La mare aux mots
Parcourir le tag

Contes contemporains

Lapins, souris et contes imbéciles

Par 25 mars 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui je vous propose un grand écart tout en restant dans des contes de qualité.

Lapins, souris et compagnieCinq histoires. Il est tout d’abord question d’un lapin à qui tout le monde refuse l’aide qu’il propose sous prétexte qu’il est trop petit et qui va prouver, un soir de Noël, à quel point il est courageux. Puis c’est l’histoire de Didi Bonbon, une petite souris qui adorait fabriquer des sucreries et qui va tomber sur un loup très gourmand. Ensuite on rencontrera le Docteur Loup, qui fait bien peur à une maman lapin, une magnifique histoire sur les a priori. On parle de la différence dans Neige, l’histoire d’un loup blanc, rejeté dès l’enfance à cause de sa couleur et qui va rencontrer un loup noir, la méfiance entre les deux loups sera réciproque. Enfin on apprendra pourquoi la petite souris ne s’occupe plus des lapins.

Mais quel magnifique livre, tant au niveau du contenant que du contenu ! Belle couverture épaisse au dos toilé, signet, grandes illustrations. Et les histoires d’Olga Lecaye sont absolument magnifiques, pleines de tendresse et de poésie. C’est à la fois plein de morale (mais pas cette morale bien pensante souvent omniprésente dans ce genre de contes) et de philosophie. Les illustrations sont absolument superbes. Le seul défaut du livre serait peut-être que, comme l’éditeur a choisi de mettre certaines illustrations sur deux pages (pour qu’elles soient plus grandes), elles sont coupées par la pliure, c’est un tout petit défaut (qui résulte d’une bonne idée).

La préface signée Grégoire Solotareff (fils d’Olga Lecaye) est un très bel hommage. Émouvant et pudique.

On me conseillait depuis bien longtemps de lire du Olga Lecaye car elle est la mère de Nadja, auteur jeunesse qui est pour moi une des meilleures choses qui soit arrivée à la littérature jeunesse. Je n’ai vraiment vraiment pas été déçu. Un livre à offrir, à s’acheter, à avoir chez soi. Ma fille s’est régalée à écouter, à regarder les images… et moi à le lire ! Un petit bijou.

Les contes imbécilesUn dragon qui aime le cirque, un chien qui adore mordre les fesses, un roi qui pue, une princesse aux dents pourries, un élève qui pète… bienvenue dans Les contes imbéciles d’Olivier Ka !

Avec Olivier Ka je ne suis jamais déçu ! J’adore cet auteur qui arrive à écrire des choses vraiment décalées mais toujours avec une belle plume. Ici ces contes sont complément délirants et éclatent autant les parents que les enfants. Certaines histoires ont beaucoup fait rire ma fille et ma lecture était gênée par mon propre rire. Alors parfois ça fait même un peu peur (les recettes de l’ogre ou une ferme où les animaux sont des humains) mais c’est vraiment un recueil absolument génial, qui change complètement des contes qu’on peut lire habituellement. Et au-delà du rire, ces contes ne sont pas si imbéciles, on y dit des choses… Seul petit défaut, les illustrations dévoilent souvent la chute. Allez je déteste mettre les quatrièmes de couverture mais là je ne résiste pas !

Les histoires d’amour, c’est pour les balourds.
Les belles aventures, c’est pour les œufs durs.
Les récits d’horreur, ça fiche des haut-le-cœur.
Les cow-boys et les indiens, ça craint du boudin.
Les trucs de pirates, c’est pour les patates.
Et les histoires de princesses, c’est de la bouillabaisse.
Alors, que reste-t-il ?
Les Contes Imbéciles ?

Du pur Olivier Ka !
Les contes imbéciles est également un spectacle, plus d’informations sur le blog d’Olivier Ka.

Tiens un petit aparté… c’est drôle de voir réunis (sincèrement sans le faire exprès) dans une même chronique Olivier Ka et Olga Lecaye car ils font tous les deux parti de deux familles que je compare souvent. Dans la famille Ka (Carali, Gudule, Mélaka, Edika) et la famille Solotareff (Nadja, Grégoire Solotareff, Olga Lecaye, Raphaël Fejto), on trouve des gens complètement décalés qui apportent énormément à la littérature jeunesse ou à la BD. Deux familles qui ont en commun le Liban mais aussi une vraie liberté, et de vrais talents (pas juste « je suis le fils de machin donc j’écris »). Ravis de les voir réunis ici.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué un livre d’Olivier Ka (Une maman toute entière) et vous pouvez retrouver la chronique de Parfums de livres sur Les contes imbéciles.

Lapins, souris et compagnie
d’Olga Lecaye
L’école des loisirs
25,40 €, 229×288 mm, 173 pages, imprimé en France, 2009.
Les contes imbéciles
d’Olivier Ka, illustré par Alfred
Éditions l’Édune
8,10€, 160×230 mm, 52 pages, imprimé en France, 2012.

A part ça ?

On reste dans le même esprit délirant que celui des écrits d’Olivier Ka
BiscotoIl y a quelques semaines je disais au génial Tious : « Tu sais ce qu’il manque en jeunesse ? Un magazine délirant, un truc à la Grodada. Il n’y a plus rien de ce style, la presse jeunesse est soit éducative soit aseptisée. Faudrait qu’on crée ça ! » Visiblement on était sur écoute car Biscoto est né !
Biscoto c’est un journal mensuel très drôle et complètement déjanté comme j’aime. Une sorte de Psikopat (génial magazine de BD), Fluide Glacial ou Charlie Hebdo mais pour les enfants (à partir de 6 ans). Des histoires à suivre, des BD, des blagues, des jeux… Chaque numéro décline un thème (le premier c’était Le sauvage, le second La machine et le dernier Miam Miam) et chaque fois c’est du pur plaisir. Si vous cherchez un magazine décalé, drôle, mordant, délirant… vous l’avez trouvé !
Message à Tious : Bon ils l’ont fait, tant pis pour nous mais je veux voir tes dessins dans ce magazine !
Plus d’informations sur leur site : http://biscotojournal.com

Gabriel

You Might Also Like

Fées et princesses

Par 8 avril 2012 Livres Jeunesse

Aimez-vous les histoires de fées et de princesses ? On peut en trouver de belles, pas mièvres, loin de l’imagerie princesses Disney.

Une jeune fille qui vit enfermée dans une tour et dont les cheveux très longs servent d’échelle à sa geôlière, une fée qui récompense la gentillesse d’une jeune fille puis punit la méchanceté de sa sœur, une princesse qui refuse d’accomplir sa promesse en embrassant un crapaud qui lui a pourtant rendu un grand service, une autre qui, par la volonté d’une méchante fée, aura un destin effroyable si elle voit la lumière du jour avant ses 15 ans,… On retrouve ici douze très beaux contes, certains connus d’autres beaucoup moins venus d’un peu partout (Ardennes, Perse, Grande-Bretagne,…) venant même parfois d’auteurs connus (les frères Grimm, Charles Perrault,…) ou de la grand-mère de l’auteure ! Ce recueil est un vrai régal et on le doit à Gudule, que j’aime beaucoup. Ces histoires enchanteront les soirées de vos enfants et vous prendrez, vous même, beaucoup de plaisir à leur lire j’en suis certain. Je vous avais déjà parlé d’un livre de la collection Contes et Légendes chez Nathan également écrit par Gudule, Les amoureux légendaires. Cette collection est une valeur sûre !

Gründ a sorti plusieurs livres dans la collection Histoires du soir, dont un Magie et contes de fées. Ici ce sont 52 histoires qui sont rassemblées ! Alors même si je préfère la plume de Gudule à celle de… tiens oui de qui d’ailleurs ? Le livre n’est pas signé… Donc même si j’ai préféré l’écriture de Gudule à celle de ce livre, ici on a de quoi faire ! On sait qu’on aura des histoires à raconter pour longtemps et elles sont belles. Souvent de vieux contes peu connus ou des contes du monde qu’on n’a pas l’habitude de lire ici, on est content de trouver de tels livres. Ce sont vraiment des bibles de contes ! Sur plus de 450 pages on retrouve donc des fées, des sorcières, des princesses africaines, des dragons,… Les histoires ne sont jamais mièvres, jamais édulcorées façon Disney. Niveau illustrations y’a du très bon (Laura Guéry qu’on aime beaucoup ici, Céline Puthier que je découvre,…) et du franchement moins bon… Un livre indispensable pour ceux qui veulent raconter une belle histoire différente chaque soir à leurs enfants, en prenant eux même du plaisir à les lire.

21 histoires de princesses, de fées, de lutins… chez Lito me pose quelques soucis… Je trouve la couverture et l’aspect général du livre très beaux (d’ailleurs le dessin est signé Sophie Lebot que j’adore), je le trouve pratique (les histoires sont accompagnées de logo indiquant le temps de lecture, un autre logo indique si ce sont des histoires de princes et princesses, de fées, sorcières et lutins, de trolls et dragons ou de chevaliers et dragons), je trouve que les histoires sont modernes, changent carrément de ce qu’on voit d’habitude (on y croise des dragons qui ne veulent pas faire peur, une fée qui n’a pas de papa, un troll très poli,…), certaines illustrations sont vraiment très belles (Sophie Lebot donc mais aussi Cécile Hudrisier, Chiaki Miyamoto,…),… mais il y a un mais… sur les 21 histoires il y en a plusieurs qui sont franchement assez mauvaises pour ne pas dire douteuses… Par exemple dans une histoire un petit garçon fait des bêtises parce qu’une fée qui vit dans sa poche l’oblige à les faire. Jusqu’au jour où sa maman lui met une fessée ce qui écrase la fée… et le petit garçon devient sage (moralité rien de tel qu’une fessée pour qu’un enfant ne fasse plus de bêtises ?). Dans une autre des petites ogresses vont retrouver leur taille de guêpe grâce à de la crème amincissante… (je ne suis pas sûr que j’ai envie de dire à ma fille que c’est la solution pour maigrir…). Et plusieurs histoires comme ça. Elles ne sont pas majoritaires dans le recueil mais elles y sont… C’est assez dommage car ça fait de l’ombre au reste… Certaines histoires sont anti-sexistes, magnifiquement bien écrites. Alors le recueil est tellement beau qu’on oubliera peut-être ces petits défauts…

On quitte les recueils pour parler d’un livre que j’adore. Je l’ai dans ma bibliothèque depuis des années, bien avant la naissance de ma fille. Connaissez-vous l’histoire des fées de Cottingley ? En 1917 des petites filles ont pris des fées en photo, Arthur Conan Doyle a tenté de démasquer la supercherie… en vain (si vous cherchez sur internet vous retrouverez plusieurs articles sur le sujet, un très beau film a aussi été fait Le mystère des fées). Terry Jones (membre bien connu des Monty Python) a décidé de publier le journal d’une des petites filles. Elle y explique comment elle a pris les fées en photo et surtout elle y collectionne des fées séchées. Le principe est simple, dès qu’une fée se pose dans son journal SLAP ! elle le ferme d’un coup, on retrouve donc ici plein de fées écrasées au fil des pages (et aussi quelques gobelins). Au fur et à mesure du livre la petite fille grandit, son écriture s’affirme, ses textes sont de mieux en mieux écrits et de plus en plus long. Ses histoires de petites filles deviennent aussi des histoires de femmes (parfois un peu grivoises). C’est une pure merveille, surtout sur le plan esthétique. Malheureusement il n’est plus édité mais peut-être le trouverez vous chez un libraire qui l’a en stock ou d’occasion.

Et si on jouait avec les fées ? C’est ce que nous propose Mon premier livre des fées aux éditions Usborne. Au programme jeux d’observation et jeux de dénombrement dans le même principe que la collection 1001 choses à retrouver dont je vous ai déjà parlé sauf qu’ici le format est plus petit (16 sur 19 cm) et les pages en carton épais (donc manipulables par les tout petits). On apprend aussi la vie des fées, du lever du soleil jusqu’au clair de la lune. Si vous adorez les histoires de fées, c’est un petit livre idéal pour initier les plus petits.

Pour rester dans le jeu… Je colorie… Les fées toujours chez Usborne. Un joli petit album à colorier avec en prime une petite centaine d’autocollants pour les habiller. Sur chaque double page une petite phrase accompagne le dessin. Plutôt mignon !

Si vous aimez les beaux livres sur les fées, je vous conseille d’aller faire un tour sur le site de l’éditeur Au Bord des Continents qui fait des livres absolument fabuleux : http://www.au-bord-des-continents.com

Fées et princesses
de Gudule
Éditions Nathan dans la collection Contes et légendes
7,50€
Magie et contes de fées
de Collectif
Éditions Gründ dans la collection Histoires du soir
10,09€
21 histoires de princesses, de fées, de lutins…
de Collectif
Éditions Lito
10,00€
Le livre des fées séchées de Lady Cottington
de Terry Jones et Brian Froud
Éditions Glénat dans la collection Le Labyrinthe
Plus édité
Mon premier livre des fées
de Susanna Davidson et Raffaella Ligi
Éditions Usborne
5€60
Je colorie… Les fées
de Kelly Cotrell et Rebecca Finn
Éditions Usborne
4,50€

———————————————————————————————————————

A part ça ?

Depuis hier vous avez pu remarquer que chaque présentation de livre est suivie d’un « Achetez-le ici * ou chez votre libraire habituel ». En effet, nous avons décidé d’établir un partenariat avec Le rat conteur, plus d’info ici.

Gabriel

You Might Also Like

Des contes qui vont devenir des classiques

Par 20 février 2012 Livres Jeunesse

Dans la série des livres qu’on trouve super qu’ils existent : Les contes d’un autre genre de Gaël Aymon.

Il était une fois… une princesse à qui on avait prédit qu’un jour elle se piquerait le doigt et sombrerait dans un profond sommeil, une guerrière sanguinaire et un prince nommé Perce-Neige qui était la honte de son père car il était très délicat et refusait de se battre.

Ces trois contes ont, au départ, un air de déjà vu… et pourtant ils ne vont pas prendre le chemin habituel. Ici les femmes ne sont pas nunuches et les princes pas forcément de vaillants chevaliers. Et qu’est-ce que ça fait du bien ! Souvent derrière ce genre de livre on sent le concept, le « tiens ça va plaire à une certaine catégorie de personnes », ici pas du tout ! Gaël Aymon a un vrai talent d’écriture, ça se lit avec beaucoup de plaisir, on oublie très vite les contes auxquels il se réfère et ceux-ci paraissent beaucoup plus « naturels ». C’est anti-sexiste mais ce n’est pas un livre « militant », dans le sens où on ne sent pas de prosélytisme, c’est vraiment le talent de Gaël Aymon. Je vous avais déjà parlé de lui à propos de son album Giga Boy (qui était déjà anti-sexiste), et je vous reparlerai de lui très vite ! Les contes d’un autre genre est vraiment un livre qu’on a envie de faire lire à ses enfants, aux camarades de ses enfants,… On a envie de l’offrir partout ! En plus l’objet est beau avec sa tranche toilée ! Bref un album à acheter de toute urgence !

Contes d’un autre genre de Gaël Aymon, illustré par François Bourgeon, Sylvie Serprix et Peggy Nille.
Talents Hauts, 14,80€
Public : A leur lire / Lecteurs débutants / Lecteurs confirmés (les contes font plusieurs pages donc pas trop pour les enfants trop petits)

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

Si vous habitez Lyon ou ses environs… vous avez de la chance ! Du 1er au 31 mars vous pourrez assister au Printemps des petits lecteurs, des spectacles, ateliers, expo,… gratuits dédiés aux 0-5 ans, notamment Tiroirs de cuisine, un atelier-spectacle interactif avec Nathalie Vassant-Cardoso, qui a l’air délicieux !. Inscription auprès des libraires dès mercredi et plus d’infos ici : http://www.bm-lyon.fr/printemps-petits-lecteurs/ateliers.php

Gabriel

You Might Also Like

« Juste devenir flocon, devenir neige et puis fondre… Glisser vers l’eau du caniveau. Partir. »

Par 11 novembre 2011 Livres Jeunesse

J’avais découvert Martine Delerm il y a quelques années dans un très joli livre qu’elle avait cosigné avec Philippe Delerm, Fragiles (sorti au Points) que je vous conseille. Elle vient de sortir, le 20 octobre dernier, La petite fille sans allumettes chez Seuil Jeunesse.

Marina vit dans une ville qui vit à cent à l’heure, Paris. Devant elle défilent les passants et Marina danse. Elle ne danse pas comme une danseuse habituelle, elle saute d’un pied sur l’autre, sa danse lui sert à ne pas avoir froid. Marina ne prononce que deux mots pendant sa journée, mais ces deux mots là elle les répète, comme une chanson, « Madame, Monsieur…« , elle les répète en tendant la main.

Vous connaissez très certainement le conte d’Andersen, La petite fille aux allumettes, dont Martine Delerm s’inspire. Sauf qu’ici elle a décidé de placer son personnage dans le présent. Une petite fille qui mendie, qui vit dans le froid. Il y en a de nos jours aussi. Contrairement au conte original, la fin est heureuse (un libraire la fait entrer dans sa librairie pour écouter, en compagnie d’autres enfants, une histoire). Les illustrations pastelles de Martine Delerm sont très douces, très belles comme celles que j’avais tant aimées dans Fragiles. L’objet en lui même est aussi très beau (format carré, papier épais). Un livre émouvant et touchant. Également un bel hommage aux libraires qui sont ici une fenêtre d’espoir.

La petite fille sans allumettes de Martine Delerm
chez Seuil Jeunesse
13€50
Public : A leur lire / lecteurs débutants

———————————————————————————————————————-

A part ça ?

On vous laisse encore une semaine pour nous envoyer la liste des livres que vous conseilleriez pour noël ! Même si vous n’en mettez que 3, envoyez-la nous ! (cf le A part ça ? du 1er novembre)

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange