La mare aux mots
Parcourir le tag

collection Sur la pointe des pieds

Déménagement et hareng volant

Par 5 septembre 2016 Livres Jeunesse

Deux albums aujourd’hui, et deux beaux ! L’un parle de déménagement et d’ami imaginaire, l’autre nous propose de suivre de nombreux personnages.

Un pas puis mille
Texte de Séverine Vidal, illustré par Julien Castanié
La Pastèque
15 €, 191×241 mm, 48 pages, imprimé en Malaisie, 2016.
Le Hareng rouge
de Gonzalo Moure et Alicia Varela (traduit par Caroline Pérot)
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
15,50 €, 275×275 mm, 28+20 pages, imprimé en Malaisie, 2015.

You Might Also Like

Inventaires circassiens

Par 29 janvier 2015 Livres Jeunesse

Bidouille CircusIl y a Robert Bidouille (dit le boiteux), directeur d’un cirque sans animaux et Monsieur Loyal, il y a Roberta Bidouille, sa femme, la cascadeuse, il y a Ursule et Lucien Myrmidon qui se transforment en géants lors des représentations, il y a encore Barbarina, la femme à barbe extralucide… mais il y a encore bien d’autres personnages.
Bidouille Circus est un bel album tout en hauteur. On y présente donc des personnages d’un cirque étrange, décalé. Un univers qui fait penser aux albums des Elles (jusque dans les illustrations) avec ce côté inquiétant, dérangeant. On pense aussi à Freaks de Tod Browning et surtout à l’inventaire des Princesses de Rebecca Dautremer (Princesses oubliées ou inconnues, chez Gautier Languereau). Comme dans l’album de Rebecca Dautremer, ici on ne s’adresse pas aux plus jeunes, j’aurai même tendance à dire qu’on s’adresse aux carrément grands, une sorte d’album jeunesse… pour adulte comme on en voit régulièrement.
Un très bel album qui nous présente une galerie de personnages d’un cirque imaginaire.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

CircusIl y a longtemps que je ne suis pas allée au cirque. Très longtemps même, puisque la dernière fois je n’étais qu’une enfant. Voici ce dont je me souviens… nous explique Albertine sur la quatrième de couv’. Ici pas de texte, mais de belles illustrations, un seul personnage par page dans ce livre qui se déplie, comme un livre-accordéon, nous offrant ainsi une magnifique frise. On retrouve donc un magicien, une dompteuse de lions, des clowns, des musiciens, une funambule et bien d’autres personnages.
Là encore, le livre plaira surtout aux adultes, d’après moi. C’est presque un carnet d’artiste, un livre d’illustration.
Un très bel hommage au cirque signé Albertine.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres livres de Caroline Barber (Aux p’tites choses) et d’Albertine (Les robes, Le génie de la boîte de raviolis, Dada et À la montagne). Retrouvez également notre interview d’Albertine.

Bidouille Circus
Texte de Caroline Barber, illustré par Marianne Pasquet
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
14,90 €, 187×316 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2014.
Circus
d’Albertine
À pas de loups
16 €, 135×205 mm, 25 pages, imprimé en Chine, 2014.

À part ça ?

Deux concours chez Magnard. Le premier, pour les maternelles, pour gagner des draisiennes, le second, pour les collégiens, pour gagner des séjours linguistiques ! Bonne chance à vous.

Gabriel

You Might Also Like

La ville et les nombres

Par 24 août 2014 Livres Jeunesse

Dessus Dessous la villeÀ la surface les enfants se baladent dans le parc, le boulanger vend son pain, les ouvriers creusent, les voitures roulent, les gens se promènent… mais en dessous ? Que se passe-t-il sous nos pieds, sous le bitume que nous foulons, sous les immeubles, sous les routes, sous ce que nous voyons en surface ?
Dessous/Dessus la ville est une sorte de documentaire. À chaque double page, on ouvre des petites fenêtres pour découvrir des éléments cachés et surtout un grand flap pour voir ce qui se cache dessous. Ainsi on découvrira la faune souterraine qui vit sous le parc, les réserves des restaurants, les égouts, les fondations des immeubles et même des cambrioleurs qui préparent un mauvais coup !
C’est instructif et plein d’humour, mais c’est surtout – grâce aux illustrations d’Alexandra Huard – très beau !
Un très joli documentaire pour savoir ce qui se passe sous nos pieds de façon ludique.

MON MONDE de 1 à 1000Après Ma classe de A à Z, un magnifique album que nous avions chroniqué ici, voici Mon monde de 1 à 1000 et bien plus encore… Après les lettres, voici donc les chiffres !
D’abord, il y a 1, c’est par lui que notre histoire commence. Il nous présente 2, son amoureuse, puis 3, 4 et 5. Ceux-là sont unis comme les cinq doigts de la main. On va aussi rencontrer, notamment, 13 qui est rejeté, car on dit qu’il porte malheur, 20, si aimé des instituteurs, 22 qui fait la police, 31 qui est bien habillé, 33 qui va tout le temps chez le docteur et même 20 000 qui aime visiter les fonds marins et 40 000 qui fait le tour de la Terre !
Non seulement les planches de Mayana Itoïz sont très belles, non seulement le livre est bourré d’humour et il permet d’apprendre à compter, mais en plus voilà un livre ludique… même pour les parents ! Parfois, des petits clins d’œil sont glissés (45 se trouve, par exemple, près d’une platine disque), il faudra être attentif pour les repérer !
Un album très réussi d’un duo qui fonctionne à merveille !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué d’autres ouvrages d’Anne-Sophie Baumann (Les trois petits cochons, Les pompiers, Le grand-livre jeu du permis, Cherchons les petites bêtes ! Découvertes et activités au jardin, Au trot petit poney ! et Bonjour docteur !), Alexandra Huard (Le vieux Cric Crac, La petite sirène et Rikimini), Coralie Saudo (À l’école des poussins !, Le vieux-vieux monsieur du 33e étage, Ca… caca… catastrophe !, Un pour tous, tous poussin, Et si je mangeais ma soupe ?, Au pied de ma lettre, Habille-toi, Zaza !, Ma classe de A à Z, Le petit pot de Zaza, Jour de grève chez les marmottes, Tout seul !, Tous ensemble !, S’échapper d’une île, 101 moutons au chomâge, Manolo, un boudeur de petit fantôme et Manolo, un cochon de petit fantôme) et Mayana Itoïz (Ma classe de A à Z et Philo mène la danse). Retrouvez aussi notre interview de Coralie Saudo.

Dessus dessous la ville
Texte d’Anne-Sophie Baumann, illustré par Alexandra Huard
Seuil Jeunesse
15 €, 327×166 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2013.
Mon monde de 1 à 1000 et bien plus encore…
Texte de Coralie Saudo, illustré par Mayana Itoïz
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
14,90 €, 230×300 mm, 44 pages, imprimé en Italie, 2014.

À part ça ?

BudoriBudori est un petit garçon, il vit avec ses parents et sa sœur. Autour de lui des choses étranges se passent, il fait de plus en plus froid et les récoltes sont de plus en plus catastrophiques. Une nuit il entend son père, bûcheron, dire à sa femme qu’il part dans la forêt. Comme il ne revient pas, la mère de Budori part le rechercher, les enfants sont maintenant seuls. Un étrange personnage se présente alors à eux, il semble être apparu d’un coup. Il enlève la petite fille, Budori, lui, se retrouve propulsé dans un monde étrange… et ce n’est que le début de l’histoire !
Je n’ai donc pas été vraiment touché par cette histoire poétique sur la nature et ses déchainements car je l’ai trouvée confuse, décousue… Mais j’ai été extrêmement séduit par le dessin et (je pense que c’est le cas) le mélange de techniques (un peu comme dans Métropolis de Rintaro) et par la musique totalement envoûtante.
Mais peut-être que les vrais fans du genre se laisseront plus envoûter que moi.
Budori de Gisaburo Sugli, sortie le 27/08.

Bande annonce :

Gabriel

You Might Also Like

Des contes

Par 25 juillet 2013 Livres Jeunesse

Je vous propose une sélection de contes, connus ou moins connus, et même des contes à faire soi-même.

En commence par deux très beaux albums tirés de contes de Grimm.

Les musiciens de brêmeUn âne, un chien, un chat et un coq dont leurs maîtres ne voulaient plus partent ensemble sur les routes pour devenir musiciens à Brême et en chemin ils vont découvrir qu’ensemble on est plus fort.

Vous connaissez certainement ce conte de Grimm dont nous vous avons déjà parlé (Les histoires de musiciens de Brême racontées dans le monde, la très belle version sortie chez Syros), ici c’est le génial Antoine Guilloppé qui met magnifiquement en image cette histoire d’union des faibles, de camaraderie. Les illustrations pleines pages sont superbes avec leurs forts contrastes (comme sait si bien les faire Antoine Guilloppé) et la tranche du livre est toilée. Vraiment un magnifique ouvrage.

L'homme à la peau d'oursParce qu’il est sans le sou, un homme accepte un marché avec le Diable : s’il ne se lave pas, ne se peigne pas et ne se coupe pas les ongles pendant les sept années à venir, il le couvrira d’or. Autre condition : il devra porter sur le dos la peau de l’ours qu’il vient de tuer. S’il échoue son âme appartiendra au Diable. Ce sont sept années difficiles qui attendent cet homme, sept années où il sera repoussé à cause de l’odeur qu’il dégage, sept années à lire du dégoût dans le regard des gens. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Je ne connaissais pas ce magnifique conte de Grimm, adapté ici par Anne Jonas. On y parle donc de l’apparence, des a L'homme à la peau d'ourspriori mais c’est également une histoire d’amour. On pense à La belle et la bête. Dans un tout autre style que les illustrations d’Antoine Guilloppé, celles de Sébastien Mourrain sont tout aussi superbes. Elles sont ici aussi bien mises en avant (pleine page voire double page). Le bel album, avec sa couverture à bords francs, fait partie de ces livres qu’on aime offrir (ou s’offrir !), qu’on garde précieusement. Un très beau conte de Grimm un peu moins connu, dans une belle édition.

La petite sirèneParce qu’elle est tombée amoureuse d’un homme, une sirène renonce à sa vie aquatique et à sa voix. Mais sa nouvelle vie a une condition, l’homme en question doit tomber amoureux d’elle sinon elle mourra.

Est-il encore nécessaire de résumer l’histoire de la petite sirène ? Cette histoire à l’issue tragique qui plaît toujours autant aux enfants. C’est pour la collection Les petits cailloux (dont on vous parle régulièrement : Les amoureux du ciel, Le nom du diable, Le monstre du Loch]) qu’Alexandra Huard a illustré le conte d’Andersen. Cette collection de petits albums (à petit prix) est bien adaptée aux plus jeunes (dès 5 ans d’après l’éditeur) avec des textes raccourcis et des illustrations colorées. Ce nouvel album complète bien cette jolie collection.

Tom PouceUn petit couple de paysan se désespérait de ne pas avoir d’enfants, il souhaitait en avoir un à tout prix, fut ce-t-il minuscule, sept mois plus tard naquit un enfant de la taille d’un pouce qu’on appelât Tom Pouce. L’enfant ne grandit pas et sa taille l’amenât à vivre de folles aventures.

Classique là aussi sorti dans une collection bien connue : Les classiques du Père Castor. Illustré ici par Amélie Dufour, c’est un plaisir de retrouver ce personnage qui passe par la panse d’une vache ou le ventre d’un renard. Un conte intemporel très joliment mis en image dans un album à petit prix.

Le chat de la mère MichelElle avait pourtant juré qu’elle n’aurait plus d’animal de compagnie seulement voilà, quand la Comtesse de la Grenouillière vit ce pauvre chat maltraité elle ne put le laisser ainsi et le prit sous son aile. La comtesse confia l’animal à l’une de ses employées de maison : la Mère Michel. Celle-ci devait en prendre soin comme s’il s’était s’agissait de son maître, lui-même. Seulement voilà, un autre employé de la comtesse, le Père Lustucru, ne supportait pas ce chat et rêvait de le voir disparaître…

Forcément vous aurez reconnu cette histoire et vous avez déjà en La mère Micheltête, j’en suis sûr, l’air de La mère Michel. Saviez-vous qu’en 1846 Émile de La Bédollière avait écrit toute une histoire d’après la comptine créée quelques années plus tôt ? Les éditions Mouck ont eu la très bonne idée de ressortir ce conte, magnifiquement illustré par Maddalena Gerli. C’est plein d’humour, on lit l’album tout en sachant ce qu’il va se passer mais pourtant l’histoire est pleine de surprises ! On est ici plus proche du petit roman que de l’album jeunesse, le texte est plutôt long. Un bien joli livre.

Les exploits du baron de Münchhausen Avez-vous déjà entendu parler du Baron de Münchhausen, cet illustre personnage qui a voyagé sur la Lune, traversé la Terre d’un bout à l’autre (en passant par le centre) et tué en même temps un crocodile et un lion ?

Toujours dans la même collection, aux éditions Mouck, voici donc les aventures du célèbre Baron de Münchhausen à qui il est arrivé des choses absolument incroyables. On lit ses exploits avec le sourire, imaginant le personnage qui raconte des récits invraisemblables à son auditoire médusé (le fameux baron a vraiment existé). c’est vraiment des aventures que ma fille a adoré écouter et j’ai pris du plaisir à lui les lire. Même si je suis moins fan des illustrations très « bandes dessinées » de Roxane Brelin, encore un bien bel album, plein d’humour et de fantaisie.

L'archipel de NounaDans un archipel vivait une famille royale, elle occupait une île appelée l’Île Blanche car le palais de cette famille était d’un blanc éclatant. Il y avait aussi l’Île Bleue, l’Île Rose, l’Île Verte mais surtout l’Île Noire, seule île qui était interdite aux enfants du Roi, il faut dire qu’il vivait là un bien étrange personnage. C’est une rencontre avec cet homme qui va changer un jour la vie de Nouna, une des princesses, elle va en effet se retrouver changée en pierre.

L’Archipel de Nouna est un livre dédié à Anna, petite fille atteinte du syndrome de Rett, maladie génétique dont une des conséquences est la disparition des mouvements coordonnés de la main (une partie des droits du livre est d’ailleurs reversé à l’Association Française du Syndrome de Rett). Même si j’ai beaucoup de mal avec ce genre d’illustrations, l’histoire est plutôt jolie et j’avais envie de mettre en avant ce conte sur basé une maladie et au profit d’une association.
Le site de l’association Au nom d’Anna.

Fais tes contesEt si on faisait nous-mêmes nos contes pour finir ? C’est ce que proposent Stéphane Millerou et Quitterie Laborde dans un grand album à spirale très original ! Ici on choisit entre plusieurs alternatives pour créer son histoire. L’histoire commence-t-elle par un prince qui terrasse un dragon ou qui choisi la princesse la plus proche, par défaut ? Et à la fin le prince retourne-t-il chez ses parents ou commence-t-il une belle (enfin presque) histoire avec la princesse ? C’est grâce à trois volets au choix qui composeront les quatre parties de l’histoire que l’enfant (ou le parent !) crée la sienne, chaque fois elle est également illustrée. En fin d’ouvrage des mots tout droits venus du moyen-âge (et qui sont utilisés dans les histoires) sont expliqués. Le livre est très sympa, plein d’humour, vraiment original et n’a finalement qu’un seul défaut : 3 choix pour chaque partie c’est trop peu ! Un bon moyen de jouer avec les contes et de créer des histoires qui ne manquent pas de piquant !

PinocchioOn termine cette sélection par un petit bonus, le Pinocchio d’Enzo D’Alò vient de sortir en DVD. Là aussi c’est un personnage qu’on connaît bien (sans connaître vraiment l’histoire, parfois). J’avais été très intrigué par la bande annonce, je trouvais que les paysages avaient l’air superbes mais les personnages avaient l’air beaucoup moins réussis. En fait je suis tombé sous le charme, certaines scènes sont magnifiques visuellement (le rêve de Pinocchio par exemple) et les paysages sont vraiment à tomber par terre (on dirait de la peinture). Côté histoire, je n’ai pas lu l’œuvre de Carlo Collodi et mes seules comparaisons sont la version de Luigi Comencini avec Nino Manfredi dans le rôle de Geppeto et Gina Lollobrigida dans celui de la fée bleue (et avec la superbe musique de Fiorenzo Carpi), que j’ai revu avec ma fille il y a peu et celle de Roberto Benigni dont j’ai un souvenir lointain. C’est ici assez différent, la scène du pays des merveilles/pays des jouets est moins traumatisante que dans la version de 1972 (elle m’avait beaucoup marqué enfant), Lucignolo a quasiment disparu (un personnage fait juste penser à lui), Pinocchio n’habite jamais chez la fée, il ne devient un petit garçon qu’à la fin… bref c’est peut-être un peu édulcoré (quoique…) et c’est forcément résumé (le dessin animé ne dure qu’1h20 quand le film de Manfredi durait 6×55 minutes). Une version peut-être plus adaptée aux petits (quoique ma fille de 5 ans a adoré le Manfredi), plein de charme et aux décors somptueux.
La bande annonce.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres des frères Grimm (Le petit chaperon rouge, Blanche Neige, Hansel et Gretel et Hans la chance), d’Antoine Guilloppé (La mouffle, Loup noir, Grand blanc, Première neige, Plein soleil, Qui dit noir dit blanc, Pleine lune et Akiko la rêveuse), Sébastien Mourrin (Émile, le petit fifre), Andersen (Contes inédits : Le compagnon de voyage, Le petit Ole Ferme l’oeil, Le goulot de Bouteille, Le Rossignol et l’empereur de Chine, un CD regroupant plusieurs de ses contes, La petite fille aux allumettes illustré par Fabrice Backès, Les habits neufs de l’empereur illustré par Parastou Haghi et un recueil sorti chez Lito, Contes d’Andersen), Alexandra Huard (Rikimini), Amélie Dufour (Où est cachée la maîtresse ?), Maddalena Gerli (Le petit Mouck). Nous avons également interviewé Antoine Guilloppé.

Les musiciens de Brême
Texte des frères Grimm, illustré par Antoine Guilloppé
Gautier Languereau dans la collection Les albums merveilleux
14€, 237×292 mm, 29 pages, imprimé en Espagne, 2013.
L’homme à la peau d’ours
Texte d’Anne Jonas d’après les frères Grimm, illustré par Sébastien Mourrain
Seuil Jeunesse
15€, 230×330 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2013.
La petite sirène
d’après un conte d’Andersen, illustré par Alexandra Huard
Nathan dans la collection Les petits cailloux
5,50€, 170×199 mm, 32 pages, imprimé en France chez un éditeur éco-responsable, 2013.
Tom Pouce
d’après un conte des frères Grimm, illustré par Amélie Dufour
Père Castor dans la collection Les classiques du Père Castor
4,40€, 210×180 mm, 24 pages, imprimé en France, 2013.
Le chat de la mère Michel
Texte de Emile de la Bédollière (adapté par Gérard Pourret), illustré par Maddalena Gerli
Éditions Mouck dans la collection Lecture Neuve
14€, 211×308 mm, 56 pages, imprimé en Europe, 2011.
Les exploits du baron de Münchhausen
Texte de Gottfried August Bürger (adapté par Gérard Pourret), illustré par Roxanne Brelin
Éditions Mouck dans la collection Lecture Neuve
14€, 211×308 mm, 56 pages, imprimé en Europe, 2011.
L’Archipel de Nouna
Texte d’Isabelle Provost, illustré par Sandra Solinet
Éditions des papillons de Charcot dans la collection Albums
15€, 200×265 mm, 32 pages, imprimé en France, 2013.
Fais tes contes
Texte de Stéphane Millerou, illustré par Quitterie Laborde
Les p’tits bérets dans la collection Sur la pointe des pieds
13,90€, 300×210 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2013.
Pinocchio
d’Enzo D’Alò
France Télévision Distribution
16,99€ (prix de vente conseillé), 84 minutes.

Gabriel

You Might Also Like

Les mots…

Par 18 juillet 2013 Livres Jeunesse

AUX-P'TITES-CHOSESVous cherchez des mots ? Aux P’tites Choses, la boutique de Monsieur Bernard est là ! Le commerçant, les mots il les attrape, les met dans ses tiroirs et saura toujours vous trouver celui dont vous avez besoin ! Sauf que voilà… plus ça va et moins il trouve des mots doux, or ce sont ceux-là les plus demandés… Comment faire dans ce monde où ce sont les mots les plus terribles qui sont légion ?

Quelle façon poétique de parler des mots ! Des jolis mots et des autres, du bonheur d’entendre des mots doux, de la tristesse de ne plus entendre que des gros mots ou des mots de haine… Le texte très poétique est surtout magnifiquement mis en image par des illustrations en volume d’Elisa Granowska ! Une vraie merveille. Un très bel album, poétique et magique.
Quelques extraits sur le site des P’tits Bérets.

Des mots globe trottersQuel est le point commun entre Toboggan, Echec, Tatouage et Shampoing ? ces mots nous viennent d’autres langues (dans l’ordre : de l’algonquin, du persan, du polynésien et de l’indi). La langue française est riche de par ces mots qui ont voyagé pour venir jusqu’à nous.

Des mots globe-trotters est un très bel album qui répertorie donc une trentaine de ces mots qui sont arrivés chez nous de nos voisins et du reste du monde pour nous enrichir, ils sont illustrés de façon très esthétique par Aurore Petit. Un album un peu rétro mais en même temps très moderne, avec un beau papier et une couverture épaisse, de petits textes courts passionnants et jamais rébarbatifs. Pour les amoureux des mots… et des voyages.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué deux livres illustrés par Elisa Granowska (La fabrique à comptines et L’étrange secret de Dolly Lola).
L’avis de Za sur Aux p’tites choses.

Aux p’tites choses
Texte de Caroline Barber, illustré par Elisa Granowska
Les p’tits bérêts dans la collection Sur la pointe des pieds
11€, 155×205 mm, 29 pages, imprimé en Italie, 2012.
Des mots globe-trotters
Texte de Sylvain Alzial, illustré par Aurore Petit
Actes Sud Junior
11,80€, 151×217 mm, 40 pages, imprimé Italie, 2013.

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange