fr (qui n’a qu’un bras, une jambe, un œil, une oreille… logique pour une demi-sœur). Tout se passe bien jusqu’au jour où le père de Mireille trouve du travail à Paris chez le Maître-des-sous, ça va être le début d’un tas d’aventures où on rencontrera un ogre, une sorcière, un marchand de temps et d’autres personnages étranges et hauts en couleur dans un Paris fantasmagorique.

Par le biais d’un conte moderne, on parle des papas solo, du remariage, des demi-frères et demi-sœurs, du chômage et du fait de devoir partir pour le travail, du manque de temps des parents… et de tellement d’autres choses ! L’histoire est riche en thèmes, souvent traités de façon métaphoriques. Graphiquement le livre est très beau, j’aime beaucoup les illustrations de Zeina Abirached. Le CD est un délice à écouter, non seulement Angelina Galvani passionne par sa façon de raconter mais l’habillage musical est vivant, dynamique. C’est drôle et très original. Marianne vous a déjà parlé du travail des éditions Benjamins Média et de leurs livres CD. Ici aussi le livre existe en braille et en gros caractères.
Extrait sonore.

Bébé Moustaches
de Patacrúa, illustré par Alessandra Cimatoribus
OQO
12€
La belle histoire du beau Prince tout Moche
de Moussa Lebkiri, illustré par Sess
Jeunesse L’harmattan
10€
Le papa-maman
d’Angelina Galvani, illustré par Zeina Abirached
Benjamins Média
22€

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

Sandrine Beau, qu’on aime beaucoup sur La mare aux mots, était sur Besançon TV mercredi dernier. Pour revoir l’émission c’est ici : http://www.besancon.tv/video.php?id_prod=939.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange