La mare aux mots
Parcourir le tag

Corinne Boutry

À taaaaaable !

Par 3 avril 2015 Livres Jeunesse

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un de mes sujets préférés : la nourriture !

ManneleQui était cette vieille femme qui vivait à l’écart et qui intriguait tant les gens ? Une ogresse pour certains, une sorcière pour d’autres. Il y en a même qui pensait qu’elle était une divinité hindo-brahmanique ! Chaque samedi, elle venait au village, toujours pour acheter la même chose, mais chacun se tenait à l’écart. Pourtant un samedi, elle ne vint pas et l’épicier demanda à son fils de lui porter ce qu’elle achetait habituellement.
Un conte qui fait un peu peur, magnifiquement illustré par Clotilde Perrin. On parle des préjugés et des rumeurs, de la peur, des légendes. On parle aussi de l’amitié intergénérationnelle et de la gourmandise (car, tant pis je raconte la fin, si la vieille dame mange bien des enfants… ils sont en brioche !).
Une belle histoire magnifiquement illustrée qui est suivie par la recette des Mannele, les bonshommes en brioche qui nous viennent d’Alsace.

la nuit du kougelhopfDans une nuit glaciale, trois hommes avancent montés sur des chevaux. La route a été longue, les chevaux sont fatigués. Ils croisent enfin un village, ils savent qu’ils vont pouvoir enfin se reposer. Sauf qu’au village, personne ne leur ouvre. Ici, on n’aime pas les étrangers surtout que l’un des hommes a la peau noire, le laisser entrer porterait malheur à la maison. Pourtant un enfant, ravi de recevoir trois princes, va ouvrir sa porte. Avec son père, Hans Kougel ils vont accueillir ces hommes qui vont leur offrir un étrange pain.
C’est une des versions de la légende du kougelhopf que nous raconte Lionel Larchevêque dans cette très belle histoire (superbement illustrée par Julie Faulques). On nous raconte donc la création de cette pâtisserie venue d’Alsace (en fin d’ouvrage on va trouver la recette et une partie documentaire)

Albert au pays du MunsterAlbert va passer ses vacances chez son oncle et sa tante dans les Vosges. Il va y rencontrer Tino, une jeune fille intrépide qui sent très fort des pieds… Mais si l’odeur ne venait pas de la jeune fille ? Forcément quand on parle du munster, on parle d’odeur ! Sorti dans la même collection que les deux ouvrages précédents, il est donc ici question du célèbre fromage vosgien. En fin d’ouvrage, un documentaire et une recette qui met l’eau à la bouche.

KIKI fait des crêpesKiki a une crêpe party avec ses copains, en plus, c’est lui qui s’occupe des crêpes ! Enfin… heureusement que sa maman est là pour l’aider à faire la pâte et lui montrer comment faire ! Sauf que Kiki, qui fait ses crêpes à la poêle, a un souci… Quand il les fait sauter, elles ne retombent jamais !
On connaît bien maintenant Kiki, le héros de Vincent Malone et Jean-Louis Cornalba. Kiki et ses allitérations en [k] et son humour ravageur. Kiki fait des crêpes garde la même recette que les précédents, et comme c’est une recette qu’on aime on ne s’en lasse pas !
Vive Kiki !
Le même vu par Des livres, etc.

Gâteau !Un coup de fil qui annonce un gâteau, forcément on fonce ! Sauf que les deux chats héros de cette histoire n’ont pas de chance… Le vélo est dégonflé, la voiture ne démarre pas, le bus est déjà passé, visiblement il n’y a pas de train… Vont-ils trouver une solution ?
Un album sans texte avec de très jolies illustrations sorti chez une maison qui connaît bien les livres sur la nourriture : La palissade ! Entre la BD et l’album jeunesse, voilà une histoire pleine d’humour avec deux héros très expressifs !

Le goût de la vanilleUn petit moineau gourmand s’envole. Il va suivre des sacs de riz et embarquer sur un cargo. Et voilà notre moineau dans un pays qu’il ne connaît pas et qui va découvrir des saveurs qu’il ne connaît pas.
Le goût de la vanille de Bob Graham est un album aussi doux que la vanille (un peu trop à mon goût, d’ailleurs). L’histoire d’un oiseau et d’une petite fille qui vont goûter pour la première fois de la vanille. On parle donc de la découverte des saveurs nouvelles, on parle aussi du voyage, de la nourriture qui traverse les océans.
Un album plein de douceur.
Le même vu par Sous le feuillage.

Et GloupsAu fond de l’océan, un zooplancton s’étire quand soudain… une crevette qui passe par là l’avale ! La crevette se sent bien, elle se repose sur le sable, mais soudain… un éperlan la gobe ! L’éperlan a bien mangé, il est ravi, mais soudain…
Vous l’aurez compris, on parle ici de la chaîne alimentaire. Sauf que l’album est plein de surprises, les choses ne se passent pas toujours comme on les imagine ! On soulève des volets, on découvre qui vient de prendre son repas. C’est drôle, ludique et en même temps pédagogique (on apprend qui mange quoi).
Un petit album plein d’humour et de suspense.

Lou p'tit loup et les abeillesLou P’tit Loup adore le miel. Sauf que qui dit miel, dit abeille ! Et les abeilles, ça pique… Pourtant, aidé par son ami Nounours, ils vont tenter de se déguiser pour ne pas se faire repérer des abeilles… Encore faut-il aller à la bonne adresse !
On commence à connaître le nouveau héros d’Antoon Krings (auteur des Drôles de petites bêtes), Loup p’tit loup. Un héros tendre qui plaît beaucoup aux enfants qui aiment les histoires pleines de douceur. Dans cette histoire, on apprend que c’est un sacré gourmand. Grâce à l’amitié et l’entraide, il va assouvir son envie de se régaler.
Le nouvel épisode d’une série aux belles illustrations à la peinture.
Le même vu par Enfantipages.

La pizzaEt maintenant une pizza, ça vous dit ? D’accord, mais avant, vous savez, vous, comment a été créée la pizza ? Et bien grâce à Raphaël Fejtö vous allez le savoir !
Entre l’album et le documentaire, ce petit livre sur l’invention de la pizza est drôle, bien conçu et vraiment adapté aux plus jeunes. On a vraiment l’impression de lire une histoire… tout en apprenant l’Histoire d’un plat que les enfants connaissent bien !
La pizza est un des titres de la collection Les p’tites inventions et il donne bien envie de connaître les autres ouvrages de la série !

Pour finir cette chronique, je vous propose de passer aux fourneaux !

Cuisine marocaine des petits chefsEt l’on commence par le très beau livre de cuisine marocaine sorti aux Éditions du Jasmin. Salade de laitue à l’orange, briwattes aux légumes, tajine aux légumes du soleil, yaourt aux fruits secs, thé à la menthe… ici, les recettes sont simples, à la portée des enfants (même si l’aide des parents est vivement conseillée). Chaque recette est complétée par une petite info et l’on trouve même des petits détails pratiques et des informations sur les épices.
Un album de cuisine aux belles illustrations, sorti en partenariat avec l’Institut du monde arabe.

Coffret copcakes pour les enfantsUn petit cupcake ? Les éditions Usborne nous proposent un coffret avec un livre de recettes, des caissettes en papier (beaucoup) et des piques de décoration (20). Les recettes sont simples, bien expliquées (étape par étape) et l’on va pouvoir tester plus de vingt recettes de cupcakes. On y trouve aussi des conseils, des idées et des informations sur les allergies ! Par contre, le coffret (et son contenu) étant fabriqué en Chine nous n’avons pas osé utiliser les caissettes (qui sentaient extrêmement fort les produits chimiques).
Un coffret avec lequel on va s’amuser à créer de jolis cupcakes… et l’on va surtout se régaler !

Quelques pas de plus…
Un tableau pinterest regroupe les livres de cuisine pour enfant que nous avons chroniqués.
Nous avons déjà chroniqué des ouvrages de Lionel Larchevêque (La princesse qui n’aimait pas les princes, Arsène veut grandir et Mamythologie), de Clotilde Perrin (Le bonhomme et l’oiseau et L’ogre bouquiniste), de Julie Faulques (L’histoire de vraie de Kiki la tortue géante et  L’histoire vraie de Ralfone l’orang-outan), de Vincent Malone (Histoires avant de bien dormir, Mon ami le zombie, Kiki est kaki, Kiki a un kiki, Kiki en Amérique, La grande petite bibliothèque de Rose et Émile, Kiki kiffe l’écolePapa Houêtu, Maman HoutuvaKiki fout le camp, Kiki King de la banquise, Kiki fait caca et Quand papa était petit il y avait des dinosaures), de Jean-Louis Cornalba (Histoires avant de bien dormir, Kiki est kaki, Kiki a un kiki, Kiki en Amérique, Kiki kiffe l’école, Kiki fout le camp, Kiki King de la banquise et Kiki fait caca), de Terkel Risbjerg (Crocs), de Corinne Boutry (Le monde imaginaire de Martin et Anatole et le chêne centenaire), de Laurent Richard (Ca…caca…catastrophe !, Au lit Ludo, Au revoir, bonjour !, Le seul roi, c’est moi, Tao, le petit samouraï, La malédiction de la sorcière, Plus vite !, et On a volé la recette de la galette des rois !), d’Antoon Krings (Lou P’tit Loup et la bergère et L’herbier des drôles de petites bêtes) et de Raphaël Fejtö (À quoi tu sers ?).  Retrouvez aussi notre interview de Lionel Larchevèque.

Mannele
Texte de Lionel Larchevêque, illustré par Clotilde Perrin
Le thé aux histoires dans la collection Parfum d’Alsace et de Lorraine
13,90 €, 238×205 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La nuit du kougelhopf
Texte de Lionel Larchevêque, illustré par Julie Faulques
Le thé aux histoires dans la collection Parfum d’Alsace et de Lorraine
13,90 €, 238×205 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Albert au pays du munster
Texte d’Amandine Meyer, illustré par Thomas Gosselin
Le thé aux histoires dans la collection Parfum d’Alsace et de Lorraine
13,90 €, 238×205 mm, 32 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
Kiki fait des crêpes
Texte de Vincent Malone, illustré par Jean-Louis Cornalba
Seuil Jeunesse dans la collection L’ours qui pète
6,90 €, 160×160 mm, 32 pages, imprimé en France, 2015.
Gâteau !
de Terkel Risbjerg
La Palissade
10,50 €, 157×164 mm, 30 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Le goût de la vanille
de Bob Graham (traduit par Michèle Moreau)
Didier Jeunesse
13,90 €, 207×300 mm, 40 pages, imprimé en Chine, 2015.
Et gloups !
Texte de Corinne Boutry, illustré par Laurent Richard
Beluga
11 €, 155×220 mm, 28 pages (+ rabats), imprimé en Italie, 2014.
Lou P’tit Loup et les abeilles
d’Antoon Krings
Gallimard Jeunesse Giboulées dans la série Lou P’tit Loup
6,20 €, 195×195 mm, 28 pages, imprimé en France chez un imprimeur éco-responsable, 2014.
La pizza
de Raphaël Fejtö
Playbac dans la collection Les p’tites inventions
6,90 €, 150×200 mm, 32 pages, imprimé en Slovénie chez un imprimeur éco-responsable, 2015.
Coffret cupcakes pour les enfants
de Fiona Patchett et Abigail Wheatley (traduit par Nathalie Chaput, Véronique Dreyfus, Claire Lefebvre, Christine Sherman et Caroline Slama).
Usborne
14,95 €, 192×244 mm, 64 pages, imprimé en Chine, 2015.
Cuisine marocaine des petits chefs
d’Amal Harizia
Éditions du Jasmin
13,50 €, 220×220 mm, 32 pages, imprimé en Belgique, 2015.

À part ça ?

Cuisiner pour ses enfantsOn termine avec un ouvrage qui ne s’adresse pas directement aux enfants, mais qui les concerne quand même ! Cuisiner pour ses enfants pour qu’ils finissent toujours leurs assiettes, sorti chez Larousse est un petit livre (format poche) qui propose une centaine de recettes qui risquent de plaire aux difficiles ! Pizza au chèvre et aux pommes de terre, spaghettis à la sauce et au basilic, gâteau d’anniversaire au chocolat, mais aussi petites soupes à la tomate et à la carotte, gnocchis au mascarpone et aux tomates ou encore salade de semoule tricolore. On va manger de tout, en se régalant ! Et comme toujours avec les petits livres de cuisine Larousse la maquette est claire et belle (avec de belles photos), les recettes sont faciles et le livre est à petit prix (moins de 6 € !). Bref, on adore !
Cuisiner pour ses enfants pour qu’ils finissent toujours leur assiette, auteur non crédité, Larousse (dans la collection Tous à Table !), 5,95 €.

Gabriel

You Might Also Like

Une imagination débordante

Par 22 septembre 2013 Livres Jeunesse

Et si on s’évadait ?

Une princesse au palaisComme tous les mercredis elle attend sa grand-mère au café, installée à une table, la même que d’habitude. Autour d’elle ça vit… des amoureux qui se retrouvent, des religieuses qui fêtent un anniversaire, une femme à la tête d’antilope, des comédiennes du théâtre d’à côté qui boivent un café, le patron a la tête d’ours qui ne s’arrête jamais,… tout en observant ce petit monde, elle s’ennuie un peu, elle dessine…

Une princesse au palais est un album qui ne laisse pas indifférent : chef d’œuvre pour certains, « mais qu’est-ce que c’est que ce truc » pour d’autres (j’avoue me situer entre les deux, un pied de chaque côté). Cécile Roumiguière et Carole Chaix créent un monde entre réalité et imaginaire, celui que se créent les enfants quand ils s’ennuient. L’enfance le personnage en sort un peu, car on parle aussi de grandir ici… remportera-t-elle avec elle le doudou qui l’accompagne ? Qu’est ce qui fait que son ventre est « dur et noué »? Un grand album extrêmement poétique, très graphique, à l’atmosphère étrange. Le genre d’album qui marque.
Une vidéo qui vous permettra d’entrer dans cet univers. Réécoutez l’émission Écoute, il y a un éléphant dans le jardin qui en parle longuement avec ses auteurs.

Le monde imaginaire de MartinMartin aime s’évader, il s’enfuit dans un palais qu’il a créé pour éviter les moqueries (faut dire que les rêveurs, on s’en moque souvent). Martin a inventé son monde et finalement il est plus heureux là… s’il y restait ?

Les thèmes abordés dans Le monde imaginaire de Martin sont nombreux (volontaires ou non), on parle ici de la création (Martin dessine son monde), de l’imaginaire mais aussi, d’après moi, de l’autisme (Martin s’enferme dans son monde loin des autres). Je suis toujours aussi fan du dessin de Loren Bes qui a encore ici fait un travail superbe (même si j’ai l’impression qu’il a voulu rendre son univers plus « accessible » notamment dans le personnage de Martin). Un très bel album sur les rêveurs.
Vous pouvez le feuilleter ici.

Quelques pas de plus
Ce n’est pas la première fois que nous faisons une chronique sur l’imaginaire, vous pouvez par exemple lire celle-ci ou celle-là.
Nous avons déjà chroniqué des livres de Corinne Boutry (Anatole et le chêne centenaire) et Loren Bes (Les yeux du parapluie et Raconte-moi la Révolution…). Retrouvez aussi notre interview de Loren Bes.

Une princesse au palais
Texte de Cécile Roumiguière, illustré par Carole Chaix
Éditions Thierry Magnier
19€, 276×376 mm, 40 pages, imprimé au Portugal, 2012.
Le monde imaginaire de Martin
Texte de Corinne Boutry, illustré par Loren Bes
Mazurka
13€, 210×270 mm, 36 pages, imprimé en Union Européenne, 2013.

A part ça ?

On a a jouté une interview, celle de Lesly Carrer, dans notre fiche sur les vendeurs de droits à l’étranger, allez la lire .

Gabriel

You Might Also Like

Les invités du mercredi : Pélagie Lamenthe et Corinne Boutry ( + concours)

Par 22 mai 2013 Les invités du mercredi

J’avais craqué sur les illustrations de Ma feuille, un très beau livre sorti chez L’école des loisirs et signé Claude K. Dubois (excusez du peu), j’ai eu envie de poser des questions à sa toute jeune illustratrice, Pélagie Lamenthe. J’espère vous la faire découvrir (si vous ne la connaissez pas déjà). A la suite de cette interview vous pourrez gagner un autre de ses albums, Pauvre Stupidon sorti aux Éditions Clochette. Ensuite c’est au tour de La chronique de, cette fois-ci c’est l’auteur/éditrice Corinne Boutry qui nous parle de son dernier coup de cœur… bon mercredi à vous !


L’interview du mercredi : Pélagie Lamenthe

Pelagie LamentheQuel a été votre parcours ?
J’ai tout de suite compris que les études générales n’étaient pas faites pour moi. Je me suis donc dirigée vers les Arts Plastiques à St Luc Liège pour continuer mes études secondaires.
Ensuite, le vent m’a mené jusqu’en Supérieur, en illustration !
Bon, j’avoue je ne me voyais pas bien faire autre chose que dessiner : )

Quelle technique utilisez-vous ?
Je suis un peu (trop?) une touche-à-tout… J’adore tester, même si des fois ça finit à la poubelle au moins j’essaye. Faut tenter, faut s’amuser !
Mais la technique que j’affectionne le plus, c’est l’aquarelle !Ma feuille

Quelles étaient vos lectures d’enfant, d’adolescente ?
Mes lectures d’enfance… Difficile à dire, je suis née au milieu des livres d’illustration et des BD. Chez moi il y avait de tout dans la bibliothèque et le choix pour moi était souvent très compliqué.
J’ai passé des heures à chercher, à trouver, à lire, à fouiller et à rechercher encore …
Mais « mes histoires du soir » étaient : Ernest et Célestine, Tu ne dors pas Petit ours ?.

Quels sont les auteurs et illustrateurs actuels que vous aimez ?
J’avoue, je suis absolument amoureuse de Pomelo ! Il me fait rire, j’adorerais l’avoir dans mon potager… Il est drôle et attachant « c’est un mamé ! »
J’aime aussi beaucoup les illustrations de Nicolas Gouny,Pélagie Lamenthe son univers est un peu à part, tendre, plein de poésie et d’imagination… Mais toujours teinté d’humour !
Il y a tant de personnes dont j’admire le travail, cette question est vraiment complexe…

Quels sont vos projets ?
Chuuut Top secret ! Je peux juste vous dire que pour l’instant, nous tentons de faire un petit frère à Ma feuille ! Toujours avec le même héros (Télio) et Claude K Dubois.
J’ai aussi un projet personnel qui me tient énormément à cœur. Quelque chose de plus sombre et poétique… Mais vous serez bien entendu au courant au moment venu.

  • Pauvre Stupidon, illustration d’un texte de Maureen Dor, éditions Clochette (2013)
  • Ma feuille, illustration d’un texte de Claude K. Dubois, L’école des loisirs (2013)
  • Ou est mon doudou ?, illustration d’un texte de Stéphanie van Linthout, Gingerbread (2012)
  • Qui veut embrasser la grenouille ?, collectif, Racine (2012)

Retrouvez Pélagie Lamenthe sur son site : http://misspelagie.wix.com/pelagie-lamenthe et sur sa page facebook : https://www.facebook.com/Pelagie.lamenthe

Pauvre StupidonComme je vous l’annonçais avant cette interview, l’un de vous va gagner le très beau Pauvre Stupidon sorti aux Éditions Clochette, maison d’édition que je connais bien ! Allez je vais profiter de ce concours pour vous faire découvrir cette maison d’édition si vous ne la connaissez pas. Dites moi quelle est la chanson que vous préférez sur la page des chansons du site. Je tirerai au sort parmi les réponses laissées en commentaires et j’ajouterai une chance à ceux qui aiment la page facebook. Vous avez jusqu’à lundi 20 h ! Bonne chance à tous.


La chronique de… Corinne Boutry

Une fois par mois un acteur de la littérature jeunesse qu’on aime à La mare aux mots nous parle d’un livre qu’il a aimé. Cette fois-ci c’est Corinne Boutry qui s’y colle ! Merci à elle.

Le conteur

Il m’est arrivé un truc dingue. Quand j’ai reçu ce livre, je l’ai ouvert pour voir un peu de quel bois il se chauffait (il est très rare que je résiste, à la fois pour une « livre-olique » totalement incurable, ce n’est pas vraiment étonnant) et l’air de rien, j’ai lu 2-3 lignes, puis 4-5 et puis d’un coup d’un seul je me suis retrouvée à la fin du premier chapitre. Je n’avais vraiment pas le temps ce jour-là mais j’avais accroché et je n’ai pas mis longtemps à y revenir !

Je confirme donc une info qui circulerait en coulisses (dont je ne doutais pas, au demeurant) : oui, les adultes peuvent prendre du plaisir avec la littérature jeunesse. Si si, je vous assure, essayez vous verrez !

La quatrième de couverture nous propose un programme du tonnerre : une aventure palpitante entre réel et imaginaire. Et bien ce n’est pas de la publicité mensongère, on a même plus que cela.

Le style est agréable, l’écriture sans faille, les personnages attachants…

Côté intrigue, ça se tient parfaitement bien.

Le récit monte progressivement en puissance et malgré une chute un chouïa trop rapide, l’ensemble est très convaincant.

C’est un gros livre (donc il s’y passe plein de choses !!!) mais il est bien adapté aux jeunes lecteurs au niveau de son contenu, ce qui n’est pas toujours le cas.

Il constitue une belle initiation à la lecture de l’imaginaire, avec les ingrédients qui marchent (par exemple il y a une quête, mais c’est la base, me direz-vous !) tout en s’en démarquant (pas d’elfes, de nains et compagnie qui sont les figures habituelles de la littérature de l’imaginaire et de toute quête qui se respecte). Il s’agit là d’un petit garçon tout ce qu’il y a de plus normal (et pragmatique) qui passe dans le monde imaginaire des contes avec comme guide un drôle de chat qui parle. Bien sûr, au début il est incrédule, puis se trouve finalement au cœur d’une grande quête, presque sans le faire exprès. Il y a des passages très drôles, notamment dans le monde imaginaire où l’auteure semble prendre plaisir à bousculer les clichés et standards habituels. Tant mieux !

Et la bonne nouvelle is… il s’agit seulement du tome 1 !

Ce premier roman jeunesse des éditions Philomèle est une vraie réussite ! Vivement la suite.

Le conteur, tome 1 L’enfant qui n’aimait pas rêver de Lorraine S. Heymes, Editions Philomèle.

Corinne BoutryCorinne Boutry est auteur et éditrice (Éditions Mazurka).

Sa bibliographie :

Retrouvez plus d’informations sur Corinne Boutry sur son blog : http://www.depagesenpages.wordpress.com.

You Might Also Like

Garçons sensibles

Par 7 janvier 2013 Livres Jeunesse

Trois albums ayant pour héros des garçons sensibles.

PaulNon Paul n’est pas timide, il a la pigmentation fragile. Sa peau change de couleur selon ses émotions.

PaulRéparons une injustice, Paul est l’un des plus beaux albums sortis en 2012 et méritait de figurer dans mon top 10 et je m’en veux de l’avoir oublié. Les mots si bien choisis d’Alice Brière-Haquet et les belles illustrations de Csil en font un album absolument magique, poétique et sensible. C’est doux et beau… si beau ! Csil est décidément une des jeunes illustratrices les plus douées, elle fait passer énormément de choses dans ses dessins et elle sait décidément bien s’entourer (elle a précédemment illustré un texte de Séverine Vidal). Je connais Alice Brière-Haquet depuis peu et chaque fois je suis bluffé par sa plume, son lyrisme… quel talent ! (si vous ne connaissez pas je vous conseille aussi A quoi rêve un pissenlit). Paul est un album dont on tombe amoureux (quand je l’avais dans la main à Montreuil Paulune personne m’a interpelé en me disant « oh la la c’est mon plus gros coup de cœur de cette année » et une illustratrice (Manju) avec qui je discutais m’a dit aussi que c’était un des plus beaux albums du salon). Bref ne passez pas à côté de Paul, un superbe album sur la sensibilité, les couleurs et la création !

RIKIMINIRikimini est tout petit, si petit qu’il lui est difficile de se faire des amis et souvent on lui chante Rikimini  n’a pas d’ami ! Rikimini est rikiki ! Alors quand il le peut Rikimini quitte sa ville et part se réfugier dans la forêt à la recherche d’un ami… jusqu’au jour où il rencontre un gros Doudours, une belle histoire commence pour Rikimini qui se sentira moins seul et moins petit.

RikiminiTrès belle plume également que celle de Marie-Sabine Roger, le texte est vraiment beau (Rikimini rêvait tout haut. Mais les rêves qu’on ne peut raconter à personne, bizarrement, semblent moins beaux.), agréable à lire aux enfants et l’histoire les captive. Quel enfant n’a pas envie d’avoir un gros Doudours comme ami ? Ici on parle de l’imaginaire, des moqueries, d’amitié… et on en parle bien ! Les illustrations d’Alexandra Huard sont très belles, lumineuses, pleines de douceur et rajoutent un peu d’humour aux mots poétiques de Marie-Sabine Roger. Rikimini est un très bel album que je vous conseille de découvrir !

Anatole et le chêne centenaireAnatole ne voulait pas déménager… Déménager ça veut dire quitter ses copains, surtout quand il s’agit comme ici de partir pour la campagne. Bon d’accord il aura une grande chambre dans la nouvelle maison et ses soucis de santé devraient s’atténuer au grand air mais bon…  Il va falloir se refaire des copains (et qui veut être l’ami d’un enfant qui ne peut pas courir ?). Dans le jardin de la nouvelle maison Anatole va se trouver un ami, qui le rendra plus courageux, qui sera son confident… un chêne centenaire.

Toute nouvelle maison d’édition, Mazurka sort un très beau (et très prometteur) premier Anatole et le chêne centenairelivre. Anatole et le chêne centenaire est un bien bel album qui parle du déménagement, de la maladie, de devoir se faire de nouveaux amis et de la nature. Le chêne sera pour Anatole un précieux soutien par ce qu’il représente, la force. Il lui donnera du courage pour affronter le monde. Il représente aussi en quelque sorte la nature, qui va aider Anatole à mieux respirer. Corinne Boutry, qui signe ici son premier album, nous emporte dans sa très belle histoire aidée par les superbes illustrations de Marianne Alexandre. Mazurka, Corinne Boutry et Marianne Alexandre trois noms à suivre de près !

Quelques pas de plus…
Nous avons déjà chroniqué des livres de…
Alice Brière-Haquet : A quoi rêve un pissenlit et Perdu !
Csil : Rien qu’une fois
Marie-Sabine Roger : 8 histoires à lire à deux, Les tartines au két-cheupe et La princesse de Fertabelle et la princesse de Fertamaline.

Paul
d’Alice Brière-Haquet, illustré par Csil
Frimousse
17€, 246×260 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2012
Rikimini
de Marie-Sabine Roger, illustré par Alexandra Huard
Casterman dans la collection Les albums Casterman
13,95€, 285×250 mm, 32 pages, imprimé en Italie, 2012.
Anatole et le chêne centenaire
de Corinne Boutry, illustré par Marianne Alexandre
Mazurka
9,50€, 170×235 mm, 25 pages, imprimé en UE, 2012.

A part ça ?

Si vous ne connaissez-pas le travail de Su Blackwell je vous invite à le découvrir : http://www.sublackwell.co.uk/portfolio-book-cut-sculpture

Gabriel

You Might Also Like

Secured By miniOrange