La mare aux mots
Parcourir le tag

Christine Davenier

Un voyage en bus et trois arbres

Par 26 avril 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre deux personnages touchants et un peu hors du commun. On monte dans L’Autobus avec Clara, puis on rencontre Le Troisième Fils de Monsieur John.

L’Autobus
de Marianne Dubuc
De la Martinière Jeunesse
13,50 €, 279 x 171 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2018.
Le Troisième Fils de Monsieur John
Texte de Nadine Brun-Cosme, illustré par Christine Davenier
Sarbacane
15,50 €, 235 x 315 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2018.

You Might Also Like

Les invité·e·s du mercredi : Christine Davenier et Ole Könnecke

Par 14 février 2018 Les invités du mercredi

Aujourd’hui, c’est à Christine Davenier que j’ai souhaité poser quelques questions, elle a gentillement accepté de me répondre. Puis, notre rubrique « En vacances avec » s’est aujourd’hui ouverte à l’internationale car c’est avec Ole Könnecke que je pars. Bon mercredi à vous.


L’interview du mercredi : Christine Davenier

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
Après une enfance en Touraine, je suis venue à Paris pour faire l’école des arts appliqués Olivier de Serres. J’ai passé ensuite deux ans aux États-Unis, pour suivre des cours d’illustration à la Rhode Island School of Design de Providence, où j’ai rencontré mon agent américain actuel.
À mon retour en France, j’ai commencé à travailler avec différents éditeurs américains tout en développant mon activité d’illustratrice pour divers clients français.
En France, je dessine pour les célèbres maisons Hermès et Puyforcat, pour la presse avec Famille Magazine, Bayard, et pour les albums jeunesse, en tant qu’auteur-illustratrice ou illustratrice, avec des éditeurs comme Kaléidoscope, Casterman, Hachette, Seuil Jeunesse.
Aux États-Unis, je collabore notamment avec Farrar Strauss and Giroux, Candlewick, Little Brown, Harper and Colins, Fiewel and Friends.
Je vis aujourd’hui à Paris où je continue à travailler pour la France et les États-Unis.

Je trouve votre travail d’illustration sur Minusculette, la série écrite par Kimiko, absolument magnifique, pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette série et sur la façon dont vous avez travaillé dessus ?
J’ai rencontré Kimiko il y a près de 15 ans lorsque nos filles faisaient de la danse africaine dans le même cours.
Kimiko m’a, depuis longtemps, évoqué l’envie de collaborer sur un projet… À la suite d’une exposition de dessins que j’ai faite, Kimiko m’a proposé de passer chez moi et d’ouvrir mes carnets de croquis. Elle y a repéré des personnages qu’elle aimait et en a fait des photos. Quelque temps après elle m’a proposé le personnage de Minusculette ainsi que l’idée de la série.
Depuis c’est avec grand plaisir, enthousiasme et gourmandise que je découvre ses histoires.
Des images s’imposent naturellement sur ses mots.
Alors je crayonne et après s’en suit un va-et-vient pour les corrections qui doivent être finalement validées par Grégoire Solotareff.
Il en est de même pour les couleurs !
Je leur fais à tous les deux une grande confiance et j’aime cette liberté dans le trait et dans la couleur qu’ils me donnent l’occasion de pratiquer.
Le conseil que Grégoire et Kimiko m’ont donné dès le début c’est de « dessiner à ma main »… C’est à dire dans le format où ma main reste la plus spontanée et libre !

Vous utilisez des techniques d’illustrations diverses, pouvez-vous nous dire lesquelles et comment vous choisissez celle que vous allez utiliser pour un projet ?
J’utilise toujours de l’encre.
Ce qui change c’est le trait qui est parfois au crayon et parfois à la plume ainsi que le support.
Et parfois je retravaille un peu au crayon de couleur sur mes encres.
Cela donne un rendu différent, mais la technique reste la même.
L’étape que je préfère restant celle des crayonnés !
Ce qui change également c’est le décor plus ou moins présent.
Le choix peut venir de la demande de l’éditeur ou bien de mon humeur ou encore du sujet traité dans l’histoire.

On remarque une certaine fidélité à des autrices, est-ce ce qui vous fait dire « oui » à un projet ou y a-t-il d’autres critères ?
J’ai la chance de connaître des auteures (et oui ce sont souvent des femmes) dont j’aime l’écriture ; qui sont devenues des amies et avec lesquelles nous initions ensemble des projets. C’est le cas avec Nadine Brun Cosme, Magdalena, Maureen Dor, Fanny Joly, Kimiko et récemment Fani Marceau.
Mais je peux aussi accepter des projets avec des auteurs que je ne connais pas.
C’est le cas aux États-Unis où j’illustre de nombreux auteurs que je n’ai jamais rencontrés.
Ce qui me fait accepter les projets c’est bien évidemment l’histoire, le propos et parfois aussi le challenge d’explorer de nouveaux univers !

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Mes lectures d’enfant c’était les histoires du père castor et les contes de Perrault, Andersen… que ma grande sœur nous lisait.

Que lisez-vous en ce moment ?
En ce moment j’essaie de lire le Prix Goncourt qu’une amie m’a offert, mais je dois vous avouer que je ne suis pas une grande lectrice.
Je note les titres dès que quelqu’un me conseille un livre. Après les livres peuvent s’accumuler sur ma table de nuit et il m’arrive de ne jamais les ouvrir.
J’ai assez de mal à ne pas m’échapper de mes lectures et suis plus friande d’images… je regarde énormément de films.

Quelques mots sur vos prochains ouvrages ?
Cette année va sortir chez sarbacane un album dont je suis très fière : Babam écrit par Fani Marceau.
Il s’adresse aux touts petits. C’est un très grand format et l’ensemble me paraît très différent de tout ce qui existe aujourd’hui pour cette tranche d’âge.
Un autre projet qui me tient beaucoup à cœur c’est « MINA » une série pour petits, tout au crayon de couleur, chez Casterman avec Fanny Joly.
Je suis également en train de faire des essais pour un roman graphique pour adultes… ce serait une nouvelle aventure !!!
C’est difficile pour moi de faire des choix dans les albums que j’ai terminés et qui vont sortir et ceux qui sont en cours de réalisation, car tous les projets sur lesquels je travaille aujourd’hui me plaisent énormément !!!!

Bibliographie sélective (francophone) :

  • Le troisième fils de Monsieur John, illustration d’un texte de Nadine Brun-Cosme, Sarbacane (2018).
  • Louna et la petite Tahitienne, illustration d’un texte de Magdalena, Kaléidoscope (2018).
  • Bébé Boule et Bébé Brioche, illustration de textes de Magdalena, Kaléidoscope (2017).
  • Série Minusculette, illustration de textes de Kimiko, l’école des loisirs (2017).
  • Vingt cœurs, illustration d’un texte de Fanny Joly, Les éditions Clochette (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Les monstres, illustration d’un texte de Magdalena, Père Castor-Flammarion (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Léontine, texte et illustrations, Kaléidoscope (2016), que nous avons chroniqué ici.
  • Dans le noir de la nuit, illustration d’un texte de Magdalena, Père Castor (2015), que nous avons chroniqué ici.
  • Ça roule pour Clara, illustration d’un texte de Linda Ashman, Circonflexe (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • Oh, Pétard !, illustration d’un texte de Christine Naumann-Villemin, Kaléidoscope (2011), que nous avons chroniqué ici.

Retrouvez Christine Davenier sur : https://www.christinedavenier.com/blog.


En vacances avec… Ole Könnecke

Régulièrement, nous partons en vacances avec un·e artiste. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à la·le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet·te artiste va donc profiter de ce voyage pour nous faire découvrir des choses. On emporte ce qu’elle·il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… Des livres, de la musique, des films… sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il·elle veut me présenter et c’est elle·lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est avec Ole Könnecke que nous partons (cette interview a été réalisée en anglais, nous avons choisi de ne pas traduire les réponses) ! Allez, en route !

5 albums jeunesse :

  • Jean de Brunhoff – Babar
  • Crockett Johnson – Harold and the purple crayon
  • Shel Silverstein – Lafcadio
  • Tomi Ungerer – La grosse bête de monsieur Racine
  • Mo Willems – We are in a book

5 roman :

  • Dumas – Le comte de Monte Cristo
  • J.J. Voskuil – Das Büro
  • Wodehouse – The code of the Woosters
  • Simenon – Any Maigret I can get my hands on
  • Sempé – Raoul Taburin

5 DVD :

  • Buster Keaton – Steamboat Bill, jr.
  • Laurel & Hardy – Fra Diavolo
  • Hitchcock – North by northwest
  • Kaurismäki – I hired a contract killer
  • The Dick van Dyke Show

5 CD :

  • From Elvis in Memphis
  • Jerry Lee Lewis live at the Star-Club, Hamburg
  • Cornelis Vreeswijk – Tio vackra visor och Personliga Persson
  • Duke Ellington – The pianist
  • Mofro – Lochloosa

5 artistes (+2) :

  • Sempé
  • Tomi Ungerer
  • William Steig
  • Stuart Davis
  • Karin Mamma Andersson
  • Saul Steinberg
  • Ulf Lundkvist

5 BD :

  • Ulf Lundkvist – Assar
  • Hergé – Le sceptre d’Ottokar
  • Carl Barks – Donald Duck
  • Jim Woodring – Frank
  • Hal Foster – Prince Valiant

5 lieux :

  • The sunny coast of Bohuslän
  • The deep woods north of Uddevalla
  • The ferry on the river Elbe in Hamburg
  • The friendly Town of Göteborg
  • The beautiful Town of Paris

Ole Könnecke est auteur et illustrateur.

Bibliographie sélective (francophone) :

  • Série Lester et Bob, textes et illustrations (traduits par Svea Winkler-Irigoin), l’école des loisirs (2016-2017).
  • Elvis et l’homme au manteau rouge, texte et illustrations (traduit par Bernard Friot), De la Martinière Jeunesse (2017), que nous avons chroniqué ici.
  • Série Anton, textes et illustrations, l’école des loisirs et De la Martinière Jeunesse (2005-2015) que nous avons chroniqué ici et .
  • Le grand imagier des animaux du monde, texte et illustrations, l’école des loisirs (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Bravo, texte et illustrations (traduit par Florence Seyvos), l’école des loisirs (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Le grand imagier des petits, texte et illustrations, l’école des loisirs (2010).
  • Il l’a fait !, texte et illustrations, l’école des loisirs (2010), que nous avons chroniqué ici.
  • Bonne chance, texte et illustrations (traduit par Florence Seyvos), l’école des loisirs (2010).
  • Le grand méchant Bill, texte et illustrations, l’école des loisirs (2003).
  • Lola et les pirates, texte et illustrations (traduit par Dominique Kugler), l’école des loisirs (2003).

You Might Also Like

Des contes

Par 2 juin 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des contes. On va croiser des personnages que l’on connait déjà, des contes du monde et des histoires inédites !

Vingt cœurs
Texte de Fanny Joly, illustré par Christine Davenier
Les éditions Clochette dans la collection Le LivreAmi
13 €, 280×210 mm, 24 pages, imprimé en Union Européenne, 2017.
La peinture d’Uchiki
Texte d’Isabelle Wlodarczyk, illustré par Xavière Broncard
À pas de loups
16 €, 240×340 mm, 36 pages, imprimé en Belgique, 2017.
Tarara des kiribati
Texte de Jean-Marie Hosatte, illustré par Helder Da Silva
Glénat Jeunesse dans la collection Ethno-contes
14,99 €, 240×320 mm, 48 pages, imprimé en Italie, 2017.
La fille du marchand de figues de Barbarie
Texte de Muriel Bloch, illustré par Sarah Loulendo
Magnard Jeunesse dans la collection Contes & classiques du Monde
16,90 €, 326×286 mm, 34 pages, imprimé en Union Européenne, 2017.
La Belle et la Bête
Texte de Carole Martinez, illustré par Violaine Leroy
Gallimard Jeunesse
14 €, 250×308 mm, 32 pages, imprimé en Espagne chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
La Belle et la Bête
Texte de Madame Leprince de Beaumont, illustré par Annette Marnat
Père Castor
14 €, 240×300 mm, 32 pages, imprimé au Portugal, 2017.

You Might Also Like

Des loups, des monstres et des éclats de rire !

Par 14 juillet 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre deux très bons albums qui mettent en scène des méchants un peu désœuvrés face à des victimes pas bien effrayées !

Les monstres
Texte de Magdalena, illustré par Christine Davenier
Père Castor-Flammarion
13,50 €, 248×308 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2016.
Purée de cochons
Texte de Stéphane Servant, illustré par Lætitia Le Saux
Didier Jeunesse
12,50 €, 240×260 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2016.

You Might Also Like

Un peu différents…

Par 26 février 2016 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on rencontre des animaux pas tout à fait comme les autres…

You Might Also Like

Secured By miniOrange