La mare aux mots
Parcourir le tag

Contes de randonnée

Joyeux délire et généreux géant

Par 23 août 2018 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose deux beaux albums très différents. Le premier nous embarque dans une histoire complètement délirante où l’imagination est reine, et le second suit le parcours d’un géant peut-être un peu trop généreux…

L’histoire d’une pieuvre fan de ukulélé qui rêvait de voyages intergalactiques
Texte de Maggie Tokuda-Hall (traduit par Nathalie Pelletier), illustré par Benji Davies
Little Urban
13,50 €, 217×287 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2017.
Le géant élégant
Texte de Julia Donaldson (traduit par Emmanuel Gros), illustré par Axel Scheffler
Gallimard Jeunesse
13,90 €, 216×270 mm, 32 pages, imprimé en Chine, 2018.

You Might Also Like

Deux histoires plus profondes qu’elles en ont l’air

Par 8 septembre 2014 Livres Jeunesse

Le ballon de SimonSimon rêve du ballon qu’il a aperçu dans la vitrine d’un magasin de jouets. Faut dire qu’il est beau ce ballon ! Ni une, ni deux il entre dans le magasin pour dire au marchand à quel point il a envie de ce ballon ! Celui-ci lui propose un marché : s’il lui rapporte un gâteau appétissant, le ballon sera à lui ! Direction la pâtisserie où la boulangère lui propose de lui donner un gâteau merveilleux en échange d’un chapeau, dehors le petit garçon rencontre une dame à chapeau qui lui propose de le lui donner contre un parapluie… Notre petit garçon devra faire encore plusieurs trocs s’il veut, au final, avoir son ballon.
Anne-Gaëlle Balpe nous propose un conte de randonnée plein d’humour et de tendresse (accentuée par les illustrations d’Annette Boisnard). Elle met en valeur le troc, la débrouillardise. Sans argent, mais avec un peu de malice, le petit garçon va réussir à avoir ce qu’il convoite… et peut-être même autre chose ! Elle nous rappelle ainsi que même le plus pauvre peut réussir à s’offrir une petite chose qui lui fait envie. Son héros s’interroge même à un moment de l’histoire si ce qu’il a en main à ce moment-là ne lui suffit pas.
Un joli conte en randonnée avec un vrai fond.

UnL'oiseau et la pièce d'or oiseau trouva, un jour, une pièce d’or. Il se mit à chanter sur le toit du château du roi qu’il était plus riche que ce dernier. Forcément, celui-ci n’était pas ravi d’être raillé par un oiseau et demanda à ses soldats d’aller lui prendre sa pièce d’or. Il se croyait enfin tranquille, sauf que lorsqu’il se trouva démuni, l’oiseau se mit à chanter que le roi étant jaloux il lui avait pris son bien. Le monarque demanda à ce qu’on lui rende sa pièce… et l’oiseau se mit à chanter que le roi, ayant peur de lui, lui avait rendu son or… Notre homme, passablement énervé, demanda à ce qu’on lui ramène l’oiseau.
On vous a déjà parlé de ce conte (ici), en voici une nouvelle version écrite par François Vincent et illustrée par Cécile Hudrisier. Une histoire qui, sous ses airs de conte classique, ridiculise les dictateurs et montre l’importance de la raillerie. Notre petit roi ne supporte pas qu’on se moque de lui, mais il aura beau faire, il ne pourra pas faire taire l’oiseau, il devra vivre avec.
Un conte qui nous rappelle que même le plus petit oiseau peut faire de l’ombre au pire des rois.
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages d’Anne-Gaëlle Balpe (Le roi maladroit, D’où il vient ce gros chagrin ?, Une pizza pour Monsieur WolfLa lanterne magique, Noël à l’endroit, Où va-t-on quand on disparaît ?, Chez moi, Mon cartable, De vrais amis, Le grand n’importe quoi, Rouge bitume, Noël en Juillet, On n’a rien vu venir, Bonhomme et le caillou bleu, Quand je serai grand, je serai grand méchant loup, Les potions de Papi-guérit-tout, et Fées d’hiver) et Cécile Hudrissier (Les aventures de p’tit Bonhomme, Comptines pour mon bébé, Le gâteau de Ouistiti, La moufle, Comptines pour compterComptines pour chanter les couleursLa petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ?, La grosse faim de P’tit Bonhomme, Il était une fois… Contes en haïku, Les plus belles chansons anglaises et américaines, P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, Comptines pour chanter en anglais, Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme). Retrouvez aussi nos interviews d’Anne-Gaëlle Balpe et de Cécile Hudrisier.

Le ballon de Simon
Texte d’Anne-Gaëlle Balpe, illustré par Annette Boisnard
Frimousse dans la collection Sa majesté du soir
14 €, 226×292 mm, 26 pages, imprimé en Italie, 2014.
L’oiseau et la pièce d’or
Texte de François Vincent, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection À petits petons
11,50 €, 240×225 mm, 20 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.

À part ça ?

Demain, la lune sera plus proche de la terre que d’habitude. On appelle ça la Super Lune. En attendant de regarder par la fenêtre demain soir, un joli diaporama.

Gabriel

You Might Also Like

Chut ! J’écoute l’histoire !

Par 15 mai 2014 CD non musical, Livres Jeunesse

Aujourd’hui, on va se taire, si si ! On se tait et on écoute, il y a quelqu’un qui nous raconte une histoire… Une chronique en deux parties (la suite sera demain) une nouvelle fois en chronique croisée avec Maman Baobab (parce qu’on aime ça !).

La boîte à joujouxIl y a une nouvelle dans la boîte à joujoux. Mademoiselle Chouchou est une jolie poupée de porcelaine et en la voyant le maire et Polichinelle se sentent troublés. Mais c’est surtout le soldat de plomb numéro 7 qui perd ses moyens quand il croise son chemin, et voilà qu’il s’arrête en plein défilé, causant une sacrée pagaille ! Ces deux-là ont eu un gros coup de foudre et même si le soldat doit faire un séjour au cachot pour avoir mis le désordre, Mademoiselle Chouchou l’attendra. Mais Polichinelle ne voit pas ça du même œil…

Une amie m’avait conseillé ce livre-CD en me disant que c’était l’un de ses plus gros coups de cœur en littérature jeunesse… je n’ai absolument pas été déçu ! Magnifiques illustrations de Régis Lejonc, superbe histoire écrite par Rascal et racontée par Natalie Dessay, très belle musique de Debussy interprétée par l’Ensemble Agora… Tout était réuni pour faire un petit bijou, et c’est réussi ! Petits comme grands, on tombe sous le charme de cette belle histoire d’amour entre des jouets, de ces personnages qui regardent le ciel peint sur le plafond de la boîte à joujoux. On trouve des merveilles dans les grands livres-CD de chez Didier jeunesse, j’ai trouvé mon chouchou !
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

Et en parlant de chouchou…

Bulle et Bob au jardinC’est une belle journée, une journée idéale pour être dans le jardin et ça tombe bien, Bulle et Bob doivent planter des tomates cerise. On met ses gants, ses bottes, on prend les plans de tomates et hop on s’y met. D’abord il faut arracher les mauvaises herbes (mais attention aux bonnes !), on remue la terre (en croisant des vers de terre), puis on plante et on arrose (si on arrive à ouvrir le robinet !). On profite aussi pour réviser ses légumes, regarder se promener les escargots et passer les nuages et même servir de perchoir à coccinelles. Décidément, c’est une belle journée.

Quel bonheur de retrouver Bulle et Bob, les deux héros imaginés par Natalie Tual et mis en image par Ilya Green. Une petite histoire entrecoupée de chansons où l’on se sent enveloppé dans un cocon de tendresse sans que ça ne soit jamais mièvre. C’est doux, c’est tendre, c’est beau. Quel joli moment ! Et bien-sûr il y a l’humour piquant de la pétillante auteur-interprète comme lorsque les enfants jouent au jeu des légumes (citer ceux qu’on connait) et que Bulle propose les frites. Les enfants adorent, l’écoutent en boucle, chantent et les parents ne soupirent pas en entendant pour une énième fois leurs marmots relancer le CD.
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse et le même vu par Maman Baobab.

Ogres et OgressesIl y avait une ogresse qui avait entendu ce qu’une chèvre disait à ses sept chevreaux pour qu’ils lui ouvrent la porte et qui décida de se faire passer pour elle. Il y avait aussi une cuisinière qu’on appelait la grosse Suzon qui s’intéressait beaucoup à un jeune garçon que son maître avait trouvé dans une forêt quand il n’était qu’un bébé. Il y avait, enfin, une ogresse qui avait profité du départ d’un homme pour aller voir chaque jour sa fille, Aïcha et lui sucer le doigt.

Trois contes qui mettent en scène des ogres et des ogresses sont réunis dans ce très beau livre-CD sorti chez Didier Jeunesse. Le premier, L’ogresse et les sept chevreaux, la version libanaise d’un conte bien connu illustré par Martine Bourre, nous l’avions déjà chroniqué ici lors de sa sortie dans la collection À petits petons. Le dernier, Aïcha et l’ogre, un conte tunisien illustré par Vanessa Hié, nous l’avions chroniqué ici lors de sa sortie dans la collection Il était une (mini) fois. Il n’y a donc que le second que nous découvrons dans cette version, Trouvé-dans-un nid, une adaptation d’un conte des frères Grimm illustrée par Rémi Saillard. Tous les trois sont racontés par la conteuse Praline Gay-Para et on se régale ! Quel bonheur de l’écouter conter ces trois histoires pleines d’humour. On est happé par sa voix, sa façon de raconter et on enchaîne les trois histoires avec le plus grand plaisir !
Le même vu par Butiner de livres en livres et À l’ombre du saule et des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

On reste d’ailleurs avec Praline Gay-Para

Ti Moun dit non !Un tout petit garçon nommé Ti Moun voulait devenir grand. Il décida d’aller voir les animaux pour leur demander ce qu’ils mangeaient pour être si forts ! Seulement voilà… il a beau vouloir être grand il n’a pas envie de manger des os comme le chien, de l’herbe comme le bœuf, du foin comme le cheval… mais au fait… pourquoi veut-il être aussi grand et fort ?

Prends le temps de grandir doucement, voilà le conseil qui est donné à Ti Moun. Dans cette très jolie histoire signée Praline Gay-Para (et racontée par elle-même sur le CD), on parle donc de vouloir grandir trop vite, de l’impatience. La conteuse l’explique en fin d’ouvrage, ce sont deux contes, l’un afro-américain et l’autre haïtien qui sont à l’origine de cette histoire. Illustrée par Lauranne Quentric, c’est un bien joli conte en randonnée où l’on rappelle l’importance de dire non et que l’on prend beaucoup de plaisir à écouter.
Le même vu par Les riches heures de Fantasia et par Maman Baobab et des extraits sur le site de Syros.

les aventures de p'tit bonhommeUn p’tit bonhomme des bois se promenait dans la forêt quand tout à coup un blaireau le vit. L’animal se dit qu’il en ferait bien son repas, et se mit à le suivre. Quelques pas plus loin, un renard vit le p’tit bonhomme des bois. Il n’avait jamais mangé ça et se dit que cela devait être bon ! Et en plus il était accompagné d’un blaireau, le repas allait être copieux ! Il se mit à les suivre. Puis ils furent rejoints par un renard, un loup et un ours…
P’tit Bonhomme se réveilla avec une faim de loup. Vite, il lui fallait quelque chose à se mettre sous la dent, il fila à la boulangerie et demanda du pain au boulanger. Sauf que rien n’est gratuit, et s’il voulait du pain, comme il n’avait pas de sous, le P’tit Bonhomme devait fournir de la farine. Ainsi notre petit héros couru chez le meunier. Sauf que rien n’est gratuit, s’il voulait de la farine notre petit bonhomme devait fournir du blé ! Et pour avoir du blé il lui faudrait trouver du crottin, pour avoir du crottin il lui faudrait de l’herbe et pour avoir de l’herbe il devait trouver de l’eau…

Deux contes en randonnée drôles et poétiques signés par le génial Pierre Delye. Je connaissais ses livres, je l’avais découvert sur scène, je ne l’avais pas encore écouté en CD. Alors bien-sûr rien ne vaut le spectacle vivant mais quel bonheur que de l’écouter nous conter ces deux histoires, prendre les voix des personnages. On sourit, on rit même parfois, on passe un moment délicieux (autant les parents que les enfants). Côté illustrations, Martine Bourre pour Le P’tit Bonhomme des bois et Cécile Hudrisier pour La grosse faim de P’tit Bonhomme (qu’on avait d’ailleurs déjà chroniqué ici). Les deux illustratrices ont utilisé de nombreuses matières pour leurs collages, c’est riche en détails, et c’est beau ! Un disque-CD plein de malice pour passer un moment exquis !
Des extraits sur le site de Didier Jeunesse.

mon meilleur meilleur amiQu’il est agaçant à être toujours de bonne humeur cet Arlequin à l’habit coloré ! Oiseau gris n’en peut plus ! Il a l’impression que sa vie est morne à côté ! Il décide de jouer un tour au joyeux personnage, il va moins rigoler, ça c’est sûr !
Malika se rend compte un matin qu’elle n’a plus que 103 peluches. Elle en avait 110 avant ! Sa maman lui explique qu’elles étaient usées, qu’il faut à un moment se séparer de certaines affaires, mais rien à faire Malika n’est pas contente. À partir de ce jour elle décide de recompter tout le temps ses peluches et un jour… Malika pousse un cri, il y en a 104 ! Qui est ce nouveau venu qui a deux bouches et qui dit s’appeler Monstre Monstre (faut dire qu’il dit tout en double !) ?

Sorti chez Planète Rebelle, Mon meilleur meilleur ami regroupe donc deux histoires signées Jennifer Couëlle et racontées ici par Françoise Diep. Dans la première il est donc question de bonne humeur et de ceux qui jalousent cet optimisme. Dans la seconde, on parle de grandir, de devoir se séparer de certaines choses liées à l’enfance. Deux très jolies histoires joliment mises en images par Josée Bisaillon. Deux histoires pleines d’humour et de douceur, adaptées aux plus petits.
Des extraits sur le site de Planète Rebelle.

Les aventures de la famille MotorduIls en vivent des aventures les Motordu ! Un jour le prince à pâle au ventre (si ça se trouve c’est lapin dix huitres), une autre fois, comme on est en jouet c’est le temps des grandes balances et on part vers la Botte d’Azur, un autre jour ils s’aperçoivent qu’il y a un fantôme dans le chapeau, il y a aussi la fois où Marie-Parlotte a reçu un cheval appelé Belle-Chic en cadeau et enfin la fois où Motordu reçoit un père hoquet qui fait plein de bêtes hips et qui refuse qu’on le mette en cage.

Je pense que vous êtes nombreux à connaître Le prince de Motordu. J’ai grandi en lisant les livres de Pef et notamment les aventures de ce héros qui vit dans un chapeau avec la princesse Dézécolle et ses enfants Marie-Parlotte et Nid de Koala. Ici, les mots sont donc remplacés mais habillement, avec beaucoup d’humour, les doubles sens sont nombreux et hilarants. C’est la première fois que je découvrais ces livres sous forme de CD et je suis quand même sceptique ! Dans les livres du prince de Motordu, parfois on a besoin de relire une phrase pour en comprendre tous les sens, et en CD… c’est plus difficile ! Ça défile, on réfléchit à ce que l’on vient d’entendre et on se perd ! Et il n’y a pas les illustrations pour nous aider. Ma fille de six ans a quand même pris énormément de plaisir à l’écouter et riait en entendant les dialogues décalés de ces cinq histoires lues par Pef lui-même.
Le même vu par Maman Baobab.

Le monstre poilu et 3 autres histoiresC’est l’histoire d’un monstre qui était couvert de poils, un monstre poilu qui était d’une laideur abominable ! Un jour, alors qu’il passait par là, le roi fut capturé par le monstre poilu. Celui-ci accepta de le laisser partir s’il lui ramènerait le premier enfant qu’il croiserait. Sauf que le premier enfant qu’il croisa fut sa fille…
Léon était un roi qui ne supportait pas qu’on soit plus beau que lui. Quand quelqu’un osait cet affront, le roi lui faisait couper la tête. Les gens se mirent donc à s’enlaidir et forcément… plus personne ne tomba amoureux de personne et plus aucun bébé ne naissait. Jusqu’au jour où…
Il était une fois une sorcière qui aimait manger des enfants. Forcément, aux alentours ceux-ci ne sortaient plus et donc n’allaient plus à l’école. Forcément, ils devenaient idiots. Un jour, la sorcière croisa la route de deux de ces garnements, Pincemi et Pincemoi.

Quatre histoires d’Henriette Bichonnier (Le monstre poilu, Le retour du monstre poilu, Le roi des bons et Pincemi, Pincemoi et la sorcière) qui ont toutes été illustrées par Pef et surtout, mis à part Le retour du monstre poilu, qui ont marqué mon enfance (cela dit, je ne suis pas certain que Gallimard y ai pensé en faisant cette compilation). J’ai lu ces parodies de contes alors que j’avais 8-9 ans, à chaque Noël, chaque anniversaire, chaque occasion, je demandais un livre de Pef et ceux-là faisaient partie de mes préférés (avec Rendez-moi mes poux). Près de 30 ans plus tard, j’ai vu ma fille être morte de rire en entendant les « poil à » de la petite Lucille ou les blagues de Pincemi et Pincemoi. Ces histoires ne vieillissent pas, elles amusent toujours autant les enfants. Gallimard regroupe ici quatre lectures (enregistrées, respectivement, en 1984, 2014, 1990 et 2014) faites par Francis Perrin, Max de Bley, Pierre Junière, William Pinville et Pef lui-même. Pour tout vous dire, autant j’ai adoré découvrir Le monstre poilu, Le retour du monstre poilu et Pincemi, Pincemoi et la sorcière dans cette version CD, autant j’ai trouvé horripilante la lecture de Le roi des bons. Les comédiens surjouent… c’est assez insupportable ! Mais mis à part ce bémol, voilà des histoires pleines d’humour qui vont ravir les enfants et rappeler des souvenirs à pas mal de parents.

Les petits oiseauxL’hiver est là, une vieille fermière rentre ses poules et ravitaille une mangeoire à oiseaux en graines et boules de graisse. Pinsons, sittelles torchepots et moineaux friquets arrivent à toute volée. Mais alerté par les piaillements, un chat ne tarde pas à venir se tapir, prêt à bondir. Il va tenter plusieurs fois, les oiseaux vont se succéder, l’un d’eux sera-t-il moins rapide que le félin ?

Béatrice Fontanel pour le texte, Jérôme Deschamps qui le raconte, Antoine Guilloppé qui illustre et des musiques des plus grands musiciens pour accompagner le tout. François Couperin, Antonio Vivaldi, Maurice Ravel, Igor Stravinsky, Eino Juhani Rautavaara, Jean Françaix… Ce sont les œuvres évoquant des oiseaux de quatorze compositeurs dont on retrouve des extraits ici. En plus de la présentation succincte des musiciens, on trouvera aussi une description des oiseaux présents dans l’histoire. Les magnifiques illustrations d’Antoine Guilloppé ont fait pousser des « waouh » à ma fille. Une bien jolie histoire magnifiquement illustrée et accompagnée de très belles musiques classiques.
Une émission qui en parle, Les traverses du temps sur France Musique.

Quelques pas de plus…
Retrouvez toutes les histoires racontées sur CD que nous avons chroniquées sur notre album Pinterest.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Rascal (L’ours qui danse, Le temps des ours, Le plus joli des rêves et Tout le monde fait caca), Natalie Dessay (La petite sirène), l’Ensemble Agora (La petite sirène), Régis Lejonc (Loup ?, La mer et lui, Le petit chaperon rouge ou La petite fille aux habits de fer blanc et Obstinément Chocolat), Natalie Tual (Comptines pour compter, Bulle et Bob à l’école, Comptines pour chanter les couleursBulle et Bob préparent Noël, Bulle et Bob à la plage, Bulle et Bob dans la cuisine et Chansons pour chanter Noël), Ilya Green (Nos beaux doudous, Bulle et Bob à l’école, Mon arbre, Marre du rose, Bulle et Bob préparent Noël, Les plus belles berceuses jazz, Bulle et Bob à la plage, Peter Pan et Wendy, Bulle et Bob dans la cuisine et Le masque), Praline Gay-Para (Aïcha et l’Ogre, Petit beignet rond et doré, L’ogresse et les sept chevreaux et Au loup !), Martine Bourre (La truie et le loup, L’ogresse et les sept chevreaux, Les Deux Vieux & l’Arbre de vie, Au bain, mon lapin ! et La souris qui cherchait un mari), Rémi Saillard (Petit beignet rond et doré, (Rois et reines de France, Les histoires des musiciens de Brême racontées dans le monde, Au chat et à la souris, Dans ma rue et Ami ou ennemi ?), Vanessa Hié (Mon secret rit tout le temps et Le carnaval des animaux), Pierre Delye (La petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ? et La grosse faim de P’tit Bonhomme), Cécile Hudrisier (Comptines pour mon bébé, Le gâteau de Ouistiti, La moufle, Comptines pour compterComptines pour chanter les couleursLa petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ?, La grosse faim de P’tit Bonhomme, Il était une fois… Contes en haïku, Les plus belles chansons anglaises et américaines, P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, Comptines pour chanter en anglais, Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme), Jennifer Couëlle (Je t’aime comme toi), Françoise Diep (Les deux cailloux et Le loup et la soupe aux pois), Josée Bisaillon (J’ai un bouton sur le bout de la langue), Pef (Aux fous les pompiers !Le Ré-si-do-ré du Prince de Motordu et Le conte chaud et doux des chaudoudoux), Béatrice Fontanel (Mon copain Bogueugueu et Bogueugueu est amoureux) et Antoine Guilloppé (Le voyage d’Anoki, Les musiciens de Brême, La mouffle, Loup noir, Grand blanc, Première neige,Plein soleil, Qui dit noir dit blanc, Pleine lune et Akiko la rêveuse). Retrouvez aussi nos interviews de Natalie Tual Cécile Hudrisier  et Antoine Guilloppé.

La boîte à joujoux
Texte de Rascal, conté par Natalie Dessay, musique de Claude Debussy jouée par l’Ensemble Agora, illustré par Régis Lejonc
Didier Jeunesse dans la collection Contes musicaux
23,80 €, 270×270 mm, 43 pages, CD 35 min. environ, imprimé en France, 2005.
Bulle et Bob au jardin
Texte et musique de Natalie Tual, conté et chanté par Natalie Tual, Gilles Belouin, Erell et Antoine Paineau-Tual, illustré par Ilya Green
Didier Jeunesse dans la collection Polichinelle
17,70 €, 210×210 mm, 40 pages, CD 15 min. environ, imprimé en France, chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Ogres et Ogresses
Contés par Praline Gay-Para, illustrés par Martine Bourre, Rémi Saillard et Vanessa Hié
Didier Jeunesse dans la collection À petit petons
21,30 €, 240×225 mm, 96 pages, CD 35 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Ti Moun dit non !
Conté par Praline Gay-Para, illustré par Lauranne Quentric
Syros dans la collection Paroles de conteurs
15,90 €, 205×320 mm, 32 pages, CD 11 min. environ, imprimé en France, 2014.
Les aventures de p’tit Bonhomme
Contés par Pierre Delye, illustrés par Grégory Allaert, Martine Bourre et Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse
21,30 €, 240×225 mm, 64 pages, CD 17 min. environ, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2011.
Mon meilleur meilleur ami
Texte de Jennifer Couëlle, raconté par Françoise Diep, illustré par Josée Bisaillon
Planète rebelle dans la collection Conter Fleurette
23 €, 200×200 mm, 38 pages, CD 20 min. environ, imprimé au Canada, 2011.
Le monstre poilu et 3 autres histoires
Textes d’Henriette Bichonnier, lus par Francis Perrin, Pef, Max de Bley, Pierre Junière et William Pinville
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 40 min. environ, 2014.
Les aventures de la famille Motordu, volume 1
Textes de Pef, lu par Pef
Gallimard Jeunesse dans la collection Écoutez lire
12,90 €, CD 1h02 environ , 2014.
Les petits oiseaux
Texte de Béatrice Fontanel, raconté par Jérôme Deschamps, illustré par Antoine Guilloppé
Naïve livres
20 €, 245×275 mm, 42 pages, CD 33 min environ, lieu d’impression non indiqué, 2013.

À part ça ?

affiche-eclatsdelire-2014Puisqu’on parle d’Ilya Green dans cet article… elle fait partie des organisateurs  de la première fête de la littérature jeunesse au Vigan (dans le gard) ce samedi (le 17 mai). Au programme : des dédicaces (Ilya Green, donc, Stéphane Servant, Mélusine Thiry, Claire Franek et bien d’autres !), des lectures, des ateliers, des expos… bref si vous êtes dans le coin, ça risque d’être rudement chouette ! Tous les infos sur leur blog : http://eclatsdelireduvigan.blogspot.fr et même sur facebook : https://www.facebook.com/leseclatsdelireduvigan ! Vous y allez et vous nous racontez ?

Gabriel

You Might Also Like

À taaaaaable !

Par 18 avril 2014 Livres Jeunesse

Et si l’on mangeait ?

le gros goûter Invitation : Le gros goûter, près du petit lac à 16 heures. Autant vous dire que tout le monde s’y précipite ! Enfin… à son rythme… Pendant que Lapin va bondissant, Renard va courant, Sanglier caracole, Ours déboule, et la tortue Nana, elle, avance à petits pas. En passant tout le monde rigole, si elle est aussi lente, il ne restera rien pour elle ! Mais Nana les rassure il lui restera assez de ce qu’elle préfère…

Stéphane Servant et Cécile Bonbon, auteur et illustratrice du génial Le machin, reforment donc leur duo pour un nouveau conte en randonnée. Répétitions (comme les enfants aiment), humour décalé (à la Stéphane Servant), illustrations (magnifiques) faites de tissu, de laine et de coton, suspense intenable (mais qu’est-ce qu’elle aime cette tortue à la fin !)… ici, on se régale ! La double chute finale est complètement inattendue… et irrésistible ! Un conte (un brin cruel) qui va beaucoup faire ricaner nos amateurs d’histoires décalées.
Le même vu par Œil d’ailleurs et des extraits des planches sur le (super) site de Didier Jeunesse.

Oops et Ohlala mangent comme des grandsOops et Ohlala ont faim ! Il faut passer à table. Mais d’abord, on met le couvert ! Qu’est-ce qu’on mange ? Oh miam de la purée et des saucisses ! En plus on peut s’amuser à faire un volcan avec la purée. Et en dessert ? De la mousse au chocolat ! Bon maintenant il faut débarrasser. Oh attention ! Oups… oh là là…

On vous a déjà parlé plusieurs fois de ces deux personnages sympathiques à destination des plus jeunes (avec des livres aux feuilles plastifiées pour résister aux mains trop brutales). On adore leurs aventures qui sont parfaitement adaptées aux tout-petits, ils reconnaissent là leur quotidien et les illustrations aux forts contrastes sont parfaites pour eux. Ici, il est donc question de manger… et de mettre la table et de la débarrasser (et tant pis si l’on est un peu maladroit). Des petits héros qu’on aime dans une histoire pleine d’humour.

Un repas chez les lapins de PâquesGabin le lutin est invité avec sa cousine Amélia la gentille sorcière à fêter Pâques chez ses voisins les lapins. Au menu : carottes râpées ! Mais Gabin a une idée… il n’y aura pas que ça à manger !

Un album plutôt sympathique aux couleurs pastelles pour parler des œufs de Pâques (c’est le moment !). Même si j’ai personnellement trouvé l’histoire trop complexe, les enfants aimeront retrouver ici le genre de personnages qu’ils adorent (lapins, gentille sorcière, lutin…). En fin d’ouvrage, on retrouve même la recette des œufs de Pâques.
Le même vu par Délivrer des livres et une bande annonce.

Arthur est allergique et alors ?Quand sa maman l’accompagne à l’école, Arthur a toujours avec lui son panier-repas. Il faut dire qu’il est allergique, il ne doit pas manger comme les autres ! Rien de très grave, il faut juste s’organiser. Confier le panier-repas en arrivant, qu’il soit conservé jusqu’à l’heure du déjeuner, ne pas manger dans l’assiette des copains.

Pas de gros coup de cœur ici non plus, comme pour le précédent, mais voilà un livre qui a au moins le mérite d’exister ! On dédramatise ici les PAI (Projet d’Accueil Individualisé). C’est une situation quotidienne, présente dans à peu près toutes les classes… et pourtant (à ma connaissance) aucun livre pour les enfants n’en parle ! C’est vraiment le genre d’ouvrage dont on applaudit la sortie ! Il aurait peut-être mérité d’autres illustrations… Mais c’est un avis personnel. Un album sur les allergies alimentaires et l’école, avec même des recettes en bonus !
Un site sur le livre : http://www.arthurallergique.com.

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Stéphane Servant (Nos beaux doudous, Boucle d’ours, Le machin, Le crafougna et Le masque), Cécile Bonbon (Le machin), Mellow (Oops et Ohlala prennent un bainPlay with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes), Amélie Graux (Oops et Ohlala prennent un bain, Comptines des papas, 9 mois pour attendre un petit frère ou une petite sœur et Play with Oops & Ohlala – Celebrations / Les fêtes) et Camille Piantanida (L’étoile de pépé).

Le gros goûter
Texte de Stéphane Servant, illustré par Cécile Bonbon
Didier Jeunesse
12,50 €, 234×250 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Oops et Ohlala mangent comme des grands
Texte de Mellow, illustré par Amélie Graux
Talents Hauts dans la collection La petite vie de Oops & Ohlala
5,80 €, 157×157 mm, 18 pages, imprimé en Chine, 2013.
Un repas chez les lapins de Pâques
Texte de Carine Foulon, illustré par Élise Catros
La Palissade
12,50 €, 245×250 mm, 24 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Arthur est allergique, et alors ?
Texte de Marie-Constance Mallard, illustré par Camille Piantanida
Libre Label dans la collection Petit Label
12 €, 210×145 mm, 32 pages, lieu d’impression non indiqué, 2014.

À part ça ?

Mily Miss QuestionMily c’est Miss Question. L’amour, le « beau », la mort, la normalité… Mily s’interroge. Son chien Pop (qui parle) l’accompagne dans ses aventures, on croise aussi son frère qui se prend pour une rock star, sa petite sœur qui l’horripile parfois, Masséo le sportif qui se la pète un peu, le sage Dan, la copine Juliette, Gaspard (dont Mily est un peu amoureuse…) et plein d’autres personnages. Dans cette série où la philo est expliquée à hauteur d’enfant, on combat aussi les clichés sexistes. Des décors réels avec des personnages animés, un résultat plutôt esthétique et surtout très intéressant. Chaque fois, ça se termine par une question, pour amener l’enfant à réfléchir. Un double DVD vient de sortir (avec 40 épisodes de 7 minutes) mais on peut aussi retrouver Mily Miss Question sur France 5.
Mily Miss Question, double DVD (40 épisodes de 7 minutes), autour de 15 €, Francetv distribution.

Un épisode :

Gabriel

You Might Also Like

Entre les petites mains

Par 3 novembre 2013 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vous propose une sélection de livres en carton (et un en tissu), le genre de livres qu’on peut mettre entre les mains des plus petits (même si parfois les histoires s’adressent aux un peu plus grands).

la moufleUne moufle dans la neige, oh mais c’est un super abri pour une souris ça ! Quand soudain, des bruits de pas… C’est Lièvre, Souris l’invite à venir avec elle. Mais Renard arrive, puis Sanglier… Combien d’amis la moufle pourra-t-elle supporter ?

Il y a des chances que vous connaissiez ce conte de randonnée d’origine russe, plusieurs versions sont sorties et d’ailleurs cette version-là avait déjà été éditée dans d’autres formats. La voici donc dans un graaaaand (et beau) format cartonné. La taille de l’album met parfaitement en valeur les illustrations (merveilleuses) de Cécile Hudrisier. Le texte de Florence Desnouveaux est de ceux qu’on prend plaisir à lire à voix haute, elle joue avec les mots, les sons et ça ravit les enfants. Un magnifique grand album, un super cadeau (et génial dans les classes).
Le même vu par Un petit bout de Bib(liothèque).
Des extraits sur le site de l’éditeur.

à l'endroit à l'enversSi l’on tient le livre dans un sens le crayon est au début, en retournant le livre il est à la fin. Là, le doigt montre en haut, mais dans l’autre sens, il montre en bas. Ici, c’est le printemps, l’arbre a toutes ses feuilles, à l’envers c’est l’automne, ce sont les racines de l’arbre que l’on voit et les feuilles sont par terre.

Après le très grand livre, le tout petit ! à l’endroit à l’envers de Menena Cottin est un livre très graphique et très bien fait sur les contraires. Les idées sont vraiment bonnes, on n’a pas juste « en haut », « en bas » mais on va trouver aussi des notions comme donner et recevoir, attraper et échapper. Un livre parfait pour les tout-petits (qui adorent les livres avec de forts contrastes, surtout en noir et blanc) mais aussi pour les plus grands pour chercher le mot illustré.
Des extraits sur le site de l’éditeur.

Le çaQu’est-ce que c‘est que ça ? demande Maman à Jules en désignant une crotte sur le sol. « Ça ? C’est… le ça ! ». Jules ne voit pas le problème, maman, elle, en voit un ! Il va falloir s’expliquer… le dialogue va être savoureux.

Le ça est une petite merveille… surtout par sa chute (que je ne vous raconterai pas ici, n’insistez pas !). Un dialogue très drôle, un quiproquo plein d’humour. J’avoue qu’en le lisant tout seul j’ai eu un doute sur le fait que les enfants comprennent, je l’ai donc lu à ma fille de 5 ans qui elle en tout cas a bien ri. Le tandem Michaël Escoffier/Matthieu Maudet est décidément un duo qui fait des merveilles ! Un des livres les plus drôles (avec le prochain dont je vais vous parler dans cette chronique) que j’ai lu ces derniers temps. Une histoire de pot mais surtout une histoire de ça !
Des extraits sur le site de l’illustrateur.

La grande petite bibliothèqueÉmile et Rose ont une super bibliothèque. Un polar, un roman à l’eau de rose, un livre de cuisine, un recueil de blagues, une autobiographie et un livre de science-fiction la composent et comme ils sont généreux, ils la partagent avec nous ! Dans Je me souviens Émile se remémore ses trois premières années, dans Rose voit rouge on va mener l’enquête suite au crime d’un doudou, dans Le tourbillon de l’amour Rose rêve au prince charmant, dans La tétine qui venait de… Mars on se demande si Émile n’a pas été remplacé par un extraterrestre, dans Les 1000 meilleures blagues d’Émile on va retrouver 7 super blagues (et oui) et dans Je sais presque cuisiner une super recette de gâteaux au chocolat. Bref une bibliothèque complète !

Mais que j’ai ri à la lecture de ces six petits livres cartonnés signés Vincent Malone et Lili Scratchy ! Bon déjà, parce qu’il y a un running gag que j’ai trouvé très drôle, ensuite parce que qui dit Vincent Malone dit déjanté et grand n’importe quoi et là ça ne déroge pas à la règle. On suit donc les aventures de deux personnages (une petite fille piquante et son frère collant) à travers six petits livres aussi drôles les uns que les autres (mais encore plus drôles les uns après les autres). C’est court, drôle, original et ça devrait ravir les fans de patauketcheupe !

Pas envieGRMLGRM commence par dire Michka, un petit chien. Ses amis lui proposent successivement de jouer au foot, de faire une bataille, de se balader, de se déguiser, de jouer à cache-cache mais n’auront comme réponse que « pas envie » de la part de ce petit grognon. Et s’il avait une raison de grogner ?

Beaucoup d’humour ici aussi, de l’humour qui pique comme on aime (et comme sait le faire Dorothée de Monfreid). J’adore les personnages grognons (j’en connais qui vont dire que ce n’est pas étonnant) et les enfants aussi aiment ça. C’est tellement mieux que la mièvrerie. On reconnaît bien ici nos marmots quand ils ont envie de ne rien faire… à part râler (et d’autres choses, mais je ne vous raconte pas la chute). Un album coloré et plein d’humour.

Vite !Ping-Ping et son amie Pong, deux pandas jouent aux cubes quand tout à coup… VITE ! Il faut y aller, vite ! Mais où aller… dans le pot de fleurs ? Non ! Dans le panier de cerises ? Mais non ! Dans les bottes ? Sûrement pas ! Mais où alors ??? VIIIIIIITE !

Gwendoline Raisson et Ella Charbon signent un album plein d’humour et très coloré sur (vous l’aurez compris, je pense), le pot. Ah ce fameux moment où les enfants jouent et il faut vite y aller avant qu’il ne soit trop tard ! Une histoire toute simple, mais efficace, et pleine d’humour pour se rappeler que le pipi (ou le reste !) c’est dans le pot qu’on le fait !
Des extraits sur le site de l’illustratrice.

AtchoumCe livre nous présente Monsieur Atchoum. Il tient son nom du fait qu’il éternue tout le temps, et ce depuis le jour où des poils lui ont poussé sur le visage. Au départ, c’était juste un poil, mais très vite il y en a eu d’autres et encore d’autres et puis vraiment beaucoup au point de ressembler à un plumeau ! Et les poils, ça fait éternuer… Atchoum !

Xavier Salomó a écrit une histoire très originale et pleine d’humour. C’est typiquement le genre d’albums qui fait rire les enfants (parce que le personnage est drôle, à cause des poils et grâce aux « Atchoum » qu’on leur joue). La fin de l’album leur réserve même une petite surprise (le livre propose grâce à un jeu de miroir et de fenêtre de se voir le visage tout poilu). Un album drôle et vraiment original.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Voici un oeufVoici un œuf, si on le couche et qu’on lui ajoute des pattes… il s’en va ! Non il faut qu’il revienne… voilà ! Donc, voici un œuf auquel on a rajouté des pattes… on lui ajoute une queue (mais faut bien choisir laquelle), des ailes (attention à la taille), un cou, une tête et l’on obtient une poule !

Qui de l’œuf ou de la poule… c’est un peu l’histoire que nous proposent Ramadier & Bourgeau (un super duo à qui l’on doit, entre autres, Au secours voilà le loup !). L’œuf se transforme en poule, la poule pond un œuf… qui se transformera certainement en poule, une fois finie on peut recommencer l’histoire sans fin. C’est drôle, intelligent et poétique.

Le plus beau cadeau du mondeIl est heureux aujourd’hui Papa Ours, c’est son anniversaire ! Les fêtes il adore ça, surtout quand il y a des cadeaux… et surtout que cette année on lui a promis le plus beau des cadeaux ! Imaginez son impatience… Mais il n’y a personne à la maison, juste une lettre de ses enfants qui lui disent qu’ils vont revenir bientôt mais qu’en attendant il ne faut pas fouiller ! Fouiller, mais quelle idée ? Pour occuper le temps Papa Ours va juste ranger un peu partout, nettoyer la voiture, arroser le jardin… mais ce n’est pas pour fouiller, hein !

Ici, il va falloir soulever des rabats (en espérant bien sûr trouver ce fameux cadeau !) et chaque fois on va énumérer (on trouve un requin à moustache dans la baignoire, 2 baleines pleines de taches dans le meuble du salon, 3 canards à houppette dans l’aspirateur… etc.). Bien sûr, on ne trouvera le cadeau qu’à la fin et ça va être un sacré cadeau ! Beaucoup d’humour ici aussi dans cet album très coloré. L’auteur s’est amusée, comme elle le raconte, à inverser les rôles (c’est le papa qui fouille partout pour trouver son cadeau d’anniversaire). Un très bel album animé à compter.
Le même vu par Œil d’ailleurs.

Un Manteau De Pluie-On aime Malika Doray (vous le savez) et chaque fois qu’un de ses livres sort on est ravis… et quand il y en a deux la joie est double !

Une fourmi et son manteau de pluie, un éphémère et son manteau d’air, un canard avec un pull en laine, une hirondelle et sa robe de printemps.

Grâce à des pages découpées (et grâce à son ingéniosité), Malika Doray va encore enchanter et surprendre les enfants avec Un manteau de pluie. C’est comme toujours très graphique, plein de poésie et d’humour. Les décors d’une page se transforment en manteaux, robes ou pulls apparaissent grâce aux fenêtres. Que c’est beau, que c’est doux !

4 petits livres de saisonsLes carottes sont semées au printemps, poussent en été, sont récoltées en automne et en hiver elles servent pour le bonhomme de neige ! C’est en été que les bébés lapins sortent du nid, en automne ils sont devenus grands, en hiver ils se font des câlins pour que des bébés lapins naissent au printemps. Et quelles sont les couleurs suivant les saisons ? Que font les animaux quand passent le printemps, l’été, l’automne et l’hiver ?

Quatre magnifiques petits livres réunis dans un coffret, 4 petits livres de saisons. Quatre histoires simples pour les petits et là aussi très graphiques. On y parle donc des saisons mais aussi de ce qu’il se passe pendant ces saisons, des plantes qui poussent, des animaux qui hibernent, des changements de météo. C’est vraiment un petit coffret plein de charme et de poésie, et là aussi très graphique.

Regarde Comme Je T'aimeUne journée de Petit Ours et sa maman, une journée de balade, de gourmandise, d’amusement, mais surtout une journée de câlins pour se dire qu’on s’aime.

Je vous ai parlé à plusieurs reprises de cette collection, Regarde chez Nathan, je les trouve la plupart du temps très réussis (c’est le cas ici). Des textes pleins de douceur (conçus par une psychologue et psychanalyste spécialisée dans le développement des tout-petits), mais surtout des illustrations signées Emiri Hayashi qui sont extrêmement douces et poétiques, et les matières à toucher qui ornent les pages (surtout une sorte de feutrine très douce) rajoutent encore plus cette sensation. Un très joli livre sur la journée des petits, du lever au coucher.

Avec mon doigt... Les animauxAvec mon doigt, je touche les oreilles de l’éléphant, je suis le cours de la rivière, je caresse le singe, je fais crisser les poils du hérisson.

Avec mon doigt… Les animaux est un très joli livre à toucher sorti aux éditions Usborne. De nombreuses matières à toucher (plusieurs par pages) et des graphismes pleins de couleurs. On passe aussi le doigt à travers le trou de certaines pages et je trouve bien faits tous les parcours (suivre le serpent, la rivière, la galerie des fourmis…). Un bien joli livre à toucher.
Le même vu par Les mercredis de Julie.

Bonne Nuit RosalieC’est la nuit, Rosalie va se coucher. Elle regarde la lune si haute qu’elle ne peut la toucher. Un dernier tour de cheval à bascule et au dodo (mais pas avant d’avoir pris son doudou et embrassé maman).

On termine par un livre tissu tout mignon. On retrouve d’ailleurs l’illustratrice de Regarde comme je t’aime, Emiri Hayashi dans cette histoire de coucher. Une petite Rosalie se balade sur les pages (un petit doudou retenu par un ruban), à la fin du livre elle retrouve son lit (une petite poche), on peut donc la coucher. La poignée du livre est un anneau de dentition et autour du livre on trouve des petites étiquettes à suçoter, comme aiment à le faire les bébés (quoi ? vous ne connaissez pas les doudous étiquettes ?), et dans lesquelles ils pourront aussi glisser leurs doigts. Un livre tissu tout doux sur le rituel du coucher.
Le même vu par Les lectures de Liyah.

Quelques pas de plus…
On chronique régulièrement des livres à mettre entre les mains des tout-petits, par exemple , ici ou .
Nous avons déjà chroniqué des livres de Cécile Hudrisier (Comptines pour compterComptines pour chanter les couleursLa petite poule rousse, Mais il est où ce gros matou ?, La grosse faim de P’tit Bonhomme, Il était une fois… Contes en haïku, Les plus belles chansons anglaises et américaines, P’tit biscuit ou L’histoire du bonhomme de pain d’épices qui ne voulut pas finir en miette, Comptines pour chanter en anglais, Le fil rouge, Chansons pour chanter Noël et Comptines pour chanter la ferme), Michaël Escoffier et Matthieu Maudet (Bonjour facteur et Bonjour Docteur), Michaël Escoffier sans Matthieu Maudet (Tous les monstres ont peur du noir, Trois petits riens, Sans le A et Le jour où j’ai perdu mes supers pouvoirs, Zizi, zézette mode d’emploi, Le grand lapin blanc, Vacances à la ferme et La plume), Matthieu Maudet sans Michaël Escoffier (Papy), Vincent Malone (Kiki kiffe l’écolePapa Houêtu, Maman HoutuvaKiki fout le camp, Kiki King de la banquise, Kiki fait caca et Quand papa était petit il y avait des dinosaures), Dorothée de Monfreid (Le manuel du Docteur Schnock), Gwendoline Raisson (Les sornettes de Guillemette et Fête d’anniversaire chez la famille Pompom), Ramadier & Bourgeau (Au secours voilà le loup ! et Mais il est où ?), de Cédric Ramadier sans Vincent Bourgeau (Attention aux princesses !), Malika Doray (Le grand livre de tout même de petits pois, Le mariage, une histoire à colorier, Nous ce qu’on préfère, Près du grand érable, Dans le ventre des dames, des fois, il y a un bébé… et Quand ils ont su…), Christel Denolle et Emiri Hayashi (Bonjour mon bébé !, Coucou les animaux !, On se cache ?, On s’habille ? et On fait du bruit !), Emiri Hayashi sans Christelle Denolle  (Regarde dans la neige et Regarde dans la mer) et Stella Baggott (Mon premier livre sonore : NoëlMon tout premier livre en noir et blanc – Livre pour le bain, C’est moi bébé !, Mon premier Noël, Où est mon monstre ? et Mon tout premier livre en noir et blanc en promenade).
Retrouvez aussi nos interview de Cécile Hudrisier, Michaël Escoffier, Matthieu Maudet et Malika Doray.

La moufle
Texte de Florence Desnouveaux, illustré par Cécile Hudrisier
Didier Jeunesse dans la collection à petits petons
19,90€, 315×315 mm, 19 pages, imprimé en Chine, 2013.
à l’envers à l’endroit
de Menena Cottin
Thierry Magnier dans la collection Tête de lard
6,60€, 120×120 mm, 24 pages, imprimé en Italie, 2013.
Le ça
Texte de Michaël Escoffier, illustré par Mathieu Maudet
École des loisirs dans la collection Loulou & cie
10,50€, 190×190 mm, 24 pages, imprimé en Allemagne, 2013.
La grande petite bibliothèque de Rose et Émile
Texte de Vincent Malone, illustré par Lili Scratchy
Seuil jeunesse dans la collection L’ours qui pète
19,90€, 207×351 mm, 132 pages, imprimé en Chine, 2013.
Pas envie
de Dorothée de Monfreid
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
10,70€, 210×260 mm, 24 pages, imprimé en Malaisie, 2013.
Vite !
Texte de Gwendoline Raisson, illustré par  Ella Charbon
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
10,50€, 195×250 mm, 18 pages, imprimé en Allemagne, 2013.
Voici un œuf
de Ramadier & Bourgeau
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
11€, 180×180 mm, 48 pages, imprimé en Malaisie, 2013.
Atchoum
Texte de Xavier Salomó
Seuil Jeunesse
13,50€, 194×225 mm, 30 pages, imprimé en Chine, 2013.
Le plus beau cadeau du monde
de Claudia Bielinsky
Casterman
13,50€, 210×278 mm, 20 pages, imprimé en Chine, 2013.
Un manteau de pluie pour la fourmi…
de Malika Doray
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
11€, 205×204 mm, 26 pages, imprimé en Malaisie, 2013.
4 petits livres de saisons
de Malika Doray
L’école des loisirs dans la collection Loulou & cie
13,50€, 120×120 mm, 32 pages, imprimé en Malaisie, 2013.
Regarde comme je t’aime
Texte de Christel Denolle, illustré par Emiri Hayashi
Nathan dans la collection Regarde
13,90€, 260×261 mm, 14 pages, imprimé en Chine, 2013.
Avec mon doigt… Les animaux
Auteur non précisé (traduit par Renée Chaspoul), illustré par Stella Baggott
Usborne dans la collection Avec mon doigt…
8,95€, 192×192 mm, 10 pages, imprimé en Chine, 2013.
Bonne nuit Rosalie
Texte de Christel Denolle, illustré par Emiri Hayashi
Nathan dans la collection Les livres des bébés
19,90€, 215×215 mm, 6 pages, imprimé en Chine, 2013.


À part ça ?

Encore du nouveau dans le livre d’or !

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange