La mare aux mots
Parcourir le tag

Contes chinois

Histoires venues d’ailleurs

Par 8 juin 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose de voyager… On commence en Orient et aux Balkans, on continue par Haïti et l’on termine en Chine.

Djako le dragon et autres contes
Textes de François Azar, illustrés par Petros Bouloubasis
Lior éditions
15 €, 240×320 mm, 56 pages, imprimé en Belgique, 2018.
La disgrâce d’Apollon
de Céline Delabre et Sylvestre Bouquet, d’après une nouvelle de Gary Victor
Points de suspension
13 €, 200×230 mm, 32 pages, imprimé en France, 2018.
Le Dragon et le Phénix
Texte de Sophie Koechlin, illustré par Peggy Nille
Gautier Languereau
15 €, 245×300 mm, 40 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2017.

You Might Also Like

Des BD et encore des BD

Par 24 mars 2017 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de BD lues récemment… et y’a du coup de cœur !

Hilda – T5 – La forêt de pierres
de Luke Pearson (traduit par Basile Béguerie)
Casterman dans la série Hilda
16 €, 220×300 mm, 80 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Kushi – T1 – Le lac sacré
Scénario de Patrick Marty, dessins de Golo Zhao
Les éditions Fei dans la série Kushi
9,50 €, 180×130 mm, 93 pages, lieu d’impression non indiqué, 2017.
Rose – T1 – Double vie
Scénario d’Émilie Alibert et Denis Lapière, dessins de Valérie Vernay
Dupuis dans la série Rose
12 €, 212×292 mm, 48 pages, imprimé en Belgique chez un imprimeur éco-responsable, 2017.
La différence invisible
Scénario de Julie Dachez, dessins de Mademoiselle Caroline
Delcourt dans la collection Mirages
22,95 €, 200×265 mm, 196 pages, imprimé en France, 2016.
Contes Arabes en bandes dessinées
Collectif
Petit à petit dans la collection Contes traditionnels en BD
14,90 €, 190×260 mm, 96 pages, imprimé en Italie, 2017.
Contes Asiatiques en bandes dessinées
Collectif
Petit à petit dans la collection Contes traditionnels en BD
14,90 €, 190×260 mm, 96 pages, imprimé en Italie, 2017.
Nowam – t1 – Par amour de l’art
de Téhem
BD Kids dans la collection Les héros Je Bouquine
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.
Les Super Super – T4 – Capes sur le monde
Scénarios de Laurence Gillot, dessins de Lucie Durbiano
BD Kids dans la collection Les héros Astrapi
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.
Ariol – T12 – Le coq sportif
Scénario d’Emmanuel Guibert, dessins de Marc Boutavant
BD Kids dans la collection Les héros J’aime lire
11,50 €, 160×203 mm, 128pages, imprimé en France, 2017.
Anatole Latuile – T10 – Sauve qui peut !
Scénarios d’Anne Didier et Olivier Muller, dessins de Clément Devaux
BD Kids dans la collection Les héros J’aime lire
9,95 €, 160×203 mm, 64 pages, imprimé en France, 2017.

You Might Also Like

Petits livres, grandes histoires

Par 5 février 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose des petits albums (donc à petit prix) avec des textes assez longs, donc des albums qui s’adressent plutôt, d’après moi, aux « grands » de 7-12 ans.

ce qu'il y avait sur limageJabbar était un vendeur itinérant. Il achetait ses marchandises quand la caravane arrivait puis partait dans les villages isolés revendre ce qu’il avait acheté. Cette fois-là, c’étaient des images que Jabbar avait acquises et parmi elles l’image d’une mystérieuse femme…
Ce qu’il y avait sur l’image… de Philippe Lechermeier est un magnifique conte oriental. Une histoire d’amour, un récit d’aventures. Le très beau texte est accompagné par les superbes illustrations de Charlotte Gastaut avec des planches pleine page (même si le petit format de l’album ne leur rend pas justice).
Un magnifique conte oriental magnifiquement illustré, un album pour s’évader.
Des extraits sur le blog Intemporel.

Les amants papillonsSon père l’avait décidé, Naoko quitterait le foyer et partirait étudier les bonnes manières. La jeune fille refuse d’obéir et décide de se déguiser en garçon pour apprendre la littérature. Sauf que Naoko rencontre le beau Kamo…
J’avais déjà lu cette histoire (dans une version assez différente), ici c’est Benjamin Lacombe qui raconte et illustre ce conte classique chinois, Les Amants Papillons, une belle histoire d’amour (qui ne plaira pas aux fervents défenseurs de La Manif pour tous…). Là aussi, très belles illustrations pleine page.
Un conte tragique, mais beau. Une belle histoire d’amour venue de Chine.
Le même vu par Les lectures de Liyah et par Œil d’ailleurs.

Monsieur PanMonsieur Pan était persuadé qu’il allait mourir. Chaque geste, pensait-il, pouvait lui être fatal. Aussi, quand il apprit que sa sœur était mourante, il se dit que lui aussi et n’alla pas à son chevet. Sa sœur mourut quelques jours plus tard, Monsieur Pan non, c’est donc lui qui eut en charge les enfants de sa sœur.
Monsieur Pan est signé Kressman Taylor (l’auteur d’Inconnu à cette adresse) et nous parle de la peur de vieillir et de mourir et des choses qui arrivent dans notre vie et la bouleverse. Ce très beau conte est illustré avec beaucoup de talent (comme d’habitude) par Princesse Camcam.
Une belle histoire sur la peur de mourir et sur les tours que nous joue la vie.
Le même vu par Chez Clarabel, Sous le feuillage et Enfantipages.

Jesus BeltzJésus Betz était né sans jambes et sans bras, sa mère ne savait que faire d’un tel enfant. Pourtant son destin allait être exceptionnel.
C’est un album assez étrange que nous proposent Fred Bernard et François Roca (qui aiment ces ambiances bizarres). Jésus Betz n’aura pas toujours une vie heureuse, loin de là, il va même vivre des choses assez tragiques… heureusement, tout ça se terminera bien. J’avoue avoir surtout été séduit par les illustrations de François Roca dont le travail est toujours extraordinaire.
Une sorte de Freaks (le chef d’œuvre de Todd Browning), et son univers étrange, version album pour enfants.
Le même vu par Chez Clarabel et Les lectures de Liyah.

charles prisonnier du cyclopeUne petite info pour finir, Charles le prisonnier du cyclope, le très bel album d’Alex Cousseau et Philippe-Henri Turin, vient aussi de ressortir en petit format. On vous avait déjà parlé de cette belle série (ici ou encore ) et si vous ne l’aviez pas encore, maintenant vous n’avez plus  aucune excuse !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqués plusieurs livres de Charlotte Gastaut (Le petit sapin, Les cygnes sauvages, Boucle d’Or & les 3 ours, Peau d’âne, PoucetteMon amie est princesse et Mais que fait la police ? ), de Princesse Camcam (Suivez le guide, promenade au jardin, Une rencontre, Le jardin de Clara, Je danse à l’Opéra, L’album de famille, Marie de Paris, Marie voyage en France, Drôles de marchés ! et La fille aux cheveux d’encre), de Fred Bernard (Rose et l’automate de l’opéra, L’histoire de vraie de Kiki la tortue géante et L’histoire vraie de Ralfone l’orang-outan), de François Roca (Le papa de Simon, Rose et l’automate de l’opéra et Les mille et une nuits), d’Alex Cousseau (Charles apprenti dragon, Les mammouths, les ogres, les extraterrestres et ma petite soeur, Les Frères Moustaches et Charles à l’école des dragons) et de Philippe-Henri Turin (Charles apprenti dragon et Charles à l’école des dragons). Retrouvez aussi notre interview de Princesse Camcam.

Ce qu’il y avait sur l’image…
Texte de Philippe Lechermeier, illustré par Charlotte Gastaut
Actes Sud Junior dans la collection Encore une fois…
4,95 €, 150×192 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2014 (première édition 2005).
Les amants papillons
de Benjamin Lacombe
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2007).
Monsieur Pan
Texte de Kressmann Taylor, illustré par Princesse Camcam
Autrement dans la collection Fil Rouge
5,20 €, 160×190 mm, 36 pages, imprimé en Chine, 2014 (première édition 2008).
Jésus Betz
Texte de Fred Bernard, illustré par François Roca
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 40 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2002).
Charles prisonnier du cyclope
Texte d’Alex Cousseau, illustré par Philippe-Henri Turin
Seuil Jeunesse dans la collection Seuil’issime
5,90 €, 150×190 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015 (première édition 2012).

À part ça ?

«Ce n’est pas facile d’entrer dans une librairie en demandant un livre sur le terrorisme.», une interview de Carl Norac et Vanessa Hié sur le blog des librairies sorcières.

Gabriel

You Might Also Like

Chine d’hier et d’aujourd’hui

Par 21 novembre 2014 Livres Jeunesse

Chine, scènes de la vie quotidienneLa gymnastique matinale dans les rues, les files d’attente bondées devant les guichets de gare, les gens qui mangent dans la rue, les parties de Mah-jong, les danses du soir, les mariages en blanc… Bienvenue en Chine.
Chine, scènes de la vie quotidienne est un magnifique ouvrage entre l’album et le documentaire. Bien trop beau et poétique pour être un vrai documentaire, ici on se laisse emporter, on dévore tous les textes (alors que généralement dans un documentaire on pioche), on se régale des illustrations. On pense plus à un carnet de voyage, de souvenirs, d’anecdotes. Étant allé en Chine, j’ai reconnu des tas de choses (celles que je cite plus haut notamment), sans jamais de jugement, sans caricature.
Un magnifique ouvrage pour les amoureux de la Chine… et pour tous ceux qui voudront découvrir ce beau pays à travers les yeux d’un voyageur.
À noter que Chine, scènes de la vie quotidienne vient de recevoir la pépite du meilleur documentaire.

Chontes de ChineSavez-vous pourquoi les Chinois disposent des banderoles rouges aux portes le jour du réveillon du Nouvel An et mangent des boulettes de riz sucré le lendemain, pourquoi ils célèbrent les amoureux le septième jour du septième mois et les familles se réunissent pour manger des gâteaux de lune le quinzième jour du huitième mois ? Il est possible que ça ait un rapport avec un démon chassé, une prophétie ancienne, des amoureux célestes qui ne se retrouvent qu’une fois par année ou une déesse bannie vivant sur la lune.
Contes de Chine regroupe huit très beaux contes Chinois à l’origine de fêtes. Une belle façon de découvrir la Chine à travers ses célébrations et ses légendes. Les illustrations sont magnifiques et les histoires très belles. En fin d’ouvrage, pour compléter les histoires, on trouve des recettes, des loisirs créatifs (les lanternes de papier et les cerfs-volants) ou encore un caractère chinois à recopier, chaque fois en rapport avec une des légendes, une belle idée.
Un grand et beau livre pour découvrir les célébrations chinoises à travers les légendes dont elles sont issues.

10 contes de ChineUn empereur qui fit peindre deux hommes autour de la porte de sa maison pour faire fuir un démon, une femme qui dû faire pousser les bambous plus rapidement, l’homme qui inventa l’écriture chinoise, une petite fille née dans une courge ou encore une jeune fille, nommée Mulan, qui s’habilla en homme pour combattre à la place de son père malade. Dix contes de Chine.
C’est un peu le même principe que le livre précédent (c’est d’ailleurs le même auteur), ici on nous propose dix contes importants en Chine, des contes qui nous expliquent aussi les traditions, les croyances ou tout simplement des éléments de la Chine d’aujourd’hui (écriture, signes du zodiaque…). Les textes sont magnifiques et se lisent aussi bien par les jeunes lecteurs que par les adultes (ou même en histoire du soir).
De beaux contes de Chine en livre de poche (donc petit prix et à emporter partout !).

4 femmesLiu Lanzhi vivait avec l’homme qu’elle aimait et une belle-mère qui la maltraitait et faisait tout pour la faire partir. Yingtai s’habillait en homme pour avoir le droit d’étudier. Dame She  mena une armée alors qu’elle était centenaire. Ying Ying, à qui sa mère refusait le droit d’épouser celui qu’elle aimait. Quatre femmes.
Wang Shu Hui est une dessinatrice de bande dessinée chinoise des années 30. Fei édite ici quatre histoires de femmes dans un magnifique album. Quatre adaptations de grands classiques de la littérature chinoise (on reconnaît d’ailleurs l’histoire qui a inspiré Les amants papillons). Quatre histoires qui montrent des femmes qui se battent, qui combattent, qui ne se laissent pas faire. Quatre histoires qu’on pourrait qualifier de féministes.
Un très beau recueil de bandes dessinées qui met à l’honneur quatre femmes chinoises.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de Nicolas Jolivot (Le calligraphe), de Guillaume Olivier (Voilà le loup), d’He Zhihong (Que fais-tu bébé ? et Voilà le loup) et de Gwen Keraval (Drôle de planète !, Yoshka et La sorcière au nez de fer).

Chine, scènes de la vie quotidienne
de Nicolas Jolivot
HongFei
21,90 €, 249×248 mm, 100 pages, imprimé en Belgique, 2014.
Contes de Chine. L’origine des grandes fêtes
Texte de Guillaume Olive, illustré par He Zhihong
Seuil Jeunesse
18 €, 209×308 mm, 54 pages, imprimé en France, 2014.
10 contes de Chine
Texte de Guillaume Olive, illustré par Gwen Keraval
Flammarion Jeunesse dans la collection Castor poche contes
6,10 €, 136×180 mm, 128 pages, imprimé en Espagne, 2014.
4 femmes
de Wang Shu Hui (traduction Mathilde Colo)
Fei
25 €, 213×170 mm, 416 pages, imprimé en Italie, 2014.

Gabriel

You Might Also Like

D’autres contes

Par 3 février 2014 Livres Jeunesse

On aime vous parler des contes connus, il y a sans arrêt de nouvelles versions d’histoires qu’on nous a lues enfants et que nos parents (et les parents de nos parents) ont écouté également quand ils étaient petits. Mais on aime aussi les autres contes, ceux que l’on ne connaît pas parce qu’ils sont peu connus, venus d’ailleurs ou tout simplement récents. Aujourd’hui, je vais vous présenter un conte venu de Chine, un conte inuit, un conte tunisien, mais je commence par un conte récent.

Le fils du géantParce qu’il était tout petit, un roi et une reine avaient décidé d’abandonner leur enfant. Ils l’avaient déposé dans un dé à coudre d’or qu’ils avaient confié à la rivière. C’est ainsi que, sur son embarcation, l’enfant fut trouvé par deux géants qui décidèrent de l’élever. Ils lui donnèrent tout ce dont il avait besoin et grâce à ça, l’enfant grandit, devint un jeune homme robuste. Un jour, le roi et la reine, surpris par un terrible orage, vinrent dans la grotte des deux géants… et reconnurent le dé en or…

Avec une construction de conte classique, c’est une magnifique histoire que nous raconte Gaël Aymon, auteur que nous aimons décidément beaucoup. On nous parle donc ici d’un enfant différent abandonné par ses géniteurs. Un enfant qui aura le choix, une fois adulte, de vivre avec ses vrais parents une vie de prince, ou de rester avec ceux qui l’ont recueilli puis élevé pour continuer à être simple pêcheur. La fin est absolument magnifique… mais bien entendu je vous laisse la découvrir. Les illustrations de Lucie Rioland sont superbes et mettent parfaitement en image la belle histoire de Gaël Aymon, elles font juste regretter que l’album ne soit pas plus grand. Un magnifique conte, de ceux qui restent, avec même en arrière-plan une histoire d’homoparentalité.

Grand-tante tigreAlors que leur mère s’est absentée, A-king, dix ans, et A-Yu, sept ans, entendent frapper à la porte de leur maison. Leur mère les a bien mises en garde, il ne faut pas ouvrir ! Seulement, la personne qui frappe à la porte prétend justement être leur mère alors les filles décident d’ouvrir… et se rendent vite compte que ce n’est pas elle. La vieille dame qui leur fait face leur dit être une grand’tante venue veiller sur elles… Seulement les petites filles ont quelques doutes…

Ici encore, c’est un conte comme on a l’habitude d’en lire, mais qu’on ne connaît pas. Les contes venus de Chine sont souvent plus cruels, plus durs (ce qui ne dérange pas les enfants) que nos versions édulcorées du petit chaperon rouge ou de Cendrillon (merci Perrault…). Ici, un enfant sera croqué (il y a même un morceau de doigt), la Grand-Tante Tigre ne s’en sortira pas. C’est, comme souvent, un très bel album que nous proposent les éditions HongFei, tant dans l’histoire que dans les illustrations et, on n’en parle pas assez souvent, mais aussi dans la maquette (je trouve toujours la mise en page des albums HongFei particulièrement soignée). Un très beau conte pour ceux qui aiment les histoires qui font un peu peur.

Il était une (mini) fois,
Des histoires fortes, des récits venus d’ailleurs
merveilleusement écrits,
par des conteurs d’aujourd’hui…
Il était une (mini) fois,

Des classiques à découvrir dans leur version d’origine
ou écourtée avec un grand respect…
Voilà le principe d’une toute nouvelle collection de chez Didier Jeunesse. Des petits livres (à prix mini), parfaits pour les tout jeunes lecteurs (mais on peut aussi les lires à ceux qui sont un peu plus jeunes). Huit titres sont déjà sortis, je vous en présente deux aujourd’hui.

Le premier amour de grand corbeauPour les Inuit, le grand créateur c’est un corbeau. Un oiseau capable de se transformer en homme. Quand il eut fini de créer le monde, il y descendit pour contempler son œuvre. C’est là qu’il rencontra une énorme baleine, et à l’intérieur du corps de la baleine, une jeune femme qui dansait et dont les mouvements faisaient bouger le cétacé. Le grand corbeau était tombé amoureux de la jeune fille et voulait l’emporter avec lui…

J’aime beaucoup les contes inuit, j’avais d’ailleurs chroniqué un magnifique recueil de contes de cette peuplade. Là encore, on retrouve cet univers particulier, un conte comme on en voit peu chez nous. On nous parle du premier amour du monde, des premières larmes du monde et du premier chant du monde. Muriel Bloch fait partie de ces auteurs qui sont tout simplement passionnants, captivants, dont le style est un délice à lire. On sent ses mots bien choisis. C’est d’ailleurs une chose commune aux conteurs et donc quelque chose qu’on retrouve dans cette collection… c’est encore le cas avec le conte suivant.

Aïcha et l'ogreParce qu’il devait partir en voyage quarante-quatre jours et quarante-quatre nuits, un homme enferma sa fille derrière une haute muraille fermée par un grand portail qui comportait sept serrures différentes. Aïcha, c’était le nom de la jeune fille, resta donc, là, seule avec son chat à s’amuser, sans personne pour la commander. Seulement un jour, le chat fit tomber la boîte d’allumettes dans le puits et Aïcha ne pouvait plus se faire à manger… elle dû sortir en faisant un trou dans la palissade, et rencontra un ogre. Celui-ci accepta de la laisser partir si elle lui donnait son doigt à sucer quand il viendrait chez elle…

Là encore, grâce à la conteuse Praline Gay-Para, on prend beaucoup de plaisir à lire, à voix haute, cette histoire de petite fille qui paye sa désobéissance. Ici, c’est un conte tunisien et là encore c’est assez différent de nos contes traditionnels. Tout comme le précédent, c’est un conte qui était déjà sorti chez Didier jeunesse (dans une version illustrée et même une version livre-disque pour celui-ci) et qu’on retrouve ici, donc, en format poche contenant uniquement le texte. Une collection à suivre de près !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Gaël Aymon (L’anniversaire à l’envers, Les souliers écarlatesLa princesse Rose-Praline, Une place dans la cour, Contes d’un autre genre et Giga Boy), Muriel Bloch (Le vieux Cric CracPetites sagesses du soir et Le Schmat doudou) et Praline Gay-Para (Petit beignet rond et doré, L’ogresse et les sept chevreaux et Au loup !). Retrouvez aussi notre interview de Gaël Aymon.

Le fils des géants
Texte de Gaël Aymon, illustré par Lucie Rioland
Talents Hauts
13,80€, 230×200 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2013.
Grand’Tante Tigre
Texte de Blanche Chiu, illustré par Minji Lee-Diebold
HongFei dans la collection Contes de Chine
15,20€, 225×279 mm, 28 pages, imprimé à Taïwan, 2013.
Le premier amour de grand corbeau
Texte de Muriel Bloch
Didier Jeunesse dans la collection Il était une (mini) fois
3€, 115×165 mm, 28 pages, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Aïcha et l’Ogre
Texte de Praline Gay-Para
Didier Jeunesse dans la collection Il était une (mini) fois
3€, 115×165 mm, 28 pages, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

La Revue des livres pour enfants 274Connaissez-vous La revue des livres pour enfants, éditée par le Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BNF ? C’est Véronique Soulé de l’émission Écoute, il y a un éléphant dans le jardin qui m’a fait découvrir cette super revue, qui paraît six fois dans l’année. Dans le numéro 274 on va trouver, comme à chaque fois, une sélection d’albums, de romans, de documentaires, de CD… pour enfants et adolescents. On trouvera, par exemple, dans ce numéro des critiques de livres que nous avons chroniqués comme Réveillés les premiers de Komako Sakaï, Issun Böshi d’Icinori, Pépito Super-Héros de Yann Walker et Magali Le Huche, Un jour j’irai chercher mon prince en skate de Jo Witek, Jonah de Taï-Marc Le Thanh… Mais ce ne sont que quelques exemples, car ici on parle de très nombreux ouvrages… et on en parle bien ! Le cahier critique de plus de cinquante pages est suivi d’informations sur les revues pour enfants, les livres sur la littérature jeunesse… puis c’est un dossier de plus de cinquante pages sur les littératures de l’imaginaire qu’on nous propose. De La Belle et la Bête à Hunger Games en passant par les manga ou Harry Potter, un dossier très complet qui nous propose aussi des interviews (Michel Honaker et Johan Helliot). Enfin, on nous propose un article sur le livre d’art, une analyse d’Éclats de lune de Pierre Cornuel et l’actualité des bibliothèques. La revue des livres pour enfants c’est vraiment un guide pour tous les amoureux de la littérature jeunesse. Ils y trouveront des conseils de lecture et des tas d’informations. Vous pouvez en savoir plus sur cette super revue ici (vous trouverez même dans la colonne de droite les liens pour vous abonner ou pour commander ce numéro ou les anciens).

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange