La mare aux mots
Parcourir le tag

Colas Gutman

Pop-up !

Par 4 décembre 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on découvre quatre pop-up ! On commence avec la pluie chez les fourmis, puis avec la déclaration des droits de l’Homme, on retrouve ensuite Chien Pourri pour des aventures parisiennes en volume et on finit avec Ernest et Célestine.

Déluge chez les fourmis
d’Elmodie
De la Martinière Jeunesse
19,90 €, 195 x 235 mm, 5 doubles pages, imprimé en Chine, 2017.
Chien pourri à Paris ! Pop-up
Texte de Colas Gutman, illustré par Marc Boutavant
L’école des loisirs
24,90 €, 208 x 164 mm, 50 pages, imprimé en Chine, 2017.
La Déclaration Universelle des droits de l’Homme
Collectif
Albin Michel Jeunesse dans la collection Trapèze
15 €, 120 x 160 mm, 7 doubles pages, imprimé en Chine, 2017.
Le Grand Livre pop-up Ernest et Célestine
de Gabrielle Vincent
Les Albums Casterman
18,90 €, 260 x 300 mm, 7 doubles pages, imprimé en Malaisie, 2017.

You Might Also Like

Les invité-e-s du mercredi : Bertrand Santini et Colas Gutman (+ concours)

Par 19 novembre 2014 Les invités du mercredi

C’est un mercredi piquant que je vous propose aujourd’hui. Deux invités qui n’écrivent pas des histoires mièvres ! Mon premier invité aime les réveillons avec les morts, les monstres qui mangent des enfants et les requins qui terrifient les populations : Bertrand Santini ! Le second aime les chiens pourris, les petites filles qui parlent comme des nouilles et les histoires pour endormir les parents : Colas Gutman. Le premier a accepté de répondre à mes questions, le second m’a accompagné en vacances et entre les deux il y a un concours… Bon mercredi !


L’interview du mercredi : Bertrand Santini

Bertrand SantiniNoël avec des revenants, monstre mangeur d’enfants, requin bon pour la casse… d’où viennent vos histoires ?
Je me rends compte que je raconte un peu toujours la même histoire. Je ne sais pas si c’est bon signe. Si, en fait, je crois que c’est bon signe. Toujours la même histoire, mais avec des ressorts différents. Et dans des genres différents. Avec Le Yark, j’ai joué avec le genre du conte. Avec des rimes et tout le tralala. Avec Jonas, j’ai voulu faire un texte formellement opposé, sans effet de style et concentré sur l’histoire et les péripéties. Mais dans presque tous les cas, mon personnage principal a un problème avec la réalité. Il convoque l’imaginaire pour s’en sortir. Ou pour se consoler, enfin bref, pour aller mieux. Sauf, qu’à un certain moment, cet imaginaire l’isole. Jusqu’à quel point l’imaginaire aide et renforce et à partir de quel moment il isole ou détruit ? Puisque ce thème revient sans cesse, je suppose qu’il me concerne. Et puis j’interroge aussi la question de l’imaginaire. La nature d’un rêve, d’un fantasme. Est-ce que ce n’est qu’une pure Le Yarkproduction du cerveau ou bien est-ce un lien que l’on noue avec des dimensions extérieures à notre monde ?

Ce sont ce genre de livres qui ont marqué votre enfance ?
Le genre d’univers, plutôt parce que j’étais plus cinéphile que lecteur. Mais ce qui est certain c’est que je choisis des histoires et des univers qui me fascinaient enfant. Le fantasme d’un auteur jeunesse — je crois — est d’imaginer comment l’enfant qu’on a été aurait réagi s’il avait découvert les livres qu’on a écrits. Quand je me dis que j’aurais VRAIMENT aimé lire cette histoire quand j’avais dix ans, alors je me dis que ça vaut le coup de l’écrire.

Justement, en parlant de cinéma, dans Jonas, votre dernier roman, le cinéma est très présent
Il y a bien sûr un clin d’œil aux Dents de la mer qui est un film qui me fascine encore, même à la cinquantième vision. Mais l’univers du cinéma n’est que le point de départ de cette histoire. Et le thème du livre n’a rien de commun avec le film. Ce qui m’intéressait dans cette histoire c’était d’évoquer le dilemme d’un Jonas le requin mécaniquepersonnage imaginaire. Nous, nous rêvons de nous transcender, de nous échapper du réel. Mais j’imagine que les personnages imaginaires, eux, rêvent de réalité. Cette réalité qui nous accable semble certainement magique pour ceux qui n’y ont pas accès. Ou pour ceux qui l’ont perdu. Un mort donnerait sans doute une fortune pour revivre la journée la plus ennuyeuse de sa vie, non ? C’est ça l’idée du livre, qui est résumée dans la dernière phrase du livre.

Quand on lit le Yark et Jonas (voire même L’étrange réveillon), on se dit que les humains n’ont pas le beau rôle, ou en tout cas ce n’est pas eux qui s’en sortent le mieux…
Les humains adorent se décrire comme des gens formidables. Moi, je trouve qu’on est des têtes à claques. L’espèce la plus nocive et inadaptée à des milliards d’années-lumière à la ronde. Individuellement, tout le monde est touchant. Mais vu d’en haut, vu comme une seule et même entité, l’humanité c’est un satané crabe ! Oui, on sait faire des pyramides et de beaux opéras, mais dans l’équilibre ça pèse pas lourd. Nous décrire de façon grotesque, ce n’est pas fait pour céder au cynisme ambiant, aussi nocif que des récits où l’homme est héroïque et l’enfant angélique. C’est l’esprit critique qui me paraît la chose la plus importante à transmettre. Pas le dégoût de soi ni le cynisme. L’humour et l’esprit critique.

Parlez-moi du processus L'étrange Réveillond’écriture.
Chacun a sa technique j’imagine. Et chacun construit sa propre méthode au fil de son expérience. La mienne est influencée par l’écriture du scénario, mon premier métier. Quand j’ai suffisamment d’éléments pour une histoire, un personnage, un problème, un ressort, un décor, j’établis un plan, je découpe en actes et en séquences. Je ne me fais pas assez confiance pour écrire sans connaître la fin. Comment écrire sans connaître la fin ? Pour moi, mystère ! Car je crois que dans une bonne histoire, la fin doit apparaître en filigrane dès le début de l’histoire, dans l’incipit même. Donc, la recherche du plan, du séquencier de l’histoire. Là, c’est vraiment la recherche des idées. Pour moi cette étape, c’est la nuit. Ça vient de l’hémisphère droit ces idées. Et l’hémisphère droit, pour moi, c’est la nuit qu’il fonctionne. Et quand je bloque, j’écoute de la musique ou je prends des douches. Et quand j’ai un super blocage, je prends une douche avec de la musique. Et à un moment, l’idée qui manque apparaît. Si elle n’apparaît pas au bout de plusieurs douches c’est que l’histoire n’est pas bonne, qu’elle était viciée et mieux vaut arrêter les frais. Et les douches. Quand soudain, il se passa quelque chose de plus terrible encoreDonc, quand on a son plan nickel, je dirai que le plus gros du travail est fait. Ensuite, c’est la rédaction. Ça c’est pour moi l’étape la plus pénible. Là, c’est un autre régime, une autre ambiance. C’est la partie gauche du cerveau qui travaille. La rédaction, c’est un travail du petit matin, à l’aurore, de 6 heures à 10 heures.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos projets ?
J’ai trois livres qui vont sortir l’année prochaine. Ce sont trois projets sur lesquels je travaille depuis longtemps et qui, un peu par hasard, vont sortir de façon rapprochée. En mai, j’entame une collaboration avec Tibo Bérard et Pépix avec un livre 100 % joyeux que j’illustre moi-même et garanti sans mort, ni monstre. À l’automne, je retrouverai ma chère et fidèle Valeria Vanguelov et Grasset-Jeunesse avec un roman fantastique qui se passe dans un cimetière. 100 % garanti avec des morts et des monstres. Et puis une bande dessinée avec une histoire déclinée en deux tomes chez Delcourt, dans la magnifique collection de Barbara Canepa et Clotilde Vu, Métamorphose. Une histoire d’amour entre un jeune homme et le fantôme d’une femme qui pourrait être sa mère. Et garanti cette fois avec de la joie, des morts et des monstres. L’action se passe à Londres en 1899 et c’est Lionel Richerand qui est au dessin. Ses premières planches promettent un résultat tonitruant de beauté.

Bibliographie :

  • Jonas, le requin mécanique, roman illustré par Paul Mager, Grasset (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • L’étrange réveillon, album illustré par Lionel RicherandGrasset (2012), que nous avons chroniqué ici.
  • Quand soudain il se passa quelque chose de plus Magique encore, texte et illustration, Les éditions de la balle (2012).
  • Le yark, album illustré par Laurent Gapaillard, Grasset (2011), que nous avons chroniqué ici.
  • Une farce de la nature, texte et illustration, Les éditions de la balle (2011).
  • Quand soudain, il se passa quelque chose de plus terrible encore, texte et illustration, Les éditions de la balle (2011).
  • Moumoute n’est pas une fille !, album illustré par Lili ScratchyLes éditions de la balle (2010).
  • Chatofou, Tome 3 : Incognito a peur du noir !, album illustré par Lili ScratchyLes éditions de la balle (2010).
  • Pivoine ne sait pas dire non !, album illustré par Lili ScratchyLes éditions de la balle (2010).
  • Comment j’ai raté ma vie, album illustré par Bertrand Gatignol, Autrement (2009).

Concours :
Comme je vous le disais avant cette interview, grâce à Grasset je vais pouvoir offrir à l’un de vous le très bon roman Jonas, le requin mécanique de Bertrand Santini (que nous avons chroniqué ici). Pour participer, parlez-moi, en commentaire, d’un film qui vous a terrifié quand vous étiez enfants (ou qui a terrifié vos enfants). Je tirerai au sort parmi vos réponses. Vous avez jusqu’à mardi 20 h, bonne chance à tous !


En vacances avec… Colas Gutman

Régulièrement, je pars en vacances avec un artiste (je sais vous m’enviez). Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi j’adore partir comme ça avec quelqu’un, on apprend à le connaître notamment par rapport à ses goûts… cet artiste va donc profiter de ce voyage pour me faire découvrir des choses. On emporte ce qu’il veut me faire découvrir. On ne se charge pas trop… 5 de chaque ! 5 albums jeunesse, 5 romans, 5 DVD, 5 CD, sur la route on parlera aussi de 5 artistes qu’il veut me présenter et c’est lui qui choisit où l’on va… 5 destinations de son choix. Cette fois-ci, c’est Colas Gutman qui s’y colle, merci à lui !
Allez en route !

5 albums jeunessemarcellin caillou

  • Marcellin caillou, Sempé
  • Joachim a des ennuis, Goscinny/Sempé
  • La petite bibliothèque, Maurice Sendak
  • Tous les Ariol, Boutavant/Guibert
  • Astérix/le tour de Gaule, Goscinny/Uderzo

5 romans

  • La cloche de détresse, Sylvia PlathLes choses, Perec
  • Pastorale américaine, Philip Roth
  • Les grandes espérances, Dickens
  • Les choses, Perec
  • Zazie dans le métro, Queneau.
  • Madame Bovary, Flaubert

5 DVD

  • Le ciel peut attendre/E.LubitschBaisers volés
  • La mort aux trousses/A. Hitchcock
  • Le messager/Losey
  • Les Marx brothers (pour l’ensemble de leur œuvre)
  • Les contrebandiers de Moonfleet /F.Lang
  • Baisers volés/F.Truffaut
  • Fanny et Alexandre/Bergman

5 CD

  • La Flûte enchantée, Mozart (Solti)La Flûte enchantée, Mozart (Solti)
  • Les noces de figaro (Solti)
  • Stevie Wonder, The definitive collection
  • Gregory Isaac, house of the rising sun

En fait, j’écoute peu de musique et je n’y connais rien.

5 artistes

Les peintres du Musée du Louvre (il y en a beaucoup plus que cinq et je m’y promène de temps en temps, le matin)

5 destinations

  • Les trottoirs du 20 ème arrondissement de Paris, entre Pelleport et la porte de Bagnolet (ils ont des petites lignes sur le bitume que les autres n’ont pas)
  • Le kiosko enselmo à Formentera (il n’existe plus)
  • La taverne aux brochettes de poulet sur l’île de Sifnos dans les Cyclades
  • Le port de Procida en face à Naples.
  • L’Ardèche du sud

Gutman colas © photo personnelleColas Gutman est auteur.

Bibliographie sélective :

  • Histoires pour endormir ses parents, roman dans la collection Mouche illustré par Delphine Perret, l’école des loisirs (2014).
  • Chien pourri à l’école, roman dans la collection Mouche illustré par Marc Boutavant, l’école des loisirs (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Chien pourri à la plage, roman dans la collection Mouche illustré par Marc Boutavant, l’école des loisirs (2014), que nous avons chroniqué ici.
  • Joyeux Noël Chien Pourri !, roman dans la collection Mouche illustré par Marc Boutavant, l’école des loisirs (2013).
  • Chien pourri, roman dans la collection Mouche illustré par Marc Boutavant, l’école des loisirs (2013), que nous avons chroniqué ici.
  • La princesse aux petits doigts, roman dans la collection Mouche illustré par Marc Boutavant, l’école des loisirs (2012).
  • Les Vingt-cinq vies de Sandra Bullot, roman dans la collection Médiuml’école des loisirs (2012).
  • L’enfant, roman dans la collection Mouchel’école des loisirs (2011).
  • Les Super-héros n’ont pas le vertige, roman dans la collection Neufl’école des loisirs (2010).
  • La vie avant moi, roman dans la collection Mouche illustré par Delphine Perret, l’école des loisirs (2010).
  • Je ne sais pas dessiner, roman dans la collection Mouche, l’école des loisirs (2009).
  • Rose, roman dans la collection Neufl’école des loisirs (2009), que nous avons chroniqué ici.
  • Les aventures de Pinpin l’extraterrestre, roman dans la collection Mouche illustré par Véronique Deissl’école des loisirs (2008).
  • Les inséparables, roman dans la collection Neuf l’école des loisirs (2007), que nous avons chroniqué ici.
  • Rex, ma tortue, roman dans la collection Mouche illustré par Véronique Deiss, l’école des loisirs (2006).

You Might Also Like

Chien à l’école et chat en vacances !

Par 6 septembre 2014 Livres Jeunesse

La rentrée scolaire a eu lieu cette semaine (j’espère que tout s’est bien passé), et les vacances d’été ne sont pas bien loin dans les esprits ! Voici deux romans qui tombent à pic pour cette période !

couvmouchegabaritChien Pourri entre à l’école ! En effet, il ne sait pas lire, et c’est bien embêtant ! Il prend chaque jour des risques inconsidérés en fouillant la poubelle, risquant de s’empoisonner à chaque instant puisqu’il ne peut pas déchiffrer les étiquettes des ordures ! Avec un sac poubelle en guise de cartable, il entre à l’école Royal Clebs ! Calcul, lecture, récré, cantine, le programme est chargé et animé ! Il fait également la connaissance de ses camarades, qui ne le respectent guère, à l’exception, évidemment, du Labrador…. Et puis il y a Chaplapla, qui n’est jamais bien loin, heureusement !
Avec un trait d’humour dans chaque phrase ou presque Colas Gutman continue de faire rire et sourire avec Chien Pourri à l’école, quatrième titre de la collection consacrée à ce si sale, mais si attachant chien errant ! Tout est bien trouvé, bien pensé, et bien tourné ! Les illustrations de Marc Boutavant sont tout aussi drôles, et complètent très bien ce court roman endiablé, qui peut tout à fait être lu aux plus jeunes !
Un coup de cœur ! Vivement une autre aventure !

Chat va faire malPitre ne partira pas en vacances. Sa famille aimerait le confier à la voisine, la méchante Mme Piolet, qui a elle-même un chat, Malo (déjà, tous ces jeux de mots avec Chat, ça me plaît !). L’animal n’est guère enchanté à cette idée ! Et il n’a pas tort de se méfier : ça va faire mal ! Ou plutôt Chat va faire mal !
Avec ce roman décapant, Florence Hinckel nous plonge dans les pensées d’un chat, et ce n’est pas de tout repos ! Il y a de l’action, du suspense, des rebondissements, et toujours de l’humour ! Joëlle Passeron dissémine ces illustrations gaies et expressives  tout au long de l’histoire pour apporter encore un peu plus de vie à l’ensemble et permettre au jeune lecteur de faire une petite pause !
Voici une histoire pour replonger un temps dans les vacances d’été, qui comptent également pour les animaux de compagnie !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres Colas Gutman (Chien Pourri à la plage, Chien Pourri,Rose et Les inséparables), Marc Boutavant (Chien Pourri à la plage, Chien Pourri, Mon copain Bogueugueu, Bogueugueu est amoureux et Edmond la fête sous la lune), Florence Hinckel (Vanilles et Chocolats et Chat Beauté) et Joëlle Passeron (Le cheval de Noël et Un perroquet nommé Rocco). Retrouvez également notre interview de Colas Gutman.

Chien Pourri à l’école
Texte de Colas Gutman, illustré par Marc Boutavant
L’école des loisirs
8 €, 125 x 190 mm, 69 pages, imprimé en France, 2014
Chat va faire mal !
Texte de Florence Hinckel, illustré par Joëlle Passeron
Nathan
5,20 €, 120 x 180 mm, 87 pages, imprimé en France, 2014

À part ça ?

Découvrez le travail d’Elsa Mora, qui découpe et met en scène le papier !

Marianne

You Might Also Like

Romans de vacances

Par 8 juillet 2014 Livres Jeunesse

Deux courts romans pour les vacances !

couvmouchegabaritAhhhh Chien Pourri ! Gabriel nous en avait déjà parlé, j’en avais l’eau à la bouche… et je suis conquise ! Chien Pourri, cet anti-héros aussi puant qu’attachant passe ses vacances sur la côte d’Azur ! Et comme vous vous en doutez, on est loin de s’ennuyer ! Dans le bus sur la route des vacances, à la station-service, sur la plage et au club Biquet, grâce à la Colonie des Oubliés qui emmèn chaque année en séjour les animaux les plus misérables, Chien Pourri et Chaplapla vivent de folles aventures ! Et moi j’ai ri ! Le regard décalé de Colas Gutman sur les vacances, les habitudes des touristes (canins ou humains, même combat…) et même la Côte d’Azur est vraiment drôle ! Couplé aux illustrations de Marc Boutavant, très vivantes (heureusement, on n’a pas les odeurs), colorées et pleines d’humour, Chien Pourri à la plage est dans la lignée des précédents tomes : un coup de cœur !

touristoc la planète aux vacancesPauline est journaliste pour un guide de voyage. Avec son mari, ses trois enfants et leur chien, elle est toujours en vadrouille et vit des aventures incroyables. Cette fois, ils se rendent sur Touristoc, une planète conçue pour les vacanciers. Il y en a pour tous les goûts, entre hôtels luxueux et grands parcs d’activité. Mais comment vivent les habitants de ce drôle de monde ? Avec Touristoc, la planète aux vacances, Sylvie Baussier et Pascale Perrier nous proposent de réfléchir à notre manière de consommer quand on est vacancier : respecter les habitants, l’environnement (ce n’est pas parce qu’on est en congés qu’il faut arrêter de recycler), et prendre conscience de la réalité de la vie quotidienne en dehors des espaces hypers protégés réservés aux touristes,… Sacré programme ! Voici une courte histoire rythmée et illustrée par Marie de Monti, sur un sujet plus grave qu’il n’y paraît au départ. A la fin de l’ouvrage, un extrait du guide de Pauline, les conseils de Baptiste et Alice, et un quiz sur le tourisme et ses dérives sur Terre. Un roman complet à glisser entre toutes les mains des petits curieux !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Sylvie Baussier (Les saisons, Le kididoc des Qui ?, Le kididoc des Combien ?, et T’as la tchatche !), Pascale Perrier (Le bonheur en cinq lettres, et Le bonheur en cinq mensonges). Colas Gutman (Chien Pourri, Rose et Les inséparables), Marc Boutavant (Chien Pourri, Mon copain Bogueugueu, Bogueugueu est amoureux et Edmond la fête sous la lune). Retrouvez également nos interviews de Pascale Perrier et Colas Gutman.

Chien Pourri à la plage
Texte de Colas Gutman, illustré par Marc Boutavant
L’école des loisirs dans la collection Mouche
8 €, 125 x 190 mm, 62 pages, imprimé en France, 2014
Touristoc, la planète aux vacances
Texte de Sylvie Baussier et Pascale Perrier, illustré par Marie de Monti
Gulf Stream dans la collection Ma planète préférée
11 €, 125 x 180 mm, 78 pages, imprimé en Italie, 2014

A part ça ?

Admirez les magnifiques créations de papier de Diana Beltran Herrera !

Marianne

 

You Might Also Like

A écouter

Par 2 août 2013 CD non musical, Musique pour enfants

Dans les transports on peut facilement occuper les enfants en leur faisant écouter des histoires (c’est bien mieux qu’un écran !). Voici quelques CD et livre-CD pour rendre les voyages moins longs.

Petite sagesses du soirUn chat qui fait ami-ami avec la souris son ennemie, un chameau qui se réconcilie avec un ami qui l’avait frappé, un chien qui se rend compte que sa différence est une force,… 10 animaux qui nous parlent de l’importance du jeu, de l’amitié, de se soigner ou de se calmer avant de s’endormir.

Dix petits contes sages tout doux tout doux écrits par Muriel Bloch (qui nous les raconte aussi) entrecoupés d’une musique tout aussi douce de Jean-François Alexandre. Chaque animal raconte une courte (entre une et deux minutes) histoire qui a du sens et finit par souhaiter une bonne nuit aux enfants. C’est apaisant et ça accompagne bien les petits dans le sommeil tout en repensant aux éléments de la journée. Les illustrations de Maud Legrand font regretter que ce ne soit pas un livre-CD pour en profiter vraiment. Un CD plein de douceur et de philosophie pour les enfants à partir de 2 ans (d’après l’éditeur).

Le plus feroce des loupsLe plus féroce des loups se promène dans la forêt et il a TRES faim ! En route il croise trois lapins, mais il n’est pas le seul à s’en approcher, s’en vient aussi un chasseur… mais voilà que le loup mange le chasseur et fait un clin d’œil aux petits lapins. Le gros loup continue son chemin et ce coup-ci c’est trois petits cochons qu’il croise…

Plein d’humour et de rythme dans ce conte dans lequel on croise 3 lapins, 3 cochons, le petit chaperon rouge, un chasseur, un boucher, un ogre et un loup très gourmand ! Voilà une histoire qui va beaucoup plaire aux enfants, il arrive toujours une chose à laquelle on ne s’attend pas et chaque fin de page est rythmée par des oiseaux qui chantent un peu comme une chorale gospel « Hou ! Hou ! Gare à vous ! Voilà le plus féroce des loups ». Les illustrations d’Olivier Tallec accompagnent parfaitement le texte de Sylvie Poillevé dans le très joli livre du CD. Une vraie réussite !

Roméo et le coup de luneRoméo, un petit clown,  adore les enfants. Dès que l’école est finie il les fait rire. Seulement voilà, le rire des enfants insupporte Croquilaine la sorcière et elle fera tout pour que ça cesse.

Roméo et le coup de lune est typiquement le genre de conte musical qui plaît aux enfants… et avec lequel j’ai beaucoup de mal ! Histoire rythmée par des chansons, on pense aux spectacles musicaux du genre Emilie Jolie, Le soldat Rose ou encore L’enfant au Grelot (que j’avais vu au théâtre des nouveautés il y a peu et que ma fille, contrairement à moi, avait adoré). Bref une ambiance à laquelle on accroche… ou pas ! Si vous faites partie de la première catégorie vous allez certainement aimer cette histoire racontée par Jean-François Stévenin où l’on parle du rire des enfants, de la jalousie, des sorcières et des fées, des clowns augustes et des clowns blancs.
Bande annonce du spectacle : http://www.youtube.com/watch?v=sISYidQ6hgM

Plume-Ton-OiseauLa ville de Plume-ton-oiseau, comme son nom l’indique, n’est pas le paradis des volatiles ! Il faut dire qu’il y règne l’horrible Abracar, c’est lui qui oblige les chats à travailler et à plumer les oiseaux. Mais attention grâce à un oiseau-mouche et un renard la révolution est proche !

Ici on parle de révolte et de liberté au son de la guitare, avec des musiques très rythmées. Heureusement que certains sont là pour renverser la dictature. J’avoue avoir été plus séduit par le fond que par la forme, mais Plume-ton-oiseau est une histoire avec un joli message.
Un très beau site avec des extraits.

HombrecitoLe petit Daniel est bien malade, la Mort vient d’ailleurs le chercher… seulement voilà, un petit personnage dessiné sur un carreau de faïence que Daniel a appelé Martinito ne laissera pas la mort faire, l’enfant a été le seul à le remarquer, à lui parler, il va donc déjouer la Mort, l’occuper jusqu’à ce qu’elle oublie son heure. Mais Martinito prend des risques…

A la première écoute (pas vraiment attentive) je n’avais pas été attiré par Hombrecito, Le petit Bonhomme de Buenos Aires, ce conte argentin avec sa musique d’Amérique du Sud. Trop sombre peut-être. En fait en l’écoutant vraiment, quelle magnifique histoire ! Le petit bonhomme du carreau de céramique est un conte classique en Argentine, Ezequiel Spucches a choisi de l’adapter pour nos petits français. On parle ici d’amitié, de solidarité mais aussi de la maladie et de la mort. Avec en fond sonore une très belle musique, c’est une narratrice, Laure Gouget, qui nous raconte cette belle histoire, très poétique. Un beau voyage à Buenos Aires (que c’est agréable de voyager grâce aux contes) pour y rencontrer des personnages très touchants… et un autre un peu effrayant !

Abeilles&BourdonsC’est le printemps et pendant que les papillons volettent, à la ruche il y a une toute nouvelle abeille. A peine intronisée celle-ci doit se trouver un bourdon-papa pour assurer la survie de l’essaim mais aucun bourdon ne lui plaît à la ruche… Alors il faut en trouver un plus loin mais forcément quand on sait qu’on va mourir dès qu’on devient bourdon-papa ça ne donne pas envie…

Après le très drôle Marrons et châtaignes (sur l’automne), les Nid de coucou nous présentent Abeilles et bourdons (sur le printemps). Ici c’est une très belle histoire d’amour que nous conte, de sa voix magnifique, Raphaëlle Garnier (qui dessine aussi les illustrations, écrit les textes et les musiques, joue de la trompette, du cristal Bachet et du métallophone !). Comme dans le précédent opus c’est très lyrique, on est ici dans un très beau conte servi par une magnifique musique et surtout une superbe voix. Aussi réussi que le précédent !

LA PETITE SIRENELe roi de la mer avait six filles mais la plus jeune était la plus belle. Cette petite sirène était passionnée par le monde des hommes. Lorsque ses sœurs eurent le droit d’aller voir ce monde (à leurs 15 ans) elle écoutait leurs récits en attendant impatiemment son tour. Lorsque ce jour arriva elle vit un bateau sur lequel se trouvait un prince, elle en tomba immédiatement amoureuse.

Je parlais encore il y a peu de La petite Sirène, voici une version racontée pour les plus grands (pour les enfants à partir de 10 ans d’après l’éditeur). L’histoire tragique d’une petite fille de l’eau, fascinée par un monde qui n’est pas le sien qui quittera tout par amour et finira par mourir (oui je raconte la fin mais bon je ne pense pas l’apprendre à grand monde !). Marie Tirmont nous raconte de sa belle voix le texte intégral d’Hans Christian Andersen (1h15 d’écoute) et c’est un beau moment, elle nous emmène avec elle dans ce magnifique conte qu’on redécouvre encore une fois avec plaisir.

Chut Gutman RoseRose a un souci d’élocution, les mots ne sortent pas comme il faut. Un simple « chat » devient un « moustachacu », la marelle dans sa bouche devient « crève en enfer ». A cause de ça elle a dû changer d’école, mais comment se faire accepter dans la nouvelle avec son souci ? Ne rien dire ? Pas facile… Et si la solution était d’affronter les demi-lampadaires (les collégiens) ? A la maison les choses ne sont pas simples non plus entre une patate (un père) crayon (dessinateur), qui lui écrit des lettres plutôt que de lui parler et une ventouse (mère) slogantine (publicitaire), un peu collante et qui lui parle comme à une débile. Heureusement grâce à la lecture de Chien Pourri, Rose s’évade.

Quel bonheur que cette histoire de Rose ! C’est une histoire extrêmement poétique, sur fond de guerre entre les primaires et les collégiens. Le défaut de Rose est prétexte pour Colas Gutman pour jouer avec les mots, les erreurs de la petite fille sont bien entendu pleines de sens : écrabouser, ennuimerder, bon levant (pour bonjour), pince à cinq doigts (pour main) des fantômes (ceux qu’on ne voit pas dans une classe),… On parle ici de la différence, mais aussi d’amour, des parents (qui ne comprennent pas forcément les enfants), d’amitié. On rit beaucoup lorsque les parents de Rose essayent de la corriger (et se plantent complètement) ou tentent des choses farfelues pour la faire parler normalement. C’est extrêmement drôle (tout en étant très tendre), je n’avais pas ri à ce point en écoutant une histoire depuis bien longtemps ! Sylvie Ballul fait beaucoup plus que de lire l’histoire, elle l’interprète vraiment. Le son d’un saxophone l’accompagne. Un délice !

Le petit PrinceAlors qu’il essayait de réparer son avion, un homme rencontre un étrange petit garçon qui lui demande de lui dessiner un mouton… la suite vous la connaissez…

Pour fêter les 70 ans du Petit Prince, Gallimard a sorti plusieurs versions (toutes magnifiques) de ce conte d’Antoine de Saint-Exupéry, dont une version avec CD racontée par Gérard Philippe. Quel bonheur que d’écouter la voix de cet extraordinaire comédien. Une version qui a 60 ans et n’a pas pris une ride. En bonus, on retrouve un document vidéo où Gérard Philippe raconte un extrait face caméra, un grand moment. L’édition aussi est superbe avec un très beau papier. L’histoire est présentée dans son intégralité (attention Gérard Philippe, par contre, dans sa version lue ne lit que des extraits) avec les aquarelles originales d’Antoine de Saint-Exupéry. Le tout présenté dans un superbe coffret cartonné. Une magnifique version.

A noter que vous pouvez retrouver une version poche vendue dans un petit fourreau avec une très belle carte pop-up (9,50€), une version dans un grand album (13,50€), une version beau livre (avec de nombreux bonus, 29€) et une version folio collector limitée avec un livret de dessin d’Antoine de St Exupéry (9,60€). Ces versions étant sans CD.

Quelques pas de plus…
D’autres histoires à écouter ici et ou encore (entre autres).
Nous avons déjà chroniqué des histoires de Muriel Bloch (Le Schmat doudou), des CD de Jean-François Alexandre (Musique de cinéma pour petites oreilles, L’imagier de la musiqueMusiques de cirque pour petites oreilles, Chansons et comptines de nos régions, Comédies musicales pour petites oreilles, Les instruments de l’orchestre pour petites oreilles, Musiques baroques pour petites oreilles et Musiques Jazz et Blues pour petites oreilles et Chansons et comptines de notre enfance), d’Olivier Tallec (Pas de pitié pour les baskets, Kevin et les extraterrestres, Restons Calmes !, Joyeux Noël Rita et Machin, Mon cœur en miettesLe slip de bain, ou les pires vacances de ma vie et La croûte), un livre-cd de Nid de coucou (Marrons et châtaignes), des histoires d’Andersen (La petite sirène illustré par Alexandra Huard, Contes inédits : Le compagnon de voyage, Le petit Ole Ferme l’oeil, Le goulot de Bouteille, Le Rossignol et l’empereur de Chine, un CD regroupant plusieurs de ses contes, La petite fille aux allumettes illustré par Fabrice Backès, Les habits neufs de l’empereur illustré par Parastou Haghi et un recueil sorti chez Lito, Contes d’Andersen), et des livres de Colas Gutman (Chien pourri et Les inséparables) que nous avons d’ailleurs interviewé.

Petites sagesses du soir
Textes de Muriel Bloch, musique de Jean-François Alexandre
Naïve dans la collection Les petits indispensables des tout-petits
12€ (prix conseillé), 50 minutes, livret de 24 pages, 2013.
Le plus féroce des loups
Texte de Sylvie Poillevé, illustré par Olivier Tallec
Père Castor dans la collection Les albums en musique
10,50€, 178×217 mm,12 minutes, 28 pages, imprimé en Chine, 2013.
Roméo et le coup de lune
d’Eva Marchal, raconté par Jean-François Stévenin
Eponymes Jeunesse
13€ (prix conseillé), 35 minutes, livret de 8 pages, 2013.
Plume-Ton-Oiseau
d’Amaury Ballet et Christophe Dupire
Eponymes Jeunesse
13€ (prix conseillé), 32 minutes,livret de 8 pages, 2013.
Hombrecito
d’Ezequiel Spucches sur un texte de Manuel Mujica Làinez, interprêté par AlmaViva Ensemble
Victorie Music
18€ (prix conseillé), 51 minutes, livret de 8 pages, 2013.
Abeilles & Bourdons
de Nid de Coucou
Nid de Coucou
18€, 200×200 mm, 35 minutes, 32 pages, imprimé en Bretagne chez un éditeur éco-responsable, 2013.
La petite sirène
Texte de Hans Christian Andersen (traduit par Régis Boyer), lu par Marie Tirmont
Gallimard Jeunesse dans la collection écouter Lire
12,90€, 1h15, livret 4 pages, 2013.
Rose
Texte de Colas Gutman lu par Sylvie Ballul
L’école des loisirs dans la collection Chut !
13,70€, 62 minutes, 2013.
Le petit prince
d’Antoine de Saint-Exupéry, lu par Gérard Philippe
Gallimard
19,90€, 158×222 mm, 120 pages, imprimé en Chine, 2013.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange